NUMÉRO 32 - Lundi 3 juillet 2017

Newsletter mensuelle des urologues adhérents de l’AFU

Retrouvez-nous...
sur Facebook Urofrance
sur Twitter @AFUrologie
#Urologie  #AFUFlash  #AFUSciences
#AFUPatient  #AFUMedia

PUBLICATION SCIENTIFIQUE

 

CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE D’EMBLÉE : L’ABIRATÉRONE BOUSCULE LA PRISE EN CHARGE

Présentés à l’Asco 2017, les résultats de deux essais majeurs sur l’abiratérone dans le cancer de la prostate métastatique hormonosensible ont fait grand bruit, avec une diminution importante du risque de mortalité et de progression. Une avancée qui consacre l’abiratérone, en combinaison avec la suppression androgénique, comme un nouveau standard dans la maladie métastatique d’emblée.

« C’est une avancée thérapeutique majeure », estime le Dr François Rozet, responsable du sous-comité « prostate » au sein du comité de cancérologie de l’AFU. Deux études de phase 3, dévoilées à l’Asco 2017, ont mis en lumière l’efficacité de l’acétate d’abiratérone dans le cancer de la prostate (CaP) métastatique hormonosensible. C’est notamment le cas de l’essai international Latitude, qui a fait l’objet d’une communication en salle plénière par son investigateur principal, le Pr Karim Fizazi (IGR). Fait exceptionnel, l’étude est parue le même jour dans le New England Journal of Medicine.

Conduit sur 1199 patients dans 34 pays, Latitude visait à établir l’efficacité de l’abiratérone (+ prednisone à 5 mg/j) combiné à la suppression androgénique (ADT) dans le cancer métastatique à haut risque nouvellement diagnostiqué. Avec un taux de survie à 3 ans de 66 %, contre 49 % dans le groupe contrôle (placébo + ADT), l’abiratérone a permis de réduire le risque de décès de 38 %. (La médiane de survie globale n’était pas atteinte au moment de la publication, à 30 mois de suivi.) L’abiratérone a aussi permis de doubler la durée de survie sans progression radiologique, à 33 mois contre 14,8 mois.

Un nouveau standard

« L’étude est aussi positive sur tous les critères secondaires », relève François Rozet. Le risque de récidive biologique était réduit de 70 %, et la progression de la maladie se trouvait ralentie sur tous les plans : apparition de douleurs ou de complications osseuses, nécessité d’un traitement de deuxième ligne. Des résultats qualifiés de « coup de tonnerre » par le Pr Thierry Lebret, président de l’AFU, tandis que François Rozet n’hésite pas à évoquer « un nouveau standard ». Le comité de surveillance et de suivi de Latitude a d’ailleurs décidé une levée d’insu en janvier 2017.

Également dévoilés à l’Asco, les résultats de l’essai britannique Stampede viennent aussi confirmer les bons résultats de l’abiratérone, sur un profil de malades beaucoup plus hétérogène. Mené sur un groupe de 1917 patients avec une indication d’hormonothérapie, dont la moitié avec des métastases, l’essai a montré un gain en survie de 37 % dans le groupe traité par ADT + abiratérone, par rapport à l’ADT seule.

Demande de RTU en cours

L’abiratérone est indiqué depuis 2012 dans le CaP métastatique résistant à la castration. Selon toute probabilité, il devrait donc faire l’objet d’une extension d’AMM dans les mois à venir. « Sans doute d’ici la fin de l’année », estime François Rozet. Lors des Joum 2017, Thierry Lebret a annoncé qu’une demande de recommandation temporaire d’utilisation (RTU) allait être déposée par l’AFU auprès des tutelles. Il s’agit de permettre aux patients atteints d’une maladie métastatique d’emblée de bénéficier au plus vite de cette avancée thérapeutique.

Reste à déterminer la place respective de la chimiothérapie et de l’abiratérone dans la prise en charge. En 2015, les résultats de Chaarted avaient consacré l’hormonochimiothérapie (HCT) comme traitement de référence dans le CaP à charge métastatique importante. Désormais, le docétaxel comme l’abiratérone sont envisageables en première ligne, en complément de l’ADT. « Il n’y pas encore d’étude pour l’affirmer mais l’efficacité semble à peu près similaire entre les deux », juge François Rozet. « En revanche, le profil de tolérance serait plutôt en faveur de l’abiratérone. » L’étude européenne Peace-1 (Unicancer) devrait quant à elle permettre d’estimer l’efficacité de l’abiratérone et de l’HCT conjugués. L’avenir serait-il aux traitements combinés ? Réponse en 2020.

Retour à la newsletter

 
 
 

Retrouvez-nous...

sur Facebook Urofrance

sur Twitter @AFUrologie

www.urofrance.org

 

Publication de l'Association française d'urologie
Directeurs de la publication : Dr Christian Castagnola et Dr Richard Mallet
Conception et rédaction Planète Med - Design Luciole
Newsletter confidentielle destinée aux urologues adhérents de l'AFU. Tous droits réservés.

 

Vous recevez cette information en raison de vos activités professionnelles. Conformément à la loi "Informatique et Libertés", vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, en nous contactant par téléphone ou email. Pour ne plus recevoir d’informations de notre part, veuillez le signaler à contact@urofrance.org.