HIFU (ULTRA-SONS FOCALISES DE HAUTE INTENSITE PAR ABLATHERM)

05 janvier 2015

Mots clés : prostate, Cancer, Ablatherm, Ultra-sons focalisés de haute intensité, HIFU

Cette fiche d’information, rédigée par l’Association Française d’Urologie, est destinée aux patients ainsi qu’aux usagers du système de santé.

Remise lors de votre sortie, elle vous explique les suites opératoires habituelles et elle vous donne les principales consignes de sécurité post-opératoires.

Vous sont exposés ici, les effets secondaires habituels et les troubles mineurs qui ne doivent pas vous inquiéter. Sont également énoncés les signes plus alarmants qui doivent vous amener à prendre un avis médical et leur degré d’urgence.

Ce document, complémentaire de l’information orale que vous avez reçue de votre urologue, vous permet au mieux d’aborder votre convalescence.

 

Vous avez eu un traitement pour cancer de la prostate par HIFU (ou ultra-sons focalisés de haute intensité par Ablatherm).

Informations générales

Des ordonnances peuvent vous avoir été remises pour les examens complémentaires à réaliser avant la consultation de suivi. Un courrier a été adressé à votre médecin traitant pour le tenir informé de votre état de santé.

La durée de la convalescence et la date de reprise du travail ou d’une activité physique normale dépendent de votre état physique. Vous discuterez avec votre urologue de la date de reprise de vos activités et du suivi après l’opération.

Une consultation post-opératoire est programmée avec votre urologue. Un suivi est planifié pour surveiller l’absence de récidive du cancer, principalement par dosage du PSA total, pour évaluer les fonctions urinaire, sexuelle et digestive et pour prendre en charge d’éventuels effets indésirables.

Précautions

Dans la majorité des cas, l’intervention par HIFU se déroule sans complication. Cependant, tout acte chirurgical comporte un certain nombre de risques et de complications urinaires ou générales.

Il vous est recommandé de boire abondamment, d’uriner régulièrement pour laver la vessie et éviter que les urines deviennent rouges. La formation de caillots peut entraîner un blocage des urines. Il vous est aussi conseillé d’éviter tout effort ou déplacement important dans le premier mois suivant l’intervention.

L’alitement et l’absence de mouvement des membres inférieurs favorisent la stase veineuse. Des douleurs dans une jambe, une sensation de pesanteur ou une diminution du ballotement du mollet doivent faire évoquer une phlébite. Il est donc nécessaire de consulter un médecin en urgence. Afin d’éviter la survenue d’une phlébite, il est conseillé de suivre les recommandations qui vous ont été données : contractions régulières et fréquentes des mollets, mouvements des pieds, surélévation des jambes et suivant la prescription de votre médecin, port de bas de contention.

Un traitement anti-coagulant peut vous avoir été prescrit en post-opératoire pour prévenir le risque de phlébite. Son maintien est nécessaire le temps de la prescription. Le port des bas de contention peut être souhaitable au moins 10 jours après votre intervention.

En cas de douleur thoracique, de point de coté, de toux irritative ou d’essoufflement, il est nécessaire de consulter en urgence car ces signes peuvent être révélateurs d’une embolie pulmonaire. Contactez alors immédiatement votre médecin traitant ou le service d’urgence le plus proche en téléphonant au Centre 15.

La sonde urinaire est généralement enlevée 3 ou 4 jours après le traitement par HIFU. Le retour à domicile est possible le jour suivant le traitement ou après le retrait de la sonde et après vérification d’une bonne vidange de la vessie. Si vous êtes sorti de l’établissement avec une sonde urinaire, celle-ci est habituellement bien tolérée, mais elle peut parfois entraîner un inconfort (cf. fiche sonde vésicale). Cette sonde sera enlevée dans le délai et les conditions que vous ont été précisés par votre urologue. La qualité de la miction et la bonne vidange de la vessie seront contrôlées lors de la consultation post-opératoire.

Des douleurs sont rares, mais un traitement antalgique peut vous être prescrit pour une durée de quelques jours si besoin.

Signes qui peuvent survenir et conduite à tenir

Fièvre post opératoire

Toute fièvre post opératoire (> 38°) doit conduire à une consultation auprès de votre médecin ou de votre urologue, pour vérifier en particulier l’absence d’infection urinaire par une analyse d’urine (ECBU).

Troubles urinaires

Les troubles urinaires après HIFU sont le plus souvent modérés et régressifs ; ils peuvent être ressentis pendant les deux mois qui suivent le traitement (mictions fréquentes, urgentes avec parfois fuites urinaires, infection urinaire sans fièvre, saignements urinaires ou élimination de débris dans les urines). S’ils s’aggravent ou persistent de façon prolongée, ils doivent faire envisager une consultation médicale pour éliminer la possibilité d’une infection ou d’une rétention urinaire.

Des fuites urinaires (incontinence urinaire) à l’effort peuvent survenir les premières semaines après l’application du traitement. Elles s’estompent rapidement dans la plupart des cas. Leur persistance doit vous amener à consulter votre urologue.

Des difficultés à uriner immédiatement après l’intervention peuvent être secondaires à un gonflement (oedème) de la prostate. Elles peuvent être plus importantes s’il n’y a pas eu d’intervention de résection trans-urétrale de la prostate ou d’incision cervico-prostatique associée ou préalable à l’application des ultra-sons. Des difficultés mictionnelles peuvent aussi survenir dans les mois qui suivent le traitement et faire évoquer la survenue d’un rétrécissement de l'urètre (sténose). Ce dernier peut nécessiter une intervention par voie endoscopique (urétérotomie interne) pour rétablir le calibre de l'urètre.

Troubles du transit intestinal

L’application du traitement par HIFU est réalisée au travers d’une sonde introduite par l’anus dans le rectum. Il peut exister initialement quelques saignements et douleurs lors de la défécation. Une complication exceptionnelle de l’HIFU est d’engendrer une communication entre le rectum et le canal de l’urètre. Ainsi, en cas de diarrhée ou de saignement important associé à une fièvre, voire à l’émission d’urine par voie rectale ou de gaz lors de la miction, une consultation doit être prise sans tarder auprès de votre urologue.

Trouble de l’érection

Il est possible que vous ayez des difficultés d’érection pendant les premières semaines après le traitement. L’intensité des troubles de l’érection dépend de l’âge, de la qualité des érections avant traitement et de la technique de traitement. Il est important d’en référer a votre urologue.

Votre urologue se tient à votre disposition pour tout renseignement.

Avertissement

Le tabac augmente considérablement le risque de difficulté de cicatrisation interne et externe. Il est donc expressément recommandé de ne pas fumer durant la convalescence.

Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.