Base bibliographique

Dysfonction érectile et hyperplasie bénigne de la prostate : deux pathologies fréquentes de l’homme âgé
Erectile dysfunction and benign prostatic hyperplasia: Two frequent pathologies of the aging male
2011
- Actualités
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 12, 1-5, suppl. 6

Introduction. – L’hyperplasie bénigne de prostate (HBP) et la dysfonction érectile (DE) sont deux affections fréquemment rencontrées chez l’homme de plus de 50 ans.
Matériels et méthodes. – Une revue systématique de la littérature a été pratiquée sur Pubmed entre 1998 et 2012 utilisant les mots clés erectile dysfonction, benign prostatic hyperplasia et/ou low urinary tract symptoms.
Résultats. – Dix-huit articles d’intérêts ont été sélectionnés, dont dix études cliniques, quatre articles de science fondamentale, trois articles de pharmacologie et un article de revue. Il s’agit d’études rétrospectives dont le niveau de preuve est principalement 2b. Un lien statistique indépendant est retrouvé dans la plupart des études cliniques, et des hypothèses physiopathologiques communes comme l’athérosclérose, l’hyperactivité autonome sont avancées par les études fondamentales.
Conclusion. – Il existe un lien statistique indépendant entre HBP et DE. L’utilisation d’iPDE-5 présente un intérêt aux regards des mécanismes physiopathologiques communs mis en évidence.

Introduction. – Benign prostatic hyperplasia (BPH) end erectile dysfunction (ED) are frequently observed in the aging male.
Materials and methods. – A systematic review of the literature was performed on Pubmed including the keywords “erectile dysfonction”, “benign prostatic hyperplasia” and/or “low urinary tract symptoms”.
Results. – Eighteen manuscripts were selected, including 10 retrospective clinical studies, four of basic science, three of pharmacology and a review article. A significant relationship was found in most of the studies, and physiopathological hypothesis as atherosclerosis and autonomic hyperactivity were enlighten.
Conclusion. – A statistical independent relationship exists between BPH and ED. The use of PDE-5i could be interesting regarding the common pathological process involved.

Mots clés:
Dysfonction érectile ; Hypertrophie bénigne de la prostate ; Symptômes du bas appareil urinaire
Mots-clés:
Erectile dysfonction; Benign Prostatic Hyperplasia; Low urinary tract symptoms
Effet biologique du sérum humain recueilli avant et après une administration par voie orale de Pygeum africanum, sur diverses cultures de cellules bénignes de la prostate
2011
- Actualités
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 12, 6-13, suppl. 6

Pygeum africanum (Tadenan®) est un agent phytothérapeutique auquel on a souvent recours dans le traitement symptomatique de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Les composants actifs du médicament n’ont pas été identifiés, il est donc impossible de déterminer la concentration plasmatique de ce dernier. Les résultats des études menées sur son efficacité étant contradictoires, nous avons cherché à déterminer son effet sur la croissance in vitro des cellules de la prostate en ayant recours à du sérum humain recueilli avant et après une administration de Pygeum africanum. Nous avons utilisé des cultures primaires et des cultures organotypiques de lignées cellulaires de myofibroblastes stromales prostatiques humaines WPMY et des lignées cellulaires épithéliales prostatiques PNT2, ainsi que des tissus prostatiques bénins frais. Le sérum d’un patient sous traitement a provoqué une diminution de la prolifération des cellules primaires, des cellules organotypiques et des cellules WPMY, mais pas de celle des cellules PNT2. Nous avons également analysé l’effet du sérum traité sur le profil d’expression génique des cellules WPMY. L’analyse du transcriptome a révélé une régulation à la hausse des gènes impliqués dans de multiples voies de suppression de tumeur et une régulation à la baisse des gènes impliqués dans les voies de l’inflammation et du stress oxydatif. L’administration de Pygeum africanum par voie orale a abouti à des taux sériques de substances actives suffisants pour inhiber la prolifération de cultures cellulaires myofibroblastiques prostatiques. Cette inhibition a été accompagnée de modifications au sein du transcriptome.
Asian Journal of Andrology prépublication en ligne 26 décembre 2011 ; doi : 10.1038/aja.2011.132

Hyperplasie bénigne de la prostate
2011
- Actualités
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 12, 14-29, suppl. 6

L’hyperplasie bénigne de la prostate, maladie très fréquente de l’homme âgé, est une atteinte aussi bien stromale qu’épithéliale de la glande prostatique. Elle est due à un déséquilibre entre croissance et apoptose cellulaires dont les mécanismes ne sont pas totalement élucidés. Il en est de même des rapports entre symptomatologie et obstruction urodynamique, sans qu’on puisse bien discerner la part qui revient aux phénomènes statiques (augmentation de volume), dynamiques (α1 récepteurs) et aux troubles vésicaux consécutifs à l’obstruction. Cela explique la multiplicité des traitements, et la difficulté de poser les indications thérapeutiques qui s’échelonnent entre abstention-surveillance et chirurgie.