A L'ECOUTE DES AUTRES SPECIALISTES : Le Traitement des Fistules Entérovésicales

24 mars 2002

Mots clés : Fistules entérovésicales
Auteurs : PANIS Y.
Référence : Progrès FMC, 2001, 2, 20-24
Ce qu'il FAUT RETENIR - Les principales causes des fistules entéro-vésicales sont: la diverticulite sigmoïdienne, la maladie de Crohn, les cancers pelviens, la radiothérapie, et plus rarement un traumatisme, ou une tuberculose.
- Elles sont souvent asymptomatiques (environ 50% des cas), découvertes sur un examen radiologique, ou surtout en peropératoire ;
- La symptomatologie clinique (pneumaturie ou plus rarement fécalurie, infection urinaire poly microbienne, hématurie, fièvre) est indépendante de l'étiologie; à l'inverse, le passage d'urine par le rectum semble exceptionnel ;
- Elles sont associées le plus souvent à un amendement des symptômes cliniques infectieux (fièvre, douleur abdominale) au moment de l'ouverture de la fistule dans la vessie ;
- Elles indiquent un traitement chirurgical, du fait du risque infectieux et rénal ;
- La localisation la plus fréquente de la fistule est le dôme vésical ce qui rend le plus souvent très simple le geste chirurgical sur la vessie, et qui rend inutile de ce fait un bilan spécifique préopératoire (cystoscopie, urographie intraveineuse ou cystographie rétrograde) notamment dans la diverticulite.
- En cas de cause maligne, un bilan cystoscopique est par contre indispensable, un envahissement de la base de la vessie devant faire alors discuter d'une cystectomie totale, intervention inutile et mutilante si la résection complète de la tumeur est impossible.