Base bibliographique

Sommaire :

Transplantation rénale ABO incompatible
ABO-incompatible renal transplantation.
2006
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 121-127

Le développement de la transplantation de rein de donneur vivant, favorisé par la révision des lois de bioéthique du 6 août 2004, se heurte parfois à un problème d'incompatibilité de groupe sanguin ABO entre le receveur et un donneur potentiel.
Les risques d'une transplantation d'organe ABO incompatible peuvent-ils être suffisamment maïtrisés pour permettre des résultats satisfaisants ?
Nous avons réalisé une mise au point sur ces transplantations ABO incompatibles en présentant synthétiquement l'état de l'art de la connaissance des mécanismes immunologiques et en étudiant de manière systématique les expériences rapportées dans la littérature internationale afin de définir leur niveau de preuve.

The growth of living donor kidney transplantation, facilitated by revision of the French Bioethics Law of 6 August 2004, is sometimes faced with the problem of ABO blood group incompatibility between the recipient and a potential donor. Are the risks of ABO-incompatible organ transplantation sufficiently mastered to allow satisfactory results? The authors conducted a review of ABO-incompatible transplantations in the light of the current state of knowledge on the immunological mechanisms involved and a systematic review of the international literature to define their level of proof.

Mots clés:
Groupes sanguins / Transplantation rénale / immunologie.
Mots-clés:
Blood groups / renal transplantation / immunology / level of proof.
Complications de la laparoscopie rétropéritonéale : expérience après 500 cas
Complications of retroperitoneal laparoscopy based on a series of 500 cases
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 128-133

Objectif : Evaluer les complications de la laparoscopie rétropéritonéale pour la chirurgie du haut appareil urinaire.
Méthodes : De 1994 à 2003, 500 lomboscopies ont été réalisées : 143 néphrectomies élargies, 104 néphrectomies simples, 95 surrénalectomies, 47 plasties de la jonction pyélo-urétérale, 44 néphrectomies partielles, 22 néphro-urétérectomies, 20 kystectomies, 9 diverticulectomies, 8 lymphadénectomies, 4 pyélotomies et 4 chirurgies de l'uretère. La technique est standardisée avec utilisation de 5 trocarts.
Résultats : Il y a eu 23 conversions (4,6%) : 5 pour adhérences rétropéritonéales, 11 pour hémorragie per-opératoire, 7 pour impossibilité technique. Quatorze malades (2,8%) ont dû être repris secondairement au bloc : 5 urinomes et 2 fistules uro-cutanées traités par drainage urétéral, 2 abcès profonds, 2 hémorragies secondaires, 2 colostomies pour fistule digestive après plaie colique, 1 éventration sur orifice de trocart. Il y a eu 2 décès (0,4%) en post-opératoire suite à un choc septique et à un choc hémorragique. 21 patients (4,2%) ont présenté des complications post-opératoires médicales : hématomes, hyperthermies, phlébite et infections pulmonaires. 15 patients (3%) ont été transfusés. Les complications les plus fréquentes sont survenues après néphrectomies partielles et les plus graves après néphrectomies élargies.
Conclusion : Le taux de complications est faible. La laparoscopie rétropéritonéale permet la chirurgie du haut appareil urinaire de manière reproductible et efficace. Elle n'est pas conseillée en cas de chirurgie préalable du rétropéritoine.

Objective: To evaluate the complications of retroperitoneal laparoscopy for upper urinary tract surgery.

Methods: From 1994 to 2003, 500 retroperitoneal laparoscopy procedures were performed: 143 radical nephrectomies, 104 simple nephrectomies, 95 adrenalectomies, 47 ureteropelvic junction plasties, 44 partial nephrectomies, 22 nephroureterectomies, 20 cyst resections, 9 diverticulectomies, 8 lymphadenectomies, 4 pyelotomies and 4 ureteric procedures. The standardized technique uses 5 trocars.

Results: There were 23 conversions (4.6%): 5 for retroperitoneal adhesions, 11 for intraoperative bleeding, 7 for technical impossibility. 14 patients (2.8%) required surgical revision: 5 urinomas and 2 urocutaneous fistulas treated by ureteric drainage, 2 deep abscesses, 2 cases of secondary bleeding, 2 colostomies for gastrointestinal fistula after colonic injury, 1 incisional hernia on a trocar orifice. There were postoperative 2 deaths (0.4%) due to septic shock and haemorrhagic shock. 21 patients (4.2%) presented medical postoperative complications: haematoma, hyperthermia, phlebitis and pulmonary infections. 15 patients (3%) were transfused. The most frequent complications occurred after partial nephrectomies and the most serious complications occurred after radical nephrectomies.

Conclusion: The complication rate is low. Retroperitoneal laparoscopy allows reproducible and effective upper urinary tract surgery, but it is not recommended in patients with a history of retroperitoneal surgery.

Mots clés:
laparoscopie / haut appareil urinaire / Complications / Néphrectomie / pyélopolastie
Mots-clés:
retroperitoneal laparoscopy / complications. / pyeloplasty / suprarenalectomy.
Tumeur rénale bilatérale non héréditaire : attitude pratique et place de la chirurgie conservatrice
Sporadic bilateral kidney tumour: practical approach and place of conservative surgery.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 134-138

But : Etudier les spécificités de la forme non héréditaire du carcinome à cellules rénales (CCR) bilatéral.
Matériel et Méthode : 26 patients avaient un CCR bilatéral parmi 759 patients opérés de CCR dans notre institution entre 1985 et 1998. Le suivi concernait 23 patients (3 perdus de vue) pendant une période moyenne de 56,5 mois. Les suivis actuariels ont été effectués avec la méthode de Kaplan-Meier, les comparaisons entre les différents groupes avec la méthode de Mann-Whitney.
Résultats : On dénombrait 10 tumeurs asynchrones et 16 tumeurs synchrone, la taille moyenne des synchrones était significativement supérieure à celle des asynchrones (61 vs 33,5 mm). L'histologie retrouvait 16 carcinomes à cellules conventionnelles (CCC), 7 carcinomes tubulo-papillaires (CTP), 2 CCC et CTP, et un oncocytome bilatéral. Les tumeurs malignes étaient de stade T1-T2 (n=23) ou T3 (n=2). La bilatéralité était plus fréquente pour les CPT que pour les CCC (7,9% vs. 2,8%). 44 interventions chirurgicales (dont 19 néphrectomies élargies et 24 néphrectomies partielles) ont été réalisées. Le délai moyen entre les deux opérations était de 85,2 mois pour les tumeurs asynchrones. Le suivi a montré 15 rémissions et 6 décès, dont 5 en rapport avec le CCR, une récidive locale et une récidive locale avec métastases. La survie spécifique à un an était de 96% et à 5 ans de 74%. L'âge, le sexe, le type histologique et le mode synchrone ou asynchrone n'induisaient pas de différence significative.
Conclusion : L'attitude chirurgicale doit donc être résolument conservatrice compte-tenu du bon taux de survie à 5 ans, et du faible taux de récidives locales et métastatiques.

Objective: To study the specific features of the sporadic form of bilateral renal cell carcinoma (RCC).

Material and Method: Twenty-six patients presented bilateral RCC among a total of 759 patients operated for RCC in our institution between 1985 and 1998. The mean follow-up for 23 patients (3 were lost to follow-up) was 56.5 months. Actuarial survival was estimated by the Kaplan-Meier method and comparisons between the various groups were performed with a Mann-Whitney test.

Results: This series comprised 10 asynchronous tumours and 16 synchronous tumours. The mean diameter of synchronous tumours was significantly greater than that of asynchronous tumours (61 vs 33.5 mm). Histology revealed 16 clear cell carcinomas (CCC), 7 tubulopapillary carcinomas (TPC), 2 cases with CCC and TPC, and one bilateral oncocytoma. Malignant tumours were classified as stage T1-T2 (n=23) or T3 (n=2). TPC was more frequently bilateral than CCC (7.9% vs. 2.8%). Forty-four surgical operations (19 radical nephrectomies and 24 partial nephrectomies) were performed. The mean interval between two operations for asynchronous tumours was 85.2 months. Follow-up demonstrated 15 remissions and 6 deaths, including 5 deaths due to RCC, one local recurrence and one local recurrence with metastases. One-year specific survival was 96% and 5-year survival was 74%. Age, gender, histological type and the asynchronous or synchronous mode did not induce any significant difference on survival.

Conclusion: The surgical approach must therefore be resolutely conservative in view of the good 5-year survival rate and the low local recurrence and metastasis rates.

Mots clés:
carcinome à cellules rénales / chirurgie conservatrice.Niveau de preuve : 5
Mots-clés:
Renal cell carcinoma / conservative surgery.
Aspect en imagerie du kyste hydatique du rein. A propos de 41 cas
Imaging of renal hydatid cyst based on a series of 41 cases.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 139-144

Objectifs : Les auteurs se proposent de présenter les différents aspects en imagerie du kyste hydatique du rein (KHR) et de préciser la place des différents examens à réaliser.
Matériel et Méthodes : Cette étude rétrospective a proté sur 41 cas de KHR pris en charge de 1989 à 2003, comprenant 19 hommes et 22 femmes d'âge moyen 32 ans.
L'ASP a été réalisé dans tous les cas, l'échographie dans 39 cas, la tomodensitométrie (TDM) dans 13 cas et l'IRM dans 3 cas.
Résultats : Le diagnostic pré-opératoire du KHR a été posé dans 39 cas (95%), sur les données de l'échographie dans 31 cas (75%), de la TDM dans 5 cas (12%) et de l'IRM dans 3 cas (7%). Le diagnostic a été confirmé à l'histologie dans les 41 cas.
Conclusion : Le diagnostic du KHR est souvent facile dans les pays d'endémie hydatique et se base sur les données du couple ASP - échographie. La TDM a constitué l'examen de deuxième intention pour les kystes compliqués. L'IRM représente la modalité de choix en cas de formes atypiques assurant le diagnostic différentiel avec le kyste séreux et le cancer kystique du rein.

Objectives: The authors present the various imaging features of renal hydatid cyst and define the place of the various imaging modalities.

Material and Methods: This retrospective study was based on 41 cases of renal hydatid cyst treated between 1989 and 2003, including 19 men and 22 women with a mean age of 32 years. KUB x-ray was performed in every case, ultrasound was performed in 39 cases, computed tomography (CT) was performed in 13 cases and MRI was performed in 3 cases.

Results: The preoperative diagnosis of renal hydatid cyst was established in 39 cases (95%), based on ultrasound in 31 cases (75%), CT in 5 cases (12%) and MRI in 3 cases (7%). The diagnosis was confirmed histologically in 41 cases.

Conclusion: The diagnosis of renal hydatid cyst is often simple in hydatid endemic countries and is based on a combination of KUB-ultrasound. CT constitutes the second-line examination, which should be reserved for complicated cysts. MRI is the modality of choice in the case of atypical forms ensuring the differential diagnosis with serous cyst and cystic renal cancer.

Mots clés:
Rein / kyste hydatique / imagerie. tumeur bénigne. Niveau de preuve : 5
Mots-clés:
Kidney / hydatid cyst / imaging. benign tumour.
Morbidité et mortalité des cancers du rein avec thrombus tumoral dans la veine cave inférieure en fonction du type de la prise en charge chirurgicale
Morbidity and mortality of renal cancer with inferior vena cava extention according to various types of surgical management.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 145-150

Objectif : Le but de notre étude a été d'évaluer la mortalité et la morbidité des patients opérés d'un cancer du rein avec extension tumorale dans la veine cave inférieure en fonction de la prise en charge chirurgicale et du niveau supérieur du thrombus tumoral.
Matériel et Méthodes : De juin 1991 à mars 2003, 40 patients ont eu une néphrectomie élargie avec exérèse d'un thrombus veineux tumorale s'étendant dans la veine cave inférieure. La limite supérieure du thrombus tumoral a été au-dessous des veines sus-hépatiques dans 21 cas (52,5%) et au-dessus des veines sus-hépatiques dans 19 cas (47,5%) dont 6 (15%) dans l'oreillette droite.
Résultats : Une circulation extra-corporelle (CEC) a été utilisée chez 12 patients (30%). Le taux de patients transfusés a été de 87,5%. Dans le groupe des 19 patients ayant un thrombus s'étendant au-dessus des veines sus-hépatiques, le taux de transfusion a été moins important chez les patients opérés sous CEC (p=0,008). Une embolie per-opératoire a été notée chez 3 patients (7,5%) : 2 cas d'embolie cruorique et 1 cas d'embolie gazeuse, toujours chez des patients opérés sans CEC. La mortalité précoce a été de 7,5% suite à des complications hémorragiques. La morbidité précoce a été de 47,5%. Il n'a pas existé de différence significative entre les groupes de patients opérés avec ou sans CEC en terme de morbidité (p=0,836) ou de mortalité (p=0,896).
Conclusion : La prise en charge des patients ayant un cancer du rein avec extension tumorale dans la veine cave inférieure est lourde et multidisciplinaire. Les patients opérés sous CEC pour des tumeurs s'étendant au-dessus des veines sus-hépatiques ont eu moins de transfusions et de complications emboliques sans pour autant augmenter la mortalité et la morbidité.

Objective: The objective of this study was to evaluate the mortality and morbidity of patients operated for renal cancer with inferior vena cava extension according to the surgical management and the upper limit of the tumour thrombus.

Material and Methods: From June 1991 to March 2003, 40 patients underwent radical nephrectomy with resection of neoplastic venous thrombus extending into the inferior vena cava. The upper limit of the tumour thrombus was below the hepatic veins in 21 cases (52.5%) and above the hepatic veins in 19 cases (47.5%) with invasion of the right atrium in 6 cases (15%).

Results: Cardiopulmonary bypass (CPB) was used in 12 patients (30%). The transfusion rate was 87.5%. In the group of 19 patients with thrombus extending above the hepatic veins, the transfusion rate was lower in patients operated by CPB (p=0.008). Intraoperative embolism occurred in 3 patients (7.5%): 2 cases of thrombotic embolism and 1 case of gas embolism, always in patients operated without CPB. The early mortality was 7.5% from haemorrhagic complications. The early morbidity was 47.5%. No significant difference was observed between groups of patients operated with or without CPB in terms of morbidity (p=0.836) or mortality (p=0.896).

Conclusion: The management of patients with renal cancer and inferior vena cava extension is complicated and requires a multidisciplinary approach. Patients operated under CPB for tumours extending above the hepatic veins have a lower transfusion rate and a lower embolic complication rate with no increase of mortality and morbidity.

Mots clés:
cancer du rein / thrombus / Veine cave inférieure / mortalité / morbidité
Mots-clés:
Renal cancer / thrombus / Inferior vena cava / mortality / Morbidity
Prise en charge endoscopique des tumeurs urothéliales du haut appareil urinaire
Endoscopic management of urothelial tumours of the upper urinary tract.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 151-154

But : Le traitement de référence des lacunes de la voie excrétrice supérieure est la néphro-urétérectomie (NUT) avec excision d'un manchon vésical péri-méatique. Nous avons évalué le rôle de l'endoscopie et du traitement laser dans la prise en charge des lacunes du haut appareil.
Matériel et méthodes : Nous avons évalué toutes les lacunes du haut appareil par des biopsies réalisées lors d'une urétéroscopie souple suivie par une vaporisation au laser holmium YAG 10 Watts. Les tumeurs de haut grade ou de vaporisation incomplète ou multifocales ou de plus de 2 cm avaient un traitement complémentaire. Les tumeurs de faible grade et vaporisation complète ont été suivies par urétéroscopie à 3 mois puis tous les 6 mois. De mars 2002 à septembre 2004, 15 patients consécutifs ont été pris en charge selon ce protocole. L'âge moyen était de 70 ans (53 à 85 ans). Trente neuf tumeurs ont été traitées. La taille moyenne des tumeurs était de 1,05 cm (0,3 à 2,5 cm).
Résultats : Parmi les 15 patients traités selon le protocole, il y avait 39 tumeurs. Le grade a pu être obtenu par biopsie dans 66% des cas. Sept patients étaient sans récidive après un suivi médian de 18 mois (12 à 34 mois). Au total, un traitement conservateur a pu être réalisé chez 12 patients, soit un taux de conservation rénale de 80% à 22 mois. Deux patients sont décédés au cours du suivi, l'un d'une néoplasie prostatique et l'autre d'une tumeur urothéliale vésicale invasive. Un patient qui avait récidivé puis retraité a été perdu de vue.
Conclusion : Les lacunes du haut appareil urinaire peuvent être explorées par urétéroscopie afin d'obtenir un diagnostic anatomopathologique et de réaliser un traitement par vaporisation laser. Un traitement complémentaire est alors effectué en fonction des résultats anatomopathologiques soit par vaporisation complémentaire, soit par néphro-urétérectomie. Le traitement laser permet un taux de conservation rénale important mais avec un risque de récidive. Le traitement conservateur endoscopique qui est admis dans les cas de nécessité peut trouver sa place dans le cadre des tumeurs de petite taille, unifocales, de bas grade, avec un rein controlatéral normal.

Objective: The reference treatment for filling defects of the upper urinary tract is nephroureterectomy with excision of a perimeatal bladder segment. The authors evaluated the role of endoscopy and laser in the management of filling defects of the upper urinary tract.
Material and methods: Filling defects of the upper urinary tract were evaluated by biopsies performed during ureteroscopy followed by 10 Watt Holmium-YAG laser vaporisation. High-grade or incompletely vaporised tumours or multifocal tumours or tumours more than 2 cm in diameter received complementary treatment. Low-grade and completely vaporised tumours were followed by ureteroscopy at 3 months and then every 6 months. The authors conducted a prospective study from March 2002 to September 2004. Fifteen consecutive patients were managed according to this protocol. The mean age was 70 years (range: 53 to 85 years). Thirty nine tumours were treated. The mean tumour diameter was 1.05 cm (range: 0.3 to 2.5 cm).
Results: In this series of 15 patients treated according to this protocol, 39 tumours were diagnosed and treated. The grade was determined by biopsy in 66% of cases. Seven patients have a median recurrence-free survival of 18 months (range: 12 to 34 months). Overall, conservative management was able to be performed in twelve patients, corresponding to a 22-month kidney preservation rate of 80%. Two patients died during follow-up, one from prostatic cancer and the other from invasive urothelial bladder tumour. One patient who had had recurrence ans had been re-treated was lost for report.
Conclusion: Filling defects of the upper urinary tract can be investigated by ureteroscopy to obtain a histological diagnosis and to perform treatment by laser vaporisation. Complementary treatment is then performed depending on the histological results, either by complementary vaporisation or by nephroureterectomy. Laser treatment ensures a high kidney preservation rate but with a recurrence risk. Conservative endoscopic treatment, which is considered to be acceptable in cases of necessity, may also be useful in the context of small, unifocal, minimally invasive tumours with a normal contralateral kidney.

Mots clés:
cancer urothélial / voies urinaires supérieures / Urétéroscopie
Mots-clés:
urothelial cancer / upper urinary tract / ureteroscopy
Etude randomisée comparant l'analgésie par piroxicam à l'analgésie par tramadol lors d'une lithotripsie extracorporelle électromagnétique en ambulatoire
Randomized study comparing piroxicam analgesia and tramadol analgesia during outpatient electromagnetic extracorporeal lithotripsy.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 155-159

But : Analyser l'efficacité de deux types de protocoles antalgiques lors de la lithotripsie extracorporelle (LEC) électromagnétique avec un lithotripteur de 2ème génération STORZ Modulith SLX en ambulatoire.
Matériel et méthodes : Cent soixante et onze patients ont été randomisés de façon prospective en 2 groupes. Le groupe 1 (n=82) recevait 40mg de piroxicam IM, le groupe 2 (n=89), 100mg IV de tramadol. La lithotripsie était effectuée en 2 séquences T1 et T2 pendant lesquelles une évaluation de la douleur quantitative EV selon l'échelle EVA et qualitative EQ selon le questionnaire McGill, a été effectuée. Les critères de jugement incluaient le score moyen de douleur EV et EQ à T1 et T2, la puissance maximale tolérée à T2, la douleur post-opératoire à la 6ème, 12ème et 24ème heure après la LEC, le score de douleur selon la puissance, selon la fréquence et les effets indésirables. Les comparaisons ont été effectuées par analyses de variance (significatif si p < 0,05).
Résultats : Il n'existait pas de différence significative entre les deux groupes, concernant la taille des calculs, la durée et le nombre de coups pendant LEC (p > 0,05). Absence également de différence significative en terme de douleur concernant les deux médicaments utilisés. La douleur était d'autant plus importante que la fréquence et la puissance de tir étaient élevées. Une seule intervention a été arrêtée pour cause de douleur. L'analyse des données suggère que le tramadol semble induire davantage d'effets indésirables.
Conclusion : Le piroxicam et le tramadol sont deux antalgiques utilisés couramment dans la pratique clinique et leur utilisation est adaptée au traitement de la douleur lors de la LEC en ambulatoire.

Objective: To analyse the efficacy of two types of analgesia protocols during outpatient electromagnetic extracorporeal lithotripsy (ESWL) with a STORZ Modulith SLX second generation lithotriptor.
Material and methods: One hundred and seventy one patients were prospectively randomized to 2 groups. Group 1 (n=82) received 40 mg of Piroxicam IM, and group 2 (n=89) received 100 mg Tramadol IV. Lithotripsy was performed in 2 sequences, T1 and T2, during which quantitative evaluation of pain (VE) was performed according to a VAS scale and qualitative evaluation of pain (QE) was performed according to the McGill questionnaire. Endpoints included the mean VE and QE pain scores at T1 and T2, the maximum power tolerated at T2, the postoperative pain at the 6th, 12th and 24th hours after ESWL, the pain score according to the power and according to the frequency and adverse effects. Comparisons were performed by analyses of variance (significant for p < 0.05).
Results: No significant difference was observed between the two groups for stone dimensions, duration and number of ESWL shots (p>0.05) and significant difference was observed for pain with the two drugs used. Pain was more severe as frequency and power increased. Only one intervention was stopped because of pain. Data analysis suggests that tramadol induces more adverse effects.
Conclusion: Piroxicam and tramadol are two analgesics commonly used in clinical practice and both are suitable for the treatment of pain during outpatient extracorporeal lithotripsy.

Mots clés:
Lithotripsie / Douleur / Tramadol / piroxicam / Rein
Mots-clés:
Lithotripsy / Pain / Tramadol / piroxicam / level of proof
Le papillome inversé de la vessie : diagnostic et évolution
Inverted papilloma of the bladder: diagnosis and course.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 160-162

But : Analyser les aspects diagnostiques, thérapeutiques et évolutifs du papillome inversé de la vessie.
Matériels et méthodes : Entre Janvier 1980 et Janvier 2004, 12 patients atteints d'un papillome inversé de la vessie ont été inclus, représentant 0.36% de toutes les tumeurs vésicales traitées durant la même période.
Résultats : Il s'agissait de 10 hommes et 2 femmes d'âge moyen de 62 ans (31-83 ans). Le mode de révélation le plus fréquent était une hématurie macroscopique (10/12 cas), associée à des signes d'irritation vésicale dans 8 cas. Cette lésion était unique, souvent de localisation trigonale (7/12 cas). Un carcinome à cellules transitionnelles associé a été retrouvé dans 5 cas.
Conclusion : Les papillomes inversés de la vessie sont des tumeurs rares et bénignes qui peuvent s'associer à des carcinomes urothéliaux imposant une surveillance rigoureuse.

Objective: To analyse the diagnosis, treatment and clinical course of inverted papilloma of the bladder.
Materials and methods: Between January 1980 and January 2004, 12 patients with an inverted papilloma of the bladder were included, representing 0.36% of all bladder tumours treated over the same period.
Results: This series consisted of 10 men and 2 women with a mean age of 62 years (range: 42-83 years). The most frequent presenting complaint was macroscopic haematuria (10/12 cases), associated with signs of bladder irritation in 8 cases. This lesion was solitary and frequently located in the trigone (7/12 cases). An associated transitional cell carcinoma was diagnosed in 5 cases.
Conclusion: Inverted papillomas of the bladder are rare, benign tumours that can be associated with urothelial carcinoma, requiring rigorous surveillance.

Mots clés:
Papillome inversé / Vessie / Tumeur
Mots-clés:
inverted papilloma / bladder / tumour
Solutions ioniques et possibilités de prévention des cystites récidivantes
Ionic solutions and possibilities of prevention of recurrent cystitis.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 163-167

Objectif : Connaissant l'importance du phénomène d'adhérence bactéries - cellules urinaires dans la genèse des infections du tractus urinaire, vérifier l'hypothèse d'un abaissement de cette adhérence par un complexe ionique : l'eau minérale de La Preste.
Sujets et méthode : Il a été comparé en milieu neutre et en eau minérale, l'adhérence in vitro d'un Escherichia coli P-fimbrié (à pili Gal-Gal) sur les cellules urinaires de femmes présentant des cystites récidivantes ; et l'interaction de la même bactérie avec des micro-particules enrobées de récepteurs Gal-Gal dans les mêmes milieux. In vivo, les cellules urinaires de 13 femmes à bilan urologique normal, ayant des cystites récidivantes et une capacité d'adhérence élevée, ont été testées trois fois par jour vis-à-vis de la même bactérie, au premier et au dernier jour de leur cure thermale.
Résultats : In vitro, le pré-traitement des cellules urinaires par l'eau minérale a produit un abaissement d'adhérence (p = 0,001), alors que le pré-traitement des bactéries par la même eau a été sans effet. In vivo, l'adhérence baisse significativement (p = 0,021) 2 à 3 heures après ingestion d'eau minérale ; et un abaissement global significatif d'adhérence (p = 0,016) a été mesuré entre le premier et le dernier jour de cure.
Conclusions : Ces données montrent une diminution de l'adhérence (de type P) entre Escherichia coli et cellules urinaires en présence d'eau minérale de La Preste, par action sur la cellule urinaire. Elles indiquent le rôle probable du soufre et de la silice dans ce processus, alors qu'une modulation d'adhérence par des ions n'est connue à ce jour que pour le calcium et le magnésium.

Objective: In view of the importance of the phenomenon of adhesion of bacteria to urothelial cells in the pathogenesis of urinary tract infections, the authors investigated the possibility of decreasing this adhesion by means of a complex ionic solution: La Preste mineral water.
Subjects and method: The in vitro adhesion of Escherichia coli P-fimbriae (Gal-Gal pili) to urothelial cells in women with recurrent cystitis was compared in neutral medium and in mineral water and the interaction of this same micro-organism with microparticles coated with Gal-Gal receptors was also studied in the same media. In vivo, urothelial cells of 13 women with a normal urological assessment, presenting recurrent cystitis and a high adhesion capacity, were tested three times a day in relation to the same micro-organism on the first and last day of their course of mineral water therapy.
Results: In vitro, pretreatment of urothelial cells by mineral water induced decreased adhesion (p=0.001), while pretreatment of bacteria with the same mineral water had no effect. In vivo, adhesion was significantly (p=0.021) decreased 2 to 3 hours after ingestion of mineral water and a significant global reduction of adhesion (p=0.016) was observed between the first and last day of mineral water therapy.
Conclusions: These data show a reduction of adhesion (type P) between Escherichia coli and urothelial cells in the presence of La Preste mineral water, due to an action on urothelial cells. These results indicate the probable role of sulphur and silica in this process, while modulation of adhesion by ions has only been demonstrated to date for calcium and magnesium.

Mots clés:
P-fimbriae / adhérence / complexe ionique / Vessie / Infection
Mots-clés:
P-fimbriae / adhesion / ionic complex / bladder / infection
Un score IPSS modifié : valeur d'un choix de réponses qualitatif
A modified IPSS score: Value of a choice of qualitative answers.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 168-173

Introduction : Le score IPSS est un auto-questionnaire reconnu comme l'instrument de référence pour évaluer l'impact des troubles mictionnels du bas appareil urinaire de l'homme. Les patients peuvent avoir des difficultés à répondre aux intitulés standard du questionnaire. Cette étude a pour but d'analyser si la modification de ces items "standards" (ou numériques, N) par des choix de réponses littérales (L) entraïne des modifications des caractéristiques psychométriques du questionnaire IPSS.
Matériel et méthodes : L'étude monocentrique prospective a comparé les deux questionnaires appliqués dans le même ordre à une cohorte de 109 patients souffrant de troubles mictionnels. Ces questionnaires ont été donnés aux patients à deux reprises après un intervalle de 15 jours.
Résultats : Le coefficient alpha de Cronbach calculé à J0 était de 0,78 (L) et 0.81 (N). Les coefficients de corrélation (Pearson entre les deux scores IPSS à J0 et J15 étaient élevés (0,89 et 0,95)). La comparaison des questionnaires N et L montre une moyenne de différence des scores de -0.25 avec intervalle normal de fluctuation [-7.6 ; 7.1] à J0, respectivement -0.89 [-6.3 ; -4.5] à J15. Le test-retest au 15ème jour montre une bonne corrélation pour les deux questionnaires (0.87 pour N et 0.85 pour L).
Conclusion : La modification des choix de réponses du questionnaire IPSS que nous proposons n'altère pas ses qualités psychométriques. Les patients semblent préférer la version "littérale" du questionnaire par rapport au questionnaire standard : 62% contre 31%.

Introduction: The IPSS score is a self-administered questionnaire considered to be the reference instrument to evaluate the impact of lower urinary tract symptoms in men. However, patients may encounter difficulties answering the standard questionnaire. This study was designed to analyse whether modification of these "standard" (or numerical, N) items by a choice of literal (L) answers induced any modifications of the psychometric characteristics of the IPSS questionnaire.
Material and methods: This prospective single-centre study compared the two questionnaires applied in the same order to a cohort of 109 patients with voiding disorders. These questionnaires were administered to the patients on two occasions at an interval of 15 days.
Results: Cronbach's coefficient alphas calculated on D0 were 0.78 (L) and 0.81 (N). Pearson's correlation coefficients between the two IPSS scores on D0 and D15 were high (0.89 and 0.95). The comparison of the N and L questionnaires shows a mean difference -0.25 between the scores with a normal fluctuation interval [-7.6; 7.1] on D0 and -0.89 [-6.3; -4.5] on D15. Test-retest on the 15th day showed a good correlation for the two questionnaires (0.87 for N and 0.85 for L).
Conclusion: The proposed modification of the choice of answers to the IPSS questionnaire does not alters its psychometric qualities. Patients appear to prefer the literal version of the questionnaire compared to the standard questionnaire (62% versus 31%).

Mots clés:
IPSS / Troubles urinaires / Questionnaires / miction.
Mots-clés:
IPSS / Urinary disorders / Questionnaires
Validation linguistique du "Brief Index of Sexual Functioning for Women". Application à l'étude de la sexualité dans une population de 93 femmes françaises
Linguistic validation of the "Brief Index of Sexual Functioning for Women". Application to the study of sexuality in a population of 93 French women.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 174-183

Objectifs : Valider linguistiquement la version française du BISF-W (Brief Index of Sexual Functioning for Women) qui au travers de 7 domaines, donne un aspect quantitatif et qualitatif de la sexualité féminine. A l'aide de cette version, étudier l'impact de facteurs reconnus de dysfonctions sexuelles auprès d'une population témoin.
Matériel et méthode : Le BISF-W, auto-questionnaire qualité de vie, développé par Rosen a été traduit et validé linguistiquement. Ce questionnaire comporte 22 questions, reproupées en 7 domaines explorant l'ensemble de la sexualité féminine : D1 (désir), D2 (excitation), D3 (fréquence de l'activité), D4 (réceptivité), D5 (plaisir, orgasme), D6 (satisfaction relationnelle), D7 (problèmes affectant la sexualité), Score composite (SC) : D1+D2+D3+D4+D5+D6-D7.
La version française a été proposée à une population d'étude de 93 femmes, 49 issues de service de gynécologie ou d'urologie et 44 issues de la population générale. Nous avons calculé et comparé les scores des différents domaines du BISF-W en fonction de facteurs susceptibles de modifier la sexualité, tel que la ménopause, l'âge ou la parité.
Résultats : Les résultats de notre étude montrent une altération des différents domaines de la sexualité chez les patientes âgées (D2, D5, D6, SC avec p<0,05) ou ménopausées (D2, D5, D6, SC avec p< 0,05) de même que chez les multipares.
Conclusion : La version française du BISF donne des résultats conformes à la littérature et permet de mettre en évidence des modifications de la sexualité en fonction des variables précitées.

Objectives: This study was designed to linguistically validate the French version of the BISF-W (Brief Index of Sexual Functioning for Women) which provides a quantitative and qualitative assessment of female sexuality according to 7 dimensions. This version was then used to study the impact of recognized factors of sexual dysfunction on a control population.
Material and method: The BISF-W, a self-administered quality of life questionnaire developed by Rosen, was translated and linguistically validated. This questionnaire comprises 22 questions in 7 dimensions investigating all aspects of female sexuality: D1 (desire), D2 (arousal), D3 (frequency of sexual activity), D4 (receptiveness), 05 (pleasure, orgasm), D6 (relational satisfaction), D7 (problems affecting sexuality), Composite Score (CS) D1+D2+D3+D4+D5+D6+07. The French version was administered to a study population of 93 women: 49 derived from gynaecology or urology departments and 44 derived from the general population. We calculated and compared the scores of the various dimensions of the BISF-W according to factors able to modify sexuality, such as menopause, age or parity.
Results: The results of our study show an alteration of the various dimensions of sexuality in elderly patients (D2, D5, D6, CS; p<0.05) or postmenopausal patients (D2, D5, D6, CS; p<0.05) and in multiparous women.
Conclusion: The French version of the BISF-W gives results in line with the literature and demonstrates changes of sexuality as a function of the abovementioned variables.

Mots clés:
Sexualité féminine / Qualité de vie / questionnaire / BISF-W.
Mots-clés:
Female sexuality / Quality of life / Questionnaire / BISF-W
REMEEX : une option thérapeutique envisageable dans des cas sélectionnés d'insuffisance sphinctérienne
REMEEX: A possible treatment option in selected cases of sphincter incompetence.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 184-191

Objectif : Evaluer les résultats fonctionnels et la morbidité d'une bandelette sous urétrale à tension réglable (REMEEX) dans le traitement de l'incontinence urinaire par insuffisance sphinctérienne sévère (PCUM < 40 cm d'H2O) chez des patientes ayant une contre-indication au sphincter artificiel.
Matériel et méthodes : Entre décembre 2001 et mai 2004, 18 patientes (âge moyen de 64,4 ans) ont été opérées. Douze patientes (66,7%) avaient déjà subi une chirurgie d'incontinence. Dix patientes (55,5%) avaient une incontinence urinaire mixte.
L'efficacité de la bandelette était considérée comme bonne en cas de disparition totale des fuites, partielle en cas de baisse de fuites > 50% et/ou RPM > 100 ml. Dans les autres cas, la patiente était en échec. En avril 2005, après 26,3 mois de suivi moyen, une évaluation rétrospective des résultats fonctionnels a été réalisée par l'intermédiaire d'un pad-test et d'un questionnaire regroupant un score MHU et un score Ditrovie.
Les complications après chaque événement intercurrent ont été relevées.
Résultats : L'efficacité initiale de la bandelette a été considérée comme bonne chez 13 patientes (72,2%), partielle chez 4 patientes (22,2%) et un seul échec initial a été relevé. Huit patientes (44,4%) ont nécessité un réglage secondaire après un délai moyen de 5,2 mois, avec un taux d'échec de 62,5%. En avril 2005, 10 patientes (55,5%) avaient un bon résultat, 2 patientes (11,1%) nécessitaient des auto sondages (efficacité partielle) et 6 patientes (33,4%) étaient en échec.
Sur le plan de la morbidité, nous avons noté 2 plaies vésicales (11,1%), 6 surinfections du dispositif (33,3%) dont 2 (11,1%) ont nécessité l'ablation du matériel.
Quinze patientes (83,3%) ont répondu au questionnaire : 6 patientes (40%) avaient un score MHU supérieur à 15. Le score Ditrovie moyen était de 2,1: 9 patientes (60%) avec un score inférieur à 2 et 4 patientes (26,6%) avec un score supérieur à 3.
Conclusion : Les résultats de la série, chez des patientes pour lesquelles le sphincter artificiel était contre-indiqué sont corrects, au prix d'une morbidité acceptable. Avant de positionner ce dispositif dans l'arsenal thérapeutique de l'insuffisance sphinctérienne, nos résultats doivent être confirmés sur une plus longue série.

Objective: To evaluate the functional results and morbidity of adjustable tension suburethral tape (REMEEX®) in the treatment of urinary incontinence due to severe sphincter incompetence (MUCP < 40 cm H2O) in patients presenting a contraindication to artificial sphincter.
Material and methods: Eighteen patients (mean age: 64.4 years) were operated between December 2001 and May 2004. Twelve patients (66.7%) had already undergone incontinence surgery. Ten patients (55.5%) had mixed urinary incontinence. The efficacy of the tape was considered to be good when incontinence resolved completely, partial when incontinence was decreased by > 50% and/or PVR > 100 ml. All other cases were considered to be failures. In April 2005, after a mean follow-up of 26.3 months, retrospective evaluation of the functional results was performed by means of a pad-test and a questionnaire comprising an MHU (urinary disability) score and a Ditrovie score. Complications after each intercurrent event were recorded.
Results: The initial efficacy of the tape was considered to be good in 13 patients (72.2%) and partial in 4 patients (22.2%) with only one initial failure. Eight patients (44.4%) required secondary adjustment after a mean interval of 5.2 months, with a failure rate of 62.5%. In April 2005, 10 patients (55.5%) had a good result, 2 patients (11.1%) required self-catheterization (partial efficacy) and 6 patients (33.4%) were considered to be failures. In terms of morbidity, we observed 2 bladder injuries (11.1%), 6 superinfections of the device (33.3%), 2 (11.1%) of which required removal of the material. Fifteen patients (83.3%) answered the questionnaire: 6 patients (40%) had an MHU score greater than 3. The mean Ditrovie score was 2.1: 9 patients (60%) had a score less than 2 and 4 patients (26.6%) had a score greater than 3.
Conclusion: The results of this series, in patients in whom artificial sphincter was contraindicated, are satisfactory at the price of acceptable morbidity. Before defining the place of this device in the range of treatment options for sphincter incompetence, our results must be confirmed by a longer series.

Mots clés:
incontinence urinaire / insuffisance sphinctérienne / Bandelette sous-urétrale / Chirurgie
Mots-clés:
Urinary incontinence / Sphincter incompetence / suburethral tape / surgery
La pyélonéphrite xanthogranulomateuse chez l'enfant
Xanthogranulomatous pyelonephritis in children.
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 192-196

Buts de l'étude : Nous rapportons notre expérience en matière de pyélonéphrite xanthogranulomateuse chez l'enfant tout en soulignant les difficultés diagnostiques et thérapeutiques étayées par plusieurs séries de la littérature.
Materiel et Méthodes : Notre étude a été rétrospective à propos de dix patients pris en charge pour une pyélonéphrite xanthogranulomateuse.
Résultats : Le traitement chirurgical a concerné 90% des patients. La néphrectomie totale a été pratiquée dans toutes les formes diffuses (80%) et une des 2 formes localisées (10%). Un seul patient (10%) a fait l'objet d'un traitement médical exclusif. Cinq néphrectomies par voie sous-capsulaire, trois néphrectomies totales et une néphrectomie totale élargie ont été réalisées. L'évolution après traitement a été excellente dans 100% des cas.
Conclusion : Le traitement de la pyélonéphrite xanthogranulomateuse est chirurgical, bien que quelques cas de guérison soient obtenus par un traitement conservateur.

Objective: The authors report their experience of xanthogranulomatous pyelonephritis in children and emphasize the diagnostic and therapeutic difficulties supported by several published series.
Materials and Methods: This was a retrospective based on ten patients treated for xanthogranulomatous pyelonephritis.
Results: Treatment was surgical in 90% of patients. Total nephrectomy was performed in all diffuse forms (80%) and one of the 2 localized forms (10%). Treatment was exclusively medical in only one patient (10%). Five subcapsular nephrectomies, three total nephrectomies and one radical total nephrectomy were performed. The course after treatment was excellent in 100% of cases.
Conclusion: The treatment of xanthogranulomatous pyelonephritis is surgical, although cure can sometimes be achieved by conservative treatment.

Mots clés:
pyélonéphrite / xanthogranulomatose / Enfant / Néphrectomie / laparoscopie
Mots-clés:
Pyelonephritis / xanthogranulomatosis / child / nephrectomy / Laparoscopy
Une image à retenir
2006
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 197

Contexte : La valeur pronostique du temps de doublement du PSA (PSADT) dans le cadre du cancer prostatique s'affirme au fil des publications. Cependant, le calcul n'est pas simple et requiert des algorithmes informatiques en raison du mode non-linéaire de l'augmentation du PSA. Un outil de mesure simple serait d'une grande aide au praticien dans la pratique quotidienne.
Conclusions : Les auteurs présentent un outil graphique simple pour estimer le PSADT sur la base de 2 mesures de PSA.
L'image : Le graphe montre la relation PSADT en fonction de plusieurs valeurs de l'intervalle t entre 2 mesures de PSA.
Par exemple, pour un homme ayant une augmentation du PSA de 4,5 à 7,2 ng/mL en 3 mois, le rapport des PSA, -soit 7,2/4,5- est de 1,6, ce qui correspond à un PSADT de 4 mois sur le graphe.

Mots clés:
image / PSA / cancer de prostate / Pronostic
Calcul caliciel inférieur et urétérorénoscopie souple : mobiliser le calcul avant de le fragmenter
Inferior calyx stone and flexible ureterorenoscopy to mobilize the stone before fragmentation.
2006
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 198-200

L'urétéro-rénoscopie souple est recommandée pour le traitement des calculs caliciels inférieurs de 10 à 15 mm de diamètre, particulièrement en cas d'échec de la lithotrithie extra-corporelle. Il est recommandé de mobiliser un calcul caliciel inférieur vers le pyélon ou le groupe caliciel supérieur avant de débuter la fragmentation. Cette manoeuvre est essentielle pour préserver l'urétérorénoscope.
Le but de cette note technique est d'expliquer la manoeuvre de "re-localisation" du calcul et d'expliquer en quoi le traitement in situ d'un calcul caliciel inférieur peut être dangereux pour l'urétérorénoscope souple.

Flexible ureterorenoscopy is recommended for the treatment of inferior calyx stones, 10 to 15 mm in diameter, particularly after failure of extracorporeal lithotripsy. It is recommended to mobilize an inferior calyx stone towards the renal pelvis or superior calyx before starting fragmentation. This manoeuvre is essential to preserve the ureterorenoscope.
The objective of this technical note is to explain the stone "relocalization" manoeuvre and describe how in situ treatment of an inferior calyx stone can be dangerous for the flexible ureterorenoscope.

Mots clés:
Calcul / Lithiase urinaire / Rein / Endoscopie / uréthroscopie
Mots-clés:
stone / Urolithiasis / Kidney / endoscopy / urethroscopy
Rupture isthmique complète post-traumatique d'un rein en fer à cheval
Traumatic complete isthmic rupture of horseshoe kidney
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 201-203

Nous rapportons le cas d'un garçon de 14 ans victime d'une rupture isthmique complète d'un rein en fer à cheval après un accident de deux-roues. Le diagnostic d'imagerie était difficile à cause de l'hématome rétropéritonéal massif. Néanmoins, l'échographie et le scanner devraient suffire pour détecter les signes associés tels que la malrotation des hiles rénaux et l'abaissement des reins. A cause de l'état hémodynamique précaire, la laparotomie était indiquée qui consistait à faire l'hémostase et à suturer les deux tranches isthmiques séparées.

The authors report the case of a 14-year-old boy with complete isthmic rupture of a horseshoe kidney after a bicycle accident. The imaging diagnosis was difficult because of the presence of a massive retroperitoneal haematoma. However, sonography and CT should be sufficient to detect associated signs, such as malrotation of the renal hila and low-lying kidneys. Laparotomy was indicated because of the unstable haemodynamic state, allowing haemostasis and suture of the two isthmic sections.

Mots clés:
Rein en fer à cheval / traumatisme / échographie / scanner / Chirurgie
Mots-clés:
Horseshoe kidney / trauma / sonography / CT scan / surgery
Une sonde urétérale incrustée : retrait à 10 ans
Self-retaining ureteric removal of an encrusted ureteric stent after 10 years.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 204-207

Les endoprothèses urétérales autostatiques sont utilisées couramment en urologie depuis plus de 20 ans. L'incrustation reste un phénomène fréquent, bien décrit, rendant parfois difficile le retrait de la sonde. Les facteurs favorisants sont principalement : la durée du drainage, un antécédent ou une pathologie lithiasique concomitante, une infection urinaire ou une colonisation bactérienne, la grossesse et une chimiothérapie. Le traitement dépend de l'importance de l'incrustation et notamment de la boucle proximale. La lithotriptie extracorporelle, seule ou associée à un traitement endoscopique, est très efficace. La chirurgie ouverte est parfois nécessaire. Nous rapportons le cas d'un patient dont le drainage a été exceptionnellement prolongé puisque la prothèse a été retirée après un délai de 10 ans. L'ablation a nécessité 3 interventions dont une effectuée en chirurgie ouverte. Les étapes du traitement sont détaillées. Les étiologies de l'incrustation et la stratégie thérapeutique sont discutées.

Autostatic ureteral stents have been commonly used in urology for more than 20 years. Encrustation is a frequent and well described phenomenon that sometimes makes stent removal difficult. The main predisposing factors are: duration of stenting, history or concomitant stone disease, urinary tract infection or bacterial colonization, pregnancy and chemotherapy. Treatment depends on the degree of encrustation, especially when it involves the proximal loop. Extracorporeal lithotripsy alone or combined with endoscopic treatment is very effective, but open surgery may sometimes be necessary. The authors report a case in which drainage was exceptionally prolonged as the stent was removed after a period of 10 years. Stent removal required 3 operations, including one open procedure. The steps of treatment are described and the aetiologies of encrustation and the therapeutic strategy are discussed.

Mots clés:
endoprothèse / Uretère / Incrustations / Infection
Mots-clés:
stent / ureter / Encrustations / infection
Tumeur urothéliale kystique para-vésicale gauche : une observation exceptionnelle ?
Left paravesical cystic urothelial tumour: an exceptional case?
2006
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 208-210

Les masses kystiques pelviennes sont fréquentes chez la femme en période d'activité génitale et le plus souvent d'origine annexielle. Nous rapportons une observation rare de kyste malformatif para-vésical (kyste de Gartner) avec mutité rénale gauche. L'histologie inhabituelle comprenant outre du carcinome in-situ, une prolifération papillaire transitionnelle urothéliale avec extension métastatique ganglionnaire, nous a amené à faire la revue de la littérature, et à ne retrouver qu'une seule observation similaire [5].

Pelvic cystic masses are frequent in women of childbearing potential and usually arise from the adnexae. The authors report a rare case of paravesical malformative cyst (Gartner cyst) with left silent kidney. In view of the unusual histology, comprising carcinoma in situ and a transitional cell papillary tumour with metastatic lymph node extension, the authors reviewed the literature on this subject and identified only one similar case (5).

Mots clés:
kyste de Gartner / Tumeur urothéliale / kyste pelvien / Vessie / Tumeur
Mots-clés:
Gartner cyst / urothelial tumour / pelvic cyst / bladder / tumour
Abouchement dans l'urètre prostatique d'un uretère ectopique trifide avec reflux urétéro-rénal
Anastomosis of ectopic trifid ureter into the prostatic urethra with ureteropelvic reflux.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 211-214

La trifidité urétérale est une malformation rare avec moins de cent cas rapportés dans la littérature, mais comme l'ectopie urétérale, elle est souvent asymptomatique et sa véritable incidence est incertaine.
Nous rapportons un cas unique d'uretère ectopique s'abouchant dans l'urètre prostatique associé à une trifidité urétérale, découvert à l'age adulte en raison d'un reflux urétéro-rénal symptomatique.
Le bilan et le traitement par laparoscopie de cette malformation sont discutés, ainsi que les hypothèses concernant son embryogenèse, en fonction des données de la littérature.

Trifid ureter is a rare malformation with less than one hundred cases reported in the literature. However, like ectopic ureter, it is often asymptomatic and its real incidence is uncertain.
The authors report a unique case of ectopic ureter draining into the prostatic urethra associated with trifid ureter, discovered during adulthood in a context of symptomatic ureteropelvic reflux.
Laparoscopic assessment and treatment of this malformation are discussed, together with the hypotheses concerning its embryogenesis, based on a review of the literature.

Mots clés:
adulte / Rein / Uretère / anomalies congénitales
Mots-clés:
adult / Kidney / ureter / congenital anomalies
Liposarcome du cordon spermatique
Liposarcoma of the spermatic cord.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 215-217

Le liposarcome du cordon spermatique est rare et se présente habituellement sous la forme d'une masse scrotale de faible croissance et d'une consistance approchant celle du lipome. L'orchidectomie inguinale constitue une approche chirurgicale adaptée, tandis que la lymphadénectomie rétropéritonéale n'est pas indiquée du fait du faible potentiel de malignité des sarcomes, et que la valeur de la radio/chimothérapie adjuvant reste incertain. Les récidives causées par une ablation incomplète de la tumeur sont fréquentes. Nous rapportons le cas d'un homme de 62 ans ayant depuis 6 mois une masse indolore dans le testicule gauche et s'étendant jusqu'à l'aine. Un examen clinique suggéra une hernie inguinale et une orchiectomie radicale fut effectuée, l'examen histologique révéla un liposarcome bien différencié, de sous-type sclérosant. Après un suivi à 6 mois et 1 an sans traitement adjuvant post-opératoire, aucune récidive ou métastase n'a été décelée.

Liposarcoma of the spermatic cord is rare. It usually presents as a painless slowly-growing scrotal mass of consistency like lipoma. Inguinal orchiectomy is an adequate surgical approach. Retroperitoneal lymphadenectomy is not indicated owing to the low malignancy potential of the sarcomas. Value of adjuvant radiotherapy/chemotherapy remains uncertain. Recurrences are frequent, owing to incomplete surgical removal of the tumor. We report on a 62 year old male who presented with a half a year history of a soft painless mass in the left scrotum extending from the groin up to the testis. Clinical examination suggested inguinal hernia. Radical orchiectomy was performed. Histological examination revealed a well-differentiated liposarcoma of sclerosing subtype. No evidence of recurrence or metastases has been noted during the 6-month and one year follow-up without any postoperative adjuvant therapy.

Mots clés:
Liposarcome / cordon spermatique / para-testiculaire
Mots-clés:
Liposarcoma / Spermatic cord / Paratesticular
Séminome spermatocytique avec contingent rhabdomyosarcomateux
Spermatocytic seminoma with rhabdomyosarcomatous contingent.
2006
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 218-220

Le séminome spermatocytique est une tumeur testiculaire relativement rare, pure non associé à une autre composante tumorale germinale et caractérisée par une bonne évolution. La découverte d'un contingent sarcomateux modifie le pronostic.
Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 50 ans ayant présenté une tuméfaction testiculaire droite évoluant depuis 4 ans et augmentant progressivement de volume sans épanchement vaginal. Les marqueurs tumoraux étaient normaux. L'échographie mettait en évidence une volumineuse masse testiculaire mi-solide, mi-kystique, mesurant 14 cm de grand axe. Une orchidectomie a été réalisée.
L'examen histologique et les résultats de l'immunohistochimie de la pièce d'orchidectomie a conclu à un séminome spermatocytique associé à une composante sarcomateuse de nature rhabdomyosarcomateuse.
Seuls 12 cas de séminome spermatocytique avec composante sarcomateuse ont été décrits dans la littérature. La présence d'une composante sarcomateuse confère au séminome spermatocytique un très mauvais pronostic.

Introduction: Spermatocytic seminoma is a relatively rare testicular tumour, not associated with another germ-cell tumour component and characterized by a favourable prognosis. However, discovery of a sarcomatous contingent modifies the prognosis.
Material and Method: The authors report the case of a 50-year-old man with a history of right testicular swelling for 4 years, gradually increasing in size without vaginal effusion. Tumour markers were normal. Ultrasound demonstrated a very large semi-solid semi-cystic testicular mass with a long axis of 14 cm. Orchidectomy was performed.
Result: Histological examination and immunohistochemistry of the orchidectomy specimen concluded on spermatocytic seminoma associated with a rhabdomyosarcomatous component.
Conclusion: Only 12 cases of spermatocytic seminoma with sarcomatous component have been reported in the literature The presence of a sarcomatous component confers a very poor prognosis to spermatocytic seminoma.

Mots clés:
testicule / séminome spermatocytique / sarcome
Mots-clés:
Testis / spermatocytic seminoma / Sarcoma
Discours inaugural du 99ème Congrès Français d'Urologie
2006
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 221-224

Paris, Palais des Congrès, 18 novembre 2005

Mots clés:
discours / congrès
Lettre à la Rédaction
2006
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 225

Réponse à l'article: "Voies moléculaires de l'angiogenèse tumorale et nouvelles approches thérapeutiques ciblées dans le cancer du rein" par Patricia Fergelot, Nathalie Rioux-Leclercq, Jean-jaques Patard, Prog. Urol., 2005, 15, 1021-1029.

QCM Progrès en Urologie - Avril 2006
2006
- Enseignement, Pédagogie
- Réf : Prog Urol, 2006, 16, 2, 227-229
  • Adénome oncocytaire rénal (P. 105)
    (1 réponse fausse)
  • L'imagerie ne permet pas d'affirmer le diagnostic d'adénome oncocytaire rénal en cas de tumeur de moins de 4 cm.
  • La présence de signes généraux lors de la découverte d'une tumeur rénale doit a priori faire écarter le diagnostic d'adénome oncocytaire.
  • Mots clés:
    QCM / Évaluation / questions
    Traitement conservateur des cancers du rein par cryoablation et radiofréquence
    Conservative treatment of kidney cancer by cryoablation and radiofrequency.
    2006
    - Synthèse thématique
    - Réf : Prog Urol, 2006, 16, 101-104

    La cryoablation et la radiofréquence sont des techniques mini-invasives permettant par l'application de moyens physiques (le froid ou le chaud) au centre de la lésion, l'ablation de la tumeur. Il ne s'agit pas d'une exérèse au sens chirurgical. La voie d'abord est la plus souvent per-cutanée mais peut être laparoscopique dans certaines indications. Les indications sont actuellement limitées aux tumeurs rénales de moins de 40 mm, exophytiques, à distance des éléments du hile (vaisseaux et bassinet) et des structures digestives chez des patients de plus de 70 ans ou dans le cadre de carcinome rénal héréditaire déjà opéré (maladie de von Hippel Lindau). Les résultats des premières séries sont encourageants quoique plus contradictoires pour la radiofréquence probablement du fait de la disparité en termes de matériel (sondes, générateurs, fréquence, ...). Le taux de complications est faible. Un PHRC national multicentrique randomisé est désormais activé. Il devrait comparer les résultats fonctionnels et carcinologiques de la radiofréquence et de la chirurgie conservatrice.

    Cryoablation and radiofrequency are minimally invasive techniques allowing resection of the tumour by application of physical means (cold or heat) to the centre of the lesion, rather than strictly surgical resection. The incision is usually percutaneous but can be laparoscopic in certain indications. Indications are currently limited to exophytic renal tumours < 40 mm, situated away from structures of the hilum (vessels and renal pelvis) and gastrointestinal structures in patients > 70 years or in the context of previously operated hereditary renal carcinoma (von Hippel Lindau disease). The results of the first series are encouraging, although more contradictory for radiofrequency probably due to the heterogeneous equipment (electrodes, generator, frequency, etc.). The complication rate is low. A PHRC national multicentre randomized study is currently underway to compare the functional and oncological results of radiofrequency and conservative surgery.

    Mots clés:
    Tumeur du rein / carcinome à cellules rénales / traitement mini-invasif / Radiofréquence / cryoablation.
    Mots-clés:
    kidney tumour / Renal cell carcinoma / Minimally invasive treatment / Radiofrequency / cryoablation.
    Adénome oncocytaire rénal
    Renal oncocytoma.
    2006
    - Synthèse thématique
    - Réf : Prog Urol, 2006, 16, 105-111

    L'adénome oncocytaire rénal est le plus souvent diagnostiqué sur une pièce opératoire en raison des incertitudes diagnostiques cliniques et radiologiques. L'affirmation histologique du diagnostic nécessite la distinction des adénomes oncocytaires vis-à-vis des carcinomes à cellules rénales (CCR). Cette distinction peut être difficile. La description de cas où CCR et adénome oncocytaire sont présents au sein d'une même tumeur et l'hypothèse d'une filiation entre adénome oncocytaire et CCR compliquent encore l'appréhension de cette tumeur par l'urologue.
    Nous proposons une mise au point sur la conduite à tenir vis-à-vis d'une tumeur suspecte d'être un adénome oncocytaire en réalisant une revue des données de la littérature internationale concernant le diagnostic, l'histoire naturelle et le traitement de l'adénome oncocytaire rénal.

    Due to its nonspecific clinical and radiological features, renal oncocytoma is usually diagnosed on the operative specimen. Histological confirmation of the diagnosis is based on the distinction between oncocytoma and renal cell carcinoma (RCC), which can be difficult. Description of cases in which RCC and oncocytoma are present in the same tumour and the hypothesis of a link between oncocytoma and RCC further complicate the diagnosis of this tumour by the urologist. The authors reviewed the management of tumours suspected to be oncocytoma based on a review of the international literature concerning the diagnosis, natural history and treatment of renal oncocytoma.

    Mots clés:
    Adénome oncocytaire / Diagnostic / histoire naturelle / Traitement / Rein
    Mots-clés:
    Renal oncocytoma / Diagnosis / natural history / treatment / Kidney
    La chirurgie urologique assistée par ordinateur et robot
    Computer- and robot-assisted urological surgery.
    2006
    - Synthèse thématique
    - Réf : Prog Urol, 2006, 16, 112-127

    Cet article a pour objectif de faire un état de l'art des outils d'informatique et de robotique à disposition de l'urologue. Il concerne l'aide au diagnostic et l'assistance aux gestes et est articulé en deux grandes parties : l'une s'intéresse à l'apport de la robotique et présente plusieurs systèmes à des stades de développement divers (prototypes de laboratoires, systèmes en cours de validation ou systèmes commercialisés). La seconde partie décrit des outils de fusion d'images et des systèmes de navigation en cours de développement ou d'évaluation. Enfin, nous introduisons quelques travaux sur la simulation informatisée des gestes urologiques avant de conclure.

    The author reviews the computer and robotic tools available to urologists to help in diagnosis and technical procedures. The first part concerns the contribution of robotics and presents several systems at various stages of development (laboratory prototypes, systems under validation or marketed systems). The second part describes image fusion tools and navigation systems currently under development or evaluation. Several studies on computerized simulation of urological procedures are also presented.

    Mots clés:
    Robotique / imagerie / informatique.
    Mots-clés:
    Robotics / imaging / computers.