Base bibliographique

La cystite interstitielle.
Interstitial cystitis.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 21-30

Décrite il y a plus de 100 ans, la cystite interstitielle prend difficilement sa place dans la pathologie urologique. Elle concerne essentiellement les femmes d'âge moyen. Deux théories principales expliquent actuellement sa pathogénie : la théorie de l'épithélium perméable et la théorie des mastocytes. Cependant, d'autres facteurs interviennent : vasculaires, neurologiques, infectieux et immunitaires. L'évolution de cette pathologie est chronique, sans passage de la forme non ulcéreuse à la forme ulcéreuse. Il n'existe pas de critère anatomopathologique spécifique, même la présence de mastocytes dans la paroi vésicale. L'histologie permet cependant d'éliminer une autre pathologie vésicale, carcinome in situ principalement. Le diagnostic repose donc sur la clinique et l'endoscopie après avoir éliminé d'autres pathologies. Les examens complémentaires indispensables sont la cystocopie et la cystomanométrie qui doivent être réalisées selon des protocoles rigoureux. Le traitement conservateur repose sur l'hydrodistension vésicale, la rééducation vésicale, les instillations vésicales (DMSO) et les traitements systémiques (pentosanpolysulfate de sodium). Dans 1 à 5% des cas, l'échec du traitement médical et la sévérité des troubles nécessitent un traitement chirurgical. La coagulation électrique ou laser est efficace sur les ulcères. La cystectomie partielle avec cystoplastie est réservée aux formes épargnant le trigone; dans les autres cas évolués ou rebelles, la cysto-urétrectomie avec dérivation urinaire peut être indiquée.

Interstitial cystitis, first described one hundred years ago, is difficult to classify in urological pathology. It essentially affects middle-aged women. Two main theories are currently proposed to explain its pathogenesis : the permeable epithelium theory and the mast cell theory. However, other factors are also involved : vascular, neurological, infectious and immune. This disease has a chronic course with no transformation of the nonulcerative form into the ulcerative form. There are no specific histological criteria, even the presence of mast cells in the bladder wall. However, histology is able to exclude other bladder disease, principally carcinoma in situ. The diagnosis is therefore based on clinical examination and endoscopy, after excluding other diseases. The essential complementary investigations are cystoscopy and cystomanometry which must be performed according to rigorous protocols. Conservative treatment is based on vesical hydrodistension, bladder retraining, bladder instillations (DMSO) and systemic treatments (sodium pentosanpolysulfate). Surgery is required in 1 to 5% of casdes due to failure of medical treatment and the severity of the symptoms. Electrical or laser coagulation of the ulcers is effective. Partial cystectomy with cystoplasty is reserved for forms sparing the trigone, while cystourethrectomy and urinary diversion may be indicated in other more advanced and refractory cases.

Mots clés:
cystite interstitielle
Mots-clés:
Interstitial cystitis
Cancer de prostate. 1. Epidémiologie.
TextF-PU-95-00050031.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 31-37

Le cancer de prostate est en France le deuxième cancer chez l'homme. Il s'agit d'une maladie grave avec une survie relative de 42% à 5 ans. Si l'incidence des formes latentes semble constante à travers le monde, celle des formes cliniques varie selon les pays et les origines ethniques. Ces aspects sont en faveur d'un double mécanisme dans la carcinogénèse prostatique : une initiation de la modification cellulaire, pouvant être génétiquement transmise selon un mode autosomique dominant mais dont l'expression peut être influencée par l'environnement. Et des étapes successives de transformation (facteur épigénétiques) qui seraient principalement dépendantes de l'environnement. Parmi les principaux facteurs de risque retenus, on trouve essentiellement les antécédents familiaux directs, l'âge et l'alimentation riche en graisses animales. Par contre, ni l'existence d'un adénome prostatique, ni les caractères de la vie sexuelle, ni les antécédents de vasectomie ne semblent influencer son incidence. Les principales informations épidémiologiques actuellement disponibles sont présentées.

Prostatic cancer. 1. Epidemiology.

Mots clés:
prostate / Tumeur / Épidémiologie / génétique
Mots-clés:
prostate / tumor / epidemiology / genetics
Cancer de prostate. 2. Physiologie et développement cellulaire.
TexF-PU-95-00050039.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 39-47

Le cancer de prostate est le deuxième cancer chez l'homme dans les pays industrialisés. L'étude histologique de son développement initial a montré l'existence de lésions précancéreuses, les PIN. L'existence initiale de plusieurs populations cellulaires différentes est retenue pour expliquer le développement de contingents cellulaires hormono-sensibles et hormono-résistants. Enfin, la présence en nombre de cellules neuro-endocrines serait un facteur de mauvais pronostic. Les hormones sont très impliquées dans son développement et sont d'utilisation clinique quotidienne. Les progrès de la biologie moléculaire ont permis de faire progresser sa connaissance. En particulier les facteurs de croissance comme l'EGF et le FGF sont particulièrement impliqués et commencent à avoir une application clinique. La découverte du système des oncogènes et des anti-oncogènes est en plein développement (p53 et BCL 2 en particulier). Ils sont à la base de la carcinogenèse et leur étude permettra de mieux approcher les mécanismes de l'induction et du développement tumoral.

Prostatic cancer. 2. Physiology and cellular development.

Mots clés:
prostate / Tumeur / croissance tumorale / oncogène / apoptose
Mots-clés:
prostate tumor / tumor growth / oncogene / apoptosis
Evolution des pressions urétrales après injection intraveineuse de Chlorydrate de Moxisylyte dans l'instabilité urétrale de la femme. Résultats préliminaires.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 49-57

BUT : Etudier l'action d'un alpha bloquant, le Chlorhydrate de Moxisylyte, lors d'un test intraveineux sur l'évolution des pressions urétrales chez des femmes présentant une instabilité urétrale associée à une hypertonie urétrale. MÉTHODES : La population comprend 20 femmes d'âge moyen 38 ans, ayant un trouble mictionnel clinique (incontinence urinaire 15 fois, impériosité 17 fois, pollakiurie 17 fois) évoluant en moyenne depuis 4 ans et présentant des variations de pressions urétrales au repos allant de 22 à 88 cmH20 (moyenne 44,8 cmH20), les pressions urétrales statiques variant de 72 à 150 cmH20) (moyenne 102,5 cmH20). Un bilan urodynamique a été pratiqué avant et après injection intraveineuse de Chlorhydrate de Moxisylyte à la dose de 0,5 mg/kg de poids.
RÉSULTATS : On observe une baisse significative des variations de pressions urétrales, celles-ci variant de 8 à 42 cmH20 (moyenne 21,9 cmH20), les pressions urétrales statiques variant de 47 à 102 cmH20 (moyenne 68,8 cmH20). La tolérance clinique a été bonne dans tous les cas.
CONCLUSION : Ces premiers résultats devront être complétés par une étude randomisée contre placebo pour affirmer un effet statistiquement significatif du Chlorhydrate de Moxisylyte sur la stabilité des pressions urétrales chez des femmes présentant une instabilité urétrale.

Course of urethral pressure after intravenous injection of Moxisylyte hydrochloride in women with urethral instability. Preliminary results.

Mots clés:
Urèthre / instabilité / Femme / alpha-bloquant
Mots-clés:
Urethra / instability / female / alpha-adrenergic antagonist
Analyse des échecs du traitement endoscopique du reflux vésico-rénal chez l'enfant par injections de téflon ou de collagène et résultats préliminaires des injections de Macroplastique(r).
Analysis of failures of endoscopic treatment of vesicorenal reflux in children by Teflon or collagen injections and preliminary results of Macroplastic(r) injections.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 58-68

L'étude de 785 reflux vésico-rénaux chez 494 enfants traités par voie endoscopique en 7 ans a pour but d'évaluer les résultats avec trois produits successivement utilisés: téflon, collagène et Macroplastique(r). Après injection de téflon, malgré 90% de succès à court terme, une récidive du reflux a été observée à terme pour 16,71% des uretères contrôlés. Les échecs représentaient 52,63% des cas après injection de collagène et 11,77% après Macroplastique(r). Après une ou deux injections la disparition de tout reflux a été constatée chez 48% des enfants traités par collagène, 85,72% par téflon et 93,33% par Macroplastique(r). Dans la moitié des cas, l'échec était lié à la qualité du produit et à ses modifications après injection. La résorption importante du collagène explique ses mauvais résultats malgré des doses injectées plus importantes. Outre une résorption partielle de la pâte de téflon, la fluidité de ce produit explique certains échecs par latéralisation ou élimination secondaire au point de ponction. Par sa plus grande viscosité et l'absence de rétraction du produit, le Macroplastique(r) offre actuellement les meilleurs résultats avec des doses ne dépassant pas 0,20 ml chez l'enfant.

This study of 785 cases of vesicorenal reflux in 494 children treated endoscopically over a 7-year period was designed to evaluate the results obtained with three products used successively : Teflon, collagen and Macroplastic. Following Teflon injection, despite a 90% short-term success rate, recurrent reflux was subsequently observed in 16.71% of the ureters reviewed. The failure rate was 52.63% after collagen injection and 11.77% after Macroplastic(r). After one or two injections, complete resolution of reflux was obtained in 48% of children treated with collagen, versus 85.72% with Teflon and 93.33% with Macroplastic(r). In one half of cases, failure was related to the quality of the product and its modifications after injection. The marked resorption of collagen accounts for the poor results despite the large doses injected. Apart from one case of partial resorption of Teflon paste, the failures with this product were due to lateralisation or secondary elimination of the product from the injection site due to its fluidity. Macroplastic(r), due to its higher viscosity and absence of retraction, currently provides the best results with doses of less than 0.20 ml in children.

Mots clés:
malformation de la voie urinaire supérieure / Reflux vésico-urétéral / chirurgie endoscopique / opération anti-reflux / Enfant
Mots-clés:
upper urinary tract malformation / vesicoureteral reflux / endoscopic surgery / antireflux procedure / child
La lomboscopie. Analyse et bilan des 10 premières interventions.
Surgical feasibility of lumboscopy based on the first 10 patients.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 74-78

Nous rapportons notre expérience de la chirurgie du haut appareil urinaire par lomboscopie chez 10 premiers opérés. La lomboscopie est effectuée en décubitus latéral et nous décrivons une technique simple de création du rétropneumopéritoine. Chez 4 patients, la néphrectomie envisagée n'a pu être effectuée du fait de mauvaises conditions anatomiques (péripyélite et/ou périnéphrite). La lomboscopie a permis d'effectuer une exploration rénale complète, deux néphrectomies, deux résections de dômes saillants de kystes parapyéliques compressifs et une urétérolithotomie lombaire. La facilité et la rapidité de la dissection par lomboscopie en fait une alternative intéressante à la laparoscopie.

The authors report their experience of the first 10 patients operated by upper urinary tract lumboscopic surgery. Lumboscopy is performed in the lateral supine position and a simple technique for creation of retropneumoritoneum is described. In 4 patients, the planned nephrectomy could be performed because of poor anatomical conditions (peripyelitis and/or perinephritis). Lumboscopy allowed complete renal exploration, two nephrectomies, two resections of the roofs of compressive parapelvic cysts and one lumbar ureterolithotomy. The ease and rapidity of lumboscopic dissection makes it a valuable alternative to laparoscopy.

Mots clés:
chirurgie laparoscopique / lomboscopie
Mots-clés:
laparoscopic surgery / retroperitoneal laparoscopy
Lithotritie vésicale trans-urétrale au Lithoclast(r) chez l'enfant. A propos de 7 cas.
Transurethral vesical lithotripsy in children with the Swiss Lithoclast : about 7 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 79-81

Nous rapportons notre expérience avec une nouvelle simple technique de désintégration endoscopique de lithiase appelée le Lithoclast(r). Son principe se base sur les ondes de choc pneumatique induites par un générateur relié à l'air comprimé de l'hôpital, transmises directement sur le calcul par une sonde métallique. Cette technique a été utilisée dans le traitement de lithiases vésicales chez 7 enfants (5 garçons et 2 filles), âgés entre 7 et 9 ans (moyenne 8,2 ans). La fragmentation était satisfaisante chez tous les enfants et l'élimination des débris totale. Son efficacité, son coût peu élevé et sa simplicité d'utilisation en font pour nous une méthode de choix pour le traitement des lithiases vésicales chez l'enfant par voie trans-urétrale.

We report our experience with a new simple machine for endoscopic desintegration, the "Swiss Lithoclast(r)". The principle of this lithotriptor is based on pneumatic shock waves induced by the central compressed air system of a hospital. This device was used to treat 7 children with bladder stone (5 boys, 2 girls); their age was between 7 and 9 years (average 8.2 years). Endoscopic fragmentation was successful in all patients and all were stone free before leaving the hospital. We have found the Swiss Lithoclast to be a safe, effective and inexpensive means of performing intra-corporeal lithotripsy for bladder stone in children.

Mots clés:
Lithiase / Vessie / Calcul / lithotripsie endo-vésicale / Enfant
Mots-clés:
stones / bladder / calculus / endovesical lithotripsy / child
Abord per-cutané premier dans la lithiase rénale coralliforme.
Primary percutaneous approach in the renal staghorn calculi.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 82-89

36 calculs coralliformes ont fait l'objet d'un abord per-cutané sous échographie entre 1983 et 1992. Ils présentaient tous une pièce pyélique et au moins deux branches calicielles. La surface de chaque calcul a été mesurée sur le cliché sans préparation (moyenne 1020 mm2) ainsi que la longueur totale des différentes branches calicielles mesurée à partir de la pièce pyélique (moyenne 50,2 mm). Ces 36 abords représentent 8,2% des 438 néphro-lithotomies per-cutanées pratiquées pendant la même période. La néphro-lithotomie permet d'enlever la totalité de la masse lithiasique chez 12 patients. Parmi les 24 calculs résiduels après abord per-cutané premier, 16 bénéficient d'une lithotritie externe par ondes de choc et 12 autres patients n'ont plus d'autre calcul à l'issue de ce traitement combiné. Parmi les 12 patients restants 8 sont perdus de vue et le traitement ne peut être mené à son terme, 4 présentent un calcul résiduel (11% d'échecs). Ces résultats sont comparés avec ceux des autres séries et sont comparables à ceux de la chirurgie qui donne un chiffre voisin de lithiase résiduelle, 16% dans le rapport de l'AFU de 1982 [6]. L'abord per-cutané premier de la lithiase coralliforme représente donc une méthode thérapeutique efficace, dont l'utilisation et les résultats sont à mettre en balance avec ceux de la chirurgie.

36 staghorn calculi were treated percutaneously under ultrasound guidance between 1983 and 1992. Each stone had a renal pelvic element and at least two caliceal branches. The area of each stone was measured on the plain abdominal x-ray (mean : 1,020 mm2) and the total length of the various caliceal branches was measured from the pelvic element (mean : 50.2 mm). These 36 procedures represented 8.2 % of the 438 percutaneous nephrolithotomies performed over the same period. The stone was able to be entirely removed by nephrolithotomy in 12 patients. Of the 24 residual stones after percutaneous nephrolithotomy, 16 were treated by extracorporeal shock-wave lithotripsy, which eliminated all stones in 12 of these patients. Eight of the remaining 12 patients were lost to follow-up and treatment was not completed, and 4 present a residual stone (11 % of failures). These results are compared with those of other series and are comparable to those of surgery which gives a similar residual stone rate of 16 % in the AFU 1982 report [6]. The primary percutaneous approach to staghorn calculi therefore represents an effective therapeutic modality, whose use and results must be weighed up with those of surgery.

Mots clés:
Lithiase / Rein / calcul coralliforme / néphrolithotomie percutanée
Mots-clés:
stones / Kidney / staghorn calculus / percutaneous nephrolithotomy.
Première expérience clinique du lithotripteur Storz Modulith SL 20: Résultats à trois mois après une séance unique.
Preliminary clinical experience of the Storz Modulith SL20 lithotriptor : three-month results after a single session.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 90-94

L'objectif de cette étude a été d'évaluer les performances du lithotripteur Storz Modulith SL20.. 50 patients présentant 52 calculs rénaux (31) ou urétéraux (21), ont été traités, en une seule séance, entre juin et octobre 1993. La taille moyenne des calculs est de 7,9 mm. Le suivi de tous les patients est de 3 mois. Le taux de succès complet, avec guérison radiologique, est de 65% à 3 mois. Le taux de succès partiel, défini comme la fragmentation du calcul avec persistance de fragments résiduels de moins de 3 mm, ne nécessitant pas de traitement complémentaire, est de 12% à 3 mois. Le taux d'échec à 3 mois est de 23%. La complication la plus fréquente est l'apparition de coliques néphrétiques chez 12 patients (23%). Deux patients ont présenté un hématome extra-rénal. Le Modulith SL20 est doté d'un bon système de repérage; le tir est bien toléré sous analgésie minimale. Nos taux de succès sont légèrement inférieurs à ceux obtenus par d'autres équipes avec le même appareil.

The objective of this study was to evaluate the performances of the Storz Modulith SL20 lithotriptor. Fifty patients with a total of 52 renal (31) or ureteric (21) stones were treated, in a single session, between June and October 1993. The mean stone diameter was 7.9 mm. All patients were reviewed after 3 months. The complete success rate, with radiological cure, was 65% at 3 months. The partial success rate, defined as fragmentation of the stone with persistence of residual fragments less than 3 mm in diameter, not requiring further treatment, was 12% at 3 months. The failure rate at 3 months was 23%. The commonest complication was renal colic in 12 patients (24%). Two patients developed an extrarenal haematoma. The Modulith SL20 possesses a good detection system: firing is well tolerated under minimal analgesia. Our success rates are slightly lower than those obtained by other teams using the same apparatus.

Mots clés:
Lithiase / Rein / Uretère / Calcul / lithotripsie extra-corporelle
Mots-clés:
stones / Kidney / ureter / calculus / extracorporeal lithotripsy
Kyste parapyélique comprimant les cavités pyélo-calicielles chez un homme de 19 ans asymptomatique.
Parapelvic cyst causing obstruction of the pelvocalyceal system in an asymptomatic nineteen year-old male.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 95-98

Les kystes parapyéliques sont rares chez l'enfant, l'adolescent et l'adulte jeune. Les auteurs rapportent le cas d'un jeune homme de 19 ans, asymptomatique, porteur d'un gros kyste parapyélique comprimant les cavités pyélo-calicielles.

Parapelvic cysts in children, adolescents and young adults are rare. We report the case of an asymptomatic nineteen year old male with a large parapelvic cyst causing obstruction and distortion of the pelvocalyceal system.

Mots clés:
Rein / Kyste / obstruction de la voie urinaire supérieure
Mots-clés:
Kidney / Cyst / upper urinary tract obstruction
LEC et hémophilie: à propos d'un cas.
Extracorporeal shock wave lithotripsy and hemophilia : a case report.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 99-101

Les auteurs rapportent un cas de traitement par LEC d'une lithiase pyélique chez un patient hémophile B mineur sans complication hémorragique avec le lithotripteur EDAP LT 01. A propos de ce cas ils font une revue de la littérature.

We report pelvis calculi fragmentation through the use of extracorporeal shock wave lithotripsy in a patient with mild hemophilia B. The EDAP LT 01 lithotriptor was used without incident. We review other reported cases in the literature.

Mots clés:
Lithiase / Calcul / lithotripsie extra-corporelle / coagulopathie
Mots-clés:
stones / calculus / extracorporeal lithotripsy / clotting disorder
Lymphome à forme vésicale et transplantation rénale.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 102-105

A partir de l'observation d'un greffé qui a développé un lymphome à cellules B monoclonales à différenciation plasmocytaire, découvert par une localisation vésicale, les auteurs invoquent la responsabilité de l'alourdissement des protocoles d'immunosuppression dans la survenue des syndromes lymphoprolifératifs après transplantation. Le virus d'Epstein-Barr favorise l'apparition de ces lymphomes. La localisation vésicale est rare. Le diagnostic nécessite une résection endoscopique avec des analyses immuno-histochimiques. Le pronostic dépend du stade où est fait le diagnostic. A un stade précoce, une résection de la tumeur associée à une réduction de l'immunosuppression peut être suffisante, alors qu'aux stades évolués il faut associer des traitements plus agressifs. Les anticorps monoclonaux anti-lymphocyte B (CD21, CD24) donnent de bons résultats surtout dans les formes polyclonales et dans les primo-infections par le virus d'Epstein-Barr. Les anticorps monoclonaux anti-CD38 sont actuellement en cours d'étude et semblent être très prometteurs. La radiothérapie et la chimiothérapie conventionnelles sont décevantes.

Bladder lymphoma following renal transplantation.

Mots clés:
Transplantation rénale / Vessie / tumeur rare
Mots-clés:
renal transplantation / bladder / rare tumor
Hématome postraumatique de la surrénale. A propos d'un cas et revue de la littérature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 106-109

Nous rapportons une observation d'hématome post-traumatique de la surrénale droite de découverte tardive. Les hématomes unilatéraux d'évolution chronique sont rares, leur diagnostic pré-opératoire est souvent difficile en raison du caractère ancien du traumatisme, pouvant être totalement oublié. Se pose alors le problème d'une masse surrénalienne dont l'origine n'est souvent appréciée que par l'histologie de la pièce opératoire.

Traumatic haematoma of the adrenal gland. Case report and review of the literature.The authors report a case of delayed diagnosis of traumatic haematoma of the right adrenal gland. Chronic unilateral haematomas are rare and their preoperative diagnosis is often difficult because of the long interval since trauma, which may be completely forgotten. This raises the problem of an adrenal mass whose origin is often only detected on histology of the operative specimen.

Mots clés:
surrénale / lésion traumatique / hématome / lésion
Mots-clés:
adrenal gland / traumatic lesion / hematoma / lesion