Comment j'utilise le Minirin chez l'adulte

16 octobre 2005

Mots clés : Polyurie nocturne, nycturie, minirin
Auteurs : LE NORMAND L.
Référence : Progrès FMC, 2005, 15, 2, 2-3
Lorsque l'on est amené à prescrire le Minirin®, il faut recommander aux patients de restreindre leurs apports hydriques.
La posologie doit débuter à 0,1mg, dose que l'on peut augmenter par palier hebdomadaire en fonction de la tolérance et de l'efficacité clinique jusqu'à 0,4ml.
Il existe donc 4 dosages de comprimés : de 0,1 à 0,4mg en flacons de 15, 30, 60, 90. Il faut conseiller aux patients de faire renouveler la prescription par leur médecin traitant de manière à adapter la forme posologique à celle assurant le meilleur confort.
La survenue de céphalées, nausées, vomissements, prise de poids et à fortiori de convulsions doit inciter à vérifier la natrémie. Le traitement doit alors être interrompu et éventuellement repris avec une restriction liquidienne plus importante. Si aucun effet positif n'est obtenu en 4 semaines, il n'est pas utile de le poursuivre.
Le traitement est contre-indiqué en cas d'insuffisance cardiaque, de prise de diurétiques, une clairance rénale <50ml/mn, et le non respect de la restriction hydrique (fixer une diurèse maximale à 2 litres par jour)
Cette prescription peut sembler contraignante mais je peux témoigner qu'elle offre un véritable confort aux patients.