Base bibliographique

Sommaire :

Angiomyolipomes : place du cyto-diagnostic par ponction-aspiration.
Diagnosis of renal angiomyolipoma by aspiration biopsy cytology.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 575-577

Les angiomyolipomes (AML) rénaux sont des tumeurs bénignes facilement reconnues par les examens d'imagerie en raison de leur composante graiseuse. Cependant, dans certains cas, le diagnostic différentiel avec un adénocarcinome peut être difficile. A partir d'un cas d'AML avec aspect tomodensitométrique inhabituel, pour lequel le diagnostic a pu être établi par ponction-cytologie, nous discuterons les données de la littérature concernant les apports de l'imagerie et du cyto-diagnostic par ponction-aspiration des AML rénaux.

Angiomyolipomas (AML) of the kidney are benign tumors easily identified on image studies due to their fat content, but differential diagnosis with renal cell carcinoma may be sometimes difficult. A case of AML with atypical CT feature that were cleared by the characteristic findings on aspiration biopsy cytology is described, and the recent literature concerning controversies of image diagnosis and usefulness of aspiration biopsy cytology of renal AML is discussed.

Mots clés:
Rein / tumeur rare / Biopsie / Anatomopathologie / cytologie
Mots-clés:
Kidney / rare tumor / biopsy / Pathology / cytology
Aspects thérapeutiques de la tuberculose uro-génitale. A propos de 86 cas.
Therapeutic aspects of urogenital tuberculosis. Review of 86 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 556-567

A partir d'une série de 86 cas de tuberculose uro-génitale et d'une revue de la littérature, une étude globale des diverses thérapeutiques proposées est faite pour les multiples aspects de cette affection grave. Les auteurs soulignent le recul net de la chirurgie d'exérèse au profit de la chirurgie reconstructrice et surtout du traitement médical seul, grâce aux nouveaux protocoles d'antibacillaires. Ces derniers sont revus, de même que la place de la corticothérapie associée. Enfin, les indications de la chirurgie d'exérèse sont spécifiées et les différentes techniques de chirurgie réparatrice sont revues en fonction de l'étage intéressé, afin d'établir des conduites thérapeutiques claires et bien construites.

On the basis of a series of 86 cases of urogenital tuberculosis and a review of literature, a detailed study of the different therapeutic methods of this affection is done. Today, with the tuberculostatic agents, the medical treatment alone is frequently sufficient and ablative surgery is less often mandatory than reconstructive. Different types of short course chemotherapy and the role of associated steroids are reviewed. Finally, the authors stress the indications of ablative surgery and review the different procedures of reconstructive surgery in order to clearly define a logical therapeutic approach.

Mots clés:
Infection / tuberculose uro-génitale
Mots-clés:
infection / urogenital tuberculosis
Carcinome transitionnel de l'uretère et cyclophosphamide : A propos d'un cas.
Transitional cell carcinoma of the ureter and cyclophosphamide : a case report.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 578-579

Les auteurs présentent un cas de carcinome urétéral transitionnel chez un patient ayant reçu une chimiothérapie comprenant du cyclophosphamide et une radiothérapie pour une maladie de Hodgkin. A ce propos, ils révisent les huit cas déjà publiés de tumeurs urétérales induites par le cyclophosphamide.

The authors present a case of transitional cell carcinoma of the ureter in a patient treated by cyclophosphamide-based chemotherapy and radiotherapy for Hodgkin's disease. In the light of this case, they review the eight previously reported cases of cyclophosphamide-induced ureteric tumours.

Mots clés:
voie urinaire supérieure / Uretère / Tumeur urothéliale / Chimiotherapie / complication iatrogène
Mots-clés:
upper urinary tract ureter / transitional cell carcinoma / Chemotherapy / iatrogenic complication
Enquête épidémiologique nationale annuelle sur les tumeurs du rein (avril 1993-mars 1994: 970 patients
French annual national epidemiological survey of renal tumours (April-March 1994 : 970 patients.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 529-539

BUT : Evaluation épidémiologique nationale annuelle des tumeurs du rein par une enquête multicentrique proposée par le comité de cancérologie de l'Association Française d'Urologie. PATIENTS ET METHODES : Du ler Avril 1993 au 31 Mars 1994, 970 patients ont été inclus, repartis en 54 centres. Pour chaque patient, une fiche informatique était saisie, qui comprenait: Age et sexe du patient, modalités de découverte de la tumeur, examens complémentaires (radiologiques et biologiques) réalisés, traitement réalisé, stadification TNM, caractéristiques histologiques de la tumeur.
RESULTATS : L'âge moyen des patients a été de 62,1 ans avec un sex ratio de 2 Hommes/ 1 Femme. Le taux de tumeurs de découverte fortuite a été de 40%. Une néphrectomie totale élargie a été réalisée dans 90% et une chirurgie conservatrice dans 7% des cas. Un traitement médical a été institué dans 5% des cas. La répartition des tumeurs par stade TNM a été: pT1: 8%, pT2: 53%, pT3a: 21% et pT3b: 18%. Une atteinte ganglionnaire a été retrouvée dans 12% des cas, et des métastases viscérales dans 6% des cas. Les tumeurs incidentes étaient dans 80% des cas intracapsulaires. Sur le plan histologique, l'adénocarcinome à cellules claires a été la tumeur majoritairement représentée (66%). La taille tumorale moyenne de l'ensemble des tumeurs a été 6,4+3,5 cms. Cette taille a été significativement plus élevée chez les patients symptomatiques et chez ceux qui avaient des facteurs de mauvais pronostic (atteinte surrénalienne, atteinte de la veine cave inférieure, atteinte ganglionnaire et/ou viscérale). Une atteinte surrénalienne a été retrouvée dans 4% des cas de même qu'une atteinte de la veine cave inférieure. La multifocalité tumorale a touché 14% des patients et n'a pas été influencée par la taille ni par le type cellulaire. Un grade nucléaire a été déterminé dans 66% des cas. Il a été significativement corrélé à l'atteinte de la graisse péri-rénale et ganglionnaire.
CONCLUSION : Cette enquête a permis de colliger environ 1/5ème des nouveaux cas annuels d'adénocarcinome rénal dans notre pays. Elle a ainsi permis d'obtenir une évaluation précise de l'épidémiologie actuelle de cette tumeur.

OBJECTIVE : Annual national epidemiological evaluation of renal tumours by means of a multicentre survey proposed by the oncology committee of the Association Française d'Urologie. PATIENTS AND METHODS : From April 1, 1993 to March 31, 1994, 970 patients were recruited by 54 centres. A computer form was completed for each patient, including : the patient's age and sex, modalities of discovery of the tumour, complementary investigations (radiological and laboratory tests) performed, treatment performed, TNM staging, histological characteristics of the tumour. RESULTS : The mean age of the patients was 62.1 years with a sex ratio of 2 males to 1 female. The rate of incidental tumours was 40%. Radical nephrectomy was performed in 90% of cases and conservative surgery was performed in 7% of cases. Medical treatment was instituted in 5% of cases. The distribution of tumours by TNM stage was : pT1 : 8%, pT2 : 53%, pT3a : 21% and pT3b : 18%. Lymph node involvement was detected in 12% of cases, and visceral metastases were identified in 6% of cases. 80% of incidental tumours were intracapsular. The predominant histological type was renal cell carcinoma (66%). The mean tumour size for the entire series of tumours was 6.4 ± 3.5 cm and was significantly larger in symptomatic patients and in those with poor prognostic factors (adrenal involvement, inferior vena cava invasion, lymph node and/or visceral involvement). Adrenal and inferior vena cava involvement was detected in 4% of cases. 14% of patients had multifocal tumours, which was not correlated with either the size of the tumour or the cell type. The nuclear grade was determined in 66% of cases and was significantly correlated with perirenal fat and lymph node involvement.
CONCLUSION : This survey collected approximately 1/5 of all new annual cases of renal cell carcinoma in France and therefore provided a precise evaluation of the current epidemiology of this tumour :

Mots clés:
Rein / Tumeur / Épidémiologie
Mots-clés:
Kidney / tumor / epidemiology
Fréquence de la chirurgie de l'hypertrophie bénigne de la prostate.
Frequency of surgery for benign prostatic hyperplasia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 515-521

BUTS : Calculer l'incidence du traitement chirurgical de l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) dans deux départements français, l'Indre-et-Loire et le Cher, et en déduire l'incidence en France. METHODES : Tous les patients opérés pour une HBP par une résection trans-uréthrale ou une adénomectomie trans-vésicale ont été recensés de façon prospective pendant 6 mois auprès de tous les chirurgiens de l'Indre-et-Loire et du Cher. Le recueil des dossiers a été exhaustif et a été fait au niveau des laboratoires d'anatomopathologie à partir des pièces opératoires de prostate d'HBP. 506 patients ont été retenus.
RESULTATS : L'âge moyen des patients était de 71,8 ans. 78% des patients ont été opérés par un urologue libéral, et 93% par un urologue exclusif. La durée moyenne de séjour post-opératoire était de 7,1 jours. Elle a varié en fonction de l'âge du patient, du poids de l'adénome et du lieu de l'intervention (CHU, établissement privé et CHG). Cette étude a permis de calculer l'incidence annuelle de la chirurgie de l'HBP dans ces 2 départements : 822/100 000 hommes de plus de 50 ans. L'incidence maximale était obtenue dans la 7ème décade de la vie : 1742/100 000. Dans notre étude un urologue libéral opérait 76 patients pour HBP par an.
CONCLUSION : La projection des résultats de l'étude dans la population française permet de calculer l'incidence annuelle de la chirurgie de l'hypertrophie bénigne de la prostate en France : 776 /100 000 hommes de plus de 50 ans. A partir de ce chiffre d'incidence, on estime que 55 000 à 65 000 hommes se font opérer par an en France pour une HBP.

OBJECTIVES : To calculate the incidence of surgical treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) in two French departments, Indre-et-Loire and C her, in order to deduce the incidence in France. METHODS : All patients operated for BPH by transurethral resection or transvesical prostatectomy were counted prospectively over a 6-month period by all surgeons of the Indre-et-Loire and Cher departments. Collection of case files was complete and based on BPH resection specimens sent to pathology. 506 patients were included in this survey. RESULTS : The mean age of the patients was 71.8 years. 78% of patients were operated by a private urologist, and 93% by a specialist urologist. The mean postoperative stay was 7.1 days and varied according to the patient's age, the weight of the prostate and the site of the operation (university hospital, private establishment and general hospital). This study allowed calculation of the annual incidence of surgery for BPH in these 2 departments : 822/100 000 men over the age of 50 years. The maximal incidence was observed during the 7th decade of life : 1,742/100,000. In our study, private urologists operated 76 patients for BPH per year.
CONCLUSION : Extrapolation of these results to the French population indicates an annual incidence of surgery for benign prostatic hyperplasia in France of 776/100,000 men over the age of 50 years. On the basis of this incidence, an estimated 55,000 to 65,000 men are operated for BPH per year in France.

Mots clés:
prostate / HBP / résection transuréthrale / adénomectomie pour HBP / Épidémiologie
Mots-clés:
prostate / BPH / transurethral resection / prostatectomy for BPH / epidemiology
Intérêt des biopsies des ganglions inguinaux chez les patients atteints d'un carcinome épidermoïde de verge.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 544-547

Vingt-quatre biopsies inguinales ont été réalisées chez 16 patients porteurs d'un carcinome épidermoïde invasif de la verge. Tous les patients avaient une suspicion d'atteinte métastatique inguinale. Cinq patients (31,25%) avaient une atteinte tumorale des ganglions inguinaux. Sur les 11 patients aux biopsies négatives, 8 ont pu être suivis à moyen terme. Trois patients seulement n'ont pas eu de résurgence tumorale, respectivement 57, 61 et 80 mois après les biopsies négatives.

The value of inguinal lymph node biopsy for patients with squamous cell carcinoma of the penis.

Mots clés:
Pénis / biopsie ganglionnaire
Mots-clés:
penis / tumor / lymph node biopsy
Ischémie testiculaire bilatérale au cours d'une vascularite. Diagnostic différentiel avec la torsion et intérêt de l'écho Doppler couleur.
Bilateral testicular ischaemia in the course of vasculitis. Differential diagnosis with torsion and value of duplex ultrasound.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 586-589

Nous rapportons un cas de douleurs testiculaires aiguës bilatérales, simulant une torsion du cordon spermatique bilatérale et simultanée, chez un homme de 22 ans, accompagnées à l'écho Doppler couleur d'une ischémie parenchymateuse, révélatrice d'une forme débutante de périartérite noueuse (PAN). L'intervention chirurgicale rendue nécessaire par l'existence d'un doute diagnostique avec une torsion du cordon spermatique a permis d'invalider cette hypothèse. La recherche étiologique, après avoir permis d'éliminer aussi une cause infectieuse s'est orientée vers la mise en évidence d'au moins trois critères diagnostiques nécessaires pour poser le diagnostic de PAN, parmi ceux décrits par Godeau Guillevin ou l'American College of Rheumatology. Nous discutons aussi l'apport de l'échographie Doppler couleur utilisée dans le suivi évolutif de la maladie.

The authors report a case of acute bilateral testicular pain simulating simultaneous bilateral torsion of the spermatic cord in a 22-year-old man. Duplex ultrasound revealed parenchymal ischaemia secondary to an early form of polyarteritis nodosa (PAN). Surgery, performed because of the doubtful differential diagnosis with torsion of the spermatic cord, excluded this hypothesis. The aetiological investigation, after excluding an infectious cause, consisted of revealing at least three diagnostic criteria necessary for the diagnosis of PAN among those defined by Godeau Guillevin or the American College of Rheumatology. The authors also discuss the value of duplex ultrasound in the follow-up of this disease.

Mots clés:
testicule / ischémie / péri-artérite noueuse / Torsion du cordon spermatique / Echographie doppler
Mots-clés:
Testis / ischemia / Periarteritis nodosa / torsion of the spermatic cord / doppler ultrasonography
L'atteinte urétérale dans les anévrysmes inflammatoires de l'aorte abdominale (A propos d'un cas.Revue de la littérature).
Ureteral obstruction secondary to abdominal aortic inflammatory anevrysm (Case report and review of the literature).
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 590-595

Le diagnostic et le traitement des obstructions urétérales secondaires à un anévrysme inflammatoire de l'aorte abdominale sont depuis longtemps le sujet de controverses. Si le diagnostic a bénéficié de la tomodensitométrie et de l'échographie, le traitement chirurgical doit associer à la réparation prothétique anévrysmale, une protection urétérale par endoprothèse type double J. L'urétérolyse n'est pas toujours nécessaire, car la régression spontanée de la gangue fibreuse autorise l'abstention sous couvert d'une surveillance radiologique étroite, ce qui est le cas de l'observation présentée.

Diagnosis and treatment of ureteral obstruction secondary to perianevrysmal retroperitoneal fibrosis are controversial. Diagnosis includes the use of computed tomography and abdominal ultrasound, surgical treatment combines prosthetic graft with preoperative ureteral stenting. Ureterolysis is not always necessary, because anevrysm repair promotes resolution of the inflammatory process and relieves the ureteric obstruction. However radiologic survey is essential as in the case report.

Mots clés:
obstruction de la voie urinaire supérieure / aorte / Anévrisme
Mots-clés:
upper urinary tract obstruction / aorta / Aneurysm
L'importance et la signification du résidu vésical post-mictionnel dans l'évaluation du prostatisme.
The volume and significance of the post-voiding residue in the evaluation of prostatism.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 511-514

[

The presence of a significant post-voiding residue is often considered to be secondary to bladder neck obstruction and frequently constitutes the main indication for transurethral resection of the prostate. In order to validate this approach, the files of 350 patients presenting with symptoms of prostatism and assessed by urodynamic studies were analysed retrospectively. The results of the study demonstrated that, regardless of the value of the residue, approximately 30% of patients were not obstructed despite a high post-voiding residue (PVR), while approximately 70% of patients with minimal or no PVR were considered to be obstructed on the basis of urodynamic criteria. These results therefore demonstrate that the presence of a post-voiding residue is not indicative of bladder neck, but reflects a lesion of the detrusor. Considered alone, it therefore should not constitute an indication for transurethral resection of the prostate.

Mots clés:
prostate / HBP / résidu post mictionnel / obstruction sous vésicale / Activité
Mots-clés:
prostate / BPH / residual urine / Bladder outlet obstruction / activity
Les bouffées de chaleur de l'homme après castration chirurgicale ou médicamenteuse.
Hot flushes in men following surgical or pharmacological castration.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 507-509

Le traitement hormonal du cancer de la prostate comporte un certain nombre d'effets secondaires parmi lesquels les bouffées de chaleur tiennent une place non négligeable puisque elles sont parfois très gênantes dans la vie quotidienne. Aux patients qui s'en plaignent il faut s'efforcer d'apporter un soulagement et différentes possibilités thérapeutiques sont proposées.

Hormone therapy for prostate cancer is associated with a number of adverse effects including hot flushes, which constitute a significant problem as they sometimes interfere with everyday life. Every effort must be made to relieve patients complaining of this symptom. Several different therapeutic modalities are proposed.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Hormonothérapie / complication iatrogène / effet indésirable
Mots-clés:
prostate / tumor / endocrine therapy / iatrogenic complication / adverse event
Les tumeurs bilatérales du testicule : place du diagnostic de carcinome in situ dans le dépistage précoce.
Bilateral tumours of the testis : place of the in situ carcinoma in early detection .
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 540-543

Sur une série de 540 patients porteurs d'une tumeur germinale du testicule le diagnostic de tumeur bilatérale a été effectué 9 fois. Deux patients présentaient une tumeur bilatérale synchrone, sept fois il s'agissait d'une tumeur consécutive mise en évidence avec un délai variable de 1 à 16 ans. La survenue souvent tardive de cette atteinte controlatérale nécessite un suivi prolongé de ces patients. Les facteurs de risque, en particulier les anomalies de migration testiculaire, l'hypofertilité, l'atrophie testiculaire et surtout le carcinome in situ sont évoqués. La prévention des tumeurs bilatérales consécutives repose sur la recherche par biopsie testiculaire d'un carcinome in situ controlatéral; une radiothérapie à faible dose permet l'éradication de cette lésion dont le risque d'évolution vers le cancer invasif est particulièrement élevé. Une surveillance rigoureuse de ces patients peut également être envisagée. En l'absence de dépistage, le traitement d'une tumeur bilatérale consécutive nécessite de prendre en considération celui de la tumeur initiale. En cas de diagnostic au stade initial, une surveillance aprés orchidectomie est envisageable sans traitement complémentaire.

In a series of 540 patients with testicular germ cell tumors, the diagnosis of bilateral tumor was observed nine times. Two patients presented a simultaneous bilateral tumor and for seven others a second tumor occured after an interval varying from 1 to 16 years. The often late discovery of the contralateral cancer sometimes requires a prolonged follow up for patients with unilateral testicular malignancy. Incidence, risk factors and therapy are discussed, in particular the anomalies in testicular migration, hypofertility, testicular atrophy and carcinoma in situ. Prevention of bilateral consecutive tumors depends on the research of carcinoma in situ thanks to testicular biopsy. A slight radiotherapy allows eradication of this tumor, whose evolution towards invading cancer is particulary high. A rigourous watch of these patients can be considered. With the absence of early detection, the treatment of the simultaneous tumor needs taking into consideration the treatment of the initial tumor. In case of a diagnosis at stage 1, observation after orchidectomy is possible without further treatment.

Mots clés:
testicule / tumeurs bilatérales / cancer in situ
Mots-clés:
Testis / bilateral tumors / carcinoma in situ.
Principes techniques et indications de l'endopyélotomie.
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 596-603
Mots clés:
hydronéphrose congénitale / chirurgie endoscopique / endopyélotomie
Mots-clés:
ureteropelvic junction syndrome / endoscopic surgery / endopyelotomy
Rétraction vésicale, complication de la chimioprophylaxie du cancer vésical superficiel par Mitomycine C endovésicale. A propos d'un cas et revue de la littérature.
Bladder retraction: a complication of chemoprophylaxis of superficial bladder cancer by intravesical mitomycin C. Case report and review of the literature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 580-585

La rétraction vésicale, complication de la chimiothérapie de contact par la Mitomycine C dans le traitement du cancer vésical superficiel est rare. L'analyse d'une observation personnelle récente permet de la caractériser au plan clinique et anatomopathologique et d'en discuter la physiopathologie.

Bladder retraction is a rare complication of contact chemotherapy with mitomycin C in the treatment of superficial bladder cancer. The clinical and histological features and pathophysiology of this lesion are discussed in the light of a recent case.

Mots clés:
Vessie / tumeur urothéliale superficielle / chimiothérapie intra-vésicale / complication iatrogène / effet indésirable
Mots-clés:
bladder / superficial transitional cell carcinoma / endovesical chemotherapy / iatrogenic complication / adverse event
Traitement par radiochimiothérapie concomitante des tumeurs urothéliales de vessie N+ M0.
Treatment of N+M0 urothelial bladder tumours by concomitant radiochemotherapy.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 522-528

Dix-sept malades atteints de tumeur urothéliale de vessie N+ ont été traités par une association résection endoscopique profonde, radiochimiothérapie concomitante, (5FU cisplatine). 15 malades ont pu poursuivre l'ensemble de leur traitement, 52,9% de 17 ces malades sont en rémission complète à 6 mois, 35,2% de rémission complète à 1 an, 30% des malades en rémission complète ont fait des métastases à distance, 52,9% ont présenté une inefficacité locale, 40% ont présenté des métastases à distance. Ce protocole associant résection profonde et radiochimiothérapie peut donc être efficace sur le contrôle local de la tumeur et permettre de conserver le réservoir vésical en cas de rémission complète, il est cependant insuffisant pour éviter l'apparition de métastases à distance. Il est donc souhaitable d'intensifier ce traitement en faisant une résection endoscopique complète, en augmentant le débit-dose de radiothérapie et en intensifiant le protocole de chimiothérapie.

Seventeen patients with N+ urothelial bladder tumours were treated by a combination of deep endoscopic resection and concomitant radiochemotherapy (5FU cisplatin). 15 patients completed their course of treatment. 52.9% of these 17 patients are in complete remission at 6 months, 35.2% are in complete remission at 1 year, 30% of patients in complete remission developed distant metastases, 52.9% developed local progression and 40% developed distant metastases. This protocol of deep resection combined with radiochemotherapy can therefore be effective in the local control of the tumour and can allow preservation of the bladder in the case of complete remission. However, it is insufficient to prevent the development of distant metastases. It is therefore preferable to intensify this treatment by performing complete endoscopic resection, by increasing the radiotherapy dose rate and by intensifying the chemotherapy protocol.

Mots clés:
Vessie / tumeur urothéliale infiltrante / Métastase ganglionnaire / radiothérapie / Chimiotherapie
Mots-clés:
bladder / invasive transitional cell carcinoma / lymph node metastasis / radiotherapy / Chemotherapy
Une alternative technique simple dans le traitement de l'hydrocèle idiopathique de l'adulte : la
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 568-574

L'auteur décrit une technique simple et nouvelle de traitement de l'hydrocèle idiopathique selon un procédé par "fenestration", visant à corriger le déséquilibre des échanges hydrostatiques intra-vaginaux. L'intervention consiste dans un premier temps à ourler séparément la fibreuse profonde et le feuillet pariétal de la vaginale, formant le pourtour de la "fenêtre". Dans un deuxième temps, celle-ci est adossée par son feuillet fibreux au dartos resté solidaire du tissu cellulaire sous cutané, riche voie de drainage lymphatique. Pour 108 patients traités selon cette technique depuis septembre 1982, avec un suivi de 6 ans, les résultats ont été excellents, tant sur le plan anatomique que fonctionnel 98 fois (90,7%), moyens 6 fois (5,5%) et mauvais 4 fois (3,7%). Face aux procédés classiques, l'ouverture "fenêtrée" de la vaginale, associant la conservation de la vaginale à une ouverture limitée de la séreuse, préserve l'habitacle du testicule, ainsi que le rôle protecteur de la séreuse sur le testicule. Enfin, l'adossement du pourtour externe de la fenêtre au dartos, facilitant au mieux le drainage lymphatique profond vers l'espace celluleux superficiel, reconstitue un équilibre physiologique dans les échanges constants des sérosités intravaginale. Ayant le mérite d'une extrême simplicité, ce procédé dont l'expérience nous a montré l'efficacité et la fiabilité, tant sur le plan anatomique que fonctionnel, s'adresse surtout à l'hydrocèle idiopathique de l'adulte avec vaginale saine.

A simple alternative technique in the treatment of idiopathic hydrocele in adults : vaginal "fenestration".

Mots clés:
vaginale testiculaire / hydrocèle / Chirurgie
Mots-clés:
tunica vaginalis / hydrocele / surgery
Urétéroscopie sous anesthésie locale avec ou sans analgésie intraveineuse.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 548-550

Ureteroscopy under local anaesthesia with and without intravenous analgesia.

Mots clés:
examen endoscopique / Urétéroscopie / Anesthésie locale / analgésie
Mots-clés:
endoscopic examination / ureteroscopy / local anaesthesia / analgesia
Uréthroplastie en 2 temps par greffe cutanée.
Two-stage mesh-graft urethroplasty: a salvage solution.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 551-555

BUTS: Exposer la technique et les résultats de l'urétroplastie en 2 temps utilisant une greffe cutanée en filet, décrite par Schreiter en 1984. METHODES: 11 patients présentant une sténose de l'urètre antérieur ont été traités selon cette technique. Dans tous les cas, il s'agissait d'une récidive de la sténose après urétroplastie en un temps (lambeau cutané pédiculé, lambeau de vaginale). Le siège de la sténose a été pénien dans 4 cas, périnéo-scrotal dans 7 cas, et la longueur moyenne a été de 7,7 cm (3 à 12,5).
RÉSULTATS: 10 patients ont pu être traités en 2 temps, le dernier restant en urétrostomie périnéale. Avec un recul moyen de 3,5 ans (compris entre 14 et 77 mois), 9 patients ont présenté un résultat satisfaisant sans récidive radiographique, mais ont conservé une pollakiurie nocturne (2 levers), un débit maximum moyen à 12,8 ml/s, et un résidu post-mictionnel moyen de 55 ml présent dans 8 cas sur 9. Un échec complet, par récidive complète de la sténose liée à la taille réduite du lambeau cutané lors du 2ème temps, a été observé. CONCLUSION: Cette technique est intéressante comme solution de rattrapage après échec d'une urétroplastie en 1 temps. Elle permet de traiter des sténoses étendues de l'urètre antérieur, de reconstituer un tissu bien vascularisé permettant de reconstituer un canal urétral de bonne qualité. Elle présente également comme avantage d'éviter la présence de follicules pileux, et de pouvoir réaliser les 2 temps dans un délai court.

OBJECTIVE: To present the technique and results of 2-stage mesh-graft urethroplasty, as described by Schreiter in 1984. METHODS: 11 patients with a stricture of the anterior urethra were treated according to this urethroplasty (pedicle skin flap). The site of the stricture was penile in 4 cases and perineoscrotal in 7 cases, and the mean length was 7.7 cm (range: 3 to 12.5). RESULTS: 10 patients were treated in 2 stages, while the remaining patient has a persistent perineal urethrostomy. With a mean follow-up of 3.5 years (range: 14 to 77 months), 9 patients obtained a satisfactory result with no radiographic recurrence, but with persistent nocturia (x 2/night), a mean peak flow rate of 12.8 ml/s, and a mean residual urine of 55 ml present in 8 our of 9 cases. One complete failure was observed, following complete recurrence of the stricture due to the limited dimensions of the skin flap at the 2nd stage. CONCLUSION: This technique constitutes a useful salvage solution after failure of a one-stage urethroplasty. It can be used to treat extensive strictures of the anterior urethra by reconstituting a good quality urethral lumen with well vascularized tissue. It also has the advantage of avoiding the presence of hair follicles and allows the two stages to be performed at a brief interval.

Mots clés:
Urèthre / lésion / sténose / uréthroplastie / greffon cutané
Mots-clés:
Urethra / lesion / stenosis / urethroplasty / skin graft