Base bibliographique

Sommaire :

100 endopyélotomies per-cutanées. Technique, indication, résultats
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 559-569

100 endopyélotomies per-cutanées ont été réalisées chez 95 malades, d'octobre 1985 à février 1991 pour traiter 46 sténoses acquises et 54 hydronéphroses congénitales. Les sténoses acquises ont été traitées par incision à la lame froide, les sténoses congénitales le plus souvent par incision au couteau électrique. Les résultats évaluables pour 81 unités urétérales avec un recul moyen de 37 mois montrent un taux de succès global de 84%. Aucune différence de résultat significative n'a été relevée en fonction de l'âge du patient, de la technique utilisée et du stade de l'hydronéphrose. Cette technique paraît être le traitement de choix de l'hydronéphrose acquise (taux de succès 81%); les résultats dans le traitement des hydronéphroses congénitales (86%) restent légèrement inférieurs aux résultats de la pyéloplastie chirurgicale.

100 percutaneous endopyelotomies : technique, indication, results.

Mots clés:
Uretère / sténose / hydronéphrose congénitale / chirurgie endoscopique / endo-pyélotomie
Mots-clés:
ureter / stenosis / ureteropelvic junction syndrome / endoscopic surgery / endopyelotomy
Analyse coûts-efficacité de la lithotripsie extra-corporelle
Cost-effectiveness analysis of extracorporeal lithotripsy.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 587-591

La récente introduction de la lithotripsie extra-corporelle (LEC) pour le traitement des calculs urinaires a soulevé de nouvelles questions pour les médecins et les décideurs de politique économique. Cette étude présente une analyse coûts-efficacité de la lithotripsie extra-corporelle réalisée dans un hôpital italien qui utilise depuis 1989 un lithotripteur Sonolith 3000. Le coût global d'un traitement par LEC (d'un cas simple de lithiase urinaire) est de 5.080 FF et le coût par cas résolu (estimé en tenant compte du nombre de séances par patient et du pourcentage de cas résolus) varie de 6.200 FF à 9.500 FF. Les résultats obtenus (influencés par la carence de certaines données cliniques, due à l'emploi récent de cette technique) semblent fournir des indications en faveur de l'élargissement des traitements par LEC, vis-à-vis du traitement chirurgical, pour son coût inférieur et pour la réduction des douleurs ainsi que des journées de convalescence.

The recent introduction of extracorporeal lithotripsy (ECL) for the treatment of urinary stones has raised new questions for doctors and economic policy decisionmakers. This study presents a cost-effectiveness analysis of extracorporeal lithotripsy conducted in an Italian hospital which has used a Sonolith 3000 lithotriptor since 1989. The overall cost of treatment by ECL (of a simple case of urinary stones) is 5,080 FF and the cost per cured case (taking into account the number of sessions per patient and the percentage of cured cases) varies between 6,200 FF and 9,500 FF. The results obtained (influenced by the lack of certain clinical data due to the recent use of this technique) appear to be in favour of extension of ECL treatments in comparison with surgical treatment due to their lower cost, lower morbidity and shorter convalescent period.

Mots clés:
Lithiase / lithotripsie extra-corporelle / coût-efficacité
Mots-clés:
stones / extracorporeal lithotripsy / cost-effectiveness
Carcinome in situ du testicule
Testicular carcinoma in situ.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 680-688

Le carcinome in situ (C.I.S) du testicule est la seule lésion pré-cancéreuse des tumeurs à cellules germinales actuellement connue. Ni la prévalence, ni l'incidence du C.l.S ne sont connues. Des circonstances favorisantes existent: antécédent de tumeur germinale du testicule contro-latéral, cryptorchidie ou antécédent d'ectopie, hypofertilité ou stérilité. L'incidence est d'autant plus élevée que plusieurs de ces circonstances coexistent. Il n'y a pas d'examen complémentaire qui ait fait la preuve de son utilité dans le dépistage du C.l.S. Seule la biopsie chirurgicale permet, à l'heure actuelle, le diagnostic. Une fois apparu, le C.I.S. ne disparait jamais spontanément. A 5 ans, dans 1 cas sur 2, le C.l.S évolue vers une tumeur invasive.Il n'y a pas de consensus sur la population à qui proposer une biopsie testiculaire pour rechercher le C.I.S. Au Danemark, une politique très large de surveillance et de recherche du C.l.S est proposée. Il n'est pas sûr que, par rapport à une politique de surveillance des patients à risque, le gain en morbidité et en mortalité par cancer du testicule soit majeur. En dehors de la surveillance, deux types de traitements sont proposés: orchidectomie ou radiothérapie externe qui semble permettre d'éradiquer le C.I.S en préservant la fonction endocrine.

Carcinoma in situ (C.I.S.) of the testis is the only known precancerous lesion of germ cell tumours. The prevalence and the incidence of C.I.S. are both unknown, although predisposing factors have been identified : history of germ cell tumour of the contralateral testis, cryptorchidism or history of ectopic testis, decreased fertility or sterility. The incidence is higher in the presence of a combination of severa of these factors. No complementary investigations have been demonstrated to be of any value in the detection of C.I.S. which can only be diagnosed, at the present time, by means of surgical biopsy. Once C.I.C. has developed, it never resolves spontaneously. In one half of cases the C.I.S. evolves into an invasive tumour over a period of 5 years. There is no consensus concerning the population in which testicular biopsy should be proposed looking for C.I.S. A large scale C.I.S. screening and detection programme has been proposed in Denmark. However, it is not clear that there is any major gain in testicular cancer morbidity and mortality in comparison with a surveillance programme of patients at risk. Apart from conservative follow-up, two types of treatment can be proposed : orchidectomy or external beam radiotherapy which appears to eradicate the C.I.S. while preserving endocrine function.

Mots clés:
testicule / Tumeur / cancer in situ
Mots-clés:
Testis / tumor / Carcinoma in situ
Conduite à tenir devant un incidentalome
Management of an incidentaloma.
2001
- Didactique
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 653-659

Un incidentalome se définit par l'élimination des autres pathologies surrénaliennes. En premier lieu, les phéochromocytomes par la RMN et le dosage des métanéphrines et normétanéphrines, puis les autres tumeurs sécrétantes par l'examen clinique et les dosages biologiques limités (kaliémie, cortisol, aldostérone). Dès lors la taille initiale ou la vitesse d'évolution sur des TDM répétés isoleront les tumeurs à opérer dans la crainte de cortico-surrénalome (malin), des simples anomalies iconographiques surrénaliennes que l'on surveillera.

An incidentaloma is defined by the exclusion of other lesions, primarily phaeochromocytomas, by means of MRI and metanephrine and normetanephrine assays, followed by other secreting tumours by means of clinical examination and limited laboratory assays (potassium, cortisol, aldosterone). Tumours which need to be operated because of the risk of (malignant) adrenal cortical tumour can be distinguished from radiological adrenal anomalies which simply need to be monitored on the basis of the initial size of the lesion or its rate of growth on repeated CT scans.

Mots clés:
surrénale / Tumeur / diagnostic fortuit
Mots-clés:
adrenal gland / tumor / incidental diagnosis
Corrélation entre composition chimique, densité et résultats de la lithotritie extra-corporelle pour les calculs rénaux et urétéraux lombaires.
Correlation between chemical composition, density and results of extracorporeal lithotripsy for renal and lumbar ureteric stones.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 577-586

A partir de 388 patients porteurs de 466 calculs rénaux et urétéraux lombaires (414 reins) traités entre 1987 et 1990 par lithotritie extra corporelle par onde de choc (LECOC) sur l'appareil SONOLITH 3000 (Technomed International), les auteurs ont analysé les critères de résultats et d'indication de la LECOC.Les critères de succès retenus excluent tout fragment résiduel et incluent les perdus de vue comme des échecs. Les succès peuvent varier de 48,3% à 73,8% en acceptant les fragments résiduels inférieurs à 5 mm et en excluant les perdus de vue. Une corrélation a été établie entre l'aspect radiographique du calcul (dense, lisse, spiculé), sa nature spectrophotométrique majoritaire et les résultats de la LECOC: Whewellite (WW) peu dense, lisse donnant de moins bons résultats. Les auteurs proposent d'affiner les indications de la LECOC afin d'améliorer les résultats, les calculs de WW majoritaire pouvant être redevables d'une néphrolithotomie per cutanée en première intention.

Based on a series of 388 patients with a total of 466 renal and lumbar ureteric stones (414 kidneys) treated between 1987 and 1990 by extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL) using the SONOLITH 3000* apparatus, the authors analyse the indications and results criteria for ESWL. The success criteria adopted excluded any residual fragment and considered patients lost to follow-up as failures. The success rate varied between 48.3% and 73.8% when residual fragments less than 5 mm were included and when drop-outs were excluded. A correlation was established between the radiographic appearance of the stone (dense, smooth, spiculated), its predominant spectrophometric nature and the results of ESWL : low density, spiculated Weddellite (WD) stones gave good results and very dense, smooth Whewellite (WW) stones gave less favourable results. The authors propose a refinement of the indications for ESWL in order to improve the results. Predominantly WW stones may be suitable for primary percutaneous nephrolithotomy.

Mots clés:
Lithiase / composition chimique du calcul / lithotripsie extra-corporelle / résultat / efficacité
Mots-clés:
stones / chemical composition of calculus / extracorporeal lithotripsy / outcome / efficacy
Dérivation urinaire continente à l'aide de la poche de Floride.
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 616-622

Nous avons réalisé une dérivation urinaire continente (Poche de Floride) chez 151 patients. La technique fait usage d'un segment colique droit de grande taille, d'un segment iléal doublement plicaturé et assure la réimplantation des uretères directement, sans tunnel. Le taux de mortalité est de 1,3%. Le taux de complications précoces et tardives est très faible. Il y a 2,8% de patients incontinents. Nous n'avons enregistré aucune dégradation rénale radiologique ni aucune anomalie hydroélectrolytique conséquente. Cette opération est vivement recommandée aux chirurgiens qui pratiquent des dérivations urinaires continentes.

Continent urinary diversion using the Floride Pouch.

Mots clés:
dérivation urinaire externe continente / poche colique continente
Mots-clés:
continent external urinary diversion / continent colonic pouch
Dissection endo-chirurgicale du haut appareil urinaire par voie rétropéritonéale et transpéritonéale : une étude expérimentale chez le cochon et chez le cadavre
Retroperitoneal and transperitoneal endosurgical dissection of the upper urinary tract : an experimental study in the pig and in the cadavre.
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 592-603

Afin de définir la meilleure méthode de dissection endo-chirurgicale du haut appareil urinaire, une étude expérimentale comparant les voies rétropéritonéale et transpéritonéale a été réalisée.Entre septembre 1991 et février 1992, 15 cochons femelles et 8 cadavres humains ont subi une dissection endo-chirurgicale du haut appareil urinaire. L'abord rétropéritonéal a été réalisé chez 8 cochons et 5 cadavres. En décubitus latéral, le rétropéritoine a été insufflé au niveau du pôle inférieur du rein, après réalisation d'une incision cutanéo-musculaire de 2 cm, suivie d'une dissection aveugle au doigt afin de créer un espace dans la graisse rétropéritonéale. Quatre trocards ont été mis en place dans l'espace rétropéritonéal, permettant une dissection de l'uretère, du rein et de son pédicule vasculaire. Les vaisseaux rénaux ainsi que l'uretère ont ensuite été clipés ou agrafés à l'endo-GIA puis sectionnés. L'intervention a été réalisée avec succès chez tous les cochons avec une durée opératoire moyenne de 2 heures. Les complications se sont limitées à deux effractions péritonéales. La dissection endo-chirurgicale rétropéritonéale a été beaucoup plus longue et difficile sur le cadavre (durée opératoire moyenne de 3 heures): en raison de l'importance de la graisse rétropéritonéale, un rétropneumopéritoine satisfaisant n'a jamais pu être obtenu; de plus, la proximité de la douzième côte et la crête iliaque postérieure a gêné la mise en place des trocards et rendu la dissection plus difficile. L'abord transpéritonéal a été réalisé chez 7 cochons et trois cadavres. En décubitus latéral, après création d'un pneumopéritoine à l'aide d'une aiguille de Veress, 4 trocards ont été mis en place dans la cavité péritonéale; le fascia de Toldt a été saisi et incisé permettant de refouler le colon vers la ligne médiane, exposant ainsi la loge rénale. L'uretère et les vaisseaux rénaux ont été disséqués. L'artère et la veine rénale ont alors été clipés ou aggrafés à l'endo-GlA puis sectionnées, tandis que l'uretère a été clipé et sectionné. Les complications de la voie transpéritonéale ont été: une plaie de l'intestin grêle lors de la mise en place d'un trocard et une hémorragie par section accidentelle d'une artère rénale polaire inférieure qui a pu être contrôlée par mise en place de clips. La voie transpéritonéale a été, chez le cochon, aussi simple à réaliser que la voie rétropéritonéale et la durée opératoire moyenne a été la même (deux heures). Sur le cadavre, cependant, la voie transpéritonéale bien que nécessitant un décollement pariéto-colique délicat, a été de réalisation plus simple que la voie rétropéritonéale et la durée opératoire moyenne a été plus courte (deux heures trente). La voie rétropéritonéale pour la dissection endochirurgicale du haut appareil urinaire est réalisable de façon simple et efficace chez le cochon. Sur le cadavre humain néanmoins, la voie endochirurgicale transpéritonéale semble préférable essentiellement en raison de l'abondance de la graisse rétropéritonéale qui empêche d'obtenir un rétropneumopéritoine satisfaisant.

In order to define the best method for endosurgical dissection of the upper urinary tract, an experimental study comparing the retroperitoneal and transperitoneal approaches was performed. Between September 1991 and February 1992, 15 female pigs and 8 human cadavres underwent endosurgical dissection of the upper urinary tract. The retroperitoneal approach was used in 8 pigs and 5 cadavres. In the lateral supine position, the retroperitoneum was insufflated at the lower pole of the kidney, via a 2 cm cutaneo-muscular incision, followed by a blind dissection with the finger to create a space in the retroperitoneal fat. Four trocars were inserted into the retroperitoneal space allowing dissection of the ureter, kidney and its vascular pedicle. The renal vessels and the ureter were then clipped or stapled with the endo-GIA then sectioned. The operation was successfully performed in all of the pigs with a mean operating time of 2 hours. Complications were limited to two peritoneal effractions. Retroperitoneal endosurgical dissection was much longer and more difficult to perform on the cadavre (mean operating time : 3 hours). Satisfactory retropneumoperitoneum was never able to be obtained due to the large amount of retroperitoneal fat and the proximity of the twelfth rib and posterior iliac crest interfered with the insertion of the trocars and made dissection more difficult. The transperitoneal approach was performed in 7 pigs and three cadavres. In the lateral supine position, after creating pneumoperitoneum using a Veress needle, 4 trocars were inserted into the peritoneal cavity. Toldt's fascia was gripped and incised allowing retraction of the colon towards the midline, thereby exposing the renal region. The ureter and the renal vessels were dissected. The renal artery and vein were then clipped or stapled with the endo-GIA then sectioned, while the ureter was clipped and sectioned. The complications of the transperitoneal route were : an injury to the small intestine during insertion of a trocar and haemorrhage due to accidental section of a lower pole renal artery, which was able to be controlled by application of clips. In the pig, the transperitoneal approach was as simple to perform as the retroperitoneal approach and the mean operating time was the same (two hours). In the cadavre, however, the transperitoneal approach, although requiring delicate parieto-colonic detachment, was easier to perform than the retroperitoneal approach and the mean operating time was shorter (two and a half hours).The retroperitoneal approach for endosurgical dissection of the upper urinary tract is easy to perform and effective in the pig. However, in the human cadavre, the transperitoneal endosurgical approach would appear to be preferable, essentially because of the large amount of retroperitoneal fat which prevents achieving a satisfactory retropneumoperitoneum.

Mots clés:
chirurgie laparoscopique / voie urinaire supérieure / expérimentation animale
Mots-clés:
laparoscopic surgery / upper urinary tract / animal experiment
Hippocrate : un grand prophète de l'andrologie scientifique
2001
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 689-691
Mots clés:
personnage célèbre / Hippocrate / andrologie
Mots-clés:
celebrity / Hippocrate / andrology
Intérêt de l'Oxybutinine en instillation intra-vésicale dans les hyperactivités vésicales rebelles. Etude de 15 patients.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 660-663

15 patients atteints d'hyperactivité vésicale neurologique résistant à un traitement per os d'anticholinergiques ont bénéficié d'une injection intra- vésicale quotidienne de 5mg. d'Oxybutinine pendant 6 jours. Une amélioration est observée 10 fois cliniquement et 12 fois sur les paramètres urodynamiques (augmentation de 60% de la capacité vésicale, doublement du premier besoin). Le mécanisme d'action est discuté.

Value of intravesical instillation of oxybutinin in refractory detrusor hyperactivity based on a series of 15 patients.

Mots clés:
Vessie / instabilité / neuro-pharmacologie / anticholinergique
Mots-clés:
bladder / instability / neuropharmacology / Anticholinergic
L'association Trazodone-Moxisylite par voie orale : intérêt diagnostique et thérapeutique dans l'impuissance à propos de 110 cas
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 671-674

Un traitement pharmacologique par voie orale a été systématiquement prescrit pendant un mois chez 110 impuissants non sélectionnés. L'association Trazodone (75 mg/j) + Moxisylite (180 mg/j) a été utilisée avec prise complémentaire de 25 mg de Trazodone + 60 mg de Moxisylite, une heure avant les rapports sexuels si possible. Au prix d'une morbidité faible (6,3%), ce test a permis la récupération d'une activité sexuelle satisfaisante dans 28% des cas, une amélioration des seules érections spontanées dans 42% des cas et l'absence d'amélioration dans dans 30% des cas. Ainsi, ce test pharmacologique oral présente 3 intérêts : a) il simplifie la démarche diagnostique et thérapeutique en éliminant un nombre non négligeable d'impuissances psychogènes modérées, b) il réduit la morbidité et le coût du bilan d'une impuissance en diminuant et orientant les investigations paracliniques, c) il revalorise la place du traitement pharmacologique oral dans l'impuissance. Au total, en raison de sa simplicité, de son innocuité, de son faible coût et de sa réelle efficacité, ce test pharmacologique oral paraît devoir être utilisé systématiquement devant toute impuissance. Les objectifs actuels sont d'améliorer l'efficacité du traitement oral grâce aux progrès pharmacologique.

Combination oral trazodone-moxisylite : diagnostic and therapeutic value in impotence based on a series of 110 cases.

Mots clés:
andrologie / traitement des dysérections / médicament érectogène / alpha-bloquant
Mots-clés:
andrology / erectile dysfunction treatment / erectogenic drug / alpha-adrenergic antagonist
L'impuissance dans le cadre des fractures du bassin. A propos de 16 observations
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 635-644

A propos d'une série rétrospective de 16 observations, les auteurs étudient l'impuissance secondaire à une fracture du bassin. Tous ces patients avaient une lésion de l'urèthre membraneux et sept de ces patients ont eu une réparation uréthrale en urgence différée. Même si la constance de la lésion uréthrale tient sans doute au fait qu'il s'agit du recrutement d'un Service d'Urologie, il est classique de dire que l'impuissance est nettement plus fréquente quand il y a une lésion uréthrale que lorsqu'il n'y en a pas. Deux malades ont eu une impuissance incomplète et quatorze une impuissance complète. Dix de ces seize patients ont retrouvé spontanément des érections satisfaisantes. Quand celles-ci ne se produisent pas, les auteurs analysent les différentes possibilités thérapeutiques qui s'offrent à nous en insistant sur le facteur artériel qui, d'ordinaire, n'est peut-être pas suffisamment exploré.

Impotence related to pelvic fractures based on a series of 16 cases.

Mots clés:
bassin / lésion traumatique / fracture / dysérection
Mots-clés:
pelvis / traumatic lesion / fracture / Erectile dysfunction
La cytométrie en flux sur liquide de lavage vésical dans le diagnostic et la surveillance des tumeurs de vessie. Résultats préliminaires.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 604-615

Les auteurs évaluent la fiabilité et les possibilités d'utilisation pratique de la cytométrie en flux sur liquide de lavage vésical (CMF) dans le diagnostic et la surveillance des tumeurs de vessie. L'appareil utilisé est un cytofluorographe Coultronics Epics Profile II. Deux cent quinze prélèvements ont été réalisés avec un rendement de 86%. La conservation du prélèvement est réalisée avec de l'éthanol. La coloration est effectuée sur cellule entière avec conservation du cytoplasme. L'analyse d'un groupe témoin de 45 patients permet de conclure que l'étude de la ploïdie par CMF est spécifique (0,97 pour les vessies normales et 0,8 pour les lésions inflammatoires). Quatre chapitres sont abordés : 1) Corrélation CMF et type histologique de la tumeur : il existe une différence significative entre le groupe témoin, le groupe tumeur infiltrante (p

Flow cytometry on bladder lavage fluid in the diagnosis and follow-up of bladder tumours. Preliminary results.

Mots clés:
Vessie / Tumeur urothéliale / Anatomopathologie / cytométrie
Mots-clés:
bladder / transitional cell carcinoma / Pathology / cytometry
Les bases moléculaires de la progression tumorale dans le cancer de la prostate
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 551-555
Mots clés:
prostate / Tumeur / biologie moléculaire / Oncologie / croissance tumorale
Mots-clés:
prostate / tumor / molecular biology / Oncology / tumor growth
Les états pré-cancéreux de la prostate
Precancerous lesions of the prostate.
2001
- Didactique
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 675-679

Le carcinome in-situ, la dysplasie, le prostatic intra-épithélial neoplasia, le Duct-acinar dysplasia et le Large-acinar hyperplasia regroupent en fait sous une terminologie différente des atypies épithéliales prostatiques plus ou moins identiques. La nature pré-cancéreuse de ces lésions peut être démontrée par : les similitudes morphologiques et fonctionnelles avec le carcinome, l'âge précédant celui du carcinome, une fréquence plus importante dans les prostates cancéreuses, une localisation zonale identique et une évolution non négligeable des lésions de haut grade vers le carcinome. Hypo-échogènes, ces lésions peuvent être dépistées ou surveillées en échographie trans-rectale. D'autre part, elles sécrètent des PSA en quantité intermédiaire par rapport à la prostate bénigne et l'adénocarcinome. Du fait d'une évolution parfois maligne ou d'une association fréquente avec le carcinome, ces lésions doivent être surveillées régulièrement par le toucher rectal, les PSA et éventuellement des biopsies échoguidées.

Carcinoma in situ, dysplasia, prostatic intra-epithelial neoplasia, duct-acinar dysplasia and large-acinar hyperplasia are various terms describing more or less identical forms of prostatic epithelial atypia. The precancerous nature of these lesions can be demonstrated by : morphological and functional similarities with carcinoma, a younger age than that of carcinoma, a higher incidence in cancerous prostates, an identical zonal distribution and a significant progression of high-grade lesions towards carcinoma. These hypoechoic lesions can be detected or monitored by transrectal ultrasonography. They also secrete PSA at levels intermediate between those of benign prostate and adenocarcinoma. Because of the occasional risk of malignant transformation and a frequent association with carcinoma, these lesions should be regularly monitored by digital rectal examination, PSA assays and possibly by ultrasound-guided biopsies.

Mots clés:
prostate / Tumeur / dysplasie / lésion pré-cancéreuse
Mots-clés:
prostate / tumor / dysplasia / Precancerous lesion
Les localisations prostatiques de leucémie. A propos d'un cas
Prostatic involvement in leukaemia. A case report.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 650-652

Infiltration of the prostate is frequent in the course of leukaemia. It is usually asymptomatic or may present in the form of classical bladder neck obstruction. The diagnosis is generally established during investigation of benign prostatic hypertrophy by biopsy or during treatment by resection. Treatment of leukaemia by systemic chemotherapy is unable to sterilize the prostatic site and must therefore be combined with local radiotherapy.

Mots clés:
prostate / tumeur rare / hémopathie
Mots-clés:
prostate / rare tumor / blood disease
Première expérience clinique du lithotriteur extracorporel EDAP LT.02
First clinical experience of the EDAP LT.02 extracorporeal lithotriptor.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 570-576

Une première étude du lithotriteur extracorporel EDAP LT.02 a été réalisée. L'appareil dispose d'un double système de repérage isocentrique (échographique et radiologique). Le traitement in situ des calculs urétéraux est ainsi facilité. 70 patients porteurs de 89 calculs rénaux et urétéraux ont été traités en première intention par lithotritie extracorporelle (LEC) sans sélection préalable. 69 calculs (77,5%) étaient situés dans le rein, 20 calculs (22,5%) dans l'uretère. Aucune anesthésie n'a été nécessaire sauf dans 2 cas. Les patients ont eu en moyenne 1,2 séances de lithotritie. Sur les 70 patients traités, 46 (66%) sont des succès complets, 12 (17%) sont des succès partiels, 12 (17%) sont des échecs. Aucune modification des paramètres biologique et échographique du rein n'a été observée.

A preliminary study of the EDAP LT.02 extracorporeal lithotriptor is presented. The apparatus includes a double isocentric detection system (ultrasonographic and radiological), facilitating the in situ treatment of ureteric stones. Seventy patients with a total of 89 urinary stones were treated by primary extracorporeal lithotripsy (ECL) with no preliminary selection. 69 stones (77.5%) were located in the kidney and 20 stones (22.5%) were situated in the ureter. Anaesthesia was only required in 2 cases. The patients received an average of 1.2 lithotripsy sessions. Out of the 70 patients treated, there were 46 (66%) complete successes, 12 (17%) partial successes and 12 (17%) failures. No alteration in the renal laboratory or ultrasonographic parameters was observed.

Mots clés:
Lithiase / lithotripsie extra-corporelle
Mots-clés:
stones / extracorporeal lithotripsy
Que faut-il attendre de la ligature de la veine dorsale profonde du pénis dans le traitement de l'impuissance d'origine caverno-veineuse? A propos d'une série de vingt et un cas.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 645-649

21 patients souffrant d'impuissance d'origine veineuse ont été traités par ligature de la veine dorsale du pénis. A 8 mois, 71% des patients sont améliorés, à 25 mois ils ne sont plus que 53%. Cependant cette intervention simple peut être proposée à titre palliatif aux patients sélectionnés par cavernométrie en association avec d'autres thérapeutiques médicales.

What can be expected from ligation of the deep dorsal vein of the penis in the treatment of caverno-venous impotence? Report of a series of twenty one cases.

Mots clés:
andrologie / traitement des dysérections / ligature des veines péniennes
Mots-clés:
andrology / erectile dysfunction treatment / penile vein ligation
Traitement de l'instabilité vésicale par courants interférentiels. A propos de 20 cas : résultats préliminaires.
Treatment of unstable bladder by interferential currents. Preliminary results in 20 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 664-670

20 patients porteurs d'une instabilité vésicale rebelle au traitement médical par anti-cholinergiques ont bénéficié de stimulations rééducatives par courant interférentiel. Cette technique permet d'associer les avantages de la stimulation rééducative à une application par voies externes. Chaque patient a bénéficié de 6 à 20 stimulations à raison d'une par semaine chez l'enfant, deux par semaine chez l'adulte. 18 patients ont été améliorés sur le plan clinique et urodynamique avec disparition des fuites et bilan urodynamique de contrôle montrant le retour à une vessie normovolémique et normotonique. Aucun incident n'a été enregistré. Le recul moyen est de 18 mois. Nous n'avons pas assisté à une récidive de la symptomatologie. Nous pensons que cette technique est fiable et est une alternative aux autres méthodes de stimulations rééducatives.

20 patients with unstable bladder unresponsibe to medical treatment by anticholinergics were treated by interferential current retraining stimulations. This technique combines the advantages of retraining stimulation with external application. Each patient received 6 to 20 stimulation sessions at a rate of one per week in children and two per week in adults. 18 patients were clinically and urodynamically improved with resolution of incontinence and the follow up urodynamic assessment showed return of normal bladder volume and tone. No adverse effects were observed. No recurrences of the symptoms were observed with a mean follow-up of 18 months. The authors believe that this reliable technique constitutes an alternative to other retraining stimulation methods.

Mots clés:
Vessie / instabilité / neuro-chirurgie / électrostimulation
Mots-clés:
bladder / instability / neurosurgery / electrostimulation
Urétrotomie interne endoscopique. Etude rétrospective de 132 observations
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1992, 2, 623-627

Les auteurs rapportent une série de 132 patients porteurs de sténose de l'urètre et soumis à un traitement chirurgical univoque entre 1979 et 1984 : l'urétrotomie interne sous contrôle de la vue. 62 % de bons résultats, après une chirurgie unique, sont rapportés ; le recul varie entre 18 mois et 5 ans. La mortalité reste nulle et la morbidité évaluée à 5%. Pour ces auteurs, le résultat est d'autant meilleur que le geste s'adresse à une sténose non infectée, courte (inférieure à 2 cm), unique sur l'urètre proximal. La durée du cathétérisme post-opératoire est fixée à 10 jours, maintenir ce cathétérisme au delà n'a pas apporté d'amélioration significative. Les mauvais résultats (38%) ont été rapportés dans le cas de sténose étendue, siégeant sur l'urètre distal ou concernant des patients ayant des antécédents de chirurgie urétrale. Ces mauvais cas ont fait l'objet d'une urétrotomie interne itérative, 32% ont été guéris après une deuxième urétrotomie, les autres cas ont nécessité des séances de dilatations urétrales d'entretien, voire un geste de plastie.

Endoscopic internal urethrotomy. A retrospective study of 132 cases.

Mots clés:
Urèthre / sténose / chirurgie endoscopique / uréthrotomie interne / lésion
Mots-clés:
Urethra / stenosis / endoscopic surgery / internal urethrotomy / lesion