Base bibliographique

Anastomose pyélo-urétérale, pour sténose de l’uretère du transplant, par voie coelioscopique avec assistance robotique
Pyelo-ureteral anastomosis, for stenosis of the kidney transplant ureter, by laparoscopic approach with robotic assistance
2018
- Lettre à la rédaction
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 557-559, suppl. 12

Mots clés:
Anastomose pyélo-urétérale / Sténose urétérale / Transplant rénal / laparoscopie / Assistance robotique
Mots-clés:
Pyelo-ureteral anastomosis / ureteral stenosis / Kiney transplant / Laparoscopic approach / Robotic surgey
Association between phosphodiesterase type 5 inhibitors and prostate cancer: A systematic review
Association inhibiteurs de la Phosphodiestérase type 5 et cancer de la prostate : revue systématique de la littérature
2018
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 560-566, suppl. 12


Introduction


Mots clés:
PDE5 inhibitors / prostate cancer / radical prostatectomy / Inhibiteurs de la Phosphodiesterase type 5 / Cancer de la prostate
Mots-clés:
Fouad / Amine / Al Hajj Obeid / Simone / Grégoire
Dérivations urinaires continentes trans-conduit selon Mitrofanoff chez l’enfant : suivi à long terme et complications spécifiques
Appendicovesicostomy (Mitrofanoff procedure) in children: Long-term follow-up and specific complications
2018
- Urologie pédiatrique
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 575-581, suppl. 12


Buts

Chez l’enfant, le cathétérisme vésical intermittent (CI) par une cystostomie continente trans-conduit (CCTC) selon Mitrofanoff est une alternative à la voie urétrale. L’objectif de l’étude était d’évaluer le taux de complications spécifiques de ces CCTC.


Méthode

Ont été recueillies de façon rétrospective les données concernant l’ensemble des enfants opérés et suivis pour une CCTC dans un centre hospitalier universitaire, entre 1997 et 2017. Les différentes complications chirurgicales rencontrées spécifiquement sur la CCTC, leur délai de survenue, leur fréquence et les différentes réinterventions chirurgicales nécessaires ont été rapportées.


Résultats

Trente-quatre patients ont été opérés et suivis pendant une médiane de 6,2 ans [0,3–24]. Cinquante pour cent ont eu une complication, survenant à une médiane de 8 mois postopératoires et 38 % ont nécessité au moins une réintervention chirurgicale. En cas de complication, un ajustement du traitement médical et des CIP était suffisant chez 12 % des patients, un geste endoscopique ou une chirurgie sus-aponévrotique était nécessaire dans 17 % des cas et une réintervention sous-aponévrotique dans 21 % des cas. Le délai médian de survenue d’une complication après la création ou après réintervention sur la CCTC était de 4 mois [1–90]. On rapportait 38 % de difficultés de sondage, dont 46 % de sténoses sus- ou sous-aponévrotiques. On retrouvait 18 % d’incontinence urinaire inaugurale, et seulement 9 % en cas d’utilisation de l’appendice. À terme, 97 % des CCTC étaient continentes.


Conclusions

La CCTC reste une intervention à haut risque de complications et de réinterventions postopératoires avant d’obtenir un conduit fonctionnel, sans incontinence urinaire ni difficultés de cathétérisme.


Niveau de preuve

4.


Objective

In children, intermittent catheterization by appendicovesicostomy according to Mitrofanoff is an interesting alternative to the urethral approach. Objective of the study was to evaluate the rate of appendicovesicostomy's specific complications.


Method

From 1997 to 2017, data on children treated and followed for an appendicovesicostomy in an academic institution were collected retrospectively. Rates of surgical complications specifically encountered on appendicovesicostomy, time of onset, frequency, and necessity of surgical reinterventions have been reported.


Results

Thirty-four patients were operated on and followed for a median of 6.2 years [0.3–24]. Fifty percent had a complication, occurring after a median of 8 months [2–90], and 38% required at least one surgical revision. If complication occurred, adjustment of medical treatment and intermittent catheterization was effective in 12% of patients, endoscopic or over-fascial surgery was necessary in 17% of cases, and under-fascial revision in 21% of cases. Median time to complication was 4 months [1–90] after creation or revision of appendicovesicostomy. Thirty-height percent of difficult channel catheterization were reported, of which 46% were over or under-fascial stenosis. Inaugural urinary incontinence was 18%, and only 9% if using the appendix. At the end, 97% of appendicovesicostomy were continent.


Conclusions

Appendicovesicostomy is a high risk of complications and postoperative revisions surgery, in order to have a functional continent channel.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Cystostomie / Mitrofanoff / Enfant / Résultat thérapeutique
Mots-clés:
appendicovesicostomy / urinary diversion / child / treatment outcome
Long-term renal outcome in infants with congenital lower urinary tract obstruction
Pronostic rénal à long terme des enfants présentant une obstruction sous-vésicale congénitale
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 596-602, suppl. 12


Introduction


Mots clés:
Lower urinary tract obstruction (LUTO) / Congenital anomalies of the kidney and the urinary tract (CAKUT) / Posterior urethral valves / Paediatric urology / Paediatric nephrology
Mots-clés:
N. / I. / O. / V. / C.
Néphrectomie partielle pour tumeur de plus de 7 cm : morbidité, résultats oncologiques et fonctionnels (UroCCR-7 study)
Partial nephrectomy for renal masses > 7 cm: Morbidity, oncological and functional outcomes (UroCCR-7 study)
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 588-595, suppl. 12


Objectifs

Décrire la morbidité, la mortalité, les résultats carcinologiques et fonctionnels après néphrectomie partielle (NP) pour la prise en charge des tumeurs rénales de plus de 7cm.


Matériel et méthodes

Trente-sept néphrectomies partielles pour tumeurs de plus de 7cm opérées en monocentrique entre 1987 et 2016 ont été analysées rétrospectivement. Les données clinico-biologiques et pathologiques étaient recueillies au sein de la base UroCCR. L’évaluation fonctionnelle était réalisée en comparant le débit de filtration glomérulaire (DFG) préopératoire à celui de j5, 1 mois et au dernier suivi. Les complications chirurgicales, les taux de récidive locale et de progression ainsi que la mortalité globale et spécifique ont été également évalués.


Résultats

L’âge moyen des patients était de 57 ans (44–68). Le DFG préopératoire et la taille tumorale médians étaient respectivement de 80mL/min et 8cm. L’indication opératoire était élective pour 21 patients (60 %) et 19 tumeurs (54 %) étaient malignes. Neuf complications postopératoires (24,3 %) ont été rapportées. Les DFG médians étaient respectivement de 77mL/min, 80mL/min et 77mL/min à j5, 1 mois et au dernier suivi. Avec un suivi médian de 31 mois (1–168), 5 patients (26,3 %) présentaient une progression métastatique dont 1 (5,3 %) associée à une récidive locale et 3 (15,8 %) étaient décédés suite à leur cancer.


Conclusion

Cette série confirme la faisabilité de la NP pour des tumeurs de gros volume avec une morbidité chirurgicale acceptable, un risque de récidive locale limité et une excellente préservation de la fonction rénale.


Conclusion

Cette série confirme la faisabilité de la NP pour des tumeurs de gros volume avec une morbidité chirurgicale acceptable, un risque de récidive locale limité et une excellente préservation de la fonction rénale.


Niveau de preuve

4.


Objectives

To describe the morbidity, mortality, oncological and functional results of Partial nephrectomy (PN) for the treatment of renal tumors of more than 7cm.


Material and methods

Thirty-seven partial nephrectomies for tumors larger than 7cm operated in a single center between 1987 and 2016 were analyzed retrospectively. The pre, per and postoperative clinico-biological data were collected within the UroCCR database. The GFR was assessed at day 5, 1 month and last follow-up. Intraoperative and postoperative surgical complications, the recurrence rate and the overall and specific mortality were collected.


Results

The mean age of the patients was 57 years (44–68). The preoperative GFR and the median tumor size were 80mL/min and 8cm, respectively. The indication for surgery was elective in 21 cases (60%) and 19 tumors (54%) were malignant. Postoperative complications occurred in 24,3 cases (24.3%). The median post-operative GFR was respectively 77mL/min, 80mL/min and 77mL/min at day 5, 1month and at last follow-up. With a median follow up of 31 months [1–168], 5 patients (26,3%) had metastatic progression of whom 1 (5.3%) had a concomitant local recurrence and 3 (15.8%) had died from cancer.


Conclusion

This study confirms the feasibility of PN for large tumors with acceptable morbidity, limited risk of local recurrence and excellent functional results.


Level of evidence

4.

Mots clés:
cancer du rein / Tumeur du rein / Néphrectomie partielle / Fonction rénale
Mots-clés:
Kidney cancer / Kidney tumor / partial nephrectomy / Renal function
Pièce opératoire ypT0N0 après séquence chimiothérapie néo-adjuvante – cystectomie pour TVIM : épidémiologie et impact pronostique. Une mise au point du CCAFU Vessie
ypT0N0 after neoadjuvant chemotherapy and cystectomy for muscle-invasive bladder cancer: Incidence and prognosis. A review from the Bladder group of the French Committee of Oncology
2018
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 567-574, suppl. 12


Introduction

La chimiothérapie néo-adjuvante (CNA) est recommandée pour les tumeurs de vessie infiltrant le muscle localisé chez les patients éligibles au cisplatine. Localement, une réponse pathologique complète peut être observée (stade ypT0N0 sur la cystectomie). Cet article fait le point sur la fréquence des ypT0N0 après CNA, l’impact sur le pronostic et l’évolution du cancer.


Méthode

Une revue analytique et narrative de la littérature a été réalisée en utilisant le moteur de recherche Pubmed, sans limite de date, en sélectionnant les articles sur l’association de mots clés suivante : « Bladder cancer » (Mesh) AND « Neoadjuvant chemotherapy » (Mesh) AND « pT0 » (Mesh).


Résultats

Le taux de ypT0N0 après CNA varie de 9 à 46 % selon les séries, ce qui est nettement supérieur aux taux rapportés sans traitement néo-adjuvant. Cette fréquence varie selon le protocole de chimiothérapie réalisé (effet local maximal avec les sels de platine) et de l’histologie. L’analyse moléculaire des tumeurs aurait également un intérêt pour identifier des profils de répondeurs à la CNA. L’absence de résidu tumoral (ypT0N0) est significativement associée à une meilleure survie sans récidive et survie globale. Néanmoins, le taux de récidive n’est pas nul, de l’ordre de 10 à 15 % à 5 ans. Plusieurs facteurs prédictifs de réponse à la CNA sont en cours d’évaluation.


Conclusion

La fréquence des ypT0N0 après CNA est de l’ordre de 25 %, soit une fréquence augmentée d’un facteur 4,3 par rapport à la résection seule. Leur pronostic est supérieur à celui des ypT≥2 et équivalent à celui des pT0 sans traitement néo-adjuvant.


Introduction

Neoadjuvant chemotherapy (NAC) is recommended for localized muscle-invasive bladder cancer when patients are fit for cisplatin-based chemotherapy. A pathological complete response can be observed, corresponding to ypT0N0 stage on the radical cystectomy specimen. This review discusses the incidence, prognosis and potential therapeutic impact of complete response on pathological specimen in NAC treated patients.


Methods

A comprehensive review of the literature was conducted using Medline database, with no time frame. The articles were selected using the following keywords association: “Bladder cancer” (Mesh) AND “Neoadjuvant chemotherapy” (Mesh) AND “pT0” (Mesh).


Results

After NAC, ypT0N0 rates vary from 9 to 46% among the series, reported rates that are higher compared to those of pT0 without NAC administration. The incidence depends on the chemotherapy regimen (maximal local effect with cisplatin-based chemotherapy) and the pathological type of the disease (presence of variant histologies). Molecular analyses of bladder cancer could probably help in the near future to identify and predict NAC responders. Pathological complete response is associated with a favorable prognosis in terms of recurrence-free and overall survival. Nevertheless, disease recurrences are still observed in 10–15% of cases, which underlies the importance of local treatment and close follow-up even in these patients.


Conclusion

ypT0N0 rate is approximately 25% after NAC, that is 4.3 higher than after bladder resection alone. The prognosis is better than that with residual tumor on specimen and is comparable to that of pT0 without NAC administration.

Mots clés:
MeSH / Cancer de la vessie / Chimiotherapie / Pronostic / Survie
Mots-clés:
MeSH / bladder cancer / chemotherapy / prognosis / survival
Risk factors for systemic inflammatory response syndrome after percutaneous nephrolithotomy
Facteurs de risque du syndrome de réponse inflammatoire systémique après néphrolithotomie percutanée
2018
- Article du mois
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 582-587, suppl. 12


Introduction


Mots clés:
PCNL / SIRS / risk factor / Preoperative urinary sediment microscopy / WBC
Mots-clés:
Z. / F. / H. / Y. / G.
Traitement focal par HIFU versus prostatectomie radicale robot-assistée pour cancer de la prostate localisé : résultats carcinologiques et fonctionnels à 1 an
Focal HIFU vs robot-assisted total prostatectomy: Functionnal and oncologic outcomes at one year
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 12, 28, 603-610, suppl. 12


Objectif Comparer les résultats fonctionnels et carcinologiques à 1 an d’un traitement focal par HIFU et par prostatectomie totale (PT) pour cancer localisé de la prostate (CaP) localisé.


Patients et méthodes

Étude rétrospective monocentrique de 2008 à 2014 comparant, par un score de propension, deux cohortes de patients ayant un CaP de stade clinique T1-T2, de score de Gleason 3+4=7 et un PSA<15ng/mL, l’une traitée par HIFU focal (groupe HIFU-F) et l’autre par prostatectomie totale robot-assistée (groupe PT). Le critère de jugement principal était un « trifecta » défini par l’absence de fuite urinaire, une fonction érectile permettant un rapport sexuel sans traitement et un PSA négatif avec marges chirurgicales négatives (groupe PT) ou des biopsies négatives (groupe HIFU-F).


Résultats

Les 53 patients inclus dans le groupe HIFU et les 66 dans le groupe PT étaient comparables en terme de : PSA initial, le groupe de D’Amico, la continence et la fonction érectile mais différaient par l’âge, le volume prostatique, la longueur de cancer et le Gleason initial. Il n’existait pas de différence significative sur le taux de complications. En analyse multivariée avec score de propension, le « trifecta » était en faveur du groupe HIFU (OR=8,3, p =0,005).


Conclusion

L’analyse par score de propension à un an retrouvait de meilleurs résultats fonctionnels après HIFU focal qu’après prostatectomie totale robot-assistée, réalisée en début d’expérience chirurgicale. Une évaluation à long terme par un critère de jugement commun est nécessaire pour juger de l’équivalence oncologique des deux techniques.


Niveau de preuve

3.


Objective

To analyse the functional and oncologic outcomes at one year of focal therapy with HIFU compared with total prostatectomy in patients with localised prostate cancer (PCa).


Patients and methods

Retrospective and monocentric study from 2008 to 2014 comparing 2 cohorts of patients with localised PCa (T1/T2 clinical stage, Gleason score≤3+4=7 and PSA<15ng/mL), one treated by focal therapy (HIFU-F group), one by robot-assisted total prostatectomy (RATP group). Primary outcome was a trifecta defined as: absence of urinary incontinence, erectile function with sexual relations without treatment, negative PSA with negative surgical margins (RATP group) or negative biopsy cores (HIFU-F group).


Results

The 53 patients included in the “HIFU-F” group and the 66 patients in the “RATP” group were similar in terms of preoperative PSA, D’Amico risk group, erectile function but were different in terms of age, prostatic volume, length of cancer, Gleason score. Complication rate was not different. In multivariate analyse with propensity score, “HIFU-F” group achieved a better trifecta score than “RATP” group (OR=8,3, p =0,005).


Conclusion

In case of low or intermediate risk localised PCa, “HIFU-F” group had better functional outcomes than initial learning curse “RATP” group, at one year. A long-term evaluation by a common endpoint is necessary to judge the oncological equivalence of both techniques.


Level of evidence

3.

Mots clés:
cancer de prostate / Thérapie focale / Ultrasons focalisés à haute intensité / Prostatectomie totale / Résultats fonctionnels
Mots-clés:
prostate cancer / Focal therapy / High intensity focused ultrasound / total prostatectomy / Functional outcomes
Anticoagulants oraux et chirurgie de l’obstruction prostatique : stopper, relayer ou poursuivre ?
Oral anticoagulants and benign prostatic obstruction surgery: Stopping, bridging or maintaining?
2018
- Truc et astuce
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F72, suppl. 3


La prise en charge chirurgicale d’une obstruction prostatique chez le patient traité par anticoagulants oraux (ACO) est complexe en raison de la balance entre le risque d’apparition d’un événement hémorragique et celui d’un événement thromboembolique. La gestion périopératoire des anti-vitamines K (AVK) repose systématiquement sur une des 3 stratégies détaillées dans les recommandations de l’HAS de 2008 : interrompre, relayer ou poursuivre. Pour les anticoagulants oraux directs (AOD), la gestion périopératoire repose sur les recommandations d’expert publiées par le groupe d’intérêt en hémostase périopératoire (GIHP) en 2015 qui préconise un arrêt des AOD sans relais. Lorsque l’arrêt des ACO est possible, toutes les techniques chirurgicales et les sources d’énergies sont utilisables. Lorsqu’un relais périopératoire par héparine est nécessaire, notamment, chez le patient porteur d’une valve cardiaque mécanique, de nombreuses publications suggèrent l’utilisation des lasers en raison de leur propriété hémostatique. Si la chirurgie transurétrale de l’obstruction prostatique sans interruption des ACO a été rapportée, les niveaux de preuves des études récemment publiées sont encore trop faibles pour modifier les recommandations actuelles.


The surgical management of prostatic obstruction in patients treated with oral anticoagulant (ACO) is complex due to the balance between the risk of occurrence of some haemorrhagic and thromboembolic events. The perioperative management of Vitamin K Antagonist (VKA) systematically relies on one of these 3 strategies detailed in the recommendations released by the High French Authority of Health in 2008: interrupt, relay or continue. For direct oral anticoagulant (AOD), the perioprative management relies on expert recommandations published by the Perioperative Haemostasis Group of Interest in 2015 who proposes to stop AOD without relaying. When stopping ACOs is possible, all surgical techniques and energy sources can be used. When a perioperative relay by heparin is needed, especially in the patient with a mechanical heart valve, many publications have suggested the use of lasers because of their haemostatic properties. If transurethral surgery of prostatic obstruction without ACO interruption has been reported, the level of evidence of recently published studies are still too low to alter current recommendations.

Mots clés:
Anticoagulants / Hyperplasie bénigne de prostate / Laser
Mots-clés:
Anticoagulant / Begnin prostatic hyperplasia / Laser
Biopsies ciblées de la prostate par fusion échographie-IRM : quel dispositif choisir en 2018 ?
MRI-TRUS fusion guided targeted prostate biopsies: Which device in 2018?
2018
- Le point sur...
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F66, suppl. 3


Objectifs

Les progrès de l’imagerie et l’avènement de l’IRM multiparamétrique ont rendu possible la définition de cibles et la réalisation de biopsies ciblées de la prostate. Celles-ci peuvent être réalisées selon différentes méthodes. Les objectifs de ce travail étaient de faire le point sur les techniques de fusion échographie-IRM et les dispositifs disponibles en 2018.


Méthodes

Une revue ciblée de la littérature a été réalisée afin de relever les différents dispositifs disponibles. Les industriels ont été ensuite contactés en cas de besoin pour préciser les informations manquantes. Nous nous sommes attachés à décrire le mode de fonctionnement de chaque dispositif ainsi que ses avantages et inconvénients.


Résultats

La fusion cognitive suppose une courbe d’apprentissage et une expertise importante. Elle est limitée par le risque d’erreur important qu’elle engendre et l’absence de contrôle qualité. Les systèmes disponibles peuvent être classés selon la méthode utilisée pour le ciblage des zones suspectes : suivi de la sonde, de la biopsie, de la prostate et de la biopsie. Les dispositifs suivant la sonde sont les moins onéreux, modifient peu les pratiques et permettent un guidage temps réel, au prix d’une précision moindre. Les dispositifs suivant la biopsie et la prostate offrent une précision de l’ordre de 3–4 mm en permettant de prendre en compte les déplacements de la prostate, au prix d’un coût plus important et d’une durée opératoire plus longue. Les biopsies peuvent être réalisées par voie transrectale ou transpérinéale selon les dispositifs.


Conclusion

Les progrès de l’imagerie prostatique actuels et à venir et le développement des traitements focaux sont en voie de faire des biopsies prostatiques ciblées une étape incontournable dans la prise en charge initiale du cancer de prostate. Le marché des dispositifs de fusion est en plein développement et permet actuellement de faire un choix en mettant dans la balance précision, coût, modification des pratiques et durée opératoire.


Objectives

The progress in imaging methods and the advent of multiparametric MRI allowed the definition of targets and the performance of targeted prostate biopsies. Various targeting methods can be used. The aims of this work were to review the MRI-fusion techniques and devices available in 2018.


Methods

A targeted review of the literature was performed to pick out available devices. Suppliers were then contacted when needed to provide missing information. We describe for each device the method of fusion used, advantages and drawbacks.


Results

Cognitive fusion requires a significant learning curve and expertise. Its use is limited by a maximal risk of error and the absence of quality control. Available MRI-ultrasonography fusion devices can be classified according to the targeting strategy used: tracking of the probe, of the biopsy, of both the prostate and the biopsy. Probe-tracking devices are less expensive, require almost no modification to the usual protocol and allow for live tracking, at the cost of a decreased precision. Biopsy and/or prostate-tracking devices offer a precision around 3–4 mm by taking into account the displacement and deformation of the prostate, at a higher cost and with increased operating time. Biopsies can be performed by a transrectal or transperineal approach, depending on the device used.


Conclusion

Thanks to the current and expected progress of prostatic imaging methods and the development of focal therapy, targeted prostate biopsies are becoming an inavoidable step in the initial management of prostate cancer. The market of fusion devices is growing steadily and allows a selection taking into account precision, cost, modification of the usual protocol and operating time.

Mots clés:
cancer de prostate / Diagnostic / Biopsies ciblées / IRM / Fusion d’images
Mots-clés:
prostate cancer / Diagnosis / Targeted biopsies / MRI / image fusion
Chirurgie carcinologique urologique robotique vs. ouverte : de nouvelles données issues de 2 essais randomisés de phase 3 pour le traitement du cancer de vessie et prostate
2018
- Veille bibliographique
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F89, suppl. 3


Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
Cliquer ici pour le visualiser

Mots clés:
Testostérone / Hypogonadisme / androgènes
Mots-clés:
Testostérone / Hypogonadism / Androgens
Colique néphrétique fébrile
Acute renal colic with fever
2018
- Cas clinique
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F81, suppl. 3


Présentation du cas


Mots clés:
M. / A. / A. / E. / P.
Mots-clés:
Pelvic pain / Postoperative / Sensibilization / Neuropathic / Prosthetic
Comment explorer et traiter des douleurs postopératoires après chirurgie pelvienne ?
How to explore and treat postoperative pain after pelvic surgery?
2018
- Avis d'expert
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F76, suppl. 3


La chirurgie pelvi-périnéale entraîne des risques de douleur chronique qui sont trop souvent méconnus. La chirurgie prothétique est pourvoyeuse de douleur chroniques avec en particulier les plaques de hernie, les bandelettes sous-urétrales, les prothèses pour la chirurgie du prolapsus. L’exploration est basée essentiellement sur l’anamnèse, l’interrogatoire et l’examen clinique. L’apparition des douleurs immédiatement ou quelques jours après la chirurgie est un élément clé pour imputer les douleurs au geste chirurgical. Ces douleurs sont essentiellement des douleurs neuropathiques et/ou myofasciales. Il faut aussi rechercher des signes de sensibilisation centrale avec des douleurs plus diffuses. Le traitement repose avant tout par une reprise chirurgicale pour une ablation du matériel avec une amélioration dans 2/3 des cas. En cas d’échec une prise en charge algologique plus complète avec de la relaxation musculaire en cas de douleurs myofascial et/ou une prise en charge médicale spécifique des douleurs neuropathiques et de la sensibilisation pelvienne.


Pelvic-perineal surgery induces risks of chronic pain often unappreciated. Prosthetic surgery is a source of chronic pain, in particular prosthetic mesh for hernia or prolapse, sub-urethral slings for incontinence. The exploration is based essentially on the anamnesis, the clinical reports and the clinical examination. The occurrence of pain immediately or a few days after surgery is a key point in attributing pain to the surgical procedure. The characteristics of pain are essentially neuropathic and/or myofascial. Signs of central sensitization with more diffuse pain could be also present. The treatment is based primarily on surgical revision for ablation of the mesh with an improvement in 2/3 of cases. In case of failure, algological management with muscle relaxation in case of myofascial pain and/or specific medical management of neuropathic pain and pelvic sensitization could be proposed.

Mots clés:
Douleur pelvienne / Postopératoire / Sensibilisation / Neuropathique / prothèse
Mots-clés:
Pelvic pain / Postoperative / Sensibilization / Neuropathic / Prosthetic
Comment je prescris un traitement substitutif pour hypogonadisme
How to prescribe substitution therapy for hypogonadism
2018
- Ordonnance commentée
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F86, suppl. 3


La fréquence de l’hypogonadisme masculin et l’émergence d’indication telle que le déficit androgénique lié à l’âge (DALA) ont permis d’enrichir l’arsenal thérapeutique disponible. La prescription d’un traitement hormonal substitutif doit être réservée pour les patients demandeurs et compliants. Il est également nécessaire de les informer des effets indésirables ainsi que des modalités de suivi.


The frequency of male hypogonadism and the emergence of indication such as the aged-related androgen deficit has allowed to enrich the available treatments. The prescription of a testosterone replacement therapy must be reserved for compliants patients, it is also necessary to informed them about side effects and the follow up.

Mots clés:
Testostérone / Hypogonadisme / androgènes
Mots-clés:
Testostérone / Hypogonadism / Androgens
Pour une formation médicale continue plus interactive
For a more interactive continued medical education
2018
- Éditorial
- Réf : Progrès FMC, 2018, 3, 28, F65, suppl. 3

Mots clés:
Y.
Correlation between the 1-hour and 24-hour pad test in the assessment of male patients with post-prostatectomy urinary incontinence
Relation entre les pad test 1 et 24 heures et l’adéquation des niveaux de gravite dans la incontinence urinaire post-prostatectomie
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 11, 28, 536-541, suppl. 11


Introduction


Mots clés:
Urology / Incontinence pads / Physical therapy modalities / Urinary incontinence / urologie
Mots-clés:
M. / I. / E.M. / M. / S.
Démonstration neurophysiologique d’un réflexe périnéo-vésico-sensitif inhibiteur
Evidence of sensory bladder inhibitor reflex
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 502-508, suppl. 10


Introduction

L’intensité du besoin mictionnel dépend de deux paramètres essentiels, le volume vésical et l’attention. S’il est bien connu que la contraction volontaire maximale des muscles périnéaux peut inhiber transitoirement le réflexe mictionnel lui-même, aucun travail ne démontre l’effet de cette contraction sur l’intensité du besoin lui-même.


Méthodes

Une étude expérimentale, prospective, ouverte, monocentrique a été menée entre mars et avril 2017. Au total, 15 sujets sans antécédent neurologique ni troubles neuro-périnéaux consultant pour constipation fonctionnelle étaient inclus. L’intensité de besoin mictionnel était évaluée via un urgentomètre électronique. Une consigne de contraction contrôle des muscles thénariens de la main dominante était comparée à une contraction volontaire du sphincter anal externe lors d’un besoin urgent (B3), contractions vérifiées électromyographiquement. Le critère d’évaluation principal était la comparaison entre la différence de score d’échelle visuelle analogique intensité du besoin avant (EVA-base) et après effort de contraction contrôle (EVA-pouce) lors d’un B3 versus le même index (EVA-base puis EVA-anal après contraction du sphincter anal externe) lors d’un nouveau B3. La comparaison des capacités vésicales fonctionnelles (CVF) mesurées après chaque enregistrement était le critère d’évaluation secondaire. L’analyse statistique était faite par un test des rangs signés de Wilcoxon.


Résultats

L’EVA intensité du besoin était significativement diminuée (−13,14±12 vs −1,5±6 ; p =0,03) et la CVF significativement augmentée (502,43±96,71mL vs 435,78±125,54mL ; p =0,02) après une contraction périnéale comparativement à la contraction contrôle des muscles de la main.


Conclusion

Cette étude suggère l’existence d’une inhibition des voies sensitives mictionnelles par la contraction périnéale via un réflexe périnéo-vésico-sensitif inhibiteur.


Niveau de preuve

3.


Introduction

Need to void level depends on two parameters, bladder volume and attentional process. If it is well known that the maximum voluntary contraction of the perineal muscles may transiently inhibit the micturition reflex itself, no work demonstrates the effect of this contraction on the intensity of the need itself.


Methods

An experimental, prospective, open, monocentric study was conducted between March and April 2017. In total, 15 subjects with no neurological history or neuro-perineal disorders consulting for functional constipation were included. Need to void level was evaluated by means of an electronic urgentometer. A control contraction of the dominant hand muscles was compared to a voluntary contraction of the external anal sphincter during a strong desire to void (B3). These contractions were recorded by means of surface electromyography. The main evaluation criterion was the comparison between the difference in visual analogic scale of the desire to void before (VAS-base) and after control voluntary contraction (VAS-hand) versus the same index (BAS-base then VAS-anal) after contraction of the external anal sphincter during a new B3. The comparison of maximum bladder capacities (MBC) measured after each record was the secondary endpoint. Wilcoxon signed rank test was used for statistical analysis.


Results

Voiding desire VAS decreased significantly (−13.14±12 vs −1.5±6; P =0.03) and MBC increased significantly (502.43±96.71mL vs 435.78±125.54mL; P =0.02) after anal compared to control contraction.


Conclusion

This study suggests the existence of sensitive pathways inhibition by perineal contraction through a sensitive perineo-vesical inhibitory reflex.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Réflexe périnéo-vésico-sensitif inhibiteur / Syndrome d’hyperactivité vésicale / Urgentomètre / Rééducation périnéale
Mots-clés:
Sensitive perineo-vesical inhibitory reflex / Pelvic floor training / Overactive bladder / Urgeometer
Dysfonction sexuelle féminine et sclérose en plaques : étude cas-témoins
Female sexual dysfunction and multiple sclerosis: A case-control study
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 11, 28, 530-535, suppl. 11


Objectifs

Évaluer la sexualité chez une population de femmes tunisiennes atteintes de sclérose en plaques en les comparant à des femmes témoins et déterminer les éventuels facteurs associés aux dysfonctions sexuelles chez ces patientes.


Sujets et méthodes

Il s’agit d’une étude cas-témoins, descriptive et analytique. Vingt-six femmes atteintes de sclérose en plaques ont été comparées à 26 femmes témoins appariées selon l’âge et le niveau socioéconomique. Le degré de l’incapacité physique était mesuré par l’échelle Expanded Disability Status Scale (EDSS). L’évaluation de la sexualité était effectuée à l’aide du Female Sexual Function Index (FSFI) et de la dépression par l’inventaire abrégé de dépression de BECK (BDI-SF).


Résultats

La dysfonction sexuelle était significativement plus fréquente chez les patientes atteintes de sclérose en plaque (69,2 %) comparativement aux témoins (26,9 %) (p =0,002). Le désir sexuel, l’excitation et l’orgasme étaient les phases sexuelles les plus altérées dans notre étude. L’étude analytique montrait que le score moyen global du FSFI des patientes était corrélé à l’âge (r s=−0,68 ; p <0,001), à la durée du mariage (r s=−0,57 ; p =0,002), au niveau d’incapacité (r s=−0,45 ; p =0,021) et au score moyen du BDI-SF (r s=−0,51 ; p =0,008). Le score moyen du FSFI était aussi corrélé à un bas niveau d’instruction (p = 0,02) et à la présence de troubles vésicosphinctériens (p =0,04).


Conclusion

Notre étude a permis de mettre en évidence l’importance des dysfonctions sexuelles chez les femmes atteintes de sclérose en plaques. Tenir compte de cet aspect dans la prise en charge de ces patientes permettra d’améliorer leur qualité de vie.


Niveau de preuve

3.


Objectives

To compare the scores of the different dimensions of sexual function of women with multiple sclerosis to a group of control women and to identify possible factors associated with sexual dysfunction in women with multiple sclerosis.


Methods

This is a descriptive and analytical case-control study. Twenty-six women with multiple sclerosis were compared to 26 control women matched for age and socioeconomic status. The evaluation focused on demographic and clinical data. Patients with multiple sclerosis were evaluated by Expanded Disability Status Scale (EDSS) for functional status, by Female Sexual Function Inventory (FSFI) for sexual function and by Beck Depression Inventory-Short Form (BDI-DF) for severity of depression.


Results

Our results confirmed the high prevalence of sexual dysfunction among patients with multiple sclerosis (69.2%) compared to controls (26.9%) (P =0.002). Sexual desire, arousal and orgasm were the most altered sexual phases in our study. Total FSFI, and FSFI subscale scores (sexual desire, arousal, lubrication, orgasm and satisfaction) were lower in women with multiple sclerosis compared with controls. The analytical study showed that in women with multiple sclerosis, the total FSFI score was correlated with age (r s=−0.68; P <0.001), duration of marriage (r s=−0.57; P =0.002), level of disability (r s=−0.45; P =0.021) and BDI-SF score (r s=−0.51; P =0.008). FSFI score was also associated to low education level (P =0.02) and urinary dysfunction (P =0.04).


Conclusion

Our study highlighted the importance of sexual dysfunction in women with multiple sclerosis. The inclusion of this aspect in the clinical assessment will improve the quality of life of these patients.


Level of evidence

3.

Mots clés:
Dysfonction sexuelle / Femmes / sclérose en plaques / Troubles vésicosphinctériens / Dépression
Mots-clés:
Sexual dysfunction / Women / Multiple sclerosis / Urinary dysfunction / Dépression
Emptying cystometry: A feasibility and validation pilot study on female patients
Cystomanométrie de vidange : une étude pilote de faisabilité et de validation dans une population féminine
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 11, 28, 542-547, suppl. 11


Introduction


Mots clés:
Urodynamics / Urinary bladder / Overactive / Botulinum toxins / Cholinergic antagonists
Mots-clés:
C. / A. / A. / F. / J.
État des lieux de la chirurgie ambulatoire de l’obstruction sous vésicale : l’effet laser ?
Where do we stand with benign prostatic hyperplasia day-case surgery: A laser effect?
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 509-514, suppl. 10


Introduction

Décrire l’évolution de la prise en charge ambulatoire de l’OSV en France selon la technique chirurgicale employée.


Matériels et méthodes

À partir des bases du Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information (PMSI) de 2010 à 2016, une base de données spécifique (FM Pro Advanced) a été créée comprenant des patients ayant au moins 1 séjour hospitalier appartenant au Groupe homogène de malades (GHM) prostatectomies transurétrales (12C04) et ayant comme Diagnostic principal (DP) soit une hyperplasie de la prostate (N40) soit une tumeur bénigne de la prostate (D291). À partir de mars 2016 des codes plus précis ont modifié le codage CCAM : JGFE023 (résection sans laser), JGFE365 (résection laser) et JGNE171 (vaporisation laser). Cette étude compare les taux d’interventions et la durée moyenne de séjour (DMS) pour le traitement chirurgical de l’HBP de 2010 à 2016 et analyse grâce aux nouveaux codes CCAM à partir de mars 2016, l’impact des techniques laser sur les durées de séjour.


Résultats

Pour les données issues du PMSI 2010–2016, l’analyse retrouve 328 781 séjours (318 549 patients) pour la chirurgie de l’HBP dont 2,7 % (9047 séjours) en ambulatoire avec une DMS diminuant de 5,78 à 4,29jours. Le nombre de patients traités en ambulatoire a augmenté en six ans passant de 14 patients (0,03 %) en 2010 à 3035 patients (5,63 %) en 2016. Pour les données issues des 9 derniers mois de 2016, l’analyse retrouve 38 930 séjours dont 5,4 % (2104) en ambulatoire. Pour les séjours en ambulatoire, 92,7 % des patients ont été traités par une technique laser dont 47,9 % (1008) par vaporisation laser et 44,8 % (944) par résection laser, et seulement 7,1 % (151) par résection sans laser et 0,2 % (6) par résection palliative.


Conclusion

Le développement exponentiel de l’ambulatoire et la diminution des DMS dans le traitement chirurgical de l’HBP sont bien liés à l’avènement des techniques laser et devrait s’amplifier dans les années à venir.


Niveau de preuve

3.


Introduction and objectives

Despite its feasibility has been proven, Benign Prostatic Hyperplasia (BPH) day-case surgery remains uncommon. Our objective was to describe the evolution of BPH day-case surgery in France according to the surgical technique employed.


Materials and methods

We extracted data from the Information System of Medicalization Program (PMSI) including all of the hospital stays in France from 2010 to 2016. Patients belonging to the transurethral prostatectomy homogeneous group of patients (GHM 12C04) and having as a main diagnosis prostatic hyperplasia (N40) or benign prostatic tumor (D291) were included in the analysis. From March 2016, specific codes were introduced to differentiate laser surgery and other types of surgery: JGFE023 (resection without laser), JGFE365 (laser resection) and JGNE171 (laser vaporization). We described the rates of day case surgery and the average length of stay from 2010 to 2016. From March 2016 we could study the influence of laser surgery on day-case and length of stay.


Results

Regarding the all dataset analysis we found 328,781 hospital stays (318,549 patients) for BPH surgery, of which 2.7% (9047 hospital stays) were day-case. From 2010 to 2016, the lengths of stay decreased from 5.78 to 4.29 days. In the meantime, the number of day-case procedures increased from 14 patients (0.03%) to 3035 patients (5.63%). Regarding the last 9 months of 2016, we found 38,930 hospital stays including 5.4% (2104) day-cases. In total, 92.7% of day-case procedures had been performed with a laser technique, of which 47.9% (1008) were laser vaporization and 44.8% (944) were laser resection. There were only 7.1% (151.8%) of day-case procedures performed without laser.


Conclusion

The exponential development of the day-case procedures seems to be linked with the advent of laser technology. This tendency is expected to increase in the coming years according to the spreading of laser surgery.


Level of evidence

3.

Mots clés:
hyperplasie bénigne de la prostate / Laser / Ambulatoire
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Laser / Ambulatory / Day-case
Impact de la chimiothérapie néoadjuvante sur la morbidité péri-opératoire de la cystectomie pour tumeur de vessie infiltrant le muscle
Impact of neoadjuvant chemotherapy on the peri-operative morbidity of radical cystectomy for muscle invasive bladder cancer
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 495-501, suppl. 10


Introduction

La chimiothérapie néoadjuvante (CNA) à base de sels de platine est le traitement de référence avant cystectomie radicale (CR) pour tumeurs infiltrantes de vessie (TVIM). Cette étude vise à comparer la morbidité péri-opératoire entre des patients ayant reçu une CNA avant CR et des patients traités par CR seule.


Matériel et méthodes

Tous les patients consécutifs ayant été traités par CR pour TVIM dans deux centres entre le 1er janvier 2008 et 31 décembre 2015 ont été inclus rétrospectivement. Les caractéristiques cliniques, anatomopathologiques et péri-opératoires des patients traités par CNA (groupe CNA-CR) ont été comparées au groupe CR seule (groupe CR) : âge, sexe, score de Charlson, BMI, stade radiologique et clinique, complications survenant dans les 30jours post-opératoires selon le score de Clavien-Dindo, la durée d’hospitalisation, complications tardives, résultats anatomopathologiques, emboles vasculaires, marges. Tous les patients du groupe CNA-CR ont reçu entre 1 et 6cycles de chimiothérapie selon le protocole MVAC, MVAC dose dense ou cisplatine-gemcitabine. Une régression logistique a été réalisée afin d’identifier les facteurs associés à la survenue de complications péri-opératoires.


Résultats

Cent quatre-vingt-dix-neuf patients ont été inclus : 48dans le groupe CNA-CR et 151dans le groupe CR. Le taux de complications tous Clavien confondus était de 73,9 % dans le groupe CNA-CR versus 73,8 % dans le groupe CR (p =1,0). Il n’existait pas de différence significative sur la durée moyenne d’hospitalisation [19,26±7,10jours dans le groupe CNA-CR contre 20,49 ±11,86jours (p =0,5)]. En analyse multivariée, seul le score de Charlson était associé à la morbidité péri-opératoire (p =0,05), contrairement à la réalisation d’une CNA (p =0,98). Le taux de tumeurs pT0 était significativement supérieur dans le groupe CNA (50 % vs 7 %, p <0,001).


Conclusion

La CNA n’entraîne pas de sur morbidité lors de la CR. Seules les comorbidités du patient sont associées à un risque accru de complications péri-opératoires.


Introduction

Platinum-based neoadjvant chemotherapy (NAC) before radical cystectomy (RC) is the gold standard in the treatment of muscle invasive bladder cancer (MIBC). We aimed to compare the peri-operative morbidity in patients treated by NAC then RC and patients having RC alone.


Methods

Between 1st January 2008 and 31st December 2015, we retrospectively included consecutive patients undergoing RC for MIBC in 2centers. We collected clinical, pathological and peri-operative data (30day post operative complications according to the Clavien-Dindo score, delayed complications, pathological results). Patients treated by NAC (NAC-RC group) before RC were compared to patients performing RC alone. The NAC-RC group received 1 to 6cycle of high-dose MVAC, MVAC or gemcitabine-cisplatine chemotherapy. Logistic regression identified independant factors of peri-operative complications.


Results

We included 199 patients: 48in the NAC-RC group and 151in the RC group. Complications rate was 73.9% in the NAC-RC group versus 73.8% in the RC group (P =1.0). In multivariate analyses, only the Charlson score was associated with an increased risk of peri-operative complications (P =0.05). PT0 tumour rate was significantly higher in the NAC-CR group (50% vs 7%, P <0.001).


Conclusion

NAC does not increase the peri-operative morbidity of the RC. Patients’ pre operative comorbidities is the main risk factor for peri-operative complications.

Mots clés:
Chimiothérapie néoadjuvante / Cancer de vessie / Cystectomie
Mots-clés:
neoadjuvant chemotherapy / Cystectomy / bladder cancer
Incidence des troubles posturaux chez les patients souffrant d’algies pelvipérinéales chroniques
Incidence of postural disorders in patients with chronic pelvic-perineal pain
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 11, 28, 548-556, suppl. 11


Objectif

Les algies pelvipérinéales s’accompagnant souvent de douleurs musculaires du périnée et des muscles pelvitrochantériens, nous avons cherché à observer la fréquence des troubles de la posture en lien avec les muscles pelvipérinéaux chez des patients consultant pour des algies pelvipérinéales par rapport à une population témoin exempte de ces douleurs.


Méthodologie

L’étude prospective monocentrique a été menée lors de consultations d’algies pelvipérinéales dans le service d’urologie du CHU de Nantes et reposait sur 5 tests cliniques recherchant successivement la présence d’un syndrome de la charnière thoracolombaire, de syndromes myofasciaux au niveau du diaphragme pelvien, d’une instabilité pelvienne, de dysfonctions du quadrilatère pelvipédieux et d’hypertonies musculaires paravertébrales.


Résultats

Au total, 51 sujets étaient inclus dans l’étude et divisés en deux populations : 26 patients, 25 témoins. Le syndrome de la charnière thoracolombaire était retrouvé chez 28 % des patients vs 4 % des témoins (p =0,024) ; les syndromes myofasciaux étaient présents chez 68 % des patients vs 25 % des témoins (p =0,005) ; l’instabilité pelvienne concernait 76 % des patients vs 33 % des témoins (p =0,002) ; les dysfonctions du quadrilatère pelvipéritonite concernaient 96 % des patients vs 58 % des témoins (p =0,001) ; l’hypertonie musculaire paravertébrale était retrouvée bilatéralement chez 32 % des patients vs 4 % des témoins (p =0,077) et unilatéralement chez 36 % des patients vs 0 % des témoins (p =0,001).


Conclusion

Les patients présentant des douleurs pelvipérinéales chroniques présentaient de façon significative plus de troubles de la posture que les patients non douloureux. Il nous paraissait pertinent que le bilan postural soit intégré à leur examen clinique habituel.


Niveau de preuve

4.


Objective

Pelvic-perineal pain often accompanied by pain of the perineum and pelvi-trochanteric muscles, we sought to observe the frequency of postural disturbances in relation to the pelvi-perineal muscles in patients who consult for pelvic perineal pain compared to a control population free of these pain.


Material and methods

The prospective monocentric study was conducted during consultations of pelvic perineal pain in the urology department of Nantes and was based on 5 clinical tests successively looking for the presence of thoraco-lumbar hinge syndrome, myofascial syndrome in the pelvic diaphragm, pelvic instability, pelvic-pedic quadrilateral dysfunction and paravertebral muscle hypertonia.


Results

A total of 51 subjects were included in the study and divided into two populations: 26 patients, 25 controls. Thoraco-lumbar hinge syndrome was found in 28 % of patients vs 4 % of controls (P =0.024); myofascial syndromes were present in 68 % of patients vs 25 % of controls (P =0.005); pelvic instability concerned 76 % of patients vs 33 % of controls (P =0.002); the dysfunctions of the pelvic-pedic quadrilateral concerned 96 % of the patients vs 58 % of the controls (P =0.001); paravertebral muscle hypertonia was found bilaterally in 32 % of patients vs 4 % of controls (P =0.077) and unilaterally in 36 % of patients vs 0 % of controls (P =0.001).


Conclusion

Patients with chronic pelvic perineal pain had significantly more posture problems than non-pain patients. It seemed relevant to us that the postural assessment was integrated into their usual clinical examination.


Level of evidence

4.

Mots clés:
Douleur pelvienne / Douleur périnéale / Hypertonie musculaire / Douleur myofasciale / Posturologie
Mots-clés:
Pelvic pain / Perineal pain / Muscle hypertonia / Myofascial pain / Posturologie
Le delai entre biopsies de prostate et prostatectomie radicale influence-t-il le risque de recidive ?
Does the delay from prostate biopsy to radical prostatectomy influence the risk of biochemical recurrence?
2018
- Article du mois
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 475-481, suppl. 10


Introduction

L’influence de l’allongement du délai entre les biopsies de prostate et le traitement par prostatectomie radicale pour les patients présentant un cancer de prostate localisé est controversé. L’objectif de cette étude était d’établir un délai limite entre biopsies de prostate et prostatectomie radicale au-delà duquel les risques d’upgradging et de récidive biochimique seraient majorés.


Matériel et méthode

Entre janvier 2013 et janvier 2017, une analyse rétrospective des données cliniques, biologiques et histologiques de 513 patients ayant eu une prostatectomie radicale pour cancer de prostate localisé a été effectuée dans un centre unique. Le critère de jugement principal était l’évaluation du risque de récidive biochimique par la différence entre les scores post-biopsies USCF-CAPRA et post-chirurgical CAPRA-S. Le critère de jugement secondaire était l’évaluation de l’upgrading par la différence entre le score de Gleason sur biopsies et sur pièce opératoire. Les risques de récidive biochimique et d’upgrading ont été comparés par test de Student en fonction de différents délais entre biopsies prostatiques et prostatectomie radicale. Les délais les plus courts pour lesquels une différence significative était retrouvée ont été rapportés.


Résultats

Dans cette étude, 513 patients ont été inclus. L’âge médian au moment de la biopsie était de 65 ans (IQR : 60–69). Le PSA médian pré-opératoire était de 7,30ng/mL (IQR : 5,60–9,94). Le délai médian entre les biopsies et la chirurgie était de 108jours (IQR : 86–141). Pour la cohorte entière, le risque de récidive biochimique après prostatectomie radicale était significativement plus élevé au-delà d’un seuil de 90jours (p =0,039). Aucun seuil n’a été retrouvé pour les patients Gleason 6(3+3). Un seuil de 90jours a été retrouvé pour les patients Gleason 7(3+4) (p =0,038). Les patients Gleason≥8 présentait plus d’upgrading au-delà d’un seuil de 60jours (p =0,040).


Conclusion

Notre étude a montré qu’au-delà d’un délai de 3 mois, le risque de récidive biochimique après prostatectomie radicale était significativement plus élevé pour les cancers de prostate localisés. Ce délai semblait pouvoir être allongé chez les patients à faible risque, alors qu’il paraissait devoir être conservé pour les risques intermédiaires, et réduit à 2 mois pour les risques élevés.


Niveau de preuve

4.


Introduction

The influence of the delay between prostate biopsy and radical prostatectomy for patients with localized prostate cancer is controversial. The objective of this study was to establish a time limit between prostate biopsy and radical prostatectomy beyond which the risks of upgradging and biochemical recurrence (BCR) are increased.


Material and methods

Between January 2013 and January 2017, a retrospective analysis of the clinical, biological and histological data of 513 patients treated with radical prostatectomy for localized prostate cancer was performed in a single center. The primary endpoint was the assessment of the risk of BCR by the difference between post-biopsy USCF-CAPRA and post-surgical CAPRA-S scores. The secondary endpoint was the evaluation of the upgrading by the difference between the Gleason score on biopsy and on surgical specimen. The risks of BCR and upgrading were compared by Student test according to different delays between prostate biopsy and radical prostatectomy. The shortest delays for which a significant difference was found were reported.


Results

In this study, 513 patients were included. The median age at the time of the biopsy was 65 years (IQR: 60–69). The median preoperative PSA was 7.30ng/mL (IQR: 5.60–9.94). The median time between biopsy and surgery was 108 days (IQR: 86–141). For the entire cohort, the risk of BCR was significantly higher above a threshold of 90 days (P =0.039). No threshold was found for Gleason 6(3+3) patients. A 90-day threshold was found for Gleason 7(3+4) patients (P =0.038). Gleason patients8 had more upgrading beyond a 60-day threshold (P =0.040).


Conclusion

Our study showed that after a 3 months delay, the risk of BCR was significantly higher for localized prostate cancer. It seemed possible to extend this period for low-risk patients, whereas it seemed necessary to keep it for intermediate-risks and to reduce it to 2 months for high-risks.


Level of evidence

4.

Mots clés:
cancer de prostate / Délai chirurgical / Récidive biochimique
Mots-clés:
prostate cancer / Surgical delay / Biochemical recurrence
Le menthol dans le contrôle de l’activité de la vessie : revue de littérature
Menthol in the control of bladder activity: A review
2018
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2018, 11, 28, 523-529, suppl. 11


Introduction

Le menthol est un composé naturel dont les effets en physiologie humaine connus sont nombreux (sensation de fraîcheur, décongestionnant, antispasmodique intestinale). Son implication dans la physiopathologie vésicosphinctérienne est évoquée depuis les années 90.


Méthode

Faire la revue de la littérature des travaux ayant impliqués le menthol dans la physiologie vésicosphinctérienne à travers des articles indexés sur Pubmed avec les mots clés menthol, menthol and bladder, menthol and toxicity, et TRPM8 . Seuls les articles en langue anglaise étaient sélectionnés.


Résultats

Au total 30 articles ont été inclus. La plupart mettaient en évidence l’existence d’un réflexe mictionnel au menthol et au froid, médié des fibres nerveuses de type C à destination médullaire, par activation de récepteurs urothéliaux TRPM8. Des expériences plus récentes montraient paradoxalement un effet inhibiteur du menthol sur la contractilité détrusorienne lorsque le tissu musculaire y est exposé directement, indépendamment du TRPM8. Il a également été mis en évidence des effets similaires d’une exposition cutanée ciblée ou urothéliale sur la fonction détrusorienne via le TRPM8. Ce récepteur semble également être impliqué dans les cystites interstitielles et l’hyperactivité détrusorienne idiopathique. Enfin la toxicité potentielle du menthol paraît négligeable. La plupart des études concernait des expérimentations animales, 3 seulement concernaient l’humain. Seule une étude évoquait des perspectives thérapeutiques.


Conclusion

Il apparaît donc que le menthol et ses récepteurs sont impliqués dans la physiopathologie vésicosphinctérienne. Ceci pourrait ouvrir des perspectives thérapeutiques dans l’hyperactivité détrusorienne et les cystites interstitielles avec un potentiel de toxicité réduit.


Introduction

Menthol is a natural compound, of which the known effects on human physiology are manifold (a feeling of freshness, decongestant, bowel antispasmodic). Its implication in vesico-sphincteral physiopathology has been studied since the nineties.


Method

Literature review of the previous studies having implied menthol in pelvi-perineal physiology through the articles indexed on the Pubmed database, with keywords menthol, menthol and bladder, menthol and toxicity, and TRPM8. Only articles in English were selected.


Results

Of the 30 articles that were included, most demonstrated the existence of a micturition reflex to menthol and cold, mediated by the C-type nerve to the spine through activation of TRPM8 urothelial receptors. More recent experiments paradoxically showed an inhibitory effect of menthol on detrusor contractility, independently of TRPM8, when muscle tissue is directly exposed to the compound. However, similar effects of targeted cutaneous exposure or urothelial exposure on detrusorian function have also been demonstrated through TRPM8. This receptor also appears to be involved in interstitial cystitis and idiopathic detrusor overactivity. Lastly, the potential toxicity of menthol appears negligible. Most of the referenced studies are related to animal experiments. Of the three studies that implied humans, only one elucidates some therapeutic applications.


Conclusion

It seems that menthol and its receptors are involved in vesico-sphincteral physiopathology and could provide therapeutic potential in detrusorian overactivity and interstitial cystitis with reduced toxicity.

Mots clés:
Menthol / Hyperactivité détrusorienne / TRPM8 / Test à l’eau glacé / syndrome de vessie douloureuse
Mots-clés:
Menthol / Detrusor overactivity / TRPM8 / Ice water test / Painful bladder syndromes
Le syndrome de Zinner : à propos d’une observation de découverte fortuite
Zinner's syndrome: A case report
2018
- Lettre à la rédaction
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 464-465, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Syndrome de Zinner / Kyste de la vésicule séminale / Hypoplasie rénale
Mots-clés:
Zinner syndrome / Seminal vesical cyst / Renal hypoplasia
Les néoplasies intra-épithéliales du pénis
Penile intra-epithelial neoplasia
2018
- Revue de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 466-474, suppl. 10


Introduction

Les néoplasies intra-épithéliales (NIE) du pénis sont des lésions génitales définies sur le plan histologique par la présence d’atypies cytologiques et architecturales intra-épithéliales et pouvant évoluer vers un carcinome épidermoïde invasif.


Méthode

Une revue de la littérature portant sur la classification, la description clinique et la prise en charge des NIE a été réalisée en considérant les articles traitant des NIE du pénis, répertoriés sur la base de donnée Medline entre octobre 2007 et octobre 2017, à l’aide des mots clés « intraepithelial neoplasia » ou « Bowen's disease » ou « erythroplasia of Queyrat » ou « bowenoid papulosis » et « penis ». Les articles ont été sélectionnés selon leur langue de publication (anglais et français) et la pertinence par rapport au sujet.


Résultats

Cent-soixante-quatorze articles relatifs aux NIE du pénis ont été répertoriés, dont vingt-cinq ont été sélectionnés pour leur pertinence. L’analyse bibliographique de ces vingt-cinq articles a identifié six articles d’intérêt antérieurs en octobre 2007, qui ont été pris en compte dans cette revue systématique, totalisant ainsi trente et un articles. Nous décrivons les NIE du pénis en précisant leurs aspects cliniques et histologiques ainsi que leur prise en charge.


Conclusion

L’urologue, en collaboration avec l’anatomopathologiste, doit savoir distinguer les NIE bowénoïdes HPV-induites des NIE différenciées non HPV-induites, cliniquement proches, mais différentes sur le plan histologique et thérapeutique.


Introduction

Penile intra-epithelial neoplasia (PIN) are precancerous lesions, characterized by architectural and cytological abnormalities of the genital epithelium, from which can arise squamous carcinomas.


Methods

A literature review was performed on the Medline database, considering the articles listed between October 2007 and October 2017 dealing with PIN, using the following keywords “intraepithelial neoplasia” or “Bowen's disease” or “erythroplasia of Queyrat” or “bowenoid papulosis” and “penis ». Papers were selected according to their language (English and French) and their relevance.


Results

One hundred seventy four articles related to PIN were listed. Twenty-five of them were selected for their relevance. The analysis of the references of these articles identified 6 relevant papers published before October 2007, which were considered for this review based on a total of thirty-one articles. We describe clinical and pathological characteristics of PIN, emphasizing treatment modalities.


Conclusion

Urologists should distinguish HPV-related and non HPV-related PIN, both of them sharing clinical presentation, but needing different management.

Mots clés:
néoplasie intra-épithéliale / Maladie de Bowen / Papulose bowénoïde / Pénis
Mots-clés:
Intra-epithelial neoplasia / Bowen disease / Bowenoid papulosis / Pénis
L’incontinence coïtale
Coital incontinence
2018
- Revues de la littérature
- Réf : Prog Urol, 2018, 11, 28, 515-522, suppl. 11


Introduction

Au-delà du retentissement de l’incontinence urinaire sur la qualité de vie, l’image de soi et indirectement sur la vie sexuelle, des fuites urinaires peuvent électivement survenir au cours des rapports sexuels, définissant ainsi l’incontinence coïtale, et pouvant altérer spécifiquement la vie sexuelle.


Objectif

Analyser la prévalence, les mécanismes physiopathologiques et les possibles options thérapeutiques de l’incontinence urinaire coïtale.


Matériels et méthodes

Nous avons effectué une recherche PubMed des termes liés à l’incontinence urinaire et à la dysfonction sexuelle.


Résultats

L’incontinence coïtale était un symptôme peu rapporté de façon spontanée alors qu’elle était présente chez au moins 1/4 des femmes incontinentes. Certaines femmes n’avaient qu’une incontinence coïtale (7,6 à 20 % des cas). Chez l’homme, l’incontinence urinaire pendant les rapports sexuels s’observait principalement après prostatectomie dans 20 à 64 % des cas. Cette incontinence nécessite une analyse sémiologique fine car elle peut survenir à différentes phases du coït (stimulation locale 20–30 %, excitation 13–18 %, pénétration 62,9–68 %, mouvements de va et vient, orgasme 27–37,1 %) et correspondre ainsi à des mécanismes physiopathologiques différents (hypermobilité cervico-urétrale, incompétence sphinctérienne, instabilité urétrale, hyperactivité détrusorienne). Chez l’homme, l’étiopathogénie la plus fréquente était une incontinence d’effort par insuffisance sphinctérienne. Des thérapeutiques spécifiques ont montré leur efficacité. La rééducation périnéale (RR=0,25, IC [0,06–1,01]), les thérapeutiques médicamenteuses (anticholinergiques efficaces dans 59 % des cas) ou chirurgicales (bandelettes avec une efficacité de 87 %) ont été proposées aux patients.


Conclusion

L’incontinence coïtale est un symptôme fréquent et gênant. Son évaluation permet une présomption physiopathologique et une adaptation des stratégies thérapeutiques.


Introduction

Urinary incontinence may seriously impact quality of life, self-image and subsequently the sexual life. Beside this fact, urinary leakage can specifically occur during sexual intercourse, formally named coital incontinence, and thus lead to specific alteration of the sexual life.


Aim

To analyse the prevalence, pathophysiological mechanisms and possible therapeutic options for coital urinary incontinence.


Methods

Related terms to urinary incontinence and sexual dysfunction were search on PubMed database.


Results

Whereas at least a quarter of incontinent women have a coital incontinence, this symptom was rarely spontaneously reported. Some women had only coital incontinence (7.6 to 20% of cases). In men, urinary incontinence during sexual intercourse was mainly observed after prostatectomy in 20 to 64% of cases. Coital incontinence requires precise assessment. Indeed, it can occur whatever the phase of coitus: local stimulation (20–30%), excitement (13–18%), penetration (62.9–68%), movements back and forth, orgasm (27–37.1%). Cervico-urethral hypermobility, sphincter incompetence, urethral instability, detrusor overactivity could be the principal physiopathological mechanisms. In men, the main cause was a stress incontinence secondary to sphincter deficiency. Specific therapeutic strategies have proved their effectiveness. The rehabilitative approach (RR=0.25, CI [0.06–1.01]), medicinal (anticholinergic were effective in 59% of cases) or surgical therapeutic (slings with an efficiency of 87%) was proposed to patients.


Conclusion

Coital incontinence is a common and troublesome symptom. Its precise assessment may suggest a specific mechanism and thus a specific treatment.

Mots clés:
Incontinence coïtale / Fuites urinaires durant les rapports sexuelles / incontinence urinaire / Dysfonction sexuelle
Mots-clés:
Coital incontinence / Urine leakage during sexual activity / Urinary incontinence / Sexual dysfunction
L’urètre de Napoléon, un conduit vers la fin de l’Empire
The urethra of Napoleon, a conduit towards the end of the Empire?
2018
- Communication brève
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 461-463, suppl. 10


Introduction

Napoléon est mort d’un cancer de l’estomac. Une autre hypothèse peut être proposée, celle d’une pathologie uronéphrologique.


Matériel et méthode

Il s’agit d’une étude historique se basant sur le rapport d’autopsie d’Antommarchi et des hypothèses formulées selon les symptômes urinaires et néphrologiques présentés pendant sa vie.


Résultats

Napoléon a présenté des signes de néphropathie dans un probable contexte de syndrome métabolique et de nombreux signes de dysurie précoce sur probable sténose de l’urètre liée à la pratique intensive de cheval.


Conclusion

L’urètre de Napoléon a conduit la France de l’empire à la république.


Introduction

Napoleon died of a cancer of the stomach. Another assumption can be proposed, that of an uronéphrologique pathology.


Material and method

It is about a historical study basing on the report of autopsy of Antommarchi and the assumptions formulated according to the urinary and nephrologic symptoms presented during his life.


Results

Napoleon presented signs of nephropathy in a probable context of metabolic syndrome and many signs of dysurie early on probable stricture of the urethra related to the intensive practice of horse.


Conclusion

The urethra of Napoleon led France of the empire to the republic.

Mots clés:
Urètre / Napoleon / Décès
Mots-clés:
urethra / Napoleon / Death
Myeloperoxidase and Prostate volume: A preliminary study
Myeloperoxidase et Volume Prostatique: étude préliminaire
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 482-487, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Angiotensin / Prostate hyperplasia / Myeloperoxidase / Oxidative stress / Angiotensine
Mots-clés:
T. / P. / L. / C. / A.
Retro-peritoneal paraganglioma, diagnosis and management
Les paragangliomes retro-peritoneaux : diagnostic et prise en charge
2018
- Articles originaux
- Réf : Prog Urol, 2018, 10, 28, 488-494, suppl. 10


Introduction


Mots clés:
Paraganglioma / Retroperitoneal neoplasms / Anesthesia / Surgery / Paragangliomes
Mots-clés:
O. / A. / M. / H. / M.