Base bibliographique

Sommaire :

Syndrome de Klippel-Trenaunay et hémangiomes vésicaux multiples : traitement par laser Neodymium : YAG
Klippel-Trenaunay syndrome and multiple bladder haemangiomas: treatment with Neodymium:YAG laser.
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1282-1284

Nous rapportons l'observation d'une patiente présentant des hémangiomes vésicaux dans le cadre d'un syndrome de Klippel-Trenaunay (SKT) traitée par laser néodymium. Le SKT est défini par l'association d'une hypertrophie d'un membre, d'angiomes cutanés et de varices. L'hémangiome vésical est une tumeur vasculaire bénigne congénitale associée à un SKT dans 3 à 6% des cas et concernant surtout l'enfant et l'adulte jeune. Sa manifestation clinique la plus fréquente est une hématurie et le diagnostic est endoscopique. Le traitement endoscopique par photocoagulation laser Neodymium :YAG (Nd:YAG) semble une option thérapeutique satisfaisante.

The authors report the case of a patient presenting with bladder haemangiomas in the context of Klippel-Trenaunay syndrome treated by Neodymium:YAG laser. Klippel-Trenaunay syndrome consists of a combination of hypertrophy of a limb, cutaneous angiomas and varicose veins. Bladder haemangioma is a benign congenital vascular tumour associated with Klippel-Trenaunay syndrome in 3 to 6% of cases, especially affecting children and young adults. Its most frequent clinical manifestation is haematuria. The diagnosis is based on endoscopy. Endoscopic treatment by Neodymium:YAG (Nd:YAG) laser photocoagulation appears to be a satisfactory treatment option.


Mots clés:
Vessie / Hémangiome / laser.
Mots-clés:
bladder / Hemangioma / laser.
Métastase cérébrale d'un cancer de la prostate : régression sous traitement hormonal
Cerebral metastasis from prostate cancer: regression in response to endocrine therapy.
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1298-1301

Les métastases du névraxe secondaires au cancer de la prostate sont des localisations secondaires inhabituelles et exceptionnelles, rapportées dans moins de 4% des cas en post-mortem. Les auteurs décrivent un cas inhabituel de métastase cérébrale d'un cancer de la prostate survenant chez un homme de 44 ans ayant régressé temporairement sous traitement hormonal.

Central nervous system metastases from prostate cancer are exceptional secondary sites, reported in less than 4% of post-mortem cases. The authors describe an unusual case of cerebral metastasis from prostate cancer in a 44-year-old man that temporarily regressed during endocrine therapy.

Mots clés:
Cancer / prostate / métastases cérébrales / traitement hormonal
Mots-clés:
Cancer / prostate / cerebral metastases / endocrine therapy
Peut-on faire une vésiculectomie réglée au cours de la prostatectomie radicale?
Can precise vesiculectomy be performed during radical prostatectomy?
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1259-1263

Objectifs : Définir des repères anatomiques permettant de réaliser une vésiculectomie réglée lors des prostatectomies radicales pour cancer.

Matériel et Méthodes : 12 sujets anatomiques non formolés ont été disséqués comme lors d'une prostatectomie, par voie rétropubienne et périnéale, avec et sans injection vasculaire de latex coloré.

Résultats : Trois repères anatomiques ont été définis : 1°) le septum recto-vésical ou fascia de Denonvilliers ; 2°) le canal déférent ; 3°) les artères à destinée vésiculaire.

Conclusions : Ces trois repères anatomiques permettent de réaliser : une exérèse complète, un respect des éléments anatomiques de voisinage et une hémostase élective.

Objective: To define the anatomical landmarks allowing precise vesiculectomy to be performed during radical prostatectomy for cancer.

Material and Methods: 12 non-formalin-preserved anatomical subjects were dissected as during retropubic and perineal prostatectomy, with and without coloured latex vascular injection.

Results: Three anatomical landmarks were defined: 1) Denonvilliers' fascia; 2) vas deferens; 3) arteries supplying the seminal vesicles.

Conclusions: These three anatomical landmarks ensure: complete resection, preservation of adjacent anatomical structures and elective haemostasis.


Mots clés:
vésicules séminales / vésiculectomie / prostatectomie radicale / Cancer de la prostate / fascia de Denonvilliers.
Mots-clés:
seminal vesicles / vesiculectomy / radical prostatectomy / Prostate cancer / Denonvilliers' fascia.
Le tuteur à ballonnet : un drainage simple et efficace dans la cure des hypospadias
Balloon stent. Simple and effective drainage in hypospadias repair
2002
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1340-1341

Une technique originale de drainage des hypospadias est décrite : elle a les avantages d'une sonde à ballonnet ou d'un tuteur simple sans en avoir les inconvénients.

The authors describe an original technique of hypospadias drainage with the combined advantages of balloon catheter and simple stent without the disadvantages of these modes of drainage.

Mots clés:
Hypospadias / Drainage / sonde.
Mots-clés:
hypospadias / Drainage / catheter.
La morbidité compétitive et son impact sur l'espérance de vie : évaluation et prise en compte dans la décision thérapeutique du cancer localisé de la prostate
Competitive morbidity and its impact on life expectancy should be evaluated and taken into account in the treatment decision for localized prostate cancer.
2002
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1195-1204

Objectifs : La décision thérapeutique prise en réunion pluridisciplinaire pour un cancer de la prostate au stade localisé nécessite une argumentation prenant en compte le stade clinique du cancer et ses caractéristiques histologiques, mais également l'âge, l'état général du patient et les éventuelles maladies coexistantes. En effet, le bénéfice d'un traitement existe si celui-ci entraïne une réduction de la morbidité et de la mortalité spécifique. Pour le cancer localisé de la prostate, la survie spécifique avec ou sans récidive après traitement est prolongée, supérieure au moins à 10 ans. Il est classique de ne pas proposer un traitement à visée curative à un homme atteint d'un cancer localisé de la prostate, si sa probabilité de survie liée à une morbidité compétitive (affections médicales intercurrentes) est estimée inférieure à 10 ans. L'objectif est de mesurer l'augmentation ou la diminution de la probabilité de survie d'un patient porteur d'un cancer localisé en fonction de sa morbidité compétitive, en utilisant comme base l'espérance de vie moyenne de la population générale.

Méthodes : Analyse de la littérature.

Résultats : Les études décrivant l'histoire naturelle du cancer de la prostate montrent que l'impact d'un traitement sur la morbidité du cancer (locale et/ou métastatique) nécessite une espérance de vie proche de 8 à 10 ans. L'impact d'un traitement sur la survie spécifique nécessite une espérance de vie proche de 13 à 15 ans. La prévalence exacte des maladies coexistantes au cancer de la prostate n'est pas connue. Aux USA, l'Index de Coexistant Disease (ICD), qui prend en compte 14 maladies, est apparu le plus performant pour l'aide à la mesure de la morbidité compétitive dans le cancer localisé de la prostate. Chaque affection est classée en 4 niveaux de sévérité (score 0 à 3). Une table donne les chiffres d'estimation de l'espérance de vie par tranche d'âge et par score d'ICD. Tous les hommes avec un score élevé (2 à 3) sont décédés dans les 10 ans après le diagnostic. Les hommes avec un score 0 ont une espérance de vie estimée en fonction de l'âge meilleure que celle de la population générale.

Conclusion : La limite supérieure d'âge fixée théoriquement à 70 ans pour proposer un traitement curatif au cancer localisé de la prostate mérite d'être reconsidérée (à 70 ans, l'espérance de vie moyenne est de 12,9 ans, en France). Avec l'ICD, l'espérance de vie à 70 ans est de 14,8 ans en cas de score 0 et de 8,4 ans en cas de score 2. En cas de score 2, l'impact d'un traitement à visée curative pour un cancer localisé de la prostate sera réel sur la morbidité mais pas sur la mortalité spécifique.



Objectives : The treatment decision taken by a multidisciplinary meeting for patients with localized prostate cancer must take into account the clinical stage of the cancer and its histological characteristics, but also the patient's age, general state and any concomitant diseases, as treatment is only beneficial when it induces a reduction of morbidity and specific mortality. The specific survival with or without recurrence after treatment for localized prostate cancer is long, at least more than 10 years. Curative treatment is generally not proposed to men with localized prostate cancer when his probability of survival related to a competitive morbidity (intercurrent medical disease) is estimated to be less than 10 years. The objective of this study was to measure the increase or reduction of the survival probability of a patient with localized prostate cancer according to his competitive morbidity, based on the mean life expectancy of the general population.

Methods : Review of the literature.

Results : Studies describing the natural history of prostate cancer show that the impact of treatment on morbidity of the cancer (local and/or metastatic) requires a life expectancy of about 8 to 10 years. The impact of a treatment on specific survival requires a life expectancy of about 13 to 15 years. The exact prevalence of diseases coexisting with prostate cancer is unknown. In the USA, The Index of Coexisting Disease (ICD), which takes into account 14 diseases, appears to be the most reliable tool to measure the competitive morbidity in patients with localized prostate cancer. Each disease is classified into 4 levels of severity (score 0 to 3). A table indicates estimated life expectancies by age-group and by ICD score. All men with a high score (2 to 3) die within 10 years after diagnosis, men with a score of 0 have a better estimated life expectancy according to age than that of the general population.

Conclusion : The upper age limit, theoretically set at 70 years, in order to propose curative treatment for localized prostate cancer needs to be reviewed (the mean life expectancy for a 70-year-old man is 12.9 years in France). According to the ICD, the life expectancy at 70 years is 14.8 years in the case of a score of 0 and 8.4 years in the case of a score of 2. In the case of a score of 2, the impact of curative treatment on localized prostate cancer would be real on morbidity, but not on specific mortality.

Mots clés:
Cancer de la prostate / morbidité compétitive / Analyse de survie / espérance de vie.
Mots-clés:
Prostate cancer / competitive morbidity / Survival analysis / life expectancy.
Evaluation du raisonnement clinique en urologie : l'apport du Test de Concordance de Script
Evaluation of clinical reasoning in urology. Contribution of the Script Concordance Test.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1213-1219

But : Le test de Concordance de Script a pour objet de mesurer l'organisation des connaissances qui permet d'interpréter les données lors du raisonnement clinique. Le but de l'étude a été de vérifier l'intérêt de ce nouveau instrument d'évaluation écrit pour mesurer le raisonnement clinique en urologie.

Matériel et Méthode : Un examen de 80 items a été complété par un groupe d'externes (n = 15), un groupe d'internes en urologie (n = 11), un groupe de Chefs de Clinique-Assistants (n = 7), un groupe d'urologues confirmés (n = 10). Les scores obtenus ont été comparés par analyse de variance. La fiabilité du test a été étudiée par le calcul du coefficient alpha de Cronbach.

Résultats : Le score moyen a été de 46,95 ± 6,80 pour les étudiants, de 56,18 ± 1,73 pour les internes, de 56,27 ± 4,92 pour les chefs de clinique et de 63,38 ± 2,19 pour les urologues. Les différences observées entre les scores des externes, des internes et des urologues sont significatives. Le coefficient de fiabilité était de 0,79 pour l'ensemble de l'examen.

Conclusions : Ce test permet de discriminer des niveaux d'expérience différents en urologie . Il propose une approche simple et directe de l'évaluation de l'organisation des connaissances. Des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer l'apport de ce test dans la stratégie d'évaluation de la compétence clinique en urologie.

Objective: The Script Concordance test is designed to measure knowledge organization, to allow interpretation of data in clinical decision making.
The objective of this study was to assess the value of this new written evaluation instrument to evaluate clinical reasoning in urology.

Material and Method : An 80-item examination was completed by a group of medical students (n=15), a group of urology interns (n=11), a group of registrars-assistants (n=7), and a group of experienced urologists (n=10). The scores obtained were compared by analysis of variance. The reliability of the test was studied by calculating Cronbach's coefficient alpha.

Results: The mean score was 46.95 ± 6.80 for students, 56.18 ± 1.73 for interns, 66.27 ± 4.92 for registrars and 63.38 ± 2.19 for urologists. The differences observed between the scores for students, interns and urologists were significant. The reliability coefficient was 0.79 for the entire examination.

Conclusions: This test is able to discriminate various levels of experience in urology. It proposes a simple and direct approach to evaluation of knowledge organization. Further studies are necessary to confirm the contribution of this test to the strategy of evaluation of the clinical skills in urology.

Mots clés:
Compétence clinique / raisonnement clinique / Évaluation / urologie.
Mots-clés:
Clinical skills / clinical reasoning / Evaluation / urology.
Le traitement des sténoses urétéro-intestinales et urétéro-vésicales par cathéter ballon Acucise ®
Treatment of uretero-intestinal and ureterovesical strictures by Acucise® balloon catheter
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1224-1230

Objectif : Le cathéter ballon Acucise ® a été proposé comme alternative à la chirurgie ouverte dans le traitement des sténoses de la jonction pyélo-urétérale en raison de sa faible morbidité et de la courte hospitalisation à l'issue du geste endoscopique. Le but de cette étude est d'évaluer les résultats de cette technique appliquée aux patients présentant des sténoses après réimplantation chirurgicale de la jonction de l'uretère de la jonction urétéro-vésicale (UV) ou urétéro-intestinale (UI).

Matériel et Méthodes : Entre mars 1997 et janvier 2000, 12 sténoses (11 patients) ont été traitées par cathéter ballon Acucise ® par voie antégrade et/ou rétrograde puis cathétérisées par une sonde JJ pendant 6 semaines (4 à 12) : 6 sténoses urétéro-iléales (3 Bricker, 1 urétéro-iléoplastie, 1 entéro-cystoplastie et 1 poche de kock) et 6 sténoses urétérovésicales (réimplantations UV type Lich-Grégoir ou Paquin après chirurgie gynécologique, vasculaire ou endoscopique).
La médiane de suivi postopératoire a été de 16 mois (extrêmes 10 mois-36 mois). Le bon résultat a été défini comme l'absence de récidive de la sténose évaluée à la fois cliniquement et radiologiquement ( régression de la stase mesurée par UIV et/ou échographie).

Résultats : La durée moyenne de l'intervention a été de 70 mn et la durée moyenne d'hospitalisation de 4.8 jours, (extrêmes 3 et 14 jours). Une seule complication peropératoire est survenue (migration de sonde JJ vers le rein). L'intervention a été un succès chez 8 patients (75%). Le taux de succès est de 83% pour les sténoses urétéro-vésicales et de 50% pour les sténoses urétéro-iléales. L'existence d'une irradiation antérieure semble être un facteur d'échec.

Conclusion : Le procédé Acucise ® est une option thérapeutique peu invasive et efficace (75% de succès) pour le traitement des sténoses post-opératoires après réimplantations urétérales : dans notre département, cette option est considérée comme le traitement de première intention, la réimplantation chirurgicale étant réservée aux échecs de la technique endoscopique.

Objective: Acucise® balloon catheter has been proposed as an alternative to open surgery for the treatment of strictures of the ureteropelvic junction because of its low morbidity and the short hospital stay following the endoscopic procedure. The objective of this study was to evaluate the results of this technique applied to patients developing strictures after surgical reimplantation of the ureterovesical (UV) or uretero-intestinal (UI) junction.

Material and Methods: Between March 1997 and January 2000, 12 strictures (11 patients) were treated by Acucise® balloon catheter via an antegrade and/or retrograde approach with double J stenting for an average of 6 weeks (range: 4 to 12 weeks): 6 uretero-ileal strictures (3 Bricker, 1 uretero-ileoplasty, 1 enterocystoplasty and 1 Kock pouch) and 6 ureterovesical strictures (Lich-Grégoir or Faquin UV reimplantations after gynaecological, vascular or endoscopic surgery). The median postoperative follow-up was 16 months (range: 10 months-36 months). A good result was defined by the absence of recurrence of the stricture evaluated both clinically and radiologically (regression of stasis measured by IVU and/or ultrasonography).

Results: The mean operating time was 70 min and the mean hospital stay was 4.8 days (range: 3 and 14 days). Only one intraoperative complication was observed (migration of the double J stent to the kidney). The operation was successful in 8 patients (75%). The success rate was 83% for ureterovesical strictures and 50% for uretero-ileal strictures. A history of previous irradiation appeared to be a factor of failure.

Conclusion: The Acucise® procedure is a minimally invasive and effective (75% success rate) treatment option for the treatment of postoperative stricture after ureteric reimplantations. In our department, this option is considered to be first-line treatment, as surgical reimplantation is reserved for failures of the endoscopic technique.


Mots clés:
Endoscopie / sténose / Uretère / dilatation.
Mots-clés:
endoscopy / Stricture / ureter / dilatation.
Etude de la leucocyturie comme nouveau marqueur pronostique de la réponse thérapeutique et des effets indésirables associés au traitement d'entretien par BCG endovésical, pour la prophylaxie des tumeurs superficielles de vessie
Remerciements
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1242-1250

Exposé des motifs : L'utilisation du Bacille de Calmette-Guérin (BCG) comme immunothérapie des tumeurs superficielles de vessie est une avancée majeure, même si elle demeure limitée par l'apparition d'effets indésirables et par les problèmes liés à la tolérance. Actuellement, dans la pratique clinique, il n'existe pas d'outil individuel permettant de prédire l'efficacité ni les effets indésirables du traitement par BCG. Ces problèmes sont majorés lorsque l'on utilise le traitement d'entretien selon le protocole de D.L Lamm.

But : Définir si la leucocyturie observée après instillation endovésicale de BCG peut-être associée aux effets indésirables et à l'efficacité du traitement.

Matériel et Méthodes : Une cohorte de 72 patients consécutifs (518 instillations) ont été étudiés prospectivement. Nous avons défini quatre classes d'effets indésirables associés au BCG, selon leur type, leur intensité et leur durée. Associé à cette classification, nous avons réalisé un compte optique systématique des leucocytes urinaires au troisième jour après chaque instillation (KOVA-Slide 10).

Résultats : Une leucocyturie élevée (valeur seuil 165 000/ml) était corrélée à l'absence de récidive (p=0.009). De plus, en utilisant la classification des effets indésirables nous avons mis en évidence que la leucocyturie était liée à la sévérité/durée des effets indésirables (p
Conclusion : Ces résultats suggèrent qu'il existe probablement un lien entre efficacité et tolérance au BCG, lors du traitement d'entretien. Des études prospectives randomisées sont nécessaires pour évaluer la leucocyturie comme outil d'adaptation et d'optimisation du traitement par BCG.

The use of Bacillus Calmette-Guérin (BCG) vaccine as immunotherapy for superficial bladder cancer constitutes a major progress, although it remains limited by the development of adverse effects and problems related to safety. No individual tool is currently available in clinical practice to predict the efficacy or adverse effects of BCG therapy. These problems are accentuated in the case of maintenance therapy according to the protocol of D.L. Lamm.

Objectives: To define whether the urinary leukocyte count observed after intravesical BCG instillation could be associated with adverse effects and efficacy of treatment.

Material and Methods: A cohort of 72 consecutive patients (518 instillations) was studied prospectively. We defined four classes of adverse effects associated with BCG, according to their type, severity and duration. In combination with this classification, we performed systematic optical urinary leukocyte count on the third day after each instillation (KOVA-Slide 10).

Results : A high urinary leukocyte count (cut-off value: 165,000/ml) was correlated with absence of recurrence (p=0.009). The adverse effect classification also demonstrated that urinary leukocyte count was related to the severity and duration of adverse effects (p
Conclusion: These results suggest a probable relationship between efficacy and safety of BCG, during maintenance therapy. Randomized prospective studies are necessary to evaluate urinary leukocyte count as a tool for adaptation and optimization of BCG therapy.


Mots clés:
Tumeurs superficielles de vessie / BCG / traitement d'entretien / tolérance / leucocyturie
Mots-clés:
Superficial bladder cancer / BCG vacine / maintenance therapy / leukocytes / prognosis
Stimulation pharmacologique de l'éjaculation par le chlorhydrate de midodrine (Gutron®) dans l'aide médicale à la procréation du blessé médullaire
Pharmacological stimulation of ejaculation by midodrine hydrochloride (Gutron®) in medically assisted reproduction in spinal injury patients.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1264-1268

Introduction : Le chlorhydrate de midodrine (Gutron®) est proposé pour l'obtention d'éjaculations chez les blessés médullaires ayant un désir de paternité comme alternative au vibromassage, à l'électro-éjaculation ainsi qu'aux prélèvements chirurgicaux de spermatozoides. Nous rapportons notre expérience chez 10 blessés médullaires.

Patients et Méthodes : 14 tentatives d'éjaculation pharmacologique ont été réalisées en vue d'une aide médicale à la procréation (AMP) chez 10 blessés médullaires (7 paraplégies T11; 1 paraplégie
Résultats : Une éjaculation a pu être obtenue 10 fois (71,4%) soit de façon antégrade (7 fois) soit rétrograde (3 fois). Parmi les 4 échecs, il s'agissait 3 fois d'une anéjaculation et 1 fois d'effets secondaires du Gutron®, à type d'hypertension. La conservation des spermatozoides n'a cependant pu être réalisée que 4 fois (40%), une pyospermie ou une nécrospermie sévère étant constatée dans 6 cas.

Conclusions :Le chlorhydrate de midodrine donne de bons résultats en terme d'éjaculation chez les blessés médullaires. Cependant la qualité du sperme recueilli est souvent médiocre du fait d'un délai tardif de recueil par rapport au traumatisme initial. Utilisé idéalement après traitement antibiotique, le chlorhydrate de midodrine mérite de garder une place comme alternative aux autres techniques.

Introduction: Midodrine hydrochloride (Gutron®) is proposed to induce ejaculation in spinal injury patients desiring paternity as an alternative to vibromassage, electrostimulated ejaculation and surgical collection of spermatozoa. The authors report their experience in 10 spinal injury patients.

Patients and Methods: 14 trials of pharmacologically-induced ejaculation were performed in a context of medically assisted reproduction (MAR) in 10 spinal injury patients (7 with paraplegia > T11; 1 with paraplegia ¾ T11; 2 with quadriplegia) an average of 4.5 years after the injury. Patients had a mean age of 28.5 years (range: 18 to 36 years). Nine had persistent reflex erections. After IC injection of prostaglandin E, 10 to 30 mg of Gutron® was administered by slow IV infusion. Spermatozoa were collected during antegrade ejaculation and/or in previously alkalinised urine.

Result: Ejaculation was obtained in 10 cases (71.4%), either antegrade (7 cases), or retrograde (3 cases). The 4 failures corresponded to ejaculation failure in 3 cases and adverse effects of Gutron® (hypertension) in 1 case. However, storage of spermatozoa could be performed in only 4 cases (40%), as pyospermia or severe necrospermia were observed in 6 cases.

Conclusions: Midodrine hydrochloride gives good results in terms of ejaculation in spinal injury patients. However, the quality of semen collected is often poor due to the long interval since the initial trauma. Midodrine hydrochloride, ideally used after antibiotic treatment, can nevertheless constitute an alternative to other techniques.

Mots clés:
Lésion médullaire / Éjaculation / midodrine / paraplégie / sperme.
Mots-clés:
Spinal cord lesion / Ejaculation / midodrine / paraplegia / semen
Trois cas de ruptures spontanées intrapéritonéales de la vessie
Three cases of spontaneous intraperitoneal rupture of the bladder.
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1285-1288

La rupture spontanée de la vessie est une affection rare qui pose de véritables problèmes diagnostiques et thérapeutiques. A partir de trois nouvelles observations de rupture spontanée de la vessie survenues en dehors de tout traumatisme et une revue de la littérature, nous analysons les différents aspects diagnostiques, pronostics et thérapeutiques soulevés par cette intéressante lésion dont les étiologies sont multiples et dominées par les causes inflammatoires.
Les ruptures idiopathiques de la vessie révèlent une gravité certaine comparativement aux autres formes de ruptures traumatiques ou iatrogènes.
Le retard diagnostic causé par l'absence de signes pathognomoniques et l'évolution généralement insidieuse contribuent à cette gravité au moins en partie. Les formes tumorales ont un pronostic péjoratif.

Spontaneous rupture of the bladder is a rare disease which raises real diagnostic and therapeutic problems. Based on three new cases of spontaneous rupture of the bladder in the absence of any trauma and a review of the literature, the authors discuss the various diagnostic, prognostic and therapeutic aspects of this unusual lesion, secondary to multiple aetiologies, predominantly inflammatory causes.
Idiopathic rupture of the bladder is particularly serious compared to other forms of traumatic or iatrogenic rupture.
Late diagnosis caused by the absence of pathognomonic signs and the generally insidious clinical course at least partly contribute to this severity. Neoplastic forms have a very poor prognosis.

Mots clés:
Vessie / rupture / traumatisme.
Mots-clés:
bladder / rupture / trauma.
Liposarcome myxoide du cordon spermatique
Myxoid paratesticular liposarcoma of the spermatic cord.
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1302-1305

Les auteurs rapportent un cas de liposarcome myxoide para-testiculaire chez un patient de 68 ans. L'évolution après 22 mois est normale. Le liposarcome scrotal est une tumeur rare : moins de 100 cas ont été rapportés dans la littérature.
Le diagnostic est difficile, les signes cliniques et radiologiques n'ont rien de spécifique par rapport aux autres tumeurs intra-scrotales.
Le traitement consiste en une orchidectomie par voie inguinale. Le pronostic dépend du degré de différenciation de la tumeur et il est en général meilleur que celui des autres sarcomes para-testiculaires. Aucun traitement adjuvant n'a été instauré.

A case of myxoid paratesticular liposarcoma in a 68-year old patient is reported. The evolution was normal during the follow-up period (22 months). Scrotal liposarcoma is a rare tumour : less than 100 cases were reported in literature.
The diagnosis is difficult, clinical and radiological signs are the same as those of any intrascrotal tumour.
Orchidectomy is the usual treatment, prognosis depends on the histological features, it is usually better than that of other paratesticular sarcomas.
It did not need any additional treatment.

Mots clés:
Liposarcome / cordon spermatique / orchidectomie.
Mots-clés:
Liposarcoma / Spermatic cord / orchiectomy.
Les tendinopathies liées aux fluoroquinolones : les sujets à risque, les mécanismes physiopathologiques incriminés, la prise en charge thérapeutique
Fluoroquinolone-induced tendinopathy: subjects at risk, pathophysiological mechanisms incriminated, therapeutic management.
2002
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1331-1334

L'utilisation des fluoroquinolones a connu un essor en pathologie urologique ces dernières années. Si ces molécules n'ont pas été associées à des complications sévères engageant le pronostic vital, elles ont été associées à des lésions tendineuses engageant le pronostic fonctionnel. La fréquence de ces complications est probablement sous estimée. Il existe une latence variable (3 à 5 jours) entre l'introduction de l'antibactérien et l'apparition de la douleur. Le symptôme le plus fréquemment rencontré est la douleur qui siège en regard du tendon incriminé et les tendons les plus souvent atteins sont ceux soumis à des fortes contraintes, les atteintes bilatérales étant présentes dans 66 p. 100 des cas. Si la péfloxacine détient le record de la fréquence des complications tendineuses avec 2,7% contre 0,2-0,3% pour les autres spécialités, dans tous les cas la durée de traitement semble importante, avec un pic de fréquence au delà de 15 jours. Longtemps considérées comme des complications associées à des patients présentant un terrain à risque (âge, corticothérapie, insuffisance rénale), elles peuvent également survenir brutalement, chez l'adulte jeune, sportif ou non sportif, et ne présentant pas de pathologie tendineuse connue. Plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer la survenue de ces tendinopathies : mécanismes immuno-allergiques, toxicité directe de la molécule sur les fibres de collagène, agression oxydative d'origine cellulaire, ou encore nécrose tendineuse par mécanismes vasculaires. L'évolution demeure favorable dans 75 p.100 des cas pour les tendinopathies et dans 48 p.100 des cas pour les ruptures. Il faut donc mesurer les contre-indications et adapter la durée du traitement. En effet, les handicaps fonctionnels peuvent être longs et particulièrement préjudiciables.

The use of fluoroquinolones in urology has grown considerably over recent years. Unfortunately, although these molecules are not associated with severe life-threatening complications, they have nevertheless been associated with tendon lesions responsible for functional disability. The frequency of these complications is probably underestimated. There is a variable lag-time (3 to 5 days) between introduction of the antibacterial and onset of pain. The symptom most frequently reported is pain over the tendon affected and the tendons most frequently affected are those submitted to high constraints. Bilateral lesions are present in 66% of cases. Although Pefloxacin® is associated with the highest frequency of tendon complications (2.7% versus 0.2-0.3% for other fluoroquinolones), the duration of treatment appears to be important in every case, with a peak frequency after a fortnight of treatment. Although these complications were considered for a long time to be associated with patients presenting certain risk factors (age, steroid therapy, renal failure), they can also occur suddenly, in young adult sportsmen or non-sportsmen, with no known tendon disease. Several hypotheses have been proposed to explain the development of these cases of tendinopathy: immuno-allergic mechanisms, direct toxicity of the molecule on collagen fibres, cell-mediated oxidative aggression, or tendon necrosis due to vascular mechanisms. The outcome remains favourable in 75% of cases of tendinitis and in 49% of cases for tendon rupture. Contraindications must therefore be identified and the duration of treatment must be adapted, as the functional handicap can be long and particularly severe.

Mots clés:
Fluoroquinolone / tendinopathie / rupture tendineuse.
Mots-clés:
Fluoroquinolone / tendinopathy / tendon rupture.
La voie de York Mason dans le traitement des fistules prostato-rectales
The York Mason approach to the treatment of prostato-rectal fistulas.
2002
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1335-1339

La voie d'abord de York Mason semble la plus adaptée pour le traitement des fistules prostato-rectales car elle offre le maximum de chances de succès avec une morbidité nulle puisqu'aucun cas d'incontinence anale n'a jusqu'à présent été décrit.
Nous rapportons un cas de fistule prostato-rectale secondaire à une résection transuréthrale d'un adénome prostatique traitée par la voie trans-ano-sphinctérienne postérieure de York Mason.

The York Mason approach appears to be one of the most suitable techniques for the treatment of prostato-rectal fistulas, as it provides a maximum chance of success with no morbidity, as no cases of anal incontinence have been reported to date.
The authors report a case of prostato-rectal fistula secondary to transurethral resection of the prostate for benign prostatic hyperplasia treated by the YORK MASON posterior trans-anosphincteric approach.

Mots clés:
Fistule / prostate / rectum / traitement.
Mots-clés:
Fistula / prostate / rectum / treatment
Prévalence de la nycturie chez les adultes auxerrois : volet français de l'étude UrEpik
Prevalence of nocturia among adults inhabitants in Auxerre: the French part of the UrEpik study.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1251-1258

Objectif : Estimer la prévalence de la nycturie chez les hommes et les femmes âgés de 40 à 79 ans.

Matériel et Méthodes : Une enquête par voie postale a été réalisée en 1998-1999 auprès d'un échantillon aléatoire de la population générale auxerroise. La fréquence des mictions nocturnes a été estimée à partir de la question 7 du score IPSS (International Prostate Symptom Score).

Résultats : 1216 hommes et 591 femmes ont répondu au questionnaire. Les hommes urinaient en moyenne 0,98 fois par nuit, et les femmes 0,95. Entre la classe d'âge des 40-49 ans et celle des 70-79 ans, la fréquence moyenne de la nycturie augmentait de 0,70 à 1,61 chez les hommes, et de 0,72 à 1,31 chez les femmes. 48,1% des hommes et 31% des femmes âgés de 70 à 79 ans se levaient au moins deux fois la nuit pour uriner.

Conclusion : Cette enquête montre que les patients et les médecins généralistes devraient être davantage sensibilisés au dépistage de la nycturie et sa prise en charge, ainsi qu'à son impact sur la qualité de vie et la morbidité.

Objectives : To estimate the prevalence of nocturia among men and women aged 40 to 79 years old.

Material and Methods : A postal survey was carried out in a community-dwelling random sample in Auxerre, France. Nocturia was assessed using the item 7 of the International Prostate Symptom Score (IPSS).

Results : 1216 men and 591 women participated in the survey. Average nocturnal urinary frequency was 0.98 and 0.95 among men and women, respectively. Between the age ranges 40-49 years and 70-79 years, the frequency increased from 0.70 to 1.61 among men, and from 0.72 to 1.31 among women. In the age range 70-79 years, 48.1% of men and 31% of women awakened from sleep to urinate at least twice per night.

Conclusion : Patients and primary care physicians should be more informed about screening and management options, and impact of nocturia on quality of life and related morbidity.

Mots clés:
nycturie / Troubles mictionnels / Épidémiologie / prévalence.
Mots-clés:
Nocturia / micturition disorders / epidemiology / prevalence
Les biphosphonates dans le traitement des métastases osseuses du cancer de la prostate
Biphosphonates in the treatment of bone metastases in prostate cancer.
2002
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1205-1212

Les métastases osseuses sont habituelles chez les patients avec un cancer de la prostate et sont la cause la plus fréquente de morbidité osseuse. La plupart de ces métastases sont ostéocondensantes, mais il a été montré que la formation anormale d'os ostéoblastique est précédée d'une activité ostéoclastique qui paraït être associée avec la douleur constituant la base rationnelle de l'utilisation des biphosphonates comme traitement palliatif. Dans une étude récente, le zolédronate s'est montré efficace chez les patients avec une destruction osseuse ostéoblastique. C'est la première fois qu'un biphosphonate réduit la morbidité osseuse.

Bone metastases are common in patients with prostate carcinoma and they are the most frequent cause of skeletal morbidity. Most of these metastases ar osteocloritic, but it has been shown that the abnoprmal osteoblastic bone formation is preceeded by osteoclastic activity which appears to be associated with bone pain providing the rationale for using biphosphonates as palliative therapy. In a recent study, soledronate has been shown to b e effective in patients with osteoblastic bone destruction. This is the first time any bisphosphonate reduces skeletal morbidity.

Mots clés:
prostate / Cancer / Métastases / os / biphosphonate.
Mots-clés:
prostate / Cancer / Metastases / bone / biphosphonate.
Conséquences esthétiques et fonctionnelles de l'abord laparoscopique transpéritonéal pour la néphrectomie
Aesthetic and functional sequelae of laparoscopic transperitoneal nephrectomy.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1220-1223

Objectif: Evaluer les séquelles esthétiques et fonctionnelles de la néphrectomie par voie laparoscopique transpéritonéale.

Matériel et Méthodes: Entre 1996 et 1999, 21 néphrectomies ont été réalisées par voie laparoscopique transpéritonéale. Le nombre de trocarts utilisés était de 4 chez 9 patients et de 3 chez 12 patients. Chez tous les patients de la série, la néphrectomie était réalisée sans assistance manuelle et le rein était extrait en fosse iliaque après élargissement d'un orifice de trocart. Un questionnaire a été adressé aux patients par courrier. Ce questionnaire évaluait les séquelles esthétiques de l'intervention, la reprise de l'activité et la satisfaction générale des opérés.

Résultats: 17 patients ont répondu au questionnaire après un délai moyen de 12,2 mois (2-33). Les cicatrices étaient jugées belles dans 100% des cas, indolores dans 100% des cas et considérées comme invisibles dans 58,8% des cas. Tous les patients étaient satisfaits de l'intervention mais seulement 70,6% la conseilleraient à un proche. Parmi les patients hospitalisés moins de 5 jours, 57,1% ont trouvé l'hospitalisation trop courte et 42,9% l'ont trouvée 'juste'. La reprise d'activité était très variable (7 à 70 jours) avec une moyenne de 32 jours; elle n'était pas corrélée aux complications opératoires.

Conclusion: La néphrectomie par voie laparoscopique transpéritonéale donne de bons résultats esthétiques et fonctionnels. Cependant, les patients ne sont pas satisfaits des courtes durées d'hospitalisation. La reprise d'activité ne semble pas dépendre des suites chirurgicales.

Objective: To evaluate the aesthetic and functional sequelae of laparoscopic transperitoneal nephrectomy.

Material and methods: Twenty-one laparoscopic transperitoneal nephrectomies were performed between 1996 and 1999. Four trocars were used in 9 patients and 3 trocars were used in 12 patients. In all patients of the series, nephrectomy was performed without manual assistance and the kidney was extracted from the iliac fossa after enlarging a trocar orifice. A questionnaire evaluating the aesthetic sequelae of the operation, resumption of everyday activities and the patient's general satisfaction was sent to each patient by mail.

Results: 17 patients completed the questionnaire after a mean follow-up of 12.2 months (range: 2 to 33 months). Scars were cosmetically satisfactory in 100% of cases, painless in 100% of cases and were considered to be invisible in 58.8% of cases. All patients were satisfied with the operation, but only 70.6% would have recommended this procedure to a friend or relative. 57.1% of the patients hospitalised for less than 5 days considered the hospital stay to be too brief and 42.9% considered it to be barely sufficient. Time to resumption of everyday activity varied considerably (7 to 70 days) with a mean of 32 days and was not correlated with operative complications.

Conclusion: Laparoscopic transperitoneal nephrectomy achieves good aesthetic and functional results, but patients are not satisfied with the short hospital stay. Resumption of everyday activity does not appear to depend on the postoperative course.


Mots clés:
Néphrectomie / laparoscopie / morbidité.
Mots-clés:
nephrectomy / Laparoscopy / Morbidity
Place de l'antibioprophylaxie lors d'une cystoscopie en ambulatoire
Role of antibioprophylaxis in ambulatory cystoscopy.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1239-1241

But: L'administration d'une antibioprophylaxie avant une cystoscopie réalisée en ambulatoire diminue-t-elle le risque infectieux ?

Matériel et Méthodes: Une étude randomisée et prospective a été menée sur 126 patients à urine stérile devant bénéficier d'une cystoscopie en ambulatoire. Avant la cystoscopie, les patients furent randomisés en 2 groupes, le groupe 1 recevant 400 mg de norfloxacine, le groupe 2 n'en recevant pas. 3 jours après l'examen, un E.C.B.U est réalisé. L'étude statistique des résultats a été faite par la méthode du Chi 2.

Résultats: 99 réponses nous sont parvenues. Le taux global d'infection était de 4%. L'incidence de l'infection dans le groupe 1 était de 3% (2/67), contre 5,1% (3/59) dans le groupe 2. La différence entre les deux groupes n'était statistiquemt pas significative (p>0,05)

Conclusion: L'administration d'une antibioprophylaxie avant une cystoscopie ne diminue pas l'incidence de l'infection urinaire; elle ne se justifie donc pas en l'absence de prothèse valvulaire.

Mots clés:
infection nosocomiale / cystoscopie / antibioprophylaxie.
Mots-clés:
nosocomial infection / Cystoscopy / antibioprophylaxis.
Pyélonéphrite xanthogranulomateuse pseudotumorale : diagnostic par la biopsie percutanée et succès du traitement conservateur
Pseudo-tumoral xanthogranulomatous pyelonephritis: diagnosis by percutaneous biopsy and success of conservatory treatment
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1274-1276

La pyélonéphrite xanthogranulomateuse est une forme inhabituelle d'infection rénale dont le diagnostic est souvent méconnu avant l'intervention chirurgicale. Nous rapportons le cas d'une jeune fille âgée de 19 ans qui présentait une masse rénale pseudotumorale. Le diagnostic de pyélonéphrite xanthogranulomateuse focale a été suspecté par les caractéristiques de la masse aux différents examens d'imagerie médicale et confirmé par l'analyse histologique d'un fragment prélevé par une biopsie percutanée échoguidée. La guérison a été obtenue avec un traitement antibiotique.
Une exploration exhaustive comprenant une biopsie rénale devrait être réalisée afin de poser le diagnostic de pyélonéphrite xanthogranulomateuse avant tout geste chirurgical. Nous préconisons le traitement antibiotique comme traitement de première intention de la pyélonéphrite xanthogranulomateuse focale.



Focal xanthogranulomatous pyelonephritis is an unusual form of chronic renal infection that is difficult to diagnose prior to surgery. We report on a 19-year-old woman who presented with a renal mass that mimicked malignancy. The diagnosis of focal xanthogranulomatous pyelonephritis was first suspected by radiological findings and further confirmed by histopathologic examination of percutaneous biopsy specimens of the lesion. Successful treatment of the patient was achieved with antibiotic therapy alone. Maximal efforts, including percutaneous renal biopsy, should be made to establish the diagnosis of focal xanthogranulomatous pyelonephritis before a therapeutic decision is reached. We recommend the use of antibiotics as a first-line treatment for patients with focal xanthogranulomatous pyelonephritis.

Mots clés:
Rein / pyélonéphrite / xanthogranulomateuse / biopsie percutanée / traitement médical.
Mots-clés:
Kidney / Pyelonephritis / xanthogranulomatous / percutaneous biopsy / antibiotics.
Translation uréthrale de Koff : à propos de 26 hypospades présentant une division distale du corps spongieux
Koff's urethral mobilization: Experience in 26 hypospadias with a distal division of the corpus spongiosum
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1327-1330

Objectifs: Evaluation rétrospective de la technique de translation uréthrale de Koff dans les hypospades présentant une division distale du corps spongieux.

Matériel et Méthodes: Vingt-six uréthroplasties selon la technique de Koff ont été réalisées du 1er janvier 1999 au 31 janvier 2001 par le même chirurgien. L'âge moyen de l'intervention était de 36,3 mois (14 à 117 mois). Tous les patients présentaient un hypospade avec une division distale du corps spongieux

Résultats: Le recul est de 1 à 24 mois (moyenne : 4,64 mois). 4 patients (15%) ont présenté un hématome du pénis à l'ablation du pansement au 4ème jour dont un a dû être repris au bloc opératoire. 5 patients (19,2%) ont présenté une sténose du méat symptomatique nécessitant une méatotomie. Un enfant a présenté une fistule uréthrale glanulaire spontanément résolutive. Tous ont un résultat cosmétique satisfaisant.

Conclusion : La translation uréthrale de Koff nous semble avoir une place importante dans l'arsenal des techniques décrites pour traiter les hypospades ayant une division distale du corps spongieux. Cette technique présente le mérite essentiel d'éviter l'uréthroplastie à proprement parler et réduit au minimum le risque de fistules. Cependant, il est possible que la dissection extensive de l'urèthre soit à l'origine d'une ischémie de l'urèthre distal responsable des sténoses du méat observées.

Aim: To evaluate the Koff urethral mobilization in 26 patients with distal division of the corpus spongiosum.

Material and Method: Twenty six hypospadias underwent Koff's urethral mobilization between January 1st 1999 and January 31st 2001. All cases were performed by the senior author. The mean age at surgery was 36.3 months (14 to 117 months). All cases had a distal division of the corpus spongiosum.

Results: The mean follow-up was 4.64 months (1-24 months) : Four cases (15%) presented with a penile bleeding when the dressing was removed 4 days after the procedure. One of them went back to theatre to stop the bleeding. Five (19.2%) presented with a late meatal stenosis requiring a secondary meatotomy. One had a urethral fistula which disappeared spontaneously a few months later. All had a satisfactory cosmetic result.

Discussion and conclusion: These results are compared with other series published and it seems that a full penile urethral mobilization is a significant alternative procedure whose main advantage is to avoid the use of any non-urethral tissues to reconstruct the hypospadiac urethra. The selection of cases must be cautious to avoid secondary meatal stenosis which seems to be related to ischaemia of the distal hypoplastic urethra.

Mots clés:
Pénis / Hypospadias / mobilisation uréthrale. translation uréthrale.
Mots-clés:
penis / hypospadias / urethral mobilization / urethral translation.
Tumeurs de la voie excrétrice supérieure : résultats de la chirurgie conservatrice
Upper urinary tract tumours: results of conservative surgery.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1231-1238

Objectif: Donner les résultats de la chirurgie conservatrice réalisée pour tumeur urothéliale de la voie excrétrice supérieure.

Patients et Méthodes: De 1986 à 1997, 352 patients ont été traités pour tumeur urothéliale de la voie excrétrice supérieure. 54 patients (15,3%) ont été traités par chirurgie conservatrice. Le sex ratio était d'1,3 hommes pour 1 femme. L'âge moyen était de 63 ans. Dans la plupart des cas, la tumeur était située dans l'uretère. 60% des patients ont eu une chirurgie conservatrice de principe pour une lésion isolée de petite taille (tumeur solitaire de stade et de grade peu élevé). En revanche, dans 40% des cas environ, la chirurgie conservatrice a été réalisée par nécessité en raison de tumeurs bilatérales d'emblée, du rein unique ou d'une insuffisance rénale en rapport avec une néphropathie des Balkans. La médiane de suivie a été de 67,3 mois (extrêmes 6 mois-14 ans). Les résultats ont été évalués statistiquement avec le test du chi 2 ou le test t et ANOVA one way test de proportion.

Résultats: Pendant la période de suivi, 15,8% des patients ont développé une récidive locale. Le risque de récidive était supérieur dans les cas où la chirurgie conservatrice avait été réalisée pour des indications de nécessité par rapport aux indications de principe (21,7% contre 11.8%), mais cette différence n'était pas significative. Le stade et le grade de différentiation ont été reconnus comme facteurs pronostiques du risque de récidive locale de façon statistiquement significative. Globalement le taux de survie à 5 ans a été de 67% avec des résultats plus favorables en cas de chirurgie réalisée de principe par rapport aux patients traités de manière conservatrice par nécessité (72% contre 60%), la différence de ces résultats n'est pas statistiquement significative. Mais elle est statistiquement hautement significative concernant le stade et le grade tumoral (grade III versus grade I et II, pT3 contre pT1, pT2). La probabilité de la survie à 5 ans est de 68,5%. L'apparition de la récidive est le plus probable dans les suites postopératoires précoces, 81,56% dans la période des 18 mois premiers.

Conclusion: Le traitement conservateur des tumeurs de la voie excrétrice est possible. En revanche, le risque de récidive est directement corrélé au stade, au grade de la tumeur avec une grande signification statistique, et au type d'indication de chirurgie conservatrice réalisée mais sans différence statistiquement significative.

Objective: To determine the results of conservative surgery for upper urinary tract urothelial tumours.

Patients and Methods: From 1986 to 1997, 352 patients were treated in the Belgrade urology clinic for upper urinary tract urothelial tumour. 54 patients (15.3%) were treated by conservative surgery. The sex ratio was 1.3 men for 1 woman. The mean age was 63 years. In most cases, the tumour was situated in the ureter. Conservative surgery was performed on principle in 60% of patients for a small isolated lesion (solitary low-stage, low-grade tumour). In contrast, in about 40% of cases, conservative surgery was performed by necessity due to the presence of bilateral tumours, a solitary kidney or renal failure related to Balkan nephropathy. The median follow-up was 67.3 months (range: 6 months-14 years).

Results: 15.8% of patients developed a local recurrence during the follow-up period. The risk of recurrence was higher when conservative surgery was performed for indications of necessity than when it was performed on principle (21.7% versus 11.8%), but the difference was not statistically significant (c2 test, t test). The stage and grade of differentiation were identified as the most significant predictive factors for the risk of local recurrence. The overall 5-year survival rate was 67% with more favourable results in the case of conservative surgery performed on principle compared conservative surgery by necessity (72% versus 60%). The difference between these results was not statistically significant, but a statistically significant difference was observed for tumour stage and grade (grade III versus grade I and II, pT3 versus pT1, pT2). The 5-year survival probability was 68.5%. Recurrence was most likely to occur during the early postoperative course, as 81.56% occurred during the first 18 months.

Conclusion: Urothelial tumours can be managed conservatively. However, the risk of recurrence is directly correlated with the tumour stage and grade, with a high level of statistical significance, and with the type of indication for conservative surgery performed, but with no statistically significant difference.

Mots clés:
Tumeurs urothéliales du haut appareil urinaire / néphropathie balkanique / chirurgie conservatrice.
Mots-clés:
Upper urinary tract urothelial tumours / Balkan nephropathy / conservative surgery.
Fistule artério-urétérale : approche diagnostique et thérapeutique
Commentaire de Dominique Rossi, Service d'Urologie, Hôpital Nord, Marseille.
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1277-1281

Le diagnostic de fistule artério-urétérale doit être évoqué lors d'une hématurie abondante ou intermittente d'apparition brutale survenant dans un contexte particulier (antécédent de chirurgie vasculaire aorto-iliaque, de cathétérisme urétéral prolongé, de radiothérapie ilio-pelvienne). Le traitement effectué en urgence doit contrôler l'hémorragie. Pour cela, la mise en place d'un stent par voie endovasculaire peut être une technique utile. Dans un second temps, une chirurgie réparatrice est nécessaire avec pontage vasculaire et traitement de la lésion urétérale.



The diagnosis of arterio-ureteric fistula must be considered in the case of sudden onset of abundant or intermittent haematuria occurring in a particular context (history of aorto-iliac vascular surgery, prolonged ureteric stenting, ilio-pelvic radiotherapy). Emergency treatment must control bleeding. Endovascular stenting may be a useful technique, followed by reconstructive surgery with vascular bypass graft and treatment of the ureteric lesion.

Mots clés:
Fistule / Uretère / stent / artère iliaque / urétéro-iléoplastie.
Mots-clés:
Fistula / ureter / stent / iliac artery / uretero-ileoplasty.
La bandelette trans-obturatrice : un procédé mini-invasif pour traiter l'incontinence urinaire d'effort de la femme
Transobturator urethral suspension: a minimally invasive procedure to treat female stress urinary incontinence.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1306-1313

But: La bandelette trans-obturatrice est une bandelette artificielle destinée à la suspension urétrale afin de traiter l'incontinence urinaire d'effort de la femme.

Matériel: Cette bandelette a deux originalités :
- sa structure en polypropylène non tissé injecté de silicone en regard de l'urètre dont le but est de limiter la rétraction du polypropylène et d'établir une barrière à l'extension de la fibrose autour de l'urètre.
- la mise en place transmusculaire obturatrice et puborectale reproduit le fascia naturel de suspension de l'urètre en préservant l'espace de Retzius.

Méthodes: Une étude préliminaire (40 implantations) confirme la faisabilité de l'intervention, la faible morbidité (une complication : sepsis).

Résultats: Ils sont encourageants entre 3 et 12 mois :
- dans le traitement de l'incontinence isolée (16 patientes) il n'y a eu aucune dysurie postopératoire ; 15 patientes sont totalement continentes et 1 patiente est très améliorée.
- dans le traitement du prolapsus associé à une incontinence patente ou potentielle (24 patientes) on observe 4 dysuries postopératoire transitoires ; il n'y a aucune incontinence postopératoire.

Transobturator tape is an artificial tape designed for urethral suspension to treat female stress urinary incontinence. This tape has two original features:
- its non-woven polypropylene structure is coated with silicone on the urethral surface in order to limit retraction of polypropylene and to establish a barrier to extension of periurethral fibrosis.
- transmuscular insertion, through the obturator and puborectalis muscles, reproduces the natural suspension fascia of the urethra while preserving the retropubic space.
A preliminary study (40 implantations) confirmed the feasibility of this operation, the low morbidity (one complication: sepsis) and the encouraging results between 3 and 12 months;
- in the treatment of isolated incontinence (16 patients), no postoperative dysuria has been observed; 15 patients are totally continent and 1 patient is improved;
- in the treatment of prolapse associated with frank or potential incontinence (24 patients), transient postoperative dysuria was observed in 4 cases, with no postoperative incontinence.

Mots clés:
Incontinence urinaire d'effort de la femme / bandelette de suspension urétrale transobturatrice / polypropylène / silicone.
Mots-clés:
Female stress urinary incontinence / transobturator urethral suspension / Polypropylene / silicone.
Cancer rénal et grossesse
Renal cancer and pregnancy.
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1269-1273

Le cancer rénal est rare chez la femme enceinte. A travers l'étude de deux cas, les auteurs soulèvent les difficultés diagnostique, thérapeutique et de pathogénie.
Il s'agit de 2 femmes âgées de 26 et 34 ans, admises pour tumeur rénale découverte respectivement au 1er et au 2ème trimestre de grossesse. Le bilan d'extension était négatif. Il a reposé sur l'échographie abdominale (2 cas), la TDM abdominale (1 cas) et la radiographie pulmonaire (2 cas). L'étude anatomo-pathologique de la néphrectomie totale élargie a conclu à un adénocarcinome rénal à cellules claires. L'évolution était marquée dans un cas, par la survenue d'un avortement spontané à J5 du post-opératoire et l'absence de métastases après un recul de 16mois; et par l'apparition dans l'autre cas , de métastases diffuses 4 mois après un accouchement par voie basse d'une grossesse menue à terme.
La grossesse constitue une période privilégiée pour la découverte de la tumeur. Le bilan d'extension doit tenir en compte l'âge de la grossesse. Son traitement est celui du cancer rénal habituel associé à une surveillance simultanée de la grossesse.

Renal cancer is rare in pregnant women. Through a study of two cases, the autors underline diagnostic, therapeutic and pathogenic aspects of this association. Two female patients, 26 and 34 years old, were admitted for renal tumor, discovered respectively at the first and the second trimester of pregnancy. Investigation's exams for tumor extension were negative. They were based on ultrasound exam (2 cases), CT scan (1 case ) and chest X ray (2 cases ). The histological examination concluded to a bright cell carcinoma. In the former case, evolution was marked by spontaneous abortion at the fifth post-operative day, and the absence of metastasis after16 months. In the second case , the evolution was worse because of metastasis occurence four months after normal delivery.
Pregnancy represents a privileged period for the discovery of renal tumor. Exams of tumor extension must consider pregnancy age. The treatment is similar to that of usual renal cancer and is associated to a simultaneous supervision of the pregnancy.

Mots clés:
Cancer / Rein / grossesse.
Mots-clés:
Cancer / rein / grossesse.
Dispositif intra-utérin migré dans la vessie
Migration of an intrauterine device into the bladder.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1289-1291

But: L'objectif de cette étude a été d'apprécier le devenir à long terme des fistules artério-veineuses (FAV) chez les transplantés rénaux, de discuter les mécanismes affectant leur fonctionnement et de la stratégie chirurgicale en vue de préserver au mieux le capital veineux dans l'hypothèse d'un retour en dialyse.

Matériels et Méthodes : 160 patients transplantés rénaux âgés en moyenne de 47 ans ont été revus. Les FAV étaient constituées au poignet dans 85% des cas et au pli du coude dans 13% des cas. La FAV avait été créée en moyenne 29 mois avant la greffe.

Résultats: 62% des FAV avec un recul moyen de 69 mois par rapport à la transplantation et de 95 mois par rapport à leur constitution étaient jugées fonctionnelles. Les thromboses per opératoires, précoces et tardives étaient respectivement de : 6%, 7,5% et 17%. L'abord vasculaire de 12 patients a été fermé à distance (7,5%).

Conclusion : Les abords vasculaires natifs distaux bien que non utilisés après la transplantation rénale ont des survies prolongées. Le risque évolutif principal est la thrombose qui peut être prévenu en per et péri-opératoire. Ces résultats nous incitent à proposer une attitude conservatrice pour tous les abords vasculaires bien tolérés.

But: L'objectif de cette étude a été d'apprécier le devenir à long terme des fistules artério-veineuses (FAV) chez les transplantés rénaux, de discuter les mécanismes affectant leur fonctionnement et de la stratégie chirurgicale en vue de préserver au mieux le capital veineux dans l'hypothèse d'un retour en dialyse.

Matériels et Méthodes : 160 patients transplantés rénaux âgés en moyenne de 47 ans ont été revus. Les FAV étaient constituées au poignet dans 85% des cas et au pli du coude dans 13% des cas. La FAV avait été créée en moyenne 29 mois avant la greffe.

Résultats: 62% des FAV avec un recul moyen de 69 mois par rapport à la transplantation et de 95 mois par rapport à leur constitution étaient jugées fonctionnelles. Les thromboses per opératoires, précoces et tardives étaient respectivement de : 6%, 7,5% et 17%. L'abord vasculaire de 12 patients a été fermé à distance (7,5%).

Conclusion : Les abords vasculaires natifs distaux bien que non utilisés après la transplantation rénale ont des survies prolongées. Le risque évolutif principal est la thrombose qui peut être prévenu en per et péri-opératoire. Ces résultats nous incitent à proposer une attitude conservatrice pour tous les abords vasculaires bien tolérés.


La migration trans-utérine d'un dispositif intra-utérin (DIU) est une complication rare. Nous rapportons un cas de stérilet qui a migré dans la vessie et qui s'est calcifié secondairement.
Il s'agit d'une femme de 34 ans porteuse d'un stérilet depuis 4 ans. Elle a eu une grossesse non désirée et elle a présenté en fin de grossesse des signes de cystite invalidante. Le diagnostic de DIU migré dans la vessie et calcifié secondairement a été évoqué sur l'arbre urinaire sans préparation et à l'échographie, puis confirmé à la cystoscopie.
Une lithotritie balistique du calcul avec extraction du stérilet par voie endoscopique a été réalisée.

Introduction : The objective of this study was to assess the long-term outcome of AV shunts in renal transplant recipients, to discuss mechanisms affecting their functioning and the surgical strategy designed to optimally preserve the venous capital in the hypothesis of a return to dialysis.

Materials and Methods : 160 renal transplant recipients, with a mean age of 47 years, were reviewed. AV shunts were performed at the wrist in 95% of cases and in the cubital fossa in 13% of cases. The AV shunt had been performed an average of 29 months before renal transplantation.

Results: 62% of AV shunts were considered to be functional with a mean follow-up of 69 months after transplantation and 95 months after creation. The intraoperative and early and late postoperative thrombosis rates were 6%, 7.5% and 17%, respectively. The AV shunt was subsequently closed in 12 patients (7.5%).

Conclusion : Native distal AV shunts, although not used after renal transplantation, have a prolonged survival. The main risk is thrombosis which can be prevented intraoperative and perioperatively. These results encourage a conservative attitude to all well tolerated AV shunts.


Introduction : The objective of this study was to assess the long-term outcome of AV shunts in renal transplant recipients, to discuss mechanisms affecting their functioning and the surgical strategy designed to optimally preserve the venous capital in the hypothesis of a return to dialysis.

Materials and Methods : 160 renal transplant recipients, with a mean age of 47 years, were reviewed. AV shunts were performed at the wrist in 95% of cases and in the cubital fossa in 13% of cases. The AV shunt had been performed an average of 29 months before renal transplantation.

Results: 62% of AV shunts were considered to be functional with a mean follow-up of 69 months after transplantation and 95 months after creation. The intraoperative and early and late postoperative thrombosis rates were 6%, 7.5% and 17%, respectively. The AV shunt was subsequently closed in 12 patients (7.5%).

Conclusion : Native distal AV shunts, although not used after renal transplantation, have a prolonged survival. The main risk is thrombosis which can be prevented intraoperative and perioperatively. These results encourage a conservative attitude to all well tolerated AV shunts.


Transuterine migration of an intrauterine contraceptive device (IUCD) is a rare complication.
The authors report a case of IUCD which migrated into the bladder and subsequently became calcified. This 34-year-old woman had been fitted with an IUCD for 4 years. She presented an unwanted pregnancy and signs of disabling cystitis at the end of pregnancy. The diagnosis of migration of the IUCD into the bladder with secondary calcification was suggested on the plain abdominal x-ray and on ultrasound and was confirmed by cystoscopy. Ballistic lithotripsy of the bladder stone with endoscopic extraction of the IUCD was then performed.
Key-Words: Intrauterine device, transuterovesical migration, bladder stone.

Mots clés:
Dispositif intra-utérin / migration trans-utéro-vésicale / calcul vésical
Mots-clés:
intrauterine device / transuterovesical migration / bladder stone.
Le syndrome de Wolfram. A propos de 3 cas
SUMMARY
2002
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1292-1296

Le syndrome de Wolfram est une affection neurodégénérative autosomique récessive. Le diabète sucré et l'atrophie optique bilatérale juvéniles en sont ses manifestations majeures et sont suffisants pour établir le diagnostic. Les manifestations urinaires doivent être tenues pour parts intégrantes du syndrome car elles sont présentes jusque dans 62% des cas et représentent une des causes majeures de morbidité.
Trois observations permettent de souligner les difficultés thérapeutiques rencontrées. Le traitement, essentiellement symptomatique, est en grande partie, guidé par les données recueillies lors des différentes investigations paracliniques et notamment le bilan urodynamique. Bien que ses causes soit multifactorielles et complexes, il est apparu que l'atteinte urinaire a pu être, au moins temporairement, améliorée par la correction de l'hyperpression vésicale.

Wolfram's syndrome is an autosomal recessive neurodegenerative disease. The major manifestations consist of diabetes mellitus and bilateral optic atrophy and are sufficient to establish the diagnosis. Urinary manifestations constitute an integral part of the syndrome, as they are present in up to 62% of cases and represent one of the major causes of morbidity.
Three cases allow emphasize the difficulty of treatment, which is essentially symptomatic, and largely guided by the results of the various complementary investigations, especially urodynamic assessment. Although the causes of this syndrome are multifactorial and complex, it appears that the urinary lesions are at least temporarily improved by correction of excessive bladder pressure.


Mots clés:
Wolfram / DIDMOAD / manifestations urinaires.
Mots-clés:
Wolfram / DIDMOAD / urinary manifestations.
Ajustement différé de la tension de matériel prothétique sous-uréthral (TVT®) après cure chirurgicale d'incontinence urinaire d'effort de la femme
Deferred adjustment of the tension of tension-free vaginal tape (TVT) after surgical repair of female stress urinary incontinence.
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1314-1319

Introduction: La rétention vésicale est une complication fréquente de la cure d'incontinence urinaire de la femme traitée par bandelette sous-urétrale (TVT). Nous rapportons une modification de la technique originale permettant de diminuer le risque de dysurie et de rétention post-opératoire.

Matériel et Méthodes: Cent vingt quatre patientes, présentant une incontinence urinaire d'effort pure, ont eu une bandelette TVT®. Chez 74 patientes (groupe 1), la bandelette a été mise en place selon la technique originale. Chez 50 patientes (groupe 2), durant l'intervention, aucune tension n'a été exercée sur les extrémités sus-pubiennes de la bandelette ; celles-ci ont été conservées et enfouies dans un pansement antiseptique ; le lendemain de l'intervention, une traction sur les bandelettes sus-pubiennes a été effectuée s'il persistait une incontinence. Les résultats, post-opératoires immédiats et à 3 mois, concernant la continence et l'obstruction urétrale, sont comparés.

Résultats: Une continence parfaite est obtenue dans 84 ± 6.5% et 94 ± 4.2% pour les groupes 1 et 2 respectivement (p=0.08). Une rétention aigue d'urine (15% contre 2%, p
Conclusion: La tension différée des extrémités de la bandelette semble diminuer le taux de dysurie et de rétention vésicale, compliquant la mise en place de matériel prothétique sous-urétral (TVT®). Cette modification technique ne s'effectue pas au détriment de la continence, qui apparaït au moins aussi satisfaisante. La morbidité de cette variante technique apparait faible.



Introduction:Urinary retention is a frequent complication of repair of female urinary incontinence treated by tension-free vaginal tape (TVT). The authors report a modification of the original technique designed to decrease the risk of postoperative dysuria and retention.

Material and Methods: One hundred and twenty four patients with pure stress urinary incontinence were treated by TVT. In 74 patients (group 1), the TVT was placed according to the original Swedish technique. In 50 patients (group 2), no tension was applied to the suprapubic extremities of the TVT during the operation, but they were preserved and buried in an antiseptic dressing. On the day after the operation, traction was applied to the suprapubic TVT in the case of persistent incontinence. The immediate postoperative results and the results at 3 months, in terms of continence and urethral obstruction, were compared.

Results: Perfect continence was obtained in 84 ± 6.5% and 94 ± 4.2% of patients in groups 1 and 2, respectively (p=0.08). Acute urinary retention (15% vs 2%, p<0.03) and post-voiding residual urine > 50 cc (38% vs 10% on D1 and 14% vs 2% at 3 months) were more frequent in group 1. At 3 months, the reduction in maximum and mean flow rate was lower in group 2 (p<0.03). In group 2, deferred traction of the TVT was necessary in 20% of cases, without causing any major infectious complications or pain.

Conclusion: Deferred traction of TVT appears to decrease the rate of dysuria and urinary retention following repair of female urinary incontinence by tension-free vaginal tape (TVT). This technical modification does not affect the results on continence, which appears to be at least as satisfactory. This technical variant appears to be associated with a low morbidity.

Mots clés:
incontinence urinaire d'effort / tension-free vaginal tape (TVT) / rétention urinaire.
Mots-clés:
Stress urinary incontinence / Tension-free vaginal tape (TVT) / Urinary retention.
La promonto-fixation sous coelioscopie : une voie d'abord séduisante pour la cure des prolapsus
SUMMARY
2002
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1320-1326

But
: Evaluer la promonto-fixation réalisée sous coelioscopie.

Matériel et Méthodes
: 76 patientes ont été opérées sous coelioscopie entre 1993 et 1999. L'âge moyen des patientes était de 59 ans (extrêmes de 34 à 77 ans). 35 présentaient une incontinence urinaire d'effort associée. Les antécédents de chirurgie abdominale n'ont pas été une contre-indication à la coelioscopie. L'hystérectomie n'a pas été systématique et le type de correction de l'incontinence urinaire a varié entre bandelette sous urétrale, Burch et TVT.

Résultats
: Les temps opératoires ont été de 100 à 345 minutes avec une moyenne à 199 minutes (moyenne 164 minutes pour les 10 dernières interventions). Les patientes sont sorties entre le 2ème et le 10ème jour post-opératoire, soit une moyenne de 4,9 jours (moyenne de 3,7 jours en 1999). 89,4% des opérées ont pu sortir avant le 6ème jour post-opératoire inclus. Les résultats ont été satisfaisants avec disparition du prolapsus chez 74 patientes (96%). Une seule complication per-opératoire a marqué notre série : une plaie du colon lors de la dissection de l'étage postérieur lors de la réalisation de la douglassectomie avec mise en place de la bandelette postérieure; cette plaie a été suturée dans le même temps opératoire. Une conversion a eu lieu en raison d'un problème de désaturation en oxygène lors de l'insufflation du monoxyde de carbone.

Conclusion
: Cette étude confirme que la promonto-fixation sous coelioscopie est efficace, fiable et reproductible. Cette technique mériterait d'être validée par des études la comparant aux autres possibilités techniques.

Objective
: Evaluate laparoscopic sacral colpopexy

Material and Methods
: 76 patients operated by laparoscopy between 1993 and 1999. The mean age of the patients was 59 years. 35 patients suffered from stress incontinence. A history of abdominal surgery was never a contraindication to laparoscopy. Hysterectomy was not systematically performed and the type of correction of urinary incontinence varied between suburethral sling, Burch procedure and TVT. The operating time ranged from 100 to 345 minutes with a mean of 199 minutes. Patients were discharged from hospital between the 2nd and the 10th postoperative day (mean: 4.9 days). Nine out of 10 patients operated (89.40%) were discharged before the 6th postoperative day. The results were satisfactory with correction of prolapse in 74 patients (96%). Only one intraoperative complication occurred in our series: a minimal injury of the colon complicated dissection of the posterior floor during resection of the pouch of Douglas. This wound was sutured during the same operating time. One conversion was required following sudden onset of oxygen desaturation during carbon monoxide insufflation.
Laparoscopic prolapse surgery is used increasingly frequently and this study confirms that laparoscopic sacral colpopexy is effective, reliable and reproducible.

Mots clés:
prolapsus / promonto-fixation / coelioscopie.
Mots-clés:
Prolapse / Sacral colpopexy / laparoscopy.
L'oeuvre urologique de Thomas Jonnesco AIHP (1860-1926)
The urological work of Thoma Ionescu (1860-1926).
2002
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 1342-1345

Thomas Jonnesco, éminent anatomiste et chirurgien roumain, fut un grand ambassadeur de la médecine française. Homme d'état et patriote, il fut le fondateur de la chirurgie moderne expérimentale roumaine et l'initiateur de la rachi-anesthésie générale. Parmi ses innombrables travaux scientifiques nous mettons l'accent sur son oeuvre urologique et plus spécialement sur son procédé original de néphropexie.

Thoma Ionescu, eminent Rumanian surgeon and anatomist, was a great ambassador of french medicine. Politician and patriot, he was founder of modern rumanian experimental surgery and initiator of general rachi-anaesthesia. Among his innumerable scientific works we underline the urologic part of them and especially his original method of nephropexy.

Mots clés:
Jonnesco / anatomiste / chirurgien / R.A.G. / chirurgie du sympathique cervical
Mots-clés:
Ionescu / anatomist / surgeon / general rachi-anaesthesia / cervical sympathectomy