Base bibliographique

Facteurs pronostiques du cancer de la prostate. Revue de la littérature et perspectives d'avenir.
TexF-PU-94-00040017.html
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 17-30
Mots clés:
prostate / Tumeur / Pronostic
Mots-clés:
prostate / tumor / prognosis
Prostatectomie radicale : comparaison de la voie périnéale et de la voie rétro-pubienne (40 patients). Résultats préliminaires.
Comparison of transperineal and retropubic radical prostatectomy in a series of 40 patients. Preliminary results.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 33-39

La prostatectomie radicale par voie périnéale, décrite au début du siècle pour le traitement du cancer prostatique est actuellement reconsidérée à la suite du développement de techniques chirurgicales permettant la dissection des ganglions iliaques externes sous-veineux par une voie d'abord réduite. Vingt-quatre patients (groupe 1 ) ont subi une prostatectomie par voie périnéale et 16 (groupe 2) par voie rétro-pubienne. Le choix de la voie d'abord a été laissé à l'opérateur. Nous avons comparé de manière rétrospective les deux groupes. Tous les patients avaient un cancer prostatique histologiquement prouvé et cliniquement limité à la prostate. La durée de l'intervention, la survenue de complications, la différence entre hémoglobinémie pré et post-opératoire, le nombre de patients transfusés et la quantité de culots sanguins transfusés, la continence urinaire à trois mois et les résultats de l'examen anatomo-pathologique ont été étudiés. Trois patients opérés par voie périnéale et un patient opéré par voie rétro-pubienne ont eu une plaie rectale per-opératoire. Le nombre de patients transfusés (12,5% dans le groupe 1 et 37,5% dans le groupe 2) était significativement différent de même que la différence entre hémoglobinémie pré et post-opératoire pour les patients non transfusés (2,9 g/100 ml en moyenne dans le groupe 1 et 4,6 g/100 ml dans le groupe 2). Il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes quant à l'envahissement capsulaire ou séminal. Au total, seuls 16 patients sur 40 avaient une tumeur réellement intra-prostatique, soit une sous-estimation du stade du cancer dans 60% des cas. Bien que le nombre de patients dont la continence était imparfaite soit plus élevé dans le groupe 1, la différence observée n'est pas significative. La voie périnéale permet de réaliser la prostatectomie dans des conditions carcinologiques comparables à la voie rétropubienne en réduisant la perte sanguine per-opératoire. La fréquence des complications per-opératoires devrait décroître avec la pratique et l'habitude de l'anatomie périnéale.

Mots clés:
prostate / Tumeur / prostatectomie radicale / voie d'abord périnéale / voie d'abord rétro-pubienne
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / Perineal approach / retropubic approach
Continence urinaire après prostatectomie radicale : importance de l'anastomose vésico-urétrale. Evaluation objective.
Urinary continence after radical prostatectomy : the importance of the vesisourethral anastomosis. An objective evaluation.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 40-44

L'évaluation de la continence urinaire après prostatectomie radicale est souvent rapportée d'une manière subjective. Les auteurs décrivent leur technique d'anastomose vésico-urétrale et rapportent leur méthode d'évaluation objective de la continence urinaire. A la sixième semaine postopératoire, 15% des patients présentent une incontinence sévère. Ce taux est réduit à 3,3% à la 16ème semaine postopératoire.

Urinary continence after radical prostatectomy is frequently evaluated subjectively. The authors describe their technique of vesicourethral anastomosis and report their method of objective evaluation of postoperative urinary continence. At the 6th postoperative week, 15% of patients presented with severe incontinence. This percentage fell to 3.3% by the 16th postoperative week.

Mots clés:
prostate / Tumeur / prostatectomie radicale / complication iatrogène / incontinence urinaire
Mots-clés:
prostate / tumor / radical prostatectomy / iatrogenic complication / Urinary incontinence
Complications post-opératoires précoces de l'urétéro-rénoscopie rigide : dépistage du reflux vésico-urétéral iatrogène. A propos de 30 observations.
Early postoperative complications of rigid ureterorenoscopy : screening for iatrogenic vesicoureteric reflux in a series of 30 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 51-55

D'avril à septembre 1992, un dépistage systématique du reflux vésico-urétéral iatrogène a été pratiqué chez 30 patients traités par urétéro-rénoscopie rigide. Motivées pour la plupart par des lithiases, ces endoscopies ont été pratiquées avec un Multiscope Wolff (7,5/12 CH) sans dilatation préalable de la voie excrétrice urinaire. Le protocole d'étude était essentiellement basé sur une exploration cystographique rétrograde et mictionnelle pré et post opératoire. Par ailleurs la topographie et la tonicité du méat urétéral ainsi que la compliance de l'uretère intramural étaient évaluées et le temps opératoire chronométré. Sur 33 endoscopies urétérales, 1 seul reflux vésico-urétéral pelvien de type I a été mis en évidence au décours d'une intervention sans problème technique particulier. Cette complication différée, rare et bénigne, attire l'attention sur le retentissement potentiel de l'urétéro-rénoscopie rigide sur le dispositif anti-reflux vésico-urétéral.

From April to September 1992, systematic screening for iatrogenic vesicoureteric reflux was performed in a series of 30 patients treated by rigid ureterorenoscopy. Most of these endoscopies were performed for renal stones using a Wolff Multiscope (7.5/12 F) without prior dilatation of the urinary tract. The study protocol was essentially based on pre- and postoperative retrograde and voiding cystography. The site and tone of the ureteric orifice and the compliance of the intramural ureter were also evaluated and the operating time was determined. Out of 33 ureteric endoscopies, only one case of type I pelvic vesicoureteric reflux was demonstrated following an operation with no particular technical problems. This rare and benign deferred complication draws attention to the potential consequences of rigid ureterorenoscopy on the vesicoureteric antireflux device.

Mots clés:
chirurgie endoscopique / Urétéroscopie / complication iatrogène / Reflux vésico-urétéral
Mots-clés:
endoscopic surgery / ureteroscopy / iatrogenic complication / vesicoureteral reflux
Expérience acquise en anesthésie et réanimation péri-opératoire dans la néphrolithotomie percutanée. Attitude actuelle dans le traitement endoscopique de la lithiase et de l'anomalie de la jonction pyélo-urétérale.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 56-62

Le traitement endoscopique percutané du rein conserve une place dans le traitement de la lithiase (Néphrolithotomie Percutanée - NLPC) et dans celui de l'anomalie de jonction pyélo-urétérale (Endopyéloplastie). Il nécessite une anesthésie garantissant le confort chirurgical et la sécurité des patients malgré les changements de position et le décubitus ventral prolongé.L'intervention présente des risques iatrogènes liés à l'irrigation calicielle, intéresse des patients à épisodes infectieux plus ou moins documentés et comporte des risques hémorragiques et d'effraction d'organes de voisinage. 282 patients traités par NLPC entre 1984 et 1991 ont été revus afin de délimiter les domaines respectifs de l'anesthésie générale et péridurale et d'en préciser les modalités, d'évaluer le risque et la gravité de la résorption du soluté d'irrigation et d'apprécier le risque infectieux en situant les indications de l'antibioprophylaxie. L'anesthésie générale utilisant notamment l'Etomidate et le Propofol à la seringue électrique assure un confort chirurgical, une sécurité anesthésique et la maîtrise plus facile des complications per-opératoires. Le regain d'intérêt pour cette technique est à nuancer devant l'incidence croissante des accidents anaphylactiques liés aux drogues anesthésiques. Les interventions prolongées au-delà de 2 heures, l'augmentation de la pression intracalicielle, l'utilisation initialement exclusive du glycocolle en irrigation induisent des accidents d'hémodilution éventuellement aggravés d'intoxication à la glycine : mieux vaut une chirurgie itérative, l'utilisation le plus souvent possible du tube d'Amplatz et privilégier le sérum physiologique sauf nécessité opératoire. Les patients aux antécédents d'infection urinaire, aux lithiases infectées, bénéficient d'un traitement antibiotique prolongé et efficace avant, pendant et après l'intervention. L'antibioprophylaxie est réservée aux seuls patients sans antécédents infectieux. Ces principes valent aussi bien pour la néphrolithotomie percutanée que pour l'endopyéloplastie.

Experience acquired in anaesthesthetics and perioperative intensive care in percutaneous nephrolithotomy. Current approach to the endoscopic treatment of renal stones and ureteropelvic junction abnormalities.

Mots clés:
Lithiase / hydronéphrose congénitale / néphrolithotomie percutanée / endo-pyélotomie / Anesthésie
Mots-clés:
stones / ureteropelvic junction syndrome / percutaneous nephrolithotomy / endopyelotomy / Anaesthesia
Colpopexie rétropubienne sous contrôle endoscopique pour incontinence d'urines à l'effort chez la femme (opération de Stamey). A propos de 55 cas.
Endoscopic retropubic colpopexy for female urinary stress incontinence (Stamey's operation). Report of a series of 55 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 63-69

55 patientes âgées en moyenne de 59 ans, atteintes d'incontinence urinaire d'effort (I.U.E.) ont subi une cervico-cystopexie percutanée, sous contrôle endoscopique (intervention de Stamey). 39 (71%) patientes présentaient une I.U.E. pure et 16 (29%) l'association de fuites à l'effort et d'impériosités. La manoeuvre de Bonney était positive dans tous les cas. Avec un recul moyen de 21,5 mois, 30 (58,8%) patientes sont totalement sèches, 9 (17,6%) présentent quelques fuites pour des efforts intenses, 12 (23,5%) sont des échecs, 4 patientes ont été perdues de vue. Les complications sont minimes. Les résultats sont moins bons en cas d'antécédent de chirurgie pelvienne et en particulier de cure d'I.U.E., d'impériosités mictionnelles associées, de même en cas d'hyperactivité vésicale ou de pression de clôture urétrale basse, encore que dans ce groupe une malade sur deux ait été guérie. L'opération de Stamey est une technique simple, fiable, aisément reproductible, donnant de bons résultats au prix d'une morbidité réduite, d'une hospitalisation courte et d'un coût faible.

Fifty five women with a mean age of 59 years, suffering from urinary stress incontinence (U.S.I.), were treated by endoscopic percutaneous cervicocystopexy (Stamey's operation). 39 patients (71%) suffered from pure U.S.I. and 16 (29%) presented a combination of stress and urge incontinence. Bonney's manoeuvre was positive in every case. With a mean follow-up of 21.5 months, 30 patients (58.8%) were completely continent, 9 (17.6%) presented occasional incontinence with intense effort, 12 (23.5%) were failures and 4 patients were lost to follow-up. The complications were minimal. The results were less favourable in patients with a history of pelvic surgery, particularly for correction of U.S.I., associated urge incontinence, detrusor hyperactivity or low urethral closure pressure, although one half of the patients in this group were nevertheless cured. Stamey's operation is a simple, reliable, easily reproductible technique which gives good results at the cost of low morbidity, short hospital stay and a low cost.

Mots clés:
incontinence urinaire / chirurgie de l'incontinence urinaire / colposuspension / chirurgie laparoscopique
Mots-clés:
Urinary incontinence / urinary incontinence surgery / bladder neck suspension / laparoscopic surgery
Les lésions du pédicule rénal dans les traumatismes fermés de l'abdomen chez l'enfant. A propos de 7 cas.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 76-81

La fréquence des traumatismes de l'appareil urinaire chez l'enfant est difficile à estimer. Les lésions du pédicule rénal sont évaluées à 10% de ces traumatismes. Le diagnostic est difficile et peut être complètement méconnu. Pendant 12 ans nous avons pris en charge 7 enfants ayant eu une lésion du pédicule rénal. Dans 3 cas l'hématurie était immédiate, dans 2 cas retardée, dans 2 cas absente. L'urographie intraveineuse ou la tomodensitométrie avec injection sont les éléments du diagnostic. Les traitements ont été une désobstruction avec suture intimale avec un bon résultat mais une fonction rénale diminuée, une néphrectomie polaire supérieure, un pontage aorto-rénal fonctionnel mais une fonction altérée, une néphrectomie totale, trois surveillances avec un rein non fonctionnel. Ces enfants suivis n'ont pas d'hypertension artérielle. La discussion porte sur les modalités du diagnostic, l'apport de l'imagerie et les possibilités thérapeutiques ainsi que les résultats.

Lesions of the renal pedicle in closed abdominal trauma in children. Review of a series of 7 cases. The frequency of urinary tract trauma in children is difficult to estimate. Renal pedicle lesions are estimated to represent 10% of all forms of urinary tract trauma. These lesions are difficult to diagnose and may be completely missed. O ver a 12 year period, we have treatted 7 children with a renal pedicle injury. Haematuria was immediate in 3 cases, delayed in 2 cases and absent in 2 cases. The diagnosis is based on intravenous urography or postcontrast computed tomography. Treatment consisted of disobstruction with intimal suture with a good result, but impaired renal function, an upper pole nephrectomy, functional aorto-renal bypass graft but with altered renal function, total nephrectomy and 3 cases of surveillance with one non-functioning kidney. None of these children are hypertensive. The authors discuss the diagnostic approach, the contribution of imaging and the therapeutic options and results.

Mots clés:
Rein / artère rénale / lésion traumatique / Enfant
Mots-clés:
Kidney / Renal artery / traumatic lesion / child
Métastase vaginale du cancer du rein
Vaginal metastasis from renal cell carcinoma.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1994, 4, 95-97

A propos d'une nouvelle observation de métastase vaginale d'un cancer du rein, les auteurs rappellent les caractéristiques de ce type de métastase. Un mode de dissémination probable par voie veineuse rétrograde fait insister sur l'intérêt préventif de la ligature première de la veine génitale.

Authors report a new case of vaginal metastasis from renal cell carcinoma. Their main characteristics are reviewed. Possible retrograde venous spreas and genital vein ligation prior to manipulation of the kidney are highlighted.

Mots clés:
Rein / Tumeur / métastase viscérale
Mots-clés:
Kidney / tumor / visceral metastasis