FACE À FACE : Faut-il Surveiller les Microcalcifications Testiculaires?

23 avril 2002

Mots clés : Testicules, Microcalcifications
Auteurs : DADOUN D, BOURRIER P.
Référence : Progrès FMC, 2001, 4, 40-41
AVIS DE L'UROLOGUE Dr DADOUN D.:
Les microcalcifications testiculaires sont rares, plutôt bilatérales, et mises en évidence par l'échographie testiculaire. Leur étiopathogénie et leur signification clinique ne sont pas élucidées.
Les microcalcifications testiculaires sont de multiples petites images hyper-échogènes, punctiformes de 1 à 3 mm de diamètre sans cône d'ombre, disséminées à l'intérieur du parenchyme testiculaire, presque toujours bilatérales.
Elles correspondent à la présence de concrétions calciques dans la lumière des tissus séminifères.
Le plus souvent les microlithiases testiculaires sont découvertes lors du bilan de patients suspects de pathologies bien particulières (infertilité, tumeurs, varicocèles, kystes de l'épididyme), plus rarement lors d'un bilan de simples douleurs. AVIS DE L'ÉCHOGRAPHISTE Dr BOURRIER P.: La visualisation de microlithiases au niveau testiculaire est aisée en échographie. Leur présence est relativement fréquente, souvent bilatérale avec des images hyper-échogènes multiples symétriques en tête d'épingle au sein du parenchyme testiculaire.
La question de la surveillance de ces microcalcifications sur une population de tout venant n'a jamais fait preuve de son intérêt dans les littératures. Sur la seule étude prospective la fréquence de ces images sur une population comprise entre 18 et 35 ans est estimée à environ 5%. Rien ne peut indiquer dans celle-ci qu'il y ait une relation entre la découverte de ces microlithiases et l'existence d'un cancer testiculaire sur un suivi relativement court.