Base bibliographique

Sommaire :

Anatomie du foramen obturé. Application aux bandelettes trans-obturatrices
Anatomy of obturated foramen. Application to trans-obturator slings.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 693-699

L'essor de la voie trans-obturatrice dans le traitement de l'incontinence urinaire de la femme a fait naïtre un regain d'intérêt quant à l'étude de l'anatomie de la région obturatrice, comme en témoigne les récentes études anatomiques publiées sur le sujet. L'objectif étant d'estimer les risques de lésions viscérales et vasculo-nerveuses de cette nouvelle voie d'abord. Le risque de blessure de la vessie est minime dans le respect de la technique, quelque soit le mode d'insertion de la bandelette, de dehors en dedans ou de dedans en dehors, puisque la bandelette à un trajet strictement périnéal. Le risque de dommage causé aux éléments vasculo-nerveux de la région obturatrice, est faible compte tenu de la position de la bandelette par rapport aux principaux pédicules. En effet ces derniers sont soit à distance de la bandelette pour les vaisseaux obturateurs, fémoraux, et la veine saphène, soit protégés par le cadre obturateur pour le pédicule pudendal et la branche antérieure de l'artère obturatrice, soit ils sont réduit à l'état de capillaires ou de terminaison nerveuse. La voie trans obturatrice présente comme avantage de permettre une situation strictement périnéale, horizontale de la bandelette qui restaure le système de hamac vaginal naturel sous urétral évitant les complications inhérentes à la pénétration de l'espace rétropubien de Retzius et de la cavité pelvienne.

The development of the trans-obturator sling in the treatment of female incontinence created a renewal of interest for the study of the anatomy of the obturator region, as shows the recent anatomical studies published on the subject. The objective being to consider the risks of bladder and vasculo-nervous injuries of this new way. The risk of wound of the bladder is small as concerns this technique of the mode of insetion of the sling (outside inside or inside outside) because the sling is in a strictly perineal way. The risk of damage caused in the vasculo-nervous elements of the obturator region is weak considering the position of the sling with regard to the main pedicles. These are either for distance of the sling for the obturator and femoral vessels and the saphenous vein, or protected by the obturator bone frame for the pudendal pedicle and the anterior branch of the obturator artery, or they are reduced to the state of capillaries or nerve ending. The trans-obturator sling presents the advantage to allow a strictly perineal, horizontal situation of the sling, which restores the system of a natural sub-urethral vaginal sling, avoiding complications due to the penetration of the Retzius space and of the pelvian cavity.

Mots clés:
Foramen obturé / anatomie / bandelette trans-obturatrice.
Mots-clés:
Obturated foramen / anatomy / trans-obturator tape.
Chirurgie de l'incontinence urinaire à l'effort féminine par voie transobturatrice : dehors-dedans ou dedans-dehors ? Etude anatomique comparative
Transobturator surgery for female urinary continence : from outside to inside or from inside to outside : a comparative anatomic study.
2005
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 700-706

Objectif : La voie transobturatrice est maintenant largement utilisée pour la mise en place de bandelette de suspension urétrale. La technique peut se faire par un abord de dehors en dedans, technique standard, ou de dedans en dehors. Notre étude anatomique évalue les dangers spécifiques à chaque voie.
Matériel et Méthodes : Cette étude repose sur la dissection de 7 modèles anatomiques donc de 14 régions obturatrices. Les dissections ont été faites après implantation d'une bandelette de dehors en dedans sur un côté du sujet et de dedans en dehors du côté opposé. Nous nous sommes particulièrement intéressés à la distance séparant la bandelette du pédicule vasculaire pudendal externe inférieur et de la branche postérieure du nerf obturateur.
Résultats : Les distances de sécurité sont réduites pour la technique de dedans en dehors avec un risque augmenté de lésion du pédicule vasculaire pudendal externe et de la branche postérieure du nerf obturateur.
Conclusions : Les deux techniques ne sont pas équivalentes. Les risques anatomiques vasculaire et neurologique sont moindres pour la voie standard de dehors en dedans.

Objective : Transobturator route is now largely used for the positioning of the supporting sub uretral tape in the surgical treatment of female urinary incontinence. This operation can be done using the original technique from the outside to the inside or by inside to outside. Our anatomic study evaluates the specific dangers of each technique.

Material and Methods : Our study is based on the dissection of seven fresh bodies, therefore 14 obturator regions. The dissections were done after the positioning of the tape from outside to inside on one side and inside to outside on the other side. We particularly studied the distances separating the tape from the inferior pudendal vascular bundle and the posterior branch of the obturator nerve.

Results : With the inside ’Äì outside technique there is a greater proximity between the path of the tape and the studied structures, therefore the risk of damage is greater.

Conclusions : The two techniques are not equivalent. There are less vascular and neurological risk using the original outside to inside technique.

Mots clés:
Foramen obturatum / incontinence urinaire / Chirurgie / complications.
Mots-clés:
Foramen obturatum / Urinary incontinence / surgery / complications.
Conduite à tenir face à une complication infectieuse grave d'une bandelette sous-uréthrale transobturatrice : à propos de 2 cas
Management of serious infectious complications of transobturator suburethral tape: report of 2 cases.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 707-709

La bandelette sous urétrale TVT a connu un succès immense depuis son invention en 1995. En 2001 une nouvelle voie d'abord chirurgicale a été présentée : la voie trans-obturatrice. Au changement de la voie d'abord s'est alors ajouté un changement de qualité des bandelettes avec une multiplication de l'offre. Nous présentons ici 2 cas d'abcès du trou obturateur en relation avec la pose d'une bandelette sous urétrale de type Uratape, survenus à distance du geste et ayant nécessité pour la guérison l'ablation totale de la bandelette. Nous préconisons afin d'éviter de telles infections un choix judicieux de la bandelette, celle-ci devant être en polypropylène mono filament tricoté à mailles larges. En cas d'érosion vaginale, même asymptomatique, nous suggérons son ablation la plus précoce possible, avec son retrait en intégralité avec abord du trou obturateur si nécessaire.

Suburethral TVT® tape has become immensely popular since its invention in 1995. A new transobturator surgical approach was proposed in 2001, resulting in a modification of the quality of the tape available from various suppliers. The authors present 2 cases of obturator foramen abscess related to suburethral Uratape, occurring a long time after the procedure and requiring complete removal of the tape. These infections can be prevented by using good quality tape, which must be made from monofilament large-mesh woven polypropylene. The tape must be completely removed as early as possible in the case of vaginal erosion, even asymptomatic, via a transobturator approach, if necessary.

Mots clés:
TVT / Infection / bandelette sous-urétrale.
Mots-clés:
TVT / infections / suburethral tape.
Les femmes face à la dysfonction érectile : problème d'homme, regards de femme
Women faced with the problem of erectile dysfunction: women's view on a male problem.
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 710-716

Matériel et Méthodes : Notre étude porte sur une enquête d'opinion réalisée avec le support de la Société d'Etudes Française Louis Harris, et effectuée par téléphone auprès d'un échantillon final de 507 femmes, représentatif de la population des femmes françaises âgée de 20 à 65 ans, interrogées sur leur sexualité. Nous avons plus particulièrement étudié leur ressenti et leurs comportements face à la survenue de problèmes d'érections chez leur partenaire.
Résultats : 25% d'entre elles disent y avoir été confrontées, et s'il n'est pas possible de dégager un profil prédictif les y prédisposant plus particulièrement, leur attitude face à cet événement s'avère globalement plutôt positif avec une prise de position visant à rassurer et à stimuler le partenaire en difficulté (92%). En revanche, elles estiment dans 66,4% des cas que l'attitude de leur partenaire est de nature à renforcer leur difficulté sexuelle (insistance, repli, évitement, absence de dialogue). La dysfonction érectile (DE) n'entache pas la satisfaction sexuelle de la partenaire concernée (satisfaite dans 84% des cas) qui dit souffrir davantage du manque de communication, fréquent dans ce type de situation, bien davantage que de l'absence de pénétration (3%).
Il existe d'autre part une différence significative entre les femmes qui disent qu'elles pousseraient leur partenaire à consulter dans ce genre de difficultés (87%), et celles qui le font effectivement quand elles y sont confrontées plus concrètement (8%). Il est à noter que les femmes confrontées à la DE sont largement plus favorables à l'utilisation de médicaments de relance de l'érection que celles de l'autre groupe.
Conclusion : Le recours au médecin reste encore trop peu utilisé. Il est surtout réclamé par la partenaire quand l'homme souffrant de DE se replie sur lui même et refuse toute aide. Il est souvent empêché par la présence de cognitions négatives sous entendant l'irréversibilité de la DE quand elle est par exemple attribuée à l'âge.

Material and Methods : This study is based on an opinion survey conducted with the support of the Société d'Etudes Française Louis Harris, performed by telephone on a final sample of 507 women, representative of the population of French women between the ages of 20 and 65 years, interviewed about their sexuality. In particular, we studied their perception and behaviour in relation to their partner's erection problems.

Results : 25% of women reported that they had experienced such problems, and although it was impossible to define a predictive profile predisposing to this problem, their attitude in relation to this event was found to be globally positive with an attitude designed to reassure and stimulate the partner experiencing erectile dysfunction (92%). In contrast, 66.4% of women considered that their partner's attitude tended to reinforce their sexual difficulties (insistence, withdrawal, avoidance, absence of dialogue). Erectile dysfunction (ED) does not affect the sexual satisfaction of the partner concerned (satisfied in 84% of cases), who report that they suffer much more from the lack of communication, frequent in this type of situation, well than from the absence of penetration (3%).

Conclusion : Medical consultation is still relatively rare, and is essentially requested by the woman when her partner withdraws and refuses any assistance. It is often prevented by negative cognitions concerning the irreversibility of ED, for example when it is attributed to age. There is also a significant difference between women who say that they would encourage their partner to consult for this type of problem (87%), and those who actually encourage their partner to consult when specifically faced with this problem (8%). Women faced with the problem of ED are largely more in favour of the use of erectile drugs that those of the other group.

Mots clés:
dysfonction érectile / partenaire / comportement féminin / sexualité féminine.
Mots-clés:
Erectile dysfunction / partner / female sexual behaviour / female sexuality.
Une image à retenir
2005
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 717-717

In Smith GC, Pell JP: Parachute use to prevent death and major trauma related to gravitational challenge:
systematic review of randomised controlled trials. BMJ. 2003 Dec 20;327(7429):1459-61.

Mots clés:
parachute / EBM
Evolution métastatique inhabituelle après néphrectomie élargie par lomboscopie convertie : histoire naturelle de la tumeur ou responsabilité de la coelioscopie?
Unusual metastatic spread after converted laparoscopic radical nephrectomy: natural history of the tumour or role of laparoscopy?
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 718-721

Une néphrectomie totale élargie par voie laparoscopique, qu'elle soit effectuée par une approche transpéritonéale ou rétropéritonéale (lomboscopie), est actuellement proposée par un nombre croissant d'urologues comme une alternative à la chirurgie ouverte classique, pour traiter les tumeurs du parenchyme rénal.
Nous rapportons un cas d'évolution métastatique sur des sites inhabituels (colon sigmoide, intestin grêle, racine du nez) après une néphrectomie élargie par laparoscopie rétropéritonéale convertie pour une tumeur rénale T3, qui pose le problème de la responsabilité possible de la voie d'abord laparoscopique dans l'évolution métastatique troublante de la maladie.

Retroperitoneal or transperitoneal laparoscopic radical nephrectomy is currently proposed by an increasing number of urologists as an alternative to conventional open surgery to treat renal tumours. The authors report a case of metastasis to unusual sites (sigmoid colon, small intestine, root of the nose) after converted retroperitoneal laparoscopic radical nephrectomy for a T3 renal tumour, which raises the problem of the possible role of the laparoscopic approach in this unusual metastatic progression of the disease.

Mots clés:
cancer du rein / laparoscopie / Métastases / Néphrectomie élargie / récidive tumorale.
Mots-clés:
Renal cancer / Laparoscopy / Metastases / Radical nephrectomy / tumour recurrence.
Maladie de Castleman rétropéritonéale
Retroperitoneal Castleman disease.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 722-724

La maladie de Castleman ou hyperplasie lymphoide angiofolliculaire est une affection rare de cause incertaine. Elle pose de multiples difficultés diagnostiques et thérapeutiques. En effet, son tableau clinique n'est pas univoque. Sa forme localisée unicentrique, pseudotumorale, dont l'observation princeps était associée en 1956, est de bon pronostic. A l'inverse, la forme multicentrique associée à des manifestations dysimmunitaires est plus agressive. Trois types histologiques ont été identifiés : le type à vascularisation hyalinisée, le type plasmocytaire et un type mixte intermédiaire.
Nous présentons une observation de maladie de Castleman unicentrique de type à vascularisation hyalinisée. En effet, une masse rétropéritonéale a été découverte fortuitement lors d'un examen échographique de contrôle chez une femme de 38 ans suivie et traité pour lithiase rénale récidivante. A l'examen tomodensitométrique, la masse était de nature tissulaire et faisait 9x8x6 cm posant un problème de diagnostic différentiel avec les autres masses rétropéritonéales. La biopsie sous scanner n'a pas été concluante et c'est finalement la tumorectomie avec étude anatomopathologique qui a permis de poser le diagnostic.
Les suites opératoires immédiates et à distance étaient favorables.

Castleman disease or angiofollicular lymph node hyperplasia is a rare disease of unknown cause with polymorphic clinical features that raises many diagnostic and therapeutic problems. The unifocal, localized, pseudoneoplastic form, first described in 1956, has a good prognosis, but the multifocal form has a more aggressive course. Three histological types have been identified: hyaline vascular, plasma cell and mixed. The authors present a case of hyaline vascular unifocal Castleman disease. A retroperitoneal mass was discovered incidentally during follow-up ultrasound examination in a 38-year-old woman treated for recurrent renal stones. On CT examination, a solid mass measuring 9 x 8 x 6 cm raised a problem of differential diagnosis with other retroperitoneal masses. CT-guided biopsy was inconclusive and the diagnosis was finally established by tumour excision and histological examination. The immediate and subsequent postoperative course was uneventful.

Mots clés:
Maladie de Castleman / hyperplasie lymphoide angiofolliculaire / étude anatomopathologique
Mots-clés:
Castleman disease / angiofollicular lymph node hyperplasia / histological examination.
Urétéroplastie appendiculaire pour lésion urétérale au cours de la chirurgie discale
Appendicular ureteroplasty to repair a ureteric lesion during disk surgery.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 725-728

Les lésions urétérales étendues posent de réels problèmes de réparation chirurgicale, encore vrai pour les lésions urétérales hautes, nécessitent souvent un remplacement du segment endommagé voire l'autotransplantation. Nous rapportons un cas de lésion urétérale iatrogène, avec une perte de substance importante chez un patient opéré 6 mois auparavant pour une hernie discale au niveau de L4 L5, traité avec succès par l'interposition d'un greffon appendiculaire entre les deux bout urétéraux.
A travers cette observation, nous discuterons les différents aspects des lésions iatrogènes des uretères en insistant sur l'intérêt de l'urétéroplastie appendiculaire, vu sa simplicité et surtout son faible taux de morbidité, en attendant la progression des recherches dans le domaine des substituts biocompatibles.

Extensive ureteric lesions raise difficult problems of surgical repair. This is also the case for upper ureteric lesions that often require replacement of the damaged segment or even autologous transplantation. The authors report a case of iatrogenic ureteric lesion resulting in a large defect in a patient operated 6 months previously for an L4-L5 disk hernia, which was treated successfully by interposition of an appendicular graft between the two ureteric stumps. In the light of this case, the authors discuss the various appearances of iatrogenic ureteric lesions with particular emphasis on the value of appendicular ureteroplasty due to its simplicity and low morbidity, while waiting for progress in the field of biocompatible substitutes.

Mots clés:
Lésion urétérale / appendice / hernie discale.
Mots-clés:
Ureteric lesion / appendix / disk hernia.
Carcinome urothélial à type de nid : difficultés diagnostiques
Nested variant urothelial carcinoma: diagnostic difficulties.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 729-732

Le carcinome urothélial à type de nid (Nested Variant Urothelial Carcinoma) est une variante de carcinome urothélial récemment identifiée, dont le diagnostic reste difficile du fait de sa ressemblance avec d'autres lésions vésicales bénignes, telle l'hyperplasie des ïlots de Von Brünn.
Les auteurs présentent trois cas cliniques de cette variété de lésion urothéliale et insistent sur l'importance des critères cliniques, cytologiques, histologiques et immuno-histochimiques pour le diagnostic et la nécessité d'une prise en charge thérapeutique précoce et adaptée. En effet, considérée à tort jusqu'au début des années 1990 comme bénigne, ce type de tumeur vésicale présente une agressivité identique à celle d'une lésion urothéliale de haut grade cellulaire.

Nested variant urothelial carcinoma is a recently identified variant of urothelial carcinoma which is difficult to diagnose due to its resemblance to other benign bladder lesions, such as hyperplasia of Von Brünn nests. The authors present three clinical cases of this variant of urothelial carcinoma and emphasize the importance of clinical, cytological, histological and immunohistochemical criteria for the diagnosis and the need for early and adapted therapeutic management, as this type of bladder tumour, wrongly considered to be benign up until the early 1990s, is just as invasive as high-grade urothelial carcinoma.

Mots clés:
carcinome urothélial / type nid / ïlots de Von Braun.
Mots-clés:
Urothelial carcinoma / Nested variant / Von Brˆºnn nests.
Abcès épidural après biopsies prostatiques
Epidural abscess after prostatic biopsies
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 733-735

La biopsie de prostate est un geste de pratique courante, souvent considéré à tort comme sans danger. Nous rapportons ici le premier cas d'abcès épidural après biopsie prostatique en dépit d'une antibioprophylaxie bien menée. Si la localisation infectieuse au niveau des espaces péri-duraux est connue, la relation avec des biopsies prostatiques n'a jamais été rapportée. Ce cas clinique met en exergue la nécessité d'une information exhaustive transmise au patient et rappelle les recommandations en matière de prophylaxie anti-infectieuse.

Prostatic biopsy is a routine clinical procedure often wrongly considered to be perfectly harmless. The authors report the first case of epidural abscess after prostatic biopsy, despite properly conducted antibiotic prophylaxis. Although the epidural space is a known site of infection, the relationship with prostatic biopsies has never been previously reported. This clinical case emphasizes the need for complete patient information and the importance of anti-infective prophylaxis guidelines.

Mots clés:
Cancer de la prostate / biopsies / Infection / antibioprophylaxie.
Mots-clés:
Prostate cancer / biopsies / infection / antibioprophylaxy.
Localisations génitales de l'ulcère de Buruli (UB) : aspects cliniques et thérapeutiques
Genital sites of Buruli ulcer (BU): clinical and therapeutic aspects.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 736-738

L'UB du pénis et du scrotum est une maladie rare et les lésions engendrées sont potentiellement extensives. Nous rapportons deux observations où les caractéristiques cliniques et le traitement sont présentés. L'UB présente des lésions nécrotiques irréversibles et malgré la connaissance du bacille responsable (Mycobactérium ulcérans), aucune thérapeutique médicale actuelle n'est efficace. L'excision des plaies et la greffe cutanée restent le traitement de choix, et donnent d'excellents résultats.

BU of the penis and scrotum is a rare disease that can potentially induce extensive lesions. The authors describe the clinical characteristics and treatment in the light of two cases. BU induces irreversible necrotic lesions and despite the knowledge of the micro-organism responsible (Mycobacterium ulcerans), no medical treatment is currently effective. Excision of wounds and skin grafts remain the treatment of choice, and give excellent results.

Mots clés:
Mycobactérium ulcérans / organes génitaux externes / Pénis / scrotum / Ulcère de Burili.
Mots-clés:
Mycobacterium ulcerans / external genital organs / penis / Scrotum / Buruli ulcer.
Pseudotumeurs fibreuses paratesticulaires
Paratesticular fibrous pseudotumours.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 739-741

Les tumeurs fibreuses bénignes paratesticulaires sont rares. Il s'agit de tumeurs d'évolution lente. Le diagnostic de bénignité qui permet un traitement conservateur sera fait en per opératoire devant l'aspect macroscopique avec des nodules bien énucléables et conforté par un examen extemporané.
Nous rapportons un cas de tumeurs fibreuses nodulaires multiples connues depuis 2 ans chez un homme de 23 ans. A partir de cette observation et d'une revue de la littérature, nous discutons les aspects diagnostics et thérapeutiques de ces tumeurs.

Paratesticular fibrous pseudotumours are a rare form of benign tumour with a slow course and a difficult preoperative diagnosis. The objective of treatment is to ensure optimal testis conservation, which is possible when the diagnosis is made on intraoperative frozen section examination. The authors report a case of diffuse fibrous pseudotumour in a 23-year-old man. In the light of this case and a review of the literature, they discuss the diagnostic and therapeutic aspects of these tumours.

Mots clés:
testicule / Tumeur testiculaire / pseudotumeur fibreuse.
Mots-clés:
Testis / Testicular tumour / fibrous pseudotumour
Les fractures du pénis
Penile fracture: report of 4 cases.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 742-744

But : Sensibiliser les praticiens sur cette pathologie rare et montrer l'importance du traitement chirurgical.
Matériel et Méthodes : 4 patients ont été traités pour fracture du pénis dont 3 par chirurgie et 1 médicalement. La chirurgie a consisté en une incision élective longitudinale, suivie de l'évacuation de l'hématome et de la suture de l'albuginée.
Résultats : Nos patients étaient âgés de 19 à 42 ans. 3 étaient célibataires et 1 marié. Les mécanismes étaient 2 faux pas coitaux et 2 masturbations. Chez les 3 patients opérés les lésions étaient toutes des sections transversales de l'albuginée.
Le résultat fonctionnel était bon chez les opérés alors qu'il n'a pu être évalué chez le non opéré.
Conclusion : le meilleur traitement de la fracture du pénis est chirurgical après un diagnostic clinique.

Objective: To inform practitioners about this rare condition and to emphasize the importance of surgical treatment.

Material and Methods: Four patients were treated for penile fracture, by surgery in 3 cases and medically in 1 case. Surgery consisted of a longitudinal elective incision, followed by evacuation of the haematoma and suture of the tunica albuginea.

Results: These patients were aged between 19 and 42 years; 3 were single and 1 was married. The mechanisms of fracture were coital injury in 2 cases and masturbation in 2 cases. In the 3 operated patients, all lesions were transverse sections of the tunica albuginea. A good functional result was obtained in operated patients, but could not be evaluated in the medically treated patient.

Conclusion: The best treatment for penile fracture is surgery after a clinical diagnosis.

Mots clés:
fracture / Pénis / diagnostic clinique / chirurgie.
Mots-clés:
fracture / penis / clinical diagnosis / surgery.
Réimplantation balanique après accident de circoncision
Glans reimplantation after circumcision accident.
2005
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 745-747

Introduction : La circoncision, intervention la plus couramment pratiquée chez le garçon, est réalisée par différents protagonistes. Elle est responsable d'un nombre considérable de complications, documentées ou non.
Observation : Nous rapportons une observation d'amputation traumatique du gland survenue de façon accidentelle au cours d'une circoncision rituelle pratiquée par un infirmier sur un garçon âgé de 5 ans. Une réimplantation du gland est réalisée avec succès.
A la lumière de cette observation et de la littérature nous décrivons les moyens de traitement et de prévention de ce type de lésions.
Conclusion : La circoncision n'est pas une intervention complètement bénigne. Les lésions iatrogènes sont fréquentes mais rarement graves. Le meilleur traitement est la prévention qui nécessite l'éducation de la population sur l'intérêt de la médicalisation de la circoncision.

Introduction: Circumcision, the most frequent operation in boys, is performed by various persons and is responsible for a considerable number of documented or non-documented complications.

Case report: The authors report a case of accidental traumatic amputation of the glans during ritual circumcision performed by a nurse on a 5-year-old boy. Reimplantation was successfully performed after suture of the glans. In the light of this case and a review of the literature, the authors describe the treatment and prevention of this type of lesion.

Conclusion: Circumcision is not a completely benign operation. Iatrogenic lesions are frequent but rarely serious. The best treatment is prevention, which requires education of the population about the importance of medicalized circumcision.

Mots clés:
Circoncision / Amputation / complication / pénis.
Mots-clés:
Circumcision / amputation / Complication / penis.
Urétérostomie cutanée coelioscopique bilatérale en un seul temps
One-stage laparoscopic bilateral cutaneous ureterostomy.
2005
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 748-750

L'urétérostomie cutanée laparoscopique est une alternative à la néphrostomie percutanée définitive pour les patients présentant un envahissement pelvien néoplasique.
La technique chirurgicale à été initialement décrite par lomboscopie, impliquant un changement de position en cas de geste bilatéral. Nous décrivons ici une technique coelioscopique permettant de réaliser l'urétérostomie cutanée bilatérale sans changement de position.

Laparoscopic cutaneous ureterostomy is an alternative to definitive percutaneous nephrostomy for patients with pelvic malignancies. The surgical technique was initially described by lumbar laparoscopy, requiring a change of position in the case of a bilateral procedure. The authors describe a laparoscopic technique allowing bilateral cutaneous ureterostomy to be performed without a change of position.

Mots clés:
Urétérostomie / Coelioscopie / cancer.
Mots-clés:
ureterostomy / Laparoscopy / cancer.
Promontofixation coelioscopique : comparaison d'une bandelette prothétique non résorbable (Mersuture®) et d'une matrice collagène SIS (SurgisisMes)
Laparoscopic sacral colpopexy : comparison of nonresorbable prosthetic tape (Mersuture®) and a SIS collagen matrix (Surgisis® ES).
2005
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 751-755

Objectif : La cure chirurgicale des prolapsus pelviens par fixation au promontoire (PF) utilise classiquement des bandelettes prothétiques non résorbables. Des complications à type d'infections ou d'érosions sont parfois à déplorer et de traitement souvent difficile. Nous proposons l'utilisation pour la PF d'un biomatériau xénogénique constitué d'une matrice collagène extracellullaire : le SIS (Small Intestinal Submucosa).
Matériel et Méthodes : 57 PF coelioscopiques ont été réalisées de 11/01 à 12/03, 14 utilisant des bandelettes de SIS (13 temps antérieurs + postérieurs - 1 temps antérieur uniquement) et 43 des bandelettes non résorbable type Mersuture (31 temps antérieurs + postérieurs - 10 temps antérieurs et 2 temps postérieurs uniquement). Un soutènement sous-uréthral a été associé à la PF chez 40 patientes pour IUE.
Résultats : avec un recul moyen de 15, 3 mois (3-24), une récidive du prolapsus a été constatée à 7 mois dans le groupe SIS. Pour le PETP (recul moyen de 14,6 mois ; 5-25), 3 récidives de prolapsus ont été notées au 3ème mois postopératoire. Deux cas de constipations rebelles ont été notés dans le groupe PETP contre un dans le groupe SIS. La durée opératoire moyenne était de 100 (1 bandelette) et 120 minutes (2 bandelettes) sans différence selon le type. La durée moyenne d'hospitalisation était de 4,8 jours. Aucune complication infectieuse n'a été notée dans les deux groupes.
Conclusions : Ces résultats encourageants font proposer la bandelette de SIS comme alternative aux bandelettes non résorbables dans les promontofixations. Elle apparaït bien tolérée à moyen terme. La caractéristique fonctionnelle du SIS, substitué en 6 mois par un néo-tissu conjonctif de soutien, laisse présager moins de risque infectieux et d'érosion à long terme.

Objective : Surgical repair of pelvic prolapse by sacral colpopexy classically uses nonresorbable prosthetic tape. Infectious or erosive complications can sometimes occur and are often difficult to treat. The authors propose the use of a xenogeneic biomaterial composed of an extracellular collagen matrix : SIS (Small Intestinal Submucosa).

Material and Methods : Fifty seven laparoscopic sacral colpopexies were performed between November 2001 and December 2003 : 14 using SIS tape (anterior + posterior in 13 cases, anterior only in 1 case) and 43 using Mersuture PETP nonresorbable tape (anterior + posterior in 31 cases, anterior only in 10 cases and posterior only in 2 cases). Suburethral support was associated with sacral colpopexy in 40 patients with stress urinary incontinence.

Results : With a mean follow-up of 15.3 months (range: 3-24 months), one case of recurrent prolapse was observed after 7 months in the SIS group. For the PETP group (mean follow-up : 14.6 months ; range : 5-25 months) 3 cases of recurrent prolapse were observed at the third postoperative month. Two cases of refractory constipation were observed in the PETP group versus one in the SIS group. The mean operating time was 100 (1 tape) and 120 minutes (2 tapes) with difference according to the type of material. The mean hospital stay was 4.8 days. No infectious complication was observed in either group.

Conclusion : These encouraging results suggest that SIS can constitute an alternative to nonresorbable tape in sacral colpopexy. It appears to be well tolerated in the medium term. The functional characteristics of SIS, replaced within 6 months by newly formed connective tissue, suggest a lower long-term risk of infection and erosion.

Mots clés:
Prolapsus pelvien / promontofixation abdominale / SIS / coelioscopie.
Mots-clés:
pelvic prolapse / SIS / Laparoscopy / abdominal sacro colopexy.
Evaluation de la technique de rééducation Abdominale Méthode Globale (ABDO-MG) dans le traitement de l'incontinence urinaire
Evaluation of the Global Abdominal Method (ABDO-MG) in the treatment of urinary incontinence
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 756-761

But : Evaluation prospective de l'efficacité à court terme de la technique de rééducation ABDO-MG (Abdominale - Méthode Globale) dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort pure ou mixte à prédominance d'effort.
Méthodologie : Trente patientes présentant cliniquement et urodynamiquement une incontinence d'effort pure ou mixte à prédominance d'effort ont participé à l'étude. La durée du traitement était de 4 semaines d'exercices avec stimulateurs et 8 semaines d'exercices sans stimulateur. L'efficacité de la technique a été établie par l'entremise d'une analyse comparative des résultats obtenus pour chaque individu : pré traitement, à 4 et 12 semaines après avoir débuté le traitement. Les données principales sont le "pad test" court avec exercices et volume vésical strandardisés ainsi qu'une grille évaluant le degré d'incontinence.
Résultats : Les résultats démontrent une diminution importante des fuites urinaires. Avant le traitement, les fuites mesurées à l'aide du "pad test" court étaient de 82.0 g pour s'établir à 38.8 g et 24.8 g respectivement à 4 et 12 semaines (p=0.0002). Dix sept des 30 patientes ne présentaient aucune incontinence après 12 semaines de traitement. Subjectivement, les patientes voient leur condition améliorée après 4 semaines d'exercices et se disent presque guéries à 12 semaines (p=0.0001).
Conclusion : Cette étude pilote prospective démontre que la technique ABDO-MG s'avère un traitement efficace à court terme pour l'incontinence d'effort ou mixte à prédominance d'effort. Cependant, une étude à plus long terme et avec groupe contrôle s'avèrerait nécessaire.

Aims of Study: Assessment of the Abdominal Global Method (ABDO-MG) in the treatment of stress urinary incontinence or mixed incontinence with stress predominance in women.

Methods: Thirty patients with clinically and urodynamically proven genuine stress incontinence or mixed incontinence with stress predominance were enrolled. Patients had 4 weeks of ABDO-MG technique under supervision and a home unit to do their exercises, then 8 weeks of home exercises without home unit or supervision. We compared the results for each patient before the treatment, at 4 and 12 weeks post initiation of the technique. Main outcome measures were short Pad test with standardized bladder volume and exercises as well as self-report of degrees of incontinence.

Results: The data showed improvement in leakage on short Pad test from 82.0 g before versus 38.8 g and 24.8 g at 4 and 12 weeks respectively (p = 0.0002). Seventeen of thirty patients were completely dry. All patients reported improvement of their condition after 4 weeks of exercises and almost cure at 12 weeks (p = 0.0001).

Conclusions: This is the first study demonstrating the clinical efficacy, both objectively and subjectively, of the technique ABDO-MG in the treatment of genuine stress urinary incontinence and mixed incontinence with stress predominance in women. Our data are encouraging, however long term study with control group is warranted.

Mots clés:
incontinence urinaire / paroi abdominale / rééducation.
Mots-clés:
Urinary incontinnce / Abdominal wall / physical therapy.
L'action bénéfique des eaux minérales de Fiuggi sur deux malades calculeux illustres : le pape Boniface VIII (1235-1303) et Michel Ange Buonarroti (1475-1564)
The benefic action of mineral waters of Fiuggi on Pope Bonifacio VIII and Michelangelo: two prominent calculous patients.
2005
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 762-765

Avec cet article nous présentons en bref l'action bénéfique des eaux minérales de Fiuggi (anciennement d'Anticoli) sur deux malades calculeux illustres : le pape Boniface VIII et le grand artiste Michel Ange Buonarroti.

Going back to the dawn of time, we deal with two historical figures, that of Pope Bonifacio VIII, and that of the hierophant of art, Michelangelo Buonarroti. The texts and the codes of the British Museum (Department of Manuscripts), of the Biblioteca Medica Laurenziana (Archivio Buonarroti) of Florence, and the Biblioteca Apostolica of Vatican, convincing detalled evidence that both figures were urological patients. It concerns two clinical cases with especially pertain to the history of lithiasis of urinary tract. Even though, both of them ’Äì the first with nephrolithiasis or gravel, and the second with a bladder stone ’Äì were historically bound with the well-known cures of Fiuggi in Italy.

Mots clés:
Boniface VIII / Michel Ange / malades calculeux / eaux minérales de Fiuggi.
Mots-clés:
Bonifacio VIII / Michelangelo / lithiasic patients / mineral waters of Fiuggi.
QCM Progrès en Urologie - Septembre 2005
2005
- Enseignement, Pédagogie
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 4, 766-769
  • Diagnostic d'une infection uro-génitale à Chlamydia trachomatis. Apport des techniques d'amplification génique (P. 598)
    Le diagnostic d'une infection à Chlamydia trachomatis peut être réalisé :
    (1 réponse fausse)
  • Sur un prélèvement de sperme.
  • Mots clés:
    QCM / Évaluation / questions
    Diagnostic d'une infection uro-génitale à Chlamydia trachomatis. Apport des techniques d'amplification génique
    Diagnosis of urogenital infection by Chlamydia trachomatis. Contribution of genetic amplification techniques.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 598-601

    L'infection uro-génitale à Chlamydia trachomatis est pauci ou asymptomatique et peut affecter un sujet masculin ou féminin qui transmet cette bactérie à son partenaire sexuel sans le savoir. L'infection persiste à bas bruit pendant plusieurs mois et peut être à l'origine chez l'homme de complications telles que la prostatite et l'épididymite.
    Au cours d'une infection persistante, la charge bactérienne est faible ce qui complique le diagnostic biologique. La culture cellulaire et les techniques classiques de détection des antigènes peuvent être négatives, ce qui implique l'utilisation des techniques de détection des acides nucléiques avec amplification génique associée éventuellement à un diagnostic sérologique. Une activation du système immunitaire local et systémique aboutit à la synthèse des anticorps anti-C. trachomatis qui sont détectés dans les sécrétions locales et dans le sérum.
    Les techniques amplification génique ont amélioré le diagnostic des infections à C. trachomatis en permettant sa détection d'une part dans des circonstances cliniques peu explorées telles que l'infection asymptomatique et l'hypofertilité et d'autre part dans des prélèvements jusqu'alors inadaptés aux méthodes classiques.
    Le principal avantage de ces techniques est sans doute qu'elles s'adaptent à tous les prélèvements (urines, spermes et tous les liquides biologiques). Ce sont également des méthodes très spécifiques et très sensibles puisqu'elles amplifient un petit nombre d'acides nucléiques présents dans le prélèvement.
    Les techniques d'amplification génique se sont suffisamment affinées ces dernières années, pour qu'elles soient aujourd'hui considérées comme des outils de diagnostic de routine.

    The majority of patients with Chlamydia trachomatis infection are not aware of ther infection because they do not have symptoms. Therefore, infected individuals may not be identifiable, and chlamydial infection in men may persis for long periods, and can lead to complications such as epididymitis and prostatis. The large group of asymptomatically infected patients is not only at risk of long term sequelate but also sustains transmission within communities. In asymptomatic and in chronic or persistent chlamydial infections, the level of Chlamydia is very low, and consequently chlamydial infections have never been easy to diagnose.
    The diagnosis may be based on cell culture, direct detection bacterial antigens, the nucleic acid amplification tests (NAATs) which have become the method of choice, and on the evaluation of antibody titers against various antigenic constituents. Both systemic and local antibodies in secretions can be detected in C. trachomatis. infection.
    The introduction of assays based on amplification of genetic material has subsequently increased the sensitivity of detecting chlamydial infections and offer the opportunity to use non invasive specimens such as first void urine and semen to screen infections either in asymptomatic subjects or male partners of infertile couples.
    Cell culture or direct detection of bacterial antigens cannot be used for semen and urine samples and are not sensitive enough to rule out infections.
    Advantages of NAATs are the ability to detect even a small amount of organisms. This enables a high detection rate for C. trachomatis in symptomatic patients, in asymptomatic individuals with a low number of elementary bodies, and diagnosis of persistent infections.

    Mots clés:
    Chlamydia tracomatis / diagnostic direct / prélèvements non invasifs / technique d'amplification génique.
    Mots-clés:
    Chlamydia tracomatis / direct diagnosis / non invasive tests / genetic amplification techniques.
    Tuberculose uro-génitale
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 602-603


    Mots clés:
    tuberculose / mycobacterie
    Anémie et cancer prostatique
    Anaemia and prostatic cancer.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 604-610

    Les perturbations des paramètres biologiques sont fréquentes au cours de l'évolution du cancer de la prostate. L'anémie, souvent d'origine multifactorielle, s'installe progressivement et dépend essentiellement du stade de la maladie et de la stratégie thérapeutique.
    La privation androgénique est responsable d'une baisse de l'hémoglobine pouvant être sévère, notamment en cas de blocage hormonal complet.
    A l'heure où l'extension des indications du blocage hormonal en association avec la radiothérapie externe dans les cancers localisés semble se confirmer, les effets secondaires à long terme devraient être plus étroitement surveillés.
    La radiothérapie externe est également responsable d'une baisse de l'hémoglobine. Celle-ci dépend de l'importance du champ d'irradiation et du volume de moelle osseuse inclus.
    L'évolution des techniques d'irradiation devrait toutefois aller dans le sens d'une meilleure tolérance hématologique.
    L'anémie affecte incontestablement la qualité de vie du patient. Elle semble également avoir un impact péjoratif sur le contrôle local des maladies localisées traitées par radiothérapie externe.
    Des indications de prise en charge précoce et préventive de l'anémie devraient être définies . De plus, dans la mesure où le traitement de la maladie avancée repose sur le traitement symptomatique et l'amélioration de la qualité de vie, la correction de l'anémie devra être également envisagée dans un contexte palliatif.

    Abnormal laboratory parameters are frequently observed during the course of prostate cancer. Anaemia, often due to multifactorial causes, develops progressively and essentially depends on the stage of the disease and the therapeutic strategy. Androgen deprivation can induce a reduction of haemoglobin that can sometimes be severe, especially in the case of complete hormonal blockade. At a time when the extension of the indications for hormonal blockade in combination with external beam radiotherapy in localized prostate cancers appears to be confirmed, the long-term adverse effects need to be monitored more closely. External beam radiotherapy is also responsible for a fall in haemoglobin, which depends on the dimensions of the irradiation field and the volume of bone marrow included in the field. However, progress in irradiation techniques should result in decreased haematological toxicity. Anaemia inevitably affects the patient's quality of life and also appears to have a negative impact on local control of localized prostate cancer treated by external beam radiotherapy. The indications for early and preventive management of anaemia must be defined. Furthermore, as treatment of advanced disease is based on symptomatic treatment and improvement of quality of life, correction of anaemia must also be considered as part of palliative care.

    Mots clés:
    Anémie / Cancer / prostate.
    Mots-clés:
    Anaemia / Cancer / prostate
    Intérêt des nouveaux marqueurs histologiques du cancer de prostate : Alpha Méthylacyl CoA Racemase (P504S) et p63
    Value of new prostate cancer markers: Alpha méthylacyl CoA racemase (P504S) and p63.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 611-615

    Le diagnostic de cancer de prostate repose sur l'analyse des biopsies prostatiques et sur des critères histologiques reconnaissables sur les colorations standard. Dans un certain nombre de cas des lésions pouvant mimer un diagnostic de cancer obligent le pathologiste à effectuer une étude immunohistochimique à la recherche d'une disparition des cellules basales avec un anticorps dirigé contre les cytokératines CK 903 (34bE12) ou CK5/6, avec parfois des résultats non concluants faisant porter le diagnostic de foyer suspect. La découverte de l'hyper expression de l'a-méthylacyl CoA Racemase dans les cancers de prostate grâce à la technique des µ array a permis le développement et la commercialisation d'un anticorps (P504S / AMACR) qui couplé à un nouveau marqueur des cellules basales (p63) apporte une aide très précieuse au pathologiste dans la prise en charge des foyers suspects et des foyer de cancer de moins de 1 mm retrouvés sur les biopsies prostatiques.

    The diagnosis of prostate cancer is based on histological examination of prostatic biopsies using histological criteria identified on standard stains. In certain lesions mimicking prostate cancer, the pathologist must perform immunohistochemical studies looking for loss of basal cells and antibodies directed against cytokeratin CK 903 (34bE12) or CK5/6, which sometimes give inconclusive results leading to a diagnosis of suspicious site. The discovery of overexpression of a-méthylacyl CoA racemase in prostate cancer using a microarray technique has allowed the development and marketing of an antibody (P504S / AMACR) which, in combination with a new basal cell marker (p63), is a very valuable tool for the pathologist in the management of suspicious sites and cancers less than 1 mm in diameter detected on prostatic biopsies.

    Mots clés:
    a-méthylacyl CoA racemase / p63 / cancer de prostate / diagnostic.
    Mots-clés:
    a-méthylacyl CoA racemase / p63 / Prostate cancer / diagnosis.
    Les voies de signalisation EGF R/PDGF R dans les métastases osseuses du cancer de prostate : leurs implications thérapeutiques potentielles
    Potential therapeutic implications of EGF R/PDGF R signalling pathways in bone metastases of prostate cancer
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 616-620

    La constatation que le récepteur EGF (Epidermal Growth Factor Receptor) et PDGF R (Platelet-Derived Growth Factor Receptor) sont impliqués dans les métastases osseuses ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques. Il s'agit d'une nouvelle approche qui devrait permettre le développement de nouveaux agents thérapeutiques que sont les inhibiteurs EGF R/HER2 et les antagonistes de PDGF R.

    The finding that EGF receptor (Epidermal Growth Factor Receptor) and PDGF receptor (Platelet-Derived Growth Factor Receptor) are involved in bone metastases opens up new therapeutic prospects. This new approach should allow the development of new therapeutic agents: EGF R/HER2 inhibitors and PDGF R antagonists.

    Mots clés:
    Métastases osseuses / cancer de prostate / antagonistes de PDGF R / inhibiteurs de EGF R/HER2.
    Mots-clés:
    Bone metastases / Prostate cancer / PDGF R antagonists / EGF R/HER2 inhibitors.
    Préservation de la fonction érectile et prostatectomie radicale :que faut-il penser en 2005 ?
    Preservation of erectile function and radical prostatectomy : what to expect in 2005?
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 621-625

    La préservation de la fonction érectile chez les patients opérés d'une prostatectomie radicale a fait l'objet de nombreuses études. Dans cet article de revue, nous discutons les différents facteurs influençant la reprise de la fonction érectile, ainsi que les différentes modalités préventives et thérapeutiques. Celles-ci font appel actuellement à quatre possibilités : (1) la préservation nerveuse per opératoire quelques soient les techniques, (2) les greffes nerveuses, (3) la stimulation des nerfs caverneux, et (4) la pharmaco-thérapie post prostatectomie .

    The preservation of erectile function in patients undertaking radical prostatectomy was discussed in multiple studies. In this review article we will discuss the factors which influence the recovery of erections as well as the therapeutic modalities. In fact, four possibilities of prevention and treatment are currently available : (1) nerve sparing surgery, (2) nerve grafting, (3) nerve stimulation and (4) pharmacotherapy after surgery.

    Mots clés:
    prostatectomie radicale / préservation nerveuse / dysfonction érectile.
    Mots-clés:
    radical prostatectomy / nerve preservation / erectile dysfunction.
    Morbidité de la surrénalectomie laparoscopique uni et bilatérale selon l'indication : à propos de 100 cas consécutifs
    Morbidity of unilateral and bilateral laparoscopic adrenalectomy according to the indication. Report of a series of 100 consecutive cases.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 626-631

    Introduction : La surrénalectomie laparoscopique est la technique de référence pour le traitement des tumeurs surrénaliennes. Cette étude rétrospective rapporte l'expérience de 100 surrénalectomies laparoscopiques consécutives, afin d'en apprécier les indications, la voie d'abord, la morbidité et d'en déterminer les limites.
    Matériel et Méthodes : Entre avril 1994 et Juin 2004, 100 surrénalectomies laparoscopiques ont été effectuées chez 92 patients par voie transpéritonéale (n=93) et rétropéritonéale (n=7). 84 surrénalectomies étaient unilatérales et 8 bilatérales. L'âge moyen était de 52 ans. Nous avons évalué les caractéristiques opératoires, post opératoires et les résultats fonctionnels.
    Résultats : Le temps opératoire moyen pour la voie rétropéritonéale était de 112 min [70-175], pour la voie transpéritonéale de 101 min [40-215], pour les surrénalectomies bilatérales de 135 min [120-270]. La taille moyenne des tumeurs était de 44mm [10-120mm]. La déperdition sanguine moyenne est de 215ml [0 -1210 ml]. 10 patients ont été transfusés. La durée moyenne d'hospitalisation est de 3 jours. Les résultats histologiques retrouvaient 25 adénomes de Conn, 20 adénomes cortisoliques et syndrome de Cushing, 22 phéochromocytomes, 20 métastases, 2 corticosurrénalomes, 11 incidentalomes. 6% conversion en chirurgie ouverte ont été nécessaires pour des difficultés techniques. 7 complications post opératoire bénignes (7%) et 4 complications tardives (4%) (phlébite, épanchement, 2 récidives locales) ont été observées. Dans le groupe présentant des tumeurs secondaires surrénaliennes, 4 patients sont en vie sans récidive à 18, 28, 44 et 48 mois après surrénalectomie. Le traitement hypertenseur a été supprimé chez 16 patients sur 25 opérés d'un adénome de Conn. Le recul moyen est de 31 mois [5-98mois].
    Conclusion : Cette technique a une faible morbidité, nécessite une analgésie post opératoire minimale et une courte hospitalisation. La voie rétropéritonéale ou transpéritonéale doit être choisie en fonction des antécédents du patient et des habitudes du chirurgien. L'exérèse de tumeurs supérieures à 6 cm est possible au prix d'une morbidité plus importante. Les surrénalectomies laparoscopiques pour les tumeurs malignes sont grevées d'une morbidité plus importante.

    Introduction: Laparoscopic adrenalectomy is the reference technique for the treatment of adrenal tumours. This retrospective study reports the experience of 100 consecutive laparoscopic adrenalectomies, in order to assess its indications, the incision, the morbidity and to determine the limitations of this procedure.

    Material and Methods: Between April 1994 and June 2004, 100 laparoscopic adrenalectomies were performed in 92 patients via a transperitoneal (n=93) or retroperitoneal (n=7) approach, with 84 unilateral and 8 bilateral adrenalectomies. The mean age was 52 years. The operative and postoperative characteristics and the functional results were evaluated.

    Results: The mean operating time was 112 min [70-175] via the retroperitoneal approach, 101 min [40-215] via the transperitoneal approach, and 135 min [120-270] for bilateral adrenalectomies. The mean tumour diameter was 44 mm [10-120 mm]. The mean blood loss was 215 ml [0-1210 ml]. Ten patients were transfused. The mean hospital stay was 3 days. Histology revealed 25 Conn adenomas, 20 cortisol-secreting adenomas and Cushing syndrome, 22 phaeochromocytomas, 20 metastases, 2 adrenal cortical adenomas, and 11 incidentalomas. Conversion to "open" surgery were necessary for technical difficulties in 6% of cases. There were 7 minor postoperative complications (7%) and 4 late complications (4%) (deep vein thrombosis, effusion, 2 local recurrences). Four patients in the group with secondary adrenal tumours were alive without recurrence 18, 20, 44 and 48 months after adrenalectomy. Antihypertensive treatment was stopped in 16 of the 25 patients operated for Conn adenoma. The mean follow-up was 31 months [5-98 months].

    Conclusion: This technique has a low morbidity, requires minimal postoperative analgesia and a short hospitalisation. The retroperitoneal or transperitoneal approach must be chosen as a function of the patient's history and the surgeon's habits. Tumours larger than 8 cm can be resected, but with a higher morbidity. Laparoscopic adrenalectomy for malignant tumours is associated with higher morbidity.

    Mots clés:
    Surrénalectomie laparoscopique / morbidité / Complications / métastase surrénalienne / Phéochromocytome
    Mots-clés:
    Laparoscopic adrenalectomy / Morbidity / Complications / adrenal metastasis / phaeochromocytoma
    Risques et bénéfices de la néphrectomie totale chez le sujet âgé de plus de 80 ans
    Risks and benefits of total nephrectomy in elderly patients over the age of 80.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 632-635

    Objectif : il n'y a actuellement pas de consensus sur la limite d'âge dans le traitement chirurgical des tumeurs du rein et les données de la littérature sont peu nombreuses. Le but de cette étude a été d'évaluer la morbidité de la chirurgie rénale oncologique chez des patients âgés afin d'en déterminer le rapport bénéfices/risques.
    Matériel et Méthodes : il s'agit d'une étude rétrospective de 157 patients opérés d'une tumeur du rein dans notre service. Deux groupes ont été individualisés : un de 40 patients âgés de plus de 80 ans et un de 117 patients de moins de 80 ans au moment de la chirurgie. Les éléments suivants ont été comparés dans les 2 groupes : présence au absence de symptômes, état général (évalué par le score de l'Eastern Cooperative Oncology Group), comorbidités associées (évaluées par le score de l'American Society of Anesthesiologists), hémoglobine et créatinine sériques préopératoires, examen anatomopathologique de la tumeur, taux de complications médicales et chirurgicales, mortalité post-opératoire, durée de séjour hospitalier et survie spécifique.
    Résultats : les caractéristiques tumorales étaient identiques dans chaque groupe sauf pour la présence de métastases à distance qui étaient plus fréquentes dans le groupe des moins de 80 ans. Les patients du groupe le plus âgé avaient une créatininémie pré-opératoire significativement plus élevée (p=0,01), un score ASA plus élevé (p=0,001), un taux de complications médicales augmenté (p<0,00001) et une mortalité plus importante (p=0,04). A l'issue du suivi, la survie spécifique était comparable dans chaque groupe (32,5% versus 40%).
    Conclusion : les caractéristiques tumorales et la survie spécifique après traitement chirurgical des tumeurs du rein sont comparables chez les patients âgés par rapport à une population de patients plus jeunes. Les risques de complications et d'altération de la fonction rénale sont plus importants chez les patients âgés en cas de néphrectomie totale. La surveillance rapprochée ainsi que les alternatives mini-invasives auront sans doute une place de plus en plus importante à l'avenir notamment en cas de risque chirurgical majeur.

    Objective: There is currently no consensus concerning the age limit for the surgical management of kidney tumours and very limited data are available in the literature. The objective of this study was to evaluate the morbidity of renal cancer surgery in elderly patients in order to determine the benefit/risk balance.

    Material and Methods: A retrospective study was conducted in 157 patients operated for kidney tumour in our department. Two groups were defined: one group of 40 patients over the age of 80 years and another group of 117 patients under the age of 80 years at the time of surgery. The following elements were compared in the 2 groups: presence or absence of symptoms, general state (evaluated by the Eastern Cooperative Oncology Group score), associated comorbidities (evaluated by the American Society of Anesthesiologists score), preoperative haemoglobin and serum creatinine, histological examination of the tumour, medical and surgical complication rate, postoperative mortality, length of hospital stay and specific survival.

    Results: Tumour characteristics were identical in each group except for the presence of distant metastases which were more frequent in the group of patients young than 80. Older patients had a significantly higher preoperative serum creatinine (p=0.01), a higher ASA score (p=0.001), a higher medical complication rate (p<0.00001) and a higher mortality (p=0.04). At the end of follow-up, the specific survival was comparable in the two groups (32.5% versus 40%).

    Conclusion: Tumour characteristics and specific survival after surgical management of kidney tumours are comparable in elderly patients and younger patients. The risks of complications and impaired renal function were higher in elderly patients undergoing total nephrectomy. Close surveillance as well as minimally invasive alternatives will probably have an increasingly important place in the future, especially in patients presenting a major surgical risk.

    Mots clés:
    cancer du rein / sujet âgé / Chirurgie / complications.
    Mots-clés:
    Renal cancer / Elderly / surgery / complications.
    Traitement des calculs caliciels inférieurs par urétéroscopie souple
    Treatment of inferior caliceal stones by flexible ureteroscopy.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 636-640

    Objectif : Evaluation du traitement des calculs caliciels inférieurs par urétéro-rénoscopie souple et laser Holmium-YAG à partir de 69 interventions.
    Matériel et Méthode : Entre avril 1998 et décembre 2003, 69 urétéroscopies souples, pour 55 calculs chez 49 patients ont été effectuées. L'age moyen des patients était de 51,6 ans (18-78). La taille moyenne des calculs était de 12,8 mm (5-31). Quarante-six pour-cent des calculs ont eu un traitement préalable par LEC, NLPC ou chirurgie. La lithotritie intra-corporelle était assurée par laser Holmium-YAG 45 fois, par lithoclast* 5 fois et 3 fois par extraction monobloc. Les particularités techniques, l'efficacité et la morbidité ont été étudiées. Les résultats ont été classés en sans fragment (SF), en fragments résiduels FR ≤ 4mm, en FR ≥ 4mm et en échecs. L'évaluation a été faite à J0-J1 et à 3 mois sur un ASP et une échographie.
    Résultats : La durée moyenne d'intervention était de 61 minutes (25-120). Neuf calculs ont nécessité plusieurs interventions. Vingt pour-cent des calculs étaient composés de cystine. Une endoprothèse urétérale a été laissée en place 67 fois. La durée moyenne de séjour était de 2,5 jours (J0-J8). A 3 mois, après une ou plusieurs urétéroscopies, il y avait 22% de SF, 40% de FR ≤ 4 mm, 13% de FR ≥ 4 mm et 25% d'échecs. La moitié des échecs sont survenus lors des 14 premières urétéroscopies. Il y a eu 13 complications mineures et aucune complication majeure.
    Conclusions : Les résultats de l'urétéroscopie souple dans le traitement des calculs caliciels inférieurs sont encourageants, notamment avec la standardisation de la technique. Elle semble être un compromis entre la LEC et la NLPC, en particulier pour les calculs compris entre 10 et 20 mm, les calculs de cystine et les échecs des techniques de référence.

    Objective : Evaluation of the treatment of inferior caliceal stones by flexible ureterorenoscopy and Holinium-YAG laser on a series of 69 operations.

    Material and Method: Between April 1998 and December 2003, 69 flexible ureteroscopies were performed for 55 stones in 49 patients. The mean age of the patients was 51.6 years (range: 18-78). The mean stone diameter was 12.8 mm (range: 5-3 1). 46% of stones had been pretreated by ESWL, PCNL or surgery. Endocorporeal lithotripsy was performed by Holmium-YAG laser in 45 cases, Lithoclast in 5 cases and en bloc extraction in 3 cases. Technical features, efficacy and morbidity were studied. The results were classified into fragment-free (FS), residual fragments (RF) 4 mm, RF > 4 mm and failures. The results were evaluated on D0-D1 and at 3 months on a plain abdominal x-ray and ultrasound.

    Results: The mean operating time was 61 minutes (range: 25-120). Nine stones required several procedures. 20% of stones were cystine stones. A ureteric stent was placed in 67 cases. The mean length of stay was 2.5 days (D0-D8). At 3 months, after one or several ureteroscopies, the results were: 22% FS, 40% RF 4 mm, 13% RF > 4 mm and 25% failures. One half of failures occurred during the first 14 ureteroscopy procedures. There were 13 minor complications and no major complications.

    Conclusions: The results of flexible ureteroscopy in the treatment of inferior caliceal stones are encouraging, especially with standardization of the technique. It appears to be a good compromise between ESWL and PCNL, particularly for stones between 10 and 20 mm, cystine stones and after failure of reference techniques.

    Mots clés:
    Urétéroscopie souple / Calculs / calice inférieur / laser.
    Mots-clés:
    Flexible ureteroscopy / stones / inferior calyx / laser.
    L'anastomose urétéro-calicielle : indications et résultats d'une série de 16 patients
    Ureterocalicostomy: indications and results based on a series of 16 patients.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 641-645

    Autrefois, considérée une technique de sauvetage ou de dernier recours avant la néphrectomie , l'urétéro-calicostomie peut être indiquée dans certaines situations définies dans lesquelles le drainage strictement déclive des urines s'avère être essentiel. Du fait de ses indications particulières, elle demeure un geste dont la pratique est encore limitée et peu maïtrisée.
    Les auteurs rapportent 17 anastomoses urétéro-calicielles réalisées chez 16 patients :
    - 8 cas ont un excellent résultat à distance avec absence de signes cliniques, d'infection des urines et de la dilatation en amont de la néo jonction.
    - 4 cas ont un bon résultat avec disparition de la symptomatologie clinique et bactériologique et une amélioration de la dilatation sur l'urographie intraveineuse.
    - 3 cas ont un mauvais résultat avec persistance de la symptomatologie clinique et de la dilatation sur l'urographie intraveineuse.
    - 2 néphrectomies ont été réalisées successivement à 4 ans et à 10 ans suivant l'urétéro-calicostomie pour rein non fonctionnel et pour rein de pyélonéphrite chronique.

    Formerly considered to be a salvage or last resort technique before nephrectomy, ureterocalicostomy can be indicated in certain well defined situations, when strictly dependent drainage of urine is essential. Due to its particular indications, this procedure is rarely performed and operators have limited experience. The authors report 17 cases of ureterocalicostomy performed in 16 patients:
    - 8 cases obtained an excellent long-term result with absence of clinical signs, urinary tract infection and proximal dilatation of the neojunction.
    - 4 cases obtained a good result with resolution of clinical symptoms and bacteriological signs and improvement of the dilatation on intravenous urography.
    - 3 cases obtained a poor result with persistence of clinical symptoms and dilatation on intravenous urography.
    - 2 nephrectomies were subsequently performed 4 years and 10 years after ureterocalicostomy for non-functioning kidney and for chronic pyelonephritis.

    Mots clés:
    Urétérocalicostomie / Hydronéphrose / sténose de la jonction pyélo-urétérale / mégacalicose / tuberculose.
    Mots-clés:
    Ureterocalicostomy / Hydronephrosis / ureteropelvic junction stenosis / megacalicosis / tuberculosis.
    L'urétérocalicostomie : ultime recours dans le traitement de certaines sténoses de la jonction pyélourétérale (à propos de 5 cas)
    Ureterocalicostomy: last resort in the treatment of certain forms of ureteropelvic junction stenosis. Report of 5 cases.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 646-649

    Introduction : Les sténoses iatrogènes de la jonction pyélourétérale sont traitées de nos jours, essentiellement, par des moyens endoscopiques. Cependant le recours à la chirurgie conventionnelle reste parfois nécessaire en cas de sténoses étendues ou sévères. Nous rapportons 5 cas d'anastomoses urétérocalicielles pour traiter ces lésions complexes.
    Matériel et Méthodes : Nous avons eu à traiter en trois ans, entre 2001 et 2003, cinq patients présentant tous une sténose iatrogène de la jonction pyélourétérale. Deux de ces patients ont eu dans les antécédents une néphrolithotomie percutanée et les trois autres une pyélotomie classique dont une compliquée d'une désinsertion pyélocalicielle. Le diagnostic est confirmé par une double opacification antégrade et rétrograde chez quatre patients et par une urographie intraveineuse chez un malade. L'urétérocalicostomie est décidée devant l'étendue des lésions. Les patients ont eu une anastomose urétérocalicielle inférieure après néphrectomie polaire inférieure.
    Résultats : Le recul moyen est de 21 mois (20 à 27). Trois patients ont eu des suites simples et un contrôle radiologique satisfaisant. Un patient a développé rapidement une sténose traitée endoscopiquement avec succès et une patiente a eu un mauvais résultat nécessitant une néphrectomie.
    Conclusion: L'urétérocalicostomie est une technique chirurgicale laborieuse lors du temps de libération et minutieuse dans l'anastomose urétérocalicielle. Elle est intéressante dans certains cas de sténoses iatrogènes sévères et étendues de la jonction pyélourétérale.

    Introduction: Iatrogenic stenoses of the ureteropelvic junction are now essentially treated by endoscopic techniques. However, conventional surgery is sometimes required to treat severe or extensive stenosis. The authors report the use of ureterocalicostomy to treat 5 patients with complex lesions.

    Material and Methods: Between 2001 and 2003, the authors treated five patients with iatrogenic stenosis of the ureteropelvic junction. Two of these patients had a history of percutaneous nephrolithotomy and the other three had undergone conventional pyelotomy, complicated by pyelocaliceal avulsion in one case. The diagnosis was confirmed by double anterograde and retrograde opacification in four patients and intravenous urography in one patient. It was decided to perform ureterocalicostomy due to the extent of the lesions. Inferior ureterocalicostomy was performed after lower pole nephrectomy in all cases.

    Results: The mean follow-up was 21 months (range: 20 to 27 months). Three patients had an uneventful postoperative course and satisfactory radiological follow-up. One patient rapidly developed stenosis that was treated successfully by endoscopy and another patient obtained a poor result requiring nephrectomy.

    Conclusion: Ureterocalicostomy requires laborious surgical dissection and meticulous ureterocaliceal anastomosis, but it is a useful technique in some cases of severe and extensive iatrogenic stenosis of the ureteropelvic junction.

    Mots clés:
    Urétérocalicostomie / sténose pyélique / jonction pyélourétérale.
    Mots-clés:
    Ureterocalicostomy / stenoses / ureteropelvic junction.
    Citraturie et cristallurie de weddellite
    Influence of urinary citrate levels on spontaneous calcium oxalate dihydrate crystalluria.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 650-655

    Introduction : L'oxalate de calcium est la première cause de lithiase rénale et résulte principalement d'une hypercalciurie, d'une hyperoxalurie et/ou d'une hypocitraturie. Le citrate est considéré comme un inhibiteur efficace de la cristallisation oxalocalcique. A ce titre, il est de plus en plus prescrit en traitement de fond de la lithiase calcique, mais aucune étude n'a exploré l'effet de la citraturie sur la cristallurie spontanée de l'oxalate de calcium dans les urines humaines. Dans ce travail, nous avons examiné les relations entre le produit molaire oxalocalcique, la concentration du citrate et la cristallurie de la weddellite (oxalate de calcium dihydraté), qui est la forme cristalline la plus courante de l'oxalate de calcium dans les urines humaines.
    Matériel et Méthodes : Sur 10222 urines du réveil de 4809 sujets lithiasiques et 453 urines du réveil de 317 sujets témoins ont été réalisés une étude de la cristallurie et le dosage de calcium, oxalate et citrate. La fréquence de la cristallurie de weddellite et les caractéristiques de celle-ci ont été déterminées en fonction du produit molaire oxalocalcique (pCaOx) et de la citraturie.
    Résultats : 1940 urines (18,2%) présentaient une cristallurie de weddellite. Celle-ci était pure dans 1378 urines chez les lithiasiques (13,5%) et 43 urines (9,5%) chez les témoins (p<0,05). Chez le lithiasique, la proportion de cristallurie passait de 4% pour un pCaOx < 1 (mmol/l)2 à 81,3% pour un pCaOx 3 (mmol/l)2 (p< 0,0001). Sur le même intervalle de pCaOx, la cristallurie de weddellite passait de 1,5% à 72,2% chez les témoins. L'augmentation de la citraturie de 0,5 à 5 mmol/l réduisait significativement la fréquence de cristallurie de 32,4 à 10,1% pour un pCaOx entre 1 et 2 (mmol/l)2 (p< 0,0001) et de 63 à 27,9% pour un pCaOx entre 2 et 3 (mmol/l)2 (p< 0,001). Pour des valeurs de pCaOx 3 (mmol/l)2, la citraturie n'influençait plus significativement la fréquence de cristallurie. Le nombre de cristaux et d'agrégats ainsi que la taille maximale de ces derniers n'étaient influencés par la concentration de citrate que lorsque le produit pCaOx était < 2 (mmol/l)2.
    Conclusion : Le principal déterminant de la fréquence et des caractéristiques de la cristallurie de weddellite est le produit molaire pCaOx. L'influence bénéfique de la citraturie s'exprime sur la fréquence de cristallurie pour des valeurs de pCaOx < 3 (mmol/l)2 mais seulement pour des valeurs de pCaOx < 2 mmol (H/l)2 lorsque l'on considère les caractéristiques de la cristallurie comme le nombre et la taille des cristaux et agrégats. Cela signifie que les mesures thérapeutiques visant à augmenter la citraturie ne peuvent être efficaces que si le pCaOx a été préalablement réduit par une augmentation de la diurèse ou une réduction spécifique de la calciurie et/ ou de l'oxalurie.

    Introduction: Calcium oxalate is the leading cause of renal stones and is mainly due to hypercalciuria, hyperoxaluria and/or hypocitraturia. Citrate is considered to be an effective inhibitor of calcium oxalate crystallization and is therefore increasingly prescribed as maintenance therapy for patients with calcium stones, but no study has investigated the effect of urinary citrate levels on spontaneous calcium oxalate crystalluria in human urine. In this study, the authors examined the relationships between the calcium oxalate molar product, the urinary citrate concentration and weddellite (oxalate calcium dihydrate) crystalluria, the most frequent crystalline form of calcium oxalate in human urine.

    Material and Methods: Crystalluria analysis and calcium, oxalate and citrate assays were performed on a series of 10,222 first morning urine samples from 4,809 stone patients and 453 first morning urine samples from 317 control subjects. The frequency and characteristics of weddellite crystalluria were determined as a function of the calcium oxalate molar product (pCaOx) and urinary citrate concentration.

    Results: 1,940 urine samples (18.2%) presented weddellite crystalluria, which was pure in 1,378 urine samples from stone patients (13.5%) and 43 urine samples (9.5%) from controls (p<0.05). The crystalluria rate in stone patients ranged from 4% for pCaOx < 1 (mmol/l) to 81.3% for pCaOx ≥ 3 (mmol/l) (p<0.0001). Over the same interval of pCaOx, weddellite crystalluria ranged from 1.5% to 72.2% in control subjects. An increase of urinary citrate excretion from 0.5 to 5 mmol/l significantly lowered the frequency of crystalluria from 32.4% to 10.1% for a pCaOx between 1 and 2 (mmol/l) (p<0.0001) and from 63% to 27.9% for a pCaOx between 2 and 3 (mmol/l)(p<0.001). For pCaOx values ≥ 3 (mmol/l), urinary citrate excretion no longer significantly influenced the frequency of crystalluria. The number of crystals and aggregates and the maximum dimensions of aggregates were only influenced by the urinary citrate concentration when the pCaOx product was < 2 (mmol/l).

    Conclusion: The main determinant of the frequency and characteristics of weddellite crystalluria is the pCaOx molar product. The beneficial effect of the urinary citrate concentration on the frequency of crystalluria is observed for pCaOx values < 3 (mmol/l), but only for pCaOx values < 2 (mmol/l) for the characteristics of crystalluria such as the number and dimensions of crystals and aggregates. This means that therapeutic measures designed to increase urinary citrate concentrations can only be effective when pCaOx has been previously lowered by increased diuresis or specific reduction of urinary calcium and/or urinary oxalate levels.

    Mots clés:
    Cristallurie / oxalate de calcium / weddellite / citraturie / produit molaire oxalocalcique
    Mots-clés:
    Crystalluria / calcium oxalate / weddellite / urinary citrate / calcium oxalate molar product
    Etude comparative de deux urétérorénoscopes souples de dernière génération
    Comparative study of two latest generation flexible ureterorenoscopes.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 656-661

    Introduction et buts : La miniaturisation et le développement d'instruments souples ont permis le développement de l'urétérorénosocpie souple. Le but de ce travail a été de comparer les possibilités de déflexion active de deux urétérorénoscopes souple de dernière génération et d'évaluer l'altération de la déflexion et du flux d'irrigation en présence d'instruments dans le canal opérateur.
    Matériel et Méthodes : Deux urétérorénoscopes ont été évalués dans cette étude. Le Flex-X de Karl STORZ et le DUR-8 Elite d'ACMI. La comparaison des mouvements de déflexion a été réalisée ex situ en superposant tous les mouvements actifs des deux urétérorénoscopes. L'altération de la déflexion s'est effectuée en plaçant alternativement dans le canal opérateur un instrument d'extraction ou de fragmentation de taille variable. L'altération du flux a également été notée en présence des mêmes instruments
    Résultats : Les possibilités de déflexion ex situ de l'urétérorénoscope souple DUR8 Elite sont plus variées que celles du Flex-X au prix d'une manipulation plus complexe. Les altérations de la déflexion et du flux d'irrigation étaient comparables pour les deux urétérorénoscopes.
    Conclusion : A partir de ces données, nous pouvons affirmer que les deux urétérorénoscopes de dernière génération offrent des qualités comparables au prix d'un mode de fonctionnement différent. Nous recommandons donc à chaque utilisateur de tester les deux urétérorénoscopes pour se familiariser avec leur manipulation. D'autres études sont nécessaires pour évaluer les propriétés optiques, la maniabilité en pratique clinique et la fragilité des ces nouveaux urétérorénoscopes.

    Introduction and objectives: Miniaturization and development of flexible instruments have led to the development of flexible ureterorenoscopy. The objective of this study was to compare the capacities of active deflection of two latest generation flexible ureterorenoscopes and to evaluate alteration of deflection and flow of irrigating fluid in the presence of instruments in the operating channel.

    Material and Methods: Two ureterorenoscopes were evaluated in this study. The Karl STORZ Flex-X and the ACMI DUR-8 Elite. Comparison of deflection movements was performed ex situ by superimposing all active movements of the two ureterorenoscopes. Alteration of deflection was performed by alternately placing an extraction or fragmentation instrument of variable dimensions in the operating channel. Alteration of flow was also assessed in the presence of the same instruments.

    Results: The ex situ deflection capacities of the DUR-8 Elite flexible ureterorenoscope were more extensive than those of the Flex-X, but it was more complicated to manipulate. Alterations of deflection and flow of irrigation fluid were comparable for the two ureterorenoscopes.

    Conclusion: On the basis of these data, we can confirm that the two latest generation ureterorenoscopes present comparable capacities, but different functioning modalities. We therefore recommend that each operator test the two ureterorenoscopes to become familiar with their manipulation. Other studies are necessary to evaluate the optical properties, ease of use in clinical practice and fragility of these new ureterorenoscopes.

    Mots clés:
    Endoscopie / Urétéroscopie / Rein / calcul.
    Mots-clés:
    endoscopy / ureteroscopy / Kidney / stones.
    Intérêt et place de la lithotritie endocorporelle Nd:YAG en urétéroscopie souple et semi-rigide : une alternative au laser Holmium:YAG?
    Endoscopic lithotripsy and FREDDY laser technology. Initial experience.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 662-666

    Introduction et but : Le laser à technologie FREDDY® a été développé pour la lithotritie endocorporelle. Le but de notre étude a été d'évaluer, à partir de notre expérience initiale, son efficacité et sa place pour le traitement des calculs urinaires par urétéroscopie souple et semi-rigide.
    Matériels et Méthodes : Nous avons traité 30 patients (33 calculs) par lithotritie endocorporelle avec un laser à double impulsion et double fréquence dérivé des lasers Nd :YAG (technologie FREDDY®). Il s'agissait d'un geste de seconde intention pour 29 calculs (27 échecs de LEC et 2 échecs de néphrolithotomie percutanée). Pour 4 calculs, il s'agissait d'un premier geste. La taille moyenne des calculs était de 9 mm (6-15). Quinze calculs étaient dans l'aire rénale et 18 étaient urétéraux. Le succès du traitement a été défini par l'absence de fragments résiduels immédiatement après l'intervention ou à trois mois après réalisation d'une radiographie de l'abdomen sans préparation (ASP).
    Résultats : 90,9% des calculs (30/33) ont été fragmentés efficacement. Le taux de patients sans fragment résiduel à trois mois était de 76,9% (20/30) et le taux de succès pour l'ensemble des calculs était de 75,8% (25/33). Les échecs ont concerné 5 calculs : 2 calculs mesurant initialement plus de 10 mm pour lesquels il persistait des fragments résiduels à 3 mois, 2 calculs de cystine dont la fragmentation a été nulle et 1 calcul d'oxalate de calcium mono hydraté dont la fragmentation a été jugée insuffisante (fragments supérieurs à 5 mm). Une perforation urétérale a été observée en rapport avec un calcul impacté dans la paroi urétérale.
    Conclusions : La lithotritie endoscopique avec le laser FREDDY® est un procédé efficace et sûre grâce aux longueurs d'ondes utilisées. Son utilisation s'est avérée parfaitement adapté à l'urétérorénoscopie souple. Un avantage certain est son coût qui reste modéré aussi bien à l'achat qu'en maintenance. Il est cependant nécessaire de connaïtre ses limites en terme de fragmentation, notamment en cas de calcul de cystine et son impossibilité de traiter les lésions tissulaires (sténoses et tumeurs de la voie excrétrice) en raison des longueurs d'onde utilisées.

    Introduction and purpose: FREDDY laser technology was developed for endocorporeal lithotripsy. The purpose of this study was to evaluate, based on our initial experience, the efficacy and place of this technology in the treatment of urinary calculi by ureterorenoscopy.

    Materials and Methods: The authors used FREDDY laser technology (World of Medicine) to treat 26 patients (29 stones) by ureterorenoscopy. This was the second procedure for 25 stones: after ESWL (23 cases) or percutaneous nephrolithotomy (2 cases) and the first procedure for 4 stones. The mean stone diameter was 9 mm (range: 6-15 mm). Thirteen stones were situated in the kidney and 16 were in the ureter. Success of treatment was defined by the absence of residual fragments immediately after the operation or at one month on plain abdominal x-ray.

    Results: Twenty-six stones were satisfactorily fragmented. At three months, 21 out of 26 (80.7%) patients were stone-free corresponding to 21 out of 29 (72.4%) stones). Failures concerned 8 stones (5 patients). For five stones, measuring more than 10 mm, residual fragments persisted at three months. For three other stones, two cystine stones and one calcium oxalate monohydrate stone, fragmentation was insufficient or even nonexistent for the cystine stones. The mean length of hospital stay was 1.5 days (range: 1-3 days). A ureteric perforation due to a stone impacted in the ureteric wall was observed.

    Conclusions: FREDDY laser endoscopic lithotripsy is a safe and effective method due to the wavelength used. This laser could constitute an alternative treatment option in view of its moderate cost and the fact that it is adapted to flexible ureterorenoscopy. However, it presents certain limitations in terms of fragmentation, particularly in the case of cystine stones, and cannot be used to treat solid lesions (urinary tract strictures and tumours)

    Mots clés:
    Calcul / Lithiase / Rein / Endoscopie / Laser
    Mots-clés:
    stone / Urolithiasis / Kidney / endoscopy / laser.
    Traitement des patients présentant une tumeur superficielle de vessie par la souche de BCG Moureau-Rio de Janeiro. Expérience de l'Institut National Brésilien du Cancer
    Treatment of patients with recurrent superficial bladder cancer with lyophilized Moureau-Rio de Janeiro BCG strain. Brazillian National Cancer Institute Experience.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 667-673

    Objectif : Nous rapportons notre expérience avec la souche de BCG Moureau-Rio de Janeiro pour le traitement des patients atteints d'une tumeur superficielle de vessie récidivante.
    Patients et Méthodes : D'Octobre 1986 à Janvier 2001, dans notre institution, 114 patients avec une tumeur de vessie récidivante ont été traités par une résection trans-urèthrale de vessie suivie d'instillations endo-vésicales de BCG. Le suivi était de 10 à 144 mois (moyenne de 50,16). Le traitement a compris un traitement d'induction de 6 instillations et un traitement d'entretien de 10 instillations de BCG. Les patients ont reçu une dose initiale de 40 mg et ensuite des doses de 80 mg de la souche de BCG lyophilisée Moureau-Rio de Janeiro. Un test du chi-2 et un test de Mantel-Haenszel, avec une significativité de 95%, ont été utilisés pour évaluer les associations possibles entre différents paramètres. La méthode de Kaplan-Meyer a été utilisée pour apprécier le taux de survie sans récidive et le test du Log-Rank pour comparer les courbes des différents groupes.
    Résultats : La récidive globale et le taux de progression après traitement étaient respectivement de 45,6% et de 13%. Quatre patients (3,5%) ont présenté des complications dans les suites des instillations. Trois d'entre eux ont du être traités avec un traitement anti-tuberculeux. Ces patients présentaient respectivement une atteinte pulmonaire, une prostatite granulomateuse et une orchi-épididymite.
    Conclusions : La souche de BCG Moureau-Rio de Janeiro a été bien tolérée en instillations endo-vésicales, de manière similaire aux autres souches utilisées dans la littérature. Le taux de récidive était diminué par le traitement adjuvant par BCG. Le volume de la tumeur, le grade et la présence d'un carcinome in situ associé constituaient des facteurs prédictifs de l'évolution des tumeurs superficielles récidivantes. La classification WHO/ISUP comparée au grade tumoral était supérieure dans la sélection des patients à haut risque de progression.

    Purpose : We present our esperience with lyophilized Moureau-Rio de Janeiro BCG strain for treatment of patients with recurrent superficial bladder cancer.

    Patients and Methods : From October 1986 to January 2001, 114 patients were treated by transurethral resection followed by intravesical instillation of BCG at our institution. Follow-up ranged from 10 to 144 months (mean 50.16 months). The treatment included 6 inductions and 10 maintenance cycles of BCG instillations. The patients received an initial dose with 40 mg and subsequent doses with 80 mg of lyophilized Moureau-Rio de Janeiro BCG strain. Chi-square and Mantel-Haenszel test, with 95% significance, were used to evaluate possible associations among variables. The Kaplan-Meyer method was used to evaluate the disease-free survival rates while log-rank test was used to compare curves among the groups.

    Results : Overall recurrence and progression rates after treatment were 45.6% and 13%, respectively. Four patients (3.5%) had complications following BCG instillations. Three of them had to be treated with antituberculous therapy. These patients presented pulmonary disease, granulomatous prostatitis and epididymo-orchitis respectively.

    Conclusions : Moureau-Rio de Janeiro BCG strain was overall well tolerated in intravesical instillations, similar to other strains used in literature. Recurrence rates were decreased with adjuvant BCG therapy. Tumor size, grade and presence of associated carcinoma in situ provided predictive information regarding the behavior of recurrent superficial tumors. The WHO/ISUP classification when compared with tumor grade was superior in selecting patients with high risk of progression.

    Mots clés:
    Néoplasies vésicales / Traitement / Immunothérapie / vaccination BCG.
    Mots-clés:
    Bladder neoplasms / treatment / Immunotherapy / BCG vaccine.
    Traitement de l'hyperplasie bénigne de prostate (HBP) par thermocoagulation au moyen d'aiguilles par voie trans-urétrale (TUNA®) et suivi à 36 mois du taux de retraitement
    Treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) by transurethral needle ablation (TUNA) and 36-month follow-up of the retreatment rate.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 674-680

    But : L'Hyperplasie Bénigne de la Prostate (HBP) est une pathologie touchant environ 25% des hommes de plus de 40 ans. La moitié d'entre eux rapportent ressentir des symptômes qui les gênent dans leur activité régulière.
    Matériel et Méthodes : Dans cette étude multicentrique, 102 patients souffrant d'HBP ont bénéficié d'un traitement par Thermocoagulation au moyen d'Aiguilles par voie Trans-Urétrale TUNA. L'efficacité du traitement a été évaluée durant les 12 premiers mois suivant l'intervention à l'aide des scores de Madsen et d'IPSS (Score International Symptomatique de la Prostate). L'évolution de la débitmétrie ainsi que de la qualité de vie (Score International) et de la fonction sexuelle ont également été prise en considération durant une année. L'innocuité du traitement a été évaluée d'après le type et la fréquence des complications.
    Le taux de retraitement (chirurgical et/ou médicamenteux) a été évalué dans un second temps, après un délai de 36 mois suivant l'intervention, à l'aide d'un questionnaire de suivi optionnel complété à posteriori par les investigateurs.
    Résultats : Après 3 ans, sur les 80 questionnaires obtenus, 43 patients (53,8%) sont stables et n'ont eu recours à aucun autre traitement qu'il soit médical ou chirurgical dans le cadre de l'HBP. Trente-sept (37) patients (soit 46,3%) ont nécessité un retraitement : 21 par voie médicamenteuse (26%), 17 chirurgicalement (21,25%) dont 1 ayant également été retraité par voie médicamenteuse.
    Les résultats montrent une amélioration des symptômes immédiate et significative (p<0,0001 pour les scores de Madsen, IPSS et débit max. entre M0 et M12) mettant en évidence l'efficacité du système TUNA. Concernant la tolérance, un impact très positif de TUNA a été mis en évidence sur la qualité de vie. Aucun impact négatif n'a été noté sur la fonction sexuelle et l'intervention n'a eu que peu de répercussions : le nombre d'événements indésirables est faible.
    Conclusion : Cette étude met en évidence l'amélioration significative et durable des symptômes de l'HBP grâce au TUNA et le place comme alternative attractive au traitement chirurgical chez des patients jeunes et/ou préoccupés par leur sexualité.

    Objective : Benign prostatic hyperplasia (BPH) is a disease affecting about 25% of men over the age of 40. One half of these men report symptoms that interfere with their daily activities.

    Material and Methods : In this multicentre study, 102 patients with BPH were treated by transurethral needle ablation (TUNA). The efficacy of treatment was evaluated for 12 months after the operation by means of Madsen and IPSS (International Prostate Symptom Score) scores. The course of uroflowmetry and quality of life (International Score) and sexual function were also assessed for one year. The safety of treatment was evaluated according to the type and frequency of complications. The results show an immediate and significant improvement of symptoms (p<0.0001 for Madsen and IPSS scores and maximum flow rate between M0 and M12) demonstrating the efficacy of the TUNA system. A very positive impact of TUNA was demonstrated on quality of life. No negative impact was reported on sexual function and the operation had very few repercussions with a low adverse event rate. The retreatment rate (surgical and/or drug) was evaluated 36 months after the operation by means of an optional follow-up questionnaire subsequently completed by the investigators.
    Results : After 3 years, based on the 80 questionnaires returned, 43 patients (53.8%) were stable and did not need any other medical or surgical treatment for BPH. Thirty-seven (37) patients (46.3%) required retreatment: 21 were treated with drugs (26%), 17 were treated surgically (21.25%) including 1 patient who was also retreated with drugs. This study demonstrates the significant and lasting improvement of BPH symptoms by TUNA, which constitutes an alternative attractive to surgery in young patients and/or patients worried about their sexuality.

    Mots clés:
    Adénome prostatique / Traitement / radiofréquence.
    Mots-clés:
    BPH / treatment / radiofrequency.
    Les raisons du choix de l'urologie par les internes
    Reasons for the choice of urology by residents.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 681-683

    But : La diminution du nombre potentiel d'internes en chirurgie implique de trouver les raisons qui pourraient motiver leur choix pour l'urologie.
    Matériel et Méthodes : Un questionnaire a été envoyé à plusieurs générations d'urologues concernant les critères qui ont influencé leur choix de spécialité.
    Résultats : Plus de la moitié avait choisi avant l'internat. Parmi ceux ci quasiment aucun n'a hésité avec une autre spécialité lors du choix final. L'enseignement prodigué au cours des stages de second cycle est donc un facteur essentiel intervenant dans le choix de la spécialité future. Quasiment tous les urologues ayant choisi leur spécialité au cours de l'internat hésitaient initialement avec une autre discipline et dans 59% il s'agissait de la chirurgie digestive. C'est l'aspect médico-chirurgical qui a séduit le plus ainsi que la possibilité de s'installer à plusieurs urologues avec des gardes peu prenantes.
    Conclusions : Les étudiants hospitaliers (que nous nommeront externes) sont donc une réserve potentielle d'urologues à motiver en leur prodiguant un enseignement pratique de qualité. Les internes des autres spécialités peuvent aussi modifier leur choix initial en faveur de l'urologie surtout les chirurgiens digestifs.

    Objective : Due to the reduction of the potential number of residents in surgery, a study was conducted to determine the reasons motivating the choice of urology.

    Material and Methods : A questionnaire was sent to several generations of urologists concerning the criteria which influenced their choice of this surgical subspecialty.

    Results : More than one half had chosen urology before their residency. Almost none of the urologists in this subgroup hesitated about another surgical subspecialty at the time of their final choice. Hospital medical training is therefore an essential factor in the choice of the future specialty. Almost all urologists who chose their specialty during their residency initially hesitated with another discipline, corresponding to gastrointestinal surgery in 59% of cases. The most attractive feature was the medical and surgical aspect of urology and possibility of group practice with several urologists, limiting the time on call.

    Conclusions : Hospital medical students therefore constitute a potential reserve for urologists and need to be motivated by means of good quality practical teaching. Residents in other specialties can also modify their initial choice in favour of urology, especially gastrointestinal surgeons.

    Mots clés:
    Choix de carrière / Internes / enseignement médical premier cycle.
    Mots-clés:
    Career choices / Residency / students / teaching.
    Efficacité hémostatique d'un applicateur à ultrasons collimatés de haute intensité dans la néphrectomie partielle sous hilaire chez le porc
    Haemostatic efficacy of a high intensity focused ultrasound applicator in lower pole partial nephrectomy in the pig.
    2005
    - Recherche - Physiologie
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 684-688

    Objectif : Evaluer le pouvoir hémostatique d'un applicateur à ultrasons collimatés de haute intensité (UCHI) lors de néphrectomies partielles sous-hilaires (NPSH) sur un modèle porcin.
    Matériels et Méthodes : Un applicateur avec un transducteur plan à UCHI, fonctionnant à une fréquence de 3.78 MHz, a été conçue. Neuf porcs femelles, entre 35 et 39 kg, ont été utilisés. Les reins de 5 porcs ont servi à caractériser les lésions élémentaires, étudier l'efficacité hémostatique et mesurer l'élévation de température au sein des tissus insonifiés. Les 4 porcs suivants ont subi un traitement par UCHI préalablement à une NPSH bilatérale. Le traitement consistait en la juxtaposition de lésions élémentaires de façon circonférentielle en position sous-hilaire sous clampage vasculaire. L'efficacité hémostatique a été évaluée après et dans les 30 minutes suivant la section polaire inférieure .
    Résultats : Pour des insonifications de 50 s à une intensité de 26 W/cm, la lésion couvre l'épaisseur complète du rein, entre 22 et 36 mm. Les lésions sont reproductibles. L'élévation de température observée au sein des tissus insonifiés était de 62±12, 59±9 et 58±11°C à 15, 20 et 25mm respectivement du transducteur. Toutes les NPSH étaient exsangues à l'exception d'une NP (12.5%) pour laquelle une artère centro-rénale n'a pu être contrôlée.
    Conclusions : Notre applicateur à UCHI est un excellent outil hémostatique permettant de coaguler efficacement une tranche de parenchyme rénal. Elle autorise la réalisation de NPSH exsangues. L'adaptation de l'ergonomie de cet applicateur ainsi que la possibilité de l'utiliser lors de coelioscopie sont en cours d'étude.

    Objective: To evaluate the haemostatic property of a high intensity focused ultrasound (HIFU) applicator in lower pole partial nephrectomy in a porcine model.

    Materials and Methods: An applicator with a flat HIFU transducer operating at a frequency of 3.78 MHz was designed. Nine female pigs weighing between 35 and 39 kg were used. The kidneys of 5 pigs were used to characterize basic lesions, study haemostatic efficacy and measure the temperature rise in treated tissues. The following 4 pigs were treated by HIFU prior to bilateral lower pole partial nephrectomy. Treatment consisted of circumferential juxtaposition of basic lesions in the lower pole with vascular clamping. Haemostatic efficacy was evaluated immediately and 30 minutes after lower pole resection.

    Results: A 50-second ultrasound pulse with an intensity of 26 W/cm2 induced a full thickness lesion of the kidney, between 22 and 36 mm. Lesions were reproducible. The temperature rise observed in treated tissues was 62¬±12, 59¬±9 and 58¬±11 ¬ƒC at distances of 15, 20 and 25 mm from the transducer, respectively. All lower pole partial nephrectomies were exsanguinated, except for one case (12.5%), in which a central renal artery was not controlled

    Conclusions: Our HIFU applicator is an excellent haemostatic tool ensuring effective coagulation of the renal parenchyma, allowing dry lower pole partial nephrectomy. Improvement of the ergonomics of this applicator and adaptation to laparoscopy are currently under investigation.

    Mots clés:
    Néphrectomie partielle / ultrasons / hémostase / cancer du rein.
    Mots-clés:
    Partial nephrectomy / Ultrasound / haemostasis / renal cancer.
    Place de la duloxétine dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort
    Place of duloxetine in the treatment of stress urinary incontinence.
    2005
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2005, 15, 689-692

    L'incontinence urinaire est un problème de santé publique puisque plus de trois millions de femmes en France sont concernées. La prévalence de l'incontinence urinaire d'effort est de l'ordre de 40% parmi ces femmes. La duloxétine est une molécule développée pour le traitement oral de l'incontinence urinaire d'effort. Il s'agit d'un inhibiteur de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline qui agit en augmentant le tonus au niveau du sphincter uréthral. Dans plusieurs essais de phase III, la duloxétine administrée par voie orale à la dose élevée de 80 mg par jour a significativement réduit les épisodes d'incontinence. Les scores totaux obtenus au questionnaire Incontinence Quality Of Life (I-QOL) étaient plus améliorés par la prise de la duloxétine que par un placebo. La nausée a été un effet secondaire constaté dans plus de 25% des cas, qui a obligé certaines patientes à cesser le traitement. Les premiers résultats encourageants de la duloxétine dans cette indication devront toutefois être confirmés lors d'essais cliniques de phase IV, dans le cas où la molécule serait disponible sur le marché en France.

    Urinary incontinence is a public health problem, as more than three million women in France are concerned by this problem. The prevalence of stress urinary incontinence is about 40% among these women. Duloxetine is a molecule developed for the oral treatment of stress urinary incontinence. It is a serotonin and norepinephrine reuptake inhibitor, which acts by increasing urethral sphincter tone. In several phase III trials, duloxetine administered orally at a high dose of 80 mg per day, significantly reduced episodes of incontinence. Total scores on the Incontinence Quality of Life questionnaire (I-QOL) were more markedly improved by duloxetine than by placebo. Nausea was an adverse effect observed in more than 25% of cases and required discontinuation of treatment in some patients. However, the encouraging preliminary results of duloxetine in this indication must be confirmed during phase IV post-marketing clinical trials.

    Mots clés:
    incontinence urinaire / insuffisance sphinctérienne / pharmacologie / traitement médicamenteux.
    Mots-clés:
    Urinary incontinence / Sphincter incompetence / pharmacology / drug treatment.
    Suivi des tumeurs urothéliales
    Follow-up of urothelial tumours. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
    2005
    - Recommandations
    - Réf : Prog Urol, 2005, 581

    Le suivi des tumeurs urothéliales a pour but la détection précoce d'une éventuelle récidive ou évolution pour laquelle un traitement est possible.
    Les points récents intéressants à noter sont :
    - l'utilisation plus fréquente et plus simple de la nouvelle classification en bas grade et haut grade appliquée essentiellement à la prise en charge et la surveillance des tumeurs atteignant la muqueuse ou le chorion.
    - la place modeste des marqueurs urinaires.

    The follow-up of urothelial tumours is designed to allow early detection of recurrence or progression, for which treatment is possible. Recent interesting points are: the more frequent and simpler use of the new classification into low grade and high grade, essentially applied to the management and surveillance of tumours involving the mucosa or lamina propria; and the limited place of urinary markers.

    Mots clés:
    recommandations / comité de cancérologie / Vessie / Uretère / Cancer
    Suivi du cancer de la prostate
    Follow-up of prostate cancer. Association Française d'Uro-Oncologie Committee Guidelines.
    2005
    - Recommandations
    - Réf : Prog Urol, 2005, 586

    Le suivi du cancer de la prostate est d'autant plus justifié que des possibilités thérapeutiques efficaces existent en cas de récidive. Les conditions du suivi du cancer de la prostate varient selon l'âge, les morbidités compétitives du patient, le stade de la tumeur, les facteurs pronostiques au diagnostic et la séquence thérapeutique réalisée au préalable.

    The follow-up of prostate cancer is especially justified now that effective treatment options are available in the case of recurrence. Conditions of follow-up of patients with prostate cancer vary according to age, comorbidities, tumour stage, prognostic factors at diagnosis and the pervious treatment sequence.

    Mots clés:
    prostate / Cancer / recommandations / CCAFU
    Suivi des tumeurs germinales du testicule
    Follow-up of testicular germ cell tumours. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
    2005
    - Recommandations
    - Réf : Prog Urol, 2005, 593

    Le suivi des tumeurs du testicule doit être rigoureux car les chances de guérison d'une éventuelle récidive sont importantes.
    Ce suivi est basé sur l'examen clinique, les scanner thoraco-abdomino-pelvien et le dosage des marqueurs tumoraux. La périodicité de ces examens est fonction du stade de la tumeur

    The follow-up of testicular tumours must be rigorous in view of the high cure rate in the case of recurrence. This follow-up is based on clinical examination, thoracoabdomin15opelvic CT and the tumour marker assays. The frequency of these examinations depends on the tumour stage.

    Mots clés:
    testicule / Cancer / recommandations
    Suivi des tumeurs malignes du pénis
    Follow-up of malignant tumours of the penis. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
    2005
    - Recommandations
    - Réf : Prog Urol, 2005, 596

    Les tumeurs du pénis sont des tumeurs potentiellement graves, peu fréquentes dans les pays occidentaux.
    Le suivi est basé sur l'examen clinique et le scanner thoraco-abdomino-pelvien.

    Tumours of the penis are potentially serious tumours, but are uncommon in western countries. Follow-up is based on clinical examination and thoracoabdominopelvic CT scan.

    Mots clés:
    Pénis / Cancer / recommandations
    Suivi du cancer du rein
    Follow-up of renal cancer. Association Française d'Urologie Oncology Committee guidelines.
    2005
    - Recommandations
    - Réf : Prog Urol, 2005, 577

    Le suivi du cancer du rein est essentiellement basé sur la tomodensitométrie (TDM) thoraco-abdominale. La durée de ce suivi et la fréquence des examens sont fonctions des groupes de risque.
    La détection précoce des métastases a un intérêt thérapeutique actuellement faible, hormis pour les tumeurs de bon pronostic ou pour la gestion des complications évolutives. Des publications récentes sur les thérapeutiques ciblées apportent un nouvel espoir et nous amèneront peut-être à modifier les recommandations de suivi.

    The follow-up of renal cancer is essentially based on thoracoabdominal computed tomography (CT). The duration of this follow-up and the frequency of examinations depend on the patient's level of risk. Early detection of metastases has a limited therapeutic value at the present time, apart from tumours with a good prognosis or for the management of complications. Recent publications on targeted treatments raise new hopes and may lead to a modification of follow-up guidelines.

    Mots clés:
    recommandations / Cancer / Rein