Pose d'une sonde JJ

08 mars 2015

Mots clés : Uretère, Sonde JJ, Double J, Endoprothèse urétérale

Cette fiche d’information, rédigée par l’Association Française d’Urologie, est destinée aux patients ainsi qu’aux usagers du système de santé.

Remise lors de votre sortie, elle vous explique les suites opératoires habituelles et elle vous donne les principales consignes de sécurité post-opératoires.

Vous sont exposés ici, les effets secondaires habituels et les troubles mineurs qui ne doivent pas vous inquiéter. Sont également énoncés les signes plus alarmants qui doivent vous amener à prendre un avis médical et leur degré d’urgence.

Ce document, complémentaire de l’information orale que vous avez reçue de votre urologue, vous permet au mieux d’aborder votre convalescence.

Vous venez d’être opéré(e) par endoscopie pour une pose d’une sonde urétérale ou endo-prothèse urétérale (sonde double J = sonde JJ).

Informations générales

La sonde double J est une prothèse qui est placée entre le rein et la vessie. Elle permet l’écoulement des urines et ainsi d’éviter le « blocage » des urines dans le rein. Après la pose de sonde double J, il vous est recommandé de boire abondamment, d’uriner régulièrement pour laver la vessie et éviter que les urines ne deviennent rouges par irritation de la sonde.

Un courrier a été adressé à votre médecin traitant pour le tenir informé de votre état de santé.

La durée de la convalescence et la date de reprise du travail ou d’une activité physique normale dépendent de votre état physique. Vous discuterez avec votre urologue de la date de reprise de vos activités et du suivi après l’opération.

Une consultation post opératoire est programmée avec votre urologue afin de prendre en charge la pathologie, qui l’a conduit à vous poser la sonde double J et de prendre en charge d’éventuels effets indésirables.

L’ablation de cette sonde est programmée à distance, lorsque la pathologie responsable aura été contrôlée.

Que faire si vous présentez ou ressentez

Des douleurs en urinant

Ces douleurs sont habituelles car, lorsque vous urinez, les urines sont expulsées par l’urètre, mais par hyper pression elles remontent aussi le long de la sonde double J. Les urines distendent alors le rein, ce qui vous engendre des douleurs comme une colique néphrétique. Pour diminuer cette sensation désagréable, il vous est conseillé de ne pas attendre les envies importantes pour uriner et, surtout d’uriner sans pousser, simplement en vous décontractant pour laisser les urines s’écouler.

En cas de douleur plus marquée, il peut être nécessaire de vérifier la position de la sonde par une radio simple.

Des envies d’uriner fréquentes et urgentes

La présence de la sonde double J peut être responsable d’envies fréquentes et urgentes d’uriner. La partie inferieure de la sonde étant placée dans la vessie, le frottement de l’extrémité de la sonde peut provoquer une irritation locale qui devient symptomatique. Cette sensation est généralement transitoire. Si elle persiste, ou si vous avez de la fièvre, il est nécessaire de vérifier que vous n’avez pas d’infection de l’appareil urinaire ; il faut donc que vous consultiez votre médecin ou votre urologue.

Des brûlures en urinant

Une légère douleur en urinant peut survenir. Son accentuation ou sa persistance, ou l’apparition d’urine trouble peut correspondre à une infection urinaire, qui justifie la réalisation d’un examen bactériologique des urines.

Du sang dans les urines

L’irritation de la sonde double J peut provoquer des petits saignements sans gravité. Il vous est recommandé de boire abondamment, d’uriner régulièrement pour laver la vessie. Les urines peuvent contenir un peu de sang pendant quelques jours. Si ce saignement persiste ou s’amplifie, il faut recontacter votre médecin ou votre urologue.

Des difficultés à uriner

La force du jet peut devenir plus faible pendant les premiers jours. Une aggravation de ces difficultés à uriner (poussée abdominale, mictions goutte à goutte…) peut faire craindre un blocage urinaire (rétention) et justifier un avis médical.

De la fièvre inexpliquée

Cette fièvre peut être due à une infection urinaire. Il est nécessaire que vous consultiez votre médecin ou votre urologue si vous constatez de façon répétée une température supérieure à 38°C ou en cas de frissons ou de tremblements.

ATTENTION : Vous êtes porteur d’une sonde JJ qu’il sera nécessaire de retirer (sans hospitalisation) à la date qui vous a été indiquée par votre urologue : ablation par endoscopie avec gel d’anesthésie locale.

Assurez-vous que vous avez un rendez-vous pour l’ablation de cette prothèse qui assure le drainage entre votre rein et votre vessie.

Votre urologue se tient à votre disposition pour tout renseignement.

Avertissement

Le tabac augmente considérablement le risque de difficulté de cicatrisation interne et externe. Il est donc expressément recommandé de ne pas fumer durant la convalescence.

Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.