Base bibliographique

Sommaire :

Un nouveau procédé de traitement de l'incontinence urinaire d'effort (IUE) : soutènement sous-uréthral par une bandelette de Prolène(r) sous anesthésie locale.
A new treatment for urinary stress incontinence (USI) : suburethral Prolene sling under local anaesthesia.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1080-1082

Une technique originale de traitement de l'IUE sous anesthésie locale est décrite. Il s'agit de la mise en place d'une bandelette de Prolène(r) sous la partie moyenne de l'urètre. Cette bandelette n'est pas mise en tension mais réalise seulement un soutènement de la région sous-urétrale. Sur 22 patientes sans prolapsus nécessitant de correction chirurgicale et présentant une IUE confirmée à l'examen clinique, 20 ont été totalement guéries par cette technique et le débit mictionnel post-opératoire n'a pas été diminué. Il nous semble donc s'agir d'une technique simple, non dysuriante et efficace.

An original technique for the treatment of USI under local anaesthesia is described. It consists of insertion of a Prolene sling under the middle part of the urethra. This sling is not placed under tension, but simply supports the suburethral region. In a series of 22 patients without prolapse requiring surgical correction and presenting USI confirmed by clinical examination, 20 were totally cured by this technique and the postoperative voiding flow rate was not decreased. This technique therefore appears to be simple, non-dysuric and effective.

Mots clés:
incontinence urinaire / chirurgie de l'incontinence urinaire / fronde / TVT
Mots-clés:
Urinary stress incontinence / Surgical treatment / simplified technique / suburethral sling.
Modèles médico-économiques pour l'hypertrophie bénigne de la prostate
Medico-economic models for benign prostatic hyperplasia.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 961-968

Cet article a pour but d'expliquer pourquoi les modèles médico-économiques sont importants pour évaluer l'impact des traitements de l'hypertrophie bénigne de la prostate. Nous avons choisi d'illustrer la démarche en comparant deux hypothèses : résection endoscopique de prostate et surveillance. Le modèle utilisé est un modèle type Markov. Le modèle permet de simuler une probabilité de survenue des évènements tels que résection endoscopique de prostate, rétention aiguë d'urines pendant une période de quarante ans par cycles de trois mois. Le modèle permet également de simuler le coût moyen de prise en charge d'un patient sur l'ensemble de cette période. Ce type de modèle peut apparaître un peu artificiel et compliqué, il est pourtant le seul qui puisse permettre des simulations à long terme de l'intérêt respectif des différentes stratégies thérapeutiques pour l'HBP. De plus ce type de modèle est évolutif; sa performance s'améliorant au fur et à mesure, de nouvelles données deviennent disponibles dans la littérature et permettent d'affiner un certain nombre d'hypothèses.

This article is designed to explain the importance of medico-economic models for evaluation of the impact of treatments of benign prostatic hyperplasia. The authors illustrate this approach by comparing two hypotheses : transurethral resection of the prostate versus watchful waiting using a Markor type of model. This model is able to simulate the probability of development of events such as transurethral resection of the prostate, acute urinary rétention over a 40-year period by 3-month cycles. The model is also able to simulate the mean cost of management of a patient over this period. This type of model may appear slightly artificial and complicated, but it is the only model which could allow long-term simulations of the respective value of the various therapeutic strategies for BPH. This type of model is also evolutive, its performance is gradually improved as new data become available in the literature, allowing refinement of a number of hypotheses.

Mots clés:
HBP / résection transuréthrale / Surveillance / suivi à long terme / dépenses de santé
Mots-clés:
BPH / transurethral resection / Watchful waiting / long-term follow up / health expenditure
Valeur des biopsies dans la stadification du cancer de prostate avant prostatectomie radicale
Value of biopsies in staging of prostate cancer before radical prostatectomy.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 969-976

Le diagnostic de cancer de prostate est affirmé par l'analyse des biopsies de prostate. En cas de cancer de prostate localisé où une prostatectomie radicale peut être proposée comme traitement curatif, ces mêmes biopsies, reflets directs du cancer, peuvent apporter des éléments pronostiques importants: ces éléments permettent de préciser la stadification tumorale , de mieux sélectionner les patients et de guider les techniques chirurgicales afin d'améliorer les résultats anatomopathologiques post-opératoires que ce soient en diminuant le nombre de tumeurs pT3 (extraprostatiques) que le taux de marges d'exérèse positive. Seuls les éléments péjoratifs sont un bon reflet du caractère extraprostatique de la tumeur: un score de Gleason supérieur à 7, l'existence d'un envahissement extracapsulaire, d'un engainement périnerveux, d'un envahissement des vésicules séminales, de 66% de biopsies positives sont en faveur d'une tumeur extraprostatique. En revanche, l'existence d'éléments a priori de bon pronostic comme un score de Gleason faible, une biopsie sur six positive, un faible envahissement des biopsies ne permettent pas d'affirmer la présence d'une tumeur peu agressive, intraprostatique (pT2). Dans l'avenir, on peut envisager que d'autres critères pronostiques seront découverts qui permettront d'affirmer avec plus de précision le caractère intra ou extraprostatique des tumeurs prostatiques au stade localisé.

The diagnosis of prostate cancer is confirmed by histological examination of prostate biopsies. In cases of localized prostate cancer, in which radical prostatectomy can be proposed as curative treatment, these biopsies, directly reflecting the cancer, can provide important prognostic elements, by specifying the tumour staging, allowing better patient selection and guiding surgical techniques in order to improve the postoperative histological results either by decreasing the number of pT3 tumours (extraprostatic) or the positive resection margin rate. Only pejorative elements are a good indicator of extraprostatic spread of the tumour : a Gleason score greater than 7, the presence of extracapsular invasion, perineural invasion, seminal vesicle invasion, 66% of positive biopsies are in favour of extraprostatic tumour. In contrast, the presence of apparently favourable prognostic elements, such as a low Gleason score, one out of six positive biopsies, limited invasion of biopsies cannot confirm the presence of a minimally aggressive, intraprostatic tumour (pT2). Other prognostic criteria may be discovered in the future, which will confirm with greater precision the extraprostatic or intraprostatic nature of localized prostatic tumours.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Biopsie / histo-pronostic
Mots-clés:
prostate / tumor / biopsy / histoprognosis
Cancer de prostate de stade T3 clinique : Histoire naturelle, les choix thérapeutiques et leurs résultats
Clinical stage T3 prostate cancer. Natural history, treatment options and results.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 977-993

Le stade T3 clinique du cancer prostatique est ambigu tant dans sa définition que pour sa place dans l'histoire naturelle de la maladie; il n'y a pas de consensus sur son traitement. Sur une revue de la littérature, 148 articles ont été retenus et analysés, en interrogeant la base de données Medline sur 14 ans (1983-1997). LES MONOTHÉRAPIES : 1) Radiothérapie ou prostatectomie radicale : Il est peu probable que ces traitements puissent guérir un cancer prostatique T3 clinique, sauf peut-être pour un sous groupe minoritaire de patients en réalité pT2 surstadifiés ou une partie des pT3 de faible grade. Il n'apparaît aucun avantage d'un traitement par rapport à l'autre. 2) Hormonothérapie : elle est discutée comme seul traitement à ce stade. Peu d'études ont été rapportées. Cependant, pour beaucoup d'auteurs ce choix est légitime, car un patient sur deux a déjà une atteinte ganglionnaire. LES ASSOCIATIONS THÉRAPEUTIQUES : 1) Radiothérapie et hormonothérapie. Les études récentes comparant radiothérapie externe exclusive et radiothérapie avec hormonothérapie montrent un avantage en faveur de l'association thérapeutique. 2) Prostatectomie radicale et hormonothérapie : l'hormonothérapie néoadjuvante n'apporte aucun avantage. L'hormonothérapie adjuvante améliore le contrôle local et la survie sans progression. La radiothérapie adjuvante à la prostatectomie radicale n'apporte aucun gain pour les T3. Le choix d'un traitement au stade T3, N0, M0 dépend bien entendu de l'état général et de l'espérance de vie du patient. Si l'option d'un traitement curatif chez un sujet jeune peut être raisonnablement envisagée, il semble que le choix d'une association thérapeutique s'impose.

Clinical stage T3 prostate cancer is ambiguous both in terms of its definition and its place in the natural history of the disease, and there is no consensus concerning its treatment. In a review of the literature, 148 articles were selected and analysed from the Medline database over a 14-year period (1983-1997). SINGLE-AGENT THERAPY : 1) Radiotherapy and radical prostatectomy : it is unlikely that these treatments can cure clinical stage T3 prostatic cancer, except perhaps for a small minority of patients actually presenting with overstaged pT2 disease or certain forms of low-grade pT3. Neither treatment appears to have any advantage over the other. 2) Endocrine therapy : it has been proposed as exclusive treatment at this stage. Few studies have been reported. However, many authors consider this choice to be legitimate, because one-half of patients already have lymph node involvement. COMBINATION THERAPY : 1) Radiotherapy and endocrine therapy: recent studies comparing exclusive external beram radiotherapy with endocrine therapy show an advantage in favour of combination therapy. 2) Total prostatectomy and endocrine therapy : neoadjuvant endocrine therapy does not provide any advantage. Adjuvant endocrine therapy improves local control and progression-free survival. Adjuvant radiotherapy and radical prostatectomy provides no advantage for T3. The choice of treatment for stage T3, N0, M0 obviously depends on the patient's general state and life expectancy. If the option of a curative treatment in a young subject can be reasonably considered, combination therapy should be preferred.

Mots clés:
prostate / Tumeur / radiothérapie / prostatectomie radicale / Hormonothérapie
Mots-clés:
prostate / tumor / radiotherapy / radical prostatectomy / endocrine therapy
Traumatismes du pédicule rénal : la revascularisation rénale est-elle justifiée?
Renal pedicle trauma : is renal revascularization justified?
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 995-1000

BUTS : les traumatismes du rein avec lésions pédiculaires peuvent faire l'objet d'une réparation vasculaire en urgence, d'une surveillance en milieu chirurgical ou d'une néphrectomie immédiate ou différée. Le but de ce travail est d'évaluer ces différentes modalités de prise en charge.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 28 patients présentant un traumatisme pédiculaire rénal et traités dans deux centres urologiques entre 1985 et 1995 ont été revus. Tous les traumatismes ont été explorés par urographie intraveineuse, scanner et/ou artériographie. 16 patients avaient des lésions intra-abdominales associées.
RÉSULTATS : 7 patients ont fait l'objet d'une réparation vasculaire au bout d'un délai moyen de 4,8 heures. Il y eut 5 néphrectomies secondaires et 2 reins fonctionnels dont 1 avec hypertension artérielle. 13 patients ont eu une néphrectomie de première intention: 4 réalisées en urgence pour instabilité hémodynamique, et 9 en urgence différée devant des reins muets ou des troubles secondaires de l'hémodynamique. Le délai diagnostique moyen était de 20 heures. Aucune complication n'est à déplorer dans ce groupe. L'abstention chirurgicale a été décidée chez 8 patients. Le délai diagnostique moyen était de 7,5 heures. Dans ce groupe, nous déplorons un décès en rapport avec des lésions cérébrales associées. 3 auront une néphrectomie tardive pour hypertension artérielle sévère et 4 ont gardé un rein muet sans séquelles. Au total : 21 néphrectomies, 2 reins fonctionnels (l patient étant hypertendu), 4 reins muets sans hypertension et un décès ont été constatées.
CONCLUSION : Dans les traumatismes pédiculaires rénaux vus au-delà de la 4ème heure, la sévérité des lésions ischémiques et séquellaires rénales et le peu de reins conservés malgré une chirurgie de revascularisation plaideraient pour une néphrectomie d'emblée programmée.

OBJECTIVE : Renal trauma with pedicle lesions may require emergency vascular repair, a surveillance in a surgical unit or immediate or secondary nephrectomy. The objective of this study was to evaluate these various treatment modalities. MATERIAL AND METHODS : 28 patients presenting with renal pedicle trauma, treated in two urological centres between 1985 and 1995 were reviewed. All cases of trauma were investigated by intravenous urography, CT and/or arteriography. 16 patients had associated intra-abdominal lesions. RESULTS : 7 patients underwent vascular repair after a mean interval of 4.8 hours. There were 5 nephrectomies and 2 functional kidneys, including 1 with hypertension. 13 patients underwent first-line nephrectomy : 4 performed as an emergency for haemodynamic instability, and 9 performed as a deferred emergency for silent kidney or secondary haemodynamic disorders. The mean time to diagnosis was 20 hours. No complication was observed in this group. Non-surgical management was decided in 8 patients. The mean time to diagnosis was 7.5 hours. One death was observed in this group, due to associated cerebral lesions. 3 patients subsequently underwent late nephrectomy for severe hypertension and 4 had a persistent silent kidney without sequelae. Overall : 21 nephrectomies, 2 functional kidneys (1 patient was hypertensive), 4 silent kidneys without hypertension and one death were observed.
CONCLUSION : In cases of renal pedicle trauma seen after the 4th hour, the severity of ischaemic lesions and renal sequelae and the small number of kidneys saved despite revascularization surgery argue in favour of immediately elective nephrectomy.

Mots clés:
Rein / artère rénale / lésion traumatique / rupture / thrombose
Mots-clés:
Kidney / Renal artery / traumatic lesion / rupture / thrombosis
Traitement endoscopique du reflux vésico-rénal chez l'enfant. Bilan de cinq ans d'utilisation de Macroplastique
Endoscopic treatment of vesicorenal reflux in children. Five-year assessment of the use of Macroplastique.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1001-1006

BUTS : Analyser les résultats du traitement endoscopique du reflux vésico-rénal par implantation de Macroplastique et comparaison avec le Téflon.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 297 enfants présentant 454 reflux vésico-rénaux ont été traités par implantation endoscopique de Macroplastique (Uroplasty-A.B.S.) : 385 reflux primitifs et de 69 reflux secondaires ou associés. Tous les enfants ont été contrôlés par échographie et cystographie 6 semaines et 1 an après l'implantation.
RÉSULTATS : Toutes étiologies ou tous grades confondus, le reflux a disparu chez 91,2% des enfants (93,3% des uretères). Les complications à type de stase urétérale sont rares (3 cas). Après guérison, 161 enfants (253 uretères) ont été revus à 1 an : le reflux est réapparu chez 8,7% des patients.
CONCLUSION : Bien que la quantité moyenne implantée ait été moindre avec le Macroplastique, les résultats semblent supérieurs à ceux obtenus avec le Téflon (sur une série antérieure de 402 enfants : guérison pour 87,1% des uretères et 85,7% des enfants). Les avantages du Macroplastique par rapport au Téflon peuvent s'expliquer par la consistance moins liquide, l'absence de rétraction du produit et par la présence de micro-particules plus grosses sans aucune réaction inflammatoire locale ou à distance.

OBJECTIVE : To compare the results of endoscopic treatment of vesicorenal reflux by Macroplastique implantation versus Teflon implantation. MATERIAL AND METHODS : 297 children with 454 refluxing vesidorenal units were treated by endoscopic implantation of Macroplastique (Rplasty)-A.B.S. : 385 cases of primary reflux and 69 cases of secondary or associated reflux. All children were reviewed by ultrasound and cystography 6 weeks and 1 year after implantation. RESULTS : Regardless of the aetiology and the grade, reflux resolved in 91.2% of children (93.3% of ureters). Complications such as ureteric stasis were rare (3 cases). 161 children (253 ureters) were reviewed 1 year after treatment : reflux had recurred in 8.7% of patients.
CONCLUSION : Although the mean quantity implanted was lower with Macroplastique, the results appeared to be better than those obtained with Teflon (bases on a previous series of 402 children : cure for 87.1% of ureters and 85.7% of children). The advantages of Macroplastique compared to Teflon include the less liquid consistency, the absence of retraction of the product and the presence of larger microparticles without any local or distant inflammatory reaction.

Mots clés:
malformation de la voie urinaire supérieure / Reflux vésico-urétéral / chirurgie endoscopique / opération anti-reflux
Mots-clés:
upper urinary tract malformation / vesicoureteral reflux / endoscopic surgery / antireflux procedure
Pronostic des tumeurs infiltrantes de vessie de stade pT3b traitées par chimiothérapie adjuvante
Prognosis and adjuvant chemotherapy of stage pT3b invasive bladder tumours.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1007-1011

BUTS : Evaluer le pronostic des tumeurs vésicales urothéliales infiltrantes de stade pT3bM0 traitées par cystectomie seule ou combinée à une chimiothérapie adjuvante selon le protocole MVAC (méthotrexate, vinblastine, adriamycine et cisplatine).
MATÉRIEL ET MÉTHODES : De 1987 à 1996, 90 patients ayant une tumeur urothéliale de la vessie de stade pT3bM0 ont été traités par cystectomie isolée (n=69) ou suivie d'une chimiothérapie de type MVAC (n=21). Le stade ganglionnaire était N0 (n=55), N+ (n=29) ou Nx (n=6). Essentiellement sélectionnés pour leur bon état général, les patients traités par chimiothérapie avaient un stade ganglionnaire N0 (n=7) ou N+ (n=14). La chimiothérapie a dû être interrompue dans 2 cas et l'évolution a été fatale en cours de traitement dans 4 cas, par évolution néoplasique, complication chirurgicale ou aplasie médullaire.
RÉSULTATS : Avec un recul de 2 à 120 mois (m=15), 65 décès ont été enregistrés dont 2 post-opératoires, 39 d'origine carcinologique et 14 d'affections intercurrentes. La survie actuarielle à 1, 2 et 5 ans était respectivement de 70, 48 et 19% au stade N0 et de 54, 25 et 3% au stade N+, les médianes de survie correspondantes étant de 20 et 12 mois (pCONCLUSION : Le pronostic après cystectomie des cancers vésicaux de stade pT3b est sévère, a fortiori en cas d'atteinte ganglionnaire. La chimiothérapie adjuvante selon le protocole MVAC tend à améliorer la survie notamment sans récidive et paraît bénéfique au stade N0. L'intérêt de ce complément thérapeutique dont la morbidité spécifique est élevée semble par contre plus relatif au stade N+.

OBJECTIVE : To evaluate the prognosis of stage pT3bM0 invasive urothelial bladder tumours treated by cystectomy alone or combined with adjuvant chemotherapy according to the MVAC protocol (methotrexate, vinblastine, adriamycin and cisplatin). MATERIAL AND METHODS : From 1987 to 1996, 90 patients with stage pT3M0 urothelial bladder tumours were treated with isolated cystectomy (n=69) or followed by MVAC chemotherapy (n=21). Lymph node stage was N0 (n=55), N+ (n=29) or Nx (n=6). Essentially selected because of their good general status, patients treated with chemotherapy had a lymph node stage N0 (n=7) or N+ (n=14). Chemotherapy had to be suspended in 2 cases and with a fatal outcome during treatment in 4 cases, due to tumour progression, surgical complication or bone marrow aplasia. RESULTS : 65 deaths have occurred with a follow-up of 2 to 120 months (m=15), including 2 postoperative deaths, 39 cancer deaths and 14 intercurrent deaths. The 1-year, 2-year and 5-year actuarial survival rates were 70%, 48% and 19% for stage N0 and 54%, 25% and 3% for stage N+, respectively, with corresponding median survivals of 20 and 12 months (pCONCLUSION : The prognosis after cystectomy for stage pT3b bladder cancer is severe, especially in the presence of lymph node involvement. Adjuvant chemotherapy according to the MVAC protocol tends to improve survival, especially recurrence-free survival, and appears beneficial at stage N0. However, the value of this adjuvant treatment, which is associated with a high specific morbidity appears to be more relative at stage N+.

Mots clés:
Vessie / tumeur urothéliale infiltrante / Cystectomie radicale / Chimiothérapie adjuvante / Pronostic
Mots-clés:
bladder / invasive transitional cell carcinoma / Radical cystectomy / adjuvant chemotherapy / prognosis
Valeur diagnostique de dix biopsies prostatiques systématisées et échoguidées par voie transrectale.
Diagnostic value of ten systematised, ultrasound-guided transrectal prostatic biopsies.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1012-1017

BUTS : Etudier l'amélioration de la détection du cancer de prostate par la réalisation de dix biopsies prostatiques transrectales strictement systématisées. MATÉRIELS ET MÉTHODES : L'étude est prospective et porte sur 162 patients ayant subi une série de 10 biopsies prostatiques échoguidées par voie transrectale pour une élévation du PSA et/ou anomalie du toucher rectal. Cinq biopsies étagées sont faites dans chaque lobe : entre les 3 biopsies habituellement réalisées dans le protocole standard, 2 biopsies sont intercalées en respectant l'angle d'attaque de l'aiguille préconisé dans le protocole standard.
RÉSULTATS : Le taux de complications est de 1,85% avec la technique des 10 biopsies. 40,1% des 162 patients ont un adénocarcinome prostatique détecté. Dans le groupe complet des patients, le pourcentage d'amélioration diagnostique apporté par le protocole de 10 biopsies est de + 3,1% par rapport au protocole standard. Le pourcentage d'amélioration diagnostique le plus important est dans le groupe de patients ayant un PSA ? 10 ng/ml (+ 4,9%) et dans le groupe de patients ayant un volume échographique de la prostate ? 40 cc (+ 4%).
CONCLUSION : Plus que l'augmentation du nombre de biopsies prostatiques réalisées, c'est l'échantillonnage des zones prostatiques dans lesquelles le cancer a statistiquement le plus de chances d'être observé (zone périphérique), qui semble apporter l'amélioration la plus notable sur le plan diagnostique.

OBJECTIVE : To study the improvement of prostatic cancer detection provided by ten strictly systematised transrectal prostatic biopsies. MATERIAL AND METHODS : This prospective study was conducted in 162 patients submitted to a series of 10 ultrasound-guided transrectal prostatic biopsies due to the presence of elevated PSA and/or an abnormality on digital rectal examination. Five biopsies were taken from different sites in each lobe : 2 biopsies were inserted between the 3 biopsies usually performed in the standard protocol, while maintaining the angle of entry of the needle recommended in this protocol. RESULTS : The complication rate was 1.85% with the 10-biopsy technique. Prostatic cancer was detected in 40.1% of the 162 patients. The percentage diagnostic improvement provided by the 10-biopsy protocol in the overall patient population was + 3.1% compared to the standard protocol. The highest percentage diagnostic improvement was observed in the group of patients with PSA ? 10 ng/ml (+ 4.9%) and in the group of patients with an ultrasound prostatic volume ? 40 cc (+ 4%).
CONCLUSION : The most marked diagnostic improvement appears to be related more to sampling of prostatic zones presenting a statistically increased risk of cancer (peripheral zone) than to the increased number of prostatic biopsies performed.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Biopsie / histo-pronostic
Mots-clés:
prostate / tumor / biopsy / histoprognosis
Un PSA inférieur à 20 ng/ml exclue-t-il le diagnostic de cancer de prostate métastatique?
Does PSA at less than 20 exclude the diagnosis of metastatic prostate cancer?
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1018-1021

BUTS : Mettre en évidence le risque non négligeable de métastases oseuses de cancer prostatique cliniquement localisé et dont le PSA est supérieur à 20 ng/ml. MÉTHODES : Dans cette étude en intention de traiter, les patients ayant une indication de prostatectomie radicale (de moins de 70 ans, ayant un cancer prostatique localisé, un nombre de biopsies positives de moins de 6 sur 9) et un PSA inférieur à 20 ng/ml (Tandem) ont été sélectionnés.
RÉSULTATS : Sur 210 patients répondant aux critères de sélection, 7 patients avaient des métastases osseuses dont 4 avaient un PSA inférieur à 10 ng/ml. Aucun n'avait de métastases ganglionnaires.
CONCLUSION : Le risque de présenter des métastases osseuses malgré un PSA inférieur à 20 ng/ml n'est donc pas négligeable. Il faut donc à notre avis continuer d'inclure la scintigraphie osseuse dans le bilan préthérapeutique du cancer prostatique cliniquement localisé.

OBJECTIVES : To demonstrate the considerable risk of bone metastases from clinically localized prostatic cancer with PSA greater than 20 ng/ml. MATERIAL AND METHODS : Patients presenting an indication for radical prostatectomy (younger than 70, with localized prostate cancer, less than 6 out of 9 positive biopsies) and PSA less than 20 ng/ml (Tandem) were selected for this intent-to-treat study. RESULTS : Seven of the 210 patients corresponding to the selection criteria presented with bone metastases and 4 of them had a PSA less than 10 ng/ml. None had lymph node metastases.
CONCLUSION : The risk of bone metastases despite PSA less than 20 ng/ml is therefore not negligible. In our opinion, it is necessary therefore to continue to include bone scan in the staging assessment of clinically localized prostate cancer.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Métastase / PSA / scintigraphie osseuse
Mots-clés:
prostate / tumor / Metastasis / PSA / radionuclide bone scan
Les fistules de l'urètre après traitement chirurgical d'hypospadias. A propos d'une série de 74 cas
Urethral fistulas after hypospadias surgery. About 74 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1029-1034

BUTS : Analyser les causes des fistules urétrales après urétroplastie pour hypospadias et les principes de leur traitement chirurgical.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 74 fistules ont été traitées: 6 étaient dans le gland, 17 dans le sillon balano-préputial, 33 péniennes antérieures, 6 moyennes, 8 postérieures et 4 péno-scrotales. Plus des 3/4 ont été fermées par suture ou par retournement du trajet fistuleux, le plus souvent sans dérivation urinaire. Dans 15 cas il a été préférable de refaire une urétroplastie.
RÉSULTATS : 72,5% des fistules ont été fermées en 1 temps. Les résultats sont meilleurs dans la suture ou le retournement de la fistule qu'en cas d'urétroplastie complémentaire (1 échec sur 2). Les fistules sans dérivation ont guéri dans 72,5% des cas, contre 54% pour les fermetures avec dérivation.
CONCLUSION : Parmi les complications de l'urétroplastie, les fistules sont relativement faciles à traiter, à condition de respecter certaines règles : délai de 6 mois entre les 2 gestes, traitement préalable d'une sténose associée, utilisation d'un garrot et de loupes, et double couverture par plan intermédiaire et cutané. Un pansement hémostatique limite la tension des sutures et la dérivation urinaire doit être réservée aux fistules larges nécessitant une nouvelle urétroplastie.

OBJECTIVE : To analyse the causes of fistulas following urethroplasty procedures and the principles of their surgical treatment. MATERIAL AND METHODS : 74 fistulas were treated : 6 were on the glans, 17 coronal, 33 on the distal shaft, 6 midshaft, 8 proximal shaft and 4 penoscotal. More than 75% underwent a simple closure or invagination of the fistula into the urethra, often without urinary diversion. A second-stage urethroplasty was necessary in 15 cases. RESULTS : The initial success rate was 72,5%. Results obtained with simple closure or invagination were better than extensive surgery (50% failure rate). Seventy two percent of these fistulas without urinary diversion were treated successfully as compared to 53,8% of those which had required a catheter.
CONCLUSION : Of all the complications of hypospadias surgery, fistulas are in most cases the easiest to resolve, provided that some fundamental rules are respected : a minimum of 6 month between both procedures, previous treatment of any concomitant urethral stenosis, use of a tourniquet and loops magnification, and an additional layer of interrupted subcutaneous sutures. A haemostatic dressing reduces the tension of the sutures. An urinary diversion is only necessary for larger fistulas which require a second-stage urethroplasty.

Mots clés:
malformation de la voie urinaire inférieure / hypospade / uréthroplastie / Échec / fistule uro-cutanée
Mots-clés:
lower urinary tract malformation / hypospadias / urethroplasty / Failure / urocutaneous fistula
Effet d'un cathéter urétral 6 Charrière sur la débitmétrie chez l'homme porteur d'une hypertrophie bénigne de la prostate.
Effect of a 6F urethral catheter on uroflowmetry in men with benign prostatic hyperplasia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1035-1038

BUTS : Déterminer si la présence d'un cathéter 6 CH dans l'urètre modifie les paramètres de la débitmétrie dans une population d'hommes présentant un prostatisme.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 260 patients, âgés de 45 à 86 ans, consultant pour hypertrophie bénigne de la prostate, ont réalisé deux débitmétries, l'une urètre libre, l'autre avec un cathéter urétral 6 CH. Les patients présentant des antécédents de maladies neurologiques, de diabète, de cancer prostatique, de chirurgie du bas appareil urinaire ou prenant des drogues susceptibles de retentir sur la miction, ont été exclus de l'étude. Débit maximum (Q max) et volume uriné ont alors été comparés lors des 2 enregistrements. Les tests statistiques utilisés étaient le test non paramétrique de Wilcoxon.
RÉSULTATS : Il n'existait pas de différence significative entre les volumes urinés dans les 2 groupes (m : 207 ml contre m : 226 ml). Il existait, par contre, une différence très significative dans les mesures du débit maximum (m : 8,62 ml/s contre m : 6,97 ml/s p=0,0001).
CONCLUSION : La présence d'un cathéter urétral, même de petit calibre (6 CH), modifie le débit de plus de 1,5 ml/s. Cette donnée doit être prise en compte dans la réalisation et l'interprétation des mesures de la pression-débit chez l'homme.

OBJECTIVE : To determine whether the presence of a 6F catheter in the urethra modifies uroflowmetric parameters in a population of men with benign prostatic hyperplasia. PATIENTS AND METHODS : 260 patients, 45 to 86 years old, presenting with benign prostatic hyperplasia, underwent two uroflowmetries, one with the urethra free, the other with a 6F urethral catheter. Patients with a history of neurological disease, diabetes mellitus, prostatic cancer, lower urinary tract surgery or taking drugs likely to affect micturition, were excluded from the study. Maximum flow rate (Qmax) and voided volume were then compared during the 2 recordings, using Wilcoxon's non parametric test. RESULTS : No significant difference was observed between voided volumes in the 2 groups (m : 207 ml versus m : 226 ml), but a very significant difference was observed for maximum flow rate measurements (m : 8.62 ml/s versus m : 6.97 ml/s p = 0.0001).
CONCLUSION : The presence of an urethral catheter, even small calibre (6F), modifies the flow rate by more than 1.5 ml/s. This element must be taken into account when performing and interpreting measurements of the pressure-flow relationship in men.

Mots clés:
Urodynamique / HBP / débitmétrie / sonde / obstruction sous vésicale
Mots-clés:
urodynamics / BPH / Uroflowmetry / catheter / Bladder outlet obstruction
Intérêt de la recherche du carcinome in situ dans la chirurgie conservatrice des tumeurs germinales du testicule
Value of detection of carcinoma in situ in conservative surgery for germ cell tumours of the testis.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1039-1042

BUTS : Il est actuellement envisagé de réaliser chez les patients monorchides présentant une tumeur germinale de petite taille, une énucléation tumorale afin de chercher à maintenir une fonction endocrine physiologique. Cette chirurgie conservatrice doit cependant s'accompagner du traitement d'éventuelles lésions de carcinome in situ lorsque celles-ci sont associées dans le parenchyme testiculaire restant.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : La présence de carcinome in situ est recherchée chez 35 patients porteurs d'une tumeur germinale du testicule à partir de prélèvements effectués, sur pièce d'orchidectomie, en pulpe présumée saine, à proximité et à distance de la tumeur. Les prélèvements à distance de la tumeur sont effectués en respectant le principe d'une biopsie testiculaire chirurgicale. L'analyse histologique porte également sur du tissu situé au contact de la tumeur.
RÉSULTATS : 26 patients (74,2%) présentent dans le parenchyme testiculaire présumé sain une dysplasie germinale intra-tubulaire. Celle ci est toujours retrouvée de façon concomitante sur les prélèvements effectués à proximité et à distance de la tumeur. Elle est plus volontiers observée au cours des séminomes mais se rencontre également dans les autres formes histologiques.
CONCLUSION : En raison du caractère diffus des lésions de carcinome in situ au sein des tumeurs germinales du testicule, les prélèvements de pulpe à proximité de la tumeur sont suffisants pour en assurer le diagnostic lors d'une chirurgie partielle. Son traitement fait actuellement appel à la radiothérapie locale.

OBJECTIVE : It is currently proposed to perform tumour enucleation in monorchid patients presenting with a small germ cell tumour, in order to preserve physiological endocrine function. However, this conservative surgery must be accompanied by treatment of any carcinoma in situ lesions present in the remaining testicular parenchyma. MATERIAL AND METHODS : The presence of carcinoma in situ was investigated in 35 patients with germ cell tumour of the testis on samples obtained from the presumably healthy pulp of the orchidectomy specimen, adjacent to and away from the tumour. Samples away from the tumour were performed according to principle of surgical testicular biopsy. Histological examination also concerned the tissue situated in contact with the tumour. RESULTS : 25 patients (74.22%) presented intratubular germ cell dysplasia in the testicular parenchyma presumed to be healthy. These lesions were always concomitantly observed on samples performed adjacent to and away from the tumour. It was observed more frequently in seminomas, but was also observed in other histological forms.
CONCLUSION : Because of the diffuse nature of carcinoma in situ in germ cell tumours of the testis, pulp samples adjacent to the tumour are sufficient to ensure the diagnosis during conservative surgery. Carcinoma in situ is currently treated by local radiotherapy.

Mots clés:
testicule / tumeur germinale / chirurgie conservatrice / cancer in situ
Mots-clés:
Testis / germ cell tumor / organ-sparing surgery / Carcinoma in situ
Infections multirécidivantes fébriles du tractus urinaire et diverticule de l'ouraque
Recurrent febrile urinary tract infections and diverticulum of the urachus.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1043-1046

Le canal de l'ouraque peut présenter un défaut d'oblitération partiel ou complet. Si le défaut est à son extrémité vésicale, il forme alors un diverticule. Nous rapportons ici un cas de diverticule de l'ouraque chez un adulte jeune, responsable depuis le début de l'adolescence d'infections du tractus urinaire fébriles, à répétition. L'échographie et l'imagerie par résonance magnétique ont suggéré le diagnostic. La cystoscopie puis l'examen anatomopathologique l'ont confirmé. Le traitement a consisté en une exérèse chirurgicale complète par voie sus-pubienne.

The urachus can present a partial or complete obliteration defect. If the defect is situated in its vesical extremity, it then forms a diverticulum. The authors report a case of diverticulum of the urachus in a young adult, responsible for recurrent febrile urinary tract infections since the beginning of adolescence. The diagnosis was suggested by ultrasonography and magnetic resonance imaging and confirmed by cystoscopy and histological examination. Treatment consisted of complete surgical resection via a suprapubic incision.

Mots clés:
infection urinaire / Vessie / ouraque / Diverticule
Mots-clés:
urinary tract infection / bladder / urachus / Diverticulum
Tumeur maligne à cellules de Leydig du testicule sécrétant de la progestérone
Malignant Leydig cell tumour of the testis with progesterone secretion.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1047-1050

Les tumeurs malignes à cellules interstitielles du testicule de Leydig représentent 0,1 à 0,3% des tumeurs testiculaires. Actuellement, moins de 50 cas sont répertoriés dans la littérature. Nous rapportons un nouveau cas clinique, inhabituel par sa sécrétion excessive de progestérone. Nous discutons les critères anatomopathologiques évocateurs de malignité comme l'index de prolifération évalué par immunohistochimie, de même que l'attitude thérapeutique souvent décevante face à ces tumeurs peu chimiosensibles.

Malignant Leydig cells tumours of the testis occur in only 0.1-0.3% of patients with testicular tumours. Less than 50 cases of malignant Leydig cells tumours have been previously reported. A report of a new case is presented. This tumour was unusual because of high progesterone level. We analyzed malignant pathologic signs of Leydig cell tumours as immunohistochemical proliferation index. Management of this tumour, forwhich chemotherapy is not yet available, is discussed.

Mots clés:
testicule / tumeur non germinale / Anatomopathologie / Immuno-histochimie / Progestérone
Mots-clés:
Testis / non germ cell tumor / Pathology / Immunohistochemistry / Progesterone
Carcinome sarcomatoïde de la vessie avec métaplasie osseuse majeure
Sarcomatoid carcinoma of the bladder with major bone metaplasia.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1051-1053

Les auteurs décrivent un cas de carcinome sarcomatoïde vésical dont le stroma comportait une importante métaplasie osseuse calcifiée. Une lithotritie mécanique de la tumeur a été nécessaire pour permettre sa résection transurétrale.

The authors describe a case of sarcomatoid carcinoma of the bladder, in which the stroma presented marked calcified bone metaplasia. Mechanical lithotripsy of the tumour was necessary to allow transurethral resection.

Mots clés:
Vessie / tumeur rare / métaplasie
Mots-clés:
bladder / rare tumor / Metaplasia
Analyse de la croissance prostatique au cours de la période foetale humaine
Analysis of prostatic growth in the human foetus.
2001
- Recherche - Physiologie
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1054-1057

Le but de ce travail a été de présenter les données quantitatives de la croissance prostatique au cours de la période foetale (13 à 36 semaines post-conception) et de fournir des courbes normatives de la croissance du volume prostatique en corrélation à l'âge foetal et au poids du foetus, en utilisant la méthode allométrique. L'étude a été réalisée à partir de 45 foetus humains de sexe masculin, non fixés, en bon état de conservation et sans malformations congénitales. L'âge de gestation des foetus était comprise entre la 13ème et la 36ème semaine post-conceptionnelle. L'analyse des corrélations nous a montré que les courbes de croissance ont présenté un angle inférieur à 45 degrés, indiquant que la prostate foetale présente une croissance dans un rythme plus faible que la croissance générale du foetus. Nous avons aussi trouvé une corrélation statistiquement significative (p

The objective of this study was to present quantitative data concerning prostatic growth during the foetal period (gestational age : 13 to 36 weeks) and to provide normal curves of the growth of the prostatic volume correlated with foetal age and weight, using the allometric method. This study was performed on 45 non-fixed human male foetuses, in a good state of preservation and not presenting any congenital malformations. The gestational age of the foetuses ranged from 13 to 36 weeks. Analysis of correlations showed that growth curves presented an angle less than 45 degrees, indicating that growth of the foetal prostate is slower than that of the individual as a whole. The authors also found a statisticallly significant correlation (p

Mots clés:
prostate / embryologie
Mots-clés:
prostate / embryology
Détection in vitro des cellules circulantes dans le cancer de la prostate par immunocytochimie, cytométrie en flux et RT-PCR PSA
In vitro detection of circulating prostate cancer cells by immunocytochemistry, flow cytometry and RT-PCR PSA.
2001
- Recherche - Physiologie
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1058-1064

BUTS : Evaluer in vitro 3 méthodes de détection (immunocytochimie, cytométrie en flux et RT-PCR PSA) des cellules circulantes dans le cancer de prostate à partir d'un modèle de dilution de LNCaP (Lymph Node Cancer Prostate) dans des lymphocytes immortalisés.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : La comparaison in vitro des 3 techniques (immunocytochimie, cytométrie en flux, RT-PCR PSA) a été réalisée à partir d'une gamme de dilution de cellules LNCaP dans des lymphocytes humains immortalisés (concentration allant de 1 cellule LNCaP pour 100 lymphocytes à 1 cellule LNCaP pour l00 millions de lymphocytes). Les cellules ont été détectées par l'anticorps anti PSA (antigène spécifique de prostate) et PAP (phosphatase acide prostatique) en immunocytochimie, par l'anticorps anti pancytokératine couplé à un fluorescent en cytométrie en flux et par RT-PCR PSA.
RÉSULTATS : Le seuil de détection a été de l cellule LnCap pour 200 000 lymphocytes (1/2.105) pour l'immunocytochimie, de l cellule LNCaP pour 1 000 lymphocytes (l/1.103) pour la cytométrie en flux et de 1 cellule LN(laP pour l0 millions de lymphocytes (l/107) pour la RT-PCR PSA. CONCLUSION : La RT-PCR, par son seuil de détection le plus sensible apparaît comme la méthode de choix pour la détection de cellules épithéliales prostatiques. L'avantage de l'immunocytologie est l'approche quantitative. La cytométrie en flux se heurte au seuil de détection des appareils utilisés. La place de la détection des cellules circulantes dans le cancer de prostate comme facteur pronostique reste à clarifier. Cependant, leur détection et leur corrélation avec la tumeur primitive aideront à comprendre le phénomène métastatique.

OBJECTIVE : To evaluate 3 in vitro methods detection (immunocytochemistry, flow cytometry and RT-PCR PSA) of circulating prostate cancer cells from a model of uncap dilution in immortalised lymphocytes. METHODS : In vitro comparison of 3 techniques (immunocytochemistry, flow cytometry, RT-PCR PSA) was performed from a range of dilutions of LbCap cells in immortalised human lymphocytes (concentration range : 1 LnCap cell per 100 lymphocytes to 1 LnCap cell per 100 million lymphocytes). Cells were detected by anti-PSA (prostate specific antigen) and PAP (prostatic acid phosphatase) antibody by immunochemistry, by fluorescent linked antipancytokeratin antibody by flow cytometry and RT-PCR PSA. RESULTS : The limit of detection was 1 LnCap cell per 200,000 lymphocytes (1/2.105) for immunochemistry, 1 LnCap cell per 1,000 lymphocytes (1/1.103) for flow cytometry and 1 LnCap cell per 10 million lymphocytes (1/107) for RT-PCR PSA.
CONCLUSION : RT-PCR, due to its most perceptible limit of detection, appears to be the method of choice for the detection of prostatic epithelial cells. Immunocytochemistry has the advantage of providing a quantitative approach. Flow cytometry is limited by the limit of detection of the apparatus used. The pronostic significance of detection of circulating prostate cancer cells remains to be clarigied, but the detection of these cells and their correlation with the primary tumour will provide a better understanding of petastatic phenomena.

Mots clés:
prostate / Tumeur / PSA / cellule circulante / cytométrie
Mots-clés:
prostate / tumor / PSA / circulating cell / cytometry
Interprétation graphique de l'instantané mictionnel
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1065-1073
Mots clés:
Urodynamique / étude pression-débit / résistance uréthrale
Mots-clés:
urodynamics / pressure-flow study / urethral resistance
Comment devenir... et rester urologue aux USA
2001
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1074-1076
Mots clés:
formation professionnelle / exercice professionnel
Mots-clés:
professional training / professional practice
Place actuelle des aminoglycosides dans le traitement des pyélonéphrites aiguës
Current place of aminoglycosides in the treatment of acute pyelonephritis.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1077-1079

Compte tenu de la très grande efficacité des céphalosporines de 3ème génération et des fluoroquinolones utilisés en monothérapie dans le traitement des pyélonéphrites aiguës non compliquées, l'adjonction d'un aminoglycoside n'est pas actuellement recommandée, la balance entre les inconvénients et les avantages de cette classe antibiotique n'étant pas jugée favorable. Pour autant, la question demeure posée de l'intérêt d'une cure brève d'aminoglycosides, à la phase initiale du traitement, notamment chez les sujets hospitalisés. La contribution à ce débat de trois études récemment publiées est analysée.

In view of the very great efficacy of 3rd generation cephalosporins and fluoroquinolones used as monotherapy in the treatment of uncomplicated acute pyelonephritis, the addition of an aminoglycoside is not currently recommended, because of the unfavourable balance of the advantages and disadvantages of this antibiotic class. However, a brief course of aminoglycosides may nevertheless be useful during the initial phase of treatment, especially in hospitalised subjects. The authors analyse the contribution of three recently published studies to this debate.

Mots clés:
infection urinaire / Pyélonéphrite aiguë / antibiothérapie
Mots-clés:
urinary tract infection / acute pyelonephritis / antibiotic therapy
La matériovigilance
Medical device vigilance system.
2001
- Réglementation
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1083-1086

La matériovigilance a été mise en place dans notre pays conformément aux directives européennes. Elle comporte le signalement des incidents ou risques d'incident relatifs aux dispositifs médicaux, l'évaluation des informations, le suivi des dossiers et la réalisation d'études sur la sécurité des dispositifs. Les établissements de santé doivent disposer d'un correspondant local de matériovigilance qui assure la transmission des déclarations au ministère. Le ministère de la santé est chargé de centraliser et d'évaluer les différentes déclarations. La commission nationale de matériovigilance et les onze sous-commissions techniques ont de ce fait un rôle consultatif auprès du Ministre de la Santé. Les fabricants de dispositifs ayant fait l'objet d'une déclaration peuvent être amenés, sur décision ministérielle, à les modifier ou à les retirer du marché. Dorénavant l'utilisation de la matériovigilance fait donc partie de notre pratique clinique.

The medical device vigilance system was set up in France in line with European directives. It consists of reporting of incidents or risks of incidents related to medical devices, evaluation of information, follow-up of files and conduct of device safety studies. Health establishments must appoint a local medical device vigilance correspondent responsible for sending declarations to the ministry. The Ministry of Health centralizes and evaluates the various declarations. The national medical device vigilance commission and the eight technical subcommittees consequently play an advisory role to the Minister of Health. When decided by the Minister, manufacturers of medical devices for which a declaration has been submitted may be required to modify them or withdraw them from the market. Medical device vigilance is therefore now an integral part of clinical practice.

Mots clés:
réglementation professionnelle / matério-vigilance
Mots-clés:
professional rules / medical device vigilance
John Hunter (1728-1793) : fondateur de la chirurgie scientifique et précurseur de l'urologie
John Hunter (1728-1793) : founder of scientific surgery and forerunner of urology.
2001
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 1998, 8, 1087-1096

Par cet article nous présentons brièvement la vie et l'oeuvre scientifique du fondateur de la chirurgie expérimentale, John Hunter, qui, par ses recherches et ses écrits en matière d'urologie, a énormément contribué au développement de cette discipline qui constituait jusqu'alors une branche de la chirurgie. A ce propos nous citons quelques exemples indicatifs de son oeuvre urologique, tout en mettant l'accent sur ses conceptions cancérologiques par rapport aux tumeurs du testicule.

The author briefly presents the life and scientific work of the founder of experimental surgery, John Hunter, who made an enormous contribution to the development of urology by his research and books concerning this discipline, which, up until then, simply constituted a branch of surgery. Several examples of his urological work are presented, emphasizing his oncological concepts concerning testicular tumours.

Mots clés:
personnage célèbre / Hunter
Mots-clés:
celebrity / Hunter