Avis d'Expert : Le Traitement de l'énurésie chez l'enfant

24 mars 2002

Mots clés : Énurésie, Enfant
Auteurs : AVEROUS M.
Référence : Progrès FMC, 2001, 3, 3-9
Ce qu'il faut RETENIR
* Efficacité de la prise en charge d'un énurétique.
* Eliminer formellement pathologie organique et ou malformative.
urologique
neurologique. * Savoir analyser les principaux facteurs de l'énurésie :
hérédité,
immaturité vésicale,
sommeil,
polyurie nocturne,
psychologie (facteur déclenchant, conséquence de l'énurésie sur l'enfant) * Pas de traitement ponctuel de l'énurésie.
* Prise en charge dans le temps avec aide médicamenteuse.
* Apprécier et ou susciter la motivation à guérir.
Pas de traitement médicameneux sans motivation. * Conseils élémentaires :
Régulariser le rythme mictionnel, le jour.
Suppression des couches.
Réduction des boissons le soir.
Miction avant l'endormissement.
Gestion par l'enfant du pyjama et du lit.
Responsabilisation sans culpabilisation.
Tenue d'un "carnet de fuites". * Aide thérapeutique spécifique
Immaturité vésicale avec pollakiurie :
- éducation mictionnelle,
- anticholinergiques.
Immaturité vésicale avec tendance rétentionniste :
- rééducation mictionnelle,
- pas d'anticholinergiques d'emblée.
Petite capacité fonctionnelle nocturne :
- anticholinergiques au long cours.
Sommeil :
- respecter le sommeil de l'enfant,
- danger des tricycliques,
- alarmes avec l'accord de l'enfant
et de ses parents.
Polyurie nocturne :
- restriction hydrique, desmopressine.
Eléments psychologiques :
- aide pédopsychiatrique. * Association anticholinergique + desmopressine
en test sur une période de 3 mois.
- Même en cas d'énurésie isolée.
- Enurésie de fin de nuit.
- Petite capacité fonctionnelle nocturne. * Evaluation des résultats et selon,
* Poursuite du traitement en trouvant les doses minimales efficaces...
Jusqu'à guérison en ménageant des fenêtres thérapeutiques.