Détails techniques : Prise en charge moderne de la maladie de Lapeyronie

21 décembre 2003

Mots clés : Maladie de Lapeyronie
Auteurs : FAIX A.
Référence : Progrès FMC, 2003, 13, 2, 16-21
Ce qu'il faut retenir :
  • Pathologie fréquente
  • Diagnostic clinique : Plaque
  • Savoir rechercher et analyser les éléments cliniques : Douleur, Déformation, Plaque et Dysfonction érectile.
  • Dysfonction érectile fréquente et multifactorielle: bilan classique
  • Examens complémentaires : pharmaco-echodoppler si dysfonction érectile résistante à un traitement médical et/ou intervention chirurgicale complexe programmée.
  • IRM avec injection de Gadolinium si doute sur la stabilisation de la maladie.
  • Durée d'évolution : 12 à 18 mois le plus souvent.
  • Traitement médical actif dans la première phase : vitamine E, POTABA
  • En cas d'échec : Tamoxifene, Colchicine, voire Verapamil local par injection
  • En cours d'évaluation : lithotritie extracorporelle. Interféron alpha2b. Application transdermique electro-induite de différents produits
  • Intervention chirurgicale : si échec du traitement médical ET impossibilité de rapports sexuels satisfaisants après 6 mois sans évolution et 18 mois après le début de la maladie
  • Si coudure < 60° et/ou verge de longueur suffisante et absence de Dysfonction érectile : Intervention de Nesbit , éventuellement modifiée type Yachia ou Gholami.
  • Si coudure > 60° et/ou verge de longueur insuffisante et absence de dysfonction érectile : Incision plaque en H + corporoplastie par patch veineux ou biomatériaux
  • Si dysfonction érectile organique résistante au traitement médical : Implant pénien +/- modeling ou corporoplastie.
  • Soutien psychologique indispensable