Base bibliographique

Sommaire :

Lettres à la rédaction - Chirurgie de l'incontinence urinaire à l'effort féminine par voie transobturatrice : dehors dedans ou dedans dehors ? Etude anatomique comparative.
2006
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1162-1162

par SPINOSA J.P., DUBUIS P.Y., RIEDERE B. Prog. Urol., 2005, 15 (4) :700-706.

Lettres à la rédaction - Re : «Place actuelle de la chimiothérapie dans le traitement du cancer de la prostate métastatique hormonorésistant»
2006
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1160-1160

par Xavier BRETON, Eric LECHEVALLIER, Christian COULANGE, Prog. Urol., 2005, 15, 398-404

Lettres à la rédaction - Re : «Promontofixation coelioscopique : comparaison d'une bandelette prothétique non résorbable (Mersuture®) et d'une matrice collagène SIS (SurgesisTMES).
2006
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1161-1161

par Michaël Grynberg, Frédéric Dedecker, Frédéric Staerman. Prog. Urol., 2005, 15, 751-755.

LIVRE - Dermatologie génitale masculine
2006
- Livres, manuels de l'ECU
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1166-1166

Auteur : Christopher B. BUNKER
Coordination scientifique de l'édition française : Stéphane BARETE
Préface : Camille FRANCÈS
Avant-propos : Jean-Michel DUBERNARD

Mots clés:
livre / dermatologie
LIVRE - Dysfonctionnement du plancher pelvien. Tome 2 : Traitement et prise en charge
2006
- Livres, manuels de l'ECU
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1167-1167

Auteurs : Alain P. BOURCIER, Edward J. McGUIRE, Paul ABRAMS
Coordinateur scientifique de l'édition française : Alain P. BOURCIER
Préface : Professeur Jean-Marie BUZELIN.

Mots clés:
livre / Incontinence
Amélioration du recrutement des internes de chirurgie issus des Epreuves Nationales Classantes : solution pratique appliquée à la filière urologique
Improvement of the recruitment of surgery interns derived from the Epreuves Nationales Classantes (National-Ranking Exam): practical solution applied to urology..
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1101-1105

Objectifs : Analyser l'intérêt d'un stage d'initiation à la spécialité urologique proposée aux jeunes internes pour améliorer le recrutement de la discipline depuis la mise en place du nouvel Examen National Classant (ENC).
Matériels et méthodes : En Octobre 2004, les 77 internes nommés en chirurgie à Paris à l'ENC ont participé à un stage d'initiation à la chirurgie urologique d'une journée organisée par l'AFUF, à l'école de chirurgie de l'AP-HP. Un questionnaire a été soumis aux internes en début de stage. Le questionnaire relevait : l'âge, le sexe, le CHU d'origine, la réalisation d'un stage d'externe en urologie et les orientations souhaitées en fonction des filières chirurgicales proposées à l'ENC. Les items relatifs à l'orientation professionnelle étaient à nouveau soumis aux internes en fin de stage.
Résultats : Population. 77 internes ont été inclus dont 48 femmes (62,3%) et 29 hommes (37,7%). L'âge moyen était de 25,2 ±5 ans (23-31). 55 internes étaient issus d'un CHU parisien (67%) et 22 (28,6%) d'un CHU de province. 16 internes (20,8%) avaient effectué au moins un stage dans un service d'urologie pendant leur externat. Orientations professionnelles. L'orthopédie est la discipline qui a été le plus citée (n=20 ; 26%). L'urologie a été choisie par 8 internes (10,4%) qui avaient tous effectués un stage d'externe dans la spécialité. A la fin du stage d'initiation, 8 internes supplémentaires souhaitaient faire de l'urologie. Sur 16 internes d'urologie potentiels, 9 (56,2%) ont affirmé que leur choix était définitif.
Conclusion : L'urologie conserve une place de choix en demeurant une discipline chirurgicale prisée par les étudiants. L'organisation de sessions pratiques est une solution pour informer, créer une émulation et motiver les internes de chirurgie à choisir l'urologie.

Objectives: To analyse the value of an urology initiation session proposed to young interns to improve recruitment of the discipline since the introduction of the new National-Ranking Exam (NRE).

Materials and Methods: In October 2004, the 77 interns appointed to surgery in Paris on the basis of the ENC participated in a one-day urology initiation session organized by the AFUF, at the AP-HP School of Surgery. All interns were given a questionnaire at the beginning of the session to record the following data: age, gender, teaching hospital, a student attachment in urology and desired specialization as a function of the surgical training programmes proposed by the ENC. Items concerning the desired specialization were resubmitted to the interns at the end of the session.

Results: Population. 77 interns, 48 females (62.3%) and 29 males (37.7%) with a mean age of 25.2 ± 5 years (range: 23-31). 55 interns had trained at a Parisian teaching hospital (67%) and 22 (28.6%) had trained at a provincial teaching hospital. 16 interns (20.8%) had completed at least one urology attachment during their medical training. Desired specialization. Orthopaedics was the discipline most frequently cited (n=20; 26%). Urology was chosen by 8 interns (10.4%), who had all completed an urology attachment during their medical training. At the end of the urology initiation session, another 8 interns expressed the desire to specialize in urology. Of the 16 potential urology interns, 9 (56.2%) confirmed that their decision was final.

Conclusion: Urology occupies a special place and remains a popular surgical speciality among students. Organization of practical sessions constitutes a solution to inform, create an emulation and motivate surgery interns to choose urology.

Mots clés:
Formation / Chirurgie / urologie / internat.
Mots-clés:
Training / surgery / Urology / internship.
Carcinome transitionnel primitif de l'urètre bulbaire : à propos d'un cas
Primary transitional cell carcinoma of the bulbar urethra.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1145-1148

Nous rapportons le cas d'un carcinome transitionnel papillaire primitif de bas grade de l'urètre survenu chez un homme de 61 ans, siégeant au niveau du cul de sac bulbaire. La tumeur est traitée par une résection endoscopique avec une bonne évolution et l'absence de récidive avec un recul de 11 ans.

The authors report a case of low-grade primary papillary transitional cell carcinoma of the bulbar urethra in a 61-year-old man treated by endoscopic resection with a favourable outcome and no recurrence with a follow-up of 11 years.

Mots clés:
Urètre / Carcinome / tumeur urothéliale.
Mots-clés:
Urethra / Carcinoma / urothelial tumour
Evaluation mécanique de différentes bandelettes sous-urétrales utilisées pour le traitement de l'incontinence urinaire d'effort
Mechanical evaluation of various suburethral tapes used for the treatment of stress urinary incontinence.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1106-1109

But de l'étude : Le but de cette étude est de comparer les caractéristiques mécaniques d'une série de bandelettes commercialisées pour le traitement de l'incontinence urinaire d'effort, souvent considérées comme identiques dans la pratique clinique.
Matériel et Méthode : 6 bandelettes ont été étudiées : TVT (Gynecare-Ethicon, USA), IVS (Tyco Healthcare, USA), Sparc (AMS, USA), Uretex (Sofradim, France distribué par BARD), I-stop (CL médical, France), et Uratape (Porgès, France). La surface a été étudiée en microscopie électronique à balayage. Les propriétés mécaniques ont été évaluées sur un appareil de traction de type Instron, équipé d'un capteur de 500 Newton et l'élongation a été pratiquée à 10 mm/minutes. Les courbes de déformation, le module d'élasticité de Young, et la charge maximale ont été calculés. Le relarguage éventuel de particules a été recherché en pesant chaque échantillon avant et après une traction douce à 0,01 kN
Résultats : Si on se place d'un point de vue purement mécanique, des propriétés vraiment opposées ont été retrouvées. La charge maximum varie de 0,012 ± 0,002 à 0,047 ± 0,013 kN. Le module d'élasticité varie de 4,31 ± 1,1 à 41,99 ± 14,3 Mpa. La déformation maximum varie de 31% à 108%. Le relarguage de particules a été évalué, selon les bandelettes, entre 0,01% à 8,5% de variation du poids initial.
Conclusion : Il est difficile de comparer des bandelettes qui étaient en théorie commercialisées pour la même application. Il est vraisemblable que la même bandelette ne doit pas être destinée à la même application. Les cliniciens doivent mieux évaluer les propriétés necessaires. Nous pensons que les bandelettes qui ont un module d'élasticité élevé devraient plutôt être proposées pour une voie trans-obturatrice de façon à réaliser un véritable appui périnéal, alors que les bandelettes qui ont un module d'élasticité plus bas devraient être plutôt utilisées par voie rétro-pubienne.

Objective: The objective of this study is to compare the mechanical characteristics of a series of suburethral tapes marketed for the treatment of stress urinary incontinence, often considered to be identical in the clinical practice.

Material and Method: Six suburethral tapes were studied: TVT® (Gynecare-Ethicon, USA), IVS® (Tyco Healthcare, USA), Sparc® (AMS, USA), Uretex® (Sofradim, France distributed by BARD), I-stop® (CL médical, France), and Uratape® (Porgès, France). The surface was studied by scanning electron microscopy. Mechanical properties were evaluated on an Instron® traction apparatus equipped with a 500 Newton transducer and elongation was performed at a rate of 10 mm/min. Deformation curves, Young's elastic modulus, and maximum load were calculated. Possible release of particles was investigated by weighing each sample before and after gentle 0.01 kN traction.

Results: From a purely mechanical point of view, completely opposite properties were observed. The maximum load ranged from 0.012 ± 0.002 to 0.047 ± 0.013 kN. Young's elastic modulus ranged from 4.31 ± 1.1 to 41.99 ± 14.3 Mpa. Maximum deformity ranged from 31% to 108%. Release of particles was estimated, according to the tape, to represent a variation of the initial weight of between 0.01% and 8.5%.

Conclusion: It is difficult to compare tapes that are theoretically marketed for the same application, suggesting that the same tape should probably not be used for the same application. Clinicians must more extensively evaluate the required properties. The authors believe that tapes with a high elastic modulus should be proposed for transobturator procedures to provide real perineal support, while tapes with a lower elastic modulus should be used for retropubic techniques.

Mots clés:
Bandelettes sous-urétrales / incontinence urinaire d'effort / biomatériaux / biocompatibilité.
Mots-clés:
suburethral tape / Stress urinary incontinence / biomaterials / biocompatibility.
Infertilité et tumeur du testicule : à propos de 25 patients
Infertility and testicular tumour based on a series of 25 patients.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1096-1100

Buts : Evaluer la fréquence des tumeurs du testicule chez l'homme infertile et en préciser les caractéristiques cliniques, échographiques et anatomopathologiques.
Matériel et Méthodes : Etude rétrospective étudiant les orchidectomies totales ou partielles réalisées entre janvier 1995 et avril 2004. Durant cette période, 3000 nouveaux patients ont consulté pour bilan d'infertilité. Le bilan clinique, biologique et échographique était identique pour chaque patient.
Résultats : 26 tumeurs testiculaires ont été opérées chez 25 patients soit 0,83% des hommes infertiles ayant consulté. 6 tumeurs étaient cliniquement palpables (23%). 20 (77%) ont été découvertes à l'échographie. La taille des nodules était comprise entre 4 et 49 mm. 23 orchidectomies élargies et seulement 3 orchidectomies partielles ont été réalisées car 96% des testicules présentant un nodule étaient hypotrophiques. L'analyse anatomopathologique retrouvait 15 tumeurs à cellules de leydig (58%), 8 séminomes (30%), 1 tératome mature, 1 tumeur à cellules de sertoli, 1 burn out tumeur. 9 (36%) patients avaient un antécédent de cryptorchidie. Les marqueurs tumoraux étaient normaux chez 24 des 25 patients (96%). Tous les nodules étaient hypoéchogènes. Toutes les tumeurs étaient classées pT1 N0 M0. Aucune récidive n'a été observée à ce jour.
Conclusion : L'incidence des tumeurs testiculaires chez l'homme infertile est fortement augmentée par rapport à la population générale. Cette incidence varie entre 0.35 et 0.83% selon les études. Il nous semble indispensable que tout homme présentant une infertilité, puisse bénéficier d'un bilan uro-andrologique.

Objectives: To evaluate the frequency of testicular tumours in infertile men and to specify their clinical, ultrasound and histological characteristics.

Material and Methods: Retrospective study of all partial or total orchidectomies performed between January 1995 and April 2004. During this period, 3,000 new patients consulted for assessment of infertility. The clinical, laboratory and ultrasound assessment was identical for each patient.

Results: Twenty-six testicular tumours were operated in 25 patients, i.e. 0.83% of the infertile men who consulted our department. Six tumours were clinically palpable (23%) and 20 (77%) were discovered on ultrasonography. The size of nodules ranged between 4 and 49 mm. Twenty-three radical orchidectomies and only 3 partial orchidectomies were performed, as 96% of testes presenting a nodule were hypotrophic. Histological examination demonstrated 15 Leydig cell tumours (58%), 8 seminomas (30%), 1 mature teratoma, 1 Sertoli cell tumour, and 1 burnt-out tumour. Nine (36%) patients had a history of cryptorchidism. Tumour markers were normal in 24 of the 25 patients (96%). All nodules were hypoechoic. All tumours were classified as pT1 N0 M0 and no recurrence has been observed to date.

Conclusion: The incidence of testicular tumours in infertile men is much higher than in the general population. This incidence ranges between 0.35% and 0.83% according to various studies. A urological and andrological assessment should therefore be performed in all men presenting with infertility.

Mots clés:
Infertilité masculine / Tumeur / testicule / échographie.
Mots-clés:
Male infertility / tumour / Testis / ultrasound.
La cystite glandulaire floride
Florid glandular cystitis.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1141-1144

Introduction : La cystite glandulaire floride est une tumeur bénigne rare de la vessie qui peut simuler une lésion maligne.
Matériel et Méthodes : Au cours d'une période de quinze ans nous avons colligé un cas de cystite glandulaire floride récidivée.
Résultats : Le patient était âgé de 48 ans. Il présentait une hématurie terminale et des lombalgies droites. Il avait des antécédents de résection endoscopique de tumeur vésicale. L'échographie a montré une masse charnue du bas fond vésical. L'urographie intraveineuse a montré une dilatation urétéro-pyélo-calicielle bilatérale prédominante à droite avec une image lacunaire du bas fond vésical. A l'uroscanner il y avait envahissement de la graisse inter-vésico-prostatique. A l'endoscopie il y avait présence d'une tumeur de 5 cm de diamètre trigonale. L'histologie a conclu à une cystite glandulaire floride de type intestinal. Après résection l'amélioration de la symptomatologie était observée au cinquième jour post-opératoire.
Conclusion : La cystite glandulaire floride est une tumeur bénigne rare de la vessie dont le diagnostic repose sur la clinique, la radiologie et l'étude histologique. Le traitement repose essentiellement sur les méthodes chirurgicales.

Introduction: Florid glandular cystitis is a rare benign bladder tumour, which can simulate a malignant lesion.

Material and Methods: Over a period of fifteen years, we have observed one case of recurrent florid glandular cystitis.

Results: This 48-year-old patient presented with terminal haematuria and right low back pain with a history of endoscopic resection of a bladder tumour. Ultrasound showed a solid mass of the bladder base. Intravenous urography showed bilateral uretero-caliceal dilatation, predominant on the right, with a filling defect of the bladder base. CT urography showed invasion of the vesicoprostatic fat and endoscopy revealed a trigonal tumour 5 cm in diameter. Histology concluded on florid glandular cystitis of the intestinal type. Improvement of the symptoms was observed on the fifth postoperative day after resection of the tumour.

Conclusion: Florid glandular cystitis is a rare benign bladder tumour. The diagnosis is based on clinical examination, radiology and histological examination. Treatment is essentially surgical.

Mots clés:
Cystite glandulaire floride / tumeur bénigne / vessie.
Mots-clés:
Florid glandular cystitis / benign tumour / bladder.
La cystite incrustée
Encrusted cystitis.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1138-1140

La cystite incrustée est une inflammation chronique de la muqueuse vésicale associée à des dépôts de calcifications induits par des nombreuses bactéries en milieu alcalin. Le corynébactérium uréalyticum ou de groupe D2 est le plus fréquemment incriminé. C'est une pathologie rare dont la symptomatologie clinique est non spécifique et le diagnostic peut être suspecté à l'imagerie mais souvent porté tardivement sur des arguments histologiques. Le traitement de cette affection est basé sur une antibiothérapie adaptée avec acidification des urines. Nous rapportons un nouveau cas de cystite incrustée chez une femme de 78 ans.

Encrusted cystitis is a chronic inflammation of the bladder mucosa associated with calcified deposits induced by numerous bacteria in an alkaline medium. Corynebacterium urealyticum or group D2 is most frequently incriminated. Encrusted cystitis is a rare disease with nonspecific clinical features. The diagnosis may be suspected on imaging, but is often only established later on histological findings. Treatment of this disease is based on appropriate antibiotics with acidification of the urine. The authors report a new case of encrusted cystitis in a 78-year-old woman and review the literature on encrusted lesions of the urinary tract.

Mots clés:
cystite incrustée / corynebacterium urealyticum.
Mots-clés:
Encrusted cystitis / corynebacterium urealyticum.
La spongioplastie dans le traitement des hypospades
Spongioplasty in the treatment of hypospadias.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1120-1123

L'hypospade est une anomalie fréquente, pour laquelle de très nombreuses techniques de réparation ont été proposées. Nous avons décrit en 2000 une méthode de correction anatomique en un temps, la spongioplastie [2], dont les résultats fonctionnels et cosmétiques sont ici évalués sur 154 patients. Ces résultats mettent en évidence l'existence d'une courbe d'apprentissage d'environ 6 ans, après laquelle le taux de complications de cette technique devient inférieur à celui d'autres méthodes, en particulier pour les formes distales. Ce taux est dans notre expérience le plus faible pour un âge opératoire compris entre 5 et 8 mois, ce qui nous incite à proposer cette chirurgie plus précocement que d'autres auteurs.

Objective: Hypospadias is a frequent anomaly, for which many repair techniques have been proposed. In 2000, we described a method of one-stage anatomical correction, called spongioplasty. The present study evaluated the functional and cosmetic results of this technique.

Material and Methods: 154 patients treated by this technique over a 10-year period were reviewed. All complications reported were compared according to the anatomical form, age at the time of surgery, and year of operation.

Results: We demonstrate a learning curve lasting about 6 years, after which the complication rate of this technique becomes lower than that associated with other methods, particularly for distal forms. In our experience, this complication rate is lower for an operative age between 5 and 8 months.

Conclusion: In the light of these results, this type of surgery can be proposed at an earlier age than other techniques.

Mots clés:
hypospade / spongioplastie.
Mots-clés:
hypospadias / Spongioplasty.
La tumeur fibreuse solitaire rétropéritonéale : à propos de deux observations
Solitary fibrous retroperitoneal tumour: Report of two cases.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1128-1131

Les tumeurs fibreuses solitaires sont des tumeurs bénignes décrites pour la première fois par et en 1931. Ce sont des tumeurs mésenchymateuses qui se développent habituellement dans la plèvre.
La localisation rétropéritonéale est rarement décrite. Nous rapportons deux cas de volumineuses tumeurs rétropéritonéales chez deux hommes âgés respectivement de 58 et 47 ans qui consultaient pour une voussure abdomino-pelvienne associée à des troubles digestifs et urinaires. La biopsie échoguidée a permis d'évoquer le diagnostic en préopératoire, dans un cas.
Nous proposons à travers ces observations une revue des principales localisations extrapleurales actuellement décrites, ainsi que les éléments les plus caractéristiques du diagnostic en matière d'analyse radiologique, histologique et immunohistochimique susceptibles d'améliorer leur reconnaissance.

Solitary fibrous tumours are benign tumours, described for the first time by Klemperer and Rabin in 1931. They are mesenchymal tumours which usually arise in the pleura, while retroperitoneal sites have been rarely described. The authors report two cases of very large retroperitoneal tumours in two men aged 58 and 47 years, respectively, who consulted for abdominopelvic vaulting associated with gastrointestinal and urinary disorders. Ultrasound-guided biopsy suggested the diagnosis preoperatively in one case. In the light of these cases, the authors present a review of the main extrapleural sites described to date, as well as the most characteristic radiological, histological and immunohistochemical features in order to facilitate the diagnosis.

Mots clés:
Rétropéritoine / tumeur fibreuse solitaire.
Mots-clés:
retroperitoneum / Solitary fibrous tumour
Le léiomyome de vessie traité par résection endoscopique transuréthrale
Bladder leiomyoma treated by transurethral endoscopic resection.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1135-1137

Nous rapportons le cas d'une observation d'un léiomyome de vessie à développement intravésical découvert chez une patiente de 47 ans par des hématuries macroscopiques récidivantes. Le diagnostic a été fortement suspecté sur le scanner et à la cystoscopie. Le traitement a consisté en une résection transuréthrale de la masse. Après un recul de deux ans, aucune récidive n'a été notée.
A travers cette observation, nous discutons le diagnostic et le traitement du léiomyome de la vessie.

We report a case of intravesical bladder leiomyoma in a 47-year-old patient presenting with recurrent macroscopic haematuria. The diagnosis was strongly suspected on CT and cystoscopy. Treatment consisted of transurethral resection of the mass. No recurrence has been observed with a follow-up of two years. In the light of this case, the authors discuss the diagnosis and treatment of bladder leiomyoma.

Mots clés:
Vessie / léiomyome / résection endoscopique.
Mots-clés:
bladder / leiomyoma / endoscopic resection.
Liposarcome paratesticulaire bien différencié chez l'adulte
Well differentiated paratesticular liposarcoma in adults.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1149-1150

Nous rapportons le cas d'un liposarcome paratesticulaire bien différencié chez un patient de 41 ans. Il s'agit d'une tumeur rare (une centaine de cas ont été rapportés dans la littérature) qui se développe surtout aux dépens du cordon spermatique.
Les signes cliniques et radiologiques sont peu spécifiques, le diagnostic n'est en général fait que sur la pièce opératoire.
La similarité histologique incite à rechercher un liposarcome bien différencié dans toute pièce de lipome bénin.
Le traitement consiste en une orchidectomie radicale par voie inguinale, parfois élargie aux structures adjacentes. Le pronostic est en général meilleur que celui des autres sarcomes paratesticulaires. La radiothérapie adjuvante pourrait avoir une place en cas de masse localement avancée ou en cas de résection incomplète.

The authors report a case of well differentiated paratesticular liposarcoma in a 41-year-old patient. This is a rare tumour (about one hundred cases have been reported in the literature), which essentially arises from the spermatic cord. Clinical and radiological signs are nonspecific and the diagnosis is generally based on histological examination of the operative specimen. Due to the histological similarities, all specimens of benign lipoma must be examined for the presence of well differentiated liposarcoma. Treatment consists of transinguinal radical orchidectomy, sometimes with resection of adjacent structures. The prognosis is generally better than that of other paratesticular sarcomas. Adjuvant radiotherapy may be indicated in locally advanced masses or in the case of incomplete resection.

Mots clés:
Liposarcome / masse scrotale / cordon spermatique.
Mots-clés:
Liposarcoma / scrotal mass / spermatic cord.
Papillome inversé de l'uretère
Inverted papilloma of the ureter: a case report.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1132-1134

Le papillome inversé (PI) urothélial est une tumeur rare, particulièrement au niveau de l'uretère. Il est difficile à distinguer microscopiquement d'un carcinome urothélial de bas grade, type inversé.
Nous rapportons une nouvelle observation d'un PI urétéral survenu chez un patient âgé de 64 ans. Les critères du diagnostic histologique, les aspects cliniques et évolutifs de cette tumeur sont discutés.

Inverted urothelial papilloma is a rare tumour, particularly in the ureter. It is difficult to distinguish microscopically from low-grade urothelial carcinoma, inverted type. The authors report a new case of ureteric inverted papilloma in a 64-year-old man and discuss the histological diagnostic criteria, clinical features and prognosis of this tumour.

Mots clés:
Papillome inversé / Uretère / carcinome urothélial / évolution.
Mots-clés:
inverted papilloma / ureter / Urothelial carcinoma / prognosis.
QCM Progrès en Urologie - Décembre 2005
2006
- Enseignement, Pédagogie
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 6, 1157-1159
  • Voies moléculaires de l'angiogenèse tumorale et nouvelles approches thérapeutiques ciblées dans le cancer du rein (P. 1021)
    Parmi les drogues suivantes laquelle n'a pas montré un certain degré d'efficacité dans le cancer du rein métastatique ?
    (1 réponse fausse)
  • (ABT-627) Atrasantan
  • Mots clés:
    QCM / Évaluation / questions
    Résultats préliminaires : traitement endoscopique du reflux vésico-urétéral chez l'enfant : étude prospective comparative Deflux®/Coaptite®
    Preliminary results of endoscopic treatment of vesicoureteric reflux in children. Prospective comparative study of Deflux® vs. Coaptite®
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1114-1119

    Introduction : L'objectif de cette étude est de comparer l'efficacité du Coaptite® versus Deflux®, à court et moyen terme, dans le traitement endoscopique du reflux vésico-urétéral chez l'enfant.
    Matériels et Méthode : Depuis 24 mois, une cohorte de 31 enfants présentant 44 reflux vésico-urétéraux ont été traités alternativement soit par implants de Deflux (Groupe I, 24 unités refluantes) soit par des implants de Coaptite (Groupe II, 20 unités refluantes). On note 40 systèmes urétéraux uniques et 2 duplications complètes. Les 2 groupes sont comparables (âge au moment de l'intervention, la répartition de la sévérité du reflux). La quantité de produit injectée dans les 2 groupes est identique de 0,5cc par uretère. Tous les patients n'ont eu qu'une injection dans le groupe II, par contre dans le groupe I "Deflux" 2 injections ont été nécessaires chez 2 patients et 3 injections chez un dernier. Tous les enfants ont été contrôlés par une échographie et une cystographie rétrograde 3 mois après l'intervention.
    Résultats : Tous grades confondus, le reflux a disparu dans 70% des cas dans les 2 groupes (pas différence significative). Le taux de guérison est de 75% pour les grades II et III dans le groupe I et respectivement de 62,5% (grade II), de 70% (grade III) dans le groupe II, ce qui ne montrent pas de différence significative entre les 2 groupes. Deux reflux de grade IV ont guéri après une implantation unique de Coaptite® pour l'un et de Deflux® pour l'autre.
    Les complications à type de stase urétérale, d'hémorragie au point de ponction n'ont pas été retrouvées.
    Conclusion : Si l'efficacité du traitement endoscopique n'est plus à démontrer, le choix du matériau injecté reste toujours d'actualité. Cette étude préliminaire ne montre pas de différence significative en terme de taux de guérison tous stades confondus entre les patients traités par Coaptite ou Deflux. La morbidité de ces produits reste à évaluer à moyen et surtout long terme.

    Introduction: The objective of this study is to compare the short-term and medium-term efficacy of Coaptite® versus Deflux® in the endoscopic treatment of vesicoureteric reflux in children.

    Materials and Methods: Over a period of 24 months, a cohort of 31 children with 44 refluxing vesicoureteric units were treated alternately by either Deflux® implants (Group I, 24 refluxing units) or Coaptite® implants (Group II, 20 refluxing units). This series comprised 40 solitary ureteric systems and 2 complete duplications. The two groups were comparable in terms of age at the time of the operation and distribution of severity of reflux. The quantity of product injected was identical in the 2 groups: 0.5 cc per ureter. All patients in group II received only one injection, while 2 Deflux® injections were necessary in 2 patients and 3 injections were necessary in 1 patient in group I. All children were reviewed by ultrasound and retrograde cystography 3 months after the operation.

    Results: Reflux, regardless of grade, resolved in 70% of cases in the 2 groups (no significant difference). The cure rate was 75% for grade II and III in group I and 62.5% (grade II) and 70% (grade III) in group II, with no significant difference between the 2 groups. Two cases of grade IV reflux were cured after a single implantation of Coaptite® in 1 case and Deflux® in the other case. Complications, such as ureteric stasis or haemorrhage at the injection site, were not observed.

    Conclusion: Although the efficacy of endoscopic treatment has now been clearly established, the choice of material to be injected is still controversial. This preliminary study did not reveal any significant difference in terms of cure rate, regardless of grade, between patients treated with Coaptite® or Deflux®. The medium-term and especially the long-term morbidity of these products still needs to be evaluated.

    Mots clés:
    Reflux vésico-urétéral / Enfant / Traitement endoscopique / Deflux® / Coaptite®.
    Mots-clés:
    vesicoureteric reflux / child / endoscopic treatment / Deflux® / Coaptite®.
    Traitement d'une tumeur à rénine par lomboscopie
    Lomboscopic surgery for renin-secreting tumour.
    2006
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1125-1127

    La tumeur à rénine est une entité rare et bénigne, responsable d'une hypertension artérielle par hyperaldostéronisme secondaire, dont le traitement est chirurgical. Au travers d'une synthèse de la littérature, nous rapportons le premier cas décrit d'exérèse d'une tumeur juxtaglomérulaire du rein par néphrectomie partielle lomboscopique et bistouri ultrasonique.

    Renin-secreting tumour is a rare, benign entity, responsible for hypertension due to secondary hyperaldosteronism. It must be treated surgically. In the light of a review of the literature, the authors report the first published case of resection of a juxtaglomerular tumour of the kidney by laparoscopic partial nephrectomy using an ultrasound scalpel.

    Mots clés:
    Tumeur juxtaglomérulaire du rein / tumeur à rénine / hyperaldostéronisme secondaire / néphrectomie partielle laparoscopique / lomboscopie.
    Mots-clés:
    Juxtaglomerular kidney tumour / renin-secreting tumour / secondary hyperaldosteronism / laparoscopic partial nephrectomy. retroperitoneal laparoscopy.
    Traitement des prolapsus vaginaux antérieurs par voie vaginale avec implant de collagène et fixation transobturatrice
    Transvaginal treatment of anterior vaginal prolapse with collagen implant transobturator fixation.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1110-1113

    Objectif : Montrer la faisabilité et les résultats à court terme du traitement des cystocèles par voie vaginale avec implant de collagène et fixation trans-obturatrice (TO). De nombreuses nouvelles techniques avec prothèse sont conçues dans le but de diminuer les récidives de la cure sans prothèse mais elles sont souvent non standardisées et avec une évaluation et un recul insuffisant. De plus, contrairement au matériel synthétique, peu d'études ont été publiées concernant l'utilisation de tissu xénogénique.
    Patientes et Méthodes : 28 patientes, d'âge moyen 70.6 ans (53-84), dont 7 avaient des antécédents d'intervention pour un prolapsus voie basse, porteuses de cystocèle grade 2 et 3 , ont été opérées par 2 opérateurs. La technique était identique: par voie vaginale la vessie a été disséquée puis une prothèse de collagène de derme porcin 4x7 cm a été disposée sous la vessie et fixée aux angles antéro-externes par voie TO, à la partie médiane sous-uréthrale par un point résorbable. Un geste d'hystérectomie vaginale fut associé dans 11 cas.
    Résultats : Le temps spécifique moyen de mise en place de la plaque est de 25 minutes. Aucune complication en per opératoire n'a été rapportée ni d'hémorragie grave. La durée moyenne d'hospitalisation est de 3,6 jours (2-9).
    Le recul moyen est de 8 mois (6-16). Un cas d'expulsion de plaque a été observé à J 15 puis cicatrisation complète sans récidive de la cystocèle. Un cas de douleur de faible persistance de la face interne de la cuisse dont l'évolution secondaire été favorable. Les résultats anatomiques post opératoires ont montré la correction complète du prolapsus à 1 mois et lors de la réévaluation. Deux cas d'IUE de novo ont été opérés secondairement par bandelettes sous urétrales transobturatrices avec un bon résultat post opératoire.
    Conclusion : La technique est faisable, simple, sure et les résultats à court terme sont très satisfaisants. L'appréciation à plus long terme sera poursuivie.

    Introduction: Prolapse is a common disease with a multifactorial aetiology that may be either isolated or associated with other pelviperineal defects. Surgical reconstruction of the infravesical anterior segment by isolated colpomyorraphy of prolapse is often disappointing with a recurrence rate of 40% according to the literature [6]. Several procedures, consisting of strengthening of the anterior vaginal wall have been proposed. The use of prosthetic material has revolutionized the treatment of cystocele with a reduction of the recurrence rate but at the price of a poorly defined morbidity. Few published studies have assessed the use of xenogeneic tissue in the treatment of anterior vaginal prolapse. The objective of this study was to demonstrate the feasibility, morbidity and short-term results of the use of Pelvicol® reticulated collagen mesh in the treatment of cystoceles.

    Objective: To demonstrate the feasibility and short-term results of the transvaginal treatment of cystoceles using collagen implant transobturator (TO) fixation. Many new prosthesis-based techniques are designed to decrease recurrences after repair without prosthesis, but they are often non-standardized, with inadequate evaluation and insufficient follow-up. In contrast with synthetic material, few published studies have investigated the use of xenogeneic tissue.

    Patients and Methods: Twenty-eight patients with a mean age of 70.6 years (range: 53-84) with grade 2 and 3 cystocele and a history of transvaginal prolapse repair in 7 cases, were operated by 2 operators according to an identical technique: the bladder was dissected via a transvaginal approach and a 4x7 cm porcine dermis collagen prosthesis was then placed underneath the bladder and fixed, at its anterolateral angles via a TO approach to the midline suburethral part by a resorbable suture. Vaginal hysterectomy was associated in 11 cases.

    Results: The mean specific prosthesis insertion time was 25 minutes. No intraoperative complication and no serious bleeding were reported. The mean hospital stay was 3.6 days (range: 2-9). The mean follow-up was 8 months (range: 6-16). One case of mesh expulsion was observed on D15, followed by complete healing without recurrence of the cystocele. One case of slight pain of the medial aspect of the thigh was observed with a favourable secondary outcome. The postoperative anatomical results showed complete repair of the prolapse at 1 month and on review. Two cases of de novo SUI were treated by transobturator suburethral tape with a good postoperative result.

    Conclusion: The technique is feasible, simple, safe and ensures very satisfactory short-term results. Follow-up of these patients will be continued.

    Mots clés:
    prolapsus / cystocèle / Voie vaginale / biomatériaux.
    Mots-clés:
    Prolapse / cystocele / transvaginal approach / biomaterials.
    Une image à retenir
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1124-1124

    In R T D Oliver, M D Mason, G M Mead, H von der Maase, G J S Rustin, J K Joffe, R de Wit, N Aass, J D Graham, R Coleman, S J Kirk, S P Stenning, for the MRC TE19 collaborators and the EORTC 30982 collaborators: Radiotherapy versus single-dose carboplatin in adjuvant treatment of stage I seminoma: a randomised trial. Lancet 2005; 366: 293­300

    Mots clés:
    Cancer du testicule / séminome / radiothérapie
    Victor Rochet (1860-1934), fondateur de l'urologie lyonnaise et son apport à la cure chirurgicale de l'hypospadias
    Victor Rochet (1860-1934), founder of Lyons' Urology and his contribution to surgical treatment of hypospadias.
    2006
    - Histoire
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1151-1156

    A travers cet article nous présentons le portrait scientifique de Victor Rochet, créateur de l'urologie lyonnaise, et mettons l'accent sur ses deux techniques pour la cure de l'hypospadias.

    Through this article we present the scientific portrait of Victor Rochet, founder of Lyons' Urology, and we emphasize on his two procedures of hypospadias' surgical treatment.

    Mots clés:
    Victor Rochet / urologie lyonnaise / cure de l'hypospadias.
    Mots-clés:
    Victor Rochet / Lyons' Urology / treatment of hypospadias.
    Comparaison de la réponse à l'I-PSS selon le mode d'administration du questionnaire : en hétéro ou auto évaluation
    Comparison of the response to I-PSS according to the mode of administration of the questionnaire: by the doctor or self-assessment by the patient.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1080-1084

    Objectif : Comparer l'I-PSS selon son mode d'administration (par le médecin versus en auto-évaluation).
    Méthodes : 388 patients étaient inclus dans les 3 mois suivant leur diagnostic d'hyperplasie de la prostate. Le médecin généraliste complétait l'I-PSS et remettait un questionnaire I-PSS à son patient à compléter à son domicile et à retourner sous enveloppe pré-affranchie au centre de saisie. La méthode de Bland & Altman a été choisie pour visualiser les différences individuelles et quantifier le biais entre les 2 modes d'évaluation.
    Résultats : Le médecin surestimait l'I-PSS de 1.3 points [0,9-1,7] 95% en moyenne. Chez 42% des patients, ces différences individuelles atteignaient 3 points ou plus. La surestimation était significativement confirmée à 6, 12 et 18 mois de suivi.
    Conclusion : Un biais significatif a été mis en évidence selon le mode d'administration de l'I-PSS. Nous recommandons de conserver le même mode d'administration au cours d'une étude clinique.

    Objective: To compare the response to I-PSS according to its mode of administration (by the doctor versus self-assessment).

    Methods: 388 patients were included during the 3 months following a diagnosis of benign prostatic hyperplasia. The general practitioner completed the I-PSS and gave an I-PSS questionnaire to the patient to be completed at home and returned in a reply-paid envelope to the data entry centre. The Bland & Altman method was used to visualize individual differences and to quantify the bias between the two modes of evaluation.

    Results: The doctor overestimated the I-PSS by an average of 1.3 points [95% CI: 0.9-1.7]. In 42% of patients, these individual differences were 3 points or more. Significant overestimation was confirmed at 6, 12 and 18 months of follow-up.

    Conclusion: A significant bias was demonstrated according to the mode of administration of the I-PSS. We therefore recommend that the same mode of administration should be maintained during clinical trials.

    Mots clés:
    prostate / hyperplasie prostatique / dysfonction urinaire / questionnaires.
    Mots-clés:
    prostate / prostatic hyperplasia / voiding disorders / questionnaires.
    Complications et résultats fonctionnels de la vessie iléale de Hautmann :à propos de 87 patients
    Complications and functional results of Hautmann ileal bladder in a series of 87 patients.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1074-1079

    Objectifs : Evaluer rétrospectivement les complications, la fonction du réservoir urinaire et la qualité de vie des patients porteurs d'une vessie iléale de Hautmann après cystectomie pour carcinome urothélial de vessie.
    Matériel et Méthodes : De 1994 à 2004, 87 patients ont eu une cystoprostatectomie totale (n=85 hommes) ou une cystectomie totale (n=2 femmes) avec entérocystoplastie de remplacement selon Hautmann. L'âge moyen était de 61,1 ans. Le recul moyen était de 40,7 mois. La continence, la qualité des mictions, et la qualité de vie ont été évalués par des questionnaires auto administrés (Questionnaire évaluant la continence, score DITROVIE, score I-PSS).
    Résultats : Le taux de complications précoces était de 30,1% dont 6,9% en relation avec la vessie iléale. Le taux de complications tardives était de 33,6% dont 20,9% en rapport avec la vessie iléale. Quatre patients (4,6%) sont décédés en péri-opératoire, 14 patients (17%) sont décédés d'une évolution carcinologique et 7 patients (8%) d'une cause indépendante. Un patient a été perdu de vue. Sur 56 questionnaires envoyés, nous avons obtenu 52 réponses : 96,2% des patients étaient continents le jour, 53,8% étaient continents la nuit. 4,9% des patients avaient recours aux auto-sondages pour rétention chronique d'urine. 90,4% des patients étaient satisfaits de leur vessie de remplacement et seulement 5,8% des patients avaient une qualité de vie altérée.
    Conclusion : Malgré un taux de morbidité non négligeable et un taux d'incontinence nocturne significatif, la vessie iléale orthotopique en W selon Hautmann ne semble pas altérer la qualité de vie des patients.

    Objectives: To retrospectively evaluate the complications, urinary reservoir function and quality of life of patients with Hautmann ileal bladder after cystectomy for bladder urothelial carcinoma.
    Methods: From 1994 to 2004, 87 patients with a mean age of 61.1 years underwent total cystoprostatectomy (n=85 men) or radical cystectomy (n=2 women) with Hautmann replacement enterocystoplasty. The mean follow-up was 40.7 months. Continence, quality of voiding, and quality of life were evaluated by self-administered questionnaires (continence questionnaire, DITROVIE score, I-PSS score).
    Results: The early complication rate was 30.1%, including 6.9% related to the ileal bladder. The late complication rate was 33.6%, including 20.9% related to the ileal bladder. Four patients died during the perioperative period, 14 patients (17%) died from progression of their cancer and 7 patients (8%) died from an independent cause. One patient was lost to follow-up. Questionnaires were sent to 56 patients and 52 replies were received: 96.2% of patients were continent during the day, 53.8% were continent at night. 4.9% of patients performed self-catheterization for chronic urine retention, 90.4% of patients were satisfied with their replacement bladder and only 5.8% of patients had an altered quality of life.
    Conclusion: Despite a considerable morbidity rate and a significant nocturnal incontinence rate, the orthotopic Hautmann W-shaped ileal bladder does not appear to alter the patients' quality of life.

    Mots clés:
    Cystectomie / vessie de remplacement / réservoir iléal / continence urinaire / qualité de vie.
    Mots-clés:
    Cystectomy / replacement bladder / ileal reservoir / Urinary continence / quality of life.
    Effet du dutastéride sur la diminution de la DHT plasmatique en relais d'un traitement par finastéride chez des patients atteints d'une Hypertrophie Bénigne de Prostate
    Effect of dutasteride on reduction of plasma DHT following finasteride therapy in patients with benign prostatic hyperplasia.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1090-1095

    Introduction : La dihydrotestostérone (DHT) est une hormone stéroide dérivée de la testostérone, sous l'action de deux isoenzymes distinctes (type 1 et 2) de la 5-alpha-réductase. Le dutastéride est un inhibiteur sélectif spécifique des deux isoenzymes alors que le finastéride est un inhibiteur sélectif du type 2 de la 5-alpha-réductase. L'hypothèse de travail a été que la double inhibition de la 5-alpha-réductase induite par la prise de dutastéride durant 6 semaines devait conduire à une diminution supplémentaire du taux de DHT plasmatique par rapport à celui d'un groupe parallèle de patients poursuivant le traitement par finastéride durant la même période.
    Matériels et Méthodes : Dans cette étude prospective, bicentrique, en double aveugle, 21 patients traités préalablement par finastéride pour une hypertrophie bénigne de prostate (HBP) et ce pendant au moins 6 mois ont été randomisés pour recevoir soit dutastéride 0,5 mg, soit finastéride 5 mg quotidiennement, pendant 6 semaines alors que tous ces patients étaient traités depuis au moins 6 mois par finastéride 5 mg.
    Résultats : La variation relative du taux plasmatique de DHT dans le groupe dutastéride a été de 67,3% (écart-type ± 16,16 %) et de 30,3% ± 59,8% dans le groupe finastéride. La diminution de DHT était numériquement plus importante et plus constante dans le groupe dutastéride que dans le groupe finastéride à 6 semaines ; une telle tendance avait déjà été observée après deux semaines de traitement par dutastéride. Néanmoins, ces différences n'atteignent pas la significativité statistique. Les deux produits ont été bien tolérés et le seul événement indésirable lié au traitement (douleurs épigastriques) a été rapporté dans le groupe finastéride.
    Conclusions : L'hypothèse initiale n'a donc pas été vérifiée de façon statistique. Il est difficile de conclure si ceci est le reflet d'un manque d'observance de la part des patients sous finastéride au long cours pour HBP ou bien d'une variabilité de la réponse chez des patients observant bien la prise du traitement.

    Introduction: Dihydrotestosterone (DHT) is a steroid hormone derived from testosterone, by the action of two distinct isoenzymes (type 1 and 2) of 5-alpha-reductase. Dutasteride is a specific selective inhibitor of the two isoenzymes, while finasteride is a selective inhibitor of type 2 -alpha-reductase. The working hypothesis is that the double 5-alpha-reductase inhibition induced by dutasteride therapy for 6 weeks should induce a supplementary reduction of plasma DHT levels compared to a parallel patient group continuing finasteride therapy over the same period.

    Materials and Methods: In this prospective, two-centre, double-blind study, 21 patients previously treated by finasteride 5 mg for benign prostatic hyperplasia (BPH) for at least 6 months were randomized to receive either dutasteride 0.5 mg, or finasteride 5 mg daily for 6 weeks.

    Results: The mean relative variation of plasma DHT was 67.3% ± 16.16% in the dutasteride group and 30.3% ± 59.8% in the finasteride group. The reduction of DHT was numerically greater and more constant in the dutasteride group than in the finasteride group at 6 weeks; such a tendency was already observed after two weeks of treatment with dutasteride. Nevertheless, these differences were not statistically significant. Both medications were well tolerated and the only treatment-related adverse event (epigastric pain) was reported in the finasteride group.

    Conclusions: The working hypothesis was therefore not statistically confirmed. It is difficult to conclude whether this reflects poor patient compliance with long-term finasteride for BPH or variability of response in patients with good compliance with treatment.

    Mots clés:
    Hypertrophie bénigne de prostate (HBP) / dihydrotestostérone (DHT) / inhibiteur de la 5-a-réductase (5-ARI) / Finastéride / dutastéride.
    Mots-clés:
    benign prostatic hyperplasia (BPH) / dihydrotestosterone (DHT) / 5-alpha-reductase inhibitor (5-ARI) / finasteride / dutasteride.
    Effet du dutastéride sur la réduction des saignements per-opératoires liés à la résection transuréthrale de prostate
    Effect of dutasteride on reduction of intraoperative bleeding related to transurethral resection of the prostate.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1085-1089

    But de l'étude : L'action pharmacologique des inhibiteurs de la 5-a-réductase ("5-ARI") permettrait de réduire l'angiogénèse qui se développe au cours de l'hypertrophie bénigne de prostate (HBP), diminuant ainsi les saignements per-opératoires liés à la Résection Transréthrale de Prostate (RTUP). Le dutastéride, double inhibiteur des iso-enzymes (types 1 et 2) de la 5-a-réductase, n'a pas été étudié jusqu'à présent dans la réduction des saignements per-opératoires liés à la RTUP.
    Matériel et Méthodes : Nous avons réalisé une étude multicentrique, randomisée, contrôlée par placebo, en double-aveugle, en groupes parallèles, évaluant l'efficacité du dutastéride 0,5 mg par jour, sur les saignements per-opératoires liés à une RTUP pour HBP, chez des patients âgés de plus de 50 ans et dont le volume prostatique était supérieur à 30 cm. La durée du traitement était de 4 semaines avant l'intervention. Le critère principal de jugement a mesuré la quantité d'hémoglobine, exprimée en grammes, et rapportée au poids de prostate réséquée, exprimé aussi en grammes.
    Resultats : 59 patients ont été évalués (32 sous dutastéride et 27 sous placebo). Le taux de saignements per-opératoires n'a pas montré de différence significative entre le groupe dutastéride (1,944 ± 1,816 g d'Hb/g de prostate réséquée) et le groupe placebo (1,401 ± 1,021 g d'Hb/g de prostate réséquée). Le traitement pré-opératoire a été bien toléré.
    Conclusion : L'hypothèse initiale de l'étude n'a pas été satisfaite en raison du faible taux de saignements dans le groupe placebo et les résultats conduisent à envisager une durée de traitement plus longue par dutastéride pour réduire les saignements per- et post-opératoires dans la RTUP.

    Objective: The pharmacological action of 5-a-reductase inhibitors (5-ARI) would reduce angiogenesis associated with benign prostatic hyperplasia (BPH), thereby decreasing peroperative bleeding during transurethral resection of the prostate (TURP). Dutasteride, a double inhibitor of 5-a-reductase iso-enzymes types 1 and 2, was not been previously studied in the context of reduction of peroperative bleeding related to TURP.
    Material and Methods: We conducted a multicentre, randomized, double-blind, placebo-controlled, parallel group study to evaluate the efficacy of dutasteride 0.5 mg per day, in peroperative bleeding related to TURP for BPH in patients over the age of 50 years with a prostatic volume greater than 30 cm. Treatment was administered for 4 weeks before the operation. The primary endpoint was haemoglobin, expressed in grams, and expressed in relation to the weight of prostate resected, also expressed in grams.

    Results: 59 patients were evaluated (32 treated with dutasteride and 27 treated with placebo). A significant difference in peroperative bleeding was observed between the dutasteride group (1.944 ± 1.816 g of Hb/g of prostate resected) and the placebo group (1.401 ± 1.021 g of Hb/g of prostate resected). Preoperative treatment was well tolerated.

    Conclusion: The working hypothesis of the study was not confirmed due to the low bleeding rate in the placebo group and the results suggest that a longer duration of treatment with dutasteride would reduce intraoperative and postoperative bleeding in TURP.

    Mots clés:
    Hypertrophie béngne de la prostate / Inhibiteur de la 5-alpha-réductase / Résection Transuréthrale de Prostate / Dutastéride / Saignements per-opératoires.
    Mots-clés:
    Benign prostatic hyperplasia / 5-alpha-reductase inhibitor / Transurethral resection of the prostate / Dutasteride / Peroperative bleeding.
    L'"angor de verge" ou la révolution actuelle de la dysfonction érectile (DE)
    Angina of penis or the current revolution in erectile dysfunction (ED).
    2006
    - Point de vue, interview
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1030-1034

    La dysfonction érectile (DE) ne peut plus être négligée par le corps médical car sa survenue n'est jamais anodine mais toujours un marqueur pertinent d'un état de "non santé" sexuelle certes, mais aussi (et parfois surtout) non sexuelle (physique et/ou psychique). Son intrication prouvée avec de multiples pathologies chroniques et situations à risque pour la santé est en train de la faire déborder du seul cadre sexuel puisque ce symptôme, facilement décelable par un simple interrogatoire, apparaït non seulement, comme un baromètre de la santé, mais aussi, comme un clignotant, avertisseur de situations parfois dangereuses pour la santé. Ainsi, dans des populations masculines à haut risque vasculaire aussi fréquentes que le diabète et le syndrome métabolique, sa survenue doit être considérée jusqu'à preuve du contraire comme une "angine de verge", c'est à dire comme un symptôme vasculaire à l'effort qui a une double valeur d'alarme en tant que : 1) témoin d'une aggravation, 2) prodrome potentiel d'accidents vasculaires aigus. Ces liens étroits entre DE et pathologie cardiovasculaire donnent une toute autre dimension à la DE qui est désormais un candidat crédible à être un nouveau marqueur clinique vasculaire et peut-être dans certains cas, un nouveau marqueur du risque cardio-vasculaire. Ces rôles inattendus de révélateur et de marqueur clinique de multiples états de "non-santé" (cardiovasculaires ou non) contribuent paradoxalement à "désexualiser" la DE puisque la santé sexuelle n'apparaït plus comme l'enjeu prioritaire. Ils ouvrent surtout la perspective réaliste d'un dépistage opportuniste et proactif de la DE dans des populations bien ciblées dans un objectif de prévention primaire des accidents cardiovasculaires, priorité de santé publique. Pour toutes ces raisons, la survenue d'une DE demande de la part de tout médecin, quelle que soit sa qualification, une évaluation minimale de la santé du patient en distinguant clairement les objectifs de qualité de vie et de santé. Cette prise en charge moderne de la DE s'inscrit ainsi dans une démarche individuelle (humaniste) et collective (civique et éthique). Cette "révolution" respecte les exigences d'une démarche scientifique de qualité qui associe les concepts de la médecine fondée sur les preuves et sur le raisonnement à la preuve d'un service rendu au patient car se préoccuper de leur santé sexuelle (et non de leur sexualité) revient aussi à se préoccuper de leur santé tout court.

    Erectile dysfunction (ED) can no longer be neglected by the medical profession, as the presence of ED is never entirely benign, but is always a reliable marker of a sexual disorder, but also (and sometimes especially) a non-sexual disorder (physical and/or mental). Its documented association with many chronic diseases and high-risk situations is in the process of extending the significance of ED beyond the purely sexual domain, as this symptom, easily detected by simple clinical interview, appears to be not only a barometer of health, but also a warning indicator of situations that can sometimes be dangerous for the patient's health. For example, in male populations with a high vascular risk, ED is as frequent as diabetes and metabolic syndrome, and must be considered, until proof to the contrary, to reflect angina of the penis, i.e. an exercise-induced vascular symptom, which has a double warning value: 1) marker of deterioration, 2) potential prodrome of acute vascular accidents. These close relations between ED and cardiovascular disease give a completely different dimension to ED, which now constitutes a potential candidate for a new clinical vascular marker and possibly, in some cases, a new marker of cardiovascular risk. These unexpected roles of revealing factor and clinical marker of multiple health states (cardiovascular or other) paradoxically contribute to "desexualization" of ED, as sexual health no longer appears to be the major risk involved. In particular, they open the realistic perspective of opportunistic and proactive detection of ED in well targeted populations for the purposes of primary prevention of cardiovascular disease, a public health priority. For all these reasons, the development of ED requires a minimal evaluation of the patient's state of health, regardless of the doctor's qualification, by clearly distinguishing quality of life and health objectives. This modern management of ED is part of an individual (humanistic) and social (civic and ethical) approach. This "revolution" complies with the requirements of a good quality scientific approach, which comprises the concepts of evidence-based medicine and a rational approach to the service rendered to the patient, as management of his sexual health (and not his sexuality) also comprises management of his general health.

    Mots clés:
    dysfonctionnement érectile / marqueur clinique / médicalisation / bilan / Qualité de vie
    Mots-clés:
    Erectile dysfunction / clinical marker / medicalization / assessment / Quality of life
    L'ascite chyleuse postopératoire en urologie
    Postoperative chylous ascites in urology.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1046-1055

    L'ascite chyleuse post-opératoire est une complication rare des chirurgies rétropéritonéales. Elle représente un problème sérieux ayant des conséquences importantes d'ordre nutritionnel et immunologique. Il est pertinent pour l'urologue de savoir prendre en charge ce problème étant donné son association potentielle avec plusieurs chirurgies urologiques.
    Son incidence semble en hausse étant donné l'augmentation de la complexité des chirurgies au fil des années. Le diagnostic s'effectue habituellement sur la foi de symptômes cliniques et est confirmé par une ponction montrant un liquide d'aspect laiteux riche en triglycérides et lymphocytes. Classiquement, le traitement est basé sur des manipulations nutritionnelles qui visent à diminuer le débit lymphatique de la fistule. Les analogues de la somatostatine constituent un traitement adjuvant très efficace qu'on devrait utiliser précocement. On réserve habituellement la chirurgie pour les cas ayant échoués le traitement conservateur.
    Etant donné la rareté de cette complication, il n'existe pas de consensus thérapeutique clair concernant sa prise en charge. Le traitement se doit d'être individualisé et ajusté selon l'importance de la fuite, les conséquences associées et l'état clinique du patient.

    Postoperative chylous ascites is a rare complication after retroperitoneal surgery. It is a complex problem associated with nutritionnal and immunological consequences. Urologists should be able to manage this complication linked to many urological procedures.
    Incidence of chylous ascites seems to increase with time probably because more complex surgical interventions. Diagnosis is usually suspected based on clinical abdominal symptoms. Diagnostic paracentesis shows milky fluid with high triglyceride and lymphocyte content. Treatment is classicaly based on dietary interventions with the goal to decrease fistula's lymph flow. Somatostatin analog is a very efficient adjuvant therapy and should be used early in the course of treatment. Surgery is usually attempted in patients who have failed conservative modalities.
    Because chylous ascites is rare, no clear mangement guidelines exist. Treatment should be individualized and tailored according to severity of lymphatic leakage, its consequences and the patient health status.

    Mots clés:
    Ascite chyleuse / Chylopéritoine / complication post-opératoire / Traitement / urologie
    Mots-clés:
    Chylous ascites / Chyloperitoneum / Postoperative complication / treatment / Urology
    Les tumeurs tubulo-papillaires du rein : intérêt pronostique de la distinction type 1/type 2. A propos de 58 cas
    Tubulopapillary tumours of the kidney: prognostic value and therapeutic implications of the distinction between type 1 and type 2 based on a series of 58 cases.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1062-1069

    Objectif : Le but de cette étude a été de montrer l'intérêt de la subdivision des tumeurs tubulo-papillaires en 2 sous types histologiques sur le plan pronostique et d'en discuter les implications thérapeutiques.
    Matériels et Méthodes: il s'agit d'une étude rétrospective unicentrique, portant sur 58 cas issus de 414 patients opérés d'un cancer du rein entre 1988 et 2001. Une relecture des lames d'anatomopathologie [biopsies et pièces] a été réalisée. L'analyse radiologique a été basée sur les comptes-rendus d'échographies et une relecture des tomodensitométries. Une analyse cytogénétique a permis de détailler les caryotypes.
    Résultats et Discussion: les tumeurs tubulo-papillaires ont représenté 14% des tumeurs du rein avec une prévalence masculine de 77% et un âge moyen de 56.5 ans. Le recul moyen global a été de 62.6 mois. Le traitement a consisté en 25 néphrectomies élargies droites, 29 néphrectomies élargies gauches et 4 néphrectomies partielles. Dans 84% des cas les tumeurs ont été de bas grade, et dans 80% des cas, de bas stade Tl ou T2. On a noté 31% de formes multifocales. La bilatéralité synchrone a été de 12%. La survie à 5 ans est de 95% et à 10 ans de 87%, corrélée au stade, au grade, à la taille, à la présence de nécrose et au faible rehaussement.
    Conformément aux données de Delahunt, on a distingué 2 sous-types : les tumeurs de type I (75%) de bas grade et de bas stade, ont été corrélées à une multifocalité importante (30%) d'origine génétique, les tumeurs de type 2 (25%), le plus souvent unifocales, ont été corrélées à un grade et à un stade plus élevés; ce qui confirmerait leur moins bon pronostic. La biopsie a permis une distinction du type et du grade de la tumeur.
    Conclusions: Dans notre série, pour des tailles tumorales moyennes équivalentes (55mm), les tumeurs tubulo-papillaires traitées par néphrectomie élargie sont de bon pronostic quel qu'en soit leur type. La qualification de la tumeur avant toute chirurgie grâce à la biopsie pourrait avoir des implications dans la prise en charge thérapeutique. Pour les tumeurs tubulo-papillaires de type 1 reconnu sur la biopsie pré opératoire nous proposons une néphrectomie élargie du fait du risque de multifocalité élevé (30%). Si l'indication de chirurgie partielle peut être retenue pour une tumeur tubulo-papillaire de type 1 inférieures à 4 cm, elle doit se faire en informant le patient du risque de récidive et de l'importance du suivi à long terme . En ce qui concerne les tumeurs de type 2, des études incluant un plus grand nombre de patients et réalisant des comparaisons en termes de survie avec la forme histologique classique s'avèrent nécessaires.

    Objective: The purpose of this study was to demonstrate the prognostic value of subdivision of tubulopapillary tumours into 2 histological subtypes and to discuss the therapeutic implications.

    Materials and Methods: This was a single-centre retrospective study of 58 cases from a series of 414 patients operated for renal cancer between 1988 and 2001 based on review of histology slides (biopsies and operative specimens). The radiological assessment was based on ultrasound reports and review of CT scans. Karyotypes were described by cytogenetic analysis.

    Results and Discussion: Tubulopapillary tumours represented 14% of all kidney tumours with a male prevalence of 77% and a mean age of 56.5 years. The overall mean follow-up was 62.6 months. Treatment consisted of 25 right radical nephrectomies, 29 left radical nephrectomies and 4 partial nephrectomies. 84% of tumours were low-grade and 80% were low stage T1 or T2. Multifocal lesions were observed in 31% of cases. Synchronous bilateral lesions were observed in 12% of cases. The 5-year survival was 95% and the 10-year survival was 87%, correlated with stage, grade, tumour diameter, presence of necrosis and low enhancement. According to the data reported by Delahunt, 2 subtypes can be distinguished: Type I tumours (75%) with low grade and low stage were correlated with a high rate of multifocal lesions (30%) with a genetic predisposition. Type 2 tumours (25%), usually unifocal, were correlated with a higher grade and stage, confirmed by their poorer prognosis. Biopsy allows a distinction of the type and grade of the tumour.

    Conclusions: In our series, for equivalent mean tumour diameters (55 mm), tubulopapillary tumours treated by radical nephrectomy had a good prognosis regardless of their subtype. Classification of the tumour by biopsy prior to surgery could have implications for therapeutic management. For type 1 tubulopapillary tumours identified on preoperative biopsy, we propose radical nephrectomy due to the high risk of multifocal lesions (30%). Although partial nephrectomy may be indicated for type 1 tubulopapillary tumours less than 4 cm, the patient must be informed about the risk of recurrence and the importance of long-term follow-up. Studies including a larger number of patients must be conducted to compare the survival associated with type 2 tumours compared to that of the classical histological subtype.

    Mots clés:
    Cancer / Pronostic / chirurgie.
    Mots-clés:
    Cancer / prognosis / surgery.
    Quel choix de prothèse dans la chirurgie du prolapsus génital?
    Choice of prosthesis in genital prolapse surgery.
    2006
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1042-1045

    Le prolapsus génital est une pathologie de plus en plus fréquente dont la correction chirurgicale est grevée d'un fort taux de récidive. Afin d'améliorer ces résultats, de nombreuses modifications techniques sont apparues. Des prothèses synthétiques et biologiques ont été développées et mises sur le marché souvent sans études randomisées contrôlées préalablement bien menées, arguant simplement de la facilité d'utilisation d'un nouveau matériel. Il semble pourtant primordial pour les urologues d'être bien informés concernant l'efficacité de ces prothèses, leurs limitations potentielles et la morbidité qui leur est associée. Nous rapportons les caractéristiques reconnues actuellement des prothèses pour la cure du prolapsus génital. Il existe un consensus d'évidence en faveur des treillis de polypropylène monofilaments ayant une grande porosité. Les biomatériaux sont également toujours en cours d'exploration pour leur utilisation en urologie. Il est nécessaire d'obtenir des études randomisées, contrôlées, prospectives afin d'appréhender l'efficacité à long terme et la morbidité potentielle des différents matériels utilisés. La morbidité est également liée à la pratique chirurgicale et l'utilisation de prothèses ne dispense pas d'une expertise dans la chirurgie du prolapsus.

    Genital prolapse is an increasingly frequent condition and surgical repair is associated with a high recurrence rate. Many technical modifications have been proposed in order to improve these results. Synthetic and biological prostheses have been developed and marketed often in the absence of well conducted randomized controlled studies, and simply claiming the ease of use of a new material. However, urologists must be well informed about the efficacy of these prostheses, their potential limitations and the associated morbidity. The authors report the currently known characteristics of prostheses for genital prolapse repair. There is a consensus in favour of large pore size polypropylene monofilament mesh. Biomaterials are still under investigation for their applications in urology. Randomized, prospective, controlled trials must be conducted to determine the long-term efficacy and potential morbidity of the various materials used. Morbidity is also related to surgical technique and the use of prostheses does not eliminate the need for expertise in prolapse surgery.

    Mots clés:
    Prolapsus génital / treillis synthétique / biomatériaux / caractéristiques / morbidité.
    Mots-clés:
    Genital prolapse / synthetic mesh / biomaterials / characteristics / morbidity.