Base bibliographique

Surveillance de la fonction rénale par scintigraphie au 99m Tc-DMSA après urétérostomie cutanée trans-iléale
Monitoring of renal function by 99m Tc-DMSA renal scan after ileal conduit urinary diversion.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 871-879

Soixante et un malades adultes ont eu une surveillance de la fonction rénale par scintigraphie au 99m Tc-DMSA après cystectomie pour tumeur maligne suivie de dérivation urinaire type Bricker. La période de suivi post-opératoire a été de 10 ans. Le taux de sténoses de l'anastomose urétéro-iléale a été de 12,8% des anastomoses réalisées et celui des pyélonéphrites a été de 8%. La valeur moyenne de la fonction rénale globale et de la fonction de chaque rein ne s'est pas significativement dégradée (respectivement p=0,1 et p=0,7) au cours du temps. Mais 26% des reins évalués à 1 an et à 5 ans ont une baisse importante de fixation à la scintigraphie. Cette baisse est en relation dans 70% des cas avec la survenue d'une sténose de l'anastomose urétéro-iléale ou d'une pyélonéphrite. La fonction rénale reste stable à 5 ans dans le groupe A de malades qui ont une bonne fonction rénale initiale (n=22, p=0,07) et dans le groupe B de malades dont la fonction rénale initiale est mauvaise (n=7, p=0,9). De même, la fonction des reins uniques ne se dégrade pas sur une période de 5 ans post-opératoire (n=7, p=0,05). La valeur fonctionnelle des reins n'est donc pas globalement altérée après dérivation urinaire trans-iléale. La survenue d'une dégradation de la fonction rénale doit faire rechercher une complication mécanique ou infectieuse. La scintigraphie rénale isotopique au DMSA est un examen de surveillance complet, qualitatif et quantitatif après ce type de dérivation urinaire. Cependant il s'agit d'un examen de deuxième intention, demandé pour apprécier le retentissement rénal d'une complication dont la survenue est détectée par échographie rénale qu'il convient de pratiquer régulièrement après dérivation urinaire selon Bricker.

The renal function of sixty one adult patients was monitored by 99mTc-DMSA renal scan after cystectomy for a malignant tumour followed by ileal conduit urinary diversion. The postoperative follow-up period was 10 years. The stenosis rate of the uretero-ileal anastomosis was 12.8% and the incidence of pyelonephritis was 8% The mean value for overall renal function and for the function of each kidney did not deteriorate significantly (p = 0.1 and p = 0.7, respectively) over time. However, 26% of kidneys evaluated at 1 year and at 5 years showed a markedly decreased uptake on the renogram. In 70% of cases, this decreased uptake was related to the development of stenosis of the uretero-ileal anastomosis or pyelonephritis. Renal function remained stable at 5 years in group A, corresponding to patients with good initial renal function (n = 22, p = 0.07), and in group B, corresponding to patients with poor initial renal function (n = 7, p = 0.9). Similarly, the function of solitary kidneys did not deteriorate over the 5-year postoperative follow-up period (n = 7, p = 0.5). The functional value of the kidneys was therefore not globally altered after ileal conduit urinary diversion. The existence of a mechanical or infectious complication should be systematically investigated in the presence of a deterioration in renal function. DMSA isotope renal scan is a complete, qualitative and quantitative, follow-up examination after this type of urinary diversion. However, it is a second-line examination requested to assess the renal implications of a complication primarily detected by renal ultrasonography, which should be performed regularly after ileal conduit urinary diversion.

Mots clés:
Dérivation urinaire / urétérostomie cutanée trans intestinale / suivi à long terme / exploration fonctionnelle rénale / scintigraphie rénale
Mots-clés:
urinary diversion / transintestinal cutaneous ureterostomy / long-term follow up / renal functional tests / radionuclide renography
Traitement per-cutané des kystes simples du rein
Percutaneous treatment of simple renal cysts.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 880-888

Le traitement per-cutané des kystes du rein est une alternative à la chirurgie, efficace et peu invasive, pour le traitement des kystes simples du rein symptomatiques ou compliqués de lithiases ou d'hydronéphrose. Les kystes de taille modérée et les kystes para-pyéliques relèvent de la sclérothérapie. Les kystes volumineux et périphériques doivent être réséqués par voie per-cutanée. 29 kystes ont été traités : 6 résections per-cutanées, 22 scléroses, 1 ponction/aspiration simple. La disparition des douleurs a été obtenue dans 96% des cas. La disparition des hydronéphroses et des lithiases a été obtenue dans 100% des cas. La morbidité (infection, hématome) est faible (10%) mais 9 patients, soit 32%, présentent une cavité résiduelle de petite taille qui dans 1 cas a évolué vers une récidive vraie du kyste. Le devenir de ces cavités résiduelles qui n'entraînent aucun symptôme n'est pas connu à long terme.

Percutaneous treatment of renal cysts is an effective and minimally invasive alternative to surgery for the treatment of simple, symptomatic renal cysts or cysts complicated by renal stones or hydronephrosis. Moderately large cysts and parapelvic cysts should be treated by sclerotherapy, while very large and peripheral cysts should be resected percutaneously. A series of 29 cysts was treated : 6 percutaneous resections, 22 scleroses, 1 simple puncture-aspiration. Pain relief was obtained in 96% of cases. Resolution of hydronephrosis and renal stones was obtained in 100% of cases. The morbidity (infection, haematoma) was low (10%), but 9 patients (32%) presented with a small residual cavity which, in 1 case, evolved towards a true recurrence of the cyst. The long-term outcome of these asymptomatic residual cavities is unknown.

Mots clés:
Rein / Kyste / chirurgie laparoscopique
Mots-clés:
Kidney / Cyst / laparoscopic surgery
Résultats à long terme du traitement endoscopique du reflux chez les hémodialysés en attente de transplantation
Long-term results of endoscopic treatment of vesico-ureteric reflux in haemodialysis patients waiting for renal transplantation.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 894-899

De janvier 1986 à avril 1988, 13 patients (âge moyen 35 ans) en attente de transplantation (durée moyenne de l'hémodialyse : 46 mois) ont été traités selon la technique de O'Donnell. Le reflux était unilatéral chez 6 patients; bilatéral chez 7 (20 unités urétérales refluantes). Le reflux était de grade II pour 7 uretères; III pour 8 uretères et IV pour 5 uretères. Le volume de Téflon injecté a varié de 1 à 4 cm3 et 6 patients ont eu des injections itératives. Aucune complication n'est survenue. La disparition complète du reflux a été obtenue chez 9 patients (69%), soit 15 unités urétérales (75%). Le reflux a persisté chez 4 patients (31%), soit 5 unités urétérales (25%). 3 néphro-urétérectomies ont été réalisées chez 2 patients qui gardaient des reflux de haut grade mais 2 patients qui présentaient des reflux de grade I après traitement endoscopique n'ont pas été opérés. Tous les patients ont été transplantés après le traitement endoscopique (délai moyen correction du reflux -> greffe : 13 mois) et une cystographie de contrôle a été systématiquement réalisée après la transplantation (suivi moyen après la greffe : 27 mois). Aucune récidive du reflux n'a été mise en évidence (recul moyen après le traitement endoscopique : 40 mois). Le traitement endoscopique du reflux permet d'éviter dans plus de 80% des cas la néphro-urétérectomie chez les hémodialysés en attente de transplantation présentant un reflux.

Between January 1986 and April 1988, 13 patients (mean age : 35 years) waiting for renal transplantation (mean duration of haemodialysis : 46 months) were treated by means of O'Donnell's technique. Vesico-ureteric reflux was unilateral in 6 patients and bilateral in 7 patients (20 refluxing ureteric units). Reflux was classified as Grade II for 7 ureters, Grade III for 8 ureters and Grade IV for 5 ureters. The volume of Teflon injected ranged from 1 to 4 cm3 and 6 patients received repeated injections. No complications were observed. Complete resolution of reflux was obtained in 9 patients (69%), i.e. 15 ureteric units (75%). Reflux persisted in 4 patients (31%), i.e. 5 ureteric units (25%). Three nephro-ureterectomies were performed in 2 patients with persistent high grade reflux, but 2 patients with Grade I reflux after endoscopic treatment were not operated. All patients were transplanted after endoscopic treatment (mean interval between correction of reflux and transplantation : 13 months) and a follow-up cystography was systematically performed after transplantation (mean follow-up after transplantation : 27 months) : no recurrence of the reflux was detected (mean follow-up after endoscopic treatment : 40 months). Endoscopic treatment of reflux avoids the need for nephro-ureterectomy in 80% of haemodialysis patients waiting for renal transplantation and presenting with vesico-ureteric reflux.

Mots clés:
Reflux vésico-urétéral / Insuffisance rénale / opération anti-reflux / chirurgie endoscopique / résultat à long terme
Mots-clés:
vesicoureteral reflux / renal failure / antireflux procedure / endoscopic surgery / long term outcome
Analyse fonctionnelle de la miction et de la continence après entérocystoplastie de type Hautmann (27 patients).
Functional analysis of micturition and continence after Hautmann enterocystoplasty.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 900-905

Vingt sept patients ayant bénéficié d'une entérocystoplastie de type Hautmann ont répondu à un questionnaire détaillé sur la qualité de leur miction et continence. La capacité moyenne de la néo-vessie est de 250 cc avec un intervalle mictionnel diurne d'environ 3 heures. 79% des patients ressentent un besoin mictionnel. La fréquence moyenne des mictions nocturnes est de 1,6. La continence diurne est parfaite chez 100% des patients, alors que la continence nocturne est excellente dans 78% des cas, bonne dans 18% des cas. Un patient (4%) présente des fuites nocturnes. L'entérocystoplastie type Hautmann est donc une excellente technique de remplacement vésical assurant une continence diurne et nocturne pour la grande majorité des patients.

Twenty seven patients treated by Hautmann enterocystoplasty completed a detailed questionnaire concerning the quality of their micturition and continence. The mean capacity of the neobladder was 250 cc with a diurnal interval between micturitions of about 3 hours. 79% of patients experienced an urge to micturate. The mean frequency of nocturnal micturition was 1.6. Diurnal continence was perfect in 100% of patients, while nocturnal continence was excellent in 78% of cases and good in 18% of cases, while one patient (4%) suffered from nocturnal incontinence. Hautmann enterocystoplasty is therefore an excellent technique for bladder replacement, ensuring diurnal and nocturnal continence for the great majority of patients.

Mots clés:
iléo-cystoplastie de remplacement / entéro-cystoplastie détubulée / résultat à long terme
Mots-clés:
replacement ileocystoplasty / detubulized enterocystoplasty / long term outcome.
Atteinte du nerf dorsal de la verge au cours de la maladie de La Peyronie
Lesion of the dorsal nerve of the penis in La Peyronie disease.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 906-910

12 patients atteints de la maladie de La Peyronie ont subi une exploration neurophysiologique complète du périnée comportant notamment une étude de la vitesse de conduction nerveuse du nerf dorsal de la verge. On note une réduction significative de cette vitesse avec diminution de l'amplitude du potentiel sensitif en cas de troubles de l'érection ou sensitifs (paresthésies du gland) associés. Une atteinte compressive du nerf dorsal par les noyaux durs enchâssée dans le derme à la face dorsale du pénis est discutés.

Twelve patients with La Peyronie disease underwent complete neurophysiological investigation of the perineum including evaluation of the nerve conduction velocity of the dorsal nerve of the penis. A significant reduction was observed in this velocity with a reduction in the amplitude of the sensory potential in patients with associated disorders of erection or sensory disturbances (paraestesiae of the glans). A compressive lesion of the dorsal nerve by hard nodules buried in the dermis of the dorsal surface of the penis was suspected.

Mots clés:
andrologie / dysérection / maladie de La Peyronie / exploration fonctionnelle neurologique / électromyographie de stimulo-détection
Mots-clés:
andrology / Erectile dysfunction / La Peyronie's disease / neurological function test / stimulo-detection electromyography
Lipomatose pelvienne. A propos d'un cas avec obstruction urétérale et veineuse.
Report of a case of pelvic lipomatosis with ureteric and venous obstruction.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 911-917

Les auteurs rapportent un cas de lipomatose pelvienne chez un homme de 62 ans avec obstruction veineuse (troisième cas publié), diagnostiqué au décours d'une obstruction urétérale bilatérale et font à ce propos une revue de la littérature. Le diagnostic est évoqué sur la triade radiologique hypertransparence pelvienne à l'ASP, vessie montgolfière à l'UIV, recto-sigmoïde rigide et ascensionné sur le lavement baryté. Il est confirmé par la TDM et l'IRM. Le traitement associant la corticothérapie à une désinfection urinaire est partiellement efficace. Une sonde urétérale en double J résoud le problème de l'obstruction urétérale droite persistante.

The authors report a case of pelvic lipomatosis in a 62 year old man associated with venous obstruction (third case reported in the literature), diagnosed after bilateral ureteric obstruction, and review of the literature on this subject. The diagnosis was suggested by the radiological triad of hyperlucency of the pelvis on plain abdominal X-ray, "hot air balloon" appearance of the bladder on IVU and a rigid and ascended rectosigmoid on barium enema, and was confirmed by CT and MRI. Treatment combining corticosteroids and urinary tract disinfection was partially effective. A double J ureteric stent resolved the problem of persistent right ureteric obstruction.

Mots clés:
bassin / tumeur rare / lipomatose / obstruction de la voie urinaire supérieure
Mots-clés:
pelvis / rare tumor / lipomatosis / upper urinary tract obstruction
Néphrectomie coelioscopique
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 918-919
Mots clés:
Néphrectomie / chirurgie laparoscopique
Mots-clés:
nephrectomy / laparoscopic surgery
La contraception masculine
2001
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 1991, 1, 920-925
Mots clés:
andrologie / contraception
Mots-clés:
andrology / contraception