Auto-sondage urinaire

30 mai 2012

Cette fiche d’information, rédigée par l’Association Française d’Urologie, est destinée aux patients ainsi qu’aux usagers du système de santé.

Remise lors de votre consultation d’urologie avant de pratiquer un acte à visée diagnostique ou thérapeutique, elle est destinée à vous aider à mieux comprendre l’information délivrée par votre Urologue. Il vous a expliqué la maladie dont vous souffrez ou dont il doit faire le diagnostic. Il vous a exposé les différentes modalités et alternatives de prise en charge et de traitement et les conséquences prévisibles en cas de refus de l’acte proposé.

Vous sont exposées ici les raisons de l’acte que va pratiquer votre urologue, son déroulement, les conséquences habituelles et les risques fréquents ou graves normalement prévisibles. Les conditions du suivi après examen ou intervention sont aussi précisées.

Ce document, complémentaire de l’information orale que vous avez reçue, vous permet donc le délai de réflexion nécessaire et une prise de décision partagée avec votre urologue.

Qu’est ce que l’auto-sondage ?

Le but de l’auto-sondage est d’assurer une vidange régulière de la vessie grâce à l'introduction par vous même d'une sonde par l'urètre. Il est indiqué lorsque le mauvais fonctionnement de la vessie ne permet plus une évacuation naturelle et facile des urines. Il convient alors de faire environ 4 à 6 autosondages par jour et de ne plus avoir de miction spontanée entre les sondages.

Pourquoi proposer les auto-sondages ?

L’objectif du changement de mode de vidange vésicale (façon d’uriner) au profit des auto-sondages est de vider correctement et totalement votre vessie.

Le fonctionnement de votre vessie a été évalué à travers les différents examens que votre médecin vous a fait pratiquer. Si vous ne videz pas votre vessie dans sa totalité ou bien si votre vessie est obligée de trop travailler pour se vider, il existe des risques importants d’infection urinaire, d’altération rénale voire d’insuffisance rénale. Rapidement vous pouvez avoir des complications graves liées à ces problèmes urinaires.

Il n’existe pas de traitement médicamenteux ou ces derniers ont été inefficaces pour vous permettre de vider votre vessie correctement et sans danger. Le seul moyen pour prévenir ces complications est la réalisation des auto-sondages.

Les auto-sondages peuvent être associés à la prise de médicaments ou à la réalisation d’injections régulières de toxine botulique dans la vessie pour la calmer. En effet, les sondages permettent de bien vider la vessie, mais dans certains cas, la vessie travaille de façon anarchique et désorganisée, ce qui peut être responsable de fuites ou de complications.

Les auto-sondages vont permettre d’améliorer votre qualité de vie et de vous protéger contre les complications urinaires. Il est important de respecter le rythme des sondages prescrits par votre médecin.

Comment apprendre les auto-sondages ?

Lors d’une consultation, une hospitalisation de jour ou de semaine, la technique des auto-sondages va vous être enseignée. Vous apprenez à vous sonder en position assise et en position couchée afin que vous puissiez vous sonder n’importe où, même en dehors de chez vous : dans des toilettes publiques, au travail, chez des amis… Vous essayerez plusieurs types de sondes afin de trouver celle qui vous convient le mieux.

Le but est que vous sachiez vous sonder seul, dans n’importe quel endroit, à l’aide du type de sonde que vous aurez choisi.

Est-ce que les auto-sondages sont douloureux ?

Non : la technique des auto-sondages est indolore grâce aux évolutions des matériels de sondage. Lors de l’apprentissage, on vous montre toute la palette des sondes disponibles et on vous guide dans le choix du matériel le plus adapté à votre cas.

Quels sont les risques des auto-sondages ?

Le fait d’avoir une vessie qui ne se vide pas bien expose automatiquement à une plus grande concentration de bactéries dans votre vessie par rapport à une vessie qui se vide normalement. Cette présence de bactéries vous expose, plus que la population normale, à avoir des infections urinaires (avec des symptômes ou de la fièvre).

Les auto-sondages permettent de faire en sorte que ces épisodes d’infections urinaires graves soient considérablement diminués. En revanche, vous aurez toujours des germes présents dans les urines, mais ils ne resteront pas suffisamment longtemps dans la vessie pour entraîner des symptômes mettant votre santé en jeu.

Les autres risques sont rares:

  • Plaie de l’urètre

  • Saignement de l’urètre.

Avertissement

Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie. Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire.

Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac‑Info‑Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.

Votre urologue se tient à votre disposition pour tout renseignement.