Base bibliographique

Sommaire :

Bilan initial et suivi de l’hyperplasie bénigne de prostate : revue de littérature du CTMH de l’AFU
Initial assessment and follow-up of benign prostatic hyperplasia: Systematic review of the literature by the LUTS committee of the French Urological Association
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 1-6

Objectif : Réaliser une mise au point sur le bilan initial et le suivi de l’hyperplasie bénigne de prostate (HBP).
Méthode : Une revue systématique de la littérature a été réalisée. Le niveau de preuve des publications sélectionnées a été évalué.
Résultats et conclusions : Les objectifs du bilan initial sont multiples : affirmer que les symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) sont liés à l’HBP, évaluer la gêne provoquée par les SBAU, rechercher une obstruction sous-vésicale (OSV) compliquée, éliminer un adénocarcinome de la prostate si cela doit modifier la prise en charge et établir un pronostic évolutif de l’HBP. L’interrogatoire et l’examen physique comprenant un toucher rectal, l’évaluation par un score symptomatique et l’examen d’urine constituent le bilan de première intention pour explorer une HBP. Le catalogue mictionnel est très utile pour objectiver les symptômes de la phase de remplissage. La débitmétrie et la mesure du résidu post-mictionnel sont utiles au diagnostic dès lors qu’une OSV est suspectée. Le dosage de la créatininémie et l’échographie de l’appareil urinaire sont des examens de seconde intention. L’examen neurologique, la cytopathologie urinaire, l’urétrocystoscopie et les examens urodynamiques avec cystomanométrie et mesures pression-débit sont utiles dans des situations dans lesquelles le lien entre les SBAU et l’HBP n’est pas clair. Le dosage du PSA est utilisé soit dans le dépistage d’un cancer de prostate, soit comme marqueur pronostique de l’HBP.

Purpose: To perform an update on the initial evaluation and follow-up of benign prostatic hyperplasia (BPH).
Method: A systematic review of recent literature was performed. Level of evidence of publications was evaluated.
Results and conclusions: Objectives of the initial evaluation are to assess the link between low urinary tract symptoms (LUTS) and BPH, to evaluate the bother associated to LUTS, assess a complicated bladder outlet obstruction (BOO), diagnose an adenocarcinoma of the prostate if it modifies the therapeutic strategy, and establish an evolutive profile of the disease. Clinical assessment with digital rectal examination, evaluation of symptoms by a dedicated questionnaire and urine analysis are the first steps of BPH evaluation. Bladder diary is useful to objective storage symptoms. Uroflowmetry and post-void residual volume assessment are useful if BOO is suspected. Measure of serum creatinine and ultrasound exam of the urinary tract are second line explorations. Urine cytology, neurological evaluation, urethrocystoscopy, urodynamics with pressure-flow studies are useful if the link between LUTS and BPH is unclear. PSA dosage is used for prostate cancer screening or as a prognostic marker of BPH evolution.

Mots clés:
hyperplasie bénigne de la prostate / Symptômes du bas appareil urinaire / Bilan initial / Suivi / Diagnostic
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Diagnosis / Low urinary tract symptoms / Initial assessment / Follow-up
Complications urinaires après réimplantation urétérovésicale selon la technique du « one-stitch » en transplantation rénale
Urinary complications of one-stitch ureteroneocystostomy in renal transplantation
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 22-29

Objectifs : Évaluer les complications urinaires liées à la réimplantation urétérovésicale de type « one-stitch » en transplantation rénale et leur impact sur la survie des transplants.
Patients et méthodes : Nous avons réalisé une analyse rétrospective des 202 patients transplantés rénaux dans notre centre du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2008. Deux transplantations foie-rein ont été exclues. La technique de réimplantation urétérovésicale extravésicale de type « one-stitch », de réalisation rapide et aisée, a été utilisée dans tous les cas. Les complications urinaires évaluées ont été la fistule et la sténose anastomotiques, le reflux vésico-urétéral symptomatique, les calculs, les infections urinaires hautes et l’hématurie macroscopique compliquée. Nous avons recherché les facteurs influençant la survenue de complications urinaires et étudié la survie des transplants et des patients selon l’existence ou non de complications urinaires.
Résultats : Cinquante-cinq patients ont eu des complications urinaires (27,5 %). Les principales complications urinaires ont été les hématuries macroscopiques compliquées (36 sur 200, 18 %), les sténoses anastomotiques (15 sur 200, 7,5 %). De rares cas de calculs (un sur 200, 0,5 %), fistules urinaires (deux sur 200, 1 %) et reflux vésico-urétéraux symptomatiques (un sur 200, 0,5 %) ont été également recensés. Le sexe masculin (100 vs 34, p = 0,95), l’âge (46,78 ± 14,17 ans vs 48 ± 14 ans, p = 0,58), l’index de masse corporelle (24,14 ± 5,04 vs 24,28 ± 4,83, p = 0,86) et les antécédents de transplantation rénale chez le receveur (16 ± 3 % vs 10 ± 3 %, p = 0,27) ainsi que la durée d’ischémie froide du transplant (17,08 ± 7,07 heures vs 16,9 ± 8,95 heures, p = 0,71) n’étaient pas significativement différents dans les groupes sans complications urologiques et avec complications urologiques. La médiane des durées d’hospitalisation était similaire dans les deux groupes (14 vs 12 jours, p = 0,37). La survie à cinq ans des transplants n’était pas altérée par l’existence d’une complication urinaire (91,9 % vs 89,9 %, HR 1,21, CI 95 % [0,37–3,3], p = 0,83) de même que la survie à cinq ans des patients (94,8 % vs 92,15 %, HR 0,52 CI 95 % [0,13–2,07], p = 0,85).
Conclusion : Notre étude a dénombré 17 % de complications urinaires peu sévères (grade II de Clavien Dindo) et 10 % de complications de grade III selon Clavien Dindo, après anastomose urétérovésicale de type « one-stitch ». La survie des transplants et la survie des patients n’étaient pas altérées par l’existence d’une complication urinaire.

Purpose: To assess urinary complications related to the “one-stitch” technique extravesical ureteroneocystostomy in renal transplantation, and evaluate the impact of such complications on kidney graft and patient survival.
Patients and methods: A single-institution, retrospective study was performed on 202 renal transplant recipients, from January 2004 to December 2008. Two combined kidney and liver transplantations were excluded. The “one-stitch” extravesical ureteroneocystostomy technique, fast and easy to perform, was systematically used. The evaluated urinary complications were urinary fistula, ureteral stenosis, symptomatic ureteral reflux, stone formation and complicated hematuria. We tried to point out factors impacting urinary complications occurrence and studied grafts and patients survival according to the existence of urinary complications.
Results: Fifty-five patients presented urinary complications (27.5%). The most frequent urinary complications were complicated hematuria (36 over 200, 18%), ureteral stenosis (15 over 200, 7.5%). Few cases of stone disease (one over 200, 0.5%), urinary fistula (two over 200, 1%) and symptomatic ureteral reflux (one over 200, 0.5%) were noted. Male gender (100 vs 34, P = 0.95), âge (46.78 ± 14.17 vs 48.06 ± 14.19 years, P = 0.58), Body mass index (24.14 ± 5.04 vs 24.28 ± 4.83, P = 0.86) and past history of renal transplantations (16 ± 3% vs 10 ± 3%, P = 0.27) as well as cold ischemia time (17.08 ± 7.07 vs 16.9 ± 8.95 hours, P = 0.71) were not significantly different in the urinary complications group and the non-urinary complications group. Median hospitalization time was similar in both groups (14 vs 12 days, P = 0.37). The existence of urinary complications didn’t affect the 5 years kidney graft survival (91.9% vs 89.9%, HR 1.21, CI 95% [0.37–3.3], P = 0.83) neither the 5 years patient survival (94.8% vs 92.15%, HR 0.52 CI 95% [0.13–2.07], P = 0.85).
Conclusion: If benign urinary complications in “one-stitch” ureteroneocystostomy were frequent in our study (17% grade II Clavien Dindo), kidney graft and patients survivals were not affected.

Mots clés:
Transplantation rénale / Réimplantation urétérovésicale / Technique du « one-stitch » / Complications urinaires
Mots-clés:
renal transplantation / Ureteroneocystostomy / “One-stitch” technique / Urinary complications
Détection laparoscopique des ganglions sentinelles dans le cancer localisé de la prostate : résultats obtenus chez 70 premiers patients
Laparoscopic sentinel lymph node (SLN) dissection for clinically localized prostate carcinoma: Results obtained in the first 70 patients
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 30-37

Objectifs : L’atteinte ganglionnaire métastatique est un facteur pronostique important dans le cancer de la prostate (PC). Le but de cette étude prospective était d’évaluer la pertinence de la technique du ganglion sentinelle par voie laparoscopique dans la stadification locorégionale chez les patients avec PC cliniquement localisé.
Patients et méthodes : Une injection par voie transrectale échoguidée de 0,3 mL/100 MBq de 99mTc-sulfure de rhénium colloïdal dans chaque lobe prostatique a été réalisée la veille de l’intervention. La radiodétection peropératoire était réalisée avec une sonde laparoscopique (Clerad® Gamma Sup) suivie d’un curage extensif. Les comptages des GS étaient réalisés in vivo et confirmés ex vivo. L’analyse anatomopathologique était réalisée par hématoxyline-phloxine-safran et suivie d’un immunomarquage si GS indemnes.
Résultats : Soixante-dix patients ayant d’un cancer de la prostate à risque intermédiaire ou élevé de métastases ganglionnaires ont été inclus. Le taux de détection peropératoire était de 68/70 (97,0 %). Quatorze patients avaient des métastases ganglionnaires, six uniquement dans les GS. Le taux de faux-négatifs était de 2/14 (14,0 %). La région iliaque interne était le premier site métastatique (40,9 %). Une atteinte sentinelle métastatique de la région iliaque commune au-delà du croisement urétéral était présente dans 18,2 %. Un curage limité ou standard aurait ignoré respectivement 72,7 % et 59,0 % des métastases ganglionnaires.
Conclusion : La voie laparoscopique était adaptée à un large repérage des GS et un curage ciblé de ces ganglions limitait significativement le risque chirurgical du curage étendu tout en maintenant la précision de l’information.

Objectives: The lymph node metastasis is an important prognostic factor in prostatic cancer. The aim of this prospective study was to evaluate the relevance of the sentinel lymph node biopsy by laparoscopy in staging locoregional patients with clinically localized PC.
Patients and methods: A transrectal ultrasound-guided injection by 0.3 mL/100MBq 99mTc-sulfur rhenium colloid in each prostatic lobe was performed the day before surgery. The detection was realized intraoperatively with a laparoscopic probe (Clerad® Gamma Sup) followed by extensive dissection. Counts of SLN were performed in vivo and confirmed ex vivo. The histological analysis was performed by hematoxyline-phloxine-safran staining and followed by immunochemistry if SLN is free.
Results: Seventy patients with carcinoma of the prostate at intermediate or high risk of lymph node metastases were included. The intraoperative detection rate was 68/70 (97%). Fourteen patients had lymph node metastases, six only in SLN. The false negative rate was 2/14 (14%). The internal iliac region was the first metastatic site (40.9%). A metastatic sentinel node in common iliac region beyond the ureteral junction was present in 18.2%. A non-negligible sentinel metastatic region was the common iliac area (18.2%). Limited or standard lymph node dissection would have ignored respectively 72.7% and 59% of lymph node metastases.
Conclusion: The laparoscopy is adapted to a broad identification of SLN and targeted dissection of these lymph nodes significantly limited the risk of surgical extended dissection while maintaining the accuracy of the information.

Mots clés:
cancer de prostate / chirurgie laparoscopique / Ganglion sentinelle / Curage ganglionnaire pelvien étendu
Mots-clés:
Prostate cancer / laparoscopic surgery / Sentinel lymph node / Extended pelvic lymph node dissection
Devenir des traumatismes fermés sévères du rein de l’enfant
Outcome of severe closed kidney injuries in children
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 58-62

Buts : Analyser les modalités de la prise en charge conservatrice des fractures sévères du rein de l’enfant ainsi que leur pronostic fonctionnel à distance.
Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective de 22 enfants admis pour une fracture du rein sévère (grade V) dans deux services de chirurgie pédiatrique sur une période de 16 ans. Un traitement conservateur initial a été réalisé chez 19 patients (86,5 %). Trois enfants présentant une lésion vasculaire ont eu un traitement par radiologie interventionnelle. L’aspect morphologique et fonctionnel du rein lésé ont été déterminés par une scintigraphie au DMSA et/ou une Uro-IRM.
Résultats : Vingt et un patients (95,5 %) ont eu une scintigraphie au DMSA dont deux ont été associées à une Uro-IRM, un patient a eu uniquement une Uro-IRM. Dix enfants (45,5 %) ont eu une restitution ad integrum du parenchyme rénal ; on notait sept atrophies polaires supérieures (30 %), une atrophie polaire inférieure (4,5 %), deux atrophies rénales complètes (9 %) et deux patients (9 %) pour lesquels on n’avait aucune précision. Six patients (27 %) ont présenté un urinome qui a nécessité un drainage dans cinq cas et une simple surveillance chez un enfant. On ne notait aucun pseudokyste rénal secondaire ni d’hypertension artérielle. La moitié des lésions rénales grades V (50 %) (11 sur 22 patients) avait une fonction normale après un recul moyen de 19 mois.
Conclusion : La prise en charge non opératoire des traumatismes sévères du rein a été efficace avec parfois la nécessité d’un drainage interne ou percutané afin de réduire l’urinome. Le pronostic fonctionnel rénal établi par imagerie était satisfaisant avec une restitution ad integrum chez un patient sur deux.

Aims: To analyze the results of treatment of major renal injuries according imaging data in order to determine their function after follow-up.
Patients and methods: This is a retrospective study of 22 cases of fracture of the kidney (grade V) in two pediatric surgical services that were reviewed over a period of 16 years. After initial conservative treatment in 19 patients (86.5%), a scan and/or Uro-MRI were realized in all patients in monitoring evolving. Three children with vascular injury were treated by interventional radiology. The morphology and functional evolution of the injured kidney were determined.
Results: A DMSA scan investigation was performed in 21 patients (95.5%) associated with Uro-MRI in two cases; one patient was only explored with Uro-MRI. A complete restitution of the renal parenchyma was confirmed in 10 children (45.5%), we noted an atrophy of the upper pole in 30%, a lower pole atrophy in 4.5%, two complete renal atrophy in 9%. An urinoma was present in six patients (27%) that required drainage in five cases and declined during the surveillance in one case. Normal function of the injured kidney was noticed in half of grade V (11 of 22 patients) with a mean follow-up of 19 months. None of our patients did present hypertension.
Conclusion: Non-operative conservative treatment in severe renal trauma was efficient, morphological and functional sequelas were present in 50% on scintigraphy and/or Uro-MRI.

Mots clés:
Fracture rénale / Traitement conservateur / Scintigraphie / Enfant
Mots-clés:
Kidney fracture / Conservative treatment / Scintigraphy / child
Endothéline-1 et récepteur A : valeur pronostique pour la reprise évolutive biologique dans l’adénocarcinome de prostate localement avancé et métastatique ganglionnaire
Endothelin-1 and receptor A: Predictive value for biochemical relapse on patients with advanced and metastatic prostate cancer
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 38-44

Introduction : L’axe endothéline pathologique est impliqué dans la progression du cancer de la prostate. Notre étude évaluait l’expression immunohistochimique de l’endothéline-1 (ET-1) et son récepteur A (ET-AR), sur biopsies de prostate de patients T3 cliniques et métastatiques ganglionnaires. Le but de l’étude principal était de déterminer si l’ET-1 et son récepteur ET-AR étaient des facteurs pronostiques d’une reprise évolutive biologique sous hormonothérapie dès la première ligne. Les objectifs secondaires étaient de déterminer si ET-1 et son récepteur ET-AR étaient des facteurs influant sur la progression locale et métastatique osseuse.
Patients et méthodes : Quarante-quatre malades T3 cliniques et métastatiques ganglionnaires étaient suivis entre 1992 et juin 2009. Les taux sériques du PSA total, le Gleason biopsique, le nombre de ganglions envahis, l’effraction capsulaire, le type de traitement bloqueur androgénique étaient pris en compte. Le matériel d’étude en immunohistochimie était les biopsies de prostate traitées par un seul anatomopathologiste. L ‘expression semiquantitative de l’axe endothéline pathologique était analysée selon l’intensité de lecture faible ou forte en ET-1 et ET-AR.
Résultats : Les patients étaient suivis pendant un temps médian de 70 mois (six à 144 mois). Le PSA médian était 52,8 ng/ml (3–227 ng/ml), l’âge moyen était 65,6 (écart-type 6,3 ans). Une reprise évolutive biologique était observée dans 62,8 % des cas des la première ligne d’hormonothérapie. La différence en expression de l’ET-1 était statistiquement significative avec ceux restés hormonosensibles (p = 0,014). Les malades, ayant échappé, exprimaient fortement le récepteur A dans 80 % des cas, mais la différence observée n’était pas statistiquement significative (p = 0,109). Un patient cT3N+ exprimant fortement l’ET-1 sur biopsie avait 1,9 fois plus de risque d’évoluer vers une REB dès la première ligne d’hormonothérapie, le délai de la REB était avancé de huit mois en moyenne. L’expression d’ET-1 et ET-AR forte sur biopsie avançait les délais de progression locale et métastatique osseuse, mais les différences observées n’étaient pas statistiquement significatives.
Conclusion : L’ET-1 était un facteur pronostique de REB chez les cT3N+ mais nous ne pouvions affirmer qu’il s’agissait d’un facteur pronostique indépendant. ET-AR était fortement exprimé chez les malades évoluant vers la REB précoce mais n’apparaissait pas comme un facteur pronostique.

Introduction: Pathological endothelin axis is known to be involved in prostate cancer progression. Our study evaluates immunohistochemical expression of ET-1 and ET-AR on prostate biopsy specimen and the predictive value for biochemical relapse on patients with advanced and metastatic cancer. We also evaluated the impact of ET-1 and ET-AR expression on local progression and metastatic bone progression for these patients.
Patients and method: From 1992 to June 2009, 44 patients with clinical T3 stage and metastatic lymph nodes were included. PSA levels, Gleason score in biopsy cores, number of invaded lymph nodes, the existence of nodular capsule transgression and hormonal treatment given to the patient, were analyzed. Biopsy cores were submitted to immunohistochemical study of the expression of ET-1 and ET-AR. Semi-quantitative ET-1 and ET-AR staining assessment was always realised by the same pathologist.
Results: The average age of the cohort was 65.6 (standard deviation 6.3), median PSA level was 52.8 ng /ml (3–227), median time of follow-up was 70 months (6–144). Biochemical relapse was observed in 62.8%. Statistically significant stronger ET-1 expression was observed in biopsies of patients with a biochemical relapse (p = 0.014). Eighty percent of patients with a biochemical relapse had a high level of ET-AR expression, but no statistical significance has been shown (p = 0.109). The relative risk for progression under hormonal therapy was 1.9 in case of high level of ET-1 expression and biochemical relapse was confirmed 8 months earlier in average. High level of ET-AR expression on biopsy cores may indicate earlier local progression and metastatic bone progression but there were no statistical proof.
Conclusion: In our study, the strength of ET-1 expression in prostate cancer biopsy cores is a prognostic factor of biochemical relapse for cT3 stage patients with metastatic lymph nodes. We have not been able to prove that ET-1 is an independent prognostic factor. A high level of ET-AR expression on prostate biopsy cores is not, in our study, a prognosis factor for predicting the biochemical relapse.

Mots clés:
Endothéline-1 / cancer de prostate / biopsies de prostate / Pronostic / Métastases
Mots-clés:
Endothelin-1 / Prostate cancer / Prostate biopsy cores / prognosis / Metastasis
Évolution sur cinq ans des infections à germes produisant une β-lactamase à spectre étendu
Five years following of infections with extended-spectrum beta-lactamase producing enterobacteriaceae
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 17-21

Introduction : L’épidémiologie des infections à germes ayant une β-lactamase à spectre étendu (BLSE) se modifie à l’échelle mondiale, notamment au niveau des infections urinaires.
But : Étudier l’évolution épidémiologique des infections à entérobactérie produisant une BLSE dans un service d’urologie.
Patients et méthode : Étude monocentrique, rétrospective, incluant tous les patients ayant eu un prélèvement bactériologique positif à germe producteur de BLSE, dans un service d’urologie, entre 2005 et 2009 inclus.
Résultats : En cinq ans, la prévalence des germes exprimant une BLSE dans les ECBU est passée de 2/113 (1,8 %) à 3/196 (1,5 %) (p = 0,87), 27 prélèvements à BLSE ont été recensés : 66,7 % d’Escherichia coli, 11,1 % de Klebsiella pneumoniae, 11,1 % d’Enterobacter cloacae. Les BLSE avaient dans 87 % des cas, un autre mécanisme de résistance antibiotique associé. La moyenne d’âge était de 70,4 ans, 70 % des patients avaient eu un traitement antibiotique dans les six mois précédents, 87 % une hospitalisation dont 90 % avaient été opérés. Parmi les malades infectés, 56,5 % étaient porteurs d’un matériel étranger : 26 % de sondes vésicales, 13 % de sondes urétérales. L’infection était communautaire dans trois cas. Trente-cinq pour cent des malades infectés étaient asymptomatiques, 26 % avaient des signes de gravité.
Conclusion : Cette étude rétrospective sur cinq ans a mis en évidence le terrain nosocomial de ces infections, a souligné leur caractère multirésistant à tous les antibiotiques usuels en urologie mais sans augmentation de leur prévalence.

Introduction: Actually, epidemiology of extended-spectrum β-lactamase (ESBL) producing enterobacteriaceae is increasing worldwide, especially in urinary tract infections (UTI). The objective of the study was to investigate the epidemiology of ESBL producers in a department of urology.
Patients and methods: This was a retrospective, monocentric study, which included all patients with positive culture showing an ESBL producing enterobacteriaceae in a department of urology between 2005 and 2009 included.
Results: The prevalence of ESBL producers in UTI was 2/113 (1.8%) in 2005 and 3/196 (1.5%) in 2009 (P = 0.87). Twenty-seven isolates were included: 66.7% of Escherichia coli, 11.1% of Klebsiella pneumoniae, 11.1% of Enterobacter cloacae. ESBL producers were resistant to another antibiotic family in 24 cases (88.8%). The mean age in this study was 70.4 years, 70% of patients had another antibiotherapy in the past 6 months, 87% an hospitalization within 90% had surgery. Among the patients, 56.5% had a material. The infection was community-acquired in three cases only. Thirty-five percent of patients had no symptoms, 26% presented with severe sepsis.
Conclusion: This report was a five-year retrospective study of BLSE-positive bacteria showing the nosocomial infection with ESBL producers and their multiresistance to usual antibiotics without any increase of their prevalence.

Mots clés:
β-lactamase à spectre étendu / Épidémiologie / facteurs de risque / Nosocomiale / Bactéries multirésistantes
Mots-clés:
Extended-spectrum β-lactamase-producing / epidemiology / Risk factors / Nosocomial / Multi-drug resistance
Fertilité après curiethérapie par implants permanents d’Iode 125 pour cancer localisé de la prostate
Fertility after prostate brachytherapy with Iode 125 permanent implants for localized prostate cancer
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 53-57

Objectifs : La préservation de la fertilité de l’homme d’âge moyen est une problématique qui connaît un intérêt croissant. Le cancer de la prostate est le second cancer chez l’homme et est diagnostiqué plus tôt qu’auparavant. La curiethérapie est un traitement du cancer de la prostate qui conserve l’éjaculation. Notre objectif était d’étudier la fertilité des hommes traités par curiethérapie de la prostate dans un but d’amélioration de l’information au patient.
Patients et méthodes : Sur une série de 122 hommes traités dans notre institution entre 2000 et 2006 par curiethérapie (implants permanents d’Iode 125) pour un cancer localisé de la prostate, ayant moins de 65 ans au moment du diagnostic (43–65), quatre patients ont manifesté spontanément leur intérêt pour la préservation d’une fertilité et ont eu une évaluation andrologique.
Résultats : Les quatre patients étaient âgés de 43, 48, 57 et 61 ans, tous en activité professionnelle (dont deux chefs d’entreprise), leur partenaire était âgée respectivement de 42, 37, 47 et 38 ans. Tous les quatre avaient un spermogramme posttraitement (réalisé plus d’un an après la curiethérapie) riche en spermatozoïdes, avec une asthénospermie modérée, la principale anomalie étant une hypospermie sévère. Ces spermogrammes étaient néanmoins compatibles avec la survenue d’une grossesse spontanée (survenue d’une fausse couche chez le patient 1).
Conclusion : Il existe un intérêt à demander aux hommes atteints d’un cancer de la prostate leur position concernant la fertilité afin de pouvoir les informer de la morbidité des différents traitements, des possibilités de préservation de la fertilité, et de la nécessité de continuer une contraception après curiethérapie si la partenaire n’est pas ménopausée et qu’ils n’ont pas de projet d’enfant.

Objectives: Preservation of fertility in men of middle age is an issue that is experiencing a growing interest. Prostate cancer is the second most common cancer in men and is diagnosed earlier than before. Brachytherapy is a treatment for prostate cancer that preserves ejaculation. Our aim was to study the fertility of men treated with prostate brachytherapy in order to improve patient information.
Patients and methods: In a series of 270 sexually active men with localized prostate cancer treated with brachytherapy (permanent implants of Iode 125) at the Institute Claudius Regaud between 2000 and 2006, mean age 65 years (43–80), four patients spontaneously expressed their interest in the preservation of fertility and had an andrological evaluation.
Results: Four patients were aged 43, 48, 57 and 61 years, all working (including two businessmen), their partner was aged respectively 42, 37, 47 and 38 years. All four had a post-treatment semen analysis (done over a year after brachytherapy) rich in spermatozoa, with moderate asthenospermia, the main anomaly being severe hypospermia. These spermiograms were nonetheless consistent with the occurrence of spontaneous pregnancy (occurrence of miscarriage in the patient 1).
Conclusion: There is an interest in applying to men with prostate cancer their position on fertility in order to inform them about the morbidity of various treatments, options for fertility preservation, and the need to continue a contraception after brachytherapy if the partner is not menopausal.

Mots clés:
Curiethérapie / prostate / fertilite
Mots-clés:
Brachytherapy / prostate / fertility
Information du malade et responsabilité médicale
Patient information and professional responsibility: Reversal of jurisprudence of the Court of cassation
2011
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 67-69

La cour d’appel de Bordeaux, dans un arrêt du 9 avril 2008, a débouté de ses demandes un patient souffrant de dysfonction érectile après une adénomectomie prostatique, risque opératoire dont le médecin ne l’avait pas informé. Par une décision rendue le 3 juin 2010, la Cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt rendu par la cour d’appel en consacrant l’absence d’information comme préjudice indemnisable sur le fondement de la responsabilité délictuelle. La Haute Cour assortit désormais tout manquement à l’obligation d’information de dommages et intérêts au patient et renforce ainsi la responsabilité du professionnel de santé.

The Court of cassation is the highest court in the French judiciary. In a recent decision on June 3, 2010, the supreme jurisdiction quashed partially a court of appeal judgement. A patient developed erectile dysfunction following open prostatectomy for benign prostatic hyerplasia. The patient was not informed of this risk before the surgery. The judges recall that failure to provide information, including very exceptional risks, asserts in itself the physician's responsibility and allows financial reparation for patients. In accordance with this decision, a new jurisprudence in medical responsibility is born.

Mots clés:
dysfonction érectile / Consentement éclairé / Responsabilité professionnelle
Mots-clés:
Erectile dysfunction / Informed consent / Professional responsibility
Les accidents de la circoncision à Yaoundé, Cameroun : à propos de cinq observations cliniques
Circumcision accidents in Yaoundé, Cameroon: A report on five cases
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 63-66

Matériel et méthodes : Sur une période de deux mois (de juillet à août 2007), cinq accidents de circoncision ont été colligés et traités chez l’enfant dans le service de chirurgie pédiatrique de l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé.
Résultats : L’âge moyen des enfants était de 7,75 ans avec des extrêmes allant de quatre à dix ans. Les types anatomocliniques se résumaient en hémorragie (1 cas), balanite (1 cas), amputation du gland (1 cas), et fistule urétrale (2 cas).
Conclusion : Cette étude souligne le caractère plus rituel que thérapeutique de la circoncision dans notre contexte. Elle rend compte de ce que la circoncision par ses accidents éventuels, réalise un acte chirurgical à part entière qui interpelle en premier lieu le chirurgien pédiatre, sa pratique par les autres personnels médicaux ou les tradithérapeutes devant être contrôlée.

Material and method: Within a period of two months, (from July to August 2007), five accidents resulting from circumcisions were recorded in the pediatric surgical unit of Gynaeco-Obstetric and Paediatric Hospital Yaoundé.
Results: Average age was 7.75 years within a range of 4–10 years. Anatomic/clinical pathologies recorded were: (a) one case of haemorrhage; one case of balanitis; (b) one case of amputation of the glans penis and (d) two cases of urethral fistula.
Conclusion: This study brings out the ritualistic nature of circumcision rather than its therapeutic approach. Knowing fully the impact of accidents arising from the act of circumcision, there is no doubt that circumcision is entirely a surgical procedure requiring primarily the services of a paediatric surgeon. Its practice by other health care personnel like wise tradi-practioners should be under strict control.

Mots clés:
Accidents de circoncision / Enfant / Afrique
Mots-clés:
Circumcision accidents / Infancy / Africa
Prise en charge des nodules testiculaires dans une population de patients infertiles
Management of testicular lesions in a population of infertile patients
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 45-52

Introduction : Les anomalies du parenchyme testiculaire et les cancers du testicule sont plus fréquents chez les patients infertiles, ce qui conduit à recommander la réalisation d’une échographie testiculaire systématique.
Méthodes : Il s’agit d’une étude clinique rétrospective reprenant tous les patients ayant subi une orchidectomie totale ou partielle, de janvier 2000 à juillet 2010, pour lésion testiculaire découverte au cours d’un bilan d’infertilité. Les données du bilan, le type de chirurgie et les résultats anatomopathologiques ont été relevés.
Résultats : Quarante-cinq lésions testiculaires ont été opérées. La majorité des tumeurs (80 %) était non palpable, de découverte échographique. Le geste opératoire a consisté dans huit cas en une orchidectomie partielle, et dans 37 cas en une orchidectomie élargie. Une analyse anatomopathologique extemporanée a été réalisée dans 13 cas, et a conduit à deux orchidectomies élargies. L’analyse anatomopathologique a mis en évidence 33 (73,3 %) lésions bénignes (11 hyperplasies leydigiennes, 17 tumeurs à cellules de Leydig, cinq nodules à cellules de Sertoli) et dix (22,2 %) lésions malignes (neuf séminomes et un tératome mature). Toutes les lésions découvertes dans le cadre d’un syndrome de Klinefelter (n = 10) étaient bénignes.
Conclusion : La majorité des lésions testiculaires non palpables de découverte échographique au cours d’un bilan d’infertilité était bénigne. Il paraît licite de discuter une prise en charge conservatrice dans ce contexte, permettant de préserver la fonction endocrine et la fertilité des patients, tout en étant satisfaisant sur le plan carcinologique.

Introduction: Testicular parenchyma abnormalities and testis cancers are more frequent in infertile men, hence the guidelines recommending a systematic scrotal ultrasound.
Methods: A retrospective review of all patients treated with total or partial orchidectomy, from January, 2000 to July, 2010, for a testicular lesion discovered during an infertility evaluation work-up. Physical, examination data, type of surgery and pathological results were reported.
Results: Forty-five patients were treated. The majority of tumors (80%) were non palpable, and incidentally discovered with scrotal ultrasonography. Eight cases were partial orchidectomies, and 37 cases were radical orchidectomies. A frozen section examination was performed in 13 cases, and led to two radical orchidectomies. Standard histological examination revealed 33 (73.3%) benign lesions (11 Leydig cell hyperplasias, 17 Leydig cell tumors, five Sertoli cell tumors) and 10 (22.2%) malignant lesions (nine seminomas and one teratoma). Ten patients had a Klinefelter syndrome, for whom all the lesions were benign.
Conclusion: The majority of non-palpable testicular lesions, discovered by ultrasonography in a population of infertile men were benign tumors. Conservative management in this context appears to be an option, to preserve the endocrine function and the fertility of these patients, while being ontologically safe.

Mots clés:
Infertilité masculine / testicule / Cancer du testicule / Tumeur à cellules de Leydig / échographie
Mots-clés:
Male infertility / Testis / Testicular neoplasms / Leydig cell tumor / ultrasonography
Radiochimiothérapie pour le traitement des cancers de vessie infiltrant le muscle : modalités, surveillance et résultats. Mise au point du comité de cancérologie de l’Association française d’urologie
Chemoradiotherapy for muscle-invasive cancer: Methods, surveillance and results. An update from the committee of cancer from the French National Association of Urology
2011
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 13-16

La cystectomie radicale est le traitement de référence des cancers infiltrants de vessie non métastatiques. Des stratégies de conservation du réservoir vésical peuvent être discutées dans des cas sélectionnés. Leurs buts sont de garantir un contrôle local et une survie identiques à ceux de la cystectomie radicale, en conservant une vessie fonctionnelle et une bonne qualité de vie. Le candidat idéal à un traitement conservateur de la vessie est un patient avec une petite tumeur, de stade T2 pour laquelle une résection endoscopique complète de la tumeur vésicale est réalisable, qui n’est pas associée à un carcinome in situ et sans hydronéphrose. Les taux de survie à cinq ans et à dix ans sont approximativement de 50 % et 35 % et sont comparables à ceux obtenus après cystectomie. Environ 80 % des survivants préservent leur vessie et, parmi ceux-ci, 75 % ont une vessie fonctionnelle.

Radical cystectomy is the treatment of choice for non-metastatic, muscle infiltrating bladder cancer. However, bladder-sparing approaches can be discussed in carefully selected patients. Bladder-preservation protocols aim to guaranty local control and survival with a functional bladder and a good quality of life. The ideal candidate for bladder-preservation therapy is a patient with a small tumor, stage T2, in whom a complete trans-urethral resection of the bladder tumor is achievable, who has no associated carcinoma in situ or hydronephrosis, and who is medically fit to receive chemotherapy. The 5- and 10-year survival rates for muscle-invasive tumors are approximately 50% and 35%, comparable to the results achievable with cystectomy. Approximately 80% of long-term survivors will preserve a native bladder, and approximately 75% of them will have a normal-functioning bladder.

Mots clés:
Cancer de vessie / Traitement conservateur / radiothérapie / Chimiotherapie / Radiochimiothérapie
Mots-clés:
Bladder cancer / Conservative treatment / Radiation therapy / Chemotherapy / Radiochemotherapy
Traitement médical de l’hyperplasie bénigne de la prostate : revue de littérature par le CTMH/AFU
Benign prostatic hyperplasia medical treatment: Systematic review of the literature by the CTMH/AFU
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 7-12

Introduction et objectifs : Le traitement médical des symptômes du bas appareil urinaire en rapport avec une hyperplasie bénigne de prostate (SBAU-HBP) a beaucoup évolué ces dernières années avec l’apparition de nouvelles molécules et l’utilisation de molécules plus anciennes jusque là contre-indiquées. L’objectif de cette revue est de faire une mise point sur l’état actuel des connaissances concernant le traitement médical des SBAU-HBP en reprenant les données des principales études randomisées publiées ces dernières années.
Patient et méthode : Une revue systématique de la littérature scientifique a été réalisée à partir de la base de données PubMed. La recherche a été effectuée entre 1990 et 2011 avec les mots clés suivants : « benign prostatic hyperplasia » et « medical therapy ». Une littérature extrêmement riche a été analysée pour ne retenir que les publications de niveau de preuve 1 et 2. Ces publications ont été analysées en détails et les 30 références les plus informatives ont été retenues pour servir de base à la rédaction de cet article.
Résultats : De nombreuses thérapeutiques médicales ont fait l’objet d’études randomisées pour le traitement des SBAU-HBP. En particulier, les anti-muscariniques, jusque là contre-indiqués, ont fait la preuve de leur efficacité et de leur bonne tolérance lorsque les troubles de la phase de remplissage prédominent sur les troubles de la phase de vidange. Les associations d’alpha-bloquants avec les inhibiteurs de la 5-alpha réductase (5-ARI), mais également avec les anti-muscariniques et les inhibiteurs de la PDEF-5 ont été évaluées et peuvent désormais être proposées en pratique clinique.
Conclusion : Des essais cliniques randomisés permettent de considérer de nouveaux types de traitements médicaux dans la prise en charge médicale des SBAU-HBP. En 2011, la prise en charge médicale de l’HBP peut être plus individualisée et adaptée à la symptomatologie, aux antécédents et aux attentes des patients.

Introduction and objectives: The medical treatment of lower urinary tract symptoms related to benign prostatic hyperplasia (LUTS-BPH) has dramatically evolved within the last years: new drugs have been commercialized and others that used to be contra-indicated may now be prescribed. Our objective was to provide with an updated review of the scientific literature on the medical treatment of LUTS-BPH.
Patient and method: A systematic review of the most recent scientific literature was performed. The query was addressed to the PubMed database using the following keywords: “benign prostatic hyperplasia” and “medical treatment”. A very large amount of publications, from year 1990 until 2011, were reviewed to select the publications with level of evidence 1 and 2. These publications were analysed and the 30 most relevant were selected to serve as references for this article.
Results: There are many randomized clinical trials in the field of LUTS-BPH medical treatment. Recently, anti-muscarinic agents have been assessed and have proven their efficacy and tolerance as long as the storage symptoms are predominant over the voiding symptoms. Combination therapies using alpha-blockers and 5-alpha reductase (5-ARI) inhibitors, but also anti-muscarinic agents and PDEF-5 inhibitors may also be prescribed depending on the patient’ complaint.
Conclusion: The publication of recent randomized clinical trials allows the urologists to use new drugs and new combination therapies in the medical treatment of LUTS-BPH. In 2011, the medical treatment decision-making may better integrate the patient’ complaint and medical history.

Mots clés:
Hyperplasie bénigne de prostate / traitement médical
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Medical treatment
Tumeur de Buschke-lowenstein associé à un mélanome scrotal. À propos d’un cas
Buschke-Lowenstein tumor associated to scrotal melanoma. A case report
2011
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 70-72

La tumeur de Buschke-Lowenstein (TBL) ou le condylome acuminé géant (CAG) est une entité clinique rare, représente moins de 0,1 % de la population générale. Elle est d’origine virale, transmise essentiellement par voie sexuelle, caractérisée par un un fort pouvoir récidivant et un potentiel dégénératif élevé. Nous avons rapporté l’observation d’un patient hospitalisé en 2006 au service d’urologie pour le traitement chirurgical d’une TBL périnéosrotale et dont l’étude histologique a mis en évidence une TBL associé à un mélanome périnoscrotal. Cette association particulière n’a jamais été rapportée dans la littérature. Notre objectif à travers cette observation a été de discuter les aspects cliniques et pathologiques des deux entités et rapporter les résultats récents des études de biologie moléculaire pouvant expliquer cette association particulière.

Buschke-Lowenstein tumour (BLT) is a giant condyloma acumina, which is rare entity and represents only 1% of all populace. It is a rare viral disease, essentially transmitted by sexual intercourse, characterized by a potential for malignant transformation, invasion and recurrence after treatment. We report a case of BLT associated with perinea-scrotal melanoma. This association was never described in the literature. The purpose of our case report is to discuss the clinical and pathological appearances of these two entities and to outline the recent studies of molecular biology, which can explain this association.

Mots clés:
Tumeur de Buschke-Lowenstein / Mélanome scrotal / HPV / biologie moléculaire
Mots-clés:
Buschke-Lowenstein tumour / Perinea-scrotal melanoma / HPV / molecular biology