Base bibliographique

Sommaire :

La chirurgie du cancer de la prostate au stade localement avancé. Revue du comité de cancérologie de l'AFU (sous-comité « Prostate »)
Surgery of locally advanced prostate cancer
2008
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1031-1037

Parmi les différentes thérapeutiques du cancer de la prostate localement avancé (CPLA), la prostatectomie totale est une modalité peu utilisée en France car son rôle est controversé et mal codifié. Le principe d’un traitement associatif multimodal est soutenu par les résultats de l’association radiothérapie et hormonothérapie de longue durée qui reste le traitement de référence dans cette situation clinique. L’impact de la chirurgie sur le risque de progression et de récidive locale est important pour des patients sélectionnés avec des tumeurs de faible grade et de petit volume tumoral. Le bilan d’extension basé sur les données cliniques, histologiques et de l’imagerie reste fondamental pour la décision à prendre en réunion de concertation pluridisciplinaire d’oncologie (RCPO). Les résultats des séries chirurgicales récentes montrent une survie spécifique à dix ans de 85 % et à 15 ans de 75 %. De plus, 20 à 30 % des patients opérés pour une tumeur cT3 présentent en fait une tumeur reclassée pT2. La morbidité chirurgicale est identique à la prostatectomie totale des tumeurs localisées en dehors des séquelles sexuelles du fait d’une préservation nerveuse plus réduite. La prostatectomie totale élargie couplée à un curage ganglionnaire étendu peut être considérée comme une alternative à l’hormono-radiothérapie chez des patients avec une longue espérance de vie présentant une tumeur classée stade clinique T3 (cT3) à fort risque d’évolution locale et de risque métastatique faible. Les traitements combinés et comparatifs intégrant la prostatectomie totale sont à évaluer dans des essais cliniques prospectifs en termes de résultats carcinologiques et de qualité de vie.

Among the different options recommended for locally advanced prostate cancer (LAPC), radical prostatectomy (RP) is a relatively infrequent option because its role is still controversial. The results of clinical trials combining an external radiotherapy to a long-term androgen deprivation sustain the principle of a multidisciplinary management of LAPC. Impact of surgery on the risk of progression and local recurrence is important in selected patients with low grade and small tumoral volume. Clinical and histological data associated to the MRI assessment remain essential and enhance the preoperative multidisciplinary decision. Oncological results from recent series show 10-year and 15-year specific survival rates around 85 and 75%, respectively. Moreover, approximately 20 to 30% of patients initially presented with cT3 tumours have finally an organ-confined disease on pathological examination. Morbidity of the procedure is similar to RP for organ-confined tumours despite more erectile dysfunction due to non-sparing RP in most of cases. An enlarged RP with an extended pelvic lymphadenectomy can be considered as a viable alternative to radiotherapy and hormonal therapy in patients with long life expectancy presenting cT3 tumour with a high risk of local progression and a low risk of metastatic disease. Comparative and combined treatments including RP have to be prospectively investigated in clinical trials in terms of oncological outcome and quality of life.

Mots clés:
Cancer de la prostate localement avancé / Prostatectomie totale / Lymphadenectomie pelvienne étendue / Traitements combinés
Mots-clés:
Locally advanced prostate cancer / radical prostatectomy / Extended pelvic lymphadenectomy / Combined treatments
Pseudokystes periurétraux en complication des injections urétrales de Zuidex® : revue de la littérature
Periurethral pseudocysts following urethral injections of Zuidex<sup>®</sup>: Review of the literature
2008
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1038-1043

L’injection périurétrale de dextranomère/acide hyaluronique (Zuidex®) est un traitement mini-invasif de l’incontinence urinaire d’effort (IUE), sans complication majeure décrite. L’apparition des pseudokystes périurétraux a été récemment décrite. L’objectif de cette revue de la littérature a été de préciser la fréquence et les circonstances permettant le diagnostic de ces kystes, leur gravité et leur traitement. Vingt-neuf cas ont été rapportés dans la littérature auxquels a été ajouté un nouveau cas. Il s’agit d’une complication non rare. La plupart étaient asymptomatiques, mais une douleur ou une dysurie ont pu s’observer. L’examen clinique révélait une tuméfaction périurétrale, l’échographie et l’IRM permettaient une analyse topographique et de mieux situer l’extension du kyste. En dehors des cas de régression spontanée, tous les autres cas ont été traités par ponction ou excision chirurgicale. La continence urinaire après traitement des pseudokystes était variable avec une récidive fréquente de l’incontinence urinaire.

Periurethral dextranomer/hyaluronic acid (Zuidex®) is a mini-invasive technique for female stress-urinary incontinence and minimal adverse effects were described. Pseudocysts were recently described. Twenty-nine cases only are reported in the literature and the authors illustrate the review with an additional case. Asymptomatic cases, pain and low stream were observed. On clinical examination, a tenderness or visible periurethral deformation need to precise the characteristics with ultrasonography and MRI. Symptomatic cases may benefit from puncture, although the patients must be informed of a potential recurrence of the incontinence.

Mots clés:
incontinence urinaire / Injection urétrale / technique chirurgicale
Mots-clés:
Urinary incontinence / Periurethral injection / Surgical procedure
Récidive des pseudokystes périurétraux après ponction aspiration
Recurrent periurethral pseudocysts after aspiration
2008
- Commentaire à…
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1043-1044
Cet article de revue se base sur une recherche bibliographique à l’aide du moteur de recherche Pubmed, des cas traitants les pseudokystes périurétraux secondaires à une injection urétrale de Zuidex®. Les auteurs ont retrouvé cinq articles qui ont fait état de cette complication spécifique.
La place de la chirurgie des métastases osseuses dans le cancer du rein : à propos de 13 cas
The role of surgery in bone metastases of renal cell carcinoma: 13 cases report
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1045-1049

La chirurgie des métastases osseuses peut être proposée aux patients atteints d’un cancer du rein métastatique. Le but de cette étude a été d’évaluer l’efficacité et la faisabilité de la chirurgie des métastases osseuses secondaires à un cancer du rein.
Matériels : Vingt et une interventions chirurgicales de métastases osseuses ont été réalisées chez 13 patients ayant un carcinome à cellules claires du rein métastatique traités dans notre institution entre 2001 et 2007. Les interventions chirurgicales comprenaient un curetage avec cimentoplastie et/ou fixation interne, laminectomie ou résection en bloc. La survie sans progression et la survie globale ont été calculées en utilisant la méthode de Kaplan-Meïer.
Résultats : Aucune complication hémorragique peropératoire ou de complication postopératoires n’a été observée. La survie globale à un an était de 84 %. La médiane de survie des patients était de 23 mois (IC95 % : 18,9–78,1 %). La médiane de survie sans récidive était de 19 mois après la première intervention chirurgicale. Des marges chirurgicales positives existaient chez neuf patients (R2) et des marges chirurgicales négatives chez huit patients (R0). Les résections R0 ou R1 n’ont pas eu d’impact sur la survenue d’une rechute locale. Des complications mineures sont apparues chez deux patients.
Conclusion : La chirurgie des métastases osseuses a été faisable et efficace et a semblé améliorer certains patients qui avaient des métastases osseuses secondaires à un cancer du rein.

Introduction: Surgery for osseous metastases seems to improve the patients with renal cell carcinoma. The goal of this study is to evaluate the efficacy and safety of surgery for osseous metastases from renal cell carcinoma.
Materials: We performed 21 surgery for osseous metastases in 13 patients who have been treated for metastatic renal cell carcinoma at one institution between 2001 and 2007. The surgical procedure included curetage with cementing and or internal fixation, in bloc resection or surgical decompressive procedure. Disease-free and overall survival was calculated using Kaplan–Meïer analysis.
Results: The overall patient survival rate at one year was 84%. The overall median survival time was 23 months (IC95%; 16,9–78,1%). The disease-free survival was 19 months (IC95%: 26,7%–80,9%) after surgery. Positive margins were observed in 9 patients (R2) and negative margins in 8 patients (R0). R0 and R2 resections have no impact on local relapse. Minor complications occurred in two patients. There was no intra- or postoperative hemorrhage.
Conclusion: Surgery of osseous metastases is safe and effective and seems to improve outcomes of metastatic renal cell carcinoma.

Mots clés:
Métastases osseuses / Chirurgie / Adénocarcinome à cellules claires du rein
Mots-clés:
Osseous metastases / surgery / Renal cell carcinoma
Évaluation économique de l'urétéroscopie souple laser
Economic evaluation of deflexible ureteroscopy with laser
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1050-1055

But : Le but de notre étude était d’évaluer le coût réel d’une séance d’urétéroscopie souple laser (coût global, coût spécifique) pour le traitement des calculs et des tumeurs urothéliales rénales.
Matériel : Ce coût était calculé de manière rétrospective sur 103 séances (83 calculs, 18 tumeurs urothéliales, un kyste et une endopyélotomie) réalisées chez 73 patients et comportait (1) les dépenses de personnel au bloc opératoire ([à partir des temps relevés sur la feuille d’anesthésie] valorisées pour chaque catégorie au coût horaire moyen 2006) ; (2) les dépenses de matériel : spécifique et non spécifique à la technique, à usage unique ou réutilisable ; (3) l’amortissement des matériels médicaux calculé sur sept ans ; (4) la durée d’hospitalisation. N’étaient pas pris en compte dans cette étude les frais de fonctionnement du bloc, les charges de logistique médicale, administrative, ainsi que de structure car considérés comme indépendants de cette activité en particulier.
Résultats : Le coût moyen d’une séance d’urétéroscopie souple laser était estimé à 4237,3 ± 1677,6 € frais d’hospitalisation inclus. Elle coûtait en moyenne 4490,5 € pour une tumeur et 4141,4 € pour un calcul, mais cette différence était non significative. Le coût hors hospitalisation était évalué à 1196,5 €.
Conclusion : Le coût principal de l’urétéroscopie souple laser était en rapport avec les frais d’hospitalisation. Compte tenu de l’importance de l’amortissement des matériels médicaux, il ne pouvait être obtenu que dans une structure ayant une activité suffisante. Ce coût doit être pris en compte dans le référencement de la CCAM.

Purpose: The purpose of our study was to make an evaluation of the effective cost of a session of deflexible ureteroscopy with laser to cure kidney stones and kidney urothelials tumors.
Material: This cost was calculated based on 103 sessions (83 kidney stones, 18 urothelials tumors, one cyst and one endopyelotomy) carried out on 73 patients and was including (1) staff expenses in the operation room (based on work time stated on the anesthesia sheet); (2) material expenses: technically specific or not. Reusable or single use; (3) amortisement of medical supply calculated on a seven year basis; (4) hospital stay. In this study medical logistic expenses and administrative expenses were not taken into account as well as structural expenses which were considered apart of this activity.
Results: Cost of a laser deflexible ureteroscopy was estimated by more or less 4237.3 €, including 1677.6 € for hospital charges. The cost of a session was 4490.5 € for a tumor and 4141.4 € for a stone, however the difference was not significant. Cost without hospital charges was estimated by 1196.5 €.
Conclusion: The main part of a laser deflexible ureteroscopy session cost was the consequence of hospital expenses. It could only be obtained in a structure running a sufficient activity level depend on amortisement of medical supply.

Mots clés:
Urétéroscopie souple / Laser / Coût
Mots-clés:
Deflexible ureteroscopy / Laser / Cost
La lithiase urinaire chez l'enfant tunisien. Étude à propos de 187 cas
Urinary stones in Tunisian children, based on series of 187 cases
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1056-1061

Objectif : Dégager les particularités épidémiologiques et structurales d’une série de calculs urinaires recueillis chez des enfants tunisiens.
Patients et méthodes : Entre 1995 et 2007, 187 calculs appartenant à des enfants tunisiens ont été étudiés. L’analyse a été effectuée en deux temps : un examen à la loupe binoculaire pour le typage morphologique et une analyse de leur composition par spectrophotométrie infrarouge.
Résultats : Les 187 calculs analysés provenaient de 122 garçons et 65 filles âgés de deux mois à 18 ans. La prédominance masculine était nette avec un rapport garçons/filles de 1,88. La localisation rénale était la plus fréquente représentant 64,8 % des calculs, suivie de la localisation urétérale 20,6 % et vésicale 14,6 %. L’oxalate de calcium monohydraté était le composant majoritaire de près de la moitié des calculs (49,2 %) avec une prédominance féminine. Parmi les calculs phosphatiques, la carbapatite était en tête (10,7 %), suivie par la struvite (7 %) avec une prédominance masculine.
Conclusion : Ce profil épidémiologique se place en situation intermédiaire entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement.

Objective: The aim of this study is to define epidemiologic and structural particularities of urinary stones in Tunisian children.
Patient and methods: Between 1995 to 2007, 187 stones of Tunisian children were studied. Structural analysis was performed by infrared spectrophotometry.
Results: We analyzed 187 stones from 122 boys and 65 girls. Their age ranged from two months to 18 years. Our study shows a male predominance with a sex ratio of 1,88. Stones were renal in 64.8%, ureteral in 20.6% and 14.6% were vesical. Whewellite was the main component (49,2% of stones) with a female predominance. Among phosphatic stones, carbapatite was in the lead (10.7%) followed by struvite (7%), which predominate in male.
Conclusion: The epidemiological profile of urinary stones in children in Tunisia is situated between that observed in developed countries and that observed in developing countries.

Mots clés:
Lithiase urinaire / Enfants tunisiens / spectrophotométrie infrarouge
Mots-clés:
urinary stones / Tunisian children / Infrared spectrophotometry
Mortalité et morbidité des cystectomies totales pour cancer de la vessie chez les patients de plus de 75 ans
Mortality and morbidity of radical cystectomy for bladder cancer in patients over the age of 75
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1062-1067

Objectif : Le but de notre étude a été d’évaluer la mortalité et la morbidité de la cystectomie et les résultats fonctionnels des dérivations associées chez les patients de plus de 75 ans opérés pour cancer de vessie.
Matériel et méthodes : De 1988 à 2002, 37 patients (29 hommes et huit femmes) âgés de 75 à 88 ans (médiane : 79 ans) ont eu une cystectomie totale pour cancer de vessie. Tous les patients avaient au moins un facteur de comorbidité, 17 étaient classés ASA II (45,9 %) et 20 patients ASA III et IV (54,1 %). Une dérivation urinaire externe a été réalisée chez 35 patients et deux patients ont eu un remplacement orthotopique. Le suivi moyen a été de 21,0 mois (0,3–88,6). La mortalité, la morbidité précoce et tardive, et les résultats fonctionnels ont été analysés.
Résultats : La mortalité peropératoire a été nulle et la mortalité précoce a été de 5,4 % (2/37). La morbidité médicale précoce a été de 24,3 % essentiellement d’origine cardiovasculaire (embolies pulmonaires, infarctus cardiaque, œdème pulmonaire) et la morbidité chirurgicale précoce a été de 2,7 %. La morbidité tardive a été de 27,0 %, correspondant essentiellement à des complications pariétales (éventrations péristomiales ou médianes). Sur le plan fonctionnel, les patients ayant une dérivation externe, une éventration péristomiale avec difficultés d’appareillage ont été notés dans 11,4 % des cas. Les résultats fonctionnels des deux patients ayant eu une entérocystoplastie ont été : autosondages : 1 ; continence diurne/appareillage nocturne : 1.
Conclusion : Cette étude montre que les résultats sur la mortalité et la morbidité précoce et tardive restent acceptables pour proposer la cystectomie totale chez les patients âgés de plus de 75 ans.

Objective: The objective of this study was to evaluate the mortality and morbidity of cystectomy and the functional results of the associated diversions in patients over the age of 75 operated for bladder cancer.
Material and methods: From 1988 to 2002, 37 patients (29 men and 8 women) aged between 75 to 88 years (median: 79 years) underwent radical cystectomy for bladder cancer. All patients had at least one comorbidity factor, 17 patients were classified as ASA II (45.9%) and 20 were classified as ASA III and IV (54.1%). An external urinary diversion was performed in 35 patients and orthotopic bladder replacement was performed in two patients. The mean follow-up was 21.0 months (range: 0.3–88.6). The mortality, early and late morbidity, and functional results were analyzed.
Results: There was no intraoperative mortality and the early mortality rate was 5.4% (2/37). The early medical morbidity rate was 24.3%, essentially cardiovascular (pulmonary embolism, myocardial infarction, pulmonary edema), and the early surgical morbidity rate was 2.7%. The late morbidity rate was 27.0%, essentially corresponding to wound complications (peristomal or midline incisional hernias). In terms of functional results, a peristomal incisional hernia with stoma appliance difficulties was observed in 11.4% of patients with an external diversion. One of the two patients treated by bladder replacement performed intermittent self-catheterization and the other was continent during the day and required pads at night.
Conclusion: This study shows that the acceptable mortality and early and late morbidity results allow radical cystectomy to be proposed in patients over the age of 75.

Mots clés:
mortalité / morbidité / Cancer de vessie / Cystectomie / Patients âgés
Mots-clés:
mortality / Morbidity / Bladder cancer / Cystectomy / Elderly patients
Résultats à long terme de la promontofixation laparoscopique dans les cystocèles de haut grade
Long-term results of laparoscopic sacral colpopexy for high-grade cystoceles
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1068-1074

Objectif : Évaluer les résultats anatomiques et fonctionnels à long terme du traitement des cystocèles de grade 3 et 4 par promontofixation laparoscopique (PFL).
Patientes et méthode : Entre 1997 et 2005, 43 patientes, présentant une cystocèle symptomatique de grade 3 ou 4, isolée ou non, ont été traitées par PFL. Elles ont été revues à trois mois, à six mois, puis tous les ans pendant cinq ans. Outre l’interrogatoire, l’examen clinique recherchait une récidive anatomique définie par un prolapsus de stade supérieur ou égal à 2. Une analyse statistique univariée a été réalisée.
Résultats : Avec un recul moyen de 4,1 ans (2–10,1), nous rapportons 84 % de correction anatomique à l’étage antérieur. Sept patientes avaient une récidive antérieure : cinq de stade 2, une de stade 3 et une de stade 4 associée à des signes fonctionnels urinaires (n = 3), sexuel (n = 3) et/ou des difficultés à l’exonération (n = 2). Aucune des patientes traitées pour une cystocèle isolée n’avait récidivé. Le débit moyen était de 24 ± 9 ml par seconde. Neuf patientes (21 %) avaient une dysurie associée à une récidive de cystocèle dans quatre cas. Quatre patientes avaient une pollakiurie (n = 1), une urgenturie (n = 1) ou une incontinence urinaire d’effort (n = 2), en l’absence de récidive anatomique. Des douleurs pelvipérinéales chroniques (n = 1) révélaient une érosion prothétique vésicale. Aucun facteur n’était significativement associé à la survenue d’une récidive.
Conclusion : La PFL offre une correction anatomique durable des cystocèles de haut grade, surtout en cas d’atteinte isolée. La récidive anatomique s’accompagne, dans la plupart des cas, d’une récidive des signes fonctionnels.

Purpose: To evaluate long-term functional and anatomical results of laparoscopic-sacral colpopexy (LSC) for the treatment of high-grade cystoceles.
Material: Between 1997 and 2005, 43 women with symptomatic cystoceles of high grade (grade 3 or 4), isolated or not, were treated by LSC. All patients were seen at three months, six months and then yearly during follow-up. Each visit included an interrogatory searching for functional urinary symptoms or sexual and digestive symptoms. A clinical examination, always performed by the same operator, searched for an anatomical recurrence, which was defined by an anterior prolapse of stage greater or equals to 2. In addition, a uroflowmetry was performed systematically. Prognostic factors for cystocele recurrence were established by univariate analysis.
Results: With a mean follow-up of 4.1 years (2–10.1), the rate of correction of cystocele was 84%. Seven women had an anterior recurrence and were as follows: stage 2 (n = 5), stage 3 (n = 1) and stage 4 (n = 1) associated with urinary-functional symptoms in three cases, with sexual problems in three cases or with rectal symptoms in two cases. In case of isolated cure of cystocele, we found no recurrence during follow-up. Mean uroflowmetry was 24 ± 9 ml/s. Nine women (21%) had dysuria associated with cystocele recurrence in four cases. Four patients had a pollakiuria (n = 1), an urgenturia (n = 1) or a stress-urinary incontinence (n = 2) without anatomical recurrence. In a case, chronic-pelvic pain was revealing erosion of the tape into the bladder wall. No significant factor was associated with cystocele recurrence.
Conclusion: LSC offered a viable and long-lasting correction of high-grade cystoceles, mostly when they are isolated. Anatomical recurrence was mainly revealed by the occurrence of functional symptoms. In case of atypical urinary symptoms, a cystoscopy has to be done to look for an erosion into the bladder wall.

Mots clés:
cystocèle / Promontofixation / incontinence urinaire / laparoscopie / Femme
Mots-clés:
cystocele / Sacral colpopexy / Urinary incontinence / Laparoscopy / Women
Prise en charge du tératome pur testiculaire postpubertaire à propos d'une série multicentrique sur 15 ans
Management of pure teratoma of the testis in adult, results of a multicenter study over 15 years
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1075-1081

But : Faire le point sur la prise en charge d’une tumeur rare : le tératome pur du testicule (TPT).
Matériel et méthodes : Une étude rétrospective multicentrique a été réalisée à partir des cas de TPT de la base de données de Midi-Pyrénées et de l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce (plus de 1000 patients au total). Entre 1987 et 2003, 20 patients avec un diagnostic de TPT ont été recensés (4 % de l’ensemble des tumeurs germinales du testicule). Les pièces d’orchidectomie ont été relues par deux uropathologistes et une réévaluation clinique et paraclinique de tous les patients a été réalisée.
Résultats : La relecture histologique a révélé des contingents non tératomateux chez trois patients sur 20 (exclus de la suite de l’analyse). Concernant les TPT localisés (huit patients) : quatre patients ont été surveillés après l’orchidectomie, les quatre autres ont eu une chimiothérapie en adjuvant. Aucun patient n’a eu de curage rétropéritonéal de stadification. Tous les patients présentant un TPT métastatique ont eu une chimiothérapie suivie par une chirurgie des masses résiduelles. Sur l’ensemble de la population, avec un recul moyen de 125 mois, 85 % n’ont pas eu de rechute après traitement et tous les patients étaient vivants sans maladie évolutive au dernier contact.
Conclusion : Le TPT est une tumeur maligne de bon pronostic dont la prise en charge diffère de celle des autres tumeurs germinales non seminomateuses testiculaires. Le diagnostic de TPT doit donc être un diagnostic de certitude. L’étude d’une série historique montre des écarts dans la prise en charge des TPT par rapport aux recommandations actuelles. Cette tumeur rare de l’homme jeune, du fait de ses spécificités, devrait être prise en charge dans des centres de référence.

Objective: To analyze cases of pure teratoma of the testis (PTT) of a large population-based study, as such tumors are rare, and to make an update on the topic.
Patients and methods: We retrospectively reviewed the records of patients treated for PTT from 1987 to 2003 in the French Midi-Pyrenees region (southwestern France) and in the Val-de-Grâce military hospital, Paris. Among more than 1000 cases of testis cancer, we identified 20 cases of PTT (4% of the whole population). For each patient, the orchiectomy specimen was reviewed and a clinical and imaging re-evaluation was performed.
Results: The pathological re-evaluation revealed non-teratomatous components in three patients (excluded from a following analysis). For the localized PTT patients, four out of eight out of 8 were on surveillance only after the orchiectomy, and the remaining four received adjuvant chemotherapy. None of them received any lymphadenectomy for staging. All patients with the metastatic disease were treated by chemotherapy followed by surgical removal of residual tumor masses. With a mean of 125 months follow-up, 85% of the population did not relapse after treatment. At the last contact, all were alive, without the disease.
Conclusion: We confirm that PTT is a malignant disease with a good prognosis. As its management differs from the other non-seminomatous germ cell tumors, the diagnosis of PTT must be with certainty. The retrospective analysis of a series over two decades highlights the deviations from current guidelines. We propose that this rare tumor of young man should be treated in specialized centers to get the optimal management.

Mots clés:
Tératome / Cancer du testicule / Curage ganglionnaire / tumeur germinale / Pratiques cliniques
Mots-clés:
Testicular teratoma / Testis neoplasms / Lymphadenectomy / germ cell tumor / Clinical practice
Prothèses testiculaires après orchidectomie : enquête de satisfaction auprès des patients et de leurs partenaires
Testicular implants, patient's and partner's satisfaction: A questionnaire-based study of men after orchidectomy
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1082-1086

But : Réaliser une enquête auprès de patients ayant une prothèse testiculaire (PT) après orchidectomie et de leur partenaire.
Matériel : Des auto-questionnaires ont été adressés à124 patients traités consécutivement par orchidectomie et à leurs partenaires. Les patients avaient au moins un an de recul postopératoire. Les PT utilisées étaient toutes du modèle Perthèse®.
Résultats : Soixante-douze réponses de patients ont été reçues, dont 63 porteurs de PT et 58 réponses de partenaires. Parmi ceux ayant une PT, 5 % considéraient leur image corporelle détériorée par la PT et 80 % se disaient non gênés dans leur vie sexuelle par la PT. Au total, 96 % se disaient prêt à se faire à nouveau poser une prothèse si le choix était à refaire. Les critiques formulées concernant la PT étaient la dureté (n = 8) et la taille trop petite (n = 3), la mauvaise position (n = 2), la froideur à la palpation (n = 1). Les partenaires se disaient indifférentes à la PT pour 40 % d’entre elles et la considéraient indispensable pour 58 % d’entre elles. Pour 26 % d’entre elles, la PT n’avait pas toutes les qualités requises, les critiques formulées étant la dureté (n = 5), la taille trop petite (n = 2) et la froideur (n = 1). Parmi ceux n’ayant pas de PT, seul un patient envisageait de se faire poser une PT.
Conclusion : Malgré une bonne tolérance globale de la PT Perthèse®, plusieurs reproches étaient formulés par les patients. Il s’agissait de la première étude évaluant le point de vue des partenaires des patients orchidectomisés.

Objective: To assess the satisfaction of men and of their partner towards their testicular implants after undergoing orchidectomy.
Materials and methods: Hundred and twenty-four consecutive patients, who had undergone orchidectomy, and their partner were sent an anonymous questionnaire. The follow-up after the implantation was at least one year. The testicular implants used were all Perthèse®.
Results: Seventy-two patients answered to the questionnaire, among whom 63 had a testicular implant. Fifty-eight partners answered. From the patients with implant, 5% thought their body image was worse than before the operation and 80% thought their sexual activity was unchanged. Ninety-six percent thought the implantation was worthwhile and would do it again if they had to do the choice again. The reasons for dissatisfaction were: for the shape (n = 8), for the size (n = 3), for the position (n = 2) and one patient thought the implant was too cold. Forty percent of the partners did not care about the implants and 58% thought the implant was essential. The dissatisfaction rate for the partners was 26% and reasons for were: for the shape (n = 5), for the size (n = 2), and one partner thought the implant was too cold. From the patients without implant, only one is thinking about having one.
Conclusion: Testicular implants are well accepted, but some reasons of dissatisfaction appeared in our study. It was the first evaluation of the partner’s satisfaction.

Mots clés:
testicule / Prothèse testiculaire / Perthèse® / Orchidectomie / questionnaire
Mots-clés:
Testicle / Testicular implants / Perthèse® / orchidectomy / Questionnaire
Diminution du rapport ApoB/ApoA-1 et amélioration du risque cardiovasculaire : effet pleïotropique du tadalafil ? Étude préliminaire sur volontaires sains
Decrease ApoB/ApoA-1 ratio and cardiovascular risk improvement: A tadalafil pleiotropic effect? Preliminary study on healthy volunteers
2008
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1087-1091

Objectif : Les troubles érectiles (TE) peuvent être considérés comme marqueur précoce d’une pathologie cardiovasculaire et offrent l’opportunité d’une action de prévention. La mesure élevée du rapport apolipoprotéine B/apolipoprotéine A-1 (ApoB/ApoA-1)est un facteur péjoratif d’évaluation du risque cardiovasculaire. La production d’ApoA-1, fraction lipidique cardioprotectrice, est réduite par l’activation de NFκB (activateur de la transcription) in vitro. Comme l’inhibition des phosphodiestérases 5, 6 et 9 s’oppose à l’activation de NFκB, le tadalafil, inhibiteur sélectif des phosphodiestérases de type 5 (PDE5), utilisé dans le traitement des TE, pourrait présenter des effets pleïotropiques susceptibles d’améliorer le risque cardiovasculaire. Le but de cette étude est de tester l’hypothèse que le tadalafil puisse diminuer le rapport ApoB/ApoA-1.
Matériel et méthode : Dix hommes sains, sans plainte de TE ni facteurs de risque cardiovasculaires connus, ont reçu 10 mg de tadalafil tous les deux jours pendant un mois. Un bilan lipidique comprenant cholestérol total, HDL-cholestérol, LDL-cholestérol, triglycérides, ApoA-1 et ApoB a été réalisé à l’inclusion (T0), à 15 jours (T1), à un mois (T2) et deux semaines après l’arrêt de la médication (T3).
Résultats : Le rapport ApoB/ApoA-1 a diminué significativement pendant le traitement (moyenne ± EMS, T0 : 0,80 ± 0,11, T1 : 0,64 ± 0,06, T2 : 0,65 ± 0,06 ; p < 0,05) et est resté abaissé après la période de surveillance (T3 : 0,67 ± 0,05 ; p = 0,08). L’ApoA-1 (mg/l) a augmenté de manière non significative pendant le traitement, 15,2 ± 0,88; 16,5 ± 0,79; 16,9 ± 0,6; 15,3 ± 0,7; p = 0,26) et l’ApoB a diminué significativement (11,7 ± 1,0,8; 10,3 ± 0,84; 10,6 ± 0,9; 10,2 ± 0,86; p = 0,03). Les LDL et HDL-cholestérol sont restés inchangés.
Conclusion : Cette étude préliminaire met en évidence l’intérêt potentiel pour un inhibiteur des PDE5 de diminuer le facteur de risque cardiovasculaire ApoB/ApoA-1. Des études randomisées contrôlées avec un suivi plus adapté sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Objectives: Recognition of erectile dysfunction (ED) as an early sign of systemic cardiovascular disease offers an opportunity for prevention. Cardiac risk assessment may deserve measurement of Apolipoprotein B/Apolipoprotein A-1 ratio. An elevated ApoB/ApoA-1 ratio is a risk factor for future coronary artery disease. ApoA-1 production, which is recognized as a cardioprotective lipid fraction, is down regulated by NFκB activation in vitro. Because inhibition of phosphodiesterases (PDEs) 5, 6 and 9 negatively attenuates NFκB translocation/activation, tadalafil, a selective PDE 5 inhibitor used for treatment of ED could present some interesting pleiotropic effects. The objective of this open study is to test the hypothesis that tadalafil treatment could decrease serum ApoB/ApoA-1 ratio.
Material and methods: Ten healthy men without any complain of ED or known cardiovascular risk factors were administered tadalafil 10 mg intake on alternate days for 4 weeks. Lipid profile with total cholesterol, HDL-cholesterol, LDL-cholesterol, triglycerides, ApoA-1 and ApoB, was assessed at baseline (T0), after 2 weeks (T1), at the end of the treatment period (T2) and after 2 weeks of wash-out follow-up (T3).
Results: ApoB/ApoA-1 ratio was significantly decreased during treatment (mean ± SEM, T0: 0.80 ± 0.11, T1: 0.64 ± 0.06, T2: 0.65 ± 0.06; p < 0.05) and remained lower after wash-out (T3: 0.67 ± 0.05; p = 0.08). Serum ApoA-1 (mg/dl) increased but not significantly during the treatment period (15.2 ± 8.8, 16.5 ± 7.9, 16.9 ± 6, 15.3 ± 7, p = 0.26) and ApoB (mg/dl) significantly decreased (11.7 ± 10.8, 10.3 ± 8.4, 10.6 ± 9.9, 10.2 ± 8.6, p = 0.03). HDL and LDL cholesterol were unchanged.
Conclusion: This preliminary study showed the interest of PDE 5 inhibitors to decrease the cardiac risk factor ApoB/ApoA-1 ratio. Randomised controlled studies with longer follow-up are needed to confirm those results.

Mots clés:
Troubles érectiles / Phosphodiestérases / Tadalafil / Effet pleïotropique / Apolipoprotéine A-1
Mots-clés:
Erectile dysfunction / Phosphodiesterases / Tadalafil / Pleiotropic effect / Apolipoprotein A-1
Inhibiteurs de la 5-phosphodiestérase et risque cardiovasculaire
5-phosphodiesterase inhibitors and cardiovascular risk
2008
- Commentaire à…
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1091-1092
Les auteurs ont étudié l’action de 10mg de tadalafil tous les deux jours pendant un mois sur les taux sériques d’apolipoprotéine B (apo-B, facteur de risque athéromateux) et A1 (apo-A1, facteur protecteur) chez dix volontaires sains . Ils ont mis en évidence une diminution significative de l’apo-B dans l’ensemble du groupe et une augmentation significative de l’apo-A1 chez les sujets qui avaient au départ un taux inférieur à la médiane du groupe.
Adénocarcinome ductal de la prostate, quatre ans de suivi
Ductal adenocarcinoma, four years follow-up
2008
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1093-1096

L’adénocarcinome ductal de la prostate (ADP) est une forme particulière de carcinome prostatique développée dans les canaux prostatiques dont l’architecture est préservée. Nous rapportons un cas d’adénocarcinome ductal pur de la prostate avec envahissement local majeur développé chez un patient de 78 ans. Le recul de suivi du traitement est de quatre ans. Au travers de ce cas, nous rapportons les éléments notables de la littérature.

Ductal adenocarcinoma of the prostate (DAP) is an unusual form of prostatic cancer rising in the light of the acini and prostatic ducts with preservation of their architecture. We report the case of a 78-year-old patient presenting a pure ductal adenocarcinoma of the prostate locally advanced, with a four years’ follow-up. With this case, we report the principal aspects of the literature.

Mots clés:
Adénocarcinome ductal / prostate / Hormonothérapie
Mots-clés:
ductal adenocarcinoma / prostate / Hormonotherapy
Carcinome in situ vésical et urétral chez un patient transplanté rénal : échec de la BCG thérapie
Carcinoma in situ in bladder and urethra among renal transplanted patient: Failure of BCG therapy
2008
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1097-1099

Nous rapportons le cas d’un patient de 67 ans, transplanté rénal depuis deux ans, pris en charge pour un carcinome in situ vésical et urétral et traité par des instillations intravésicales de bacilles de Calmette et Guérin (BCG). Après échec d’un premier traitement par Amétycine®, un traitement par BCG a été institué pendant neuf semaines. Deux mois après la fin du traitement, le patient est décédé après dissémination métastatique du carcinome urothélial. Cet échec a remis en cause l’efficacité de la BCG thérapie chez le transplanté rénal et a suggéré une tentative de diagnostic plus précoce par dépistage systématique des tumeurs de vessie et une thérapeutique plus agressive chez ces patients immunodéprimés.

We report the case of a 67-year-old patient, renal transplanted for two years, taken care for carcinoma in situ in bladder and urethra, and treated by intravesical instillations with bacillus Calmette–Guerin (BCG). After failure of a first treatment by Amétycine®, a treatment by BCG is instituted during nine weeks. Two months after the end of the treatment, the patient died after bone and liver metastatic invasion of urothelial carcinoma. Management of urothelial high-risk tumour among renal transplanted patient is not clear. Despite successful treatments of few patients reported in literature, this failure called the question of the effectiveness of the BCG therapy in renal transplant patient and suggested an earlier attempt at diagnosis with systematic detection and aggressive therapeutic among these immunodepressed patients.

Mots clés:
Transplantation rénale / BCG / carcinome urothélial
Mots-clés:
renal transplantation / BCG / Urothelial carcinoma
Erratum à « La taille tumorale limite-t-elle encore les indications de la néphrectomie partielle en 2008 ? » [Prog Urol 2008;18(8):487-92]
Erratum to "Does tumour diameter still limit the indications for partial nephrectomy in 2008?" [Prog Urol 2008;18(8):487-92]
2008
- Erratum
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 13, 1100-1101
Deux erreurs se sont glissées dans le volume 18, numéro 8/2008 de Progrès en urologie.
  • dans l’avant dernière phrase du résume, page 487, il fallait lire : De plus, le surcroît de morbidité induit par l’élargissement des indications de la néphrectomie partielle semble acceptable.
  • dans l’avant dernière phrase du summary, pages 487-488, il fallait lire :