Base bibliographique

Sommaire :

Traitement laparoscopique de la fibrose rétropéritonéale
Laparoscopic treatment of retroperitoneal fibrosis.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 213-217

Nous rapportons un cas de fibrose rétropéritonéale (FKP) idiopathique chez un homme de 38 ans révélée par une insuffisance rénale aiguë obstructive. La prise en charge initiale a consisté en une dérivation urinaire par un cathétérisme urétéral par sonde JJ bilatérale. Après normalisation de la fonction rénale, l'uroscanner a mis en évidence la fibrose rétropéritonéale qui engainait les deux uretères. Le traitement chirurgical a été réalisé par voie laparoscopique. On a utilisé quatre trocarts. L'intervention a consisté en un décollement colique droit et gauche suivie de l'urétérolyse allant de l'uretère lombaire jusqu'à l'uretère pelvien et enfin l'intrapéritonisation des uretères. Le temps opératoire a été de six heures, les suites opératoires ont été simples et la sonde JJ retirée à la 6éme semaine. Le traitement laparoscopique de la FRP est une option thérapeutique ayant tous les bénéfices de la chirurgie mini-invasive. Nous présentons à travers ce cas et une revue de la littérature, le traitement laparoscopique de la fibrose rétropéritonéale idiopathique

The authors report a case of idiopathic retroperitoneal fibrosis (RPF) in a 38-year-old man presenting with obstructive acute renal failure. The initial management consisted of urinary diversion by bilateral double-J ureteric stenting. After restoration of normal renal function, CT urography demonstrated retroperitoneal fibrosis surrounding the two ureters. Surgical treatment was performed by laparoscopy using four trocars. The operation consisted of detachment of the ascending and descending colon followed by release of the ureters from the lumbar segment to the pelvic segment and finally intraperitonealization of the ureters. The operating time was six hours, the postoperative course was uneventful and the double-J stents were removed at the third week. Laparoscopic treatment of RPF is a treatment option providing all of the benefits of minimally invasive surgery. In the light of this case and a review of the literature, the authors describe the laparoscopic treatment of idiopathic retroperitoneal fibrosis.

Mots clés:
Fibrose rétropéritonéale idiopathique / traitement laparoscocpique.
Mots-clés:
idiopathic retroperitoneal fibrosis / laparoscopic treatment.
L'amyloidose primaire isolée de la vessie : une nouvelle observation et l'essentiel sur l'amyloidose des voies urinaires excrétrices
Isolated primary amyloidosis of the bladder.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 218-220

L'amyloidose est un groupe de maladies de surcharge concernant des protéines différentes et elle est classée en fonction du type de protéine.
L'amyloidose de la vessie est une affection rare (une centaine de cas rapportés sur les trente dernières années) 7, mais parmi les différentes localisations au niveau de l'arbre urinaire l'atteinte de la vessie apparaït la plus fréquente. Cette atteinte peut être primaire ou secondaire, isolée ou multiorganique. Des examens complémentaires visant à éliminer une atteinte systémique sont nécessaires avant de poser le diagnostic d'une amyloidose isolée et L'analyse de type d'amyloide peut aider à cibler ces investigations.
Dans la plupart des cas, le patient se présente avec une hématurie macroscopique indolore. Le diagnostic est toujours histologique grâce aux prélèvements effectués par une cystoscopie.
A partir d'un nouveau cas d'amyloidose isolée de la vessie diagnostiqué dans notre service lors d'un bilan d'hématurie microscopique et après revue de la littérature, nous abordons les aspects diagnostiques, la mise au point, les examens visant à éliminer une atteinte systémique ainsi que les différents traitements.

Amyloidosis is a group of storage diseases concerning various proteins, classified as a function of the type of protein. Amyloidosis of the bladder is a rare disease (about one hundred cases have been reported over the last thirty years), but the bladder appears to be the most frequent site in the urinary tract. Amyloidosis may be either primary or secondary, isolated or involving multiple organs. Complementary investigations must be performed to eliminate systemic involvement before proposing the diagnosis of isolated amyloid and analysis of the type of amyloid can help target these investigations. In most cases, the patient presents with painless macroscopic haematuria. The diagnosis is always based on histological examination of cystoscopy samples. In the light of a new case of isolated amyloidosis of the bladder diagnosed in their department in a context of assessment of microscopic haematuria and after a review of the literature, the authors discuss the diagnostic features, the examinations designed to exclude systemic disease and the various treatments.

Mots clés:
amylose / Vessie / hématurie.
Mots-clés:
amyloidosis / bladder / haematuria.
Cystite emphysémateuse compliquant une hystérectomie totale non conservatrice pour cancer de l'ovaire
Emphysematous cystitis complicating non-conservative total hysterectomy for ovarian cancer.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 221-223

Les auteurs rapportent le cas d'une cystite emphysémateuse chez une patiente de 55 ans, sous corticothérapie, survenue 1 mois après une hystérectomie pour cancer de l'ovaire localement évolué. Bien qu'il existait une fistule vésico-vaginale, la présence d'air dans la paroi vésicale, et pas seulement dans la lumière vésicale, confirmait le diagnostic de cystite emphysémateuse. Malgré la réanimation et l'intervention avec réalisation d'une colostomie et drainage par Mickulicz associé à une dérivation urinaire (sonde urétérale trans-vésico-pariétale d'un côté et urétérostomie cutanée de l'autre côté), l'évolution a été défavorable avec décès dans un tableau septique à J10.
Les circonstances de découverte, les différentes formes cliniques et les aspects radiologiques de la cystite emphysémateuse décrits dans la littérature sont rappelés ainsi que les modalités de la prise en charge.

The authors report a case of emphysematous cystitis in a 50-year-old woman treated by corticosteroids, occurring 1 month after hysterectomy for locally advanced ovarian cancer. Although the patient presented a vesico-vaginal fistula, the presence of air in the bladder wall and only in the bladder lumen, confirmed the diagnosis of emphysematous cystitis. Despite intensive care and surgery with colostomy and Mikulicz drainage associated with urinary diversion (transparietal bladder catheter on one side and cutaneous ureterostomy on the other side), the patient died on day 10 in a context of sepsis. The circumstances of discovery, the various clinical forms and the radiological features of emphysematous cystitis described in the literature are reviewed together with the modalities of management.


Mots clés:
Cystite emphysémateuse.
Mots-clés:
Emphysematous cystitis.
Rétention urinaire secondaire à une infection zostérienne
Urinary retention secondary to herpes zoster infection.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 224-226

Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 67 ans ayant eu une rétention d'urines au cours d'un zona de la fesse gauche. Le début a été brutal, concomitant à l'éruption cutanée. Le bilan urodynamique montrait une vessie hyposensible et acontractile. La reprise des mictions a été progressive au bout de 10 semaines. Au bout de 14 semaines, le patient ne présentait plus de troubles mictionnels. Ce cas illustre une complication rare du zona. Elle peut survenir quel que soit le siège de l'infection mais est plus fréquente en cas de localisation lombo-sacrée. La rétention est spontanément réversible dans un délai moyen de 6 à 10 semaines et son traitement repose sur l'autosondage.

The authors report the cases of 67-year-old male patient who suddenly developed urinary retention concomitant with herpes zoster of the left buttock. Urodynamic assessment showed a hyposensitive and atonic bladder. Voiding gradually returned after 10 weeks and, after 14 weeks, the patient no longer presented any voiding disorders. This case illustrates a rare complication of herpes zoster. It can occur in any site of infection, but is more frequent in the case of lumbosacral lesions. Urinary retention is spontaneously reversible over a mean interval of 6 to 10 weeks and treatment is based on self-catheterization.

Mots clés:
Herpès / zona / rétention d'urines / neurovessie.
Mots-clés:
herpes / herpes zoster / Urinary retention / neurogenic bladder.
Léiomyosarcome de la vessie
Leiomyosarcoma of the bladder.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 227-229

Le léiomyosarcome de la vessie (LMS) est une tumeur rare et hautement maligne.
Un diagnostic précoce et un traitement chirurgical agressif permettent d'améliorer son pronostic.
Nous rapportons un cas de LMS vésical traité par cystoprostatectomie avec entérocystoplastie, l'évolution est favorable avec un recul de 32 mois.
Les auteurs analysent les caractéristiques cliniques, anatomopathologiques, et les modalités thérapeutiques de cette tumeur.

Bladder leiomyosarcoma is an uncommon tumour. Early diagnosis and aggressive surgical treatment are necessary to ensure patient survival. The authors report a case of bladder leiomyosarcoma treated by radical cystoprostatectomy and enterocystoplasty with a favourable outcome at 32 months. The author analyse the clinical and histological features and the treatment of this rare tumour.

Mots clés:
léiomyosarcome / Vessie / entérocystoplastie.
Mots-clés:
leiomyosarcoma / bladder / enterocystoplasty.
Extension périrénale d'une lymphocèle pelvienne après prostatectomie radicale
Perirenal extension of a pelvic lymphocele after radical prostatectomy.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 230-231

La lymphocèle est une complication symptômatique rare du curage ganglionnaire iliopelvien lors de la prostatectomie radicale. Nous rapportons un cas de lymphocèle pelvien avec extension périrénale découvert 6 mois après l'intervention et traité avec succès par marsupialisation laparoscopique.
Toute symptomatologie clinique abdomino-pelvienne survenant après curage ganglionnaire iliopelvien, même plusieurs mois après l'intervention, doit faire évoquer une lymphocèle. En l'absence d'infection, la marsupialisation par voie laparoscopique représente le traitement de choix.

Lymphocele is a rare symptomatic complication of iliopelvic lymph node dissection during radical prostatectomy. The authors report a case of pelvic lymphocele with perirenal extension diagnosed 6 months after the operation and successfully treated by laparoscopic marsupialisation. The possibility of lymphocele must be considered in any patient presenting with abdominopelvic symptoms after iliopelvic lymph node dissection, even several months after the operation. The treatment of choice is laparoscopic marsupialisation, in the absence of infection.

Mots clés:
prostatectomie radicale / Lymphocèle / marsupialisation.
Mots-clés:
radical prostatectomy / Lymphocele / marsupialisation.
Conduite à tenir devant un traumatisme des organes génitaux externes par morsure de chien
Management of dog bite trauma of the external genital organs.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 232-233

Les morsures animales du scrotum sont rares mais potentiellement graves. A propos d'un cas, nous discutons leur prise en charge. Une morsure animale comporte un triple risque infectieux : bactérien, tétanique et rabique. Une exploration permet de faire le bilan des structures atteintes et un parage. La morbidité est liée à la sévérité de la morsure et au délai de consultation, les complications sont rares. Une orchidectomie est parfois nécessaire comme pour notre patient et le patient doit en être prévenu. L'antibiothérapie sera probabiliste : cycline et antibiotique anti-anaérobie. Les préventions antirabiques et antitétaniques seront faites selon les recommandations vaccinales.

Animal bites to the scrotum are rare, but potentially serious. In the light of a personal case, the authors discuss the management of these lesions. An animal bite comprises a triple infectious risk: bacterial, tetanus and rabies. Surgical exploration is indicated for assessment of the structures involved and debridement. The morbidity is related to the severity of the bite and the waiting time before consultation, and complications are rare. Orchidectomy is sometimes necessary, as in the case reported here, and the patient must be warned about this possibility. Antibiotic therapy is empirical: tetracycline and anti-anaerobe antibiotic. Rabies and tetanus prophylaxis must be performed according to vaccine guidelines.

Mots clés:
Organes génitaux / scrotum / morsures et piqûres / blessures et traumatismes.
Mots-clés:
Wounds and injuries / bites and stings / scrotum.
Priapisme post-traumatique à haut débit chez un adolescent
Post-traumatic high-flow priapism in an adolescent.
2004
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 234-236

Les auteurs rapportent un cas de priapisme à haut débit chez un adolescent, lié à une rupture de l'artère centro-caverneuse après chute à califourchon, confirmé par échographie-doppler lors de la consultation au troisième jour, et traité avec succès par embolisation hypersélective sans conséquence péjorative sur la fonction érectile.

The authors report a case of high-flow priapism in an adolescent due to rupture of the deep penile artery after falling astride, confirmed by Doppler ultrasound on the third day after the accident, and treated successfully by highly selective embolization with no harmful effects on erectile function.

Mots clés:
Priapisme artériel / Embolisation sélective / fonction érectile.
Mots-clés:
Arterial priapism / Selective embolization / erectile function.
Techniques mini-invasives dans les tumeurs localisées du rein de l'adulte de moins de 40 mm : aspects techniques et résultats
Minimally invasive techniques in localized renal tumours less than 40 mm in diameter in adults: technical aspects and results.
2004
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 237-242

La néphrectomie partielle s'est récemment imposée comme le traitement de référence des cancers localisés du rein de l'adulte de moins de 40 mm. Le développement de la coelioscopie reste freiné par les difficultés d'hémostase dans ces indications. Ainsi, dans ce contexte, se sont développées des techniques 'mini-invasives' qui visaient deux objectifs : épargne parenchymateuse et faible morbidité. Différentes voies utilisant la cryothérapie, les radiofréquences, les micro-ondes ou les ultrasons focalisés de haute intensité sont en cours d'exploration. Les résultats cliniques préliminaires semblent prometteurs mais les critères d'évaluation de l'efficacité de ces traitements restent à évaluer ainsi que les résultats, en terme de survies, qui nécessitent des suivis à plus long terme. Toutefois, si les bons résultats initiaux se confirmaient, ces techniques pourraient dans l'avenir constituer une alternative thérapeutique à la chirurgie dans la prise en charge des cancers du rein de moins de 40 mm.
L'objectif de cet article est de faire le point sur ces différentes techniques, de résumer les travaux publiés dans la littérature et de discuter les premiers résultats oncologiques.

Partial nephrectomy has recently become the reference treatment for localized renal cancer, less than 40 mm in diameter, in adults. The development of laparoscopy remains limited by the difficulties of haemostasis in these indications. 'Minimally invasive techniques' have therefore been developed in this context, in order to achieve two objectives: parenchyma sparing and low morbidity. Various approaches, using cryotherapy, radiofrequency, microwaves or high intensity focused ultrasound, are under investigation. The preliminary clinical results appear to be promising, but the efficacy endpoints of these treatments still need to be evaluated, as well as the survival results based on longer term follow-up. However, if the good initial results are confirmed, these techniques could constitute, in the future, an alternative to surgery for the management of renal cancers less than 40 mm in diameter. The objective of this article is to review these various techniques, to summarize the studies published in the literature and to discuss the preliminary oncological results.

Mots clés:
Tumeur du rein / thérapie mini-invasive / radiofréquente / Cryothérapie / ultrasons de haute intensité
Mots-clés:
renal tumours / minimally invasive therapy / radiofrequency ablation / high intensity ultrasound / Cryotherapy
Les nouvelles cibles thérapeutiques dans les cancers du testicule :l'apport de la biologie moléculaire
New therapeutic targets in testicular cancer: contribution of molecular biology.
2004
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 243-245

Le cancer testiculaire est curable avec des drogues cytotoxiques conventionnelles. En dépit de ces excellents résultats, il reste ce groupe de patients qui sont incurables avec une chimiothérapie standard. Il inclue des patients qui ont progressé en dépit d'une chimiothérapie haute dose de rattrapage, les patients avec des tératomes en transformation maligne et les patients ayant une rechute tardive.
Les récepteurs tyrosine kinase forment un groupe de protéines qui inclue EGFr (Epidermal Growth Factor receptor et c-Kit. La récente possibilité d'un traitement cible au niveau moléculaire particulièrement avec des agents dirigés contre KIT et EGFr offrent de nouveaux espoirs pour traiter efficacement les cancers du testicule résistants.

Testicular cancer is curable by conventional cytotoxic drugs. Despite these excellent results, a group of patients remain incurable with standard chemotherapy, including patients who progress despite high-dose salvage chemotherapy, patients with malignant transformation of teratomas and patients with late recurrence. Tyrosine kinase receptors constitute a group of proteins which includes EGFr (Epidermal Growth Factor receptor) and c-Kit. The recent possibility of treatments targeted to the molecular level, particularly using agents directed against c-Kit and EGFr raise new hopes for the effective treatment of refractory testicular cancer.


Mots clés:
EGFR / c-kit / cancers du testitule.
Mots-clés:
EGF-r / c-kit / testicular cancer.
ASTRO 2003 : ce qu'il faut retenir en pratique clinique dans le domaine de l'uro-oncologie
ASTRO 2003: Main lessons for clinical practice in urological oncology.
2004
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 246-248

Le congrès de l'ASTRO 2003 (Salt Lake City, 19-23 octobre 2003) a comme chaque année fait le point sur les acquis récents de la radiothérapie oncologique. Plusieurs sessions étaient consacrées aux cancers urologiques. Nous analysons ci-après les études présentant un impact clinique essentiel pour la communauté des urologues. D'autres études, d'intérêt général, ont été commentées car relevant de la pluridisciplinarité.

Once again this year, ASTRO 2003 congress (Salt Lake City, 19-23 October 2003) reviewed the recent data in the field of cancer radiotherapy. Several sessions were devoted to urological cancers. The studies presenting an essential clinical impact for urologists are presented below. Other studies of multidisciplinary interest are also discussed.

Mots clés:
Cancer de la prostate / séminome / radiothérapie / effet des radiothérapies conformationnelles / association radiothérapie-hormonothérapie.
Mots-clés:
Prostate cancer / seminoma / radiotherapy / results of conformational radiotherapy / radiotherapy-hormonotherapy association.
L'IPOP : instillation post-opératoire précoce de mitomycine C. Quand et comment ?
Early postoperative mitomycin C instillation: when and how?
2004
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 249-251

Le rationnel de la chimiothérapie endovésicale dans le traitement des TSV est basé sur la connaissance de leur histoire naturelle, en particulier leur propension à la récidive pour une grande part alors que seulement une petite proportion de ces tumeurs a un risque de progression. L'objectif de la chimiothérapie endovésicale est de prévenir l'implantation tumorale sur le site de la résection et d'éliminer la maladie résiduelle éventuelle à l'origine des récidives : c'est la 'chimioprophylaxie'.
Le but de cette note technique est de rappeler les modalités de réalisation de l'IPOP : Instillation Post-Opératoire Précoce de Mitomycine C en mettant l'accent sur deux points techniques.

The rationale for intravesical chemotherapy in the treatment of superficial bladder tumours is based on the knowledge of their natural history, particularly the propensity of a majority of tumours to relapses, while only a small proportion of these tumours present a risk of progression. The objective of intravesical chemotherapy is to prevent tumour implantation on the site of resection and to eliminate any residual disease responsible for recurrences; this treatment therefore constitutes 'chemoprophylaxis'. The objective of this technical note is to recall the practical modalities of early postoperative mitomycin C instillation with particular emphasis on two technical points.

Mots clés:
Vessie / chimiothérapie intra-vésicale / tumeur.
Mots-clés:
bladder / Intravesical chemotherapy / tumour.
Bases anatomiques du curage lymphonodal dans le cancer de la prostate
2004
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 252-254
Introduction

Survie prolongée sans récidive après curage lymphonodal positif et prostatectomie radicale, découverte de micrométastases quand il n'existe pas d'adénomégalie, modèle carcinologique du cancer du sein, ces nouvelles données poussent à une dissection lymphonodale plus raisonnée dans le bilan d'extension du cancer de la prostate localisé ou localement avancé.

Mots clés:
anatomie / curage lymphonodal / cancer de prostate
Pierre Franco, chirurgien et lithotomiste du 16è siècle
Pierre Franco (1505-1578): famous surgeon and lithotomist of the 16th century.
2004
- Histoire
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 255-259

Pierre FRANCO (150?-1578), créateur de la taille hypogastrique, de l'opération de la cataracte et de la cure chirurgicale des hernies avec conservation du testicule, est considéré comme un des plus grands chirurgiens de la Renaissance et un grand urologue avant la lettre.

Pierre Franco, creator of suprapubic lithotomy, cataract operation and surgical repair of hernia with preservation of the testis, is considered to be one of the greatest surgeons of the Renaissance and a forerunner of urology.

Mots clés:
Pierre Franco / chirurgien des hernies / lithotomiste / taille hypogastrique.
Mots-clés:
Pierre Franco / hernia surgeon / lithotomist / suprapubic lithotomy.
QCM Progrès en Urologie - Avril 2004
2004
- Enseignement, Pédagogie
- Réf : Prog Urol, 2004, 14, 2, 261-264
  • L'antibioprophylaxie en chirurgie urologique : conformité des prescriptions par rapport au référentiel national en Franche-Comté (P. 154)
    L'antibioprophylaxie pour être efficace doit être réalisée en respectant les conditions suivantes
    (1 réponse fausse)
  • Mots clés:
    QCM / Évaluation / questions
    Facteurs pronostiques cliniques et anatomo-pathologiques des cancers du rein avec thrombus cave
    Clinical and histological prognostic factors of renal cancer with caval thrombus.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 160-166

    Objectifs : L'objectif de ce travail a été d'étudier les facteurs cliniques et pathologiques affectant la survie des patients ayant une tumeur rénale avec thrombus cave.
    Matériel et Méthodes : Les données cliniques et pathologiques de 46 patients opérés d'une tumeur du rein avec thrombus cave ont été revues. Les facteurs pronostiques suivants ont été étudiés : stade et grade tumoral, diamètre tumoral, envahissement de la graisse péri rénale ou de la surrénale, existence de métastases ganglionnaires ou à distance, niveau du thrombus, envahissement de la paroi de la veine cave, caractère complet ou non de la résection. Les survies ont été étudiées par la méthode de Kaplan Meier et une étude multivariée a été réalisée par le test de Cox.
    Résultats : Il s'agissait de 30 hommes et de 16 femmes âgés en moyenne de 64,4 ans. La taille moyenne des tumeurs était de 10,6 cm. 12 thrombi étaient péri rénaux (26,1%), 15 étaient infra hépatiques (32,6%), 12 étaient rétro hépatiques (26,1%), 7 étaient sus diaphragmatiques (15,2%). 44 tumeurs étaient de stade T3 et 2 de stade T4. 15 tumeurs étaient N1-2 ou M1 (32,6%). La médiane de survie spécifique était de 22 mois et la survie à 5 ans de 25%. En analyse univariée, le caractère complet de la résection, l'envahissement ganglionnaire et métastatique ainsi que l'envahissement de la surrénale avaient une influence sur la survie. En analyse multivariée seule l'existence de métastases avait une valeur pronostique indépendante.
    Conclusion : Notre étude a confirmé la valeur pronostique de certains facteurs (diffusion métastatique ganglionnaire et à distance, résection tumorale complète) et ouvre la discussion sur l'envahissement de la surrénale. A partir de ces données, nous recommandons de n'opérer que les patients en bon état général, sans métastases et chez qui l'exérèse complète de la masse tumorale apparaït possible.

    Objectives: The objective of this study was to determine the clinical and histological factors influencing survival of patients with renal cancer and caval thrombus.

    Material and Methods: The clinical and pathological data of 46 patients operated for renal cancer with caval thrombus were reviewed. The following prognostic factors were studied: tumour stage and grade, tumour diameter, invasion of the perirenal fat or adrenal gland, presence of lymph node involvement or distant metastases, level of the thrombus, invasion of the wall of the vena cava, partial or complete nature of the resection. Survival was determined by the Kaplan-Meier method and multivariate analysis was performed with the Cox test.

    Results: The study population comprised 30 males and 16 females with a mean age of 64.4 years. The mean tumour diameter was 10.6 cm. Twelve thrombi were perirenal (26.1%), 15 were infrahepatic (32.6%), 12 were retrohepatic (26.1%), and 7 were supradiaphragmatic (15.2%). Forty four tumours were stage T3 and 2 were stage T4. Fifteen tumours were N1-2 or M1 (32.6%). The median disease-specific survival was 22 months and the 5-year survival rate was 25%. On univariate analysis, complete resection, lymph node invasion and metastases and adrenal gland invasion had an impact on survival. On multivariate analysis, only the presence of metastases had an independent prognostic value.

    Conclusion: This study confirms the prognostic value of certain factors (lymph node invasion and metastases, complete tumour resection) and raises the question of the prognostic significance of adrenal gland invasion. On the basis of these data, the authors recommend that surgery should only be performed in patients with a good general status, without metastases and in whom complete resection of the tumour mass appears to be possible.

    Mots clés:
    cancer du rein / Thrombus cave / Pronostic / chirurgie.
    Mots-clés:
    Renal cancer / caval thrombus / prognosis / surgery
    Suivi à long terme de 88 patients opérés dans l'enfance d'un reflux vésico-rénal primitif
    Long-term follow-up of 88 patients operated for primary vesicorenal reflux in childhood.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 167-171

    Objectif : Préciser le devenir à long terme des patients opérés dans l'enfance d'un reflux vésico-rénal (RVR) primitif.
    Matériels et Méthode : L'étude a concerné 88 patients opérés avec succès avant 1986 d'un RVR dans l'enfance et ayant répondu à un questionnaire en 2001. Les dossiers ont été analysés rétrospectivement, et les reflux ré-évalués selon la dernière classification internationale.
    Résultats : Le recul médian était de 21,5 ans [15-27]. L'âge au moment du diagnostic était en moyenne de 5,5 ans. Dans 92% des cas, une pyélonéphrite aiguë (PNA) a inauguré l'histoire du reflux. Les patients contactés ont déclaré être en bon état général dans 88,5% des cas et avoir présenté des épisodes de cystite pour 15,4% des hommes et 50,6% des femmes. Les PNA n'ont néanmoins concerné que 16% des femmes et aucun homme. La présence de lésions rénales n'a pas statistiquement augmenté le risque d'infection urinaire fébrile. Aucune PNA n'est survenue durant les 37 grossesses recensées. Une patiente était atteinte d'une insuffisance rénale dont l'étiologie était indépendante du reflux. Un cas d'hypertension artérielle a été relevé chez une patiente porteuse d'un rein cicatriciel avant intervention.
    Conclusion : Notre étude montre que l'évolution des patients opérés dans l'enfance d'un RVR primitif est favorable, malgré la persistance de PNA. Le traitement chirurgical du RVR, de plus en plus précoce, sera certainement optimisé par des études de suivi à long terme dont le bilan lésionnel initial fera appel aux techniques scintigraphiques.


    Objective: To determine the long-term outcome of patients operated for primary vesicorenal reflux (VRR) in childhood.

    Materials and Method: This study concerned 88 patients successfully operated for VRR in childhood before 1986 and who answered a questionnaire in 2001. The medical files were reviewed retrospectively and reflux was re-evaluated according to the latest international classification.

    Results: The median follow-up was 21.5 years [range: 15-27]. The mean age at the time of diagnosis was 5.5 years. In 92% of cases, reflux presented in the form of acute pyelonephritis (APN). 88.5% of the patients contacted declared that they were in good general health and 15.4% of males and 50.6% of females presented episodes of cystitis. However, only 16% of females and no males reported episodes of APN. The presence of renal lesions did not statistically increase the risk of febrile urinary tract infection. No case of APN occurred during the 37 pregnancies reported. One female patient suffered from renal failure due to an aetiology unrelated to reflux. One female patient with a scarred kidney before the operation presented hypertension.

    Conclusion: This study shows that the outcome of patients operated for primary VRR in childhood is favourable despite the persistence of APN. The increasingly early surgical management of VRR will certainly be optimized by long-term follow-up studies with initial assessment of the lesions based on scintigraphic techniques.


    Mots clés:
    reflux vésico-rénal / Uretère / traitement chirurgical.
    Mots-clés:
    Vesucorenal reflux / ureter / surgical treatment.
    Cystectomie et conservation prostatique : résultats fonctionnels et carcinologiques à long terme. A propos de 25 cas
    Prostate-sparing cystectomy: long-term functional and oncological results in a series of 25 cases.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 172-177

    Objectif : Diminuer le risque de dysfonction érectile et d'incontinence, en réalisant une conservation prostatique au cours de la cystectomie pour cancer de vessie ; et évaluer les résultats carcinologiques en les comparant à ceux de la cystectomie totale.
    Matériels et Méthodes : Depuis 1994, 141 hommes ont subit une cystectomie pour tumeur de vessie. Vingt cinq patients d'age moyen 57 ans (47-75) ont bénéficié d'une conservation prostatique. Les critères d'exclusion étaient : contre indication à un remplacement vésical, envahissement de l'uretre prostatique, et adénocarcinome prostatique associé. Une RTUP était réalisée en pré opératoire pour évaluer l'uretre prostatique ; tous les patients avaient un PSARésultats : Le recul moyen est de 53,4 mois (médiane (46 mois). La survie globale tous stades confondus est de 66% à 5 ans. 7 patients sont décédés (28%), tous de leur cancer. 6 patients (24%) ont développé une récidive pelvienne ; 2 patients (8%) ont présenté une récidive urétrale (1 avait une lésion multifocale, et 1 du CIS) traités par RTUP, et 6 patients (24%) ont développé des métastases à distance. Parmi les récidives pelviennes 4 patients (66%) présentaient une tumeur multifocale. Un patient à développé un adénocarcinome prostatique à 36 mois traité par radiothérapie externe. A 1 an, 100% des patients avaient une continence diurne normale et 19 patients sur 22 (86,4%) étaient continents la nuit avec un lever nocturne variant de 1 à 3. A 1 an, 10 patients sur 22 (45,4%) avaient une érection normale, 9 (40,9%) décrivaient une baisse de leur fonction érectile avec des rapports sexuels conservés, 3 avaient une dysfonction érectile majeure (13,6%). A 3 ans 93,7 % des patients avaient une continence diurne normale ; 75% des patients étaient continent la nuit. A 3 ans 37,5% des patients avaient une érection normale, 37,5% avaient une érection partielle et 25% des patients avaient une dysfonction érectile majeure.
    Conclusion : La cystectomie avec conservation prostatique, dans le traitement des tumeurs infiltrantes de vessie, améliore la continence, la sexualité et la qualité de vie des patients, avec des résultats carcinologiques inférieures à ceux de la cystectomie totale en terme de récidive pelvienne. Une sélection rigoureuse des patients devrait améliorer ces résultats.

    Objective: To decrease the risk of erectile dysfunction and incontinence by performing prostate-sparing cystectomy for bladder cancer; and to evaluate the oncological results by comparing them to those of radical cystectomy.

    Materials and Methods: Since 1994, 141 men have undergone cystectomy for bladder cancer. Twenty five patients with a mean age of 57 years (range: 47-75 years) underwent prostate-sparing cystectomy. The exclusion criteria were: contraindication to bladder replacement, invasion of the prostatic urethra, and associated prostatic adenocarcinoma. TURP was performed preoperatively to evaluate the prostatic urethra. All patients had a PSA
    Results: The mean follow-up was 53.4 months (median: 46 months). The overall 5-year survival regardless of stage was 66%. Seven patients (28%) died, all from their cancer. Six patients (24%) developed a pelvic recurrence, 2 patients (8%) developed an urethral recurrence (1 had a multifocal lesion, and 1 had CIS) treated by TURP and 6 patients (24%) developed distant metastases. Among the patients with pelvic recurrence, 4 (66%) presented a multifocal tumour. One patient developed prostatic adenocarcinoma after 36 months, which was treated by external beam radiotherapy. At 1 year, 100% of patients reported normal daytime continence and 19 out of 22 patients (86.4%) were continent at night and had to get up 1 to 3 times per night. At 1 year, 10 out of 22 patients (45.4%) had normal erections, 9 (40.9%) reported impaired erectile function but allowing sexual intercourse, and 3 had major erectile dysfunction (13.6%). At 3 years, 93.7% of patients had normal daytime continence; 75% of patients were continent at night, 37.5% of patients reported normal erections, 37.5% of patients reported partial erections and 25% of patients reported major erectile dysfunction.

    Conclusion: Prostate-sparing cystectomy for the treatment of invasive bladder cancer improves continence, sexual function and quality of life of patients, with poorer oncological results to those of radical cystectomy in terms of pelvic recurrence. Rigorous patient selection should improve these results.

    Mots clés:
    Tumeurs de vessie / Cystectomie / remplacement vésicale / dysfonction érectile / Qualité de vie
    Mots-clés:
    Bladder tumours / Cystectomy / Bladder replacement / Erectile dysfunction / Quality of life
    Comparaison de deux méthodes d'anesthésie locale avant biopsies transrectales écho-guidées de prostate
    Comparison of two methods of local anaesthesia prior to transrectal ultrasound-guided prostate biopsies.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 178-181

    Objectifs: Nous comparons l'efficacité analgésique de l'instillation endo-rectale du gel de Lidocaine par rapport à l'infiltration périprostatique de Lidocaine avant biopsies transrectales échoguidées de prostate.
    Patients et Méthodes :Entre juillet 2002 et juillet 2003, les candidats aux biopsies prostatiques étaient randomisés en 2 groupes. Dans le groupe 1, 15 ml de gel de Lidocaine à 2% était instillés dans le rectum 10 min avant les biopsies alors que les patients du groupe 2 bénéficiaient de l'infiltration périprostatique de 10 ml de Lidocaine injectable à 1% en deux injections équivalentes, 4 min avant les biopsies de prostate. Une échelle visuelle analogique permettait d'évaluer la douleur pendant l'anesthésie (EVA 1), puis pendant les biopsies prostatiques (EVA 2) et enfin 30 min après la fin de celles-ci (EVA 3).
    Résultats : 308 patients ont été inclus dans l'étude, dont 156 dans le groupe 1 et 152 dans le groupe 2. La douleur ressentie par les patients était statistiquement moindre dans le groupe 1 pour le score EVA 1 (0,1 versus 1,4, pConclusion : Le gel intra-rectal et l'infiltration de Lidocaine assurent une analgésie comparable pendant la réalisation des biopsies prostatiques. Toutefois, le gel intra-rectal de Lidocaine, d'utilisation plus facile avec une administration moins douloureuse, permet un meilleur confort du patient 30 min après la fin des biopsies.

    Objective : To compare the analgesic efficacy of rectal administration of Lidocaine gel with Lidocaine periprostatic infiltration prior to transrectal ultrasound-guided prostate biopsies.
    Material and Methods : Between July 2002 and July 2003, candidates to prostate biopsies were randomised into two groups. In group 1, 15 ml 2% Lidocaine gel was administered intra-rectally 10 minutes prior to biopsies and patients included in group 2 received 10 ml of 1% Lidocaine in two périprostatique equivalent injections, 4 minutes prior to prostate biopsies. Pain was assessed with a Visual Analog Scale, during anaesthesia (VAS 1), during the biopsies procedure (VAS 2) and 30 minutes after them (VAS 3).
    Results : 308 patients were included in this trial with 156 patients in group 1 and 152 in group 2. Group 1 experienced statistically less pain for VAS 1 (0.1 versus 1.4, pConclusion : Rectal administration of Lidocaine gel and infiltration of Lidocaine lead to a comparable level of anaesthesia during prostatic biopsies procedure. However, the Lidocaine gel, being both safe and simple, tends to maintain a better comfort of the patient 30 minutes after the end of the biopsies.

    Mots clés:
    Anesthésie / Biopsie / prostate.
    Mots-clés:
    Anaesthesia / biopsy / prostate
    Diagnostic et prise en charge du cancer avancé de la prostate hormonorésistant : Résultats d'une enquête de pratique menée auprès de 301 urologues français
    Diagnosis and management of advanced hormone-refractory prostate cancer: results of a practice survey on 301 French urologists.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 182-188

    Aucun traitement ou association n'ayant démontré un allongement de la survie dans le cancer de la prostate en échappement hormonal, il était intéressant de connaïtre la prise en charge actuelle de ces patients. Cette enquête avait pour objectifs d'identifier les critères utilisés pour définir l'échappement hormonal, de mieux cerner la filière des soins à ce stade de la maladie et d'apprécier les différentes approches thérapeutiques utilisées. Un auto questionnaire accompagné de 3 cas cliniques a été adressé par courrier à l'ensemble des urologues français inscrits à l'AFU. 301 (31%) questionnaires ont été retournés. Le diagnostic d'échappement hormonal est posé dans 61% des cas devant l'apparition de signes cliniques ou une augmentation de la valeur du PSA. 65% des urologues déclarent changer de traitement dès l'apparition de symptômes ; les objectifs du traitement étant dans 95% des cas une amélioration de la qualité de vie et dans 90% des cas une action sur les symptômes. Après échappement hormonal, les manipulations hormonales multiples sont majoritaires en 1ère intention (au moins 90% des cas). La chimiothérapie ou le transfert des patients vers un oncologue est effectué par plus d'un tiers des médecins en 2ème intention (35% des cas) et dans la quasi-totalité des cas en 3ème intention (87% des cas). L'association mitoxantrone-prednisone est la chimiothérapie la plus citée dans cette enquête (2 médecins sur 3). Ces données montrent l'application, par les urologues français, des recommandations actuelles du CCAFU (Comité de Cancérologie de l'Association Française d'Urologie) au stade d'échappement hormonal.

    As no treatment has been demonstrated to prolong survival in hormone-refractory prostate cancer, it was interesting to define the current management of these patients. This survey was designed to identify the criteria used to define hormonal escape, to more clearly define the treatment modalities at this stage of the disease and to evaluate the various therapeutic approaches used. A self-administered questionnaire accompanied by 3 clinical cases was sent by mail to all French urologists registered with the AFU. Three hundred and one (31%) questionnaires were returned. The diagnosis of hormone-refractory cancer was based on the presence of clinical signs or elevated PSA levels in 61% of cases. 65% of urologists reported that they changed treatment as soon as symptoms appeared. The objectives of treatment were improvement of quality of life in 95% of cases and relief of symptoms in 90% of cases. The first-line treatment after hormonal escape is very predominantly (at least 90% of cases) multiple hormonal manipulations. Chemotherapy or referral of patients to an oncologist is performed by more than one third of doctors as second-line treatment (35% of cases) and in almost all cases as third-line treatment (87% of cases). Mitoxantrone-prednisone is the combination chemotherapy most frequently reported in this survey (2 out of 3 doctors). These data illustrate the application by French urologists of the current CCAFU guidelines (Oncology Committee of the French Urology Association) for hormone-refractory prostate cancer.

    Mots clés:
    cancer de la prostate hormonorésistant / Échappement hormonal / Chimiothérapie.
    Mots-clés:
    hormone-refractory prostate cancer / hormonal escape / Chemotherapy
    La bandelette trans-obturatrice pour incontinence urinaire peut-elle exposer à une rétention d'urine complète?
    Can transobturator tape for urinary incontinence cause complete urinary retention?
    2004
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 189-191

    Le traitement chirurgical de l'incontinence urinaire d'effort s'est radicalement modifié avec le développement des techniques mini-invasives de bandelette sous urétrale qui assurent un taux élevé de continence avec le bénéfice d'une hospitalisation courte et d'un geste rapide. Bien que la morbidité et les effets secondaires soient peu fréquents, leur connaissance est importante pour adapter une stratégie appropriée et prévenir leur survenue. La rétention d'urine est la complication post-opératoire la plus fréquente des bandelettes rétropubiennes. La récente technique de bandelette transobturatrice modifie la situation de la bandelette avec une angulation plus proche de celle des supports aponévrotiques, diminuant le risque théorique de rétention. Les auteurs rapportent le premier cas de rétention complète et discutent le mécanisme et la stratégie thérapeutique.

    The surgical management of stress urinary incontinence has been revolutionized with the development of minimally invasive suburethral tape techniques, which ensure a high continence rate by means of a rapid procedure with a short hospital stay. Although morbidity and adverse effects are uncommon, they must be kept in mind in order to adopt an appropriate strategy designed to prevent their development. Urinary retention is the most frequent postoperative complication of retropubic tape. The recent transobturator tape technique modifies the location of the tape with an angulation more close resembling that of fascial support tissues, thereby decreasing the theoretical risk of retention. The authors report the first case of complete urinary retention and discuss the mechanism and therapeutic strategy.

    Mots clés:
    Incontinence / uratape / rétention.
    Mots-clés:
    Incontinence / Uratape / retention.
    Utilisation d'un treillis de Polypropylène (Gynemesh®) par voie vaginale dans le traitement des troubles de la statique pelvienne de la femme :Etude prospective chez 52 patientes
    Use of transvaginal polypropylene mesh (Gynemesh®) for the treatment of pelvic floor disorders in women. Prospective study in 52 patients.
    2004
    - Technique chirurgicale
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 192-196

    Objectifs : Evaluer l'efficacité et la tolérance de la mise en place par voie vaginale stricte d'une prothèse synthétique non résorbable (Gynemesh) dans le traitement des prolapsus génitaux.
    Matériels et méthodes : Les résultats anatomiques et fonctionnels de 52 patientes opérées de septembre 1999 à décembre 2002 ont été évalués de façon prospective. La moyenne d'âge était de 62 ans. Toutes les patientes présentaient une cystocèle, celle-ci étant associée à une hystérocèle, une élytrocèle ou une rectocèle dans 28%, 9,5% et 38% des cas respectivement. Une incontinence urinaire était retrouvée chez 65% des patientes, 30% d'entre elles avaient des antécédents de chirurgie pelvienne. Selon les composantes du prolapsus, l'intervention a comporté la mise en place d'un treillis au niveau antérieur, postérieur, une hystérectomie et la pose d'un TVT. Les patientes ont été revues par un chirurgien différent de l'opérateur à 3 mois, 6 mois puis tous les ans.
    Résultats : Avec un recul moyen de 27 mois, le taux de succès anatomique est de 95% pour la correction de la cystocèle, de 100% pour la correction de la rectocèle. Une érosion vaginale par le treillis est survenue dans deux cas après réparation d'une cystocèle (3,8%).
    Conclusion : L'implantation par voie basse d'une prothèse de polypropylène est une technique sûre, reproductible et efficace à moyen terme dans le traitement des prolapsus, mais des études complémentaires sont nécessaires afin d'en faire une alternative validées aux techniques existantes.

    Objectives: To evaluate the efficacy and safety of strict transvaginal implantation of a non-resorbable synthetic prosthesis (Gynemesh®) for the treatment of female genital prolapse.

    Materials and Methods: The anatomical and functional results of 52 women operated between September 1999 and December 2002 were evaluated prospectively. The mean age of the patients was 62 years. All patients presented a cystocele, associated with a hysterocele, an elytrocele or a rectocele in 28%, 9.5% and 38% of cases, respectively. Urinary incontinence was reported in 65% of patients, and 30% of women had a history of previous pelvic surgery. Depending on the components of the prolapse, the operation comprised anterior or posterior mesh implantation, hysterectomy and TVT insertion. Patients were reviewed by a different surgeon from the operator at 3 months, 6 months and then annually.

    Results: With a mean follow-up of 27 months, the anatomical success rate was 95% for correction of cystocele, and 100% for correction of rectocele. Vaginal erosion by the mesh occurred in two cases after cystocele repair (3.8%).

    Conclusion: Transvaginal implantation of a polypropylene prosthesis is a safe and reproducible technique, which is effective in the medium term for the treatment of prolapse, but further studies are required to confirm this technique as a valid alternative to existing techniques.

    Mots clés:
    cystocèle / treillis synthétique / Voie vaginale / sans tension.
    Mots-clés:
    cystocele / synthetic mesh / transvaginal approach / tension-free vaginal tape.
    Contribution de la modélisation à l'analyse des modifications mictionnelles induites par le TVT® : étude des débitmétries libres
    Contribution of modeling to the analysis of mictional modifications caused by TVT® : study of free uroflows
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 197-202

    But de l'étude : Rechercher à partir de l'analyse modélisée des modifications de la débitmétrie observées en post-opératoire, si l'on peut proposer une hypothèse unique d'action de la bandelette TVT qui expliquerait à la fois la restauration de la continence et la modification de la miction.
    Population et Méthodes : 50 patientes ayant une incontinence urinaire d'effort traitée par TVT ont été inclues dans cette étude rétrospective. En pré- et post-opératoire (1, 6, 12 et 24 mois) étaient réalisés un examen clinique et un bilan urodynamique. En pré-opératoire, la mobilité de l'urètre proximal était évaluée sur les clichés d'urétrocystographie (retenue et poussée). L'analyse des débitmétries était qualitative (superposition des courbes) et quantitative (méthode VBN). La modélisation a permis de tester les hypothèses d'obstruction induite (compressive ou constrictive) et de rechercher une anomalie du contrôle.
    Résultats : L'analyse modélisée est en faveur d'une obstruction post-opératoire chez 34 patientes (68%). Chez ces patientes obstruées, la modélisation a permis de tester deux mécanismes obstructifs différents. Une obstruction compressive (avec une contre-pression comprise entre 10 et 35 cm H2O) qui expliquerait à la fois les modifications de la débitmétrie et la restauration de la continence, est possible pour les 34 patientes. En revanche, une obstruction constrictive (avec une réduction de la surface de l'urètre allant jusqu'à 60%) qui expliquerait les modifications de la débitmétrie mais pas la restauration de la continence ne peut être formulée que pour 27 des 34 patientes obstruées.
    Conclusion : Les résultats de l'analyse modélisée sont en faveur d'une contre-pression induite par la bandelette lors d'efforts per-mictionnels. Cette contre-pression pourrait être le résultat de l'angulation dynamique (c'est à dire à l'effort) de l'urètre sur la bandelette. Cette contre-pression permet la restauration de la continence et peut, pendant la miction, avoir un effet obstructif si la patiente exerce une poussée abdominale.

    Aim of study: Using modeling to analyze the free uroflows after TVT’ procedure, to search for a unique mechanical hypothesis which could explain the changes in the voiding pattern induced by the tape and the success of the procedure.
    Population and Methods: In this retrospective study 50 women who underwent a TVT’ procedure for cure of SUI were included. They had physical examination and urodynamic tests before and after (1, 6, 12 and 24 months) surgery. Preoperatively, a lateral urethrocystography (X-rays at restraint and at strain) allowed to measure the urethra mobility. The analysis of the free uroflow curves was qualitative (superimposition of the curves) and quantitative (VBN method). Modeling allowed to test the hypotheses of an induced obstruction (compressive or constrictive), and to search for an abnormality of the nervous control.
    Results: A change in the voiding pattern which was compatible with a urethral obstruction was observed in 34 (68%) patients. The hypothesis of a compressive obstruction (counter-pressure between 10 and 35 cm H2O) which could explain restoration of continence was proposed for these 34 patients (with a counter-pressure variable from one voiding to the other for 12 patients). The hypothesis of a constrictive obstruction which could not explain restoration of continence and implied a reduction of the cross-section of the urethra of about 60% was proposed for 27patients.
    Conclusion: The results of the modelized analysis are consistent with the hypothesis of the occurrence at strain of a counter-pressure on the dynamic kinking due to the TVT. This counter-pressure achieves continence; during voiding, this effect can be unmasked if the woman strains with the result of a lower flow rate and/or dysuria.

    Mots clés:
    incontinence urinaire d'effort / TVT® / débitmétrie / modélisation.
    Mots-clés:
    Stress urinary incontinence / TVT / free uroflow / modeling.
    Métastase surrénalienne d'un carcinome vésiculaire thyroidien avec thrombus intra-cardiaque
    Adrenal metastasis from follicular thyroid carcinoma with intracardiac thrombus.
    2004
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 203-204

    Les auteurs rapportent l'observation d'une patiente de 57 ans opérée d'une métastase surrénalienne d'un carcinome vésiculaire thyroidien avec thrombus intra-cardiaque. L'évolution est marquée par l'apparition de métastases diffuses conduisant à son décès 9 mois après l'intervention.
    Les métastases surrénaliennes des carcinomes thyroidiens sont rares. Leur traitement est chirurgical lorsqu'elles sont isolées. Ces métastases peuvent apparaïtre tardivement après la chirurgie thyroidienne initiale imposant une surveillance régulière notamment par dosage de la thyroglobuline sérique en cas de carcinome vésiculaire.
    Les cancers thyroidiens représentent 1 à 2% des cancers dans la population générale. Les carcinomes vésiculaires représentent environ 20 % des cancers thyroidiens. Ces carcinomes sont plus fréquents dans les zones de carence iodée et s'observent volontiers chez la femme à partir de la cinquième décennie. Le marqueur tumoral sérique est la thyroglobuline. Les métastases viscérales sont fréquentes, cependant les localisations surrénaliennes sont exceptionnelles.

    The authors report the case of a 57-year-old patient operated for adrenal metastasis from follicular thyroid carcinoma with intracardiac thrombus, who subsequently developed disseminated metastases leading to death 9 months after the operation. Adrenal metastases of thyroid carcinomas are rare and can be treated surgically when they are isolated. These metastases may appear many years after initial thyroid surgery requiring regular surveillance, especially by serum thyroglobulin assay in the case of well differentiated carcinoma.

    Mots clés:
    Carcinome vésiculaire / thyroïde / métastase surrénalienne / thrombus intracardiaque.
    Mots-clés:
    follicular carcinoma / thyroid / adrenal metastasis / intracardiac thrombus
    Transplantation rénale après exérèse d'un angiomyolipome sur un greffon issu de donneur vivant
    Renal transplantation after excision of an angiomyolipoma on a living donor kidney.
    2004
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 205-206

    La transplantation d'un rein présentant une tumeur est une situation exceptionnelle. Nous rapportons le cas d'une transplantation rénale programmée après exérèse d'un angiomyolipome sur un rein issu de donneur vivant.

    Transplantation of a kidney presenting a tumour is an exceptional situation. The authors report a case of programmed renal transplantation after resection of an angiomyolipoma on living donor kidney.

    Mots clés:
    Angiomyolipome / Donneur vivant / transplantation rénale.
    Mots-clés:
    Angiomyolipoma / Living donor / renal transplantation
    Abdomen aigu lié à une rupture spontanée d'un angiomyolipome rénal
    Acute abdomen due to spontaneous renal angiomyolipoma rupture.
    2004
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 207-209

    L'angiomyolipome rénal est une tumeur bénigne très exceptionnelle. Bien que cette tumeur soit souvent asymptomatique et de petite taille, elle peut se présenter dans certains cas comme un abdomen aigu du fait de la rupture de cette lésion. L'hémorragie qui en résulte peut menacer le pronostic vital et nécessiter un traitement chirurgical. Une patiente de 58 ans a été hospitalisée pour une douleur abdominale de la partie supérieure droite de l'abdomen, associée à des nausées et des vomissements. L'examen physique a montré une sensibilité du quadrant supérieur droit de l'abdomen et du flanc droit. Le bilan biologique était révélateur d'une hémorragie aiguë et le bilan radiologique révélait une masse du rein droit avec un hématome rétropéritonéal. La patiente a été traitée par néphrectomie droite et exérèse de la masse. Les suites opératoires ont été simples. A partir de ce cas clinique, il est possible de conclure que l'angiomyolipome peut avoir des graves conséquences du fait d'une rupture spontanée entraïnant une hémorragie menaçant le pronostic vital. La néphrectomie est l'intervention la plus facilement réalisable devant une hémorragie abondante et/ou une lésion atteignant la totalité du rein.

    Renal Angiomyolipoma (AML) is a rare benign tumor. As it is usually asymptomatic and small, AML sometimes may cause acute abdomen by spontaneous rupture and hemorrhage that may be life threatening in some cases for which surgical management is necessary. A 58-year-old female patient was admitted for right side and right upper abdominal pain, nausea and vomiting. Right upper abdominal and right side sensitivity were remarkable on physical examination. Whole blood count revealed the ongoing with steady remarkable decrement in hematocrite and hemoglobin. Radiological examination showed right kidney mass with retroperitoneal hematoma. Patient underwent a right nephrectomy with mass excision. Her postoperative period was uneventful. On this case report we conclude that; angiomyolipoma may cause serious complications by the spontaneous rupture and life threatening hemorrhage. In case of massive hemorrhage and /or whole renal involvement, nephrectomy is the most feasible surgical treatment of all the other treatment methods.

    Mots clés:
    Angiomyolipome / hémorragie rétropéritonéale / abdomen aigu.
    Mots-clés:
    Angiomyolipoma / retroperitoneal hemorrhage / acute abdomen
    Tumeur mixte épithéliale et stromale du rein
    Mixed epithelial and stromal tumour of the kidney.
    2004
    - Cas clinique
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 210-212

    Nous rapportons l'observation d'une patiente ayant une tumeur mixte épithéliale et stromale, entité récemment démontrée et rare puisque 40 cas ont été décrits. Les tumeurs mixtes épithéliales et stromales se rencontrent surtout chez la femme en période péri-ménopausique avec des antécédents de traitement par oestro-progestatifs ou de chirurgie gynécologique. Cliniquement ou radiologiquement, aucun argument ne permet de les différencier des autres tumeurs rénales. L'examen histologique retrouve une tumeur avec une composante épithéliale et une composante stromale ayant les caractéristiques du stroma ovarien et exprimant les récepteurs aux oestrogènes et aux progestatifs. Le pronostic de ces tumeurs est habituellement très favorable bien que le peu de cas décrits et la publication récente d'un cas de malignité appellent à la prudence.

    The authors report the case of a patient with mixed epithelial and stromal tumour, a rare, recently described entity, as only 40 cases have been reported. mixed epithelial and stromal tumours are essentially observed in women during the perimenopausal period with a history of treatment with oestrogen-progestogens or gynaecological surgery. No clinical or radiological arguments can differentiate these tumours from other renal tumours. Histological examination reveals a tumour with an epithelial component and a stromal component presenting the characteristics of ovarian stroma and expressing oestrogen and progesterone receptors. The prognosis of these tumours is usually very favourable, although caution is advised in view of the limited number of published cases and a recent report of a malignant case.

    Mots clés:
    Tumeur / Rein / mixte / épithéliale / stromale.
    Mots-clés:
    Tumours / Kidney / mixed / Epithelial / stromal
    La néphrectomie par laparoscopie pour pathologie bénigne du rein.
    Laparoscopic nephrectomy for benign kidney disease. Review of a 12-year experience and review of the literature.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 137-143

    Après 12 ans d'expérience, la néphrectomie par laparoscopie est devenue une voie d'abord possible pour la pathologie bénigne du rein. La technique est efficace, sûre et reproductible. Le taux de complications est comparable voire inférieur à celui de la néphrectomie par laparotomie et les suites opératoires sont plus favorables. A partir d'une revue de la littérature, notre article fait le point sur la technique, les indications et les résultats de la néphrectomie laparoscopique pour la pathologie bénigne du rein.

    Based on 12 years of experience, laparoscopic nephrectomy has become the reference approach to benign kidney disease. This technique is effective, safe and reproducible. The complication rate is comparable or even lower than that of open nephrectomy and the postoperative course is more favourable. Based on a review of the literature, this paper reviews the technique, indications and results of laparoscopic nephrectomy for benign kidney disease.Key

    Mots clés:
    Néphrectomie / laparoscopie / lomboscopie / rein.
    Mots-clés:
    nephrectomy / Laparoscopy / retroperitoneoscopy / kidney.
    L'antibioprophylaxie en chirurgie urologique : conformité des prescriptions par rapport au référentiel national en Franche-Comté
    Prophylactic antibiotics in urological surgery: compliance of prescriptions in Franche-Comté with national guidelines.
    2004
    - Article original
    - Réf : Prog Urol, 2004, 14, 154-159

    But de l'étude : Evaluer les pratiques d'antibioprophylaxie en chirurgie urologique en Franche-Comté.
    Matériel et Méthodes : Un total de 6 équipes de chirurgie urologique a participé à la collecte des données. Les pratiques étaient évaluées en comparaison avec les recommandations nationales à travers cinq questions : 1) l'intervention chirurgicale justifiait-elle une antibioprophylaxie et celle-ci a-t-elle été réalisée ? L'antibiotique choisi était-il celui recommandé ? La durée totale était-elle correcte ? L'heure d'injection de la première dose était-elle correcte ? La posologie était-elle correcte ? Les recommandations de la Société Française d'Anesthésie et de Réanimation (SFAR) actualisées en 1999 constituaient la référence.
    Résultats : Parmi les 213 interventions intégrées dans l'étude, 134 correspondaient à des interventions de classe Altemeier 1 et 2 pour lesquelles la SFAR avait émis des recommandations. Le taux de conformité globale était de 22,6%. Parmi les 56 patients n'ayant pas reçu la molécule recommandée, 45 avaient reçu une molécule dont le spectre d'activité était plus large que celui de la molécule recommandée. La durée de l'antibioprophylaxie était plus longue pour 10 des 11 patients ayant bénéficié d'une prophylaxie dont la durée ne respectait pas les recommandations. Enfin pour plus du tiers des interventions, l'heure d'injection de la première dose n'était pas optimale.
    Conclusion : Cette étude a permis de montrer la grande fréquence des non-conformités des prescriptions d'antibioprophylaxie en chirurgie urologique en Franche-Comté. Pour assurer son efficacité et éviter l'émergence de résistance des bactéries aux antibiotiques, les recommandations doivent être rappelées et suivies.

    Study objective: To evaluate prophylactic antibiotic practices in urological surgery in Franche-Comté.

    Material and Methods: Six urological surgery teams participated in data collection. Practices were evaluated in comparison with national guidelines by means of five questions: Did the surgical operation justify prophylactic antibiotics and was this treatment administered? Was the antibiotic selected that recommended by national guidelines? Was the total duration appropriate? Was the time of the first injection appropriate? Was the dosage appropriate? The Société Française d'Anesthésie et de Réanimation (SFAR) guidelines, revised in 1999, constituted the reference.

    Results: Of the 213 operations included in the study, 134 corresponded to Altemeier class 1 and 2 operations for which the SFAR has issued guidelines. The overall compliance rate was 22.6%, Among the 56 patients who did not receive the recommended molecule, 45 received a molecule with a broader spectrum of activity than that of the recommended molecule. The duration of prophylactic antibiotics was longer for 10 of the 11 patients in whom the duration of prophylaxis did not comply with guidelines. Finally, for more than one third of operations, the time of injection of the first dose was not optimal.

    Conclusion: This study demonstrated the high frequency of non-compliance with prophylactic antibiotic prescription guidelines in urological surgery in Franche-Comté. These guidelines must be reinforced and applied to ensure the efficacy of prophylactic antibiotics and to avoid the emergence of resistant strains.

    Mots clés:
    Antibioprophylaxie / Évaluation des pratiques / chirurgie urologique.
    Mots-clés:
    Prophylactic antibiotics / Clinical practice evaluation / urological surgery.