Base bibliographique

Sommaire :

Les traitements du cancer du rein métastasé. Données actuelles et perspectives
TexF-PU-93-00030177.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 177-186

Le cancer du rein métastasé garde un pronostic sombre en raison du faible impact des possibilités traditionnelles de traitement de cette tumeur.Les quelques survies prolongées obtenues après chirurgie d'exérèse isolée de la tumeur primitive ou de ses métastases sont à rapprocher d'une évolution parfois spontanément imprévisible et il semble donc que la chirurgie d'exérèse isolée ne permette pas le plus souvent d'augmenter la survie des patients. Parmi les traitements non chirurgicaux, la place de la radiothérapie reste palliative et l'hormonothérapie a fait la preuve de son inefficacité. Récemment, de nouvelles approches thérapeutiques se sont développées, qui laissent espérer une amélioration possible du pronostic du cancer du rein métastasé. Parmi celles-ci, une meilleure connaissance des mécanismes de chimio-résistance du cancer du rein devrait conduire prochainement à l'utilisation de drogues augmentant l'efficacité des chimiothérapies cytotoxiques sur cette tumeur. Enfin, les résultats obtenus avec les nouvelles formes d'immunothérapie font entrevoir de nouvelles possibilités thérapeutiques immuno-chirurgicales.

Treatment of metastatic renal cancer. Current data and future prospects.

Mots clés:
Rein / Tumeur / Métastase
Mots-clés:
Kidney / tumor / Metastasis
Immunothérapie du cancer du rein métastatique
Immunotherapy for metastatic renal cancer.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 187-194

L'Interleukine 2 (IL2), tout comme l'Interféron alpha (IFN), est active dans le cancer du rein métastatique, considéré comme une tumeur chimiorésistante. 20 à 30% de réponses objectives, dont 5 à 10% de rémissions complètes, sont rapportées avec divers schémas d'administration d'IL2. La toxicité, non négligeable, est actuellement bien contrôlée permettant la réalisation des traitements dans des services de soins standards, voire en ambulatoire lors d'administration sous-cutanée. L'IFN donné en général par un traitement au long cours, a permis d'obtenir des taux de réponses entre 15 et 20% en moyenne. Même si l'IL2 et l'IFN ont fait l'objet d'une autorisation de mise sur le marché en France, bien des questions demeurent quant à leur mode d'administration optimal, la place de l'association IL2-Interféron alpha ou les facteurs prédictifs de la réponse au traitement

Interleukin 2 (IL2), like Interferon alpha (IFN), is active in metastatic renal cancer, considered to be a chemoresistant cancer. 20 to 30% of objective responses, including 5 to 10% of complete remissions are reported with various protocols of IL2 administration. The considerable toxicity is now well controlled, allowing treatments to be administered in standard wards or even on an outpatient basis by subcutaneous injection. IFN, generally given as long-term treatment, achieved average response rates of between 15 and 20%. Although IL2 and IFN have been granted Product Marketing Authorisation in France, the modalities of optimal administration, the place of the combination of IL2-Interferon alpha and the factors predictive of response to treatment still remain unclear.

Mots clés:
Rein / Tumeur / Métastase / Immunothérapie
Mots-clés:
Kidney / tumor / Metastasis / Immunotherapy
Curage lymphatique coelioscopique et prostatectomie radicale par voie périnéale : une stratégie pour le traitement du cancer prostatique
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 197-204

La prostatectomie périnéale, en dépit de nombreux avantages a vu sa popularité décroitre au profit de la prostatectomie par voie rétropubienne au cours de ces dernières décades, et a été utilisée pour des indications spécifiques. La raison essentielle en était la possibilité d'évaluer préalablement et extemporanément la présence de métastases ganglionnaires. Nous avons récemment développé une méthode combinant curage lymphatique cìlioscopique (CLC) et prostatectomie radicale par voie périnéale (PRP). Entre janvier 1990 et janvier 1992, 30 patients (âge moyen 64 ans) ont consulté pour adénocarcinome prostatique stade B clinique. Trente-six interventions ont été pratiquées par le premier auteur. Neuf patients ont subi un CLC isolé (groupe 1), 13 patients ont subi une PRP isolée (groupe 2) et 14 patients ont subi les deux interventions (groupe 3). La perte sanguine estimée pour les groupes 1, 2 et 3 était respectivement de 20, 550 et 700 cc. La durée moyenne de séjour était 1,2, 5 et 5,6 jours. Quand une transfusion sanguine a été nécessaire dans les groupes 2 et 3, la quantité transfusée a été respectivement de 1,2 et 1,5 culots. Il n'y a pas eu de différence significative quant à la durée de séjour, la fréquence des complications post-opératoires, le délai de reprise de l'alimentation ou la nécessité d'une analgésie en dépit d'une différence de durée d'anesthésie entre le groupe 2 (2h 25) et groupe 3 ( 5h 27). Le PSA sérique était indétectable à 1, 3, 6 et 12 mois pour tous les malades des groupes 2 et 3, sauf dans un cas. Nous pensons donc que la combinaison du CLC et de la PRP permet d'exploiter les avantages de la PRP sans avoir à recourir à une incision sus pubienne ou à procéder en deux temps séparés.

Laparoscopic lymph node dissection in combination with radical perineal prostatectomy: an approach for the treatment of prostatic carcinoma.

Mots clés:
prostate / Tumeur / prostatectomie radicale / lymphadénectomie pelvienne / chirurgie laparoscopique
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / pelvic lymph node dissection / laparoscopic surgery
Hydrocèle vaginale idiopathique. Cure par injection sclérosante de minocycline
Idiopathic vaginal hydrocele cured by sclerosing injection of minocycline.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 205-208

Les auteurs rapportent une série de 31 hydrocèles (26 patients) traités par ponction évacuatrice suivie d'une injection sclérosante de chlorhydrate de minocycline. La douleur, habituelle avec ce type d'injection, a imposé une anesthésie qui a été générale (38,70%), puis simplement loco régionale (41,94%). Les patients peuvent reprendre leurs occupations dès le lendemain mais à 6 mois seulement 51,61% d'entre eux sont sans récidive de l'épanchement. Les malades doivent donc être prévenus des résultats inconstants de la méthode.

The authors report a series of 31 hydroceles (26 patients) treated by drainage followed by sclerosing injection of minocycline hydrochloride. The pain usually experienced with this injection required the use of general anaesthesia in 38.70% of cases and local-regional anaesthesia in 41.94% of cases. The patients were able to return to work on the day after the procedure, but after 6 months, only 51.61% of them were free of recurrence of the effusion. Patients must therefore be warned about the inconstant results of this technique.

Mots clés:
vaginale testiculaire / hydrocèle / injection sclérosante
Mots-clés:
tunica vaginalis / hydrocele / sclerosing injection
Le kyste hydatique du rein (à propos de 45 cas)
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 209-215

A partir d'une série de 45 cas de kyste hydatique du rein une étude globale de cette affection rare est faite dans ses multiples aspects. L'âge moyen de découverte est de 30 ans avec une légère prédominance féminine. Le kyste hydatique rénal a une symptomatologie souvent parlante (84% de masse du flanc, 73% de douleur) et parfois spécifique (29% d'hydaturie). L'accent est mis sur la valeur des données biologiques tout en sachant qu'environ une fois sur deux (57%) la sérologie est positive, et surtout sur l'apport de l'échotomographie et de la tomodensitométrie dans le diagnostic du kyste hydatique rénal, et ceci au détriment des indications de l'artériographie. Le traitement chirurgical est actuellement bien codifié. La voie d'abord est le plus souvent une lombotomie (60%) voire une incision antérieure (40%). Le traitement conservateur occupe une place prépondérante (84,5%), la résection du dôme saillant est largement suffisante. La néphrectomie totale ne se conçoit que devant un rein complètement détruit (15,5%). Les suites opératoires sont généralement simples et la réexpansion du parenchyme rénal est notée dans 78% des cas témoignant de la bénignité de cette affection.

Renal hydatid cyst. Report of 45 cases.

Mots clés:
Rein / échinococcose
Mots-clés:
Kidney / echinococcosis
L'uréthro-cervico-cystopexie par colposuspension aponévrotique : une technique originale dans le traitement de l'incontinence d'urine à l'effort. A propos de 32 cas revus à long terme
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 216-227

C'est une technique originale de traitement de l'incontinence urinaire d'effort (IUE) isolée, sans cystocèle associée, dont le but est l'obtention d'un bon résultat, stable à long terme qui évite les troubles dysuriques et les phénomènes d'irritation vésicale (pollakiurie, impériosité) inhérents à la cervicopexie par frondes. Elle consiste en une intervention de Gobell-Stoeckel modifiée en deux points: d'une part une dissection rétrocervicale par voie rétropubienne exclusive. D'autre part, la fixation de la bandelette aponévrotique au vagin avant de la fixer au ligament de Cooper pour éviter la compression de la lèvre postérieure du col vésical. De 1986 à 1991, 32 patientes ont bénéficié de cette technique. L'âge moyen est de 56 ans (extrêmes 41 - 83). Seize des 32 malades (50%) ont eu une chirurgie pelvienne préalable: 14 hystérectomies, 4 cures d'incontinence urinaire d'effort, 4 cures de cystocèle. Des impériosités mictionnelles sont associées à une IUE dans 25% des cas. Sur les 32 patientes opérées, 5 ont présenté 7 complications précoces mineures: 3 complications pariétales bénignes, 4 rétentions d'urine transitoires. La durée moyenne du sondage vésical à demeure est de 4 jours (extrêmes 2 - 6). La durée moyenne d'hospitalisation est de 8 jours (extrêmes 6 - 20). Le recul moyen est de 32 mois (extrêmes 12 - 70). La continence est parfaite dans 91% des cas. 69% des patientes ont un résultat excellent (continence normale, pas de dysurie, pas d'impériosité mictionnelle), 19% ont un résultat moyen (continence normale mais légère dysurie et/ou impériosité mictionnelle), 12% ont un mauvais résultat (2 incontinences par mictions impérieuses, 1 incontinence tardive secondaire à la survenue d'une lésion neurologique et 1 rétention incomplète permanente nécessitant la section endoscopique de la bandelette). Ces bons résultats à long terme nous font proposer cette technique dans le traitement des incontinences urinaires d'effort chez les femmes ménopausées et/ou déjà opérées.

Urethrocervicocystopexy by aponeurotic colposuspension: an original technique in the treatment of urinary stress incontinence, based on long-term follow-up of 32 cases.

Mots clés:
incontinence urinaire / chirurgie de l'incontinence urinaire / fronde
Mots-clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / sling
Cancer du pénis : valeur de la biopsie systématique des ganglions inguinaux superficiels chez les patients N0 clinique
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 228-233

De 1985 à 1991, chez 24 patients porteurs d'un épithélioma spino-cellulaire du pénis T1-3 N0 M0 clinique, une biopsie chirurgicale bilatérale du groupe supéro-interne des ganglions inguinaux superficiels, considéré comme le premier relais ganglionnaire, a été réalisée dans le même temps opératoire que le traitement de la lésion primitive. Aucun échec technique n'a été noté, mais aucune métastase n'a été retrouvée. La biopsie bilatérale étant négative chez ces 24 patients, une surveillance a été mise en place: consultation tous les 2 mois pendant 2 ans et auto-palpation par le patient. Sept patients (29,1%) ont présenté, dans un délai moyen de 11,85 ± 8,02 mois, une ou plusieurs adénopathies ilio-inguinales suspectes. Chez 6 patients, une lymphadénectomie ilio-inguinale bilatérale a alors été réalisée, confirmant la nature néoplasique des adénopathies inguinales et montrant la présence chez 3 d'entre eux de métastases ganglionnaires inguinales bilatérales, sans métastase iliaque. Le dernier patient présentant des métastases iliaques unilatérales histologiquement prouvées par biopsie chirurgicale, une chimiothérapie systémique a été réalisée avant une lymphadénectomie inguinale homolatérale. Cette constatation remet en cause la théorie du ganglion supéro-interne sentinelle comme premier relais. Elle montre qu'il existe plusieurs voies de drainage lymphatique vers les ganglions inguinaux superficiels et profonds. Cette biopsie, qui dans nos mains a toujours été négative, est insuffisante pour guider notre approche thérapeutique en cas de patients N0 clinique. La diminution des complications de la lymphadénectomie inguinale doit certainement nous inciter à préférer la chirurgie, en particulier le curage inguinal superficiel avec respect de la grande veine saphène.

Cancer of the penis: value of routine biopsy of the superficial inguinal nodes in clinical N0 patients. From 1985 to 1991, bilateral surgical biopsy of the superomedial group of superficial inguinal lymph nodes, considered to be the first draining nodes, was performed in 24 patients with clinical stage T1-3 N0 M0 squamous cell carcinoma of the penis at the same time as surgical treatment of the primary. This procedure was technically successful in every case, but no lymph node metastases were detected. As bilateral biopsy was negative in these 24 patients, clinical surveillance was implemented: review every 2 months for 2 years and self-palpation by the patient. Seven patients (29,1%) developed one or more suspicious ilio-inguinal lymph nodes after a mean interval of 11.85 ± 8.02 months: 1) In 6 patients, bilateral ilio-inguinal lymph node dissection was then performed, confirming the neoplastic nature of the inguinal node metastases without iliac metastases in 3 of these patients. 2) As the remaining patient presented with unilateral iliac node metastases, proven histologically by surgical biopsy, systemic chemotherapy was introduced prior to ipsilateral inguinal lymph node dissection. This finding questions the theory according to which the sentinel superomedial inguinal node constitutes the first draining node and demonstrates the existence of several pathways of lymphatic drainage towards superficial and deep inguinal nodes. This biopsy, which was always negative in our series, is insufficient to guide our therapeutic approach in clinical N0 patients. The decreased complication rate following inguinal lymph node dissection should certainly encourage us to prefer surgery, particularly superficial inguinal lymph node dissection with preservation of the great saphenous vein.

Mots clés:
Pénis / Tumeur / lymphadénectomie inguinale
Mots-clés:
penis / tumor / inguinal lymph node dissection
Tumeurs testiculaires à cellule de Leydig a priori bénignes : énucléation ou orchidectomie radicale?
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 234-237

Les lames de 5 patients traités pour tumeur testiculaire à cellule de Leydig (TTCL) cliniquement bénigne ont été relues selon des critères histologiques présomptifs de malignité. L'absence de tout signe de gravité n'est vérifiée que dans un seul cas, aucune des autres tumeurs ne pouvant être considérée comme rigoureusement bénigne. Ces constatations doivent inciter à une grande prudence dans les indications conservatrices, d'autant que, lorsqu'elles sont malignes, ces tumeurs sont d'une particulière gravité compte tenu du diagnostic nécessairement tardif et de leur absence de radio ou chimio-sensibilité.

Clinically benign Leydig cell testicular tumours: enucleation or radical orchidectomy? The histological sections of 5 patients treated for clinically benign Leydig cell testicular tumour (LCTT) were reviewed according to histological criteria presumptive of malignancy. The absence of any sign of severity was only verified in a single case, as none of the other tumours could be considered to be strictly benign. In the light of these findings, great caution is required in conservative indications, especially as these tumours, when they are malignant, are particularly serious due to the inevitable diagnostic delay and their absence of radio- or chemo-sensitivity.

Mots clés:
testicule / tumeur non germinale
Mots-clés:
Testis / non germ cell tumor
La néphrolithotomie per-cutanée (NLPC) ; Bilan de 250 NLPC par le même opérateur
Percutaneous nephrolithotomy (PCNL): review of 250 cases of PCNL performed by the same operator.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 238-251

L'auteur rapporte son expérience de 8 ans de NLPC portant sur 250 patients allant de 8 à 86 ans et comportant entre autres 31 calculs coralliformes et 52 calculs urétéraux traités par voie descendante. Les autres pierres étaient pyéliques ou calicielles, 4 fois sur rein unique. La technique utilisée est décrite en détail de même que les complications. La plus grave est l'infection qui a failli être mortelle 1 fois. L'hémorragie (7 fois) et la perforation digestive (2 perforations coliques droites) n'ont jamais nécessité d'intervention chirurgicale. Il n'y a eu ni décès, ni néphrectomie. Les résultats ont été parfaits (stone-free) d'emblée dans 77,6% des cas et dans 82,8% après élimination spontanée de débris lithiasiques ou NLPC itérative.

The author reports his 8-year experience of PCNL in 250 patients between the ages of 8 and 86 years, including 31 staghorn calculi and 52 ureteric stones treated via a descending approach. The other stones were pelvic or caliceal and 4 occurred in a solitary kidney. The technique used and the complications are described in detail. The most serious complication was infection, which was almost fatal in 1 case. Haemorrhage (7 cases) and intestinal perforation (2 right colonic perforations) never required surgical intervention. There were no deaths or nephrectomies. The results were immediately perfect (stone-free) in 77.6% of cases and in 82.8% of cases after spontaneous elimination of stone debris or repeat PCNL.

Mots clés:
Lithiase / Calcul / néphrolithotomie percutanée
Mots-clés:
stones / calculus / percutaneous nephrolithotomy
La maladie polykystique rénale autosomique dominante : complications urologiques et résultats de la transplantation rénale : 217 patients
Autosomal dominant renal polycystic disease.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 252-262

Les auteurs rapportent une série rétrospective de 217 observations de maladie polykystique rénale autosomique dominante recueillies en 30 ans dans les services d'Urologie et de Néphrologie du CHU de Nantes. Ils étudient la fréquence des complications urologiques, observées chez 87 patients (40%), et représentées par la lithiase (15%), l'infection (22% dont 4 décès) les hémorragies intrakystiques (3,5%), et les compressions de la voie excrétrice (2%). Les méthodes diagnostiques et thérapeutiques sont présentées et discutées. Ils abordent ensuite les résultats de la transplantation rénale : 39 des patients ont été greffés, 72% ont gardé un rein fonctionnel avec un recul moyen de 44,9 mois (extrêmes :12-108 mois), trois patients sont décédés suite à des complications infectieuses. Avec un taux de 92% à 1 et 3 ans, la survie actuarielle des greffons a été similaire aux transplantations réalisées pour une autre néphropathie. La préparation à la transplantation reste un problème essentiel : les deux indications majeures de néphrectomies pré-greffes ont été la taille des reins et l'infection.

Urological complications and results of renal transplantation in 217 patients. The authors report a retrospective series of 217 cases of autosomal dominant renal polycystic disease collected over a period of 30 years in the urology and nephrology departments of Nantes university hospital. They study the incidence of urological complications, observed in 87 patients (40%), consisting of calculi (15%), infection (22%, with 4 deaths), intracystic haemorrhages (3.5%) and urinary tract compression (2%). The diagnostic and therapeutic methods are presented and discussed. The results of renal transplantation are also analysed: 39 patients were transplanted, 72% retained a functioning kidney with a mean follow-up of 44.9 months (range: 12-108 months) and three patients died as a result of infectious complications. The 1-year and 3-year actuarial transplant survival rate of 92% was similar to that of renal transplantations performed for another form of renal disease. Preparation for renal transplantation remains an essential problem: the two major indications for pre-transplantation nephrectomy were the size of the kidneys and the presence of infection.

Mots clés:
Rein / polykystose
Mots-clés:
Kidney / autosomal polycystic disease
Urétérostomie cutanée transcolique transverse après irradiation pelvienne
Transcolonic cutaneous ureterostomy after pelvic irradiation.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 263-267

Les séquelles urologiques tardives de la radiothérapie pelvienne anti-néoplasique nécessitent dans certains cas une dérivation urinaire cutanée. Les conditions locales excluent souvent l'utilisation d'urétérostomie directe ou transiléale. Trois cas d'urétérostomie cutanée utilisant le côlon transverse sont présentés. Il n'y a pas eu de mortalité opératoire. Une seule sténose urétéro-colique est survenue au 12ème mois, traitée par endoscopie. Le choix du côlon tranverse fut décidé par sa position en dehors du champ d'irradiation et donc l'absence de lésion radique, par sa vascularisation qui peut être pédiculisée et par la possibilité de réséquer les segments urétéraux irradiés permettant des anastomoses avec les uretères proximaux. Les résultats de la littérature montrent une mortalité opératoire de O à 4% et une morbidité réduite. Cette technique peut être considérée comme une technique de choix des dérivations urinaires cutanées dans les complications urologiques de la radiothérapie pelvienne.

The late urological sequelae of pelvic radiotherapy for cancer sometimes require cutaneous urinary diversion. The local conditions often exclude the use of direct or transileal ureterostomy. Three cases of cutaneous ureterostomy using the transverse colon are presented. There was no operative mortality. A single ureterocolonic stenosis was observed at 12 months and was treated endoscopically. The choice of the transverse colon was based on its position away from the field of irradiation and, consequently, teh absence of radiation lesions, its blood supply which can be used to form pedicles and the possibility of resecting irradiated ureteric segments allowing anastomoses with the proximal ureters. The results reported in the literature show an operative mortality of 0 to 4% and a low morbidity. This technique can be considered to be a technique of choice for cutaneous urinary diversions in urological complications of pelvic radiotherapy.

Mots clés:
dérivation urinaire externe non continente / urétérostomie cutanée trans intestinale
Mots-clés:
noncontinent external urinary diversion / transintestinal cutaneous ureterostomy
Un cas de testicule ectopique en position périnéale
Perineal ectopic testis. A case report. Value of preoperative Doppler ultrasound.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 268-271

La position ectopique du testicule est définie par une migration différente du trajet normal de descente dans le scrotum. Nous rapportons un cas de testicule périnéal chez un enfant âgé de 4 ans. Le diagnostic est clinique, confirmé par l'échographie. Le doppler affirme et précise la vascularisation testiculaire. Le traitement chirurgical consiste en la réintégration dans la bourse.

The ectopic position of the testis is defined by a migration differing from the normal descent into the scrotum. This error is due to an anomaly of fixation of the distal extremity of the gubernaculum testis (2), resulting in an abnormal position of the testis. The five major sites of ectopic testis are the superficial inguinal canal (most frequent), femoral canal, suprapubic region (at the base of the penis), contralateral scrotum (rare) (3) and, lastly, the perineal region, which is also rare (8). The authors report a case of perineal testis in a 4 year old boy. The diagnosis was clinical and was confirmed by ultrasonography. Doppler studies visualised the testicular blood supply. The testis was surgically relocated in the scrotum.

Mots clés:
malformation génitale / ectopie testiculaire
Mots-clés:
genital malformation / cryptorchidism
Lésion traumatique du gland. Reconstruction par un lambeau prépucial.
Traumatic lesion of the glans repaired by means of a foreskin flap.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 272-275

Nous avons rapporté un cas de traumatisme du gland avec avulsion partielle du prépuce. La reconstruction a été faite à l'aide d'un lambeau prépucial pédiculé. Le résultat esthétique et fonctionnel a été très satisfaisant, avec un recul de 36 mois.

The authors report a case of glans trauma with partial avulsion of the foreskin repaired by means of a foreskin pedicle flap. The cosmetic and functional result was very satisfactory with a follow-up of 36 months.

Mots clés:
gland / lésion traumatique / chirurgie réparatrice
Mots-clés:
glans / traumatic lesion / reconstructive surgery
Malakoplakie vésicale à forme tumorale. A propos de deux cas
Neoplastic form of vesical malakoplakia. Report of two cases.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 276-283

Les auteurs rapportent deux cas rares de malakoplakie vésicale à forme tumorale, l'un avec fistule entéro-vésicale, l'autre avec une extension pelvienne extra vésicale. La symptomatologie est non spécifique et le diagnostic reste anatomo-pathologique. Le traitement médical, basé sur la physiopathogénie infectieuse suspectée de l'affection, associe de façon variable: antibiotiques, cholinergiques et vitamine C. Il doit être suffisamment prolongé et conservateur du fait de son efficacité habituelle même sur de telles formes tumorales.

The authors report two rare cases of neoplastic vesical malakoplakia, one with an enterovesical fistula and the other with extravesical pelvic extension. The symptoms are non-specific and the diagnosis remains histological. Medical treatment, based on the suspected infectious physiopathogenesis of the disease, consists of variable combinations of antibiotics, cholinergics and vitamin C. It must be sufficiently prolonged and conservative in view of its usual efficacy, even in neoplastic forms.

Mots clés:
Vessie / Infection
Mots-clés:
bladder / infection
Les complications de la chirurgie laparoscopique en urologie
Complications of urological laparoscopic surgery.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 284-291

La chirurgie laparoscopique est devenue d'une pratique courante en urologie depuis déjà quelques années et il est vraisemblable que sa place ne cessera de croître dans les années à venir. Quoique la morbidité et la mortalité de cette technique peu invasive soient relativement faibles, les risques qu'elle comporte doivent être pris sérieusement. Une compréhension approfondie du mécanisme des complications potentielles doit permettre de les prévoir et donc de réduire leur probabilité. Cet article passe en revue les complications et leur genèse d'un bout à l'autre de l'intervention chirurgicale laparoscopique.

The use of laparoscopy has become commonplace in urology over the past several years and will undoubtedly continue to grow. Although the morbidity and mortality of this minimally invasive technique are relatively low, the risks involved must be taken seriously. A thorough understanding of the potential complications allows one to anticipate these events and therefore reduces their likelihood. This paper will review the mechanisms of laparoscopic surgical complications throughout the entire realm of the laparoscopic case.

Mots clés:
chirurgie laparoscopique / complication iatrogène
Mots-clés:
laparoscopic surgery / iatrogenic complication
Informatisation en pratique urologique libérale avec lieux d'exercice multiples : utilisation d'un logiciel médical et d'un micro-ordinateur transportable.
Computerisation of private urological practice with several offices: use of a medical computer programme and a portable personal computer.
2001
- Didactique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 292-302

A partir de juin l990 nous avons utilisé un logiciel médical: Medistory(r) pour informatiser une activité urologique libérale. Il s'agissait d'un logiciel permettant une personnalisation du recueil des données adapté à l'urologie: fiches d'interrogatoire en fonction de la pathologie, comptes rendus types, édition de courrier, création d'un fichier multi-entrées et enregistrement de la comptabilité. La consultation s'est toujours déroulée sans support papier avec recueil des données en temps réel. La comptabilité était enregistrée en fin de consultation. Le courrier était édité séparément en fin de journée au domicile pour ne pas retarder le patient. Une double sauvegarde était effectuée tous les 2 jours sur disque dur. Nous avons utilisé un micro-ordinateur portable Macintosh avec 20 méga-octets de mémoire vive et un disque dur interne de 40 méga-octets du fait de notre mode d'exercice sur plusieurs sites.Cette informatisation a bénéficié de l'interface du Macintosh qui a facilité l'apprentissage et l'utilisation du logiciel. Aucune perte de temps n'a été relevée par rapport à une consultation classique, ni aucune gêne du patient. La possibilité d'ouvrir simultanément plusieurs dossiers a permis de répondre simplement aux demandes de renseignement annexes. Deux fichiers sur 700 ont été perdus (0,3%) du fait d'une fausse maneuvre lors de la sauvegarde des données. Aucune erreur de comptabilité n'a été enregistrée.L'utilisation d'un logiciel médical s'adapte particulièrement bien à une pratique libérale urologique avec lieux d'exercice multiples. Le gain de place, la rapidité, la capacité de stockage illimitée et la possibilité de récupérer les données sur d'autres logiciels courants sont les avantages de la micro-informatique. Medistory, logiciel créé pour les médecins généralistes par la facilité des personnalisations permettant de créer des fiches d'interrogatoire en fonction de la pathologie, d'éditer des comptes-rendus et des courriers variés, est tout à fait adapté à cette utilisation.

The authors have used a medical programme, Medistory(r), since June 1990 to computerise a private urological practice. This programme allows personalisation of data collection adapted to urology: interview sheets related to the disease, standard report forms, edition of letters, creation of a multi-entry file and entering of accounts. The consultation was always held without a paper support with real-time data acquisition and the accounting was performed at the end of the visit. Letters were printed separately at home, at the end of the day, so as not to delay the patient. A back-up was performed every second day on hard disk. We used a portable Macintosh with 20 mega octets of REM and a 40 mega octet internal hard disk as our practice is based at several sites. This computerisation benefited from the Macintosh interface which facilitated learning and use of the programme. No time loss and no patient discomfort were recorded in comparison with a conventional consultation. The possibility of opening several files at the same time allowed a simple reply to any demands for other information. Two files out of 700 were lost (0.3%) due to an error when saving data. No accounting errors were detected. The use of a medical programme is particularly well adapted to private urological practice with multiple offices. The advantages of a personal computer include the gain of place, rapidity, unlimited storage capacity and the possibility of recovering data with other standard programmes. Medistory, a programme created for general practitioners, is perfectly adapted to this use due to the ease of personalisation allowing the creation of interview sheets related to the disease and the edition of reports and various letters

Mots clés:
exercice professionnel / informatisation
Mots-clés:
professional practice / computerization