Base bibliographique

Traitement anti-angiogénique et cancer du rein : essais en cours et perspectives d'avenir
2008
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, S77-S80, suppl. 4

Les résultats des anti-angiogéniques ont révolutionné les stratégies thérapeutiques dans la prise en charge du cancer du rein. Concernant les molécules déjà référencées, à savoir le sunitinib, le sorafénib, le temsirolimus et le bevacizumab, les essais cliniques se focalisent maintenant sur l’amélioration de leur efficacité, les relations effets-dose, les données de survie globale, les critères de réponse et la toxicité. Ces anti-angiogéniques vont être testés après la néphrectomie élargie en situation adjuvante chez les patients à haut risque métastatique. La place de la néphrectomie dans la séquence thérapeutique du cancer du rein métastatique est aujourd’hui discutée. La néphrectomie élargie ayant pour but une réduction du volume tumoral n’est désormais plus un dogme dans cette situation et doit être évalué de façon prospective. Les patients atteints d’un cancer du rein doivent être inclus dans les nombreux essais en cours afin d’administrer au mieux les molécules anti-angiogéniques, que ce soit en situation adjuvante ou néoadjuvante.

Anti-angiogenic agents have modified therapeutic strategies in the management of metastatic renal cell carcinoma. Regarding molecules that already available such as sunitinib, sorafenib, temsirolimus and bevacizumab, clinical trials are now focused on the improvement of their effectiveness, overall survival, response's criteria and toxicity. In the light of recent data, these treatments will be tested in adjuvant situation to radical nephrectomy, but also as an alternative option to radical surgery. The place of radical nephrectomy in metastatic renal cell carcinoma has been recently strongly discussed. I n the future, the systematic radical surgery will not be a rule any more. From now on, renal cell carcinoma patients have to be included in numerous ongoing therapeutic trials to manage anti-angiogenic agents in the best manner.

Mots clés:
cancer du rein / Récepteur tyrosine kinase / Sorafenib / Sunitinib / Temsirolimus
Mots-clés:
Receptor tyrosine kinase inhibitor / Renal cell carcinoma / Sorafenib / Sunitinib / Temsirolimus
Prise en charge du cancer du rein en 2007 : actualités et recommandations
2008
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, S81-S87, suppl. 4

En cas de cancer limité au rein, la néphrectomie partielle et la néphrectomie radicale sont les traitements de choix pour les tumeurs respectivement inférieures à 4 cm et supérieures à 7 cm. Entre 4 et 7 cm, la néphrectomie partielle peut se discuter en fonction de la localisation. Trente à 40 % des tumeurs du rein non métastatiques progresseront ensuite, à distance de la chirurgie. Dans certains cas, une chirurgie conservatrice peut être discutée plutôt qu’une chirurgie radicale; notamment en cas de tumeur de moins de 4 cm de diamètre et/ou exophytique. Les techniques ablatives (radiofréquence et cryoablation) sont porteuses de résultats intéressants, mais encore limités. Les recommandations de l’AFU concernant le traitement des tumeurs du rein ont été remises à jour en 2007 et reflètent le développement des essais thérapeutiques toujours plus nombreux concernant la place des molécules antiangiogéniques. Concernant l’initiation des traitements anti-angiogéniques, les éléments à prendre en compte pour débuter un traitement sont la preuve d’un carcinome rénal à cellules claires, la présence de métastases, leur nombre, leur site et l’appartenance à un groupe pronostic.

In case of a single renal cell carcinoma strictly located in the kidney, the radical nephrectomy remains the treatment of choice. However, it has been estimated that nearly 30 to 40 % of renal cell carcinoma are about to recur after primitive surgery. In certain cases, conservative surgery can be discussed as an alternative to radical treatment, especially in case of exophytic renal tumour or less than 4 cm in diameter. New ablative techniques (radiofrequency and cryoablation) have shown promising results but the follow-up is still very limited. French national recommendation regarding kidney cancer have been updated in 2007 and following the development of clinical trials using antiangiogenic agents. Regarding the use of antiangiogenic agents, several points have to be taken into account: existence of renal cell carcinoma, presence of metastasis, number of metastasis, location and risk factor prognosis determination.

Mots clés:
cancer du rein / Sorafenib / Sunitinib / Temsirolimus / Pronostic
Mots-clés:
Renal cell carcinoma / Sorafenib / Sunitinib / Temsirolimus / Survival
Intérêt des anti-angiogéniques dans le cancer du rein localement avancé et métastatique en situation néo-adjuvante : à propos de 2 cas
2008
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, S88-S91, suppl. 4

Les anti-angiogéniques ont prouvé un bénéfice dans le cancer du rein en situation métastatique. Nous présentons ici deux cas cliniques montrant l’efficacité des anti-angiogéniques en situation localement avancée ou métastatique, où une importante nécrose tumorale a modifié la prise en charge de la maladie, notamment la prise en charge chirurgicale. La place des traitements anti angiogéniques en situation adjuvante ou néo-adjuvante reste encore à définir. Toutefois, ces nouveaux traitements ouvrent des perspectives thérapeutiques réelles pour l’exérèse éventuelle de masse rénale initialement inextirpable ou en cas de récidive précoce après chirurgie.

New antiangiogenic molecules have proven an advantage in term of survival in metastatic renal cell carcinoma. We describe herein two clinical cases showing the efficacy of antiangiogenic agent in locally advanced or metastatic renal cell carcinoma. In this cases the surgical management has been altered in front of an important tumor necrosis provided by this treatment. The role of antiangiogenic agents as adjuvant or neo adjuvant therapy has not yet been defined precisely. However, these new molecules open new perspectives in the therapeutic field of metastatic renal cell carcinoma notably in case of bulky tumors which appeared difficult to remove surgically at first look or in case of early recurrence after radical nephrectomy.

Mots clés:
Sunitinib / Anti-angiogénique / carcinome à cellules rénales / Nécrose tumorale / Traitement adjuvant
Mots-clés:
Sunitinib / Anti-angiogenic / Renal cell cacrcinoma / Tumor necrosis / Adjuvant therapy
Les anti-angiogéniques : de nouveaux standards thérapeutiques dans le cancer du rein métastatique
2008
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, S69-S76, suppl. 4

Depuis 2004, le traitement du cancer du rein au stade métastatique est en profonde mutation. Avant, la prise en charge reposait essentiellement sur l’utilisation des cytokines en association éventuelle à la néphrectomie élargie. Depuis, l’étude de nouvelles molécules aux propriétés anti-angiogéniques, agissant sur la voie pVHL-HIF, le VEGF, le PDGF ou leurs récepteurs de type tyrosine-kinase ont révolutionné la prise en charge des patients en situation métastatique. Les résultats des anti-angiogéniques concernent surtout l’amélioration de la survie sans progression que ce soit pour le sunitinib, en première ligne de traitement, ou pour le sorafénib en seconde ligne de traitement. Les inhibiteurs de m-TOR (temsirolimus), peuvent être utilisés avec un bénéfice sur la survie globale dans les cas de cancers du rein métastatiques de mauvais pronostic ou en cas de tumeurs non à cellules claires. Enfin, un anticorps monoclonal recombinant humanisé, le bevacizumab, est capable de cibler le VEGF, quel que soit son isoforme. Les effets secondaires sont propres à chaque molécule. Toutefois, la place exacte de chaque molécule reste à définir dans la séquence du traitement.

Since 2004, the treatment of metastatic renal cell carcinoma is in deep mutation. Before, the Management was mostly relying on the use of cytokines in association with radical nephrectomy. From 2004, studies of new antiangiogenic molecules, acting on the pVHL-HIF way, VEGF, PDGF or tyrosine-kinase receptors have modified the management of metastatic patients. Antiangiogenic agents improve progression-free survival as shown with sunitinib, in first line treatment, or sorafenib, as second line treatment. The m-TOR inhibitors (Temsirolimus), can be used with a benefit on overall survival in case of poor prognosis renal cell carcinoma or non clear cell carcinoma. Lastly, bevacizumab, an antibody re-combining humanized monoclonal, is able to target VEGF. Side effects are different for each molecule and are not negligible. Nevertheless, the place of these molecules have to be defined in the sequence of the treatment.

Mots clés:
cancer du rein / Récepteur tyrosine kinase / Sorafenib / Sunitinib / Temsirolimus
Mots-clés:
Receptor tyrosine kinase inhibitor / Renal cell carcinoma / Sorafenib / Sunitinib / Temsirolimus