Association radio-chimiothérapie concomitante des carcinomes vésicaux infiltrants. Quoi de nouveau depuis 1997?

16 octobre 2001

Mots clés : Vessie, Cancer, radiothérapie, Chimiotherapie, traitement concomitant
Auteurs : MOTTET N, DI PALMA M, COSTA P
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 513-519
La radio-chimiothérapie concomitante est de plus en plus utilisée en urologie dans le traitement des tumeurs vésicales infiltrantes. En 1997, l'évolution de 552 patients était rapportée dans la littérature internationale. Deux ans plus tard 617 nouveaux patients ont été traités selon des modalités diverses. Le taux initial de réponse complète varie de 56 à 87% (médiane : 70%). Les survies globales à 5 ans sont comprises entre 55 et 68% pour les T2. Le taux de métastases est compris entre 22 et 35% pour l'ensemble de la population traitée. La radio-chimiothérapie concomitante utilisant un sel de platine représente une modalité thérapeutique éventuelle chez certains patients. Mais elle ne peut pas être considérée comme équivalente à la cystectomie totale qui reste le traitement de référence chez des patients opérables porteurs d'une tumeur opérable, permettant d'obtenir de 63 à 80% de survie à 5 ans pour les tumeurs pT2.