Base bibliographique

Sommaire :

La conservation vésicale dans les tumeurs infiltrantes de vessie: une option bien raisonnable ?
2001
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 17-18
Mots clés:
Vessie / tumeur urothéliale infiltrante / chirurgie conservatrice / cystectomie partielle
Mots-clés:
bladder / invasive transitional cell carcinoma / organ-sparing surgery / partial cystectomy
Diminution des pressions urétrales après efforts de toux: concept de fatigabilité urétrale. Ses relations avec les forces actives de la continence
Decreased urethral pressure after coughing: concept of urethral fatiguability and its relationship with the active forces of continence.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 21-26

L'existence d'une fatigabilité urétrale à l'effort est démontrée par une étude sphinctérométrique réalisée chez 30 femmes. La comparaison des valeurs des pressions urétrales à l'état de base puis après 6 efforts de toux maximale, met en évidence une diminution moyenne de pression de 40% (extrême de 24,5% à 90%) chez 10 femmes parmi 18 atteintes d'incontinence à l'effort. Cette diminution de pression dure quelques secondes. L'analyse spectrale du tracé électromyographique du sphincter strié urétral à l'état de base puis après les efforts de toux confirme l'intervention de la musculature striée et péri-urétrale avec diminution quantitative importante de l'activité électrique sphinctérienne.Les conséquences clinique, physiopathologique, pronostique et thérapeutique de ce nouveau concept sont discutées.

The existence of urethral fatiguability was demonstrated by a sphinctometric study in 30 women. Comparison of the baseline urethral pressure values and after 6 maximal coughs demonstrated a mean reduction in urethral pressure of 40% (range: 24.5 to 90%) in 10 out of 18 women with stress incontinence. This decreased pressure lasted for several seconds. Spectral analysis of the electromyographic recording of the striated urethral sphincter under basal conditions and then after coughing confirmed the intervention of the striated and periurethral musculature with a marked quantitative decrease in the electrical activity of the sphincter. The clinical pathophysiological, prognostic and therapeutic implications of this new concept are discussed.

Mots clés:
physiologie vésico-sphinctérenne / incontinence urinaire / physio-pathologie
Mots-clés:
vesicosphincteric physiology / Urinary incontinence / pathophysiology
Traitement de la cystite interstitielle par cystectomie sus-trigonale et entérocystoplastie
Treatment of interstitial cystitis by supratrigonal cystectomy and enterocystoplasty.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 27-31

8 patients atteints de cystite interstitielle ont bénéficié d'une cystectomie sus-trigonale avec entérocystoplastie. Les indications chirurgicales sont les cystites interstitielles fonctionnellement invalidantes, résistantes au traitement conservateur et dont les paramètres cystomanométriques sont très altérés. 6 patients ont un excellent résultat fonctionnel, 2 patients ont un résultat médiocre rapporté une fois à une hypotonie sphinctérienne à l'origine d'une incontinence totale.

Eight patients with interstitial cystitis were treated by supratrigonal cystectomy and enterocystoplasty. The indications for this procedure are functionally disabling interstitial cystitis refractory to conservative treatment and associated with severely altered cystomanometric parameters. 6 patients obtained an excellent functional result and 2 patients obtained a poor result, due to sphincter hypotonia responsible for total incontinence in one case.

Mots clés:
cystite interstitielle / cystectomie supra-trigonale / cystoplastie de remplacement
Mots-clés:
Interstitial cystitis / supratrigonal cystectomy / replacement cystoplasty
Intérêt de la cure élective des anévrysmes fibrodysplasiques de l'artère rénale chez des patients hypertendus
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 32-39

Les anévrysmes de l'artère rénale (AAR) sont des lésions rares, souvent associées à une hypertension artérielle. Afin d'évaluer le bénéfice tensionnel d'une cure élective d'un anévrysme fibrodysplasique de l'artère rénale chez les patients hypertendus, 22 patients ont été étudiés dans une analyse rétrospective. Avec un recul moyen de 66 mois, une guérison ou une amélioration de l'hypertension est obtenue chez tous les patients ayant un anévrysme associé à des lésions hémodynamiques de l'artère rénale traitée dans le même temps, mais dans seulement 40% des cas si l'anévrysme est associé à des lésions non hémodynamiques. Le plus souvent, il n'existe pas de critére d'imputabilité directe de l'hypertension à l'anévrysme.

Value of elective cure of fibrodysplastic renal artery aneurysms in hypertensive patients.

Mots clés:
artère rénale / Anévrisme / hypertension artérielle
Mots-clés:
Renal artery / Aneurysm / arterial hypertension
Echo-doppler couleur du jet urétéro-vésical. Aspects normaux. Application à l'obstruction urétérale aiguë
Colour Doppler ultrasound of the ureterovesical stream. Normal features. Application to acute ureteric obstruction.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 40-47

Une étude du jet urétéro-vésical chez l'adulte en écho-doppler couleur a été réalisée pour définir les aspects normaux, les variantes et les anomalies du jet urétéral en comparant 50 sujets normaux et 19 sujets ayant une colique néphrétique par lithiase urétérale. L'examen a comporté une recherche de la fréquence, l'intensité, la morphologie et de la symétrie du jet urétéro-vésical. Chez les sujets normaux, le jet peut être absent surtout en cas de restriction hydrique (36%), présent et symétrique (34%), ou asymétrique (30%). Chez les patients porteurs d'une lithiase urétérale, en période non douloureuse et absence d'obstacle à l'UIV, le jet est normal et symétrique (9 %), en période douloureuse avec obstacle à l'UIV, le jet urétéral est soit absent (47%) soit anormal et asymétrique (31%). Un jet continu, très évocateur d'obstacle est rencontré dans 5 cas. L'échographie Doppler couleur est un nouveau moyen simple qui pourrait aider au diagnostic de colique néphrétique notamment dans le cas où les cavités pyélocalicielles ne sont pas dilatées.

A colour Doppler ultrasound study of the ureterovesical was performed to define the normal features, variants and abnormalities of the ureteric stream by comparing 50 normal subjects and 19 subjects with renal colic due to ureteric stones.The examination included assessment of the frequency, intensity, morphology and symmetry of the ureterovesical stream. In normal subjects, the stream was either absent, especially in the case of fluid restriction (36%), present and symmetrical (34%) or asymmetrical (30%).In patients with ureteric stones, during a non-painful period and in the absence of obstruction on IVU, the stream was normal and symmetrical (9%) while during a painful period with obstruction on IVU, the ureteric stream was either absent (47%) or abnormal and asymmetrical (31%). A continuous stream, very suggestive of obstruction, was observed in 5 cases. Colour Doppler ultrasound is a new, simple method which may be helpful in the diagnosis of renal colic, particularly in cases in which the pyelocaliceal cavities are not dilated.

Mots clés:
obstruction de la voie urinaire supérieure / imagerie / Echographie doppler / Colique néphrétique
Mots-clés:
upper urinary tract obstruction / imaging / doppler ultrasonography / acute renal colic
Lithotritie extracorporelle ou urétéroscopie pour le traitement des calculs du bas uretère
Extracorporeal shock wave lithotripsy or ureterolithotripsy for the treatment of calculi in the lower ureter.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 48-53

Deux méthodes, la lithotritie sous urétéroscopie et la lithotritie extracorporelle peuvent être appliquées pour traiter les calculs du bas uretère. Cette étude rétrospective compare la morbidité de la lithotritie sous urétéroscopie et de la lithotritie extracorporelle. Nous avons analysé le taux de succès, le quotient d'efficacité, le taux de complication et la durée de séjour chez 161 patients traités par la lithotritie sous-urétéroscopie et 71 par lithotritie extracorporelle (Lithostar(r), Siemens*) entrés dans cette étude pendant une période de 3 ans. Le suivi a été assuré par une échographie et un cliché d'abdomen sans préparation à 1 jour et de 1 à 3 mois post-opératoire. L'ablation complète de tout fragment lithiasique a été réalisé chez 95,5% des patients traités par voie endourologique, avec un taux de retraitement de 1,2%. Dans le groupe traité par voie extracorporelle, le taux de succès est de 82,1% avec un taux de retraitement de 19,6%. Parmi les patients ayant bénéficié d'une lithotritie sous urétéroscopie, il y a eu 16,1% de complications, contre 10,7% dans le groupe ayant bénéficié de la lithotritie extracorporelle. Le diamètre moyen des calculs est dans le groupe endourologique de 0,8 cm et de 0,7 cm dans le groupe extracorporel. La taille des calculs dans le groupe urétéroscopique n'est pas un facteur déterminant du succès. Par contre dans le groupe extracorporel, le taux d'évacuation complète des gros calculs n'est plus que de 78,9% et le quotient d'efficacité de 57,7%. La lithotritie sous urétéroscopie continuera de jouer le premier rôle dans le traitement des calculs du bas uretère. Comme la lithotritie extracorporelle n'est pas invasive, jouit d'une certaine efficacité, et qu'elle ne requiert en général aucune anesthésie ni hospitalisation, elle peut représenter une alternative soit en première intention soit après échec de l'urétéroscopie.

Two therapies, ureterolithotripsy (URL) and extracorporeal shock wave lithotripsy (ESWL) can be used in the treatment of lower ureteral calculi. In a retrospective analysis ureterolithotripsy and extracorporeal shock wave lithotripsy for lower ureteral calculi were compared to evaluate morbidity. During a 3 year period 161 patients treated with ureterolithotripsy and 71 who underwent extracorporeal shock wave lithotripsy (Siemens Lithostar) were analysed as to the success rate, effectiveness quotient, complication rate and length of hospitalization. Followup consisted of ultrasound and a plain film of the kidneys, ureteres and bladder 1 day and 1 to 3 months postoperatively. Complete removal of all stone fragments was achieved in 95.5% of the patients treated endourologically with a 1.2% retreatment rate. In the group treated with extracorporeal shock wave lithotripsy success rate was 82.1% with a 19.6% retreatment rate. Among the patients who underwent ureteroscopy and stone removal 16.1% had complications compared to 10.7% in the ESWL group. The mean stone diameter was 0.8 cm in the endourological group and 0.7 cm in the ESWL group. Stone size was not a determining factor for the stone free rate and effectiveness quotient in the patients treated endourologically. Indeed, in patients who underwent ESWL for large stones the stone-free rate and effectiveness quotient decreased to 78.9% and 57.7%. Ureterolithotripsy will continue to have a primary role in the management of lower ureteral stones. As extracorporeal shock wave lithotripsy is an effective noninvasive procedure, requiring no anesthesia and hospitalization as routine, it may be considered an alternative either primarily or after failed ureteroscopy.

Mots clés:
Lithiase / Uretère / Calcul / lithotripsie extra-corporelle / lithotripsie endo-urétérale
Mots-clés:
stones / ureter / calculus / extracorporeal lithotripsy / endoureteral lithotripsy
Cure chirurgicale des anomalies de la jonction pyélo-urétérale par lombotomie verticale postérieure: à propos de 25 cas
Surgical cure of ureteropelvic junction via posterior vertical lumbar incision in 25 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 54-60

La lombotomie verticale postérieure (LVP) ne comporte aucune section musculaire, ni nerveuse, est peu douloureuse, ne donne pas d'éventration et réduit le temps d'hospitalisation. La pyéloplastie pour une cure de jonction pyélourétérale (JPU) est une bonne indication puisque l'abord du bassinet se fait sans mobilisation rénale, n'est pas gêné par le pédicule vasculaire et que l'incision superficialise le champ opératoire. Cette étude rétrospective porte sur 25 LVP pratiquées entre 1979 et 1992 et appliquées à 24 patients (15 femmes et 9 hommes de 31,8 ans d'âge moyen). Il s'agissait onze fois de reins gauches, douze fois de reins droits et une fois d'un syndrome bilatéral. Aucune complication peropératoire n'a été observée. L'anastomose a été intubée toutes les fois par une sonde d'urétéronéphrostomie (SUN) de GIL-VERNET, laissée en moyenne huit jours. Les complications précoces (

Posterior vertical lumbar (PVL) incision does not involve any muscle or nerve section. It is minimally painful, does not give rise to incisional hernias and reduces the hospital stay. Pyeloplasty for cure of the ureteropelvic junction (UPJ) is a good indication, as this incision provides access to the renal pelvis without renal mobilisation and without interference by the vascular pedicle and allows a more superficial operative field. This retrospective study is based on 25 PVL incisions performed between 1979 and 1992 in 24 patients (15 females and 6 males with a mean age of 31.8 years) on the left kidney in 11 cases, right kidney in 12 cases and bilaterally in 1 case. No intraoperative complications were observed. The anastomosis was stented with a Gil-Vernet ureteronephrostomy tube for an average of eight days in every case. Early complications (? 1 month) consisted of six cases of fever, one wound abscess and one urinary fistula. Normal feeding was always rapidly restored. Long-term follow-up did not reveal any incisional hernias, but two cases of recurrence (8%), two cases of stones and one case (4%) of refractory neuralgia (? 6 months) in the territory of the ilioinguinal nerve. In this indication, there is no gain in terms of hospital stay due to the need to maintain the ureteronephrostomy tube for at least five days. However, these results confirm the qualities of PVL in terms of the patient's postoperative comfort and the good long-term results of cure of UPJ via this incision, which are at least equivalent to those obtained via lateral lumbar incision, which are at least equivalent to those obtained via lateral lumbar incision. Pyeloplasty for UPJ syndrome therefore constitutes an excellent indication for PVL incision.

Mots clés:
malformation de la voie urinaire supérieure / hydronéphrose congénitale / Pyéloplastie / chirurgie à ciel ouvert
Mots-clés:
upper urinary tract malformation / ureteropelvic junction syndrome / pyeloplasty / open surgery
Kyste hydatique du rein. Apport de l'imagerie
Hydatid cyst of the kidney. Contribution of imaging techniques.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 61-65

Les auteurs rapportent un cas d'échinococcose rénale: cette pathologie est rare en France. Reprenant les données récentes de la littérature, nous avons insisté sur les données de l'imagerie scanographique et surtout par RMN dans le diagnostic de présomption.

The authors report a case of renal hydatid disease, a rare disease in France. After reviewing the recent data of the literature, they stress the value of computed tomography and especially MRI in the presumptive diagnosis.

Mots clés:
Rein / échinococcose / imagerie / scanner / imagerie par résonance magnétique nucléaire
Mots-clés:
Kidney / echinococcosis / imaging / CT scan / magnetic resonance imaging
Les urètres surnuméraires chez l'homme. A propos d'un cas surnuméraire épispade borgne
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 66-70

Anomalie anatomique rare, l'urètre surnuméraire est expliqué par diverses théories embryologiques, dont rend compte la multitude des classifications proposées. Ses manifestations cliniques variées, frustres ou gravissimes, permettent d'évoquer un diagnostic qui repose sur l'urétrocystographie rétrograde et mictionnelle. Le traitement est chirurgical, ou plus rarement endoscopique.

Supernumerary urethras in males.

Mots clés:
Urèthre / malformation de la voie urinaire inférieure / duplicité uréthrale
Mots-clés:
Urethra / lower urinary tract malformation / double urethra
Polype de type prostatique de siège ectopique vésical
Ectopic prostatic polyp situated in the bladder. Report of two cases.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 71-74

Le polype de type prostatique de siège ectopique intravésical est une cause rarissime d'hématurie terminale. Nous faisons une revue exhaustive de la littérature concernant cette lésion qui mérite d'être connue non seulement des anatomopathologistes qui doivent en poser le diagnostic, mais aussi des urologues afin qu'ils en connaissent la bénignité.

An ectopic prostatic polyp situated in the bladder is a rare cause of terminal haematuria. The authors present an extensive review of the literature concerning this lesion which must be recognised not only by histologists, responsible for establishing the diagnosis, but also by urologists, who must be aware of its benign nature.

Mots clés:
prostate / tumeur rare / hématurie
Mots-clés:
prostate / rare tumor / hematuria
Revue des essais cliniques de phase III sur les traitements anti-androgéniques combinés (TAC) chez les patients ayant un cancer de prostate métastasé
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 75-85
Mots clés:
prostate / Tumeur / Hormonothérapie / anti-androgène
Mots-clés:
prostate / tumor / endocrine therapy / Antiandrogen
Les cancers neuro-endocrines de la prostate
Neuroendocrine cancers of the prostate.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 86-94

Cet article est la transcription de plusieurs communications sur le cancer neuro-endocrine de la prostate présentées lors de la réunion du club d'Uro-Pathologie à Angers en 1990.Il comprend donc trois parties: Tout d'abord, l'étude des cellules neuro-endocrines dans différents organes du corps humain, puis sa mise en évidence tant dans la prostate normale que dans la prostate pathologique. La deuxième partie rapporte 3 observations de cancer neuro-endocrines tels qu'ils se présentent dans la pratique courante. Il y a actuellement 66 cas de cancers neuro-endocrines purs colligés dans la littérature anglo-saxonne. Ce type de cancer se caractérise par une évolution rapide, hormono-résistante, avec apparition de métastases multiples souvent viscérales. Il existe, dans certains cas, des périodes de rémission grâce à une chimiothérapie systémique. La troisième partie porte sur la mise en évidence systématique de cellules neuro-endocrines dans l'adénocarcinome prostatique. Plus le pourcentage de cellules neuro-endocrines mis en évidence par les différentes techniques anatomo-pathologiques est important, plus le pronostic du cancer est mauvais.

This article is a transcription of several papers on neuroendocrine cancers of the prostate presented to the Uropathology Club in Angers in 1990. It consists of three parts: Firstly, a study of neuroendocrine cells in various organs of the human body, followed by the demonstration de these cells in the normal and pathological prostate.The second part reports 3 cases of neuroendocrine cancers as they are observed in routine practice. A total of 66 cases of pure neuroendocrine cancers have been reported to date in the English language literature. This type of cancer is characterised by a rapid, hormone-resistant course with the development of multiple metastases, frequently visceral. Periods of remission in response to chemotherapy may be observed in some cases. The third part concerns the systematic demonstration of neuroendocrine cells in prostatic adenocarcinoma. The percentage of neuroendocrine cells demonstrated by various histological techniques is directly correlated to an increasingly severe prognosis of the cancer.

Mots clés:
prostate / tumeur rare
Mots-clés:
prostate / rare tumor
Cystite interstitielle
Interstitial cystitis.
2001
- Didactique
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 95-97

La cystite interstitielle, connue depuis de nombreuses années, reste à ce jour une pathologie mystérieuse à plus d'un titre. Si les connaissances cliniques et thérapeutiques se sont améliorées, les aspects histologiques sont souvent peu spécifiques et la pathogénie en est encore obscure. Le but de cet article est de faire brièvement le point sur nos connaissances actuelles et de rappeler que cette pathologie ne doit pas être sous-estimée et méconnue.

Interstitial cystitis, described for many years, remains a mystery for several reasons. Although the clinical and therapeutic understanding of this disease have improved, the histological features are non-specific and the pathogenesis is still unclear. The aim of this article is to briefly review the current state of knowledge and to remind the reader that this disease must not be underestimated or ignored.

Mots clés:
Vessie / cystite interstitielle
Mots-clés:
bladder / Interstitial cystitis
Néphropathie des Balkans et cancer urothélial. Pollution de l'eau des puits et questions actuelles de pathogénie et de carcinogénèse
Balkan Nephropathy and urothelial cancer.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 98-107

Il a été retouvé à l'autopsie des habitants des régions où la Néphropathie des Balkans (NB) est endémique, décédés d'une autre cause, les lésions histologiques de la phase initiale de la NB, ainsi que des différences impressionnantes dans le poids des reins. L'un des reins pesait 180 grammes. L'exposition environnementale continuelle, sévère, à une eau de boisson polluée par la silice d'origine alluviale est à l'origine de l'accumulation excessive de silice dans le rein et de son hyperhydratation. La silice a une très forte affinité pour l'eau, dont elle absorbe des molécules sur sa surface, l'eau absorbée formant une couche de plusieurs molécules autour de la silice polymérisée. L'élévation du poids du rein peut être considérée comme un phénomène exceptionnel, ne pouvant s'observer qu'au tout début de l'évolution de la maladie. Dans la plupart des cas, l'effet de déshydratation, d'atrophie et de nécrose de la silice caractérise toutes les phases du développement de la NB, conduisant à une perte à la fois de fluide interstitiel et de parenchyme à proprement parler. La saison où la situation est la plus mauvaise est la saison des pluies, car l'eau de boisson contient la silice en suspension récente, de taille infra-micronique. Lorsque les particules plus volumineuses se trouvent dans l'eau de boisson, elles trouvent des conditions propices pour passer en solution: l'humus, le CO2 et l'eau de boisson deviennent toxiques pour le rein dans la saison sèche aussi. Avec le temps, le processus métamorphique des particules de silice étant achevé, ces eaux de boisson deviennent un peu moins toxiques ou cessent de l'être. Par rapport à la silice qui s'inactive, les autres constituants des roches d'origine magmatique, les métaux lourds carcinogènes, maintiennent leur réactivité pendant plus longtemps et sont responsables des tumeurs malignes urothéliales, éventuellement associées à la néphropathie des Balkans dans les régions où elle est endémique.

Well water pollution and current questions of pathogenesis and carcinogenesis. In the autopsied inhabitants who died from unrelated reasons in the villages-foci of Balkan Nephropathy (BN) the characteristic histologic changes of the initial phase of BN were found as well as the striking difference in the weight of the kidneys. The weight of a kidney amounting to 180 grams was noted. The continual, severe environmental exposure to polluted drinking water by erosive toxic silica accounts for the excessive silica accumulation in the kidney and its overhydration. Silica has an affinity for water molecules absorbating them on its surface, the absorption of water coats round the accumulations of polymerized silica being formed by several water molecular layers.The increased kidney weight, however, may be regarded as a very rare one and is possible in the initial phase of disease. In most cases the dehydrating, atrophic and necrotic activity of toxic silica characterizes all developmental phases of BN leading to a loss of both fluid and mass of the kidney.In the rainy season fresh submironic suspension of toxic silicate particles is the most toxic for human kidneys. When deposited in drinking waters the larger ones encounter conditions suitable for further solution humus matter and CO2 and the drinking water becomes toxic for human kidneys in the dry season as well. In the course of time the metamorphic process of silica particles being completed these drinking waters become slightly toxic or not toxic at all. In relation to the inactive silica the other component of magmatic silicate rocks heavy, tumorogenic metals preserve the reactivity for a longer time and are responsible for the urothelial carcinogenesis unfollowed by chronic kidney insufficiency in the areas where BN is endemic.

Mots clés:
néphropathie / tumeur urothéliale infiltrante / Épidémiologie
Mots-clés:
renal diseases / invasive transitional cell carcinoma / epidemiology
Les forces actives de la continence. Illustration par analyse quantifiée du signal électromyographique du sphincter strié urétral couplée à l'étude des pressions urétrales
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 1993, 3, 108-113

La continence chez la femme, assurée par des pressions de clôture constamment positives, est la résultante de deux phénomènes: d'une part, des facteurs purement passifs (pression et compliance urétrales, transmission des pressions vésicales à l'urètre); d'autre part, des facteurs actifs sous-tendus par un mécanisme neuro-musculaire volontaire et réflexe (contraction, réflectivité et endurance sphinctérienne). Pour préciser ces forces actives de la continence, nous avons étudié simultanément l'activité électromyographique quantitative du sphincter strié et du muscle bulbo-caverneux et les variations des pressions urétrales et vésicales au cours de différentes circonstances (repos, effort de toux, stimulation du nerf honteux). Lors de la toux, on observe: une plus grande précocité (100 millisecondes) du pic de pression urétrale par rapport au pic vésical, associé à une hypertransmission de 20%; une contraction préalable du muscle bulbo-caverneux suivie de celle du sphincter strié urétral (délai de 150 ms), cette activité électrique précédant l'élévation des pressions vésicales et urétrales. La stimulation du nerf honteux interne supprime la possibilité d'artéfact lié à la toux et induit la même séquence d'évènements.

The active forces of continence illustrated by quantitative analysis of striated urethral sphincter electromyography combined with urethral pressure studies.

Mots clés:
physiologie vésico-sphinctérienne / Électromyographie / uréthromanométrie
Mots-clés:
vesicosphincteric physiology / Electromyography / urethromanometry