Base bibliographique

Sommaire :

Les papillomavirus et les cancers génitaux: intérêt du dépistage et de l'éradication.
Papillomaviruses and genital cancers : value of detection and eradication.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 491-498

Certains virus humains (principalement les papillomavirus types 16, 18, 33, herpesvirus type 2, cytomegalovirus) sont impliqués dans la genèse des cancers génitaux et plus particulièrement du cancer du col utérin. Le dépistage et le traitement du partenaire masculin apparaissent dès lors comme importants pour celui-ci, mais également, sur un plan épidémiologique, pour limiter le risque de contamination féminine. La péniscopie, réalisée après badigeonnage à l'acide acétique à 5%, et l'examen soigneux des téguments ano-génitaux du partenaire masculin révèlent les lésions très souvent infra-cliniques, en vue d'un traitement plus complet. D'autre part, la littérature fournit également une série d'arguments en faveur d'une hypothèse virale à l'origine de certaines tumeurs de l'urothélium, sans permettre de tirer actuellement les mêmes conclusions à propos du cancer de la prostate.

Human viruses (especially papillomavirus type 16, 18, 33, herpesvirus type 2 and cytomegalovirus) are implicated in malignant transformation, particularly in cervical cancer. Screening and treatment of male partners are mandatory not only for the patient but also for epidemiological purposes, including prevention of cervical carcinoma. Careful examination with a magnifying glass of the ano-genital skin and mucosa of the male partner is performed after application of 5% acetic acid in water and small reacting areas can be treated more accurately. The hypothesis of a viral role in the development of urothelial tumors is supported by various recent observation, although similar conclusions cannot currently be drawn for prostatic carcinoma.

Mots clés:
papillomavirus / condylome / Pénis / Tumeur / examen clinique
Mots-clés:
papillomavirus / condyloma / penis / tumor / physical examination
Traitement des fistules urinaires en transplantation rénale.
Treatment of urinary fistulae in renal transplantation.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 501-508

61 malades transplantés rénaux ont présenté une fistule urinaire (4 %). Le diagnostic est précoce (12 jours en moyenne), posé par la présence d'urine dans les redons, la présence d'un urinome en échographie. Le diagnostic topographique exact, la nature de la fistule, nécrose ou désunion, n'est pas facile même avec les techniques d'imagerie actuelle. La fréquence des fistules a diminué avec l'utilisation d'un uretère court, l'anastomose urétéro-vésicale type Lich Grégoir et la mise en place préventive d'une endoprothèse urétéro-vésicale. Les 36 premières fistules urétérales ont été traitées par chirurgie incisionnelle. Les 7 dernières fistules urétérales ont été traitées par mise en place d'endoprothèse par voie antérograde. 87% des malades ont guéri de leur fistule en gardant leur greffon : 31 des 36 malades opérés par voie incisionnelle et les 7 malades traités par voie percutanée. Le traitement percutané doit être proposé en première ligne en cas de fistule urétérale après transplantation rénale.

61 renal transplant patients dev eloped a urinary fistula (4%). The diagnosis was established rapidly (after an average of 12 days) by the presence of urine in the drains and a urine collection on ultrasonography. The exact topographical diagnosis, the nature of the fistula, necrosis or dehiscence, is more difficult, even with modern imaging techniques. The incidence of fistula was decreased by the use of a short ureter, a Lich-Grégoir ureterovesical anastomosis and the prophylactic insertion of a ureterovesical stent. The first 36 ureteric fistulae were treated by open surgery and the last 7 were treated by antegrade stent insertion. 87% of patients were cured of their fistula and retained their transplant : 31 of the 36 patients undergoing open surgery and all 7 patients treated percutaneously. Percutaneous treatment should be proposed as first-line treatment in the case of ureteric fistula after renal transplantation.

Mots clés:
Transplantation rénale / complication iatrogène / Fistule urinaire / lésion
Mots-clés:
renal transplantation / iatrogenic complication / Urinary fistula / lesion
Traitement chirurgical de l'hyper-parathyroïdisme chez les transplantés.
Surgical treatment of hyperparathyroidism in renal transplant patients.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 509-515

Les auteurs présentent leur expérience de la chirurgie de l'hyper-parathyroïdisme persistant chez le transplanté rénal dans une série de 944 malades greffés de 1983 à 1992. 56 patients ont bénéficié d'une parathyroïdectomie sub-totale pour hyper-parathyroïdisme secondaire persistant. Le contrôle de la calcémie est excellent chez 83% des opérés : 2 malades gardent une hypocalcémie bien contrôlée, 8 une hypercalcémie, 3 une hypercalcémie très modérée, 2 sont toujours hypercalcémique, 3 autres patients ont récidivé leur hyper-parathyroïdie. Les suites opératoires sont marquées par un décès non lié à la parathyroïdectomie elle-même, et une paralysie récurrentielle. La parathyroïdectomie sub-totale associée à l'ablation de la lame thyro-thymique est une intervention efficace pour contrôler le métabolisme phospho-calcique en cas d'hyper-parathyroïdisme persistant après transplantation rénale.

The authors present their experience of surgery for persistent hyperparathyroidism in renal transplant recipients, based on a series of 944 patients transplanted between 1983 and 1992. 56 patients underwent subtotal parathyroidectomy for persistent secondary hyperparathyroidism. Control of serum calcium was excellent in 83% of patients : 2 patients retained a well controlled hypocalcaemia, 2 are still hypercalcaemic and 3 others have developed recurrent hyperparathyroidism. The postoperative course was marked by one death not related to parathyroidectomy and one recurrent laryngeal nerve palsy. Subtotal parathyroidectomy combined with removal of the thyrothymic tissue is an effective operation to control phosphorus and calcium metabolism in patients with persistent hyperparathyroidism after renal transplantation.

Mots clés:
transplanté rénal / hyper-parathyroïdisme / Transplantation
Mots-clés:
renal transplant patient / hyperparathyroidism / transplantation
La lymphadénectomie sous contrôle coelioscopique dans le cancer localisé de prostate.
Laparoscopic lymphadenectomy in localized prostate cancer.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 516-522

Nous avons réalisé, par coelioscopie, un curage ganglionnaire iliaque externe sous-veineux bilatéral chez 15 patients porteurs d'un cancer prostatique dont l'âge moyen était de 65,5 ans. Le groupe se composait de 13 T2 et de 2 T3. La durée moyenne d'intervention était de 175 min. (90 à 240 min). Le nombre moyen de ganglions enlevés était de 5,3 à droite et de 6,4 à gauche. Des ganglions métastatiques ont été retrouvés dans 5 cas (33%), et ces 5 patients avaient un taux de PSA > 30 et/ou un score de Gleason > 6. Nous rapportons 3 complications majeures : 2 perforations coliques et une plaie d'un vaisseau du mésentère. Une prostatectomie radicale a été réalisée chez 8 patients sans que ce geste ait été rendu plus difficile par la coelioscopie. Au total il s'agit d'une technique qui permet une bonne évaluation ganglionnaire mais avec un taux de complications encore élevé qui est probablement destiné à diminuer avec l'expérience, et l'évaluation d'une telle méthode dans le traitement du cancer de la prostate reste à définir.

Laparoscopic lymphadenectomy was performed among 15 patients. The average age was 65,5 years. The group was made of 13 T2 and 2 T3. The average time of procedure was 175 min (90 à 240 min). The average number of lymph nodes removed laparoscopically from these patients was 5,3 on the left and 6,4 on the right. Metastatic nodes were found in 5 cases (33%) and among all these 5 patients the PSA level was above 30 and/or the Gleason score >6. We noticed 3 major complications (2 bowel and 1 vascular injuries). Radical prostatectomy was made in 8 patients and nevertheless this intervention did not become more difficult. As a conclusion, this is a procedure which allows a good node staging but the complication rate is still high and will decrease with experience. The merits of such a method are still to be evaluated in localized prostatic cancer.

Mots clés:
prostate / Tumeur / lymphadénectomie pelvienne / chirurgie laparoscopique
Mots-clés:
prostate / tumor / pelvic lymph node dissection / laparoscopic surgery
La morbidité de la prostatectomie radicale par voie rétropubienne: une expérience de 150 cas.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 523-531

Nous avons étudié la morbidité de la prostatectomie radicale par voie rétropubienne chez 150 patients opérés de décembre 1983 à mars 1993. Le taux de mortalité péri-opératoire a été nul. Une plaie rectale est survenue dans 3 cas (2%), réparée immédiatement, sans colostomie. La médiane des pertes sanguines per-opératoires a été de 1500 ml. Les complications péri-opératoires ont représenté 36,6% des cas. 8% des complications post-opératoires précoces (

Morbidity of retropubic radical prostatectomy based on a series of 150 cases.

Mots clés:
prostate / Tumeur / prostatectomie radicale / voie d'abord rétro-pubienne / complication iatrogène
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / retropubic approach / iatrogenic complication
Adaptation et validation en langue française du score international des symptômes de l'hypertrophie bénigne de prostate.
Adaptation and validation in French of the International Symptom Score of Benign Prostatic Hyperplasia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 532-540

Le Score International des Symptômes Prostatiques proposé lors de la Consultation Internationale sur l'Hypertrophie Bénigne de la Prostate en juin 1991 a fait l'objet d'une adaptation culturelle et d'une validation linguistique en français. La version en langue anglaise, adaptée du questionnaire développé par l'American Urological Association a été traduite en français. La version française a ensuite été soumise à un groupe multidisciplinaire qui a procédé à des améliorations linguistiques. Elle a ensuite été testée qualitativement sur 30 personnes et amendée. Enfin le questionnaire a été soumis à une étude de validation linguistique dans un échantillon représentatif de 100 hommes de 65 à 80 ans. L'utilisation de cet index permettra une mesure standardisée des troubles mictionnels symptomatiques chez les patients atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate.

The International Prostate Symptom Score, which was proposed during the First Consultation on Benign Prostatic Hyperplasia in June 1991, was culturally adapted and linguistically validated in French. In a first step, the English version, adapted from the questionnaire developed by the American Urological Association, was translated into French. AIna second step, the French version was submitted to a multidisciplinary group who made linguistic improvements. In a third step, the refined version was tested in 30 persons and amended. Finally, the questionnaire was submitted to a linguistic validation study in a representative sample of 100 men aged 65 to 80. The use of this index will allow standardized measurements of urinary symptoms status in patients with benign prostatic hyperplasia.

Mots clés:
prostate / HBP / score des symptômes
Mots-clés:
prostate / BPH / symptom score
Incision transuréthrale de la prostate. Cinq années de recul. A propos de 527 patients
Transurethral incision of the prostate.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 541-546

57 incisions cervico-prostatiques sont étudiées avec un recul supérieur à 5 ans. Les résultats, publiés après un an étaient très bons. Il deviennent décevants à 5 ans, avec 38, 7% de réinterventions nécessaires. Le poids de la prostate semble déterminant. Les indications, il y a 5 ans étaient très larges avec des poids de prostate allant jusqu'à 45 g au toucher rectal. Actuellement ce type d'intervention doit être réservé au sujet jeune voulant conserver une éjaculation antérograde et dont la prostate n'excède pas 20 à 30 g ainsi que les sujets fragiles ne pouvant supporter une résection transuréthrale.

Fifty-seven bladder neck incisions were studied with a minimum follow-up of 5 years. The results published after one year were very satisfactory, but became more disappointing after 5 years, with a 38.7 reoperation rate. The weight of the prostate appears to be the determining factor. The indications, 5 years ago, were much wider than they are today, with prostate weights of up to 45 g on digital rectal examination. This type of operation should now be reserved for young subjects wishing to retain antegrade ejaculation with a prostate not exceeding 20 to 30 g and in high surgical risk patients unsuitable for transurethral resection.

Mots clés:
prostate / HBP / chirurgie endoscopique / incision du col vésical
Mots-clés:
prostate / BPH / endoscopic surgery / bladder neck incision
Evaluation économique de l'hyperthermie prostatique.
Economic evaluation of prostatic hyperthermia.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 547-554

Le BUT de notre étude était d'évaluer le prix de revient d'une séance et d'un traitement de l'hypertrophie bénigne prostatique par hyperthermie dans le cadre de l'évaluation clinique confiée au Comité d'Evaluation et de Diffusion des Innovations Technologiques (CEDIT) de l'AP-HP.Les coûts comportent : 1) Le personnel hospitalier et médical (à partir des temps d'intervention moyens de chaque catégorie de personnel relevés par une infirmière au cours de la séance - ces temps sont valorisés en coût standard AP-HP), 2) Les consommables (matériel médical et fournitures) définis sur la base de protocoles de soins, 3) Le fonctionnement des locaux (frais de téléphone, entretien-salubrité, chauffage et alimentation), 4)L'amortissement calculé sur 5 ans en ajoutant un coût forfaitaire de maintenance égal à 10% du prix d'achat de la machine.
RESULTATS : le prix de revient d'une séance varie de 1200 F à 5300 F et celui d'un traitement de 2500 F à 9700 F selon la machine utilisée. A titre de référence, le coût du traitement médical varie de 2600 F à 2900 F par an.
CONCLUSION : le prix de revient d'un traitement varie fortement d'une machine à l'autre. L'évaluation clinique ne permet pas de conclure à une plus grande efficacité des traitements les plus coûteux. L'approche coût-efficacité privilégie le traitement médical.

The AIM of this study is to assess the hospital cost of treating Benign Prostatic Hyperplasia (BPH) by hyperthermia. The cost analysis was conducted simultaneously with a randomized clinical essay comparing hyperthermia to sham; the analysis was promoted by the Committee for Evaluation and Diffusion of Innovative Technologies (CEDIT) of the AP-HP. Cost components are: medical and paramedical staff salaries, supplies, overhead and capital costs. RESULTS: cost per session varies from FF 1200 to FF 5300; cost per treatment varies from FF 2500 to FF 9700 depending upon the equipment used. For comparison, annual drug treatment of BPH varies from FF 2600 to FF 2900.
CONCLUSION : important variation in the treatment cost of BPH by hyperthermia is observed depending on the equipment used. Clinical data do not demonstrate improved efficacy with the costlier hyperthermia treatments. Drug treatment seems to be more cost effective than hyperthermia for BPH treatment.

Mots clés:
prostate / HBP / traitement instrumental non invasif de l'HBP / thermothérapie / Coût
Mots-clés:
prostate / BPH / minimally invasive instrumental treatment of BPH / thermotherapy / Cost
Résultats à long terme de la cervico-cystopexie de Burch. A propos de 40 observations.
Long-term results of Burch's cervicocystopexy in a series of 40 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 555-560

40 patientes présentant une incontinence urinaire d'effort, traitée entre avril 1982 et juin 1988 selon la technique de Burch, ont été réévaluées. Avec un recul moyen de 85 mois, 24 (60%) succès, 8 (20%) améliorations majeures et 8 (20%) échecs ont été enregistrés. Par rapport aux constatations post-opératoires précoces, une dégradation notable de la continence urinaire apparaît dans 4 cas (10%). Ces résultats vont à l'encontre de publications antérieures faisant état d'une remarquable stabilité des performances thérapeutiques de ce type de cervico-cystopexie. Trop brève pour permettre une analyse statistique fiable, cette série attire simplement l'attention sur l'efficacité hypothétique de l'intervention de Burch à long terme.

Forty patients with stress urinary incontinence, treated between April 1982 and June 1988 according to Burch's technique, were reviewed. 24 (60%) successes, 8 (20%) major improvements and 8 (20%) failures were recorded with a mean follow-up of 85 months. Compared to the early postoperative findings, a marked deterioration in urinary continence was observed in 4 cases (10%). These results are in contrast with earlier papers reporting remarkable stability of the therapeutic performance of this type of cervicocystopexy. Although too brief to allow reliable statistical analysis, this series simply draws attention to the hypothetical long-term efficacy of Burch's operation.

Mots clés:
incontinence urinaire / chirurgie de l'incontinence urinaire / colposuspension / résultat à long terme
Mots-clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / bladder neck suspension / long term result
Cure de fistule vésicovaginale par voie basse en décubitus ventral (34 cas).
Transvaginal repair of vesicovaginal fistula in the ventral supine position (34 cases).
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 561-562

OBJECTIF : attirer l'attention sur l'efficacité de l'utilisation de la voie vaginale en décubitus ventral dans la cure de fistule vésico-vaginale à la lumière d'une série de 34 patientes consécutives. PATIENTES ET METHODES : 34 patientes, âgées de 15 à 60 ans, atteintes de fistule vésico-vaginale (cervicotrigonale une fois sur deux) d'origine obstétricale (73% de dystocie) chez des multipares (62 % ont été traitées par fermeture de la fistule par voie vaginale, en position de décubitus ventral).
RESULTATS : 29 succès complets ont été obtenus avec 5 fistulettes résiduelles qui ont été perdues de vue.
CONCLUSION : l'utilisation du décubitus ventral est une aide importante à la cure des fistules vésico-vaginales par voie basse.

The authors report the efficacy of a transvaginal approach in the ventral supine position for repair of vesicovaginal fistula based on a series of 34 consecutive patients. 34 patients, between the ages of 15 and 60 years, with vesicovaginal fistula (cervicotrigonal in one half of cases) of obstetric origin (73% of dystocia) in multiparous women (62% were treated by transvaginal closure of the fistula in the ventral supine position). 29 complete successes were obtained with 5 residual fistulae which were lost to follow-up. The use of the ventral supine position is valuable in the transvaginal repair of vesicovaginal fistulae.

Mots clés:
fistule uro-génitale / voie d'abord vaginale / lésion
Mots-clés:
Urogenital fistula / vaginal approach / lesion
Tumeurs de la voie excrétrice supérieure chez les patients suivis pour tumeur de vessie: localisations multi-centriques ou greffes? A propos de 14 observations.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 563-568

La survenue ultérieure de localisations urothéliales du haut appareil urinaire a été étudiée chez un groupe de 479 patients suivis pour tumeur de vessie. Les constatations suivantes ont été faites : 1) Le risque d'apparition est faible (2,9%) mais semble augmenter avec le temps (délai de 58 mois en moyenne). 2) Sont particulièrement exposés les patients présentant des tumeurs vésicales multiples de stade pTa ou pTl ayant fait l'objet de résections endoscopiques itératives, avec, pour conséquence, l'apparition d'un reflux vésico-rénal. Dans la surveillance des tumeurs de vessie traitées par résection endoscopique, une urétro-cystographie rétrograde et mictionnelle semble devoir être demandée pour sélectionner un groupe de patients "à risque" chez lequel la surveillance du haut appareil urinaire doit comporter une urographie intraveineuse par an.

14 cases of upper urinary tract tumors following transitional cell carcinoma of the bladder : multifocal locations or cell implantation?

Mots clés:
voie urinaire supérieure / Vessie / Tumeur urothéliale / Récidive / tumeurs multifocales
Mots-clés:
upper urinary tract / bladder / transitional cell carcinoma / recurrence / multifocal tumors
Carcinome de prostate à petites cellules. Rémission complète après association chimio-radiothérapie: à propos d'un cas.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 569-572

Les auteurs rapportent un cas de carcinome de prostate à petites cellules pur exprimant des marqueurs neuro-endocrines en immuno-histochimie. Le traitement a comporté une chimiothérapie associant cisplatine et étoposide et une radiothérapie externe loco-régionale. Le résultat est encourageant avec une rémission complète 15 mois après le diagnostic.

Small cell carcinoma of the prostate. Report of a case of complete remission in response to combined chemotherapy and radiotherapy. The authors report a case of pure small cell carcinoma of the prostate expressing neuroendocrine markers on immunohistochemistry. Treatment consisted of chemotherapy with cisplatin and etoposide combined with regional external beam radiotherapy. The result is encouraging with complete remission 15 months after the diagnosis.

Mots clés:
prostate / tumeur rare / Chimiotherapie / radiothérapie
Mots-clés:
prostate / rare tumor / Chemotherapy / radiotherapy
Sténose urétérale bilatérale après pancréatite.
Post-pancreatic bilateral ureteric stenosis.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 573-577

Les auteurs rapportent une observation rare de sténose urétérale bilatérale par coulée de nécrose secondaire à une pancréatite aiguë d'origine alcoolique. L'obstruction est liée à une fibrose urétérale bilatérale intense avec incrustations calciques du côté droit et une volumineuse lithiase obstructive surajoutée du côté gauche. Un seul cas quasi-similaire a été retrouvé dans la littérature sur 17 observations de sténoses urétérales uni ou bilatérales compliquant une pancréatite aiguë ou chronique.

The authors report a rare case of bilateral ureteric stenosis associated with necrotic infiltration due to acute alcoholic pancreatitis. The obstruction was caused by bilateral ureteric fibrosis with calcified incrustations on the right side and massive obstructive calculi on the left side. Only one faintly similar case has been reported in the literature out of 17 cases of unilateral or bilateral ureteric stenosis complicating acute or chronic pancreatitis.

Mots clés:
Uretère / sténose / lésion
Mots-clés:
ureter / stenosis / lesion
Rupture hémorragique d'un angiomyolipome au cours de la grossesse. Revue de la littérature à propos d'un cas.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 578-581

Les auteurs présentent une observation de rupture rétropéritonéale d'angiomyolipome chez une femme enceinte de 31 semaines et soulignent les difficultés diagnostiques et la gravité de cette tumeur.Ils analysent les onze cas déjà rapportés dans la littérature.

Haemorrhagic rupture of an angiomyolipoma during pregnancy. Case report and review of the literature. The authors present a case of retroperitoneal rupture of an angiomyolipoma in a pregnant woman at 31 weeks of gestation and emphasize the diagnostic difficulties and severity of this tumour. They review eleven cases already reported in the literature.

Mots clés:
Rein / tumeur rare / rupture / hématome périrénal / grossesse
Mots-clés:
Kidney / rare tumor / rupture / perirenal hematoma / pregnancy
Hypothyroïdie et immunothérapie par Interféron ou Interleukine pour adéno-carcinome rénal métastasé.
Hypothyroidism and interferon or interleukin immunotherapy for metastatic renal cell carcinoma.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 582-587

Nous rapportons un cas d'hypothyroïdie survenant lors d'un traitement par cytokines pour cancer du rein métastasé. Il s'agit d'une complication relativement rare de l'immunothérapie. Son étiopathogénie reste discutée. Les hypothèses d'un processus auto-immun ou d'une toxicité directe semblent possibles. Un bilan thyroïdien à la mise en route de l'immunothérapie et une surveillance régulière de la fonction thyroïdienne sont nécessaires lors de tout traitement par Interféron et/ou Interleukine. La méconnaissance d'une hypothyroïdie expose au risque d'imputer ses manifestations à une toxicité des cytokines et d'interruption intempestive du traitement alors qu'il suffit d'instaurer une opothérapie substitutive par L-Thyroxine.

The authors report a case of hypothyroidism occurring during cytokine treatment of metastatic renal canc er. This is a relatively rare complication of immunotherapy, whose aetiopathogenesis remains unclear. Possible hypotheses include an autoimmune process or direct toxicity. Thyroid function tests at the start of immunotherapy and regular monitoring are therefore recommended during treatment with interferon and/or interleukin. If hypothyroidism is not recognised, its clinical symptoms and signs could be attributed to cytokine toxicity, leading to unwarranted discontinuation of treatment when L-thyroxin replacement therapy would have been sufficient.

Mots clés:
Rein / Tumeur / Métastase / Immunothérapie / complication iatrogène
Mots-clés:
Kidney / tumor / Metastasis / Immunotherapy / iatrogenic complication