Base bibliographique

Sommaire :

Histoire naturelle d'une masse rénale suspecte chez une patiente atteinte d'un cancer gastrique : comment évaluer le risque de tumeurs malignes multiples primitives (TMP) ?
Natural history of a suspicious renal mass in a patient with gastric cancer: how to evaluate the risk of multiple primary tumours (MPT)?
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1206-1208

La coexistence chez un patient de plusieurs tumeurs est un phénomène rare et correspond au syndrome des tumeurs malignes multiples primitives (TMP). Parmi les TMP les plus souvent diagnostiquées on retrouve au premier plan : Les tumeurs gastro-intestinales associées aux tumeurs d'origine urologique. La surexpression du gène STAG1 pourrait expliquer le développement de plusieurs tumeurs solides et être à l'origine du syndrome des tumeurs malignes multiples primitives. La découverte d'une masse suspecte rénale synchrone d'un cancer avéré est la plupart du temps une lésion de nature maligne et doit faire discuter un traitement radical chirurgical associé. Nous rapportons l'histoire naturelle d'une masse suspecte rénale chez un patient porteur d'une tumeur primitive gastrique réalisant un syndrome des TMP. Nous rappelons et discutons les éléments épidémiologiques, la physiopathologie, les éléments diagnostiques et la prise en charge thérapeutique des TMP.

The coexistence of several tumours in the same patient is a rare phenomenon and corresponds to the multiple primary tumour (MPT) syndrome. The most frequently diagnosed MPT include gastrointestinal tumours associated with urological tumours. Overexpression of the STAG1 gene could explain the development of several solid tumours and could be the origin of the multiple primary tumour syndrome. A suspicious renal mass discovered at the same time as a documented cancer is usually a malignant lesion and may justify combined radical surgical treatment. The authors report the natural history of a suspicious renal mass in a patient with primary gastric tumour corresponding to a MPT syndrome. They recall and discuss the epidemiology, pathophysiology, diagnosis and treatment of MPT.

Mots clés:
Tumeurs malignes multiples primitives / cancer de l'estomac / cancer du rein.
Mots-clés:
Multiple primary tumours / gastric cancer / Renal cancer
Adénocarcinome à cellules claires de type mésonéphrique de la vessie
Urinary bladder esonephric clear cell adenocarcinoma.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1209-1212

L'adénocarcinome mésonéphrique vésical est une tumeur rare dont l'origine demeure incertaine. Les auteurs rapportent le cas d'une jeune femme de 19 ans hospitalisée pour énorme masse pelvienne révélée par une hématurie.
La biopsie trans-urétrale a objectivé la nature mésonéphrique de cette masse.
Le traitement a consisté en une pelvectomie antérieure avec colpectomie totale associée à une radiothérapie complémentaire. La patiente est toujours en vie, sans récidive ni métastase, avec un recul de 30 mois.
Les aspects étiopathogéniques, histologiques et thérapeutiques de cette tumeur sont revus.

Mesonephric adenocarcinoma of the urinary bladder is a rare tumut, whose origin is still uncertain. The authors report the case of a 19-year old woman hospitalized for a huge pelvic mass revealed by hematuria.
Trans-urethral biopst showed the mesonephric nature of this mass.
The treatment consisted of an anterior pelvectomy with total colpectomy, associated to complementary radiotherapy. With a follow-up of 30 months, the patient is still alive witjout recurrence or metastasis.
The etiopathogenic, histologic and therapeutic aspects of this tumour are reviewed.

Mots clés:
Vessie / adénocarcinome mésonéphrique / adénocarcinome à cellules claires.
Mots-clés:
Urinary bladder / mesonephric adenocarcinoma / clear cell adenocarcinoma.
Antonin Jean Desormeaux
Antonin Jean Desormeaux
2005
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1231-1238

Antonin Jean DESORMEAUX fut le premier à pratiquer régulièrement l'examen optique de l'urètre masculin. Il fit progresser la connaissance de la pathologie urétrale et le traitement des sténoses et ouvrit la voie de l'endoscopie.

Antonin Jean Desormeaux was the first to regularly perform optical examination of the male urethra. He advanced the knowledge of urethral disease and the treatment of urethral strictures and paved the way for the development of endoscopy.

Mots clés:
Histoire / endoscopie.
Mots-clés:
History / endoscopy
Fistule recto-séminale et cancer du rectum
Recto-seminal fistula and cancer of the rectum.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1219-1220

Il s'agit d'un cas d'orchi-épididimyte gauche associé à un adénocarcinome rectal. L'existence d'une fistule entre la vésicule séminale gauche et le rectum a été envisagée. Cette fistule a été confirmée par une tomodensitométrie pelvienne et une exploration chirurgicale. Le traitement a consisté en une antibiothérapie parentérale et un drainage chirurgical de l'abcès associés à une exérèse colo-rectale. Cette observation est originale puisqu'il semble, a posteriori, que le cancer du rectum, diagnostiqué 4 jours auparavant, soit à l'origine de la fistule recto-séminale et de l'abcès de la vésicule séminale.

The authors present a case of left epididymo-orchitis associated with rectal adenocarcinoma and suspected fistula between the left seminal vesicle and the rectum. This fistula was confirmed by pelvic computed tomography and surgical exploration. Treatment consisted of parenteral antibiotics and surgical drainage of the abscess associated with colorectal resection. This is an original case, as, retrospectively, the cancer of the rectum, diagnosed 4 days previously, was found to be responsible for the recto-seminal fistula and the seminal vesicle
abscess.

Mots clés:
Fistule / Cancer / rectum / vésicule séminale.
Mots-clés:
Fistula / Cancer / rectum / seminal vesicle.
Le lymphome malin non hodgkinien : une cause rare de tumeur testiculaire
Non-Hodgkin's malignant lymphoma : a rare cause of testicular tumour.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1221-1223

Nous rapportons une observation anatomo-clinique d'un lymphome malin non hodgkinien du testicule survenu chez un sujet âgé de 66 ans.
Le diagnostic a été porté sur une pièce d'orchidectomie droite.
L'examen histopathologique conventionnel et l'étude immunohistochimique ont conclu à un lymphome diffus à grandes cellules de phénotype B.
Le bilan d'extension a montré une atteinte de l'anneau de Waldeyer et la présence d'adénopathies profondes lombo-aortiques et rétro-péritonéales.

The authors report a clinicopathological case of non-Hodgkin's malignant lymphoma of the testis in a 66-year-old man. The diagnosis was established on a right orchidectomy specimen. Conventional histopathological examination and immunohistochemistry concluded on diffuse large B-cell lymphoma. Staging showed involvement of Waldeyer's ring and the presence of retroperitoneal and para-aortic deep lymphadenopathy.

Mots clés:
testicule / Tumeur / lymphome malin non hodgkinien.
Mots-clés:
testis tumour / non-Hodgkin's malignant lymphoma.
Les tumeurs myofibroblastiques inflammatoires de la vessie
Inflammatory myofibroblastic tumours of the bladder.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1213-1215

Les tumeurs myofibroblastiques inflammatoires de la vessie sont rares, bénignes, touchent préférentiellement l'adulte jeune. Leur étiopathogénie reste inconnue mais récemment dans certaines localisations, l'origine tumorale a été évoquée par Griffin (1999) par la mise en évidence d' anomalie chromosomique touchant le gène ALK.
A travers l'étude d'une observation et la revue de la littérature, nous discuterons les aspects étiopathogéniques, anatomopathologiques et thérapeutiques de cette lésion dont le diagnostic est histologique et le traitement reste conservateurav ec un bon pronostic.

The inflammatory myofibroblastic tumour of the bladder is a rare benign affection that interests mainly young adults. Its etiopathogeny remains unknown, but its tumoral origin was evocated recently by Griffin (1999), incriminating a chromosomic abnormality involving the ALK gene.
We will discuss the eitopathogenic, anatopathological and therapeutical aspects of this lesion for which the diagnosis is histological and the treatment remains conservative with a good prognosis.

Mots clés:
Pseudotumeurs inflammatoires / tumeurs myofibroblastiques / Vessie
Mots-clés:
inflamatory pseudotumours / myofibroblastic tumour / bladder
Prostatectomie radicale avec dissection transurétrale de la prostateet des vésicules séminales
Radical prostatectomy with transurethral dissection of the prostate and seminal vesicles.
2005
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1224-1227

La dissection trans-urétrale de la prostate et des vésicules séminales a été faite en premier temps d'une prostatectomie radicale sus pubienne.
La dissection est faite à l'aide d'un résecteur double courant. La libération de la face antérieure des vésicules séminales et des ampoules déférentielles commence au niveau du col vésical, dans un plan sous trigonal. Ensuite la section partielle de l'urètre est faite en amont du sphincter strié sous contrôle visuel et digital pour libérer la face postérieure de la prostate et des vésicules séminales.
Techniquement, la préparation trans-urétrale d'une prostatectomie radicale est faisable dans notre expérience (10 patients).
Ce type de dissection endoscopique du bloc prostato-vésiculaire évite la traction sur la prostate, et diminue théoriquement le risque de lésion de la bandelette neuro-vasculaire (érection conservée chez 6 patients sur 10). De même la section endoscopique de l'urètre diminue à priori les lésions traumatiques du sphincter strié (continence à l'ablation de la sonde vésicale chez 9 patients sur 10).
Sur le plan carcinologique le résultat est comparable à celui de la prostatectomie radicale sus pubienne classique, ainsi que la durée opératoire.
Le risque de réabsorption du liquide d'irrigation a été négligeable.
Une série plus importante est naturellement nécessaire pour savoir s'il s'agit d'une amélioration réelle, en particulier pour la préservation de la continence et de l'érection.

Transurethral dissection of the prostate and seminal vesicles was performed as the first step of suprapubic radical prostatectomy. Dissection was performed with a two-channel resector. Release of the anterior surface of the seminal vesicles and ampullae of the vas deferens was started at the bladder neck, in an infratrigonal plane. Partial section of the urethra was then performed proximally to the striated sphincter under visual and digital control to release the posterior surface of the prostate and seminal vesicles. Transurethral preparation of radical prostatectomy is technically feasible on the basis of our brief experience. This type of endoscopic prostatovesicular dissection avoids traction on the prostate, and theoretically decreases the risk of damage to the neurovascular pedicles (erection preserved in 6 out of 10 patients). Similarly, endoscopic section of the urethra theoretically decreases traumatic lesions of the striated sphincter (continence after removal of the bladder catheter in 9 out of 10 patients). The oncological result and operating time were comparable to those of conventional suprapubic radical prostatectomy. The risk of absorption is negligible in our experience. A large series is obviously necessary to confirm whether this technique constitutes a real improvement, particularly in terms of preservation of continence and erection.


Mots clés:
prostatectomie radicale / hydrodissection / dissection endoscopique.
Mots-clés:
radical prostatectomy / hydrodissection / transurethral dissection.
QCM Progrès en Urologie - Décembre 2004
2005
- Enseignement, Pédagogie
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 6, 1239-1242
  • Terminologie des troubles fonctionnels du bas appareil urinaire : adaptation française de la terminologie de l'International Continence Society (P. 1103)
    Le syndrome clinique d'hyperactivité est défini par l'association possible de
    (1 réponse fausse)
  • Pollakiurie diurne.
  • Urgenturie.
  • Mots clés:
    QCM / Évaluation / questions
    Ruptures traumatiques vésicale et iléale associées
    Combined traumatic rupture of the bladder and ileum.
    2005
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1216-1218

    La rupture vésicale intrapéritonéale représente 2% des lésions abdominales indiquant une exploration chirurgicale [12]. Son pronostic est sévère de par les associations lésionnelles fréquentes [7], en particulier des organes parenchymateux abdominaux et retropéritonéaux. L'association grêlique est peu rapportée dans la littérature [1]. La symptomatologie digestive fruste, la faible sensibilité de l'imagerie en urgence et la discrétion des lésions constatées en per opératoire, doit faire rechercher systématiquement une lésion iléale dans ce type de traumatisme, par une voie d'abord offrant une large exposition de l'ensemble de la cavité abdominale.

    Intraperitoneal bladder rupture represents 2% of all abdominal lesions requiring surgical exploration [12]. It has a poor prognosis due to the frequent associated lesions [7], particularly involving abdominal and retroperitoneal organs. An associated small bowel injury is rarely reported in the literature [1]. The limited intestinal symptoms, the poor sensitivity of emergency imaging and the minor lesions detected at surgical exploration justify a systematic search for ileal lesions in this type of trauma, by an incision providing broad exposure of the entire abdominal cavity.

    Mots clés:
    Traumatisme fermé / Vessie / iléon
    Mots-clés:
    Closed trauma / bladder / ileum.
    Un fléau scolaire méconnu : l'infection urinaire et les troubles mictionnels de la fillette
    2005
    - Point de vue, interview
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1228-1230



    Plus de 500 enfants, exclusivement des filles, sont reçus chaque année pour des infections urinaires et des troubles mictionnels dans le service d'urologie pédiatrique de Montpellier.

    Mots clés:
    Pédiatrie / Troubles mictionnels
    Composition des calculs observés aujourd'hui dans les pays non industrialisés
    Composition of renal stones currently observed in non-industrialized countries.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1151-1161

    But : La lithiase des pays en développement était considérée, jusqu'à une période encore récente, comme une lithiase très différente de celle observée dans les pays industrialisés, caractérisée notamment par la prépondérance des phosphates et urates alors que la lithiase des pays développés est majoritaire en oxalate de calcium. Pour vérifier si cette différence de profil épidémiologique est toujours observée aujourd'hui, nous avons analysé les calculs recueillis dans différentes régions du globe et comparé leur composition à celle des calculs observés en France.
    Matériel et Méthode : 1042 calculs ont été collectés entre 1991 et 2000 dans 14 pays ou zones géographiques différentes : Afrique noire (Cameroun, Mali, Sénégal), Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), Amérique du Sud (Brésil, Paraguay), Asie mineure (Pakistan, Turquie), Extrême-Orient (Chine, Laos, Vietnam) et en Polynésie française (Tahiti). Ils ont été analysés par spectrophotométrie infrarouge. La composition de ces calculs a été comparée à celle de 24706 calculs recueillis en France au cours de la même période et analysés selon le même protocole.
    Résultats : Globalement, la proportion des calculs d'oxalate de calcium est la même chez l'adulte en France et dans les pays en développement (hommes : 75,7 contre 72% ; femmes : 59,8% contre 56,3%). Elle est en revanche plus élevée chez les enfants des pays non industrialisés (garçons : 52,6% contre 31,8% en France ; filles : 67,8% contre 48,8% en France, p < 0,0001). La fréquence des calculs phosphocalciques est particulièrement faible chez les garçons des pays en développement (8,3% contre 45,1% en France, p < 0,0001) et celle des purines plus élevée chez les garçons (21,3% contre 5,2% en France, p < 0,0001) comme chez les filles (13,6% contre 4,3% en France, p < 0,05). Des différences importantes sont observées selon les continents et les régions : la struvite est présente dans 42,9% des calculs chez la femme en Afrique noire contre 13% en Amérique du Sud et 2,7% en Asie mineure. Les purines sont 4 fois plus fréquentes chez l'homme tahitien que chez l'homme du Maghreb. Les phosphates calciques sont 10 fois moins fréquents chez l'homme d'Asie mineure que chez l'homme d'Extrême-Orient.
    Conclusion : L'évolution épidémiologique des calculs urinaires se poursuit à travers le monde dans le sens d'une prépondérance de l'oxalate de calcium, qui est aujourd'hui généralisée. Des différences importantes dans la fréquence des autres constituants, en particulier les purines et la struvite, reflètent des comportements nutritionnels particuliers et des facteurs de risque infectieux propres à certains groupes de populations.

    Up until relatively recently, renal stones in developing countries were considered to be very different from those observed in industrialized countries, essentially characterized by the predominance of phosphate and urate stones, while the predominant stones in industrialized countries are calcium oxalate stones. To verify whether this difference in the epidemiological profile is still observed today, we analysed renal stones collected in various regions of the globe and compared their composition to that of stones observed in France.

    Material and Method: 1,042 stones were collected between 1991 and 2000 from 14 different countries or geographical zones: Sub-Saharan Africa (Cameroon, Mali, Senegal), North Africa (Algeria, Morocco, Tunisia), South America (Brazil, Paraguay), Asia Minor (Pakistan, Turkey), Far East (China, Laos, Vietnam) and French Polynesia (Tahiti). Stones were analysed by infrared spectrophotometry. The composition of these stones was compared to that of 24,706 stones collected in France over the same period and analysed according to the same protocol.

    Results: Overall, the proportion of calcium oxalate stones was the same in adults in France and in developing countries (men: 75.7% contre 72%; women: 59.8% contre 56.3%), but was higher in children in non-industrialized countries (boys: 52.6% contre 31.8% in France; girls: 67.8% contre 48.8% in France, p<0.0001). The frequency of calcium phosphate stones was particularly low in boys in developing countries (8.3% contre 45.1% in France, p<0.0001) and frequency of purine stones was higher in boys (21.3% contre 5.2% in France, p<0.0001) and in girls (13.6% contre 4.3% in France, p<0.05). Major differences were observed according to continent and region; struvite was present in 42.9% of stones in women in Sub-Saharan Africa contre 13% in South America and 2.7% in Asia Minor. Purines were 4 times more frequent in Tahitian men than in North African men. Calcium phosphate stones were 10 times less frequent in men in Asia Minor than in the Far East.

    Conclusion: The epidemiology of renal stones is continuing to change all over the world towards a predominance of calcium oxalate stones, which is now generalized. Major differences in the frequency of the other constituents, particularly purines and struvite, reflect particular eating habits and infectious risk factors specific to certain population groups.

    Mots clés:
    Calculs urinaires / Épidémiologie / pays en développement / oxalate de calcium / adultes
    Mots-clés:
    renal stones / epidemiology / developing countries / calcium oxalate / adults
    Conception d'un prototype de siège opératoire avec appui-bras mobiles SESAM (Système Ergonomique de Support d'Avant-bras Mobiles) destiné à optimiser l'ergonomie du chirurgien en coelioscopie pelvienne
    Design of a prototype operating seat with SESAM (Ergonomic System of Mobile Forearm Rests) mobile armrests designed to optimize the surgeon's ergonomy during pelvic laparoscopy.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1181-1187

    Introduction : La chirurgie coelioscopique pelvienne offre de multiples avantages aux malades, mais impose des positions non-ergonomiques, néfastes pour le chirurgien. Seul un télé-opérateur ( Robot "esclave" reproduisant les gestes du chirurgien réalisés sur une console "maïtre" à distance ) tel Da-Vinci ou Zeus (Intuitive Surgical) apporte une amélioration des conditions de travail du chirurgien coelioscopique. Le but de ce travail était de réaliser, à partir d'une analyse ergonomique et d'un enregistrement des mouvements du chirurgien coelioscopiste, un cahier des charges pour la fabrication d'un siège opératoire avec des appui-bras, s'inspirant de la position du chirurgien utilisant un télé-opérateur.
    Matériel et Méthodes : Les mouvements du centre de pression et des membres supérieurs de 12 chirurgiens urologues et gynécologues de niveaux différents, étaient enregistrés à l'aide d'une plate-forme de force et d'un système d'analyse du mouvement SAGA 3 RT (Société Biogesta), au cours de 4 exercices réalisés dans un pelvi-trainer, chirurgien positionné à gauche (cheminement d'une aiguille, déroulement d'une corde, dissection, suture). Une analyse ergonomique des postures du chirurgien coelioscopiste était réalisée à partir d'enregistrements vidéo d'un chirurgien en situation réelle.
    Le cahier des charges était réalisé à partir de toutes ces données.
    Résultats et Discussion : Les mouvements de faibles amplitudes du centre de pression des chirurgiens ( < 45 cm) ont confirmé que l'on pouvait asseoir les chirurgiens en coelioscopie. Les enregistrements des membres supérieurs ont permis de déterminer les zones de travail des coudes, ainsi que la nécessité de réaliser des appui-bras mobiles dans les 3 plans de l'espace. L'analyse ergonomique des postures a permis de définir les caractéristiques du prototype.
    A partir du cahier des charges, un prototype de siège opératoire a été réalisé.
    Ce prototype nécessite maintenant d'être validé ou invalidé cliniquement

    Introduction: Pelvic laparoscopic surgery offers multiple advantages for patients, but requires uncomfortable, non-ergonomic positions for the surgeon. Only a remote operator (Robot "slave" reproducing the surgeon's movements performed on a "master" console situated away from the patient), like Da-Vinci or Zeus (Intuitive Surgical) can improve the laparoscopic surgeon's working conditions. The objective of this study, based on an ergonomic analysis and recording of a laparoscopic surgeon's movements, was to define the specifications for the manufacture of an operating seat with armrests, based on the surgeon's position using a remote operator.

    Material and Methods: Movements of the centre of pressure and upper limbs of 12 urologists and gynaecologists with various levels of experience, were recorded using a force platform and a SAGA 3 RT movement analysis system (Biogesta), during 4 exercises performed on a pelvi-trainer, with the surgeon positioned to the left (introduction of a needle, unravelling of a cord, dissection, suture). Ergonomic analysis of the laparoscopic surgeon's movements was based on video recordings of a surgeon under real operating conditions. The specifications were defined from all of these data.

    Results and Discussion: The small amplitude of movements of the surgeon's centre of pressure (< 45 cm2) confirmed that surgeons can be seated during laparoscopy. Recordings of the upper defined the elbow working zones and the need for 3D mobile armrests. Ergonomic analysis of posture defined the characteristics of the prototype. On the basis of these specifications, a prototype operating seat was developed. This prototype now needs to be validated or invalidated clinically.

    Mots clés:
    Coelioscopie / ergonomie / siège appuie-bras / analyse du mouvement.
    Mots-clés:
    Laparoscopy / ergonomy / seat / armrest / movement analysis.
    Dissémination métastatique précoce après néphro-urétérectomie pour tumeur de la voie excrétrice supérieure : quelle responsabilité de la coelioscopie ?
    Early metastatic dissemination after nephro-ureterectomy for upper urinary tract tumour: a possible role of laparoscopy?
    2005
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1203-1205

    La néphro-urétérectomie effectuée par voie coelioscopique est proposée par certains auteurs comme une alternative à la chirurgie classique par une double voie d'abord, pour traiter les tumeurs de la voie excrétrice supérieure.
    L'apparition d'une dissémination métastatique hépatique et pulmonaire, quatre mois après une néphro-urétérectomie coelioscopique pour un carcinome urothélial intra-rénal pT3 N0 M0, pose le problème de la responsabilité de la voie d'abord dans l'évolution rapidement défavorable de la maladie. Cette observation est discuté à la lumière des données de la littérature.

    Laparoscopic nephro-ureterectomy has been proposed as an alternative to conventional double-incision surgery to treat upper urinary tract tumours. A case of hepatic and pulmonary metastatic dissemination four months after laparoscopic nephro-ureterectomy for pT3 N0 M0 intra-renal urothelial carcinoma raises the question of the possible role of laparoscopy in the rapidly unfavourable course of the disease. This case is discussed in the light of a review of the literature.

    Mots clés:
    Tumeur de la voie excrétrice supérieure / coelioscopie.
    Mots-clés:
    upper urinary tract tumour / laparoscopy.
    Efficacité de la lithotritie extra-corporelle dans la phase aiguë de la colique néphrétique. Etude sur 57 patients consécutifs
    Efficacy of extracorporeal lithotripsy in acute renal colic : prospective study about 57 consecutive patients
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1146-1150

    Introduction : Cette étude a pour but d'évaluer l'efficacité de la LEC dans la prise en charge de la phase aiguë de la colique néphrétique.
    Matériel et Méthode : De janvier 2003 à août 2003, 102 patients ont été hospitalisés pour colique néphrétique. Nous avons traité 57 patients par LEC. L'appareil utilisé était un Edap LT 02. Le succès thérapeutique a été défini par la fragmentation du calcul sur l'ASP à 24 heures associé à l'arrêt de la symptomatologie douloureuse après une seule séance de LEC.
    Résultats : Le taux de succès complet après une seule séance de LEC a été globalement de 49%. Résultats en fonction de la localisation : Calculs de la JPU : 46% de succès, uretère lombaire : 14%, uretère iliaque : 33 %, uretère pelvien : 66%. En fonction de la taille : < à 5 mm : 57% de succès, 6 à 10 mm : 70%, 11 à 15 mm : 27%, > 15 mm : 0%. Il n'existe pas de différence de résultat en fonction du cumul d'énergie délivrée, ni en fonction de la durée des séances de LEC.
    Conclusion : La LEC peut être considérée comme un traitement de première intention de la colique néphrétique aiguë. Ses meilleures indications correspondent à des calculs pelviens ou de la JPU d'une taille inférieure à 10 mm. Nous pensons qu'il est peu utile de dépasser une durée de 30 mn par séance de LEC à une fréquence de 1 à 2 coups par seconde.

    Introduction: This study was designed to evaluate the efficacy of ESWL in the management of acute renal colic.

    Material and Method: From January 2003 to August 2003, 102 patients were hospitalised for renal colic. We treated 57 patients by ESWL using an EDAP LT 02 apparatus. Successful treatment was defined by stone fragmentation on the plain abdominal x-ray at 24 hours associated with resolution of pain after only one ESWL session.

    Results: The overall complete success rate after only one ESWL session was 49%. Results according to site: UPJ stones: 46% of success, lumbar ureter: 14%, iliac ureter: 33%, pelvic ureter: 66%. According to size: < 5 mm: 57% of success, 6 to 10 mm: 70%, 11 to 15 mm: 27%,
    > 15 mm: 0%. No difference in success rate was observed according to the cumulative energy delivered or according to the duration of ESWL sessions.

    Conclusion: ESWL can be considered to be a first-line treatment for acute renal colic. Its best indications correspond to pelvic or UPJ stones less than 10 mm in diameter. We believe that it is useless to exceed a duration of 30 min per ESWL session at a frequency of 1 to 2 Hz.

    Mots clés:
    Lithiase / Colique néphrétique / lithotritie extra-corporelle / uretère.
    Mots-clés:
    stones / Renal colic / extracorporeal lithotripsy / ureter.
    Evaluation fonctionnelle par débitmétrie de l'urétroplastie de Duplay modifiée dans la chirurgie de l'hypospade
    Uroflowmetric functional evaluation of modified Duplay procedure in hypospadias surgery.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1199-1202

    But : Dans notre service nous réalisons une urétroplastie de Duplay modifiée sans incision de la plaque urétrale dans la correction des hypospades distaux. Parmi les complications de cette chirurgie, les sténoses sont fréquentes et souvent sous évaluées car asymptomatiques. Le but de notre travail est d'analyser à long terme les résultats esthétique et fonctionnel de cette technique par une étude rétrospective.
    Matériel et Méthode : Nous avons voulu dépister les sténoses de façon systématique par la réalisation d'une débitmétrie mictionnelle. Une débitmétrie a été réalisée chez tous les enfants âgés de plus de 4 ans, donc propres, qui avaient été opérés dans le service d'une urétroplastie de Duplay.
    Les résultats ont été comparés aux standards de la population pédiatrique publiés dans la littérature.
    Résultats : Le débit maximum était inférieur au 5ème percentile dans 20% et le débit moyen était anormal dans 30%.
    Conclusion : Nous pensons que la débitmétrie mictionnelle est un moyen simple et non invasif de détecter les sténoses urétrales asymptomatiques. La débitmétrie est indispensable à l'évaluation du résultat fonctionnel des procédures chirurgicales utilisées dans le traitement de l'hypospade.

    We perform a modified Duplay procedure in our department without incision of the urethral plate for correction of distal hypospadias. The objective of this retrospective study was to analyse the long-term functional and aesthetic results of this technique. Strictures are a frequent complication of hypospadias surgery, but their frequency is often underestimated as they can remain asymptomatic. We decided to systematically detect urethral strictures by performing voiding uroflowmetry in all children over the age of 4 years, i.e. toilet trained, operated by Duplay procedure in our department. The results were compared to the standard results in paediatric populations published in the literature. The maximum flow rate was below the 5th percentile in 20% of cases and the average flow rate was abnormal in 30% of cases. Voiding uroflowmetry is a simple, noninvasive method to detect asymptomatic urethral strictures. Uroflowmetry is essential to evaluate the functional results of surgical procedures used for the treatment of hypospadias.

    Mots clés:
    hypospade / urétroplastie de Duplay / sténose / débitmétrie.
    Mots-clés:
    hypospadias / Duplay procedure / strictures / uroflowmetry.
    Hématome rétro-péritonéal et bandelettes sous urétrales rétropubiennes de type TVT® : à propos de 2 cas
    Retroperitoneal haematoma and retropubic suburethral TVT® tape. Report of two cases.
    2005
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1188-1190

    Nous rapportons deux cas de patientes qui ont présenté un hématome rétro-péritonéal à la suite de la pose d'une bandelette sous urétrale rétropubienne de type TVT. Chez notre première patiente, l'instabilité hémodynamique a nécessité son admission en urgence en service de réanimation. L'instabilité persistant, par radiologie interventionnelle a été localisé et embolisé le vaisseau responsable du saignement. Ceci a permis de stabiliser l'état hémodynamique de la patiente. La déglobulisation de la deuxième patiente a été bien supportée et nous a permis de ne pas intervenir mais de simplement surveiller la taille de l'hématome qui restait stable tout en corrigeant l'anémie.
    Les plaies vasculaires significatives sont rares après TVT et peuvent nécessiter une prise en charge multi-disciplinaire. L'information paraït d'autant plus indispensable pour les patientes traitées en ambulatoire afin de ne pas retarder la prise en charge.

    The authors report two cases of retroperitoneal haematoma following insertion of retropubic suburethral TVT® tape. In the first case, haemodynamic instability required emergency admission to the intensive care unit. Due to persistent haemodynamic instability, interventional radiology was performed to localize and embolize the vessel responsible for the bleeding, resulting in stabilization of the patient's haemodynamic state. In the second patient, blood loss was well supported allowing simple surveillance of the size of the haematoma, which remained stable, and correction of anaemia. Significant vascular wounds are rare after TVT and may require multidisciplinary management. Information appears to be essential, particularly for patients treated on an outmatient basis, to avoid delayed management.

    Mots clés:
    TVT / complications post-opératoires / plaie vasculaire / Embolisation artérielle / hématome rétro-péritonéal.
    Mots-clés:
    TVT / Postoperative complications / vascular wound / Arterial embolization / retropéritoneal haematoma.
    Infection chronique d'une bandelette sous urétrale rétropubienne :mécanismes et conséquences
    Chronic TVT infection: Mechanisms and consequences.
    2005
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1191-1193

    La simplicité et l'efficacité de la mise en place des bandelettes sous-uréthrales (BSU) rétropubiennes prothétique ne doivent pas faire oublier que cette technique présente comme tout traitement chirurgical des complications parfois redoutables. Nous rapportons un cas d'infection chronique d'une prothèse en polypropylène. Elle s'était manifestée par une fistule cutanée d'un abcès de l'espace rétropubien (Retzius), sans syndrome septique associé, dix mois après la pose de la bandelette. Après trois semaines, sans résultat, d'une antibiothérapie adaptée et des soins de paroi, la prothèse a été retirée par une mini laparotomie.
    Ces infections peuvent s'expliquer par la capacité de certains germes à se fixer sur les biomatériaux et à produire un biofilm, leur permettant d'échapper à l'action des antibiotiques et à celles des cellules immunitaires.

    Despite the simplicity and efficacy of TVT, this technique, like all surgical treatments, is nevertheless associated with sometimes very serious complications. The authors report a case of chronic infection of a polypropylene implant presenting with cutaneous fistula of a retropubic abscess without an associated septic syndrome, ten months after TVT insertion. The TVT was removed by mini-laparotomy after failure of three weeks of adapted antibiotics and local wound care. These infections can be explained by the capacity of certain micro-organisms to bind to biomaterials and produce a biofilm, protecting from the action of antibiotics and immune cells.

    Mots clés:
    Bandelette sous urétrale / Infection / slime.
    Mots-clés:
    TVT / infection / slime.
    La fonction sexuelle après prostatectomie radicale n'affecte pasla satisfaction globale des patients
    Sexual function after radical prostatectomy does not affect global patient satisfaction.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1177-1180

    Buts : Evaluer la qualité de vie après prostatectomie radicale (PR) par voie rétropubienne et son impact sur la satisfaction globale des patients concernant le traitement qu'ils ont reçu.
    Patients et Méthodes : 142 questionnaires ont été envoyés à des patients traités pour un cancer localisé de la prostate en monothérapie par PR, avec un recul minimum de 2 ans. Le questionnaire était la version française validée du "UCLA-Prostate cancer Index". Une question relative à la satisfaction globale des patients concernant le traitement qu'ils ont reçu a été ajoutée.
    Résultats : 102 questionnaires ont été renvoyés et analysés. L'age moyen des patients était de 63.8 ans au moment de la PR, et le recul moyen était de 48 mois. Concernant la satisfaction globale, 35/102 (34.3%) patients se disaient très satisfaits, 45/102 (44.1%) satisfaits, 15/102 ne pouvaient pas vous prononcer, 4/102 (3.9%) et 3/102 (2.9%) étaient respectivement mécontents et très mécontents. Sur une échelle de 1 a 100 (100 correspondant a la meilleure qualité de vie), les scores de qualité de vie générale s'échelonnaient de 72 a 87. Concernant la qualité de vie spécifique, les scores moyens de fonction et de gêne sexuelle étaient respectivement de 27.5 et 25.5. Les scores de fonction et de gêne urinaire étaient respectivement de 72.5 et 67.8.
    Les scores de fonction urinaire ainsi que sept des neuf items de qualité de vie générale étaient significativement corrélés à une meilleure satisfaction globale des patients. La fonction sexuelle n'était pas liée à la satisfaction globale.
    Conclusions : Bien qu'elle soit notablement altérée après PR, la fonction sexuelle n'affecte pas la satisfaction globale des patients concernant la façon dont ils ont été traités. La fonction urinaire et la qualité de vie générale sont significativement corrélées à la satisfaction globale.

    Objectives: To evaluate the quality of life after retropubic radical prostatectomy (RP) and its impact on global patient satisfaction concerning the treatment received.

    Patients and Methods: 142 questionnaires were sent to patients treated for a localized prostate cancer by RP alone, with a minimum follow-up of 2 years. The questionnaire was the validated French version of the "UCLA-Prostate Cancer Index". A question concerning global patient satisfaction with treatment was added.

    Results: 102 questionnaires were returned and analysed. The mean age of the patients at the time of RP was 63.8 years and the mean follow-up was 48 months. Evaluation of global satisfaction showed that 35/102 (343%) patients were very satisfied, 45/102 (44.1%) were satisfied, 15/102 had no opinion, 4/102 (3.9%) were dissatisfied and 3/102 (29%) were very dissatisfied. General quality of life scores ranged from 72 to 87 on a scale from 1 to 100 (where 100 corresponds to the best quality of life). For specific quality of life, the mean scores for sexual function and dysfunction were 27.5 and 25.1, respectively. The mean scores for urinary function and dysfunction were 72.5 and 67.8, respectively. Urinary function scores and seven of the nine general quality of life items were significantly correlated with better global patient satisfaction, but sexual function was not related to global satisfaction.

    Conclusions: Although sexual function is markedly altered after RP, it does not affect global patient satisfaction with the treatment received. Urinary function and general quality of life are significantly correlated with global satisfaction.

    Mots clés:
    Qualité de vie / prostatectomie radicale / cancer de prostate / Satisfaction / questionnaires.
    Mots-clés:
    Quality of life / radical prostatectomy / Prostate cancer / Satisfaction / questionnaires.
    Le risque urétéral en coelio-chirurgie
    The ureteric risk in laparoscopic surgery.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1162-1166

    Objectif : Décrire les circonstances de survenue, la démarche diagnostique et le traitement des lésions urétérales iatrogènes après chirurgie laparoscopique.
    Matériel et Méthodes : De 1992 à 2003, neuf patients présentant un traumatisme iatrogène de l'uretère après chirurgie laparoscopique ont été pris en charge par notre équipe.
    Résultats : Le délai diagnostique a varié de 0 à 540 jours. Ces traumatismes étaient liés à une chirurgie gynécologique dans 56% des cas, digestive dans 22% des cas, vasculaire dans 11% des cas, et du rachis dans 11% des cas. Les deux lésions reconnues en per-opératoire ont été traitées immédiatement avec succès. En cas de lésion reconnue secondairement, un traitement endo-urologique de première intention a été effectué dans 57% des cas avec un bon résultat sans ré-intervention dans 25% des cas seulement. Trois patients ont dû subir un second temps de traitement, avec 66% de résultats satisfaisants. Deux patients ont eu une néphrectomie.
    Conclusion : Les difficultés per-opératoires et l'expérience limitée en chirurgie coelioscopique sont les facteurs les plus souvent retrouvés dans la survenue des plaies urétérales. Le délai diagnostique influence fortement les modalités et les résultats de leur prise en charge.

    Objective: To describe the circumstances of development, diagnostic approach and treatment of iatrogenic ureteric lesions after laparoscopic surgery.

    Material and Methods: From 1992 to 2003, nine patients with iatrogenic trauma of the ureter after laparoscopic surgery were managed by our team.

    Results: The time to diagnosis ranged from 0 to 640 days. These injuries were related to gynaecological surgery in 56% of cases, gastrointestinal surgery in 22% of cases, vascular surgery in 11% of cases, and spinal surgery in 11% of cases. The two lesions identified intraoperatively were treated immediately with success. In the case of lesions identified secondarily, first-line endourological treatment was performed in 57% of cases with a good result without reoperation in only 25% of cases. Three patients required reoperation with 66% of satisfactory results and two patients were treated by nephrectomy.

    Conclusion: Intraoperative difficulties and limited experience of laparoscopic surgery are the factors most frequently identified in iatrogenic ureteric lesions. The time to diagnosis has a considerable impact on the modalities and results of management.

    Mots clés:
    Uretère / traumatisme iatrogène / Complications / coelio-chirurgie.
    Mots-clés:
    ureter / iatrogenic trauma / Complications / laparoscopic surgery.
    Léiomyome de l'urètre féminin
    Leiomyoma of the female urethra.
    2005
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1196-1198

    Les auteurs rapportent un cas de léiomyome de l'urètre féminin, et font une revue de la littérature concernant cette pathologie. Il s'agit d'une tumeur rare, qui touche exceptionnellement l'urètre. Le diagnostic est donc difficile. Le léiomyome urétral peut se traduire par des infections urinaires, une instabilité vésicale, une hématurie, une dyspareunie, et plus rarement une dilatation de l'appareil urinaire en amont. Le traitement est chirurgical. Il n'y a pas de risque métastatique, mais une récidive est possible en cas d'exérèse incomplète.

    The authors report a case of leiomyoma of the female urethra and review the literature concerning this disease. This is a rare tumour that only exceptionally involves the urethra and is therefore difficult to diagnose. Urethral leiomyoma can present in the form of urinary tract infections, detrusor instability, haematuria, dyspareunia, and, more rarely, dilatation of the proximal urinary tract. Treatment is surgical. There is no risk of metastases, but local recurrence can occur in the case of incomplete resection.

    Mots clés:
    Urètre / léiomyome / féminin.
    Mots-clés:
    Urethra / leiomyoma / female.
    Résection à l'anse bipolaire d'une tumeur de vessie chez une femme enceinte
    Bipolar loop resection of a bladder tumour in a pregnant woman.
    2005
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1194-1195

    Nous rapportons l'observation d'une patiente au troisième mois de grossesse, chez qui une tumeur de vessie a été découverte de façon fortuite sur une échographie. Nous nous sommes posé la question du retentissement de l'utilisation du bistouri électrique en mode section sur le foetus.
    La tumeur de vessie a été réséquée à l'aide d'un bistouri électrique bipolaire. L'irrigation était obtenue par du sérum physiologique. Aucun retentissement foetal per ou post opératoire n'a été mis en évidence.
    L'accouchement s'est déroulé sans problème particulier et le nouveau né est en parfaite santé.
    L'utilisation du bistouri électrique bipolaire n'est pas de pratique courante. Il pourrait être intéressant chez la femme enceinte ou le malade porteur d'un pace maker.

    The authors report the case of a three-month pregnant woman, in whom a bladder tumour was discovered incidentally by ultrasound, raising the question of the possible foetal repercussions of using an electric scalpel in cutting mode. The bladder tumour was resected using a bipolar electric scalpel and irrigation was performed with physiological saline. No intraoperative or postoperative foetal repercussions were observed. Delivery was conducted with no particular problems and the newborn infant was perfectly healthy. The bipolar electric scalpel is not used routinely, but could be useful in pregnant women or patients with a pacemaker.

    Mots clés:
    Tumeur de vessie / grossesse / résection trans-urétrale.
    Mots-clés:
    bladder tumour / pregnancy / transurethral resection.
    Traitement de l'incontinence urinaire post-opératoire de l'homme par la prothèse INVANCE® : résultats préliminaires
    Treatment of postoperative male urinary incontinence by INVANCE® prosthesis: preliminary results.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1171-1176

    But de l'étude : Evaluer les résultats préliminaires du traitement de l'incontinence urinaire d'effort (IUE) post-opératoire de l'homme par le dispositif sous urèthrale INVANCE (AMS).
    Matériel et Méthodes : De juin 2003 à mai 2004, 22 patients présentant une incontinence urinaire d'effort secondaire à une chirurgie prostatique (13 prostatectomies radicales, 7 Ablatherm®, 2 résections endo-urétrale de prostate) ont été traités par le procédé INVANCE®. Les patients présentaient soit un incontinence de grade 1 (1 à 2 protections par jour), soit une incontinence de grade 2 (3 à 4 protections par jour), soit une incontinence de grade 3 (5 protections et plus par jour). Le procédé utilise une plaque rectangulaire en polyester positionnée sous l'urètre bulbaire grâce à un abord périnéal. Elle est fixée aux 2 branches ischio-pubiennes par 3 vis en titane mises en place sur chaque branche à l'aide d'un tournevis électrique à usage unique. Les patients ont été suivis tous les 3 mois pour évaluer les résultats (continence, Q-max, RPM, score IPSS, Qualité de Vie)
    Résultats : La durée moyenne de la procédure a été de 79 minutes (ext. 60-120). Il n'a pas été observé d'incident per-opératoire. La sonde urinaire a été retirée à J1 (n=20) et J2 (n=2). La durée moyenne de séjour a été de 3,3 jours (ext. 2-8). Les complications ont été un hématome périnéal (n=1), une rétention urinaire aiguë au désondage (n=4), une infection de la bandelette nécéssitant son retrait (n=1), des douleurs périnéales prolongées (n=5). Nous n'avons pas observé de trouble urinaire obstructif ou irritatif de novo. Avec un recul médian de 12 semaines (ext. 3-44), 11 patients sont secs (50%), 5 patients sont significativement améliorés (22,7%) et 6 patients sont en situation d'échec (27,3 %) parmi lesquels 3 ont des ATCD de radiothérapie externe.
    Conclusion : Le procédé INVANCE semble être une option simple et efficace pour le traitement de l'incontinence urinaire d'effort post-opératoire de l'homme de grade 1 et 2.

    Purpose: To evaluate the preliminary results of treatment of postoperative male stress urinary incontinence (SUI) by the INVANCE® (AMS) suburethral sling.

    Material and Methods: From June 2003 to May 2004, 22 patients with stress urinary incontinence secondary to prostatic surgery (13 radical prostatectomies, 7 Ablatherm®, 2 transurethral resections of the prostate) were treated by INVANCE® sling. The patients presented either grade 1 incontinence (1 to 2 pads per day), or grade 2 incontinence (3 to 4 pads per day), or grade 3 incontinence (5 or more pads per day). The INVANCE® process uses a rectangular polyester sling positioned under the bulbar urethra via a perineal incision. It is attached to the 2 ischiopubic rami by 3 titanium screws using a disposable electric screwdriver. Patients were reviewed every 3 months to evaluate the results (continence, Qmax, post-voiding residual volume, IPSS score, quality of life)

    Results: The mean duration of the procedure was 79 minutes (range: 60-120). No intraoperative incidents were observed. The bladder catheter was removed on D1 (n=20) or D2 (n=2). The mean length of stay was 3.3 days (range: 2-8). Complications consisted of perineal haematoma (n=1), acute urinary retention after catheter removal (n=4), sling infection requiring removal (n=1), and prolonged perineal pain (n=5). No de novo irritative or obstructive urinary tract disorders were observed. With a median follow-up of 12 weeks (range: 3-44), 11 patients were completely continent (50%), 5 patients were significantly improved (22.7%) and 6 patients were considered to be failures (27.3%), 3 of whom had previously received external beam radiotherapy.

    Conclusion: The INVANCE® process appears to be a simple and effective option for the treatment of grade 1 and 2 postoperative male stress urinary incontinence.

    Mots clés:
    Incontinence urinaire masculine / Bandelette sous urétrale / chirurgie prostatique.
    Mots-clés:
    Male urinary incontinence / Suburethral sling / prostatic surgery.
    Utilisation du MEOPA (mélange protoxyde d'azote-oxygène) comme méthode analgésique des biopsies de prostate
    Use of MEOPA (nitrogen monoxide-oxygen mixture) as analgesic for prostate biopsies.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1167-1170

    Objectif : Déterminer la tolérance des biopsies de prostate en cas de co-administration d'un gaz analgésique constitué d'un mélange de protoxyde d'azote et d'oxygène ( MEOPA), conditionné et prêt à l'emploi (commercialisé sous le nom de Kalinox), et d'une instillation intra-rectale de gel de xylocaine en comparant les résultats à un groupe témoin recevant seulement une instillation endorectale de xylocaine.
    Matériel et Méthodes : Etude prospective non randomisée sur 100 cas en prenant comme groupe témoin les 22 premiers patients (avant la disponibilité du MEOPA dans le service), puis en administrant du MEOPA aux 78 patients suivants. Les réponses ont été obtenues par questionnaire remis au patient et à l'infirmière de consultation prenant en charge le malade.
    Résultats : Il existait une diminution très significative (p=0,003) de la douleur cotée par l'échelle EVA (de 3,86 à 2,38) ainsi qu'une amélioration hautement significative (p<0,001) de la tolérance globale du geste par estimation de la douleur par l'infirmière de consultation (échelle EVA). Il existait également dans le groupe MEOPA une amélioration significative de la douleur chez les malades ayant bénéficié antérieurement d'une série de biopsies prostatiques (p=0,043). La proportion de gens satisfaits est plus élevé chez les malades bénéficiant du MEOPA même si 28,2% des malades ont ressenti des effets indésirables, tous mineurs et gênants dans seulement 3,81% des cas.
    Conclusion : La méthode analgésique par le MEOPA en complément de l'instillation endorectale de xylocaine a amené un gain de tolérance notable sans effet indésirables majeurs en ne rallongeant ni la durée du geste ni la surveillance. L'utilisation est simple, sure et efficace.

    Objective: To determine the tolerance of prostate biopsies in the case of co-administration of an analgesic gas composed of a ready for use mixture of nitrogen monoxide and oxygen (MEOPA) (marketed under the trade name of Kalinox®), and intrarectal instillation of xylocaine gel by comparing the results with those obtained in a control group only receiving intrarectal xylocaine instillation.

    Material and Methods: Non-randomized, prospective study conducted on 100 cases, with a control group composed of the first 22 patients (before availability of MEOPA in the department), followed by 78 patients treated with MEOPA. A questionnaire was completed by the patient and by the outpatient nurse caring for the patient.

    Results: A very significant reduction (p=0.003) of the VAS pain score (from 3.86 to 2.38) and a highly significant improvement (p<0.001) of global tolerance of the procedure based on the nurse's estimation of pain (VAS scale) were observed. The MEOPA group also presented a significant improvement of pain in patients who had previously undergone a series of prostate biopsies (p=0.043). The satisfaction rate was higher in patients receiving MEOPA, although 28.2% of patients experienced adverse effects, all minor and bothersome in only 3.81% of cases.

    Conclusion: The MEOPA analgesic method as a complement to intrarectal xylocaine instillation considerably improved tolerance of the procedure with no major adverse effects and without prolonging the procedure or the surveillance. It is simple to use, safe and effective.

    Mots clés:
    Protoxyde d'azote / analgésie / biopsies de prostate / Meopa / kalinox.
    Mots-clés:
    nitrogen monoxide / analgesia / Prostate biopsies / Meopa / Kalinox®.
    Chirurgie conservatrice contre néphrectomie élargie pour cancer du rein : analyse comparative
    Comparative analysis of conservative surgery versus radical nephrectomy for renal cancer.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1132-1139

    Objectifs : Comparer les résultats de la chirurgie conservatrice (CC) et de la néphrectomie totale élargie (NTE) dans le traitement du cancer du rein.
    Matériel et Méthode : Entre 1988 et 1999, plus de 900 patients ont été opérés dans notre service pour cancer du rein. Nous avons comparé les résultats de la CC (néphrectomie partielle et/ou tumorectomie) à ceux de la NTE à partir de 2 groupes de même effectif (n=62), en terme de morbidité, évolution de la fonction rénale, efficacité carcinologique et survie. Les patients ont été appariés.
    Résultats : Le recul moyen était supérieur à 5 ans pour les deux groupes. La série comportait une prédominance (80%) de tumeurs localisées (pT1 et pT2) de bas grade (1 et 2).
    La CC était plus morbide que la NTE. Le poids de cette morbidité revenait essentiellement aux indications de nécessité en comparaison des indications électives.
    Nous avons observé significativement plus de récidive locale en cas de CC, mais l'étude de la survie globale et spécifique n'a pas montré de différence entre les deux groupes.
    Conclusions : La chirurgie conservatrice dans le traitement du cancer du rein semble une alternative raisonnable à la néphrectomie élargie dans certaines indications et permet une épargne néphronique. Cette option paraït d'autant plus justifiée à l'heure où l'on observe un nombre croissant de découvertes fortuites de tumeurs de petite taille chez des patients de plus en plus jeunes. Le développement de techniques mini-invasives, en particulier l'abord laparoscopique, s'inscrivent dans le même esprit d'un traumatisme "minimal" et devront faire la preuve d'une efficacité carcinologique équivalente.

    Objectives: to compare the results of conservative surgery (CS) and radical nephrectomy (RN) for the treatment of renal cancer.

    Material and Method: Between 1988 and 1999, more than 900 patients were operated for renal cancer in our department. We compared results of CS (partial nephrectomy and/or lumpectomy) to those of RN on 2 groups of matched patients with a similar sample size (n=62) in terms of morbidity, course of renal function, oncological efficacy and survival.

    Results : The mean follow-up was more than 5 years for the two groups. This series comprised a predominance of localized (pT1 and pT2) low-grade (1 and 2) tumours: 80%.
    In our experience, CS was responsible for greater morbidity than RN, essentially because of indications of necessity compared to elective indications.
    Although the local recurrence rate was significantly higher after CS, analysis of overall and specific survival did not reveal any significant difference between the two groups.

    Conclusions: Conservative surgery appears to be a reasonable alternative to radical nephrectomy for the treatment of renal cancer in some indications and allows nephron sparing. This option appears to be all the more justified in view of the increasingly frequent discovery of small tumours in increasingly young patients. The development of minimally invasive techniques, particularly laparoscopy, is another aspect of this "minimal" trauma approach, but must be shown to ensure an equivalent oncological efficacy.

    Mots clés:
    cancer du rein / chirurgie conservatrice / Néphrectomie partielle / résultats.
    Mots-clés:
    Kidney cancer / Nephron-sparing surgery / Partial nephrectomy / results
    La néphrolithotomie percutanée (N.L.P.C.) chez le sujet âgé de 70 ans et plus : étude multicentrique de 210 cas
    Percutaneous nephrolithotomy (PCNL) in subjects over the age of 70: a multicentre retrospective study of 210 cases.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1140-1145

    Introduction : La néphrolithotomie per-cutanée (NLPC) chez le sujet de plus de 70 ans est considérée comme une technique plus à risque que la lithotritie extra corporelle (LEC). Pour certains calculs volumineux ou complexes elle est cependant nécessaire chez des patients avec plusieurs co-morbidités.
    But de l'étude : Faire une évaluation des facteurs prédictifs de succès et de risques opératoires pouvant influencer les résultats de la NLPC sur une population de sujets âgés de plus de 70 ans.
    Matériel et Méthode : Une étude rétrospective de 203 malades (110 hommes, 97 femmes) de 70 ans et plus totalisant 210 NLPC a été pratiquée sur 12 années dans dix centres référents pour le traitement de la lithiase. Dans 68,5% des cas il existait une comorbidité et la médiane de la classification ASA était de 2. La taille médiane des calculs était de 24 x 15 millimètres répartis en 67 calculs pyéliques uniques, 7 calculs de l'uretère sous pyélique, 31 calculs caliciels inférieurs uniques, 40 calculs complexes et 13 coralliformes complets. La technique opératoire a été standard dans 92% des cas en un temps ; le trajet de néphrostomie a été réalisé par les urologues eux-mêmes sans difficulté dans 71,8% des cas.
    Résultats : Le taux global de malades sans aucun fragment résiduel (SF) a été de 70,8%. Le poids, la taille des malades (p=0,03 et p=0,01), les mesures des calculs et leur unicité ont été un facteur significatif de succès (p< 0,00001 et p<0,01) avec 81,1% pour les calculs pyéliques et 90,3% de SF pour les caliciels inférieurs uniques (p<0,003) ; les coralliformes complets n'ont donné que 30,8% de SF. Les antécédents lithiasiques (p=0,04) et le diabète (p=0,03) ont eu une influence sur le taux de malades sans fragment ; les autres co-morbidités, l'index de masse corporelle, l'âge n'en ont pas eue. Il y a eu deux décès (0,9% et 2 néphrectomies d'hémostase chez des sujets ASA 3 en insuffisance rénale ; ailleurs il n'y a pas eu de différence entre les taux pré et post opératoires de créatininémie et d'hémoglobine sanguine. La facilité de ponction , la rapidité de la NLPC, celle du jour d'ablation de la néphrostomie de drainage, la durée moyenne de séjour (DMS médiane de 6 jours), la stérilité des urines dans les suites opératoires et à la consultation à 1 mois ont été en corrélation significative avec l'obtention de malades SF.
    Conclusions : La NLPC chez les sujets de plus de 70 ans est une technique fiable et sûre ayant permis d'obtenir 70,8% de malades sans aucun fragment résiduel tous types de calculs confondus. Les meilleurs résultats ont été obtenus pour les calculs uniques de plus de 20mm pyéliques et caliciels inférieurs. En dehors du diabète, qui reste un facteur de risque, les comorbidités bien contrôlées n'augmentent pas le risque opératoire. Il n'y a pas de retentissement sur les constantes hémodynamiques ni sur la fonction rénale.

    Introduction: Percutaneous nephrolithotomy (PCNL) in subjects over the age of 70 is considered to be associated with a higher risk than extracorporeal shock-wave lithotripsy (ESWL). However, this technique is sometimes necessary for very large or complex stones in patients with several comorbidities.

    Study objective: To evaluate the predictive factors of success and operative risks likely to influence the results of PCNL in a population of patients over the age of 70.

    Material and Method: Retrospective study of 203 patients (110 males, 97 females) over the age of 70, in whom a total of 210 PCNL were performed over a 12-year period in ten referral centres for the treatment of stones. 68.5% of cases presented a comorbidity and the median ASA score was 2. The median stone dimensions were 24 x 15 mm. There were 67 solitary pelvic stones, 7 infrapelvic ureteric stones, 31 solitary inferior caliceal stones, 40 complex stones and 13 staghorn calculi. A standard one-stage operative technique was performed in 92% of cases; the nephrostomy tract was easily performed by the urologists themselves in 71.8% of cases.

    Results: The overall stone-free (SF) rate was 70.8%. The patient's weight and height (p=0.03 and p=0.01), stone dimensions and their solitary nature were significant factors of success (p<0.00001 and p=0.01) with SF rates of 81.1% for pelvic stones and 90.3% for solitary inferior caliceal stones (p<0.003); the SF rate for complete staghorn calculi was only 30.8%. A history of stones (p=0.04) and diabetes (p=0.03) influenced the stone-free rate, but the other comorbidities, body mass index, and age did not influence the stone-free rate. There were two deaths (0.9% and haemostasis nephrectomy was performed in 2 ASA 3 subjects in renal failure. In the other patients, there was no difference between preoperative and postoperative serum creatinine and haemoglobin levels. The ease of nephrostomy, the rapidity of PCNL, the day of removal of the drainage nephrostomy, the mean hospital stay (median stay: 6 days), sterility of postoperative urine and at the 1-month visit were significantly correlated with the SF rate.

    Conclusions: PCNL in subjects over the age of 70 years is a safe and reliable technique that achieved a stone-free rate of 70.8% for all types of stones combined. The best results were obtained for solitary stones larger than 20 mm in the renal pelvis or inferior calyx. Apart from diabetes, which remains a risk factor, well controlled comorbidities do not increase the operative risk. PCNL did not affect haemodynamic parameters or renal function

    Mots clés:
    calcul rénal / Sujets âgés / néphrolithotomie per-cutanée
    Mots-clés:
    Renal stone / Elderly / percutaneous nephrolithotomy
    Le concept d'hormonorésistance revisité dans le cancer de la prostate métastatique : implications thérapeutiques
    Therapeutic implications of the revised concept of hormone-refractory metastatic prostate cancer.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1119-1124

    Presque tous les patients avec un cancer de la prostate deviennent résistant au traitement hormonal qui bloque la prolifération cellulaire médiée par les androgènes. La clé de cette résistance est liée à la surexpression du récepteur androgénique (RA) lui-même. Les méthodes alternatives pour bloquer les voies de signalisation médiée par RA apparaissent critiques pour la survie tumorale. Ces voies de signalisation qui interagissent avec le RA peuvent augmenter la réponse à la déprivation androgénique. L'identification des voies de signalisation sera un but important à atteindre pour traiter les cancers de la prostate. L'application de nouveaux traitements devrait être précédée par l'identification des profils génétiques et moléculaires des tumeurs pour chaque patient.

    Almost all patients with prostate cancer become refractory to hormonal therapy which blocks androgen-dependent cellular proliferation. The key to this resistance is related to overexpression of the androgen receptor (AR). Alternative methods designed to block signalling pathways mediated by AR appear to be critical for tumour survival. These signalling pathways, which interact with the AR, can increase the response to androgen deprivation. Identification of signalling pathways will be an important objective for the treatment of prostate cancer. Application of new treatments must be preceded by identification of the genetic and molecular profiles of each patient's tumour.

    Mots clés:
    récepteur aux androgènes / voies de signalisation / nouvelles thérapeutiques.
    Mots-clés:
    androgen receptors / signalling pathways / new treatments.
    Les traumatismes fermés du rein : 10 ans d'expérience
    Blunt kidney trauma : a ten-year experience.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1125-1131

    Objectif : Le but de cette étude est de préciser les résultats de notre prise en charge thérapeutique des traumatismes fermé du rein, hospitalisés au cours de ces 10 dernières années.
    Matériels et Méthodes : De janvier 1993 à janvier 2003, 105 patients ont été hospitalisés dans notre service pour un traumatisme fermés du rein. Nous avons étudié rétrospectivement l'age, le sexe, le coté lésé, le mécanisme du traumatisme (direct, indirect ou décélération), l'étiologie, la présence de lésions associées (viscérale, orthopédique), les signes cliniques et biologiques à l'admission (hématurie, tension artérielle, hémoglobine et créatinémie). Le bilan radiologique permettait de définir le grade lésionnel en précisant la présence ou non de fragments dévascularisés et une extravasation d'urine. Toutes les complications ont été relevées et étudiées en fonction de la prise en charge thérapeutique initiale et du grade. Le suivi était clinique (prise de TA et recherche de douleurs rénales), et radiologique (TDM et/ou scintigraphie au DMSA).
    Résultats : 105 traumatismes fermés du rein ont été hospitalisés entre janvier 1993 et janvier 2003, dans notre service. L'age moyen des patients était de 28,7 ans (7-75 ans). Le bilan radiologique permettait de classé le traumatisme en 5 grades selon l'ASST (American Society of Surgery of Trauma): 51 traumatismes (49%) de grade 1 (n=26) et 2 (n=25), et 54 traumatismes majeurs (51%) de grade 3 à 5 : 17 grades 3 (16%), 28 grades 4 (27%) et 9 grades 5 (8%), ont été diagnostiqué. Parmi les traumatismes majeurs, 7 (13%) ont été opérés en urgence au cours des 24 premières heures : 4 grades 5 ayant une dissection de l'artère rénale et 3 grades 4 ayant une hémorragie non contrôlée immédiate. Le taux de néphrectomie (partielle et totale), lorsqu'un traitement conservateur était réalisé devant un traumatisme rénal majeur (grade 3, 4 et 5) (n=47), était de 23% (11 néphrectomies), avec 9,5 unités rénales perdues (20%) ; ce taux était de 57% pour les traumatismes grade 4 associant extravasation d'urine et fragments dévascularisés (n=14). 12 patients (7 grades 4 et 5 grades 3) ont bénéficié d'une scintigraphie au DMSA à distance, avec un recul moyen de 63 mois (26-108 mois). La fonction moyenne des reins traumatisé était de 41,8% (26,4-50%).
    Conclusion : Le traitement conservateur est habituel dans la prise en charge des traumatismes fermés du rein. Le développement de la radiologie interventionnelle, des techniques de drainage endo-urologique et de la réanimation médicale contribue à maintenir cette attitude, en diminuant le recours à la chirurgie, même dans les traumatismes les plus sévères.

    Objective: The objective of this study is to assess the results of our therapeutic management of blunt kidney trauma in patients hospitalised over the last 10 years.
    Materials and Methods: From January 1993 to January 2003, 105 patients were hospitalised in our department for blunt kidney trauma. We retrospectively studied age, gender, injured side, mechanism of trauma (direct, indirect or deceleration), aetiology, presence of associated lesions (visceral, orthopaedic), and clinical and laboratory signs on admission (haematuria, blood pressure, haemoglobin and serum creatinine). The grade of the lesions was defined by radiological assessment, specifying the presence or absence of devascularized fragments and urine extravasation. All complications were noted and studied according to the initial therapeutic management and grade. Follow-up was clinical (BP and search for renal pain) and radiological (CT and/or DMSA scan).

    Results: 105 cases of blunt trauma of the kidney were hospitalised between January 1993 and January 2003 in our department. The mean age of the patients was 28.7 years (range: 7-75 years). Trauma was classified into 5 grades on the basis of the radiological assessment according to the ASST (American Society of Surgery of Trauma): 51 (49%) cases of grade 1 (n = 26) and grade 2 (n = 25) trauma, and 54 (51%) cases of major grade 3 to 5 trauma: 17 grade 3 (16%), 28 grade 4 (27%) and 9 grade 5 (8%) were diagnosed. Among the cases of major trauma, 7 (13%) were operated urgently during the first 24 hours: 4 cases of grade 5 trauma with renal artery dissection and 3 cases of grade 4 trauma with immediate uncontrolled bleeding. The nephrectomy rate (partial and total), when major renal trauma (grade 3, 4 and 5) (n = 47) was managed conservatively was 23% (11 nephrectomies) with the loss of 9.5 renal units (20%); this rate was 57% for grade 4 trauma presenting urine extravasation and devascularized fragments (n = l4). Twelve patients (7 with grade 4 trauma and 5 with grade 3 trauma) were reviewed by DMSA scintigraphy with a mean follow-up of 63 months (range: 26-108 months). Traumatized kidneys presented a mean function of 41.8% (range: 26.4-50%).

    Conclusion: Blunt kidney trauma is usually managed conservatively. The development of interventional radiology, endourological drainage techniques and medical intensive care helps to maintain this attitude by decreasing the need for surgery, even in the most severe trauma.

    Mots clés:
    Traumatismes du rein / Embolisation / pédicule rénal / traitement conservateur.
    Mots-clés:
    Kidney trauma / Embolization / renal pedicle / conservative management.
    Prise en charge des tumeurs germinales non séminomateuses de stade I après orchidectomie
    Management of stage I nonseminomatous germ cell tumours after orchidectomy.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 1112-1118

    Exposé : Les tumeurs germinales non séminomateuses de stade I se caractérisent par l'absence d'extension métastatique décelable au diagnostic de la maladie. L'expérience acquise des curages ganglionnaires rétropéritonéaux de stadification ou des cohortes de surveillance démontre qu'environ 30% des patients sont néanmoins porteurs de micro-métastases. La prise en charge après l'orchidectomie doit-elle être attentiste ou proposer d'emblée un traitement complémentaire ?
    Moyens : Une analyse de la littérature internationale a eu pour objectifs 1) d'évaluer l'apport dans le processus décisionnel des variables histologiques susceptibles de prédire le risque de dissémination micro-métastatique, 2) de préciser les avantages et inconvénients potentiels des trois attitudes habituellement envisagées au décours de l'orchidectomie (curage ganglionnaire rétropéritonéal, surveillance et chimiothérapie adjuvante), 3) d'établir des recommandations pour la pratique quotidienne.
    Résultats : Les variables histologiques sont surtout performantes dans la prédiction de l'absence de risque micro-métastatique. Les attitudes possibles au décours de l'orchidectomie permettent d'obtenir des taux de guérison similaires et excellents. Les effets secondaires potentiels sont tout à fait différents. La surveillance est à privilégier chez les patients à faible risque (absence ou faible proportion de carcinome embryonnaire et absence d'invasion vasculaire dans la tumeur primitive). La chimiothérapie adjuvante doit impérativement être réservée aux patients à haut risque (composante prédominante de carcinome embryonnaire et présence d'une invasion vasculaire). Le curage ganglionnaire rétropéritonéal doit être réalisé, au sein d'équipes spécialisées, chez des patients à risque faible ou intermédiaire, surtout si la surveillance ne peut être effective, si les marqueurs tumoraux sériques sont normaux au diagnostic ou si la tumeur primitive présente une composante prédominante de tératome mature associée à une invasion vasculaire.
    Conclusion : Les données histologiques de la pièce d'orchidectomie, la courbe d'apprentissage de l'urologue vis-à-vis du curage ganglionnaire rétropéritonéal et le terrain (adhérence prévisible du patient au suivi, effets secondaires attendus des attitudes possibles) sont les principaux paramètres décisionnels à prendre en compte dans les unités de concertation pluridisciplinaire. L'option individuelle optimale ne pourra être déterminée qu'après discussion avec le patient.

    Background: Stage I nonseminomatous germ cell tumours are characterized by the absence of detectable metastatic extension at the time of diagnosis of the disease. The experience acquired with staging retroperitoneal lymphadenectomy or surveillance cohorts demonstrates that about 30% patients nevertheless present microscopic metastases. Should management after orchidectomy be based on watchful waiting or should complementary treatment be proposed immediately?

    Methods: A review of the international literature was designed to: 1) evaluate the contribution to the decision-making process of histological variables able to predict the risk of micro-metastatic dissemination, 2) define the potential advantages and disadvantages of the three approaches usually adopted after orchidectomy (retroperitoneal lymphadenectomy, surveillance and adjuvant chemotherapy), 3) establish guidelines for daily practice.

    Results: Histological variables are especially reliable for prediction of the absence of micro-metastatic risk. The various approaches adopted after orchidectomy can achieve similar and excellent cure rates. The potential adverse effects are very different. Watchful waiting is preferable in low-risk patients (absence or small proportion of embryonic carcinoma and absence of vascular invasion in the primary tumour). Adjuvant chemotherapy must be strictly reserved to high-risk patients (predominant component of embryonic carcinoma and presence of vascular invasion). Retroperitoneal lymphadenectomy must be performed by specialized teams in patients at low or intermediate risk, especially when watchful waiting cannot be effectively ensured, when serum tumour markers are normal at diagnosis or when the primary tumour presents a predominant component of mature teratoma associated with vascular invasion.

    Conclusion: Histological data derived from the orchidectomy specimen, the urologist's learning curve in relation to retroperitoneal lymphadenectomy and the clinical context (patient's expected compliance with follow-up, expected adverse effects of the various treatment options) are the main decisional parameters to be taken into account by multidisciplinary teams. The optimal individual option can only be determined after discussion with the patient.

    Mots clés:
    Tumeur germinale du testicule / stade I / curage ganglionnaire rétropéritonéal / Surveillance / Chimiothérapie.
    Mots-clés:
    Germ cell tumour of the testis / stage I / retroperitoneal lymphadenectomy / Watchful waiting / Chemotherapy