Base bibliographique

Actualités en électrochirurgie laparoscopique et ses applications en chirurgie urologique
Update on laparoscopic electrosurgical devices and their use in complex urologic procedures
2017
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 267-274, suppl. 5


Introduction

La chirurgie laparoscopique constitue un domaine en plein essor en urologie en que traitement mini-invasif. L’hémostase relève d’une haute importance en laparoscopie puisque les saignements peuvent rapidement altérer les conditions de travail. L’objectif de cette mise au point est d’exposer les différentes techniques d’électrochirurgies et d’analyser leur application courante en chirurgie urologique.


Matériel et méthodes

Une revue de la littérature a été réalisée en utilisant les mots-clés suivant « laparoscopic electrosurgery » and/or « nephrectomy » and/or « prostatectomy ». Deux cents quarante articles ont été retrouvés sur Pubmed . Après révision du titre et du contenu, 18 articles ont été retenu pour cette mise au point.


Résultat

Les différentes techniques d’électrochirurgie et leur évolution sont exposés. Les propriétés physiques de chaque système sont rappelées dans cette revue. Les avantages et les limites de chacune de ses techniques ainsi que leurs applications en pratique courante sont résumés et analysés.


Conclusion

L’électrochirurgie bipolaire avec thermofusion et le système à ultrasons permettent une bonne préservation nerveuse dans les prostatectomies radicales. Elles peuvent être utilisées dans les néphrectomies partielles mais peuvent altérer les marges de résection. Le système hybride présente une place importante en chirurgie urologique bien que les données de la littérature sont éparses.


Niveau de preuve

3.


Introduction

Laparoscopy is the standard of care for many urologic procedures and witnesses nowadays technological advancements. Hemostasis is highly important in laparoscopy since bleeding could rapidly alter the operative conditions. The objective of this review is to expose the different electrosurgical techniques, their history and their applications in urology.


Material and methods

A literature review was overdone using the following terms “laparoscopic electrosurgery” and/or “nephrectomy” and/or “prostatectomy”. Two hundred and forty articles were found through Pubmed . After reviewing the title and the content of these articles, 18 were eligible for the following review.


Results

The different electrosurgical techniques and their technological evolution are exposed. Physical properties of each system are exposed as well. Advantages and limitations of each system are also reviewed and analyzed.


Conclusion

Bipolar electrosurgery with thermofusion and ultrasound technology can achieve good results in terms of nerve sparing for radical laparoscopic prostatectomies. They can both be used in partial nephrectomies. However, they can compromise the surgical resection margins. Hybrid systems seem to have an important role in urological laparoscopic procedures despite the scarce number of available studies.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Électrochirurgie laparoscopique / Prostatectomie totale / Néphrectomie / Développement technologique
Mots-clés:
Laparoscopic electrosurgery / radical prostatectomy / nephrectomy / Technological advances
Conduite à tenir en cas d’association d’un alpha-bloquant et d’un inhibiteur puissant du cytochrome 3A4
How to act when an alpha-blocker is associated with a potent inhibitor of CYP3A4
2017
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 275-282, suppl. 5


Objectif

L’association des alpha-bloquants avec les inhibiteurs puissants du cytochrome (CYP) 3A4 est contre-indiquée ou déconseillée. Nous avons recherché les données qui justifient ce classement afin de définir une conduite à tenir.


Méthodes

Nous avons analysé les documents produits par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), consulté des ouvrages de références et interrogé des bases bibliographiques.


Résultats

Les avis rendus par l’ANSM ont évolué au cours du temps. La recherche bibliographique n’a identifié aucun cas ou séries de cas rapportant des conséquences cliniques graves résultant d’une interaction de ce type et aucune étude épidémiologique sur l’association entre les alpha-bloquants et les inhibiteurs du CYP3A4. Le contenu des résumés caractéristiques produits des spécialités commercialisées à l’étranger indique que l’association du kétoconazole avec alfuzosine, silodosine et tamsulosine entraîne une augmentation de l’aire sous la courbe (ASC) de l’alpha-bloquant d’un facteur 3.


Conclusion

Les données attestant des conséquences cliniques d’une association entre un alpha-bloquant et un inhibiteur puissant du CYP3A4 sont quasiment inexistantes. L’augmentation d’un facteur voisin de 3 de l’ASC aussi bien pour l’alfuzosine et la tamsulosine associée au kétoconazole alors que l’association avec la première est contre-indiquée et avec la seconde est déconseillée soulève question. Cette absence de données laisse médecins et pharmaciens en situation d’incertitude quant à la définition d’une conduite à tenir.


Objective

Combination of alpha-blockers with potent CYP3A4 inhibitors is either contra-indicated or not recommended. We searched data supporting this classification and guiding prescribers when such an interaction occurs.


Methods

We analyzed reports published by the French agency for drug safety, reference books and performed search in databases of pharmacokinetics studies and case or case series related with these interactions.


Results

The classification of the potential severity of these interactions defined by the French agency for drug safety evolved over time. Our literature search did not identify any cases or case series reporting serious clinical consequences of such interactions and no pharmacoepidemiological studies on the association between alpha-blockers and inhibitors of CYP3A4. The content of the summaries of product characteristics indicate that the combination of ketoconazole with alfuzosin, silodosin and tamsulosin increases the area under the curve of the alpha-blocker 3 fold.


Conclusion

Data demonstrating the clinical consequences of an association between alpha-blocker and a potent CYP3A4 inhibitor are lacking. The 3 fold increase of the area under the curve for alfuzosin, silodosin and tamsulosin associated with ketoconazole while the association with the two first is contra-indicated and is not recommended with the third raises questions. This lack of data leaves doctors and pharmacists in a situation of uncertainty on how to proceed when such an interaction occurs.

Mots clés:
alpha-bloquant / alfuzosine / tamsulosine / Inhibiteurs du CYP3A4 / Interactions médicamenteuses
Mots-clés:
Adrenergic alpha-1 receptor antagonists / Alfuzosin / tamsulosin / CYP3A inhibitors / Drug-drug interactions
Voie d’abord chirurgicale et fonction sexuelle post-prostatectomie totale
Surgical approach and sexual outcomes after radical prostatectomy
2017
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 283-296, suppl. 5


Contexte

La prostatectomie totale est le traitement chirurgical curatif de référence du cancer de la prostate localisé. Les objectifs sont le contrôle carcinologique, la préservation de la continence et la préservation de la sexualité, l’association des trois constituant le Trifecta.


Objectif

Les objectifs de ce travail étaient d’étudier, au travers de l’analyse de la littérature, les résultats en termes de fonction sexuelle postopératoire en fonction de la voie d’abord chirurgicale : prostatectomie radicale par laparotomie (PRL), prostatectomie radicale laparoscopique (PRLa) ou prostatectomie radicale laparoscopique robot-assistée (PRLaRA).


Sources documentaires

Une revue exhaustive, rétrospective de la littérature a été réalisé à l’aide du moteur de recherche Pubmed avec les mots clés suivants : “Prostatic Neoplasms” [Mesh], “Prostatectomy” [Mesh], “Erectile Dysfunction” [Mesh], “Robotics” [Mesh], “Laparoscopy” [Mesh], Nerve sparing.


Sélection des études

Les articles sélectionnés étaient les articles en langue anglaise ou française portant sur des études rétrospectives ou prospectives de plus de 200 patients et les essais randomisés et méta-analyses publiés entre 1990 et 2014.


Résultats

Au total ont été sélectionnés 21 études prospectives (6 articles sur la PRL, 4 sur la PRLa et 11 sur la PRLaRA) et 12 rétrospectives (6 articles sur la PRL, 1 sur la PRLa et 5 sur la PRLaRA), 2 essais randomisés et 3 méta-analyses, de 1992 à 2013. Il n’a pas été identifié de voie d’abord chirurgicale supérieure aux autres en termes de sexualité postopératoire.


Limite du travail

Les résultats des différents articles de niveau 1 de preuve scientifique étant relativement discordants, en raison d’une grande hétérogénéité dans l’évaluation de la fonction sexuelle postopératoire.


Conclusion

À l’heure actuelle, à notre connaissance, il n’existe pas parmi la PRL, la PRLa et la PRLaRA, de voie d’abord chirurgicale préférentielle en termes de résultats sur fonction sexuelle postopératoire.


Background

Radical prostatectomy is curative surgical treatment of choice for localized prostate cancer. The objectives are cancer control, preservation of continence and preservation of sexuality, the combination of the three constituting the Trifecta.


Objective

The objective of this study was to assess, through the analysis of the literature, the sexual outcomes according to surgical approach: radical prostatectomy by laparotomy (PRL), laparoscopic radical prostatectomy (PRLa) and laparoscopic robot-assisted radical prostatectomy (PRLaRA), when nerve sparing was practiced.


Methods

An exhaustive and retrospective review of literature was conducted using the Pubmed search with the following keywords: “Prostatic Neoplasms” [Mesh], “Prostatectomy” [Mesh], “Erectile Dysfunction” [Mesh], “Robotics” [Mesh], “Laparoscopy” [Mesh], Nerve sparing.


Selection criteria

The selected articles were prospective or retrospective series including more than 200 patients, randomized trials and meta-analyses published between 1990 and 2014.


Results

A total of 21 prospective studies (6 on PRL, 4 on PRLa and 11 on PRLaRA), 12 retrospective studies (6 on PRL, 1 on PRLa and 5 on PRLaRA), 2 randomized controlled trial and 3 meta-analyses were selected from 1992 to 2013. There was no evidence of the superiority of one surgical approach compared to others in terms of sexuality.


Limits

Articles with level 1 of scientific evidence have discordant results, due to heterogeneity in the assessment criteria of postoperative sexual function.


Conclusion

According to our knowledge, there is currently no difference in terms of sexual outcomes between PRL, PRLA and PRLaRA approaches.

Mots clés:
Cancer de la prostate / Prostatectomie / laparoscopie / Robotique / dysfonction érectile
Mots-clés:
prostate cancer / Prostatectomy / Laparoscopy / Robotic / erectile dysfunction
Intérêt du compagnonnage chirurgical durant la période d’apprentissage de la prostatectomie radicale robot-assistée
Interest of surgical companionship during the training period of robot-assisted radical prostatectomy
2017
- Article du mois
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 297-304, suppl. 5


Objectif

Étude de la courbe d’apprentissage de la prostatectomie radicale robot-assistée en évaluant les difficultés peropératoires et les complications postopératoires selon la classification de Clavien-Dindo.


Patients et méthodes

Étude rétrospective de nos 157 premiers patients consécutifs traités par prostatectomie robot-assistée pour cancer localisé de la prostate entre septembre 2011 et décembre 2014. Comparaison de l’apprentissage par palier de 50 procédures, puis comparaison entre un groupe de patients opérés par un binôme de deux chirurgiens seniors formés spécifiquement à la chirurgie robotique et un groupe opéré par un binôme mixte incluant un chirurgien junior encadré d’un des deux seniors du premier groupe.


Résultats

Seules les complications postopératoires diminuaient significativement dès le 51e patient (p =0,04). Les courbes montrant l’évolution de la durée opératoire diminuaient avec une tendance parallèle entre les deux binômes mais avec plus de variabilité dans le binôme mixte. Il n’existait pas de différence significative en terme de difficultés peropératoires (p =0,59), ni de complications postopératoires (p =0,56) majoritairement de grade 2. Les pertes sanguines, le taux de transfusion, la durée d’hospitalisation, le taux de réadmissions ne différaient pas. La réalisation d’un curage n’influençait pas ces résultats. Sur le plan carcinologique, le taux global des marges chirurgicales positives (R+) était de 30,6 % dans le binôme initial contre 24,2 % dans le binôme mixte sans différence significative. Néanmoins, l’étude en sous-population objectivait un taux de R+ de 12,86 % pour les pT2 contre 42,85 % pour les pT3.


Conclusion

L’implication précoce d’un chirurgien junior n’ayant pas suivi d’entraînement spécifique, mais bénéficiant de l’encadrement d’un chirurgien du binôme senior, ne compromettait pas les résultats observés tout en permettant une courbe d’apprentissage plus rapide avec un taux de complications opératoires proche de celui observé par le binôme senior.


Niveau de preuve

4.


Objective

Study of the learning curve of robot-assisted radical prostatectomy, evaluating intraoperative difficulties and postoperative complications according to Clavien-Dindo classification.


Patients and methods

Retrospective study of our first 157 consecutive patients treated with robot-assisted prostatectomy for localized prostate cancer between September 2011 and December 2014. Comparison of learning for each group of 50 procedures and then comparison between patients operated on by a pair of two seniors specially trained for robotic surgery and patients operated on by one mixed pair including a surgeon junior coached by one senior of the first group.


Results

Only postoperative complications decreased significantly from the 51st patient (P =0.04). The curves showing the evolution of the operative time decreased with a parallel trend between the two pairs, but with more variability in the mixed pair. There was no significant difference in terms of intraoperative difficulties (P =0.59), nor postoperative complications (P =0.56) mainly of grade 2. The blood loss, transfusion rate, duration of hospitalization and readmission rates did not differ. Lymph node dissection did not affect outcomes. For oncological results, the overall rate of positive surgical margins (R+) was 30.6 % in the initial pair against 24.2 % in the mixed group with no significant difference. Nevertheless, the subpopulation study objectified a R+ rate of 12.86 % for pT2 against 42.85 % for pT3.


Conclusion

The early involvement of a junior surgeon who did not receive specific training, but benefiting from the guidance of a senior surgeon, did not compromise the results while allowing a faster learning curve with a rate of operative complications close to the one observed by the senior pair.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Prostatectomie totale / Chirurgie robotique / Complications / Période apprentissage
Mots-clés:
radical prostatectomy / Robotic surgery / Complications / Training period
Enquête de prévalence sur le sondage vésical dans un centre hospitalo-universitaire
Urinary catheters prevalence study in a university hospital
2017
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 305-311, suppl. 5


Introduction

Le sondage vésical est le principal facteur d’infection urinaire nosocomiale. Nous avons évalué, au sein de notre institution, les pratiques liées au sondage vésical (SV).


Matériels et méthodes

Nous avons effectué une enquête transversale du SV pendant une semaine en septembre 2014 dans tous les services adultes de notre institution. Nous avons relevé la prévalence de patients sondés, les indications, la durée, la gestion du SV et les infections urinaires symptomatiques.


Résultats

Sur 1046 patients audités, 125 (12 %) étaient sondés. L’âge moyen était de 72 ans (64,8–79,2). La prévalence du SV était plus fréquente en réanimation chirurgicale (88 %), réanimation médicale (87 %), urologie (50 %), gériatrie (18 %) et soins de suite (18 %). La durée moyenne de SV était de 7,8jours (3,8–11,8). Elle était plus courte en chirurgie qu’en médecine (3,6 vs 9,7jours ; p <0,001). Le SV était présent depuis plus de 4jours dans 60 % des cas. La rétention aiguë d’urine était l’indication la plus fréquente (59 %), significativement plus en service médical que chirurgical (75 % vs 26 %). Les autres motifs étaient le périopératoire (17 %), la quantification de diurèse (12 %), l’immobilisation stricte (4 %) et les indications non reconnues ou pose pour confort du personnel (4 %). Une infection urinaire symptomatique était présente dans 10 % des cas, majoritairement en médecine (30 % vs 8 %).


Conclusion

La prévalence de notre centre est supérieure à la prévalence nationale (8,1 %), restant cependant en-dessous de la moyenne européenne (17,2 %). La maîtrise du risque d’infection passe par le respect des indications de pose et la réduction des durées de sondage.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Urinary tract infection is the most common healthcare-association infection, especially because of urinary catheter. We evaluated our practices concerning catheter insertion and management in our institution.


Materials and methods

We conducted a single-centre descriptive cross-sectional study during 1 week in September 2014 in all adult departments. We noted prevalence, indications, length, management of urinary catheter (UC) and symptomatic catheter-associated urinary tract infections (SCAUTI).


Results

Amongst 1046 patients audited, 125 (12%) had UC. The mean age was 72 years (64.8–79.2). UC prevalence was higher in surgical (88%) and medical (87%) intensive care, urology (50%), geriatrics (18%) and long-term care (18%) departments. The average catheterisation length was 7.8 days (3.8–11.8); it was shorter in surgery than in medicine departments (3.6 vs 9.7 days, P <0.001). Catheters were present for more than 4 days in 60% of the cases. Acute urinary retention was the most frequent indication (59%), significantly more in medical than surgical departments (75% vs 26%). Others indications were perioperative (17%), diuresis monitoring (12%), strict immobilization (4%) and unnecessary indications or staff comfort (4%). A SCAUTI was present in 10% of cases, mostly in medicine department (30% vs 8%).


Conclusion

The prevalence of our institution is higher than the national prevalence (8.1%), but still below the European average (17.2%). Control of the risk of CAUTI requires compliance with UC appropriate indications, UC management, and prompt removal of unnecessary UC.


Level of evidence

4.

Mots clés:
sondage vésical / Pratique professionnelle / infection nosocomiale
Mots-clés:
Urinary catheter / Professional practices / Health care-associated infection
Morbi-mortalité de la résection trans-urétrale de la prostate par courant monopolaire chez les patients âgés de 75 ans et plus
Morbi-mortality of transurethral resection of the prostate in patients aged 75 and over
2017
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 312-318, suppl. 5


Introduction

La résection trans-urétrale de la prostate par courant monopolaire est un des traitements chirurgicaux recommandés de l’hypertrophie bénigne de prostate. L’objectif de ce travail est d’évaluer les complications postopératoires en utilisant une classification standardisée.


Matériel et méthodes

Nous avons inclus tous les patients âgés d’au moins 75 ans le jour de la chirurgie entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2013. Le reporting des complications a été effectuée à partir de la classification Clavien-Dindo.


Résultats

Cent soixante-seize patients ont été inclus dans cette étude. Un total de 47,2 % des patients ont présenté au moins 1 complication. La majorité des patients (79,5 %) ont présenté des complications grade 1 ou 2 selon la classification Clavien-Dindo. Un patient est décédé à j27 postopératoire. La plupart des complications était urologiques (55 %). Un score de Charlson élevé et un taux d’hémoglobine préopératoire bas ont été identifiés comme facteur de risque de complication.


Conclusion

La RTUP monopolaire est suivie d’une morbidité importante chez les patients âgés, supérieure à la population générale.


Niveau de preuve

4.


Introduction

Monopolar transurethral resection of the prostate is one of standard surgical treatment of benign prostatic hyperplasia. The objective of this study was to evaluate early postoperative complications in patients aged 75 years old and more using a standardized classification.


Material and methods

We included all patients aged at least 75 on the day of surgery between 1 January 2008 and 31 December 2013. The reporting of complications was carried from the Clavien-Dindo classification.


Results

One hundred and seventy-six patients were included in this study. A total of 47.2% of patients experienced at least one complication. The majority of patients (79.5%) had complications grade 1 or 2 according to Clavien-Dindo classification. One patient died postoperatively at day 27. Most complications were urological (55%). A high Charlson score and low plasma hemoglobin levels have been identified as a risk factor for complications.


Conclusion

Monopolar transurethral resection of the prostate is followed by significant morbidity in older patients, higher than in the general population.


Level of evidence

4.

Mots clés:
hypertrophie bénigne de la prostate / Résection trans-urétrale de la prostate / Complications / Uro-gériatrie
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / transurethral résection of prostate / Complications / Uro-geriatrics
Évaluation prospective des coûts directs de l’énucléation prostatique par le laser HoLEP ® pendant la courbe d’apprentissage
Prospective evaluation of the direct costs of prostate enucleation by the HoLEP ® laser during the learning curve period
2017
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 319-324, suppl. 5


But

L’énucléation de la prostate au laser Holmium (HoLEP) s’est avérée efficace dans le traitement de volumineux adénomes prostatiques comparée à la résection transurétrale de la prostate (TURP). Cette étude avait pour objectif d’évaluer les coûts directs générés par l’utilisation de l’énucléation prostatique par laser HoLEP pendant la période de la courbe d’apprentissage.


Méthode

Les coûts de l’ensemble des dispositifs médicaux (DM) et médicaments utilisés pendant l’intervention ainsi que les paramètres péri-opératoires ont été recueillis prospectivement entre mars et octobre 2016.


Résultats

Au total, 32 patients ont été inclus dans l’étude avec un âge moyen de 70,8ans et un volume prostatique moyen de 68,6 cm3. Le coût moyen de l’anesthésie était de 39,0€ et celui des médicaments et DM employés pour la chirurgie était de 257,95€, mais pouvait atteindre 470,76€ en cas de conversion en résection bipolaire. La durée moyenne de l’énucléation et de la morcellation était de 150minutes avec un poids moyen de spécimens énucléés de 40,4g. La durée moyenne totale de prise en charge par patient était de 197minutes pour un coût horaire de fonctionnement estimé à 636€.


Conclusions

Malgré certaines limites, cette étude permet d’analyser les coûts directs de la prise en charge de l’hypertrophie bénigne de la prostate par l’énucléation prostatique au laser HoLEP, technique chirurgicale novatrice et de préciser que ces coûts sont surtout liés à la conversion bipolaire et aux volumineux adénomes particulièrement lors de la courbe d’apprentissage.


Niveau de preuve

5.


Objective

Holmium laser enucleation of the prostate (HoLEP) has been shown to be effective in treating large prostates compared to prostate transurethral resection (TURP). There are no published data evaluating specifically the impact of the learning curve on the direct costs of HoLEP. The objective of this study was to evaluate the direct costs generated by the use of HoLEP laser during the learning curve period.


Method

The costs of all medical devices (DM) and drugs used, pre- and post-operative parameters during surgery have been prospectively collected between March and October 2016.


Results

A total of 32 patients were included in the study with a mean age of 70.8 years and a mean prostate volume of 68.6 cm3. The mean cost of anesthesia was 39.0 € and that of drugs and DM used for surgery was 257.95 € but could reach 470.76 € in case of conversion to bipolar resection. The mean duration of enucleation and morcellation was 150minutes with a mean weight of enucleated specimens of 40.4g. The total mean duration of patient care was 197minutes at an estimated hourly cost of € 636.


Conclusions

Despite some limitations, this study makes it possible to analyze the direct costs of the management of benign prostatic hypertrophy using HoLEP, an innovative surgical technique, and to specify that these costs are more related to bipolar conversion and voluminous adenomas especially during the learning curve.


Level of evidence

5.

Mots clés:
hypertrophie bénigne de la prostate / Laser Holmium / HoLEP / Coûts directs / Évaluation médico-économique
Mots-clés:
Benign prostatic hypertrophy / Laser Holmium / HoLEP / Direct costs / Medico-economic evaluation
Intérêt du test PCA3 avant une première série de biopsies prostatiques négatives : 5 ans de suivi
The role of a single PCA3 test before a first negative prostate biopsy: 5-year follow-up
2017
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2017, 5, 27, 325-330, suppl. 5


Objectif

Évaluer les performances du test PCA3, sur une cohorte de patients suivie pendant 5 ans, avec une première série de biopsies prostatiques négatives.


Matériels et méthodes

Nous avons analysé une cohorte de patients, ayant bénéficié en 2008, d’un test PCA3 (Gen-Probe®), avant une première série de biopsies prostatiques, pour un PSA entre 3 et 20ng/mL et/ou un toucher rectal suspect. Les performances du PCA3 ont été analysées en 2008, puis en 2013, après prise en compte des résultats des biopsies répétées.


Résultats

En 2008, 125 patients ont été inclus dans l’étude et ont bénéficié de biopsies prostatiques. Un cancer de prostate a été diagnostiqué chez 47 d’entre eux (37,6 %) sur les biopsies initiales. Un toucher rectal anormal, la densité du PSA, le volume prostatique et le score PCA3 étaient des variables significativement associées avec le diagnostic de cancer de prostate. Sur la courbe ROC (IC 95 %), l’aire sous la courbe concernant le PCA3 était de 0,67 (0,57–0,76), avec un seuil optimal pour un score PCA3=24. Durant les 5 ans de suivi, sur les 78 patients ayant eu une biopsie négative en 2008, 23 (29,5 %) ont eu une nouvelle série de biopsies, dont 14 étaient positives. Sur les 9 patients ayant eu des biopsies négatives durant le suivi, tous avaient un score PCA3<24, contre seulement 2 en cas de biopsies positives.


Conclusions

Le test PCA3, en cas de première série de biopsies négatives, apporterait un gain diagnostique important et discriminant et permettrait, en cas de faible score, d’éviter une seconde série de biopsies prostatiques.


Niveau de preuve

4.


Purpose

We report a 5-year follow-up of a cohort of patients who underwent a first prostate biopsy following a prostate cancer antigen 3 (PCA3) test.


Material and methods

We reviewed consecutive patients who had in 2008 a single urinary PCA3 test using the Gen-Probe® assay before a first prostate biopsy for a prostate-specific antigen (PSA) between 3 and 20ng/mL and/or a suspicious digital rectal examination. PCA3 performances were analyzed in 2008 and then in 2013 after taking into account the results of repeat biopsies.


Results

At initial biopsy in 2008, among the 125 patients study cohort, prostate cancer was diagnosed in 47 patients (37.6%). Abnormal digital rectal exam, PSA density, prostate volume and PCA3 score were significantly associated with prostate cancer diagnosis. PCA3 area under the curve of the receiver operating curve was 0.67 [95%CI: 0.57–0.76] with an optimal threshold of PCA3 in this sample of 24 units. During the 5-year follow-up, among the 78 patients with a negative prostate biopsy in 2008, 23 (29.5%) had a repeat prostate biopsy of whom 14 were diagnosed with prostate cancer. PCA3 score measured in 2008 was associated with prostate cancer diagnosis (P =0.002). All 9 patients with a negative repeat prostate biopsy had a PCA3 score below the cut-off while this was the case in only 2 patients among the 14 with a positive repeat prostate biopsy.


Conclusions

The results of a single PCA3 test before a first prostate biopsy seems to be a useful aid in deciding whether to perform a repeat biopsy.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Biopsie / cancer de prostate / PCA3 / PSA / Volume tumoral
Mots-clés:
Biopsy / Prostate neoplasm / PCA3 / PSA